Rachat de Lyxor : Amundi devient le premier fournisseur européen d’ETF

Actualités - Cette semaine, Amundi revient en détail sur l'acquisition de Lyxor. L'opération a été finalisée fin décembre 2021. Quelles sont désormais les ambitions d'Amundi sur le marché des ETF ? Comment ce secteur va-t-il se développer en Europe à travers les thématiques durables ?

L’année 2022 débute sous des auspices prometteuses. Le 31 décembre dernier, Amundi — filiale de gestion du Crédit Agricole — annonçait dans la presse le rachat définitif de Lyxor auprès de Société Générale (SG). Au terme de 6 mois de négociations, le gérant finalise ainsi deux mois en avance une opération à 825 millions d’euros. Ce mardi 4 janvier, le premier gérant d’actifs européen a détaillé ses ambitions. Objectif, se renforcer sur la gestion passive et la gestion en actifs alternatifs liquides. Amundi prévoit de développer ces deux segments sur les marchés européens et asiatiques, auprès des particuliers et des institutionnels.

Lyxor représente aujourd’hui plus de 140 milliards d’euros d’actifs sous gestion — dont 95 milliards d’euros d’actifs sous gestion sur le seul marché des ETF. « L’acquisition de Lyxor est une nouvelle étape importante dans le déploiement de la stratégie d’Amundi. Elle nous hisse au premier rang des fournisseurs européens d’ETF », se félicite Valérie Baudson, Directrice Générale d’Amundi. Au terme de cette opération, Amundi devrait peser un peu moins de 2 000 milliards d’euros d’actifs sous gestion — d’après les données des deux structures en date du 30 septembre dernier. Dans le mouvement, la marque Lyxor va disparaître.

50 % de croissance d’ici 2025

Avec cette fusion, la plateforme de gestion passive d’Amundi (Solutions ETF, Indicielles & Smart Beta) pèse 170 milliards d’euros d’encours soit 14 % de parts de marché en ETF UCITS. Premier acteur européen certes… mais à la deuxième place derrière l’Américain Blackrock. Sur ce marché en pleine croissance, et de plus en plus retail, le champion européen se fixe « un objectif de croissance des actifs de 50 % d’ici 2025 » en gestion passive. « Dans un marché où la taille revêt une importance capitale, le nouveau montant des encours gérés par la plateforme passive, qui atteint 282 milliards d’euros, constitue un atout majeur », insiste Amundi.

En 2021, le marché des ETF aurait drainé 100 milliards d’euros de collecte nette selon une estimation de l’Observatoire Quantalys de la Gestion ETF — lancé en partenariat avec BNP Paribas Asset Management. Amundi table sur l’adoption rapide de ces produits par les particuliers, avec le développement des plateformes en ligne. D’après une étude OpinonWay publiée en juillet dernier, un Français sur dix se tournerait en priorité vers l’épargne digitale. Le potentiel de ce marché reste immense auprès des 25-34 ans. Les institutionnels européens, eux, s’intéressent aux fonds pour leur allocation obligataire et ESG.

ETF, l’avenir de la finance durable ?

D’après un sondage Ifop daté du 1er décembre 2021, près de six Français sur dix accordent une place importante aux impacts environnement dans leur décision de placement. Pour verdir leur portefeuille de fonds indiciels (ou trackers), les investisseurs optent principalement pour des ETF qui intègrent des critères extra-financiers ou des ETF qui suivent des thématiques durables. Les premiers répliquent des indices traditionnels auxquels s’appliquent des critères ESG. Les seconds utilisent un tracker thématique, qui détermine la composition du panier de valeurs : par exemple le bas carbone, les énergies renouvelables, l’économie bleue, etc.

D’après Morningstar, plus de 50 % de la collecte sur les fonds indiciels européens concernait des ETF ESG en 2020. Ils représentaient 8,6 % des actifs des ETF en Europe à fin 2021. Avec le rachat de Lyxor, Amundi s’enrichit sur les Obligations vertes ou le Climat Net Zero. Sa gamme d’ETF responsables représente désormais « une part de marché d’environ 20 % ». Dans la perspective du nouveau plan « Ambition ESG 2025 » d’Amundi, la plateforme ETF prévoit de doubler la proportion d’ETF ESG proposés aux investisseurs (articles 8 et 9 de la réglementation SFDR) pour atteindre 40 % de la gamme totale ETF d’ici 2025.

Déployer les actifs alternatifs liquides

Enfin, Amundi crée une ligne métier dédiée — « Amundi Alternatives » — dirigée par Nathanaël Benzaken. L’activité de gestion d’actifs alternatifs représente actuellement plus de 23 milliards d’euros d’encours sous gestion — chiffres arrêtés au 30 septembre 2021. Elle comprend une plateforme de fonds de gestion alternative sous format UCITS (6,3 milliards d’euros) et l’activité de fonds dédiés et mandats Dedicated Managed Account Platform (DMAP), pour 16,7 milliards d’euros d’actifs.

Amundi prévoit « d’augmenter les actifs gérés par la plateforme de fonds de gestion alternative sous format UCITS de 50 % d’ici 2025 ». Le gérant souhaite développer des DMAP auprès des clients institutionnels internationaux. Objectif, pérenniser les 23 années d’existence de Lyxor dans l’industrie alternative en les associant aux « capacités de distribution internationale d’Amundi ». Avec cette fusion-acquisition historique, l’année 2022 s’ouvre donc sous de bonnes auspices pour la croissance durable d’Amundi.

Mathilde Hodouin - Le Courrier Financier

Rédactrice en chef

Voir tous les articles de Mathilde