Axiom Alternative Investments recrute un nouveau gérant

Axiom Alternative Investments (AI) — société de gestion indépendante — a annoncé le 14 novembre dernier la nomination d'un nouveau gérant de portefeuille. Dans ce cadre, Gilles Frisch rejoint le bureau de Paris. Il sera chargé de gérer un nouveau fonds Long/Short Credit, dont le lancement est prévu début 2020. Avec 26 ans d’expérience en gestion d’actifs, il vient accompagner la croissance d’Axiom AI.

La société revendique actuellement 1,4 Md€ sous gestion. Gilles Frisch dispose d’une « solide expérience en crédit High-Yield. Son arrivée complète les compétences de l'équipe en gestion Long Short et nous permettra d'étendre la gamme Axiom à l'univers des corporates », se félicite David Benamou, Directeur des investissements.

Focus sur le parcours de Gilles Frisch

Diplômé de l’école Polytechnique et de l’ENSAE, Gilles Frisch a géré des fonds souvent primés pour leurs innovations. Il est également titulaire du CFA (Chartered Financial Analyst). Gilles Frisch commence sa carrière en 1993, en tant qu’analyste quantitatif chez Société Générale puis chez Paribas Capital Markets. Il rejoint ensuite Transoptions finance en tant que trader d’options exotiques.

En 1996, Gilles Frisch intègre Dexia Asset Management (AM), où il occupe le poste de gérant de portefeuilles alternatifs. En 2000, il devient gérant senior Corporate Credits. En 2003, il est nommé directeur de gestion Arbitrage de Crédit. De 2010 à 2019, Gilles Frisch est responsable du pôle de gestion High Yield chez Swiss Life Asset Managers (AM), société où il a été recruté pour optimiser la gestion High-Yield. En 2019, il rejoint Axiom AI.

Lire (2 min.)

FDJ : une entrée en bourse façon Roue de la fortune ?

Cette semaine, tous les regards de la place de Paris sont tournés vers la Française des Jeux. L'entrée en bourse de l’opérateur de jeux d’argent et de paris sportifs en ligne devrait être effective dès le 21 novembre. En cette période charnière, l'AMF met les investisseurs en garde contre le risque d'escroquerie.
Lire (3 min.)

GAM Investments recrute un nouveau Chief operating officer

GAM Investments — spécialiste de la gestion active, destinée à une clientèle d'institutionnels, d’intermédiaires financiers et d’investisseurs privés — annonce ce mardi 12 novembre la création d'un poste de Chief operating officer (COO). Steve Rafferty a pris ses nouvelles fonctions le 4 novembre 2019. Comptable de formation et titulaire de la charte CFA, il apporte ses vingt années d’expérience en gestion d'actifs.

Focus sur le profil de Steve Rafferty

Dans ce cadre, Steve Rafferty est rattaché à Peter Sanderson, Chief executive  officer (CEO) du groupe. Il est responsable de la supervision des activités courantes de GAM au niveau mondial. Il doit s’assurer que la société dispose de la connectivité, de la coordination et des processus opérationnels nécessaires pour atteindre ses objectifs stratégiques.

Avant de rejoindre GAM Investments, Steve Rafferty a passé 16 années chez BlackRock, dernièrement en tant que COO de la division obligataire. Il était notamment responsable de l’intégrité opérationnelle de cette activité dont les actifs s’élèvent à 2 000 milliards de dollars.

Lire (1 min.)

La Parole aux Assos' - ANACOFI (4/4) : rémunérations, ANACOFI Anciens et projet de fondation...

Dans « La Parole aux Assos' », Le Courrier Financier vous présente l'actualité de l'ANACOFI en novembre 2019. Dans ce 4e épisode : débat sur les rémunérations, ANACOFI Anciens et projet de fondation... Comment l'ANACOFI défend-elle les intérêts de ses membres ? Quels sont ses projets pour se développer ? David Charlet répond à nos questions.
Voir (<4 min.)

Introduction en bourse : Mare Nostrum arrive sur Euronext Growth à Paris

Mare Nostrum — société indépendante, spécialiste de la gestion des ressources humaines pour les PME/ETI — a annoncé le 15 novembre dernier son introduction en bourse (IPO) sur Euronext Growth. Objectif, l'admission de Mare Nostrum aux négociations de ses actions sur le marché Euronext Growth Paris. L'opération inclut des engagements de souscription d'un montant de 5,3 M€, garantissant sa réalisation.

Cette IPO prendra la forme d'une augmentation de capital d'environ 6,9 M€ pouvant être portée à un maximum de 7,9 M€ en cas d'exercice de la clause d'extension. Le prix a été fixé entre 4,96 euros et 5,78 euros par action. Ces titres seront éligibles aux FCPI, PEA et PEA-PME. L'introduction en bourse doit durer jusqu'au 28 novembre 2019. Le début des négociations sur le marché Euronext Growth est fixé au 4 décembre 2019

Une activité en forte croissance

Mare Nostrum souhaite diversifier sa stratégie géographique, mais également « renforcer nos ventes croisées, déployer des plateformes Emploi innovantes, tout en associant davantage tous nos collaborateurs », indique Nicolas Cuynat, Président Directeur Général de Mare Nostrum. La société affiche depuis sa création une croissance forte de son activité.

En 2018, le groupe revendique 149 M€ de chiffre d'affaires. D'après les chiffres publiés par Mare Nostrum, elle a enregistré 23 % de croissance organique dans un marché de l'intérim en hausse de 1,8 % sur la même période. Cette tendance se confirme au 1er semestre 2019 avec un chiffre d'affaires de 81,6 M€, en hausse de 19 % dont 11 % à périmètre constant.

Lire (2 min.)

ESG : Invesco lance un ETF multifactoriel avec des critères stricts

Invesco — société de gestion d’actifs située à Atlanta — a annoncé le 14 novembre dernier le lancement d'un ETF actions multifactoriel, qui incorpore des critères Environnement, Social et de Gouvernance (ESG) stricts. Ce fonds sera géré activement par l’équipe Invesco Quantitative Strategies (IQS), basée à Francfort. Elle sélectionnera un portefeuille d'actions mondiales, offrant — selon Invesco — une exposition optimisée aux trois facteurs de risque Qualité, Valeur et Momentum, tout en respectant une méthodologie ESG.

« La demande croissante pour les stratégies multifactorielles, l’investissement ESG et les ETF dans leur globalité sont trois tendances majeures que nous avons observées au cours des dix dernières années. Notre expertise, éprouvée dans ces trois domaines, nous permet de satisfaire la demande des investisseurs en leur proposant une solution multifactorielle, répondant à des critères ESG stricts et présentant tous les avantages que les investisseurs peuvent attendre de notre structure ETF », déclare Gary Buxton, Responsable de l’activité ETF pour la région Europe, Moyen Orient et Asie chez Invesco.

Performances et risques ESG

La valeur des investissements, ainsi que les revenus en découlant, vont fluctuer. Cela peut en partie être le résultat des fluctuations des taux de change. Il se peut que les investisseurs ne récupèrent pas la totalité de leur apport. Le fonds intègre les critères ESG dans ses participations. Cela peut avoir une incidence sur l’exposition du fonds à certains émetteurs et l’amener à renoncer à certaines opportunités.

Le fonds peut avoir un rendement différent de celui d’autres fonds, y compris inférieur à celui de ceux qui ne cherchent pas à investir dans des titres d’émetteurs en fonction de leur notation ESG. Depuis sa création en 1983, l’équipe Invesco Quantitative Strategies a fait évoluer sa philosophie d'investissement quantitative factorielle. Objectif, intégrer des méthodes exclusives afin d’anticiper des tendances factorielles spécifiques. Cette évolution comprend près de 20 ans d'expérience dans les stratégies ESG.

Risque de change et risque actions

« Cette stratégie est particulièrement adaptée aux investisseurs orientés ESG qui souhaitent bénéficier d’une exposition factorielle accrue et qui ne sont pas étroitement contraints par les benchmarks traditionnels. Notre modèle exclusif de mesure du risque identifie les risques intrinsèques au secteur, au pays, à la devise et au titre en vue de ne conserver que les risques pour lesquels l'investisseur devrait être récompensé », explique Manuela von Ditfurth, Senior Portfolio Manager d'IQS chez Invesco.

En termes de risque de change, la performance du fonds peut être pénalisée par les fluctuations des taux de change entre sa devise de référence et les devises auxquelles il est exposé. Concernant le risque lié aux actions, leur valeur peut être sensible à un certain nombre de facteurs, notamment les activités et les résultats de l’émetteur, ainsi que la conjoncture économique et les conditions du marché générales et régionales. Cela peut se traduire par des fluctuations de la valeur du fonds.

À propos du nouvel ETF

Invesco Quantitative Strategies ESG Global Equity Multi-Factor UCITS ETF vise à offrir des rendements ajustés au risque, comparativement supérieurs sur le long terme aux marchés boursiers mondiaux. L’équipe IQS va pour cela investir dans un portefeuille activement géré d'actions mondiales qui répondent à un ensemble bien défini de critères ESG. Les entreprises impliquées dans des activités controversées sont exclues. Les entreprises avec le meilleur « profil » ESG selon Invesco sont choisies (« best in class »).

Deuxièmement, les entreprises sont notées en fonction de leur attrait par rapport à trois facteurs d'investissement : Valeur (les sociétés perçues comme étant peu coûteuses par rapport aux moyennes du marché), Qualité (les sociétés dont les bilans sont plus solides que les moyennes du marché) et Momentum (les sociétés dont la croissance des bénéfices ou le rendement historique du cours des actions ont dépassé les moyennes du marché).

Enfin, le portefeuille se voit appliquer des contraintes vis-à-vis du MSCI World. Cela limite l’écart de suivi et de pondération des titres, ainsi que les écarts de pondérations sectorielles, pays et devises vs MSCI World. Le fonds détiendra un sous-ensemble de ces actions, à travers une optimisation visant à maximiser l'exposition à ces facteurs d'investissement, tout en ciblant un profil de risque compatible avec l'objectif d’investissement. Les titres du fonds sont rebalancés mensuellement.        

Lire (5 min.)

La Parole aux Assos' - ANACOFI (3/4) : Loi PACTE, épargne retraite, réforme du courtage...

Dans « La Parole aux Assos' », Le Courrier Financier vous présente l'actualité de l'ANACOFI en novembre 2019. Dans ce 3e épisode : Loi PACTE, lancement du PER et réforme du courtage... Quelles sont les transformations réglementaires de cette fin d'année ? Comment accompagner CGP et courtiers ? David Charlet, Président de l'ANACOFI, répond à nos questions.
Voir (<4 min.)

Les A-Notations, par Anacofi Services : OFI Asset Management

Les A-Notations, par Anacofi Services : OFI Asset Management
Source : Anacofi Services

Depuis 2000, le Groupe OFI accompagne les conseillers en gestion de patrimoine en distribuant notamment les OPC d’OFI AM et ses filiales, mais aussi en proposant certains services tels que mandats de gestion, gestion pilotée ou encore produits de retraite.

La société a été créée en 1971 en tant que société anonyme avec Directoire et Conseil de Surveillance. Son actionnariat est intégralement institutionnel (essentiellement Macif et Matmut). Agréée auprès de l’AMF depuis 1992, le Groupe bénéficie également d’un agrément au Luxembourg auprès du CSSF.

Collecte en forte hausse

L’exercice 2018 aura montré une progression significative de la collecte (+ 32 % comparé à 2016). Cette progression se poursuit en 2019, avec notamment l’intégration du Groupe Crystal et de Finaveo Partenaires/CD Partenaires, devenus Alpheys (juin 2019).

Son offre est destinée à une clientèle diversifiée. Les équipes étaient constituées de quelques 234 collaborateurs en décembre 2018, plus 72 au sein des filiales. L’ancienneté moyenne du personnel ressort à 8,5 ans ce qui témoigne d’une forte stabilité.

Lire (2 min.)

La Parole aux Assos' - ANACOFI (1/4) : Conférence FECIF, Semaine Créole et Grand Débat 2019

Dans sa nouvelle émission « La Parole aux Assos' », Le Courrier Financier vous présente l'actualité de l'ANACOFI pour la fin de l'année. Pour ce 1er épisode : partenariats salons, Tour de France et Grand Débat 2019... Quand et comment se former, face aux évolutions réglementaires ? Quels sont les prochains événements à ne pas rater ? David Charlet, Président de l'ANACOFI, répond à nos questions.
Voir (<3 min.)

Swiss Life Asset Managers France nomme un Responsable de la gestion High Yield

Swiss Life Asset Managers (AM) France — filiale du groupe Swiss Life — annonce ce mardi 29 octobre la nomination d'un Responsable de la gestion High Yield. Promu à ce poste en septembre 2019, Edouard Faure est en charge de l’équipe. Elle se compose notamment de deux analystes-gérants, Romy Kruger et Emmanuel Jourdan. Un Gérant senior actuellement en cours de recrutement viendra renforcer l’équipe.

Chez Swiss Life AM France, l’équipe de gestion High Yield gère une offre à destination d’investisseurs institutionnels et privés. Cette offre se compose de fonds à échéance, de fonds benchmarkés et de mandats. Dans se cadre, Edouard Faure est spécialisé dans la gestion des portefeuilles investis en obligations High Yield, financières subordonnées et convertibles.

Focus sur le parcours d'Edouard Faure

Edouard Faure est diplômé de l’EDHEC Business School. Il rejoint Swiss Life AM France en 2011, en tant que Gérant junior au sein du pôle High Yield. Basé à Paris, ce pôle est le centre de compétence du groupe pour l’expertise High Yield. Edouard Faure évolue dès 2013 au poste de Gérant High Yield, qu’il occupe pendant 6 ans. Depuis septembre 2019, il assure les fonctions de Responsable de la gestion High Yield chez Swiss Life AM France.

Lire (1 min.)

ESG : Neuberger Berman crée une nouvelle équipe actions japonaises

Neuberger Berman — société de gestion indépendante — a annoncé ce la création de sa première équipe Actions basée au Japon. Elle sera dirigée par Keita Kubota, qui rejoint la société en tant que Responsable de Gestion et Gérant Senior. L'équipe sera en charge de la « Japan Equity Engagement Strategy » dont l’objectif consiste à générer des rendements attractifs à travers un engagement actif et un dialogue constructif avec les entreprises japonaises small/mid-cap dans lesquelles l'équipe investit.

La stratégie sera proposée à la fois aux clients institutionnels et aux clients privés. « Cette équipe nous permet d’accroître notre plateforme mondiale en apportant une perspective de marché à long terme supplémentaire et en mettant l'accent sur un engagement ESG actif au Japon, le troisième plus grand marché d'actions au monde », déclare Joseph Amato, Président CIO chez Neuberger Berman.

Focus sur la nouvelle équipe

Keita Kubota était auparavant Directeur Adjoint Japan Equities chez Aberdeen Standard Investments, où il a débuté sa carrière il y a plus de 13 ans. Il a été Directeur des investissements des stratégies large cap et small cap japonaises d'Aberdeen Standard Investments, toutes deux gérées selon une approche basée sur l’engagement et proposées aux principaux clients institutionnels en Europe, en Asie et en Amérique latine.

Deux analystes, dont l'un spécialisé dans l’investissement ESG, accompagnent Keita Kubota au sein de cette nouvelle équipe. Le second analyste, Naoto Saito, a rejoint Neuberger Berman en septembre dernier en tant qu'Analyste Recherche Senior et dispose d’une expertise plus généraliste. Naoto Saito a précédemment occupé des postes de recherche et a suivi un large éventail de sociétés sur le marché japonais chez Balyasny Asset Management (AM), CLSA Securities et T. Rowe Price.

Implantation au Japon

« Nous avons hâte d’élargir notre investissement ESG au Japon, car les entreprises ont pris davantage conscience de l’importance de la gouvernance et d'autres facteurs déterminants. Nous pensons qu'encourager les entreprises japonaises à améliorer leurs critères ESG grâce à notre engagement actif peut générer de meilleurs rendements », déclare Ryo Ohira, Directeur chez Neuberger Berman East Asia.

Neuberger Berman est présent au Japon depuis 15 ans et gère actuellement plus de 53 Mds$ pour le compte de clients locaux, contre 13 Mds$ en 2015. Neuberger Berman gère des portefeuilles obligataires, alternatifs et actions pour une clientèle essentiellement institutionnelle. La société est connue au Japon pour son expertise dans l'investissement ESG. Neuberger Berman a remporté le tout premier Tokyo Financial Award for ESG Investing.

Lire (3 min.)

Finance durable : BlackRock lance deux ETFs ESG obligataires High Yield

BlackRock — spécialiste multinational dans la gestion d’actifs — a annoncé le 14 novembre dernier le lancement de 2 fonds ETF d’obligations à haut rendement, qui intègrent des critères Environnementaux Sociaux et Gouvernance (ESG). Le gérant a également obtenu plusieurs labels de finance durable pour une large gamme de fonds distribués en France. D'après les chiffres d'octobre 2019, l’ensemble des fonds BlackRock ayant obtenus les labels ISR et Greenfin représente 8,4 Mds€ d’actifs sous gestion.

Basée à Paris et à Londres, l’équipe Européenne de BlackRock dédiée à la recherche thématique portant sur l’investissement durable (BlackRock Sustainable Investing), développe des outils d’analyse permettant d’évaluer les liens entre l’intégration des critères ESG et la performance financière à long terme. Ces analyses démontrent que les investisseurs n'ont pas besoin de faire un arbitrage entre ces deux considérations.

Développement de l'offre ESG

« Nous poursuivons le développement de notre plateforme d’investissement durable en France », déclare Bettina Mazzocchi-Mallarmé, Directrice BlackRock iShares & Wealth pour la France, la Belgique et le Luxembourg. « L’obtention des labels ISR et Greenfin, ainsi que le lancement d’une nouvelle solution d’investissement innovante dans le domaine de l’ESG, sont des étapes importantes pour répondre aux besoins de nos clients locaux et soutenir la croissance des flux d’investissement durables », ajoute-elle.

BlackRock renforce son offre d’investissement durable avec les deux fonds indiciels ESG UCITS d’obligations à haut rendement, « iShares Euro High Yield Corp Bond ESG UCITS ETF » et « iShares Dollar High Yield Corp Bond ESG UCITS ETF ». Ils sont les premiers de leur catégorie à être distribués en Europe. Ces fonds répondent à la demande des investisseurs de diversifier leur allocation obligataire avec une exposition aux valeurs de hauts rendements tout en conservant des critères ESG.

Succès de la finance durable

L’accroissement de la qualité et quantité des données ESG disponibles, les évolutions démographiques ainsi que les initiatives règlementaires telles que la Loi Pacte en France sont autant de facteurs déterminants pour faciliter l’essor des flux d’investissement durables dans le monde. Dans ce contexte, BlackRock estime que le marché des ETF intégrant les critères ESG représentera USD 400 milliards d’actifs sous gestion d’ici 2028, contre un peu plus de USD 45 milliards aujourd’hui.

« Initialement principalement concentré sur les marchés actions, l’intérêt des clients pour les solutions d’investissement durable s’étend à présent aux indices obligataires et à l’ensemble de la construction de portefeuilleNous avons constaté des flux records sur les ETF obligataires en 2019 (...) Nous estimons que la taille du marché ETG obligataire va doubler pour atteindre $2000 milliards d’ici 2024, avec une partie significative de ces flux générés par des solutions ESG », explique Arnaud Gihan, Directeur iShares France.

Focus sur les labels ISR et Greenfin

Créé en 2016, le label Investissement Socialement Responsable (ISR) est soutenu par le ministère de l’Economie et des Finances. Il distingue les fonds qui investissent dans des entreprises aux pratiques responsables en matière d'ESG. Il a pour objectif d’aider les investisseurs à choisir des placements responsables et durables. 

Dédié à la finance verte, le label Greenfin est soutenu Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire. Il se concentre sur le financement de la transition écologique et énergétique et la part « verte » des fonds d’investissement. Ces labels ont été octroyés aux fonds BlackRock et iShares détaillés ci-dessous pour une durée de trois ans renouvelables, à la suite d’un audit réalisé par EY (Ernst & Young), auditeur expert et indépendant agréé par les pouvoirs publics pour la labellisation.

Lire (4 min.)

Le Groupe Panhard recrute un Directeur Administratif et Financier

Le Groupe Panhard — promoteur spécialisé dans les opérations en immobilier d'entreprise et en résidentiel — annonce ce vendredi 25 octobre l'arrivée d'un nouveau Directeur Administratif et Financier. Guillaume Lepoittevin a pris ses fonctions le 1er octobre 2019. Dans le cadre de ses nouvelles fonctions, il reporte directement à Christophe Bouthors, CEO du Groupe Panhard.

Focus sur le parcours de Guillaume Lepoittevin

Guillaume Lepoittevin

Diplômé de l’université Paris Dauphine, Guillaume Lepoittevin débute sa carrière en 2004 en tant que Chargé d'affaires au sein de la banque d’affaires Aurel BGC. Il rejoint en 2007 le groupe Nexity à la Direction de la Communication Financière, puis au sein de la Direction de la Stratégie et du Développement où il travaille sur les projets M&A du groupe.

En 2014, Guillaume Lepoittevin intègre, la société PERL — leader de l’investissement en nue-propriété — en tant que Directeur Administratif et Financier. Dans ce cadre, il travaille sur l’ensemble des problématiques financières de la société. Il rejoint le groupe Panhard en 2019, au poste de Directeur Administratif et Financier.

Lire (1 min.)

Ivanhoé Cambridge nomme un Responsable des Investissements au Royaume-Uni

Ivanhoé Cambridge — spécialiste de l’investissement immobilier — annonce ce lundi 28 octobre la nomination d'un Responsable des Investissements, Royaume-Uni. Les investissements d’Ivanhoé Cambridge au Royaume-Uni — qui s’élèvent à plus de 2 G£ — consistent en des propriétés existantes et des projets en développement dans les secteurs de la logistique, des bureaux et du résidentiel. Dans ce cadre, Ajay Phull sera chargé des activités d’investissement au Royaume-Uni. Il collaborera étroitement avec une équipe d’investissement expérimentée implantée à Londres, à Paris, à Luxembourg et à Berlin dans l’exécution de la stratégie d’expansion paneuropéenne de l’entreprise.

Ajay Phull sera basé à Londres et relèvera d’Arnaud Malbos, chef des Investissements, Europe. Il est le deuxième dirigeant embauché au Royaume-Uni cette année, après Richard Saul en juin dernier, en qualité de Directeur de la Gestion d’actifs. « Nous menons depuis un an une stratégie paneuropéenne et nous souhaitons augmenter nos investissements dans tous les marchés clés d’Europe. Notre but est de générer de la performance, d’être créateur de valeur et de favoriser l’innovation durable dans nos investissements, sur le long terme », déclare Karim Habra, directeur général, Europe d’Ivanhoé Cambridge.

Focus sur le parcours d'Ajay Phull

Ajay Phull

Ajay Phull possède plus de 10 années d’expérience en immobilier et en investissement. Il est membre certifié de la Royal Institution of Chartered Surveyors (MRICS) et titulaire d’un baccalauréat ès sciences (avec distinction) en gestion foncière de l’Université de Reading. Ajay Phull commence sa carrière en 2009, au sein de l’équipe financière et de restructurations de sociétés immobilières de PwC. Il y exerce en tant que conseil dans l’organisation et la restructuration de transactions complexes pour une valeur supérieure à 3 G£.

De juillet 2013 à juin 2016, Ajay Phull travaille chez Brockton Capital, l’investisseur immobilier opportuniste de capitaux privés, où il gère la souscription et réalise avec succès plus de 10 transactions sur le marché anglais. De juin 2016 jusqu’à septembre 2019, Ajay Phull travaille chez Vanke, entreprise immobilière chinoise et spécialiste mondial de l'investissement et du développement immobilier. En tant que Vice-Président, Ajay Phull est chargé de formuler une stratégie d’investissement immobilier pour le Royaume-Uni et de la mettre en œuvre en originant les opportunités d’investissement.

Lire (3 min.)