Clément Duval - Keren Finance : une stratégie plus offensive sur les obligations européennes

A l’occasion de la convention ANACOFI 2019, Clément Duval, Responsable Développement France chez Keren Finance, nous présente l’actualité de sa structure.

Voir (<4 min.)

Mathilde Poulmarch - EDRAM : « Il y a de la performance à capter sur les actions thématiques »

A l'occasion de la convention ANACOFI 2019, Mathilde Poulmarch, Responsable Relations Partenaires Distribution chez EDRAM, nous présente l'actualité de sa structure.

Voir (<3 min.)

Le Groupe Eres annonce l’entrée à son capital du fonds IK Investment Partners

Le Groupe Eres — spécialiste des produits d'épargne salariale — annonce ce jeudi 22 mars la signature d'un protocole d'accord pour l'entrée à son capital du fonds d'investissement IK Investment Partners, aux côtés de l'actionnaire existant Parquest Capital. Depuis 2007, le Groupe Eres s'est implanté sur le segment de l'épargne salariale, de l'actionnariat salarié et de l'épargne retraite. L'entreprise en pleine croissance représente désormais 2,3 milliards d'euros d'encours.

L'opération devrait permettre à IK Investment Partners de détenir la majorité du capital. Dans un esprit entrepreneurial, les fondateurs d'Eres conserveront une part significative du capital et les collaborateurs renforceront leur détention. La réalisation de la transaction reste soumise à l'obtention des autorisations nécessaires en matière règlementaire, et en particulier l'autorisation de l'Autorité des Marchés Financiers.

Maintenir son positionnement stratégique

« Accompagnement et conseil sur mesure, convergence entre l'épargne personnelle et professionnelle, développement du partage du profit et de l'épargne retraite par capitalisation, capacité à proposer des produits bancaires ou d'assurance, distribution grâce à un réseau fort de 3 000 partenaires spécialistes sont nos atouts pour les années à venir », a déclaré le Groupe Eres dans un communiqué officiel.

Suite au vote de la loi Pacte le 16 mars dernier, le Groupe Eres réaffirme sa volonté de maintenir son positionnement stratégique. Le nouveau soutien du fonds IK Investment Partners dans son capital devrait permettre au Groupe Eres de renforcer ses équipes et de poursuivre son développement dans le respect de son modèle d'architecture ouverte sans conflit d'intérêts.

Lire (2 min.)

Stéphane Vonthron - JP Morgan : « Le rythme que nous avons à l'heure actuelle n'est pas soutenable »

À l'occasion de la Convention ANACOFI 2019, Stéphane Vonthron, Directeur Commercial pour les Conseillers Financiers chez J.P. Morgan Asset Management, nous présente son actualité.

Voir (<5 min.)

LBO : Andera Partners cède sa participation dans le Groupe Scalian, et réinvestit aux côtés de Cobepa

Le FPCI Winch Capital 3 — géré par l’équipe Mid Cap d’Andera Partners — annonce ce jeudi 21 mars céder sa participation dans le Groupe Scalian, société de conseil spécialisée dans les systèmes numériques et le management de la performance. Winch Capital 4 réinvestit dans le cadre de cette opération. Cette cession prend place dans le cadre d’une opération de LBO organisée par Cobepa et l’équipe de management conduite par Yvan Chabanne. Il s’agit de la 5e cession de Winch Capital 3. C'est aussi la 2e en 2019, sur un portefeuille constitué de 18 participations.

Un changement d'échelle réussi en 4 ans

En 2015, le fonds Winch Capital 3 a racheté le Groupe Scalian auprès de son fondateur, dans le cadre d’une opération de MBI conduite par Yvan Chabanne et plusieurs dirigeants du groupe. Cet investissement illustre parfaitement la stratégie d’investissement des fonds Winch Capital : opération primaire, sourcing propriétaire et transformation de l’entreprise. Le Groupe Scalian a ainsi changé d’échelle en 4 ans, une transformation qui s'est réalisée en plusieurs étapes-clés :

  • Une nouvelle gouvernance mise en place dans le cadre d’une transition managériale réussie. Cette opération de MBI a été organisée avec et autour d’Yvan Chabanne — ancien DGA d’Altran — pour qui Scalian était la première expérience entrepreneuriale directe, et de 4 dirigeants qui devenaient actionnaires du groupe. Il s'agissait de Jean-Charles De Borda, Stéphane Garo, Christophe Reybert et Jean-Manuel Silva. Progressivement, cette équipe de management a augmenté sa participation au capital et ce sont plus de 30 autres cadres-clés du groupe qui les ont rejoints dans l’actionnariat de Scalian, diffusant ainsi une nouvelle culture entrepreneuriale .
  • Une forte dynamisation de la croissance organique du groupe, conduite grâce à une nouvelle stratégie commerciale et RH : recrutement d’une DRH Groupe — Caroline Nancy — et création d’un siège parisien pour attirer les talents et prendre des parts de marché en Ile-de-France — qui s’est traduite par une croissance de plus de 20 % par an entre 2015 et 2018 à périmètre constant ;
  • Deux opérations de croissance externe réussies — rachat d’Alyotech en 2016 et CMT+ en 2017 — qui ont permis au pôle Digital Systems d’atteindre une taille critique et à la division Operations Performance d’acquérir une nouvelle brique de compétences ;
  • Une structuration financière du groupe pour accompagner sa croissance, avec le recrutement d’un CFO — David Capdaspe-Lagangue — et un partenariat noué en 2017 avec LGT — associé à Idinvest — pour financer le développement rapide du groupe ;

Un nouveau cap pour le Groupe

Ce changement d’échelle s’est ainsi traduit par une croissance du chiffre d’affaires de 69 M€ à 220 M€ depuis 2015, par une internationalisation réussie et par des effectifs qui sont passés de 950 à 2600 personnes en 4 ans. En 2018, le management a fixé un nouveau cap pour la période 2019-2024, avec un objectif de 500 M€ de chiffre d’affaires.

Dans ce contexte, Andera et le management ont confié un mandat à Natixis Partners pour identifier un nouveau partenaire financier, capable d’accompagner ce nouveau cycle de développement. Cobepa prend ainsi une participation majoritaire dans le Groupe pour l’accompagner dans sa croissance externe et l’accélération de son internationalisation.

Lire (4 min.)

L’ANACOFI, la CNCIF et La Compagnie des CGPI lancent une campagne de promotion du métier de CGP

L'Association Nationale des Conseils Financier (ANACOFI), la Chambre Nationale des Conseillers en Investissements Financiers (CNCIF), et La Compagnie des CGPI annoncent ce vendredi 22 mars le lancement d'un plan de communication commun — en complément de leurs actions propres — pour mieux faire connaître le métier de Conseiller en Gestion de Patrimoine (CGP). Si elles le souhaitent, d'autres organisations pourront se joindre ultérieurement à l'opération.

La campagne cross-canal poursuit 3 objectifs

La campagne cross-canal ciblera les épargnants particuliers — qui sont amenés à consulter le CGP pour leur patrimoine individuel familial — mais aussi aux chefs d'entreprises qui souhaitent valoriser leur patrimoine professionnel. Cette action fait suite à une demande largement relayée par les CGP au cours de la dernière Convention Patrimonia, qui s'est tenue à Lyon en septembre dernier. L'objectif poursuivi est triple :

  • faire connaître davantage le métier ;
  • faire apprécier sa dimension forte en matière de conseil ;
  • démontrer qu'un accompagnement dans la gestion et l'optimisation du patrimoine s'adresse au plus grand nombre ;
Lire (2 min.)

Loi Pacte : Emmanuel Macron organise le fléchage des fonds

Mi-mars, les députés ont voté le projet de loi Pacte porté par le gouvernement. Ce texte de loi — fruit d'une promesse de campagne d'Emmanuel Macron — comporte plusieurs amendements au sujet de l'épargne retraite et de l'assurance-vie. Le Président organise le fléchage d'une partie des fonds collectés vers de nouveaux segments de l'économie.
Lire (3 min.)

Le Groupe APICIL devient majoritaire au capital de Roche-Brune AM

Le Groupe APICIL et Roche-Brune Asset Management (AM) ont signé ce lundi 18 mars un protocole d’accord, en vue de permettre à APICIL de prendre une position majoritaire au capital de Roche-Brune AM. Cette opération nécessite l'autorisation préalable de l'AMF. Elle s'inscrit dans le plan stratégique Défis 2020 d'APICIL, après la création en juillet 2018 d’APICIL Asset Management.

« Cette prise de participation permettra à notre Groupe d’être plus visible sur ce marché et de se positionner parmi les premières sociétés de gestion en France avec près de 10,5 milliards d’actifs sous gestion », explique Renaud Célié, Directeur général Adjoint du Groupe APICIL.

Mettre en œuvre une stratégie commune

Objectif pour le groupe, renforcer encore ses positions sur le métier de la gestion d’actifs. L’adossement de Roche-Brune AM au Groupe APICIL se traduira par la mise en œuvre d’une stratégie commune et la recherche de synergies entre les deux entités, notamment par :

  • L’accélération du développement France et hors France de Roche-Brune AM (en particulier au travers des fonds Actions Europe et Actions Zone Euro existants, de mandats et / ou fonds dédiés et de délégations de gestion) ;
  • L’atteinte d’une masse critique permettant d’accroitre le nombre de clients institutionnels ;
  • La conquête de mandats institutionnels de gré à gré ;
  • L’entretien de la recherche de l’outil propriétaire digital M.U.S.T. sous ses 4 dimensions (Fondamentale, Immatérielle, Risque et ESG) ;
  • Le développement sous une forme digitale de solutions de réplique de gestions actives à destination des gestions privées ;
  • Le renforcement d’expertises Actions existantes (Petites Capitalisations, thématiques).
Lire (2 min.)

Romain Chevalier – OneLife : « Nous allons développer le marché français en 2019 »

À l'occasion de la Convention ANACOFI 2019, Romain Chevalier, Chief Commercial Officer chez OneLife, nous présente l'actualité de sa structure.

Voir (<4 min.)

Valentin Bocqueret - Adequity : « Il y a une appétence de plus en plus forte de la part des CGP »

À l'occasion de la Convention ANACOFI 2019, Thierry Scheur, Directeur Commercial & Marketing chez Adequity, nous présente l'actualité de sa structure.

Voir (<4 min.)

Capital d’amorçage : AngelSquare lance un Club d’investissement à Bordeaux

AngelSquare — communauté d'investisseurs experts de l'amorçage lancée en 2016 — annonce ce jeudi 21 mars le lancement à Bordeaux d'un Club d'investissement avec l'accélérateur de startup Héméra. AngelSquare rassemble 600 investisseurs en France, et a déjà accompagné plus de 150 startups dans leurs recherches de financement.

L'opération vise à accélérer son activité en région Nouvelle-Aquitaine, et notamment dans le bassin bordelais où l'écosystème entrepreneurial s'avère très dynamique. Cette nouvelle alliance doit permettre de réaliser 4 deals par an en Seed, en soutien aux projets entrepreneuriaux.

Club Héméra : un nouveau Club AngelSquare

AngelSquare lance avec Héméra son troisième Club d'investissement. Les Clubs AngelSquare permettent de co-investir dans des projets entrepreneuriaux aux côtés d'investisseurs expérimentés comme des Business Angels, des accélérateurs, des fonds de VC, etc. AngelSquare les sélectionne selon des critères très précis :

  • une expertise sectorielle reconnue ;
  • un historique d'investissement solide ;
  • un accompagnement et une implication importante dans les startups de leur portefeuille ;
  • des tickets d'investissement significatifs ;

Chaque Club compte un investisseur « leader » qui propose à ses membres de co-investir à ses côtés, aux mêmes conditions, dans les startups dans lesquelles il aura préalablement choisi d'investir. Cet investisseur « leader » accompagne ensuite les entrepreneurs jusqu'à un événement de liquidité significatif (IPO, cession, etc.) propre à permettre à chacun des co-investisseurs de céder leurs participations.

Une stratégie de déploiement territorial

L'accélérateurs de startups Héméra a été créé en 2017 à Bordeaux. Il investit en amorçage dans les startups de la région Nouvelle-Aquitaine. Outre l'apport financier, Héméra propose un accompagnement actif, un soutien régulier en stratégie, un réseau et l'expertise sectorielle d'une vingtaine de mentors. Le lancement du Club d'investissement avec AngelSquare devrait faciliter pour Héméra la recherche de co-investisseurs de qualité lors de prochains tours de table.

Pour AngelSquare — dont le portefeuille d'investissement se compose à 70 % de startups en Ile-de-France — ce nouveau Club s'inscrit dans le cadre d'une stratégie de déploiement territorial. Après Bordeaux, AngelSquare devrait ainsi lancer prochainement d'autres Club en région, à commencer par Toulouse et Montpellier.

Lire (3 min.)

Label ISR : DNCA Finance lance sa stratégie d’investissement d’impact avec le fonds Semperosa

DNCA Finance — affilié de Natixis Investment Managers — a lancé en décembre 2018 le fonds Semperosa. Le nouveau fonds d’impact sur les actions cotées de la zone euro investit dans des entreprises qui génèrent des impacts environnementaux et sociaux positifs. Disposant d'une méthodologie impact dédiée, Semperosa est le premier fonds à recevoir le label ISR d’Etat.

Produits conformes aux ODD de l'ONU

Le fonds DNCA Invest Beyond Semperosa propose des produits d’investissement ISR qui contribuent à l’atteinte des 14 Objectifs de Développement Durable (ODD) de l’ONU. Dans cette liste, DNCA a identifié 7 thèmes qu'elle juge pertinents pour l'univers des actions cotées : santé et bien-être, eau propre et assainissement, énergie propre, industrie innovante et infrastructure, villes durables, consommation et production responsables, et lutte contre le changement climatique.

Avant d'investir dans une entreprise, le fonds se réfère à l'analyse ESG propriétaire « ABA » de DNCA et à la capacité de l'entreprise à générer des impacts positifs significatifs et mesurables. Cette analyse d’impact est conduite en interne selon le modèle propriétaire « AIM ». Il se fonde sur 3 piliers inhérents à l’investissement d’impact : l’additionalité, l’intentionnalité et la mesurabilité. Toutes les entreprises du fonds sont évaluées sur leur performance en fonction de ces 3 piliers.

Transparence et mesure de l’impact

La gestion du fonds est confiée à Léa Dunand-Chatellet et Adrien Le Clainche, épaulés par Alix Chosson, analyste ISR. Léa Dunand-Chatellet possède une connaissance approfondie de la gestion ISR de conviction. Adrien Le Clainche est un spécialiste des actions européennes. Leurs profils complémentaires constituent un atout, puisqu'il existe une forte cohérence entre la gestion de conviction actions et la recherche d’impacts positifs.

« Semperosa va plus loin qu’un simple fonds thématique, en intégrant systématiquement une analyse de la capacité des entreprises à générer des impacts positifs durables. Cela nous permet d’investir dans les sociétés qui sont les réels moteurs de la transition économique durable », assure Léa Dunand-Chatellet.

En plus des informations ISR présentes dans les reportings mensuels et trimestriels, un reporting d’impact dédié sera publié tous les ans. Il sera construit en lien avec les Objectifs de Développement Durable.

Lire (3 min.)

Jean-Georges Dressel - LFDE : investir dans les thématiques ISR et intelligence artificielle (IA)

A l'occasion de la convention ANACOFI 2019, Jean-Georges Dressel, Directeur commercial CGP & Echiquier Club chez LFDE, nous présente l'actualité de sa structure.

Voir (<4 min.)

Gestion obligataire : les investisseurs adoptent une approche plus active

Invesco — gestionnaire d'actifs basé à Atlanta — publie ce lundi 18 mars sa 2e étude annuelle mondiale sur la gestion obligataire « Global Fixed Income Study » (en anglais), qui analyse en détail le comportement des investisseurs obligataires. L'étude a été réalisée auprès de 145 spécialistes obligataires et responsables de l’investissement en zone EMEA, en Amérique du Nord et en Asie-Pacifique, pour un total de 14 100 milliards de dollars d'encours sous gestion.

Les investisseurs s'attendent à une fin relativement proche du cycle économique, mais n’anticipent pas de correction significative des actifs obligataires. Ils prévoient plutôt un aplatissement prolongé de la courbe des taux. Dans leur quête de rendement, ils adoptent une approche plus active : stratégies alternatives, allocations aux marchés émergents et exposition à la Chine.

Prise en compte des risques géopolitiques

Les investisseurs s'intéressent davantage aux problématiques géopolitiques qui peuvent perturber les marchés. Près de la moitié d'entre eux (46 %) a ajusté ses allocations en portefeuille à cause des tensions commerciales.

Dans le détail, deux tiers (65 %) des investisseurs Wholesale ont été influencés par le Brexit et ont modifié leurs allocations aux actifs européens et britanniques. En revanche, seul un tiers (34 %) des investisseurs institutionnels a opté pour la même stratégie.

Les perspectives des investisseurs sur l'économie mondiale deviennent plus incertaines. Les investisseurs obligataires considèrent les niveaux élevés d’endettement à travers le monde comme l’élément déclencheur le plus probable de la prochaine récession.

Bientôt la fin d'un cycle économique

L’expansion économique actuelle — près de dix années — est l’une des plus longues jamais enregistrées, ce qui inquiète certains investisseurs. Ils commencent à douter de sa longévité et restent à l’affût de tout élément déclencheur susceptible d’y mettre un terme.

La moitié des investisseurs obligataires (49 %) estime que le cycle touchera à sa fin entre fin 2019 et fin 2020. En revanche, plus d'un quart (27 %) anticipe une fin de cycle plus proche, au cours des 6 à 12 prochains mois. Sur les perspectives à court terme, les investisseurs Whosale se montrent plus pessimistes que les investisseurs institutionnels, avec 65 % qui tablent sur une fin de cycle d’ici 2 ans.

Éléments déclencheurs potentiels de la prochaine récession

Les sondés s'inquiètent surtout des niveaux élevés de dette, en particulier celui de la dette publique. L’attention que suscite l’endettement n’est pas surprenante après les faibles niveaux historiques des taux d’intérêt sur une si longue période. Les sondés estiment que la hausse des taux d'intérêt impactera lourdement les charges d'intérêt et les taux de défaut.

Parmi les autres sources de perturbation possibles, 15 % des investisseurs pensent que le risque principal proviendrait d'une crise au sein des marchés émergents. Pour 13 % d’entre eux, il s'agirait d'une bulle de la dette en Chine.

Impact sur le marché obligataire

La fin du cycle économique suscite une nervosité grandissante. Certaines inquiétudes portent sur la probabilité d’un revirement significatif des marchés, même si ce mouvement devrait concerner davantage les actions que les obligations.

Néanmoins, 60 % des investisseurs estiment avec une certitude élevée que les spreads de crédit s'élargiront au cours des 3 prochaines années. Près d'un sur deux (45 %) pensent que la courbe des rendements restera plate pour encore un long moment.

En comparaison, les investisseurs obligataires se montrent peu inquiets quant au risque de hausse de l’inflation (34 %). Seul un quart (27 %) anticipen une inversion de la courbe dans les prochaines années.

Les investisseurs remodèlent activement leurs portefeuilles

« Les investisseurs obligataires du monde entier s'intéressent à un grand nombre de stratégies : certaines sont axées sur le rendement, d'autres cherchent la sécurité d'une duration courte ou du cash en cas de pics de volatilité, quand d'autres encore veulent profiter de la flexibilité des instruments à taux variable », conclut Nick Tolchard, responsable de la gestion obligataire dans la région EMEA.

Lire (5 min.)