L’EFAMA élit son nouveau Président et deux Vice-Présidents

L’EFAMA — the Europan Fund and Asset Management Association — a tenu ce vendredi 21 juin à Paris son assemblée générale annuelle (AGM), à l’invitation de l’Association Française de la Gestion financière (AFG). Dans ce cadre, l’EFAMA a élu Nicolas Calcoen — Directeur Général adjoint d’Amundi — à la Présidence pour un mandat de 2 […]

L’EFAMA — the Europan Fund and Asset Management Association — a tenu ce vendredi 21 juin à Paris son assemblée générale annuelle (AGM), à l'invitation de l'Association Française de la Gestion financière (AFG). Dans ce cadre, l’EFAMA a élu Nicolas Calcoen — Directeur Général adjoint d’Amundi — à la Présidence pour un mandat de 2 ans, qui se poursuivra jusqu’en juin 2021. L’AGM a également élu Myriam Vanneste — Directrice Exécutive de Candriam Investor Group — et Jarkko Syyrilä — Responsable des Affaires Publiques de Nordea Asset and Wealth Management (AWM) — vice-présidents de l’EFAMA pour le même mandat de 2 ans.

Focus sur Nicolas Calcoen, Myriam Vanneste et Jarkko Syyrilä

Nicolas Calcoen, qui vient d’achever son mandat de deux ans à la vice-Présidence de l’EFAMA, succède à William Nott à la Présidence. Son élection intervient quelques mois après sa nomination au poste de Directeur Général adjoint d’Amundi. Auparavant, Nicolas Calcoen était Directeur Financier et Responsable Finance & Stratégie chez Amundi depuis octobre 2012. Il est membre du conseil d'administration de l’EFAMA depuis 2012.

Myriam Vanneste a occupé divers postes stratégiques au sein de Candriam au cours de ces 21 dernières années, notamment en tant que Responsable Monde des relations Groupe, Responsable Monde de la distribution et Responsable Monde de la gestion et de la coordination des produits. Elle est actuellement membre du Conseil d’Administration de Candriam Belgium et siège au Conseil d’Administration de BeAMA, the Belgian Asset Management Association.

Jarkko Syyrilä est Conseiller Exécutif et Responsable des Affaires Publiques chez Nordea Asset and Wealth Management depuis mars 2016. Il est à ce titre responsable de la coordination des relations extérieures de la société de gestion. Jarkko Syyrilä a acquis une vaste expérience en matière de relations publiques d’organisations professionnelles, ayant été Directeur des Relations Internationales de l’IA, the Investment Association, et Directeur Général adjoint de l’EFAMA, avant de rejoindre Nordea en tant que Responsable de la Conformité en 2014.

Un pont entre l'épargne et l'économie réelle

En tant qu'association représentative du secteur européen de la gestion d'actifs, l’EFAMA continuera à se concentrer sur les objectifs suivants :

  • Placer les investisseurs finaux — les épargnants et les retraités européens — aux commandes de leur avenir financier, en leur donnant les informations, le choix et les conseils appropriés en matière d'épargne et de placement ;
  • Continuer à financer l'économie européenne de la manière la plus efficace possible, en établissant un cadre réglementaire solide qui optimise le rôle de gérants d’actifs ;
  • Aider l'économie européenne à rester compétitive au niveau mondial grâce à un environnement réglementaire équilibré, dynamique et cohérent avec les autres marchés.

« Nous devrons faire face à différents défis, notamment les modifications de la réglementation, les nouvelles institutions européennes et le nouveau paysage européen. Notre industrie devra se positionner comme un pont entre l’épargne et l’économie réelle ; la finance durable devrait donc être un formidable levier. Les projets européens sont également une excellente opportunité », déclare Eric Pinon, Président de l'AFG. « Le secteur européen de la gestion d'actifs a un rôle important à jouer pour aider à diminuer les écarts de ressources issues de la retraite et assurer la transition vers un modèle de développement plus durable », ajoute Tanguy van de Werve, Directeur Général de l’EFAMA.

Lire (4 min.)

Sébastien Bareau - Calista Patrimoine : développer les partenariats immobiliers

Produits immobiliers, financiers, assurantiels et bancaires... La plateforme Calista Patrimoine assure la distribution de ces produits auprès des CGP avec une approche globale pour s'adapter aux besoins des clients finaux. Quels programmes font son actualité en 2019 ? Quelles sont ses perspectives de développement ?
Voir (<3 min.)

Intencial Patrimoine lance de nouveaux modèles de rémunération pour les CGP

Intencial Patrimoine — marque du Groupe APICIL dédiée aux CGPI — lance ce jeudi 20 juin deux alternatives de rémunération pour les conseillers en gestion de patrimoine (CGP). Le dispositif suit la directive européenne sur la distribution d'assurance (DDA), entrée en vigueur le 1er octobre 2018.

Ces deux alternatives de rémunération doivent venir renforcer la valeur de conseil des CGP partenaires d'Intencial Patrimoine. Elles visent aussi à prévenir les potentiels conflits d'intérêt, et à garantir une transparence en termes de rémunération pour les clients finaux.

Un barème de rétrocession unique

« Notre ambition est de continuer à faire évoluer notre marché en restant différenciant dans notre proposition de valeur. C'est dans cette dynamique que nous proposons de nouvelles solutions de rémunération qui s'adaptent aux besoins et aux attentes de nos partenaires CGP », commente Jonathan Benharrous, Directeur du Développement des Réseaux Externes chez Intencial Patrimoine.

La première alternative de rémunération est un barème de rétrocession unique. L'ensemble de la gamme UC se répartit en 8 catégories d'actifs. Chacune se voit appliquer un taux de rétrocession unique, calculé à partir du taux de rétrocession moyen perçu. Le barème de rétrocession classique actuellement en vigueur — taux de rétrocession spécifique pour chaque Unité de Compte — reste en place.

Un mode de gestion SMART

La deuxième alternative de rémunération pour les CGP est un mode de gestion SMART, sans rétrocession. Il repose sur un univers d'investissement complet 100 % sans rétrocession composé d'une centaine de fonds : ETF, OPC, Supports Immobiliers, Supports Structurés. Les Fonds en Euros sont également éligibles.

SMART se décline en gestion libre et en gestion déléguée, pour les contrats d'assurances vie et de capitalisation — hors PEP PEA, contrat à participation aux bénéfices différée et contrats fermés à la commercialisation. Ce mode de gestion s'accompagne d'une structure tarifaire repensée au niveau du contrat, avec majoration des frais de gestion sur les UC.

Lire (2 min.)

Marchés : analogie entre le cycle actuel et le début des années 2000

Benoît Peloille
Hausse des actions, valorisations de certains actifs risqués, ralentissement de l'activité... Le cycle économique actuel rappelle celui du début des années 2000. Quelles similitudes et quelles différences pour les investisseurs sur les marchés financiers ? Benoît Peloille, Gérant chez VEGA IM, partage son analyse.
Lire (5 min.)

Finance durable : vers une régulation européenne de l’information extra-financière des entreprises ?

Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, a reçu ce vendredi 21 juin le rapport établi par Patrick de Cambourg, président de l’Autorité des normes comptables, à l’issue de sa mission sur le développement de l’information extra-financière des entreprises. Le texte s'intitule Garantir la pertinence et la qualité de l’information extra-financière des entreprises : une ambition et un atout pour une Europe durable.

Le document analyse le développement de l’information extra-financière des entreprises — en complément de l’information comptable et financière — pour éclairer les parties prenantes sur leur performance sociale, environnementale et sociétale. Le rapport propose de structurer ce reporting extra-financier au niveau européen, afin de mieux garantir sa fiabilité et sa pertinence, et favoriser les comparaisons.

Développer la finance responsable

Bruno Le Maire déclare : « le développement d’un référentiel de reporting extra financier de haute qualité, fondée sur les meilleures pratiques, est désormais indispensable pour stimuler la performance sociale et environnementale des entreprises et engager notre économie dans un chemin de croissance durable. C’est également la clé du développement d’une finance responsable, pleinement mobilisée en faveur de la transition énergétique. Pour être fructueux, ce chantier doit être engagé au niveau européen. En s’appuyant sur les travaux de Patrick de Cambourg, la France portera des propositions fortes en ce sens en vue la prochaine mandature européenne ».

Lire (2 min.)

La SCPI Immo Placement lance une augmentation de capital de 15 millions d’euros

Voisin — filiale de Foncière Atland — annonce ce vendredi 21 juin le lancement d'une augmentation de capital de 15 M€ pour la SCPI Immo Placement. Cette SCPI hyper-mutualisée compte plus de 200 actifs et plus de 400 locataires, pour une capitalisation de 250 M€.

Sa stratégie d'investissement s'oriente vers les bureaux dans les métropoles régionales. Elle repose sur deux volets, des acquisitions ciblées dans les métropoles régionales d'un côté, et une gestion active de son patrimoine de l'autre.

Investir dans un fonds hyper-mutualisé

Cette augmentation de capital vise à développer les performances du fonds. Le prix de la part de cette augmentation de capital est fixé à 870 euros, pour une valeur de reconstitution de 916,12 euros (en hausse de 1,98 % en 2018). Les épargnants peuvent devenir associés à partir de 3 480 euros.

Avec un taux de distribution 2018 supérieur à 5 %, Immo Placement permet aux épargnants et aux professionnels du patrimoine d'investir dans un fonds hyper-mutualisé. La SCPI leur apporte une distribution supérieure à la moyenne du marché et un potentiel de valorisation.

Plus de 92 % de taux d'occupation financier

La précédente augmentation de capital  — menée en 2016-2017 pour un montant similaire  — avait été souscrite en seulement six mois. Cette opération avait permis d'acquérir plusieurs actifs de qualité dans les métropoles comme Nantes, Toulouse, ou Lille/Roubaix.

Ces acquisitions et la valorisation du patrimoine permettent d'afficher un taux d'occupation financier supérieur à 92 % à fin 2018. Forte de réserves importantes  — avec un report à nouveau équivalent à 125 jours de distribution  — et d'un patrimoine porteur de potentielles plus-values, le dividende 2019 sera supérieur ou égal à celui de l'an dernier.

En termes de valorisation les valeurs d'expertise s'inscrivent à la hausse depuis plusieurs années. Ces bons fondamentaux se sont retranscrits au niveau du prix moyen de la part, qui a augmenté de 1,30 %.

Lire (2 min.)

Etats-Unis : la Fed répondra-t-elle aux attentes des marchés ?

Julien-Pierre Nouen
Dans un contexte d'intensification des tensions commerciales, les investisseurs craignent un ralentissement de la croissance aux Etats-Unis et dans le monde. La Fed va-t-elle procéder à des baisses de taux « préventives », comme au milieu des années 1990 ? Julien-Pierre Nouen, Directeur des études économiques et de la gestion diversifiée chez Lazard Frères Gestion, partage son analyse.
Lire (2 min.)

Investissement : misez sur les entreprises familiales

Daniel Kalt
Les entreprises familiales affichent un rendement à long terme supérieur à celui du marché global. Comment identifier une entreprise familiale ? Pourquoi représentent-elles une option d'investissement prometteuse ? Daniel Kalt, Chief Economist & Regional Chief Investment Officer pour la Suisse chez UBS, partage son analyse.
Lire (4 min.)

Etats-Unis : la Fed se laisse conduire mais ne dirige pas

Stefan Kreuzkamp
Cette semaine, les marchés financiers sont suspendus aux annonces imminentes des banques centrales. Aux Etats-Unis, la Fed va-t-elle annoncer une baisse des taux dans un avenir proche ? Les investisseurs ont-ils raison de parier en ce sens ? Stephan Kreuzkamp, CIO chez DWS, partage son analyse.
Lire (4 min.)

Marchés financiers : quelles perspectives au 2e semestre 2019 ?

Jean Boivin
Les attentes du marché vis-à-vis des baisses de taux de la Fed en 2019 se sont encore accrues la semaine dernière. Par ailleurs, les rendements des bons du Trésor américain à 10 ans ont plongé à près de 2 %, dans un contexte d’intensification des tensions géopolitiques. Quelles perspectives se dessinent pour fin 2019 ? Jean Boivin, Responsable Mondial de la Recherche pour le BlackRock Investment Institute, partage son analyse.
Lire (6 min.)

Amundi nomme un Responsable des Gestions Obligataires Euro Alpha

Amundi nomme un Responsable des Gestions Obligataires Euro Alpha
Gilles Dauphiné

Dans le cadre de son développement, Amundi — société française de gestion d’actifs — annonce ce jeudi 20 juin la nomination d'un nouveau Responsable des Gestions Obligataires Euro Alpha. D'après les chiffres publiés le 31 mars 2019, le groupe dispose actuellement de 1 476 Mds€ d'encours sous gestion. Ayant son siège social à Paris, Amundi est cotée en Bourse depuis novembre 2015. L'entreprise compte aujourd'hui près de 4 500 collaborateurs et experts des marchés, basés dans 37 pays différents.

Focus sur le parcours de Gilles Dauphiné

Gilles Dauphiné est diplômé d'un master en ingénierie de l'ENSEIRB, et d'un master de l'ESCP. Il commence sa carrière en 2001 chez AXA IM, en tant que Gérant de produits structurés. Après différents postes au sein du département Structuration & Développement, Gilles Dauphiné devient Responsable des stratégies d'Assurance et des solutions Retraite.

En 2014, Gilles devient Responsable de la Gestion Obligataire des portefeuilles du groupe AXA, puis Responsable mondial Buy & Maintain pour les clients hors groupe. En 2019, il rejoint le groupe Amundi en tant que Responsable des Gestions Obligataires Euro Alpha.

Lire (1 min.)

Les A-Notations, par Anacofi Services : Tocqueville Finance

Source : Anacofi Services

TOCQUEVILLE FINANCE est une société de gestion de portefeuille agréée par l’AMF en 1991. Elle exerce son activité dans la cadre de la directive OPCVM, de la directive AIFM (FIA) et la gestion de mandats. En liaison avec son développement, la société a réalisé une importante réorganisation avec La Banque Postale AM.

Développement de la clientèle en Europe

L’accent est mis sur le renforcement de la gestion sous mandat intégrée en ingénierie patrimoniale et en assurance-vie. La clientèle se développe fortement en Europe, nouvel axe de développement. Cette offre a souvent fait l’objet de récompenses. Les fonds propres de TOCQUEVILLE FINANCE ont été renforcés sur les derniers exercices.

Chiffre d’affaires et résultats ont également marqué une nette progression. Implantée à Paris et à New York, la société dispose d’un organigramme. Si les fonctions référentes ont été créées en interne, TOCQUEVILLE bénéficie également du renfort des structures de son actionnaire. Une équipe commerciale d’expérience œuvre au développement. Les fonctions RCCI, juridiques sont exercées en interne.

Lire (1 min.)

Tikehau Capital entre dans trois indices Euronext Paris

Tikehau Capital — groupe de gestion d’actifs alternatifs et d'investissement — a annoncé le vendredi 14 juin trois nouvelles entrée sur Euronext Paris. Le groupe rejoindra les indices boursiers CAC SMALL, CAC MID & SMALL et CAC ALL TRADABLE dès ce vendredi 21 juin 2019 après la clôture des marchés.

Cette opération fait suite à la décision du Conseil scientifique des Indices d'Euronext Paris. L'entrée de Tikehau Capital dans ces indices fait suite à l’amélioration de la liquidité du titre Tikehau Capital depuis sa cotation. Elle constitue une nouvelle étape positive pour le profil boursier du Groupe.

Focus sur le groupe Tikehau Capital

D'après les chiffres du 31 mars 2019, Tikehau Capital gère aujourd'hui 22,4 milliards d’euros d'encours. Au 31 décembre 2018, le groupe déclarait disposer de 2,3 milliards d’euros de fonds propres. Tikehau Capital investit dans différentes classes d'actifs — dette privée, immobilier, private equity, stratégies liquides — notamment pour des clients institutionnels et privés.

Contrôlé par son management, aux côtés de partenaires institutionnels, Tikehau Capital compte aujourd'hui plus de 440 collaborateurs. Ses bureaux se situent actuellement à Paris, Londres, Bruxelles, Madrid, Milan, New York, Séoul, Singapour et Tokyo.

Lire (2 min.)

ISR : BNP Paribas Asset Management obtient le label pour 3 de ses ETFs

BNP Paribas Asset Management (BNPP AM) annonce ce jeudi 12 juin avoir obtenu le label Investissement Socialement Responsable (ISR) pour trois ETFs — en anglais Exchange Traded Fundsde sa gamme BNP Paribas Easy. Pour rappel, un ETF est un OPCVM indiciel coté sur les marchés réglementés d'Euronext.

Ces 3 fonds sont les premiers ETFs en France à être labellisés. Ces labels ont été délivrés pour une durée de 3 ans, à la suite de l’audit réalisé par Ernst & Young France. Les ETFs concernés couvrent les principaux marchés actions mondiaux. Ils suivent une approche ISR, qui vise à privilégier les meilleures pratiques environnementales, sociales et de gouvernance (ESG). Il s'agit de :

  • BNP Paribas Easy MSCI Europe SRI UCITS ETF ;
  • BNP Paribas Easy MSCI Japan SRI UCITS ETF ;
  • BNP Paribas Easy MSCI KLD 400 US SRI UCITS ETF ;

3e fournisseur d'ETFs ISR en Europe

Les parts indicielles non cotées (non ETF) de ces 3 fonds ont également obtenu le label ISR. En France, le label ISR a été créé par le ministère des Finances. Il permet d'offrir une meilleure visibilité aux épargnants sur les produits socialement responsables. Le label garantit que la gestion s’appuie sur des méthodologies solides, avec une exigence de transparence forte et une information de qualité. Ces critères visent à intégrer les critères ESG dans ses processus d’investissement.

« Cela confirme notre position de force en matière d’investissement durable, alors que nous nous classons au 3e rang des fournisseurs d’ETFs ISR en Europe. Nous poursuivons dans ce sens nos développements, notamment sur notre gamme indicielle qui dépasse aujourd’hui les 23 milliards d’euros d’encours (à la date du 30 avril 2019, NDLR) », déclare Isabelle Bourcier, Responsable des Gestions quantitative & indicielle de BNPP AM. Pour rappel, les derniers

Lire (2 min.)