Investir dans les PME-ETI : Turenne Groupe lance la SLP Sélection & Opportunités

Cette semaine, Turenne Groupe annonce le lancement de la Société de Libre Partenariat (SLP) « Sélection & Opportunités » à destination de la clientèle privée. Plus d'explications sur ce véhicule de diversification patrimoniale avec Le Courrier Financier.
Lire (6 min.)

Le Tchat du Cofi – Paul-Edouard Falck, NextStage AM : Covid-19, le capital-investissement « prend toute son importance »

Pendant cette période de financement, retrouvez notre format vidéo « Le Tchat du Cofi ». Levées de fonds, accompagnement des entreprises et relance économique... Comment le capital-investissement peut-il aider les entreprises à traverser la crise du Covid-19 ?
Voir (<1 min.)

Coronavirus : comment s’en sortent les hedge funds sur les marchés émergents ?

L'équipe Lyxor Cross Asset Research
La crise sanitaire partie de Chine a pris une ampleur mondiale. Les actifs émergents connaissent désormais des rendements comparables à ceux des pays développés, mais avec de nombreuses disparités. Quels seront les impacts de la pandémie de coronavirus sur les marchés émergents ? Comment les hedge funds investis sur ce segment peuvent-ils adapter leurs stratégies ? Les équipes Lyxor Cross Asset Research partagent leur analyse hebdomadaire.
Lire (5 min.)

Abderahmane Fodil – ​idi Emerging Markets Partners : Private Equity et crise sanitaire, « ​certains secteurs seront les grands gagnants ​»

Le Private Equity permet-il de garder son capital à l’abri ? En pleine crise sanitaire, quels secteurs de croissance privilégier ? Abderahmane Fodil répond en exclusivité aux questions du ​Courrier Financier.
Lire (6 min.)

ODDO BHF Secondaries Fund lève 358 millions d’euros sur sa stratégie secondaire

ODDO BHF Private Equity — filiale du groupe financier franco-allemand ODDO BHF — annonce ce mercredi 8 juillet le dernier closing du fonds « ODDO BHF Secondaries Fund ». Cette opération porte à 358 millions d’euros le montant levé sur sa stratégie secondaire — au travers des produits FCPR ODDO BHF Secondaries Opportunities, « ODDO BHF Secondaries Fund » et un fonds dédié à des clients institutionnels

Les engagements du fonds témoignent de la confiance des investisseurs historiques de ODDO BHF Private Equity, ainsi que de l’arrivée de nouveaux partenaires. Cette levée porte les capitaux gérés par ODDO BHF Private Equity à plus de 2,3 milliards d’euros — en termes de capitaux engagés. Elle renforce les capacités du groupe ODDO BHF sur ses développements clés dans le domaine des Private Assets.

Transactions secondaires

« ODDO BHF Secondaries Fund » est un Fonds global, qui privilégie le segment des transactions secondaires de 5 à 50 millions d’euros. Il vise le rachat d’actifs matures générateurs de flux de trésorerie, qui présentent un fort potentiel de création de valeur.

« ODDO BHF Secondaries Fund » a capitalisé sur les compétences de l’équipe et les capacités de sourcing étendues du groupe ODDO BHF, ce qui lui a déjà permis de réaliser huit transactions sur des actifs européens et américains pour près de 80 millions d’euros.

Opportunités d'investissement

« Nous sommes convaincus que le marché secondaire du Private Equity restera source de nouvelles opportunités pour ODDO BHF Private Equity. Nos vingt ans d'expérience sur le segment du capital-investissement des sociétés de taille intermédiaire sont un atout majeur qui nous permettra de faire profiter nos investisseurs des opportunités d’investissement intéressantes », indique Jérôme Marie, co-gérant du Fonds.

« Nous estimons que dans l’environnement actuel, notre stratégie secondaire est bien positionnée pour saisir de nouvelles opportunités et investir dans des actifs potentiellement performants. Le succès de notre levée de Fonds confirme notre statut de spécialiste sur ce marché et constitue une première étape réussie dans le déploiement de notre offre en Private Assets », conclut Nicolas Chaput, président de ODDO BHF Private Equity.

Lire (2 min.)

Prise de participation : Cabestan Croissance entre au capital de Forex Finance

Andera Partners — spécialiste de l’investissement non coté en France et à l’international, créé en 2001 au sein du Groupe Edmond de Rothschild — annonce ce lundi 6 juillet la finalisation de la levée de Cabestan Croissance, son fonds dédié aux PME du small cap. Le véhicule réalise également son premier investissement en entrant au capital de Forex Finance. Objectif, se concentrer sur des opérations primaires avec une stratégie de croissance marquée, interne ou externe.

L’équipe entend réaliser plus de la moitié de ses opérations au cours de process de gré à gré. Andera Partners a mené cette opération de LBO aux côtés de Serge Assouline, dirigeant fondateur, avec le soutien de la Caisse d’Epargne Normandie qui a souscrit 100 % de la dette. Le levier de l’opération est modéré afin de permettre à l’entreprise de piloter la vitesse de développement de sa stratégie d’innovation et de croissance.

Soutenir les entrepreneurs

Après un premier closing à 60 M€ en décembre 2019, Cabestan Croissance a finalisé sa levée au cours du 1er trimestre 2020, atteignant son objectif final de 80 M€. Cette levée permet à la plateforme Andera d’étoffer son engagement dans l’accompagnement des entrepreneurs du Small Cap. Depuis 2007, l’équipe Cabestan a accompagné plus de 50 entreprises sur ce segment. Comme l’ensemble des fonds gérés par Andera Partners, Cabestan Croissance se donne pour mission de participer activement à la croissance et à la structuration des entreprises dans lesquelles il investira.

La stratégie d’investissement de Cabestan Croissance est identique à celle de Cabestan Capital, à savoir des opérations de capital-développement et de capital-transmission à caractère majoritaire ou minoritaire. Cabestan Croissance s’adressera plus spécifiquement aux PME rentables, implantées en France et réalisant moins de 30 M€ de chiffre d’affaires pour y investir entre 2 et 5 M€ par opération. L’équipe d’investissement est organisée autour de deux directeurs, Marianne Harlé et Pierre Morisseau ainsi que de Thibault Menel, Chargé d’Affaires, et Thomas Guyenot Analyste.

Cette levée confirme ainsi le potentiel de l’équipe Cabestan, qui a doublé de taille en moins de 5 ans et compte aujourd’hui 15 personnes, dont 4 associés et 2 directeurs. Historiquement positionnée sur le segment des fonds fiscaux, l’équipe a depuis investi deux vintages de fonds et se prépare à lever son troisième. « Au-delà de la consolidation de la stratégie déployée par l’équipe Cabestan, cette levée témoigne surtout du dynamisme de notre société et du soutien de nos investisseurs pour nos projets de développement » commente David Robin, associé au sein de Cabestan.

Investir dans Forex Finance

Parallèlement à la finalisation de cette levée, l’équipe annonce son premier investissement. Il a été mené pendant la période de confinement dans Forex Finance, aux côtés de son fondateur Serge Assouline, qui conserve la majorité du capital. A l’occasion d’un processus non intermédié, Andera Partners entre au capital de cet acteur présent depuis près de 30 ans dans le conseil en risques financiers et en organisation de trésorerie. Basée à Paris, Forex Finance emploie une vingtaine de salariés et réalise un chiffre d’affaires de plus de 7 M€.

Forex Finance conseille ses clients, groupes côtés, ETI et fonds d’investissement sur leurs problématiques en risques financiers via sa propre salle de marché. Forex Finance a également lancé une activité de conseil en organisation de trésorerie pour permettre à ses clients d’optimiser leurs flux et la gestion de leur trésorerie au niveau mondial. Enfin, la société accompagne ses clients sur leurs positions de clôtures et sur la valorisation de position financière au bilan et hors-bilan.

Cette ouverture du capital s’inscrit dans le projet de développement ambitieux de Forex Finance, passant notamment par le déploiement des offres produits et métiers qui ont été développées ces dernières années : couverture de change, de taux d’intérêt, risque matières premières, mise en place des documentations IFRS-9, 13 et 16, valorisation de stock-option, TSR ainsi que par la montée en puissance de l’activité de conseil en organisation de trésorerie auprès des directions financières.

Lire (4 min.)

Crowdfunding : vers une harmonisation du financement participatif européen

David El Nouchi
En 2020, l'Union européenne (UE) devrait adopter un règlement unique concernant le secteur du financement participatif. Quels sont les enjeux de cette harmonisation pour les plateformes françaises de crowdfunding ? Comment ce règlement va-t-il organiser la protection du consommateur ?
Lire (5 min.)

Private Equity : un secteur qui doit entamer sa mue digitale

Michel Ivanovsky
Dans un secteur du Private Equity en pleine mutation, les sociétés de gestion font face à des enjeux de taille. Parmi eux, la digitalisation apparaît comme un passage obligé pour parvenir à réinventer leur modèle en profondeur.
Lire (5 min.)

Assurance vie : 2020 sera l’année du capital-investissement

Bertrand Tourmente
Après une année 2019 marquée par des performances sur les marchés actions, les épargnants vont devoir se montrer plus sélectifs et optimiser la diversification de leurs placements. Le maintien des taux d’intérêts à des niveaux historiquement bas, voire négatifs, milite pour rester à l’écart des produits obligataires. A l’inverse, la récente Loi PACTE devrait permettre au non-coté de prendre une place croissante dans l’assurance vie des Français. Tour d’horizon des placements à privilégier et à éviter en 2020.
Lire (6 min.)

Placements : comment faciliter l’accès au non coté

Clément Francomme
Soutenu par une appétence des investisseurs de plus en plus forte, l’univers du non coté tend à ouvrir ses portes à toujours plus de particuliers. De nombreux chantiers restent pourtant à mener tant du côté des banques que des autorités réglementaires.
Lire (5 min.)

Andera Partners annonce le closing unique de son fonds sponsorless ActoMezz IV

Andera Partners — spécialiste de l’investissement non coté en France et à l’international, créé en 2001 au sein du Groupe Edmond de Rothschild — annonce ce lundi 29 juin le closing unique de son fonds de mezzanine sponsorless ActoMezz IV au-delà de son hard cap initial de 500 millions d’euros.

Succès malgré le confinement

Malgré la crise sanitaire liée au Covid-19, cette levée de fonds est la plus importante finalisée à ce jour par Andera Partners. Elle est de 60 % supérieure au précédent véhicule ActoMezz qui avait lui aussi connu, en juillet 2017, un closing unique au-dessus de son hard cap initial, à 315 M€. Les souscripteurs d’ActoMezz III ont manifesté un fort soutien à l’équipe et à sa stratégie via un re-up de plus de 110 %.

Stéphane Bergez, Co-gérant d’Andera Partners et Associé Responsable d’ActoMezz commente : « Cette levée de fonds, qui intervient moins de trois ans après le closing d’ActoMezz III, a atteint son objectif initial de 450 M€ en seulement 16 semaines avant de le dépasser assez nettement, malgré le confinement. Nous sommes très fiers de constater un re-up supérieur à 100 % de nos clients historiques dans ce nouveau véhicule et d’accueillir de nouveaux investisseurs de premier plan ».

Une dizaine de nouveaux souscripteurs institutionnels français et internationaux de premier plan ont également témoigné de leur conviction pour ActoMezz IV et sa thèse sponsorless d’accompagnement d’équipes dirigeantes cherchant à maximiser leur participation au capital de leur entreprise. Au total, l’équipe d’ActoMezz a levé plus d’un milliard d’euros ces 6 dernières années. Ses fonds dégagent et visent une performance supérieure à 10 % net par an.

Opérations sponsorless

La stratégie d’investissement d’ActoMezz IV s'inscrit dans le prolongement de celle menée depuis 15 ans par l’équipe d’ActoMezz, qui a déjà réalisé plus d’une cinquantaine d’opérations pour 34 sorties. Le fonds vise des montants d’investissement unitaires compris entre 5 et 70 millions d’euros.

Il permet aux dirigeants d’entreprise de (re)prendre le contrôle de leur société avec un partenaire financier expérimenté en Private Equity, tout en leur en laissant le contrôle capitalistique. ActoMezz IV cible essentiellement des PME françaises small et midcap, dans le cadre de projets de croissance ambitieux. Le fonds n’exclut pas des opérations transfrontalières — en particulier au Bénélux, en Italie ou en Espagne.

« Le succès de la levée (...) vient conforter la stratégie d’Andera Partners, qui s’est imposée comme une plateforme de croissance et de consolidation de premier plan sur le marché du private equity. La progression des deux autres levées de fonds en cours, Cabestan et BioDiscovery, témoigne de la confiance des investisseurs dans Andera Partners (...) Ce développement va nous amener à lever plus d’un milliard d’euros au cours de l’année 2020, ce qui fait de facto d’Andera Partners un des principaux acteurs du marché », indique Pierre-Yves Poirier, Co-gérant d’Andera Partner.

Projets de croissance

L’équipe ActoMezz peut faire valoir un track-record de plus de 50 opérations et 34 sorties. Elle a pour objectif principal d’accompagner et d’accélérer les projets de croissance en vue d’opérer un changement d’échelle aux côtés de dirigeants actionnaires majoritaires. Parmi les sociétés actuellement au portefeuille d’ActoMezz, on peut citer notamment :

  • Passman, leader français du service d’accès à Internet pour les établissements d’accueil, dans le cadre d’une opération sponsorless en 2014, traduit par un doublement de la taille du groupe en cinq ans ainsi qu’un développement à l’international, suivie d’un réinvestissement par le fonds ActoMezz III en 2019 ;
  • Bioclinic, leader de l’analyse médicale de routine en région parisienne, accompagné par ActoMezz depuis décembre 2018 sur sa stratégie de développement en Ile-de-France, concrétisée par 4 acquisitions structurantes.

Bien d’autres managers de talents ont, grâce à l’intervention d’ActoMezz, pu prendre le contrôle capitalistique d’entreprise qu’il dirigeait depuis plusieurs années comme HVJ, Prenax, Tournus ou Travelsoft.

Lire (4 min.)

Capital-investissement : plus performant que les autres classes d’actifs, d’après France Invest

France Invest — Association des Investisseurs pour la Croissance — et le cabinet Ernst & Young (EY) présentent ce mercredi 24 juin leur étude « Performance nette des acteurs français du capital-investissement à fin 2019 ». Il s'agit de la 26e édition de cette enquête annuelle, qui traite de la performance nette des acteurs français du capital-investissement.

« S’il est encore trop tôt pour juger de l’impact de la crise du Covid-19 sur les valorisations des sociétés en portefeuille des fonds à fin 2020, il convient de souligner la très bonne performance des fonds levés par le capital-investissement depuis 2010. Avec, en particulier, des TRI de 17,7 % en capital-transmission et de 9,5 % en capital-innovation en très forte progression, preuve du succès croissant des startups françaises », commente Hervé Jauffret, Associé EY.

Surperformance à fin 2019

« Le capital-investissement français affiche à fin 2019 et sur longue période une surperformance très nette face aux autres classes d’actifs. Les sociétés de gestion membres de France Invest sont expérimentées et mobilisées pour accompagner les entreprises dans les périodes de crises et les aider à se préparer au mieux aux phases de reprise », déclare Dominique Gaillard, Président de France Invest.

« Maintenir l’activité, préserver la trésorerie, adapter le business model, saisir les opportunités de croissance externe font partie des sujets stratégiques pour lesquels les fonds apportent toute leur expertise dans les circonstances présentes liées au Covid. Dans une perspective de moyen terme, les fonds ont également la capacité d’accélérer les transformations pour tendre toujours plus vers une économie écologique et solidaire », ajoute-il.

Stabilité sur le long terme

Mesurée depuis 1987 — donc depuis 32 ans à fin 2019, soit une très longue période —, la performance globale du capital-investissement français est stable depuis 2014 à un niveau de l’ordre de 10 % en moyenne par an, nette de frais et de carried interest, et s’établit à 10,4 % à fin 2019. Elle atteint 11,3 % par an sur un horizon de 10 ans.

L’investissement dans les entreprises non cotées accompagnées par les acteurs français du capital-investissement confirme à nouveau à fin 2019 et sur le long terme sa très bonne rentabilité et sa surperformance par rapport aux autres grandes classes d’actifs.

Performances par segments

La performance du capital-investissement français est variable selon les segments et croît en moyenne avec le niveau de maturité des entreprises accompagnées. Les performances récentes (à 5 ans et à 3 ans) très élevées sont le reflet du dynamisme économique de ces dernières années.

La performance du capital-innovation qui accompagne des startups et de jeunes entreprises à forte dominante innovation continue de progresser significativement sur tous les horizons de temps par rapport à l’étude 2018. A fin 2019, cette performance représente 3,1 % par an depuis l’origine et atteint 8,1 % par an sur 3 ans.

Emergence des serial entrepreneurs

Cette amélioration continue de la performance du capital-innovation s’explique par la maturité et le professionnalisme croissants des acteurs de ce secteur. Un grand nombre de créateurs de startups sont des entrepreneurs en série, qui positionnent désormais très vite leur entreprise au niveau international.

Les gérants de fonds ont acquis depuis 40 ans une expérience considérable pour aider leurs participations, non seulement en les finançant, mais aussi en leur apportant des compétences très pointues en matière de RH, marketing, positionnement produits, comme en témoignent les nombreux recrutements réalisés par les fonds ces dernières années.

Les performances du capital-développement et du capital-transmission qui accompagnent des entreprises plus matures restent très soutenues. Quand ces sociétés atteignent 10 ans d'existence, les performances évoquées ci-dessus sont respectivement de 7,9 % et de 14,7 %.

Lire (4 min.)

Investir en entreprise : 1 Français sur 3 serait prêt à y placer son épargne

Comment les épargnants actifs préparent-ils leur avenir ? Quelle place l'investissement en entreprise tient-il dans leurs plans ? Private Equity, entreprises cotées en bourse ou encore fonds d'investissement... Infopro Digital dévoile cette semaine une étude sur la diversification de l'épargne vers les entreprises et l'économie réelle.
Lire (5 min.)