Cession : Duval vend sa filiale Yxime à Esset Property Management

Le Groupe Duval — spécialiste de l'immobilier — annonce ce vendredi 10 juillet la cession d'Yxime, sa filiale de Property Management, au bénéfice d'Esset Property Management (filiale du Groupe Foncia). Avec ses 170 collaborateurs, Yxime a réalisé cette année un chiffre d'affaires de 20 M€.

Cette décision de cession a été motivée par l'opportunité historique de créer le spécialiste français du Property Management, avec un portefeuille de 11 millions de mètres carrés en immobilier tertiaire et 20 000 lots en résidentiel. Les modalités de la transaction ne sont pas communiquées.

7 millions de m² sous gestion

Spécialiste du Property Management en immobilier tertiaire, Yxime accompagne ses clients dans la gestion de leurs investissements, de la valorisation de leurs actifs jusqu'au management sur site des immeubles. Ses services sont dédiés à la gestion de l'ensemble du patrimoine immobilier des clients, ainsi qu'au bien-être des occupants.

Avec 7 millions de m² sous gestion, Yxime est présente sur l'ensemble du territoire national. Son réseau permet d'offrir aux investisseurs les avantages d'une gestion unifiée de leurs actifs, tout en garantissant la proximité et la disponibilité de ses équipes.

Lire (1 min.)

Trésorerie d’entreprise : Bercy renforce les financements par affacturage

Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, annonce ce vendredi 10 juillet un dispositif innovant de renforcement des financements par affacturage. Objectif, soutenir la trésorerie des entreprises et accélérer le redémarrage de l’économie. Ce dispositif de soutien — inédit en France comme à l’étranger — a été élaboré en lien […]

Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance, annonce ce vendredi 10 juillet un dispositif innovant de renforcement des financements par affacturage. Objectif, soutenir la trésorerie des entreprises et accélérer le redémarrage de l’économie. Ce dispositif de soutien — inédit en France comme à l’étranger — a été élaboré en lien avec les sociétés d’affacturage et l’Association Française des Sociétés Financières.

Bruno Le Maire a déclaré : « Ce mécanisme de renforcement des financements par affacturage vient compléter les instruments que le Gouvernement met à disposition des entreprises pour faire face à la crise. Il leur permettra de bénéficier d’un financement dédié dès la prise de commande, utile pour financer la relance de l’exploitation. C’est une réponse innovante pour aider les entreprises dans la période de reprise d’activité. » 

Renforcer l'affacturage

L’Assemblée nationale a ainsi adopté — dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances rectificatives n°3 — un dispositif proposé par le Gouvernement, qui permet de renforcer le financement du poste client des entreprises grâce à l’affacturage.

Venant en complément des prêts garantis par l’Etat, ce dispositif permettra aux entreprises de bénéficier de financements d’affacturage dès la prise de commandes, sans attendre la livraison et l’émission des factures correspondantes. Ces nouveaux financements seront éligibles à la garantie de l’Etat. Ce préfinancement garanti permettra aux entreprises de gagner en moyenne 45 jours de trésorerie par rapport à l’affacturage classique.

Délais de paiement

Ces financements permettront le financement du besoin en fonds de roulement lié à la reprise d’activité et ainsi, d’honorer le plus grand nombre de commandes nouvelles. Ce préfinancement de court terme permettra également de détendre les délais de paiement au sein des chaînes de valeur, notamment dans l’industrie, le bâtiment et la construction. 

Une fois définitivement voté par le Parlement et après approbation du dispositif par la Commission européenne, ce mécanisme fera l’objet de mesures d’application réglementaires en vue d’une entrée en vigueur dans le courant de l’été. Il sera applicable aux financements de commandes prises jusqu’au 31 décembre 2020.

Lire (3 min.)

SCPI Cœur de Régions : Sogenial acquiert 1 500 m² d’activités commerciales à Charleville-Mézières

Sogenial Immobilier — spécialiste de l'épargne immobilière — annonce ce vendredi 10 juillet l'acquisition de 1 500 m² d’activités commerciales à Charleville-Mézières dans les Ardennes. Cette opération a été réalisée pour le compte de sa SCPI « Cœur de Régions ».

Sogenial Immobilier a été conseillé dans cette opération par l’étude notariale R&D, Olivier Duparc et Nexity Conseil et Transactions. Bleecker, le vendeur, a été conseillé dans cette opération par l’étude notariale Attal & Associés, Vianney Laporte et Nexity Conseil et Transactions.

Un bail de 9 ans

Ce bien se situe 6 rue André Joseph, au sein de la ZAC La Croisette proche du centre commercial Carrefour La Croisette et du Parc Commercial Grand Parc récemment développé par le Groupe Frey. Cet ensemble immobilier de 1 500 m² est loué à Orexad, enseigne du groupe Rubix.

Un bail de 9 ans a été signé, dont 5 ans fermes. Orexad est l'un des spécialistes français de la distribution de fournitures techniques et d'équipements aux entreprises industrielles, avec 2 300 collaborateurs et plus de 200 agences en France depuis 30 ans.

Lire (1 min.)

Capital investissement : Candriam réalise le premier closing de son premier fonds de fonds à impact

Candriam — gestionnaire d’actifs multi-expert global, spécialiste de l’investissement durable — annonce ce vendredi 10 juillet le premier closing de son premier fonds de fonds de capital-investissement d’impact. Ce véhicule offre aux investisseurs une exposition aux entreprises qui créent des solutions innovantes pour répondre aux enjeux sociaux et environnementaux.

Le fonds a reçu le soutien d’investisseurs institutionnels en Europe et aux Etats-Unis, en particulier Bpifrance, New York Life, Neuflize-Vie et le groupe Ylliade. Si l’objectif du fonds s’élevait à 100 millions d’euros, Candriam a décidé d’effectuer un premier closing à hauteur d’un tiers de la taille cible afin de contribuer immédiatement à l'effort de relance post Covid-19.

Stratégie du fonds de fonds

Le fonds investit exclusivement dans des entreprises françaises et européennes. La stratégie se concentre sur les domaines où les besoins sont les plus critiques, notamment l'accès aux soins de santé, à l'éducation et à l'emploi. Elle cible les acteurs clés des marchés locaux, qui soutiennent une économie inclusive et contribuent aux efforts de production et de consommation responsables.

Les entreprises sous-jacentes seront essentiellement des petites et moyennes entreprises (SME). Les investissements de cette stratégie seront axés sur les acteurs clés des marchés locaux, afin de faire éclore les champions de l’impact européen de demain. Le succès sera proportionnel à l’impact généré, ce qui permettra au fonds de tenir en parallèle ses deux objectifs : des résultats financiers et un impact fort.

« Notre priorité absolue en tant qu’investisseur d’impact, c’est d’investir dans l’économie réelle. Le manque d’accès à la sécurité sociale et à un travail décent, les pressions budgétaires exercées sur la santé ou le changement climatique ne sont que quelques-uns des nombreux enjeux auxquels notre société fait face aujourd’hui », déclare Maia Ferrand, Co-Head of External Multimanagement chez Candriam et General Partner du fonds.

Investissement à impact

L'investissement d'impact est en plein essor. Ces 10 dernières années, il est devenu la stratégie d'investissement durable connaissant la plus forte croissance. D’après l’étude « 2020 Annual Impact Investor Survey » en anglais du GIIN (Global Impact Investing Network), la taille du marché de l’investissement d’impact est estimée à 715 milliards de dollars.

Les investisseurs soutiennent l’idée selon laquelle la recherche simultanée de performances environnementales ou sociales et de performances financières offrira un meilleur résultat que traitées séparément. Les réglementations adoptées en Europe constituent des catalyseurs de croissance supplémentaires dans ce secteur.

Des incitations ont été mises en place pour les investissements à impact social, de même qu’un environnement favorable aux investisseurs et aux entreprises à impact. « En investissant dans des entrepreneurs locaux qui ont mis l’impact au cœur du développement de leur entreprise, les investisseurs ont la capacité de soutenir un changement social et environnemental positif sans sacrifier des rendements potentiels », conclut Maia Ferrand.

Lire (3 min.)

Primonial REIM accueille un nouveau Responsable Développement Retail

Primonial REIM — société de gestion de portefeuille, spécialiste du marché immobilier — a annoncé le 3 juillet dernier la nomination de son nouveau Responsable Développement Retail. Dans ce cadre, Alphonse de Givry (41 ans) est rattaché à Philippe Chambéry, Directeur Développement Retail.

Primonial REIM renforce ainsi son pôle dédié à ses partenaires distributeurs. Au sein du pôle « Distributeurs », Alphonse de Givry sera chargé de maintenir le leadership de Primonial REIM sur le marché de l’épargne immobilière, de renforcer les partenariats existants avec ses partenaires distributeurs et d’en initier de nouveaux.

Focus sur le parcours d'Alphonse de Givry

Alphonse de Givry est diplômée de l’IPAC à Annemasse, spécialité Action Commerciale. En 2004, il débute sa carrière au sein de la société RICOH en tant qu’Attaché Commercial BtoB. En 2007, il intègre Laforêt Immobilier en qualité de Négociateur Immobilier. En 2010, il rejoint BNP Paribas comme Conseiller Patrimoine Financier & Conseiller Banque Privée.

Cinq ans après, Alphonse de Givry devient Responsable de l’Animation Commerciale des SCPI. En 2018, il entre chez Paref Gestion en tant que Sales & Partnership Manager. Dans ce cadre, il anime et fidélise les partenariats existants ainsi que les réseaux bancaires ; tout en recherchant de nouveaux réseaux de distribution, poste qu’il occupait jusqu’à présent.

Lire (1 min.)

ESG : Neuberger Berman lance la stratégie Japan Equity Engagement

Neuberger Berman — société de gestion indépendante détenue par ses salariés — annonce ce jeudi 9 juillet développer sa plateforme ESG avec l'ajout d'un nouvel OPCVM. Ce placement financier applique une stratégie d'engagement sur les actions japonaises. Le nouveau fonds UCITS recherche des rendements attractifs grâce à un engagement actif et un dialogue constructif avec les petites et moyennes capitalisations japonaises.

Sélection rigoureuse

Neuberger Berman propose aux investisseurs internationaux un ensemble diversifié de fonds intégrant les critères ESG, dont le « Neuberger Berman Emerging Market Debt Sustainable Investment Grade Blend Fund », le « Neuberger Berman Emerging Markets Equity Fund » et le « Neuberger Berman Global High Yield Sustainable Action Fund », lancé récemment.

Le Neuberger Berman Japan Equity Engagement Fund privilégie les entreprises ayant la « volonté de changer » et cherche à obtenir un meilleur rendement corrigé du risque par rapport à son indice de référence sur le long terme. Il investit dans des sociétés cotées au Japon, dont la capitalisation boursière est en général inférieure à 1 000 milliards de yens.

Le portefeuille sera très concentré et s'appuiera sur l'expertise des équipes d'investissement ESG et de recherche Global Equity de Neuberger Berman. La sélection des titres de forte conviction du fonds sera définie par un processus rigoureux de sélection et de notation en trois étapes, axé sur des critères de qualité, de gouvernance, environnementaux, sociaux et de valorisation.

Gouvernance d'entreprise

Le fonds sera géré par Keita Kubota, basé à Tokyo et Responsable Actions Japonaises chez Neuberger Berman. M. Kubota, qui a rejoint la société en novembre 2019, dirige une équipe de quatre gérants de portefeuille expérimentés ayant une connaissance approfondie des entreprises locales. L'équipe de gestion principale d'investissement du fonds sera également assistée par le nouveau Directeur des investissements au Japon, Kei Okamura, qui a rejoint Neuberger Berman en mars de cette année.

« La gouvernance d'entreprise n'a jamais été aussi fermement inscrite à l'ordre du jour du gouvernement japonais, et nous constatons un nouveau niveau d'ouverture d'esprit des entreprises pour changer et s'améliorer. Nous pensons que le moment est venu de trouver des actions japonaises sous-évaluées en utilisant une approche de recherche fondamentale avec un engagement actif et constructif », déclare Keita Kubota.

« Nous pensons que trop peu d'investisseurs s'engagent auprès des petites et moyennes entreprises japonaises sur des sujets importants en matière d'environnement, de social et de gouvernance (ESG), ce qui nous offre une occasion importante de créer de la valeur et de l'impact pour nos clients (...) En cette période de grande incertitude économique et sociale, le besoin d'investisseurs actifs à long terme capables d'exercer un jugement sur les questions ESG n'a jamais été aussi grand », déclare Jonathan Bailey, Responsable de l'investissement ESG chez Neuberger Berman.

Lire (3 min.)

Swiss Life Asset Managers France recrute un gérant de portefeuilles crédit High Yield

Swiss Life Asset Managers France — fililale de gestion d'actifs du groupe Swiss Life — a annoncé ce mardi 7 juillet l'arrivée d'un gérant de portefeuilles crédit High Yield. Florent Rouget de Conigliano rejoint l'équipe dirigée par Edouard Faure, Responsable de la gestion High Yield, assisté de deux analystes-gérants, Romy Kruger et Emmanuel Jourdan.

Swiss Life Asset Managers développe depuis 10 ans une expertise obligataire High Yield globale sur les marchés européens et d’Amérique du Nord. Elle totalise aujourd’hui plus de 850 millions d’euros d’actifs sous gestion. La gamme se décline également sur des fonds à échéance sur différentes maturités et non benchmarkés.

Focus sur le parcours de Florent Rouget de Conigliano

Florent Rouget de Conigliano

Florent Rouget de Conigliano est diplômé de L’Ecole Supérieure de Commerce de Rouen en 2003, et CFA charterholder. Il dispose d’une solide expérience en asset management, plus particulièrement en gestion de portefeuilles investis en obligations High Yield et Investment Grade. En 2002, il débute sa carrière au sein de CDC IXIS Capital Markets à Paris.

En 2005, Florent Rouget de Conigliano entre chez Ostrum Asset Management (Groupe Natixis). Il évolue ensuite pendant 15 ans aux postes de gérant de portefeuilles crédit : sur le monétaire d’abord, puis à la gestion Investment Grade, et enfin sur le crédit High Yield. Il était dernièrement en charge de la gestion de fonds et mandats investis en dettes de sociétés High Yield européennes et américaines.

Lire (2 min.)

Groupement de CGP : Patrimmofi devient actionnaire majoritaire de Valorial

Patrimmofi — groupement de CGP dirigé par Georges Nemes — a annoncé ce lundi 6 juillet une participation de 51 % au capital de Valorial, cabinet de gestion de patrimoine. Valorial est implanté à Biarritz, au Pays Basque. Doté d’une antenne à Paris, le cabinet maîtrise deux domaines d'expertise : le conseil financier et les transactions immobilières haut de gamme.

Par ailleurs, Valorial s'est spécialisé dans l’élaboration de stratégies globales aux plans fiscal, familial, professionnel et juridique, qui visent à valoriser les patrimoines et d’en optimiser la transmission. « Désormais, Valorial participe à notre ambition : devenir un acteur incontournable au sein des CGP indépendants, en nous appuyant sur les compétences complémentaires de nos différents associés », réagit Georges Nemes.

Stratégie de développement

« Ce sont toujours les rencontres qui sont à l’origine de nos projets de développement ; nous avons été séduits par l’approche de Sybille Jost Lefebvre et Séverine Traille qui comme nous, ont une vision empathique du métier », ajoute Georges Nemes.

« Nous accompagnons nos clients au long cours parfois sur plusieurs générations. Nous sommes là pour vivre avec eux les évolutions de la famille à chacune de leurs étapes. En rejoignant Patrimmofi, nous nous appuyons sur un groupe solide, qui nous donne l’opportunité de nous développer de façon structurée », conclut Sybille Jost Lefebvre.

Lire (2 min.)

ISR : OFI AM obtient le label pour 7 nouveaux fonds

OFI AM — société de gestion française — annonce ce jeudi 9 juillet l'obtention de 7 nouveaux labels ISR. Cette nouvelle porte le nombre de fonds labellisés ISR gérés par OFI AM à 14. Tous ces véhicules couvrent les classes d’actifs actions, taux, diversifiés et convertibles.

Label ISR, que retenir ?

Créé par le décret du 8 janvier 2016, le label investissement socialement responsable (ISR) est promu par le Ministère de l'Économie et des Finances. Il permet d’identifier les fonds qui soutiennent les entreprises qui adoptent les meilleures pratiques et contribuent à une économie durable.

Le label ISR certifie que les objectifs financiers ainsi que les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) sont précisément définis et décrits aux investisseurs, et que les critères ESG sont pris en compte dans la construction et la vie du portefeuille.

Sont également vérifiés et certifiés la mise en application de la méthodologie d’analyse ESG, la transparence de la gestion du fonds, l’existence de la politique d’engagement et la mesure des impacts positifs de la gestion ESG sur le développement d’une économie durable.

7 fonds labellisés ISR

Dans ce cadre, EY France — l’un des deux organismes officiels qui décernent le label — a ainsi « évalué et vérifié la conformité liée aux exigences requises » les 7 fonds listés ci-dessous :

  • OFI FUND RS ACT4 SOCIAL IMPACT : Compartiment de la SICAV luxembourgeoise UCITS V, OFI Fund, dont la gestion est déléguée à OFI AM par OFI Lux ;
  • MAIF IMPACT SOCIAL : FCP de droit français ;
  • OFI RS DYNAMIQUE : FCP de droit français ;
  • OFI RS EQUILIBRE : FCP de droit français ;
  • OFI RS PRUDENT : FCP de droit français ;
  • OFI RS EURO INVESTMENT GRADE 2023 : FCP de droit français ;
  • OFI FINANCIAL INVESTMENT RS EUROPEAN CONVERTIBLE BOND : compartiment de la SICAV française.

OFI AM déploie sa stratégie ISR sur l’ensemble des classes d’actifs et types de gestion. Objectif, développer contribuer par ces investissements au financement d’une économie positive et responsable, tout en générant de la performance financière pour l’investisseur. Les références à un label attribué à un fonds ne préjugent pas des résultats futurs.  

Lire (3 min.)

Acquisition : Cyrus Conseil rachète V2A Patrimoine

Cyrus Conseil — cabinet de conseil en gestion de patrimoine — annonce ce mercredi 8 juillet l'acquisition de V2A Patrimoine. Ce cabinet de gestion de patrimoine a été créé en 2005 par Fabien Annet. Présent Nantes (Loire-Atlantique) et à Vannes (Morbihan), V2A Patrimoine détient un encours de 130 M€ et regroupe une équipe de 6 personnes.

Ce rachat porte sur 100 % du capital. Une partie du prix d’acquisition sera payé par échange de titres du Groupe Cyrus. A l’issue de cette opération, Fabien Annet, Bertrand Vigier et Bertrand Ziller deviendront associés du holding et continueront à exercer leur métier au sein de Cyrus.

Croissance externe de Cyrus

Cette opération permet de renforcer la présence de Cyrus dans la région Ouest en complément du bureau de Rennes (Ile-et-Vilaine) piloté par Christian Pierre. Avec cette opération, Cyrus compte désormais 14 implantations en France. Le Groupe accentue ainsi la proximité des équipes auprès de ses clients.

Cette acquisition s’inscrit dans la politique de croissance externe et de développement du Groupe Cyrus. Les clients de V2A Patrimoine vont bénéficier de l’offre élargie de services et de produits de Cyrus, tout en préservant la relation de proximité avec leurs conseillers habituels.

Lire (1 min.)

FCP : le fonds Kilimandjaro change de gestionnaire

Placium — cabinet de conseil en gestion de patrimoine — annonce ce lundi 6 juillet avoir confié la gestion du fonds « Kilimandjaro » à la société de gestion Auris Gestion, dans le cadre de son activité d’asset management proposée sous la marque « Salamandre by Auris Gestion ». Ce changement est entré en vigueur le 15 juin dernier.

Créé en 2017, « Kilimandjaro » est un FCP à vocation patrimoniale. Il vise à répondre aux besoins d’une majorité des clients du cabinet, qui souhaitent valoriser leur capital à long terme en conservant un niveau de risque maîtrisé. Désormais, une équipe de 10 gérants financiers — encadrés par 3 risk managers — est déployée au bénéfice du fonds « Kilimandjaro », sous l’étroite supervision du cabinet.

Pourquoi ce changement ?

Dans un contexte de marché post Covid — marqué par le début d'une récession économique — le cabinet a souhaité recourir à une société de gestion plus flexible, afin de préserver les intérêts des clients. Ce changement permet de diversifier les classes d’actifs utilisables, avec des solutions d’investissement en architecture ouverte, des contrats financiers sur indices de marchés ou à des ETF (trackers ou fonds indiciels cotés).

De quoi modifier l’exposition du fonds et réduire les coûts indirects. Cette adaptation progressive du fonds « Kilimandjaro » permet de servir les intérêts des clients dans la durée et de répondre aux défis d’allocation — risques et opportunités. Le fonds est disponible chez Cardif, AEP, Nortia, Generali et SwissLife. Il est éligible à l’assurance vie, aux contrats de capitalisation et contrats de retraite.

Lire (2 min.)

ODDO BHF Secondaries Fund lève 358 millions d’euros sur sa stratégie secondaire

ODDO BHF Private Equity — filiale du groupe financier franco-allemand ODDO BHF — annonce ce mercredi 8 juillet le dernier closing du fonds « ODDO BHF Secondaries Fund ». Cette opération porte à 358 millions d’euros le montant levé sur sa stratégie secondaire — au travers des produits FCPR ODDO BHF Secondaries Opportunities, « ODDO BHF Secondaries Fund » et un fonds dédié à des clients institutionnels

Les engagements du fonds témoignent de la confiance des investisseurs historiques de ODDO BHF Private Equity, ainsi que de l’arrivée de nouveaux partenaires. Cette levée porte les capitaux gérés par ODDO BHF Private Equity à plus de 2,3 milliards d’euros — en termes de capitaux engagés. Elle renforce les capacités du groupe ODDO BHF sur ses développements clés dans le domaine des Private Assets.

Transactions secondaires

« ODDO BHF Secondaries Fund » est un Fonds global, qui privilégie le segment des transactions secondaires de 5 à 50 millions d’euros. Il vise le rachat d’actifs matures générateurs de flux de trésorerie, qui présentent un fort potentiel de création de valeur.

« ODDO BHF Secondaries Fund » a capitalisé sur les compétences de l’équipe et les capacités de sourcing étendues du groupe ODDO BHF, ce qui lui a déjà permis de réaliser huit transactions sur des actifs européens et américains pour près de 80 millions d’euros.

Opportunités d'investissement

« Nous sommes convaincus que le marché secondaire du Private Equity restera source de nouvelles opportunités pour ODDO BHF Private Equity. Nos vingt ans d'expérience sur le segment du capital-investissement des sociétés de taille intermédiaire sont un atout majeur qui nous permettra de faire profiter nos investisseurs des opportunités d’investissement intéressantes », indique Jérôme Marie, co-gérant du Fonds.

« Nous estimons que dans l’environnement actuel, notre stratégie secondaire est bien positionnée pour saisir de nouvelles opportunités et investir dans des actifs potentiellement performants. Le succès de notre levée de Fonds confirme notre statut de spécialiste sur ce marché et constitue une première étape réussie dans le déploiement de notre offre en Private Assets », conclut Nicolas Chaput, président de ODDO BHF Private Equity.

Lire (2 min.)