Le Grand Forum du Patrimoine : LFDE reçoit le Grand Prix de la Philanthropie

La Financière de l'Echiquier (LFDE) a reçu le Grand Prix de la Philanthropie — catégorie Sociétés de Gestion — au Grand Forum du Patrimoine (GFP), qui s'est tenu le 11 juin dernier à Paris. Cette récompense est une nouveauté 2019, pour la 3e édition du salon organisé par Gestion de Fortune, Investissement Conseils et Profession CGP.

Monde de la finance et fondations

Le Grand Prix de la Philanthropie met en avant les meilleures collaborations entre mécènes du monde de la finance et fondations. Il récompense l'action de la Fondation Financière de l’Echiquier, créée en 2004. Sous l’égide de la Fondation de France, la Fondation Financière de l’Echiquier agit pour les personnes en difficulté sociale ou professionnelle.

Cette structure — dirigée par Bénédicte Gueugnier — soutient des projets dans trois domaines : l’éducation, l’insertion et la lutte contre la grande exclusion. La Fondation Financière de l’Echiquier est financée par un mécanisme de partage des frais de gestion de trois fonds d’investissement, ainsi que par des dons externes.

Collaborateurs, clients et partenaires

« Cette belle distinction nous encourage à poursuivre notre action de solidarité, qui fédère les collaborateurs de l’entreprise et démontre que finance peut rimer avec bienveillance », déclare Bénédicte Geugnier, Directrice de la Fondation Financière de l’Echiquier.

« Ce prix (...) est la reconnaissance du formidable travail accompli par la Fondation Financière de l’Echiquier comme de l’implication de nos collaborateurs, qui s’engagent sur le terrain en faveur de projets solidaires, mais aussi celle de nos clients et partenaires qui soutiennent notre engagement », ajoute Christophe Mianné, Directeur Général de La Financière de l’Echiquier.

Lire (2 min.)

JLL France annonce 2 nominations dans son service investissement logistique et industriel

JLL France — filiale du groupe JLL — annonce ce jeudi 13 juin deux nominations en interne. JLL France accueille un Responsable de la Business Line Logistique et Industrielle, ainsi qu'un nouveau Directeur Adjoint. Dans le détail, JLL — Jones Lang LaSalle, conseil en immobilier d’entreprise — figure dans le classement Fortune 500. La société américaine revendique chiffre d'affaires de 16,3 milliards de dollars. JLL emploie près de 90 000 collaborateurs dans plus de 80 pays.

Un marché de l'investissement logistique en pleine croissance

Basé à Paris, Simon-Pierre Richard prend ses fonctions au sein du Département Investissement, sous la responsabilité de Vincent Delattre. Il travaillera en étroite collaboration avec Pierre de Montbeillard, nommé Directeur Adjoint. Le service investissement logistique et industriel compte aujourd'hui 4 collaborateurs, et bientôt un cinquième consultant.

Le marché de l'investissement logistique connaît une forte croissance. En 2019, les volumes transactés devraient dépasser le record de 2,7 Mds€ établi l'an dernier. L’équipe gère déjà plus de 960 M€ d’actifs en cours de due diligence, ou sous compromis pour 2019. Ces chiffres confirment l’exceptionnelle attractivité des actifs logistiques et industriels auprès des investisseurs.

Focus sur Simon-Pierre Richard et Pierre de Montbeillard

Simon-Pierre Richard bénéficie de près de 10 ans d’expérience en immobilier logistique et industriel. Il rejoint JLL en 2018, après avoir travaillé pendant 8 ans chez AEW en tant qu’Asset Manager et Directeur d’investissements industriels. Cette expérience lui a notamment permis acquérir pour le compte de différents clients plus de 850 M€ d’actifs.

Pierre de Montbeillard est basé à Lyon. Il a rejoint JLL en 2015, après une expérience de 4 années en expertise. Pierre de Montbeillard affiche une grande expérience, tant sur la vente unitaire d’actifs logistiques que sur la vente de portefeuilles.

Lire (2 min.)

Prélèvement à la source : 70 % des foyers fiscaux déclarent en ligne

Gérald Darmanin — Ministre de l'Action et des Comptes publics — fait le point ce lundi 17 juin sur la campagne de déclaration des revenus, quelques mois après l'instauration du prélèvement à la source. Désormais, 25 millions de foyers fiscaux déclarent leurs revenus en ligne soit près de 70 %.

Ce chiffre sera actualisé d'ici la fin du mois, avec la prise en compte les dépôts des tiers de confiance — experts-comptables, etc. — qui ont jusqu’au 25 juin pour déposer les déclarations dans lesquelles figurent des revenus professionnels.

Généralisation de la déclaration en ligne

En 2019, la déclaration en ligne a été généralisée pour les contribuables qui disposent d’une connexion Internet. L'administration fiscale a mis en place — comme tous les ans — un dispositif d’accompagnement. Les questions posées par les contribuables concernaient majoritairement le prélèvement à la source et le dispositif de « l'année blanche ».

Les Français s'interrogeaient notamment sur la notion de revenus exceptionnels et de crédit d'impôt modernisation du recouvrement (CIMR). En 2020, près d'une douzaine de millions de contribuables — ceux qui n'ont rien à modifier à leur déclaration préremplie — n'auront plus rien à faire. Cette mesure vise à simplifier les démarches administratives des Français.

Succès du prélèvement à la source

Les Français se sont appropriés le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu, se félicite le Ministère de l'Action et des Comptes publics. Les contribuables ont réalisé 5 millions d'opérations sur l'interface « Gérer mon prélèvement à la source », dont près d'1,4 million de modulations de taux.

Plus de 2 millions de déclarations DSN et PASRAU sont déposés chaque mois par les collecteurs de retenue à la source — employeurs, caisses de retraites, etc. — comportant près de 90 millions de données de revenus. Grâce à ce bon fonctionnement, les rentrées fiscales sont conformes aux prévisions.

Lire (2 min.)

Marché des changes : SWIFT soutient l’automatisation

SWIFT — acteur mondial des services de messagerie financière sécurisée — a publié le 12 juin dernier son rapport « The value of standards in the FX markets » (en anglais) pour appeler le secteur du marché des changes à davantage de coopération, dans le but d'accroître son niveau d'automatisation. Le Groupe recommande d'améliorer les standards afin d'écarter les obstacles qui entravent l’échange d’informations. SWIFT espère ainsi aboutir à une automatisation de bout en bout.

Standardiser et automatiser

Le marché des changes compte 180 devises convertibles dans des volumes importants. Son bon fonctionnement exige désormais des niveaux d’automatisation élevés. Pourtant, certains obstacles l’empêchent encore d’optimiser son efficience. Chaque jour, des millions de messages de confirmation sont échangés entre les contreparties. Des divergences dans l’information peuvent causer l’échec de milliers de dénouements. L’évolution des normes sera nécessaire pour suivre le rythme des changements commerciaux, opérationnels et réglementaires qui se produisent sur le marché mondial des changes.

SWIFT appelle le secteur des changes à repérer les points de blocage, les inefficiences et les traitements manuels qui peuvent être éliminés, grâce à une approche commune et à l’augmentation des niveaux d’automatisation. Son rapport suggère de mettre à profit les possibilités offertes par une meilleure harmonisation grâce à la standardisation. La version 2019 des standards SWIFT va faciliter l’automatisation du processus de « matching » qui permet de confirmer une opération de change. Cette amélioration vise à faire gagner du temps et de l’argent en réparation de données.

Lire (2 min.)

Tikehau Capital entre dans trois indices Euronext Paris

Tikehau Capital — groupe de gestion d’actifs alternatifs et d'investissement — a annoncé le vendredi 14 juin trois nouvelles entrée sur Euronext Paris. Le groupe rejoindra les indices boursiers CAC SMALL, CAC MID & SMALL et CAC ALL TRADABLE dès ce vendredi 21 juin 2019 après la clôture des marchés.

Cette opération fait suite à la décision du Conseil scientifique des Indices d'Euronext Paris. L'entrée de Tikehau Capital dans ces indices fait suite à l’amélioration de la liquidité du titre Tikehau Capital depuis sa cotation. Elle constitue une nouvelle étape positive pour le profil boursier du Groupe.

Focus sur le groupe Tikehau Capital

D'après les chiffres du 31 mars 2019, Tikehau Capital gère aujourd'hui 22,4 milliards d’euros d'encours. Au 31 décembre 2018, le groupe déclarait disposer de 2,3 milliards d’euros de fonds propres. Tikehau Capital investit dans différentes classes d'actifs — dette privée, immobilier, private equity, stratégies liquides — notamment pour des clients institutionnels et privés.

Contrôlé par son management, aux côtés de partenaires institutionnels, Tikehau Capital compte aujourd'hui plus de 440 collaborateurs. Ses bureaux se situent actuellement à Paris, Londres, Bruxelles, Madrid, Milan, New York, Séoul, Singapour et Tokyo.

Lire (2 min.)

Zone euro : adoption de la réforme du Mécanisme européen de stabilité

Bruno Le Maire — ministre de l’Economie et des Finances — a salué ce vendredi 14 juin l’accord obtenu pendant la dernière réunion de l’Eurogroupe. Pour rappel, les ministres des pays membres de la zone euro étaient réunis ce jeudi 13 juin à Luxembourg.

Cet accord concerne à la fois le budget de la zone euro, le filet de sécurité de l’Union bancaire et le Mécanisme européen de stabilité (MES). Ces avancées vont dans le sens des réformes de la zone euro proposées par Emmanuel Macron, et qui visent à consolider l'union monétaire de l'UE.

Un filet de sécurité en cas de crise financière

En ce qui concerne le MES, le recours à des lignes de précaution a été simplifié. Les pays en difficulté peuvent désormais y avoir recours de manière plus rapide et plus souple. Le MES joue le rôle de pare-feu en cas de crise, afin d’assurer la stabilité financière de la zone euro.

Les ministres des finances de la zone euro ont également mis en place un filet de sécurité (« backstop ») de 60 milliards d’euros. Cet outil vient compléter le fonds de résolution unique, pour stabiliser le secteur bancaire de la zone euro en cas de crise financière. Objectif, offrir aux épargnants une protection supplémentaires pour leurs économies et leurs dépôts.

Un budget de la zone euro opérationnel en 2021

Il aura fallu 2 ans de discussions et un premier accord franco-allemand — l’accord de Meseberg -— décisif pour servir de socle aux réflexions des 19 pays de la zone euro. Les ministres présents se sont entendus sur le budget de la zone euro. Ils ont défini la gouvernance, la structure, le fonctionnement et les priorités de ce budget.

Les étapes suivantes seront fixées pendant le prochain Sommet de la zone euro, qui se tiendra le 21 juin prochain. Au programme des discussions sur le Cadre financier pluriannuel, figurent les modalités précises de financement et la taille du budget. « Il y a un budget de la zone euro et il sera opérationnel en 2021. C’est une mini révolution. », affirme Bruno Le Maire.

Lire (2 min.)

France Mutualiste nomme un Directeur de la Transformation et des Systèmes d’Information

Jérôme Guiot

La France Mutualiste poursuit sa transformation stratégique vers le conseil en assurance mutualiste. Dans le cadre, Dominique Trébuchet — Directeur Général — annonce ce jeudi 13 juin la création d'une Direction commune de la Transformation et des Systèmes d’Information. Cette fonction sera assurée par Jérôme Guiot (47 ans) qui intègre le Comité Exécutif.

Créé en 1891, France Mutualiste s'adresse aux particuliers. L'entreprise compte aujourd'hui 300 000 adhérents-clients. Elle revendique 330 000 contrats pour 9 Mds€ d'actifs sous gestion, dont 16 % en immobilier. France Mutualiste emploie 440 salariés, répartis dans 62 agences.

Focus sur le parcours de Jérôme Guiot

Diplômé de l'école nationale supérieure d'ingénieurs de Poitiers en 1995, Jérôme Guiot entre en 2004 à la Banque Française Mutualiste. Il y occupe différents poste à responsabilités. Jérôme Guiot exerce d'abord en tant que Directeur du GIE informatique.

Il devient ensuite Directeur des Systèmes d’Information en charge de la mise en place, de l’animation du cadre de gouvernance et de management des projets. En 2018, il devient Directeur Opérations et Systèmes d’Informations dans la même entreprise. En 2019, Jérôme Guiot rejoint la nouvelle Direction de la Transformation et des Systèmes d’Information.

Lire (2 min.)

ISR : BNP Paribas Asset Management obtient le label pour 3 de ses ETFs

BNP Paribas Asset Management (BNPP AM) annonce ce jeudi 12 juin avoir obtenu le label Investissement Socialement Responsable (ISR) pour trois ETFs — en anglais Exchange Traded Fundsde sa gamme BNP Paribas Easy. Pour rappel, un ETF est un OPCVM indiciel coté sur les marchés réglementés d'Euronext.

Ces 3 fonds sont les premiers ETFs en France à être labellisés. Ces labels ont été délivrés pour une durée de 3 ans, à la suite de l’audit réalisé par Ernst & Young France. Les ETFs concernés couvrent les principaux marchés actions mondiaux. Ils suivent une approche ISR, qui vise à privilégier les meilleures pratiques environnementales, sociales et de gouvernance (ESG). Il s'agit de :

  • BNP Paribas Easy MSCI Europe SRI UCITS ETF ;
  • BNP Paribas Easy MSCI Japan SRI UCITS ETF ;
  • BNP Paribas Easy MSCI KLD 400 US SRI UCITS ETF ;

3e fournisseur d'ETFs ISR en Europe

Les parts indicielles non cotées (non ETF) de ces 3 fonds ont également obtenu le label ISR. En France, le label ISR a été créé par le ministère des Finances. Il permet d'offrir une meilleure visibilité aux épargnants sur les produits socialement responsables. Le label garantit que la gestion s’appuie sur des méthodologies solides, avec une exigence de transparence forte et une information de qualité. Ces critères visent à intégrer les critères ESG dans ses processus d’investissement.

« Cela confirme notre position de force en matière d’investissement durable, alors que nous nous classons au 3e rang des fournisseurs d’ETFs ISR en Europe. Nous poursuivons dans ce sens nos développements, notamment sur notre gamme indicielle qui dépasse aujourd’hui les 23 milliards d’euros d’encours (à la date du 30 avril 2019, NDLR) », déclare Isabelle Bourcier, Responsable des Gestions quantitative & indicielle de BNPP AM. Pour rappel, les derniers

Lire (2 min.)

Les A-Notations, par Anacofi Services : ERES

Source : Anacofi Services

ERES est une plateforme indépendante à l’architecture ouverte qui œuvre avec plus de 3000 partenaires. La distribution se fait essentiellement au travers des conseillers en gestion de patrimoine (CIF) et des courtiers en assurances.

2 Mds€ d'encours fin 2018

Enregistrée auprès de l’AMF, cette société de gestion de portefeuilles (SGP) est spécialisée dans le domaine de l’épargne salariale (intéressement, participation, PEE, PERCO), dans le domaine de la retraite collective (art.83, 39, IFC) et individuelle (PERP) et de l’actionnariat salarié.

Depuis 2007, de nombreuses entreprises à forte notoriété ont eu recours aux offres d’ERES. Fréquemment récompensée et citée par les médias spécialisés, ERES a vu son portefeuille se développer fortement, avec des encours supérieurs à 2Mds € fin 2018 et mise en place de 25 nouveaux Plans d’épargne salariale et contrats de retraite par jour

Relais de proximité en régions

La société a vu l’arrivée en 2016 d’un actionnaire institutionnel. L’équipe des collaborateurs compte 37 personnes à ce jour. Elle évolue et s’adapte au fil des développements.

C’est ainsi que l’entreprise a mis en place des relais de proximité avec la création de représentations situées en province (Bordeaux, Lyon, Rennes mais Lille et Aix en Provence sont prévus courant 2019).

Lire (2 min.)

Europe : quel avenir pour la taxe sur les transactions financières ?

Du jeudi 13 au vendredi 14 juin, Bruno Le Maire — ministre de l'Economie et des Finances — est en déplacement à Luxembourg afin de participer aux réunions de l'Eurogroupe, ainsi qu'au Conseil des ministres de l’Union européenne pour les affaires économiques et financières (ECOFIN). Lors des réunions de l’Eurogroupe, les ministres prépareront le Sommet de la zone euro qui se tiendra le 21 juin prochain.

Les échanges se concentreront sur les modalités précises de fonctionnement du budget de la zone euro — ses objectifs, ses priorités et sa gouvernance — ainsi que sur la réforme du Mécanisme européen de stabilité (MES). Objectif, parvenir à un accord global sur l’approfondissement et la consolidation de la zone euro, conformément à l'annonce de décembre 2018.

Budget euro et taxe sur les transactions financières

Ce vendredi 14 juin se tiendra une réunion ministérielle pour les pays qui participent à la coopération renforcée sur la taxe sur les transactions financières (TTF). Les ministres présents discuteront de l’affectation de la TTF au budget de la zone euro par les Etats qui le souhaitent, et des modalités du produit de la taxe. Ce sujet sera approfondi lors de la réunion de l’ECOFIN, pour informer des progrès des négociations.

Par ailleurs, les ministres discuteront des aspects économiques et financiers de la stratégie climatique à long terme de l’Union européenne, priorité clé de la France. Pour finir, ces réunions permettront également de suivre les conclusions du G20 Finances, qui s’est déroulé le week-end dernier à Fukuoka (Japon).

Lire (2 min.)

Immobilier : Harmonie Mutuelle investit dans deux fonds de Mata Capital

Harmonie Mutuelle — membre du groupe VYV — annonce début juin 2019 avoir alloué 8 millions d’euros à deux fonds de Mata Capital. Pour rappel, Mata Capital est un gestionnaire indépendant de fonds d’investissement immobilier. Cette opération fait suite à un appel d'offre organisé par la société de conseil Hexagone Conseil. Elle s'inscrit dans la nouvelle politique d’investissement immobilier du groupe Harmonie Mutuelle.

Regain d'intérêt des institutionnels

La mutuelle a souscrit 8 millions d’euros au sein des deux fonds Core+ de Mata Capital. Il s'agit du véhicule MCF Quality Street, qui investit dans des actifs immobiliers à Paris, et du fonds MCF Retail High Income, qui vise les commerces de proximité et périphérie dans les zones dominantes en France. En 2018, Harmonie Mutuelle a consacré une enveloppe globale de 12 millions d’euros à l’investissement immobilier. Cette somme a été confiée à cinq sociétés de gestion françaises.

Cette stratégie s'inscrit dans un contexte de regain d’intérêt des investisseurs institutionnels pour l’immobilier. « Après une année 2018 décevante sur les marchés financiers, de nombreux investisseurs institutionnels ont augmenté leur ratio d’allocation en immobilier qui reste une valeur refuge. Ces investisseurs n’hésitent pas à augmenter leur poche de diversification afin d’améliorer leur performance dans le contexte de marché actuel », explique Edouard Baduel, Directeur du développement et des relations investisseurs chez Mata Capital.

Une nouvelle politique d'investissement immobilier

Dans ce cadre, le groupe Harmonie Mutuelle poursuit sa nouvelle politique d'investissement immobilier. Cette stratégie initiée en 2018 poursuit un double objectif : rationaliser son patrimoine immobilier et investir les produits de cession au sein de fonds immobiliers. D’ici à quatre ans, Harmonie Mutuelle souhaite investir 100 millions d’euros dans l’immobilier, soit 10 % de ses actifs financiers.

« Notre objectif est de diversifier notre allocation d’actifs et nos sources de rendement financier, en nous orientant davantage vers l’immobilier de placement (...) Nous avons décidé d’investir dans des titres ou des fonds. Nous souhaitons transformer notre immobilier d’exploitation, pour alimenter une poche immobilière dont la majorité sera orientée vers des produits de rendement. L’enjeu est de venir chercher les primes d’illiquidité pour dynamiser le rendement financier de nos placements », explique Aurélien Bon, Directeur financier chez Harmonie Mutuelle.

L'importance des critères ESG

La sélection des sociétés de gestion tient compte de nombreux critères, comme l’expérience et le track record des équipes de gestion, la performance des fonds et la conviction des gérants autour de leurs thématiques d’investissement. L’intégration des facteurs environnementaux, sociaux, de gouvernance (ESG) et la politique d’asset management immobilière de la société retenue ont également été déterminants dans le choix des différents partenaires.

« Nous avons une gestion avec une couverture 100% ESG. En tant qu’acteur du monde mutualiste, nous sommes donc particulièrement sensibles à la démarche ESG des sociétés de gestion avec lesquelles nous travaillons », précise Aurélien Bon. Signataire des Principes pour l’Investissement Responsable (PRI), Mata Capital a mis en place des indicateurs de performance adaptés à ses fonds afin de piloter ses performances ESG dans le temps.

Lire (4 min.)

AGCS nomme deux Directeurs souscription monde pour l’aviation et la marine

Tom Fadden

Allianz Global Corporate & Specialty SE (AGCS) annonce ce jeudi 13 juin une réorganisation de l’équipe de direction de son activité « Specialty ». À compter de ce jour, Tom Fadden — Directeur aviation pour la région de Londres — devient Directeur Mondial de l'Aviation d'AGCS. Par ailleurs, Ulrich Kadow — Directeur Général d’AGCS Canada — accèdera au poste de Directeur Mondial de la Marine d'AGCS dès le 1er juillet 2019.

Tous deux reporteront directement à Paul O'Neill, Directeur de la souscription des risques spéciaux. Ce dernier prendra également directement en charge le secteur de l’Énergie en intérim.

Focus sur les postes d'Ulrich Kadow et Tom Fadden

Ulrich Kadow

Tom Fadden succède à Michael Hansen, qui quittera Allianz d'ici la fin de l'année 2019. Il conservera son rôle régional actuel. D'ici l'été prochain, Ulrich Kadow prendra la responsabilité du portefeuille maritime mondial d'AGCS.

Il succède à Simon Buxton, l'actuel directeur mondial marine et énergie, qui quitte le groupe Allianz. Jusqu'à ce qu'un successeur au Canada soit confirmé, Ulrich Kadow conservera son rôle actuel.

Lire (2 min.)