Crise sanitaire : l’épargne des Français atteint 160 milliards d’euros d’après l’OFCE

Ce mercredi 14 avril 2021, l'OFCE publie ses perspectives 2021-2022 sur la conjoncture économique mondiale. Quel bilan pour la France après un an de crise sanitaire ? Comment la consommation de l'épargne-Covid peut-elle contribuer à la relance ? Le point avec Le Courrier Financier.
Lire (5 min.)

Distribution de dividendes  : quo vadis ?

Thomas Meier et Christos Sitounis
En 2020, une baisse globale des dividendes d'environ 12 % a été enregistrée par rapport à l'année précédente. D'innombrables entreprises des secteurs cycliques ont même suspendu ou complètement supprimé ces dernières. Le point avec Thomas Meier & Christos Sitounis, Portfolio Managers des fonds MainFirst Global Dividend Stars & MainFirst Euro Value Stars chez Mainfirst AM.
Lire (3 min.)

Parole de CGP – Social Care Consulting : « La crise sanitaire a accéléré notre transformation digitale »

Retrouvez l'émission du Courrier Financier, « Parole de CGP ». Les conseillers en gestion de patrimoine (CGP) nous présentent leur activité, les problématiques auxquelles ils sont confrontés, et nous racontent l’évolution de leur profession. Plongez dans l’actualité de la gestion de patrimoine !
Voir (<1 min.)

François-Xavier Combe – Easyblue : le bitcoin, « un actif de diversification à long terme » pour les épargnants

Les Français ont beaucoup épargné pendant la crise sanitaire. Entre le bitcoin, l'assurance vie ou l'immobilier, quelles sont les meilleures options pour investir ? Comment l'épargne Covid peut-elle financer la relance ? François-Xavier Combe, Fondateur de Easyblue, répond en exclusivité au Courrier Financier.
Lire (5 min.)

Courtage : Watford finalise l’acquisition d’Axeria iard

Watford Holdings (Watford) — acteur global des marchés de l’assurance et de la réassurance — annonce ce vendredi 9 avril détenir désormais l’intégralité du capital d’Axeria iard, compagnie d’assurance française spécialiste de l’assurance dommages et dédiée au réseau de courtage. Ce processus de changement d'actionnaire avait été initié en décembre 2019, avant d'être retardé en raison de la crise sanitaire.

Il s'agit de soutenir le développement de Watford en Europe. « Notre objectif est d’utiliser notre assise en capital pour renforcer les relations d’affaires existantes et utiliser la marque Axeria pour en construire de nouvelles », indique Jon Levy, CEO & Président de Watford. « Cette opération (...) place Axeria iard dans une dynamique très positive et lui ouvre des opportunités », souligne Olivier Muraire, Directeur Général d’Axeria iard.

Stratégie de développement

Suite à l'entrée de Watford dans son capital, Axeria iard bénéficie de l’envergure d’un grand groupe d’assurance et de réassurance mondial. Cette dimension internationale lui offre de prometteuses perspectives de développement, tant en France que dans le reste de l’Europe.

Axeria iard demeure une société d’Assurance française, établie et capitalisée en France, et placée sous le contrôle de l’ACPR. Ses équipes continueront à travailler en étroite proximité avec le réseau de courtiers et de partenaires qui est le sien aujourd’hui. La gamme de produits proposés, ainsi que la politique de souscription, évolueront dans la continuité.

Lire (1 min.)

Assurance vie : Hedios Patrimoine lance H Rendement 50

Hedios Patrimoine — courtier en assurance et conseiller en investissements financiers — lance ce jeudi 1er avril le placement H Rendement 50 dans le cadre du contrat d’assurance vie Hedios Life Suravenir. Ce produit de gestion passive en architecture ouverte vise un objectif de rémunération de de 8,50 % par an — hors frais liés au cadre d’investissement et avant
prélèvements sociaux et fiscalité.

Jusqu'au 31 mai 2021

Un remboursement anticipé automatique est possible tous les ans dès que l’évolution de l'indice de référence S&P Euro 50 Equal Weight Synthetic 5 % Price est positive ou nulle par rapport à son niveau initial. S'il n'y a pas de remboursement anticipé, le capital est protégé au terme de la durée maximale de 12 ans — jusqu'à 40 % de baisse de l'Indice de référence.

Les souscriptions sont ouvertes jusqu’au lundi 31 mai prochain, avec une souscription minimale de 1 000 euros. Les enveloppes étant limitées, la commercialisation peut cesser à tout moment et sans préavis. H Rendement 50 est accessible à tous les épargnants, dans le cadre d'un compte-titres, d'un contrat d'assurance-vie ou de capitalisation, etc.

Lire (1 min.)

La Parole aux Assos’ – CNCEF Crédit : IOBSP, transformer l’adhésion obligatoire en opportunité

Dans ce nouvel épisode de « La Parole aux Assos’ », Le Courrier Financier reçoit la CNCEF Crédit. Comment transformer l'adhésion obligatoire en opportunité ? Quels outils la CNCEF Crédit va-t-elle déployer pour accompagner les professionnels du crédit ? A quels enjeux est-elle confrontée en 2021 ?
Voir (<1 min.)

Fonction finance : en France, 1 responsable sur 4 a confiance dans l’exactitude de ses données financières

Ce jeudi 1er avril, une étude Blackline-Censuswide passe au crible la confiance des cadres dirigeants et responsables financiers des grandes entreprise (GE) dans l'exactitude de leurs données financières. La crise sanitaire semble avoir exacerbé les inquiétudes et accéléré la digitalisation des outils financiers. Le moment pour les chefs d'entreprise de revoir leur modus operandi ?
Lire (4 min.)

Février 2021 : l’assurance vie reprend des couleurs

Philippe Crevel
Malgré la crise sanitaire, l'assurance vie en France enregistre une collecte positive pour le mois de février 2021. Les ménages français se tournent de nouveau vers les placements longs et les unités de compte (UC). Quelles perspectives pour l'épargne dans les mois à venir ? Philippe Crevel, Directeur du Cercle de l’Épargne, partage son analyse.
Lire (2 min.)

Parole de CGP – La Financière des Cévennes : « la gestion de patrimoine se doit d’être accessible »

Retrouvez l'émission du Courrier Financier, « Parole de CGP ». Les conseillers en gestion de patrimoine (CGP) nous présentent leur activité, les problématiques auxquelles ils sont confrontés, et nous racontent l’évolution de leur profession. Plongez dans l’actualité de la gestion de patrimoine !
Voir (<1 min.)

TPE-PME : crise sanitaire, Bercy annonce l’extension des plans de règlement pour les dettes fiscales

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, et Olivier Dussopt, ministre délégué aux Comptes publics, annoncent ce jeudi 1er avril prolonger et étendre les plans de règlement pour dettes fiscales. Ce dispositif permet aux entreprises d’étaler, sur une durée pouvant atteindre 3 ans, le paiement de leurs impôts dus jusqu’au 31 décembre 2020. Il s'agit d'une mesure de soutien aux TPE-PME face à la crise sanitaire.

Quelles entreprises peuvent en bénéficier ?

Ces plans de règlement visent à soutenir les très petites entreprises (TPE) et les petites et moyennes entreprises (PME), « particulièrement touchées par les conséquences économiques de la crise sanitaire » précise Bercy. Ils s’adressent aux commerçants, artisans et professions libérales qui ont débuté leur activité au plus tard en 2019.

Ces plans de règlement s'appliquent quel que soit le statut (société, entrepreneur individuel, etc.) et le régime fiscal et social (y compris micro-entrepreneurs) de ces professionnels, sans condition de secteur d’activité ou de perte de chiffre d’affaires (CA).

Quels sont les impôts concernés ?

Ce sont les impôts directs et indirects recouvrés par la Direction générale des finances publiques — sauf ceux résultant d’un contrôle fiscal — dont le paiement devait intervenir au plus tard le 31 décembre 2020, le cas échéant avant décision de report au titre de la crise sanitaire. Il s’agit notamment :

  • de la taxe sur la valeur ajoutée ;
  • de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises ;
  • de la cotisation foncière des entreprises ;
  • du prélèvement à la source ;
  • de l’impôt sur les sociétés ;
  • de la taxe foncière des entreprises propriétaires ;
  • de l’impôt sur les revenus des entrepreneurs individuels.

Parmi cette dette fiscale, l’entreprise doit être redevable, au jour de la demande de plan, d’impôts dont la date d’échéance de paiement est intervenue, ou aurait dû intervenir avant décision de report au titre de la crise sanitaire, entre le 1er mars 2020 et le 31 décembre 2020.

Quelles sont leurs caractéristiques et comment en bénéficier ?

Ces plans sont d’une durée de 12, 24 ou 36 mois, calculée par l’administration fiscale en fonction de l’endettement fiscal et social de l’entreprise. Pour les plans d’une durée inférieure ou égale à 24 mois, l’entreprise n’a pas à fournir de garanties.

Afin d'en bénéficier, l’entreprise fait sa demande, au plus tard le 30 juin 2021, à l’aide d’un formulaire de demande de plan de règlement « spécifique covid‑19 » disponible sur le site impots.gouv.fr, depuis la messagerie sécurisée de son espace professionnel, ou à défaut par courriel ou courrier adressé à son service des impôts des entreprises.

Lire (3 min.)

TPE-PME : l’Ordre des experts-comptables appelle à renforcer le dispositif d’accompagnement

L'Ordre des experts-comptables — ordre professionnel qui regroupe les experts-comptables en France — réagit ce jeudi 1er avril dans un communiqué officiel aux annonces du Président de la République. Ce mercredi 31 mars, Emmanuel Macron a décidé d'étendre les restrictions de déplacement à l'ensemble du territoire de la France métropolitaine.

Vers un dernier confinement ?

Cette décision s'appliquera à compter de ce samedi 3 avril au soir, pour une durée de quatre semaines. Par ailleurs, le Chef de l'Etat a également annoncé la fermeture des crèches, écoles, collèges et lycées. Cette décision « renverra à la maison près de 7 millions d’élèves et contraindra au télétravail les salariés », pointe l'association.

Face à ce « nouveau confinement généralisé du territoire » qu'il espère être le dernier, l'Ordre des experts-Comptables estime qu'il faut « poursuivre et renforcer le soutien aux TPE-PME et ne pas perdre le bénéfice des sacrifices déjà consentis. Le Conseil national de l’Ordre des experts-comptables représente une profession essentielle au cœur de l'économie et qui accompagne 3,5 millions de TPE-PME au quotidien ».

Accompagner les TPE-PME

Dans ce cadre, le rôle de l'expert-comptable devient essentiel. « Nous sommes une vigie privilégiée de la situation économique de notre pays », martèle Lionel Canesi, Président de l'Ordre des experts-comptables. Il appelle désormais le Gouvernement à :

  • mettre en place une indemnité partielle pour les dirigeants de TPE-PME. « Ils sont les oubliés de cette crise : le chômeur a son chômage, le salarié a son activité partielle et le dirigeant n’a plus rien pour vivre. Nous devons sauver nos restaurateurs, nos artisans, nos acteurs de l’évènementiel et de la culture, et toutes les TPE/PME qui n’arrivent plus à survivre », prévient Lionel Canesi.
  • identifier et isoler les « dettes Covid » des TPE-PME et les étaler sur 10 ans afin d’éviter des défaillances massives et préparer la relance. Lionel Canesi appelle à « préparer un véritable choc de consommation afin de libérer l’épargne accumulée ces deniers mois par les Français et ainsi créer l’étincelle qui allumera le feu de la relance ».

« La relance de l’économie française est une cause nationale dans laquelle les experts-comptables veulent prendre toute leur part. La relance est aussi dépendante de nos comportements individuels, chacun d’entre nous doit faire preuve de patriotisme économique : consommer local, c’est sauver l’emploi des Français », conclut le Président de l'Ordre des experts-comptables.

Lire (3 min.)

Février 2021 : Livret A, toujours plus haut

Philippe Crevel
Début 2021, le Livret A apparaît comme le grand gagnant de la renonciation des Français à la consommation. Avec le prolongement de la crise sanitaire, la collecte de ce produit d'épargne va-t-elle rester au plus haut sur le long terme ? Philippe Crevel, Directeur du Cercle de l’Épargne, partage son analyse.
Lire (3 min.)