Annelies Helmer – Patrimonia 2021 : CGP, rendez-vous à Lyon les 30 septembre et 1er octobre

Près de 100 prises de parole, de nombreux débats d'experts... Les professionnels du patrimoine ont rendez-vous les jeudi 30 septembre et vendredi 1er octobre 2021 à Lyon, pour le salon Patrimonia. Quelles nouveautés pour cette édition ? Quels sont les temps forts à ne pas manquer ?
Voir (<3 min.)

Août 2021 : le Livret A ne pâtit pas de son faible rendement

Philippe Crevel
Quels résultats pour la collecte du Livret A en août 2021 ? Comment la remontée de l'inflation impacte-elle son rendement ? Philippe Crevel, Directeur du Cercle de l’Épargne, partage son analyse.
Lire (3 min.)

Claire Castanet – AMF : éducation financière, « le conseiller a un rôle clé » auprès de l’épargnant

Pour la rentrée 2021, l'éducation financière revient au premier plan dans un contexte de reprise. Comment les conseillers peuvent-ils favoriser l'éducation financière des épargnants ? Quels outils le régulateur met-il à leur disposition ? Quels sont les points de vigilance à surveiller ?
Voir (<4 min.)

Juillet 2021 : l’assurance vie, un produit plus sélectif et qualitatif

Philippe Crevel
D'après la Fédération Française de l'Assurance (FFA), les encours des contrats d'assurance vie en juillet 2021 affichent une hausse de +5 % sur un an glissant. Entre baisse d'attractivité du fonds euros et essor de l'épargne en PER, comment l'assurance vie évolue-t-elle pour tirer son épingle du jeu ? Philippe Crevel, Directeur du Cercle de l'Epargne, partage son analyse.
Lire (4 min.)

ETF : Auris Gestion présente le mandat Allocation Diversifiée d’Intencial Patrimoine

Auris Gestion — société de gestion entrepreneuriale créée en 2004, spécialisée dans l’allocation d’actifs en architecture ouverte — annonce ce lundi 30 août le déploiement de son allocation en ETFs (Exchange Traded Funds) diversifiée au service des conseillers en gestion de patrimoine (CGP). Elle est disponible dans l’offre de gestion multi-poches d'Intencial Patrimoine, sous l’« Orientation ETF », au sein des contrats suivants :

  • Intencial Liberalys Vie ;
  • Intencial Gestion Privée II Capi ;
  • Intencial Liberalys Capi ;
  • Intencial Archipel ;
  • Intencial Gestion Privée II ;
  • Intencial Archipel Capi.

Gestion sous mandat

C'est une allocation internationale diversifiée (exposition actions et taux/crédit) recourant essentiellement à des ETFs (Exchange Traded Funds) au format UCITS avec liquidité quotidienne. Cette allocation d’actifs systématique est revue une fois par mois (ou en tant que de besoin). Objectif, réduire la volatilité et le risque de perte maximale, avec un maître-mot : la diversification (géographique, par styles d’ETFs sous-jacents).

Cette allocation — issue d’un processus systématique — repose sur une vision stratégique long terme (définition des classes d’actifs à utiliser selon l’analyse du cycle économique et des fondamentaux par zones) couplée à une vision tactique court terme (sélection d’ETFs Smart Beta, d’ETFs de gestion active et d’ETFs thématiques jugés adaptés au contexte).

Cette construction de portefeuille inclut une allocation sur une vingtaine d’ETFs — investis de manière diversifiée, en actions ou obligations. « Le mandat Allocation Diversifiée ETF offre une solution d’investissement équilibrée à coûts réduits et évitant les biais comportementaux des gérants. Les coûts indirects d’une telle approche sont moindres par rapport à ceux d’une multigestion classique », précise Sébastien Grasset, Membre du Directoire et Directeur de l’Asset Management d’Auris Gestion.

Risques et diversification

L’objectif est de construire un portefeuille équilibré entre la partie actions (equity) et fixed income (taux/crédit). Les sous-jacents utilisés sont systématiquement des ETFs au format OPCVM (UCITS). Le niveau de SRRI de ce mandat varie dans une fourchette de quatre à cinq.

En termes de bornes d’allocation, l’exposition actions historique maximale est de l’ordre de 60 % avec une limite contractuelle de 70 %. L’exposition aux pays émergents est limitée à 20 % maximum. « Nous proposons une allocation en ETFs diversifiée tant au niveau géographique que de style avec le recours le plus possible à des ETFs smart beta et de gestion active ou thématique », précise Sébastien Grasset.

Quelques éléments en bref

Auris Gestion propose avec le mandat « Allocation Diversifiée ETF » une approche d’allocation robuste permettant aux investisseurs de disposer d’une allocation internationale avec un bon équilibre entre exposition actions et taux/crédit et avec une recherche de réduction de la volatilité et du risque de perte maximale. 

En outre, les ETFs présentent des frais de gestion structurellement inférieurs à ceux des fonds classiques. Enfin, ce mandat « Orientation ETF » permet de préserver une bonne rémunération pour les partenaires CGP dans un cadre conforme à la réglementation.

Lire (3 min.)

Family Office : l’AFFO et l’AUREP lancent la 3e édition de leur formation certifiante

Association Française du Family (AFFO) — association loi 1901 qui promeut le métier de Family Office en France et en Europe — et l’organisme de formation AUREP annoncent ce jeudi 26 août l’ouverture des inscriptions pour la troisième édition de leur formation certifiante « Métiers du Family Office ». Cette dernière débutera en janvier 2022.

Cette formation, lancée en 2019, est la première formation certifiante pensée et dédiée aux professionnels qui exercent auprès des familles — mono ou multi Family Offices, banquiers privés, conseillers en gestion de patrimoine indépendants ou salariés, professionnels du droit et du chiffre tels que les notaires, avocats, experts comptables, etc.

La professionnalisation du métier du Family Office est une priorités pour l’AFFO. « Avec l’arrivée de nouvelles générations d’entrepreneurs, de nouvelles demandes, ainsi que la création de nouveaux Family Offices, la formation reste un enjeu important pour la profession », assure l'association dans un communiqué de presse.

Résultats des 2 premières sessions

Les 2 premières sessions ont remporté un vif succès et ont réuni plus de 50 professionnels dont plus des deux tiers viennent de province (ARA, Centre-Val de Loire, PACA ou de Nouvelle-Aquitaine, etc.). Ces chiffres confortent l’objectif de l’AFFO de se faire connaître et d’accompagner les Family Offices répartis dans les différentes régions de France.

De nombreuses catégories de professionnels sont représentées : Family Officers, banquiers, experts-comptables, CGP, notaires, etc. Plus de 45 % des inscrits sont des conseillers en gestion de patrimoine, qui souhaitent développer leurs expertises et s’orienter plus vers le conseil pour accompagner leur clientèle entrepreneuriale.

A qui s’adresse cette formation et qui peut s’y inscrire ?

Elle s’adresse à ces professionnels qui souhaitent développer leurs expertises et connaissances du métier. Cette formation les sensibilisera aux enjeux et aux contours du métier de Family Office, et les aidera à acquérir les compétences nécessaires pour s’entourer et fédérer une équipe de prestataires spécialisée.

La formation est assurée par des professionnels membres de l’AFFO et par l’équipe pédagogique de l’AUREP. Elle s’articule autour de trois axes :

  • la gouvernance d’entreprise et familiale ;
  • l’organisation patrimoniale de la famille ;
  • l’accompagnement de la famille ou comment gérer l’affectio familiae.

Les candidats doivent justifier soit d’un diplôme de niveau bac +3/4, reconnu par l’Etat, dans les domaines juridique, économique, commercial ou de gestion, sans autre condition ; soit d’une expérience professionnelle d’au moins 5 ans dans le domaine de la gestion de patrimoine, de la finance ou de la gouvernance d’entreprise.

Lire (3 min.)

Sidney Mbassi – Praeconis : « La prévoyance apporte aux CGP une rémunération supplémentaire »

Chefs d'entreprise, cadres, dirigeants et auto-entrepreneurs... Depuis 2020, la crise sanitaire remet au goût du jour la prévoyance patrimoniale. Comment les CGP peuvent-ils y trouver un relais de croissance ? Sidney Mbassi, directeur général adjoint chez Praeconis, répond en exclusivité aux questions du Courrier Financier.
Lire (6 min.)

Les Français épargnent moins mais n’ont pas encore puisé dans leur cagnotte

Philippe Crevel
Malgré la crise sanitaire, les Français ont conservé leur pouvoir d'achat grâce aux aides. Faute de pouvoir consommer, ils ont épargné. Où en est le taux d'épargne des ménages français au deuxième trimestre 2021 ?
Lire (2 min.)

Epargne : l’initiation nécessaire des jeunes

Eric Le Brusq
Conséquence des restrictions sanitaires, le niveau d’épargne des Français a bondi ces derniers mois et en particulier celui des jeunes de 18-24 ans. Entre baisse des rendements des placements sans risque et le retour de l’inflation, quelles solutions d’épargne s’offrent aux jeunes ?
Lire (5 min.)

Août 2021 : Livret A, toujours au top

Philippe Crevel
En 2021, la crise sanitaire continue de soutenir la collecte du Livret A. La tendance va-t-elle se poursuivre au cours des prochains mois ?
Lire (3 min.)

Clôture financière : Trintech publie son Baromètre 2021

Trintech — fintech, spécialiste de la transformation financière — publie ce jeudi 15 juillet les résultats de son Baromètre 2021 de la clôture financière. L’étude révèle de plus grandes attentes concernant la capacité des professionnels de la finance à fournir des chiffres et des aperçus à temps pour orienter les prises de décisions importantes.

Ce document dévoile également les faiblesses du processus actuel de clôture financière de la plupart des entreprises. La Covid-19 révèle les faiblesses du processus de clôture financière des entreprises et accélère la transition vers l'automatisation pour 68 % des professionnels de la finance.

500 professionnels de la finance

Les professionnels de la finance se souviendront de 2020 comme de l’année où leur rôle au sein de l’entreprise est devenu plus stratégique, davantage tourné vers l’avenir et moins focalisé sur du reporting.

Afin de faire le point sur l’impact de la crise sanitaire sur les équipes financières et sur leurs nouveaux défis, au cours du premier trimestre 2021, Trintech a interrogé 500 professionnels de la finance répartis au sein de 430 entreprises à travers le monde. 

Grands enseignements

Voici quelques-uns des grands enseignements issus de cette enquête :

  • un constat : 88 % des personnes interrogées ont identifié le manque d’automatisation, les tâches manuelles et les erreurs comme les causes d’un processus de clôture financière inefficace ;
  • principal challenge : pour 50 % des professionnels interrogés la capacité à délivrer un travail de qualité en respectant les délais est le principal défi pour les cinq années à venir ;
  • axes d’amélioration du processus de clôture financière : 68 % ont choisi la standardisation et l’automation comme axe clé d’amélioration ;
  • maturité de l’automatisation : seulement 22 % disposent d’une automatisation implantée ou avancée ;
  • des enjeux humains : 33 % des défis attendus dans les cinq prochaines années sont relatifs aux collaborateurs (attirer les talents, gérer les heures supplémentaires et les burnouts).

Les défis qui ont émergé lors de cette dernière année continueront à s’accentuer, « montrant les limites des feuilles de calcul manuelles et leur manque de fiabilité » estime Trintech. Les entreprises doivent se rendre compte que le statu quo n’est plus durable et qu’un changement est nécessaire pour assurer une réussite future.

S’appuyant sur les résultats de cette enquête, Trintech partage également dans son baromètre ses recommandations pour aider les entreprises à accélérer leur transformation financière, et par là même leur croissance.

Lire (3 min.)

PER : Bruno Le Maire fixe à 100 euros le seuil de rente pour une sortie en capital

Dans le cadre de l'épargne retraite, lorsque les contrats ne proposent qu’une sortie en rente une fois l’âge de la retraite atteint, l’assureur pouvait jusqu’ici procéder tout de même à un versement sous forme de capital — si le montant de la rente estimé avant la liquidation était inférieur à un seuil réglementaire. Ce seuil était fixé à 40 euros ou à 80 euros, selon le contrat.

Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, a décidé dans un arrêté du mercredi 7 juillet d'élargir cette possibilité de sortir en capital. Le seuil est porté à 100 euros, pour tous les contrats. Cette mesure permet de soutenir la reprise de la consommation et de favoriser les transmissions entre générations. Sans porter préjudice au financement à long terme de l’économie, elle modifie les conditions de versement mais ne remet pas en cause le blocage de cette épargne jusqu’à l’âge de la retraite.

Mobiliser l'épargne pour la relance

Cette décision s’inscrit dans le prolongement de la réforme de l’épargne retraite portée par la loi PACTE — qui a déjà offert de nouvelles possibilités de choisir librement la sortie en rente ou en capital. Elle poursuit également un objectif de simplification et de lisibilité, pour continuer à renforcer l’attractivité de cette épargne.

« Les personnes qui disposent par exemple d’un Madelin, d’un PERP ou d’un article 83 auront la possibilité de sortir tout leur capital en une fois plutôt que d’avoir obligatoirement une rente viagère inférieure à 100 euros par mois. Cela peut représenter jusqu’à 30 000 voire 40 000 euros d’épargne en fonction des situations. Les personnes concernées pourront ainsi faire plus librement usage de cette épargne constituée tout au long de leur carrière dans l’esprit de ce que nous avons fait avec la loi PACTE », déclare Bruno Le Maire.

Lire (2 min.)

« Ma Cassette, ma cassette ! »

Philippe Crevel
En 2020, le taux d’épargne des ménages a atteint des niveaux sans précédent en période de paix. Aux États-Unis, il a dépassé 33 % en avril 2020 et 27 % en France. Selon l’institut Oxford Economics, le supplément d’épargne Outre-Atlantique s’élève depuis le début de la crise sanitaire à 2 600 milliards de dollars
Lire (3 min.)