Assurance vie : Novaxia veut accélérer le recyclage des bureaux en logements

Cette semaine, Novaxia annonce avec quatre partenaires assureurs se mobiliser pour accélérer la transformation de bureaux en logements. Avec le développement du télétravail, ce segment permet de lutter contre la pénurie de logement tout en limitant l'artificialisation des sols. Comment l'investisseur conjugue-t-il rendement et développement durable ? Le point avec Le Courrier Financier.
Lire (5 min.)

Livret A : la valeur refuge par excellence en 2020

Philippe Crevel
Les résultats du Livret A en décembre 2020 reflètent un plébiscite des Français pendant la crise du Covid-19. Le Livret A reste la valeur refuge par excellence en temps de crise sanitaire et économique. Le point avec Philippe Crevel, Directeur du Cercle de l'Epargne.
Lire (4 min.)

Santé ou économie : a-t-on le choix ? L’analyse du Cercle des économistes

Le Cercle des Economistes
La crise de la COVID-19 poursuit ses ravages sur la santé et l’économie de tous les pays du monde.
Lire (6 min.)

Formation : Fidroit et Harvest créent « un écosystème global » pour les professionnels du patrimoine

En 2020, la crise sanitaire a accéléré la digitalisation. Dans ce contexte, Fidroit et Harvest se réunissent au sein de la holding Winnipeg Participations. Quelle forme cette collaboration va-t-elle prendre ? Quels outils vont-ils développer pour les professionnels du patrimoine ?
Voir (<4 min.)

Fonds Interne Collectif : OneLife étend sa gamme auprès des CGP et clients français

OneLife — spécialiste luxembourgeois de l'assurance vie — annonce ce lundi 18 janvier le lancement d'un Fonds Interne Collectif (FIC) en partenariat avec la société de gestion First Trust. Ce produit propose une approche mutualisée de la gestion, avec un ticket d’entrée inférieur à un fonds interne dédié. Objectif, proposer une option de diversification.

Le FIC permet d’accéder simplement à des investissements innovants et à une large gamme d’actifs sous-jacents, en fonction du profil du preneur. Le succès de ce produit financier repose sur des partenariats qualitatifs, avec des sociétés de gestion qui proposent des produits adaptés aux besoins spécifiques des investisseurs.

Un fonds 100 % ETF

Convaincu du potentiel de ce véhicule encore sous-exploité, OneLife étend sa gamme avec le lancement officiel début février d’un nouveau fonds interne collectif équilibré et 100 % ETF géré par la société de gestion américaine First Trust, premier fournisseur d’ETF actifs au monde : le FIC All Weather Global Balanced Allocation.

Ce fonds équilibré vise la croissance du capital à moyen terme tout en limitant l’impact de la volatilité des marchés, en reposant sa stratégie sur un portefeuille diversifié d’ETF comprenant actions, obligations, actifs immobiliers, matières premières, placements alternatifs…

Enrichir la gamme OneLife

« Cette offre représente l’alliage de l’innovation et de la simplification. Notre objectif était de mettre à disposition de nos partenaires un nouvel outil de diversification, en partenariat avec une société connue et reconnue pour son savoir-faire. Nous sommes très heureux de pouvoir proposer aujourd’hui cette nouveauté, très facilement accessible dans nos contrats », déclare Romain Chevalier, Chief Commercial Officer de OneLife. 

« Notre volonté est d'offrir aux investisseurs une meilleure façon d'investir en proposant des solutions transparentes et innovantes grâce à notre expertise et notre vision long terme. Nous sommes ravis de ce projet commun sur le marché français », ajoute Pascal Osberger, Senior Sales Associate chez First Trust. Ce nouveau FIC s’ajoute à une gamme que OneLife souhaite enrichir en 2021 afin de couvrir des besoins divers en matière d’investissements.

Lire (2 min.)

Fonds Garanti en euros : l’Afer annonce un taux de 1,70 %

Gérard Bekerman, président de l’Association Française d’Epargne et de Retraite (Afer), annonce ce mercredi 20 janvier que le taux de rendement du Fonds Garanti en euros pour l’année 2020 s’élève à 1,70 % net de frais de gestion, et brut de prélèvements sociaux et fiscaux. La réserve globale de PPB a été reprise, 6 ans après sa dotation, à hauteur de 81 millions d’euros. Elle se situe fin 2020 à 269 millions d’euros.

Première association d’épargnants en France avec plus de 756 000 adhérents, l'Afer résiste face à la crise. L’encours des contrats s’établit à 54,4 milliards d’euros en 2020 et dépasse 59 milliards en valeur boursière — y compris les coupons courus. L’encours sur les supports en unités de compte s’élève à 11,7 milliards d’euros en dépit du contexte défavorable des marchés financiers.

Fonds en euros

« Dans un contexte de double crise économique et sanitaire, de taux bas et d’attaques répétées contre les fonds en euros, ce taux de 1,70 % se situera très probablement parmi les tout meilleurs du marché. Les fonds en euros sont une chance, un trésor public. Soyons intelligents. Faisons-les évoluer, mais préservons leur disponibilité et leur sécurité au bénéfice des épargnants », a déclaré Gérard Bekerman.

« Année difficile, 2020 aura également été synonyme de renouveau pour l’Afer, avec le lancement du PER et le renforcement de son offre en unités de compte, notamment dans l’économie verte et les nouvelles technologies. En 2021, l’Afer restera plus que jamais mobilisée afin d’assurer la qualité du service rendu aux adhérents. L’Association sera attentive à ce que son partenaire assureur mette en œuvre les moyens adaptés pour retrouver le rythme de développement qu’elle a connu jadis », ajoute-il.

Perspectives 2021

Sur la possible cession d’Aviva France et l’arrivée d’un nouveau partenaire, Gérard Bekerman a rassuré les adhérents, en soulignant que l’Afer « était ouverte et optimiste, mais ferait jouer à plein son droit de consultation pour défendre ses valeurs et l’intérêt des assurés. » Sur la question d’un futur repreneur, il a précisé que « l’Afer entend observer la plus parfaite neutralité dans l’attente d’un examen attentif du dossier. »

Le Président de l’Afer a tenu à définir le profil idéal : « ouvert sur l’international, créateur de valeur et de richesse, solide financièrement, un co-équipier pour bâtir dans l’innovation une nouvelle histoire, un extraordinaire projet de développement dans la durée, intégré au tissu industriel d’une France que nous aimons. »

L’Afer se félicite enfin d’avoir continué à attirer de nouveaux adhérents, malgré un contexte de collecte négative : l’Association enregistre 13 348 adhésions en 2020. D’un âge moyen de 41 ans — 35 % d’entre eux ont moins de 30 ans — ces nouveaux adhérents viennent rajeunir la famille Afer, dont l’âge moyen passe à 58 ans.

Lire (3 min.)

Novembre 2020 : l’assurance vie plie mais ne rompt pas

Philippe Crevel
En tant que placement à long terme, l'assurance vie est une victime collatérale de la crise économique et sanitaire du Covid-19. Les ménages français privilégient la liquidité absolue pour leur épargne. Cette année 2020 atypique aura-t-elle un impact durable ? Philippe Crevel, Président du Cercle de l'Epargne, partage son analyse.
Lire (3 min.)

Quel avenir pour la gestion privée ?

Albert d'Anthoüard
L’année 2020 pourrait bien porter un coup fatal au modèle traditionnel des banques privées. Comme le souligne la dernière étude annuelle du cabinet Mc Kinsey sur les banques privées européennes, la crise du coronavirus a fortement accéléré la conversion de leurs clients aux nouveaux canaux de distribution digitaux. Les explications d'Albert d’Anthoüard, Directeur de la clientèle privée chez Nalo.
Lire (5 min.)

Formation : l’Aurep et Fidroit lancent un parcours diplômant commun

Au terme d'une année de crise sanitaire, l’univers de la banque et de l’assurance connaît de grandes transformations. Fin 2020, l'Aurep et Fidroit lancent ensemble un parcours diplômant en conseil patrimonial banque et assurance, accessible à partir de bac+ 2 ou 3 ans d’expérience.
Voir (<4 min.)

Akcyl Bouchebbah – Optimize : une « approche transversale » de la gestion de patrimoine

Comment accompagner les clients CSP+ dans la gestion de leur patrimoine financier ? Le Family Office Optimize met à leur disposition un réseau d’intervenants, experts en conseil dans plusieurs domaines de la gestion de patrimoine. Focus sur cette « approche transversale » du conseil.
Voir (<4 min.)

Gouvernement d’entreprise : l’AFG publie ses recommandations 2021

L’Association Française de la Gestion financière (AFG) — organisme qui représente les professionnels de la gestion pour compte de tiers — publie ce mercredi 20 janvier l’édition 2021 de ses Recommandations sur le gouvernement d’entreprise relatives aux assemblées générales et aux conseils d'administration des sociétés cotées. Cette publication intervient en amont de la saison des assemblées générales.

Ce document vise à aider les sociétés de gestion dans l'exercice de leurs votes. « L'industrie française de la gestion d'actifs agit avec conviction et régulièrement pour faire progresser le gouvernement d'entreprise. Celui-ci est un sujet d’importance dans le cadre de l’action générale que mène l’industrie en faveur de la qualité des actifs, de l’investissement responsable et de l’épargne longue », déclare l'AFG.

Les principales modifications 2021 portent sur les points suivants :

1/ Actionnariat salarié :

L’AFG est favorable à la promotion de plan à destination des salariés afin d’élargir le partage des performances de l’entreprise à l’ensemble des salariés.

 2/ Assemblée générale hybride :

L’AFG n’est pas favorable, hors période de pandémie, à des assemblées générales uniquement sous forme virtuelle.  S’agissant d’assemblées générales hybrides, celles-ci devraient offrir aux actionnaires à distance des droits similaires à ceux des actionnaires physiquement présents (poser des questions écrites ou orales, révoquer ou proposer des administrateurs…).

 3/ Souveraineté de l’assemblée générale :

L’AFG recommande que les acquisitions (au-delà des cessions d’actifs) ayant un caractère significatif et/ou stratégique soient soumises préalablement au vote des actionnaires. En revanche, l’AFG n’est pas favorable :

  • aux délégations de compétence au conseil concernant des opérations de fusions par absorption, scissions, ou apports partiels d’actifs ;
  • à l’utilisation de moyens de défense anti-OPA sans validation préalable par l’assemblée générale.

 4/ Rémunération des dirigeants :

L’AFG recommande que le règlement des plans d’options ou actions gratuites prévoie, en cas de rejet de la rémunération ex-post par l’assemblée générale, la perte des plans distribués lors du précédent exercice ;

En cas de mise en place d’un nouveau régime de retraite surcomplémentaire, l’opportunité de mettre en place un régime à cotisations définies devrait être étudiée par l’entreprise.

 5/ Autres évolutions :

L’AFG recommande aux émetteurs de fixer des objectifs de féminisation de l’encadrement supérieur afin de contribuer à une meilleure gestion des ressources humaines et une meilleure représentativité des femmes dans les instances décisionnaires.

Les acteurs devraient veiller à ce que les votes sur des résolutions d’AG reçus dans les délais légaux ne soient pas rejetés sans motif. Par ailleurs, un administrateur ne devrait pas toucher de rémunérations pour des prestations de service, ou via des filiales, afin de ne pas être en situation de conflit d’intérêts.

En outre, l’AFG participe activement aux réflexions sur le gouvernement d’entreprise :

  •  en France, implication dans les débats sur le GE : dialogue régulier avec le Medef, l’AFEP et l’ANSA; contacts fréquents avec l’ADAM, Proxinvest et ISS ;
  • en Europe : participation aux consultations de la Commission Européenne en matière de gouvernance,  aux travaux de l'EFAMA et de PensionsEurope ;
  • au niveau international : participation active aux travaux de l’International Corporate Governance Network (ICGN), et du Global Network of Investor Associations committee (GNIA), comité  d’associations d’investisseurs au niveau mondial.
Lire (4 min.)

Girardin Industrielle : Ecofip lance sa campagne de collecte 2021

Ecofip — spécialiste en défiscalisation outre-mer — annonce ce jeudi 7 janvier le lancement de sa campagne de collecte pour 2021, avec un mot d’ordre : souscrire au plus tôt. L'opérateur s'appuie sur la confiance de ses clients et de ses partenaires conseillers en gestion de patrimoine (CGP), après avoir constaté que la crise sanitaire n’avait pas affecté l’engouement des investisseurs métropolitains en 2020.

Des investisseurs en confiance

La crise sanitaire n’a pas affecté la défiscalisation en Girardin Industrielle. Bénéficiant d’un cadre législatif stable et répondant aux besoins des entreprises ultramarines, les contribuables de métropole ont investi de manière constante en 2020. C’est ce qu’il ressort du bilan que vient d’établir Ecofip  acteur de référence en défiscalisation outre mer qui a traité   près de 4 500 dossiers l’an passé pour un montant total collecté de  61 millions d’euros, plein droit et agrément compris.

L’apport moyen était de 14 000 euros pour une réduction d’impôt oui de 16 000 euros par investisseur. Ce sont majoritairement les hommes de moins de 60 ans, mariés ou pacsés, qui souscrivent auprès des CGP (77 %). Ecofip lance donc sa campagne de collecte 2021 avec confiance. Tout d’abord, la Girardin Industrielle est prorogée jusqu’en 2025 ; ce qui assure de la stabilité et de la visibilité pour les investisseurs métropolitains.

« Ils peuvent donc sereinement réduire leurs impôts sur le revenu en contrepartie d’investissements dans des biens standards, non spécifiques à fort potentiel de relocation participant à l’activité économique des Départements et Collectivités d’Outre-mer (DOM-COM) », explique Mélanie Kabla Tapia, Directrice du Développement chez Ecofip.

Une économie ultramarine dynamique

L’économie ultramarine fonctionne dans les différents territoires sans conséquences liées à la pandémie. Les secteurs financés par la Girardin Industrielle s’inscrivent dans une économie dite prioritaire : transport, logistique, artisanat, BTP, industrie, agriculture. Le monteur dispose d’un fort maillage territorial par sa présence géographique dans les DOM-COM à travers un réseau de 8 agences — mais aussi d’un bureau à Paris, avec une équipe multi compétente et proche de ses partenaires. 

Le dernier argument est enfin la sécurité. Ecofip insiste chaque année sur ses assurances et garanties qui sont parmi les meilleures sur le marché de la loi Girardin Industrielle. « Les assurances que nous proposons couvrent les risques de défaillance dans la gestion et le montage des dossiers mais aussi certains risques périphériques au risque d’exploitation comme les sinistres ou encore les malversations des tiers », souligne Mélanie Kabla Tapia. 

Ecofip encourage ses partenaires CGP à se rapprocher de leurs clients afin de les encourager à souscrire. Ils peuvent bénéficier d'un taux de 16 % de rentabilité dès ce jeudi 7 janvier 2021. Les stocks ne sont pas inépuisables et dépendent des besoins en financement des entreprises ultramarines: matériel industriel, machines-outils, véhicules utilitaires, etc.

Développer la notoriété du dispositif 

En 2021, Ecofip va également poursuivre sa pédagogie financière en direction du plus grand nombre pour faire connaître davantage la Girardin Industrielle. Pour rappel, le dispositif s’adresse à tous les résidents fiscaux français, soumis à l’impôt sur le revenu et imposés à partir de 4 000 euros. Souscriptible auprès d’un CGP, elle donne l’opportunité à l’investisseur d’effacer tout ou une partie de son impôt sur le revenu. 

L’opération dite « one-shot » permet à l’investisseur de bénéficier d’une rentabilité de 16 % de rentabilité en début d’année. La réduction d’impôt est ensuite remboursée par la DGFIP l’année suivant l’investissement réalisé, en général durant l’été suivant. Sans engagement de renouvellement d’une année sur l’autre, la Girardin Industrielle permet de contribuer à l’essor économique et social des DOM-COM. 

En raison de leurs emplacements géographiques et de leurs contraintes (livraison du matériel ou prix plus élevés dans les DOM-COM à cause des différentes taxes), les entreprises ultramarines ont besoin du dispositif pour se développer. L’apport des investisseurs leur permet de financer plus facilement leurs projets et d’acquérir les matériaux à moindre coût. L’autre partie étant financée par les établissements bancaires. 

Lire (4 min.)

Fiscalité : quand faut-il déclarer un don manuel ?

Marion Capèle
Qu’est-ce qu’un don manuel ? Et à quel moment doit-il être déclaré ? Les explications de Marion Capèle, directeur du pole Solutions Patrimoniales chez Natixis Wealth Management.
Lire (3 min.)