Gestion durable : vous avez dit réduction ?

Coline Pavot
Face à la transition climatique, la finance durable propose différents leviers d'impact. Innovation technologique, compensation ou encore réduction des émissions de CO2... Les solutions économiques pour maximiser son impact positif sur l'environnement ne manquent pas.
Lire (5 min.)

Défi Amiral pour la Fondation Sextant : le Versailles-Chambord des CGP

Cette année, Amiral Gestion organise la 3e édition du Défi Amiral entre les châteaux de Versailles et Chambord. Cette course cycliste est organisée au profit de la fondation Sextant, qui soutient l'éducation des enfants en difficulté. L'événement est ouvert à tous les CGP et professionnels du patrimoine. Venez vous inscrire !
Lire (5 min.)

Gestion thématique : que je thème ?

Julie Lespinas
Face aux enjeux climatiques, les critères ESG prennent de plus en plus d'importance dans les portefeuilles. Le développement durable nourrit l'investissement thématique. Mais cette gestion combine-t-elle toujours performance et pertinence ? Julie Lespinas, responsable relations clientèle professionnelle chez Richelieu Gestion, partage son analyse.
Lire (6 min.)

Climat : identifier les entreprises qui conçoivent et développent des solutions

Marc Olivier
Dans le cadre de son approche d’investissement thématique « Climat & Environnement », Nordea Asset Management a bâti un portefeuille concentré dans des entreprises innovantes, dans les domaines de l’efficience des ressources, de la protection de l’environnement et des énergies alternatives.
Lire (5 min.)

BlackRock lance trois nouveaux fonds obligataires ultra-court ESG ETF UCITS

Dans le but de faire de la durabilité sa norme en matière d'investissement, la multinationale américaine BlackRock — spécialisée dans la gestion d’actifs — annonce ce jeudi 19 mars élargir sa gamme d’ETF obligataires. BlackRock lance 3 ETF environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) ultra-courts, équivalents ESG des ETF UCITS existants. Il s'agit des fonds :

  • iShares USD Ultrashort Bond ESG UCITS ETF (UEDD) : il suit l’indice Markit iBoxx ESG USD Liquid Investment Grade Ultrashort index et comporte un TER de 0,09 % ;
  • iShares EUR Ultrashort Bond ESG UCITS ETF (EUED) : il suit l’indice Markit iBoxx ESG EUR Liquid Investment grade Ultrashort et comporte un TER de 0,09 % ;
  • iShares GBP Ultrashort Bond ESG UCITS ETF (UESD) : il suit l’indice Markit iBoxx ESG GBP Liquid Investment Grade Ultrashort et comporte un TER de 0,09 %.

Ces 3 nouveaux produits offrent une exposition en USD, EUR et GBP « investment grade » dans des entreprises fixes et flottantes à très court terme, dans les secteurs de l'industrie, des services publics et des sociétés financières. L'industrie mondiale des ETF durables a attiré 14,3 milliards de dollars depuis le début de l'année (source BlackRock : nouveaux flux depuis le début de l'année au 13 mars 2020).

Intérêt des investisseurs pour l'ESG

Les critères ESG excluent spécifiquement les émetteurs impliqués dans les armes controversées, les armes nucléaires, les armes conventionnelles, les armes à feu civiles, le tabac, les divertissements pour adultes, l'alcool, les jeux de hasard, l'énergie nucléaire, les organismes génétiquement modifiés, les sables bitumineux et le charbon thermique.

« Les investisseurs se tournent vers les ETF iShares pour accéder aux marchés et effectuer des allocations de portefeuille rapidement et à moindre coût dans un contexte d'incertitude des marchés, et la tendance à la durabilité résiste aux turbulences », explique Brett Olson, responsable iShares pour la zone EMEA chez BlackRock.

Lire (2 min.)

Finance durable et gestion collective : l’AMF précise les critères extra-financiers

Face à la demande croissante des investisseurs, le déploiement de fonds intégrant des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) s’accélère. Si le rapide développement d’une gestion « durable » constitue une évolution très positive, la croissance du discours commercial sur ces thématiques soulève des questions de bonne information des investisseurs, afin de prévenir le risque de « greenwashing ».

Nouvelle doctrine de l'AMF

Afin de veiller au caractère clair, exact et non trompeur de l’information, l’Autorité des marchés financiers (AMF) publie ce mercredi 11 mars une nouvelle doctrine qui vise à assurer une proportionnalité entre la réalité de la prise en compte des facteurs extra-financiers dans la gestion et leur place dans la communication aux investisseurs. Une meilleure lisibilité de l’offre renforcera la protection des épargnants, qui s'intéressent de plus en plus aux placements qui mettent en avant les critères extra-financiers.

La doctrine s’applique immédiatement pour les nouveaux placements collectifs, les modifications de placements collectifs existants et pour les nouvelles notifications à l’AMF de la commercialisation en France d’un OPCVM étranger. En ce qui concerne les produits existants, la mise à jour de la dénomination, documentation commerciale et le DICI doit se faire d’ici fin novembre 2020.

Standards à respecter

Les fonds qui souhaitent mettre en avant cette prise en compte de critères extra-financiers comme un élément central de communication devront respecter des standards minimaux précisés par cette doctrine. Ils devront notamment justifier d’une approche fondée sur un engagement significatif, tel que défini ci-dessous :

  • Des objectifs mesurables de prise en compte de critères extra-financiers devront figurer dans les documents réglementaires tels que le prospectus ;
  • Ces objectifs mesurables devront être significatifs pour assurer une réelle distinction entre les approches.

Ainsi, des seuils quantitatifs issus du label ISR français seront-ils utilisés comme référence pour juger du caractère significatif de l’engagement pour les approches dites « Best-in Class », qui sont les plus utilisées par les gérants. Par exemple, les approches en « sélectivité » devront s’engager sur une réduction minimale de 20 % des émetteurs disposant de la moins bonne note ESG de l’univers d’investissement. Pour les autres approches, les sociétés de gestion devront être en mesure de démontrer au régulateur en quoi l’engagement retenu est significatif.

Logique d'amélioration continue

Cette première étape de la doctrine de l’AMF n’épuise pas l’ensemble des problématiques de qualité de l’information extra-financière communiquée sur les placements collectifs. Elle s’inscrit dans une logique d’amélioration progressive des pratiques. Des enjeux importants — comme la qualité et la pertinence des données extra-financières utilisées ou la mesure des éventuels impacts des stratégies — ne sont pas traités par cette doctrine.

L’AMF pourra être amenée à préciser sa doctrine ou à l’adapter en fonction de l’évolution des pratiques de marché et des textes européens, tels que le règlement en matière de transparence (Règlement « disclosure »). Elle travaille également à préciser les modalités de communication des fonds qui prennent en compte dans leur gestion les critères extra-financiers sans en faire un engagement significatif au sens de la présente doctrine.

Lire (4 min.)

Transition climatique : avant d’exclure, accompagnons les entreprises

Denis Lehman
Face au changement climatique, la transition vers un modèle plus durable s'impose comme une nécessité. Comment accompagner les entreprises désireuses de transformer leur modèle économique ? Comment faire des critères extra-financiers un levier de performance ? Quelques pistes de réflexion.
Lire (5 min.)

Léa Dunand-Chatellet – DNCA Finance : l’ISR « va générer de l’alpha sur les tendances de demain »

Bilan ISR 2019, développement de la gestion à impact... Le 14 janvier 2020, DNCA Finance organisait sa réunion annuelle. Pourquoi un tel engouement des investisseurs pour l'ISR ? Quels sont les leviers pour générer de l'alpha en 2020 ? Comment mesurer la gestion d'impact pour réconcilier l'économie réelle et la finance traditionnelle ?
Voir (<1 min.)

Réactions en chaîne

Sonia Fasolo
Quel rapport entre un oignon, la pluie et la paix ? A priori aucun. Si les effets du changement climatique sont visibles dans notre quotidien, ses conséquences sociales le sont moins… ou presque ! La flambée du prix des oignons en Inde – plus 500% depuis le début de l’année ! – qui a fait la une du Financial Times, illustre bien la mécanique des réactions en chaîne.
Lire (3 min.)

La transition climatique, un enjeu majeur

Depuis les Accords de Paris en 2015, les scientifiques ne cessent de tirer la sonnette d’alarme avec, chaque année, des scénarios plus pessimistes sur la hausse des températures d’ici à 2100 si rien n’est fait pour inverser drastiquement la tendance des émissions de gaz à effet de serre (GES).
Lire (9 min.)

ESG : BlackRock renforce sa gamme d’ETF iShares

Tandis que les turbulences du marché mettent à l'épreuve la résistance des portefeuilles, BlackRock — multinationale américaine spécialisée dans la gestion d'actifs — annonce ce jeudi 5 mars le renforcement de sa gamme d’ETF durables avec trois nouveaux fonds. Ils permettent de gérer les risques liés aux facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) sur le long terme. Ces lancements entrent dans la stratégie de BlackRock pour faire de la durabilité sa norme en matière d'investissement

Dans un environnement de marché incertain, les investisseurs choisissent les ETF iShares pour accéder aux marchés et effectuer des allocations de portefeuille rapidement et à moindre coût. Dans ce contexte, les flux d’investissement durables poursuivent leur croissance. Le secteur mondial des ETF durables a attiré 5,7 Mds$ pour le seul mois de février, dont 1,2 Mds$ pendant la semaine du 24 février 2020.

Trois nouveaux ETF

En janvier, BlackRock s'est engagé à doubler son offre de fonds indiciels ESG d'ici la fin 2021. Deux des nouveaux ETF lancés aujourd’hui sont des fonds « miroirs », qui offrent un équivalent ESG pour des solutions phares d’iShares : les ETF UCITS. Ces nouveaux fonds élargissent la gamme des briques d’allocation de portefeuille.

Ils permettent aux investisseurs d'améliorer de manière significative la notation ESG de leurs investissements tout en optimisant leur capacité à suivre de près les indices pondérés. Le troisième produit lancé combine l'exposition aux « méga tendances », des forces changement susceptibles de transformer l'économie mondiale avec les critères ESG. Les trois nouveaux produits sont les suivants :

  • iShares MSCI EMU SRI UCITS ETF (SMUA) : ce fonds offre une exposition ciblée aux entreprises du marché boursier de l'Union Monétaire Européenne ayant les meilleurs scores ESG. Il suit l'indice MSCI EMU SRI Select Reduced Fossil Fuel et comporte un TER de 0,20 %. Il s’agit de l'alternative ESG au fonds iShares Core MSCI EMU UCITS ETF (CEU) ;
  • iShares $ Corp Bond ESG UCITS ETF (SUOU) : ce fonds offre une alternative ESG au fonds phare iShares $ Corp Bond UCITS ETF (LQDE), qui détient actuellement plus de 6,8 Mds$ d'actifs. Il offre une exposition aux obligations d'entreprises « investment grade », libellées en USD et bénéficiant de notations ESG MSCI élevées. Il suit l'indice Bloomberg Barclays MSCI US Corporate Sustainable SRI et a un TER de 0,15 % ;
  • iShares Smart City Infrastructure UCITS ETF (CITY) : il s’agit d’un fonds thématique. Il vise à capitaliser sur les opportunités présentées par la nouvelle génération de mégapoles intelligentes, qui offrent des modes de vie durables, et s’inscrivent dans la tendance des flux migratoires des campagnes vers les villes à l’échelle mondiale. L'indice STOXX Global Smart City Infrastructure intègre également des critères de sélection ESG pour certains secteurs, risques et controverses. Le fonds tient un TER de 0,40 %.

Critères ESG dans les ETF

« Nous pensons que le fait de fournir des équivalents ESG à nos produits phares tout en proposant des produits thématiques innovants va contribuer à favoriser encore davantage l’adoption des ETF, dans un contexte où les investisseurs recherchent les outils les plus efficaces possibles pour prendre des positions dans un environnement de marché complexe », commente Stephen Cohen, responsable iShares pour la zone EMEA chez BlackRock.

« La transparence des méthodes d'indexation des fonds durables permet aux gestionnaires de portefeuilles d’affiner leurs objectifs ESG à mesure que la demande dans ce domaine augmente. Les investisseurs empruntent de voies différentes pour intégrer les critères ESG dans leurs portefeuilles en utilisant les ETF », déclare Carolyn Weinberg, responsable mondiale des produits iShares chez BlackRock.

Lire (4 min.)

Obligations vertes d’entreprise : NN Investment Partners lance un fonds

NN Investment Partners (NN IP) — gestionnaire d’actifs basé aux Pays-Bas — annonce ce mardi 3 mars le lancement du fonds « NN (L) Corporate Green Bond ». Ce véhicule complète la gamme existante de NN IP en appliquant une stratégie identique à celle de « NN (L) Green Bond », mais axée spécifiquement sur les obligations d’entreprise.

Ce lancement intervient dans un contexte de forte croissance et de diversification accrue du marché des obligations vertes, en particulier en termes d’émissions par les entreprises. Ces développements ont entraîné un intérêt grandissant des investisseurs. Les actifs cumulés des stratégies et des mandats d’obligations vertes de NN IP atteignent désormais 2,4 Mds€.

Gamme de stratégies vertes

« NN (L) Corporate Green Bond » vient compléter la gamme de fonds d’obligations vertes de NN IP. Cette gamme comprend également une variante à duration courte, destinée aux investisseurs qui souhaitent protéger leur portefeuille contre une hausse des taux tout en ayant un impact positif.

Les trois stratégies de NN IP utilisent les mêmes critères de sélection rigoureux afin de déterminer leur univers d’investissement. Elles analysent ensuite les positions potentielles du point de vue fondamental pour sélectionner leurs positions. Les actifs combinés des stratégies et mandats d’obligations vertes de NN IP s’élèvent désormais à près de 2,4 Mds€.

« NN (L) Green Bond », « NN (L) Green Bond Short Duration » et « NN (L) Corporate Green Bond » sont des compartiments de la Sicav NN (L) de droit luxembourgeois. Cette société est agréée par la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) du Luxembourg. Certaines de ses classes d’actifs sont enregistrées au Luxembourg, au Danemark, en Suède, en Norvège, en Finlande, en Belgique, en France, au Royaume-Uni, en Autriche, en Italie et aux Pays-Bas.

Contexte de marché favorable

En 2019, le marché des obligations vertes a connu une croissance impressionnante de 181 Mds€, pour atteindre 507 Mds€. Bien que les émissions par les États soient restées solides — les Pays-Bas, la France et l’Irlande faisant appel aux marchés — les émissions réalisées par les entreprises ont dominé le marché. Par rapport aux années précédentes, la base des émetteurs s'est diversifiée.

Les entreprises des secteurs de l’industrie, des communications et de la technologie se tournent davantage vers le marché des obligations vertes pour financer des projets verts. Le même phénomène s'observe chez les producteurs de produits de grande consommation tels que PepsiCo. Les premiers assureurs ont aussi émis des obligations vertes.

Selon NN IP, les constructeurs automobiles ayant entamé une transition vers les solutions à faibles émissions de carbone pourraient être les suivants à se lancer sur le marché. Compte tenu de cette hausse des émissions par les entreprises et de son effet sur la largeur et la liquidité du marché, les conditions sont désormais idéales pour lancer un fonds axé sur les obligations vertes d’entreprise.

Succès des obligations vertes

« Le marché des obligations vertes a décollé en 2019 : il est désormais plus important que le marché européen des obligations à haut rendement, par exemple, en termes de volumes. Ce marché est donc devenu un segment obligataire à part entière. Selon nous, sa croissance est appelée à se poursuivre », déclare Bram Bos, gérant de portefeuille principal pour les obligations vertes chez NN Investment Partners.

Dans le cas des obligations d'entreprise, « la volatilité de l’indice des obligations vertes se rapproche de plus en plus de celle de l’indice des obligations classiques. Ceci rend les obligations vertes d’entreprise de plus en plus attrayantes dans une perspective purement financière et de profil risque/rendement. Notre fonds d’obligations vertes d’entreprise permet aux investisseurs en obligations classiques de rendre leur exposition aux obligations d’entreprise plus verte sans coût supplémentaire » ajoute-il.

NN IP est présent sur ce marché depuis 2014. Le gestionnaire d'actifs été l’un des premiers à lancer un fond investissant uniquement en obligations vertes. Son fonds phare « NN (L) Green Bond » — qui investit en obligations d’entreprise et d’État — à capital variable est classé dans le décile supérieur par rapport à ses concurrents. Depuis son lancement, il procure une surperformance annualisée de 0,6 % vis-à-vis de son indice de référence.

Lire (5 min.)

Coline Pavot – LFDE : « En 2020, nous avons décidé de renforcer nos formations à l’ISR »

Performance, impact, pédagogie, labels... L'année 2019 s'est révélée chargée en matière d'ISR chez La Financière de l'Echiquier (LFDE). Quelles sont les caractéristiques de ses nouveaux fonds labellisés ISR ? Comment LFDE va-t-elle accompagner les CGP en 2020 ?
Voir (<1 min.)