Le petit Mark Zuckerberg devant le Sénat

Comme un chenapan pris la main dans le sac, Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, a été convié au Sénat ce mardi, afin de présenter ses excuses et répondre aux interrogations des sénateurs américains. Si le réseau social soulève de nombreuses inquiétudes depuis quelques années, c'est le scandale Cambridge Analytica, une société accusée d'avoir exploiter les données personnelles des utilisateurs du réseau à des fins d'influence politique, qui a fait déborder le vase. L'exercice a donc été l'occasion d'interroger le jeune patron sur son modèle économique, et sa viabilité. Jusqu'à la prochaine bêtise ?
Lire (<1 min.)

L’investissement durable : une mode chez les jeunes

L'investissement durable est souvent considéré comme un thème cher à la génération Y, qui surfe sur cette nouvelle tendance. S'il est vrai que cette classe d'âge semble la plus intéressée par l’investissement durable, ce n'est certainement pas un effet de mode. Le développement durable est apparu il y a des siècles et il intéresse toutes les générations.
Lire (4 min.)

Robots vs cheminots

Alors que le député LREM Cédric Villani a dévoilé en grande pompe, cette semaine, son rapport sur l'Intelligence Artificielle, les français s'apprêtent, eux, à profiter du premier grand week-end de l'année 2018. Si les transports ne devraient pas être perturbés cette fois-ci, l'ombre de la grève des cheminots planera tout le printemps sur les ambitions d'escapades de nos concitoyens. L'occasion pour nous de jouer les oiseaux de mauvais augure sur l'avenir de la SNCF... 
Lire (<1 min.)

Investissement : la révolution de la durabilité

À l’occasion de son colloque ‘Repenser le capital responsable’ qui s’est tenu à Zurich le 12 mars, Lombard Odier Investment Managers a rassemblé des dirigeants du monde politique, des milieux économiques et financiers pour discuter des évolutions mondiales face aux principaux défis sociaux et environnementaux.
Lire (4 min.)

Le Groupe APICIL et l’Institut Paul Bocuse publient un livret dédié à l’alimentation des personnes atteintes d’Alzheimer

Engagés sur les problématiques de santé et bien-être par le biais de l’alimentation, le Groupe APICIL et le Centre de Recherche de l’Institut Paul Bocuse s’associent pour diffuser les résultats de la recherche scientifique à destination du plus grand nombre. Le premier opus, diffusé au public à partir du 12 avril prochain lors de la conférence internationale de l’Institut Paul Bocuse sur les comportements alimentaires, se fonde sur la thèse réalisée par Virginie Pouyet au sein de l’Institut, dans le cadre d’un doctorat AgroParisTech, en collaboration avec Orpea. Le Groupe APICIL et l’Institut Paul Bocuse ont pensé ce premier livret dans l’optique de vulgariser les résultats de ce travail et les rendre accessibles au grand public et aux professionnels en contact avec les personnes âgées.
Lire (1 min.)

Naissance du plus grand fonds d’obligations émergentes vertes

Avec un encours de 1,42 milliards de dollars, ce fonds prévoit d’investir près de 2 milliards de dollars dans des obligations vertes dans les pays émergents durant sa durée de vie. Avec un engagement de 256 millions de dollars, IFC est le plus grand investisseur dans le fonds qui vise à financer des projets focalisés sur le changement climatique dans les pays émergents. Amundi Planet EGO adopte une approche intégrée en investissant dans des obligations vertes de pays émergents tout en favorisant la création d’un marché d’obligations vertes de qualité par la mise en place de mesures d’accompagnement des émetteurs. Un programme d’assistance technique géré par IFC avec une subvention initiale de 7,5 millions de dollars émanant du SECO (Secrétariat d’Etat à l’économie suisse) aidera en effet à la création de nouveaux marchés pour le financement climatique en développant des standards d’obligations vertes et en proposant des programmes de formation pour les institutions financières cibles. Cela facilitera l’adoption par ces dernières des « Green Bond Principles » et des meilleures pratiques internationales. Plusieurs grands fonds de pension (Alecta, AP3, AP4, APK Pensionkasse, APK Vorsorgekasse AG, ERAFP, MP Pension), compagnies d’assurances (Crédit Agricole Assurances, LocalTapiola General Mutual Insurance Company, LocalTapiola Mutual Life Insurance Company), gestionnaires d’actifs,  banques de développement international, et autres institutions ont manifesté un grand intérêt pour ce projet de finance verte et leur engagement démontre l’appétit croissant des investisseurs pour l’investissement climatique. « Avec environ 500 millions de dollars américains d'émissions par les institutions financières du secteur privé à ce jour, les marchés de capitaux verts dans les pays d'opérations de la BERD sont encore à un stade naissant. Ce nouveau fonds devrait contribuer à étendre considérablement la disponibilité de financements verts dans les régions où la BERD est présente, sensibiliser les investisseurs locaux aux investissements verts et soutenir les institutions financières locales dans l'émission d'obligations vertes adhérant aux Green Bond Principles »,  déclare Sir Suma Chakrabarti, Président de la BERD. Un comité scientifique composé d’experts de la finance verte issus d’institutions de développement a été mis en place pour conseiller Amundi en tant que gérant du fonds. La politique ESG du fonds reflète les Standards de Performance 2012 d’IFC et les « Activités Exclues » par IFC. La signature de l’Accord de Paris sur le Climat créé des opportunités d’investissement significatives. Une étude récente d’IFC portant sur 21 pays émergents, recense près de 23 trillions de dollars d’opportunités d’investissements d’ici 2030 en lien avec la lutte contre le dérèglement climatique.
Lire (2 min.)

RGPD : défis et opportunités

Samy Benarroch
Face à l’utilisation croissante des données personnelles des personnes physiques par les entreprises, l’Union européenne a fait le pari de protéger leur utilisation en la sanctuarisant de façon assez inédite.
Lire (3 min.)

RSE : Generali se désinvestit du charbon

Le Conseil d’Administration du Groupe Generali (Assicurazioni Generali S.p.A.) réuni hier à Rome a approuvé la stratégie Climat du Groupe.
Lire (4 min.)

Stagnation des investissements en faveur de l’environnement

Philippe Crevel
En 2015, 40 % des établissements industriels employant 20 salariés ou plus ont réalisé des investissements ou des études pour protéger l’environnement pour un montant de 1,6 milliard d’euros (-1 % par rapport à 2014, après -3 % l’année précédente).
Lire (2 min.)

We people

Didier Le Menestrel
Imaginer ce que sera notre vie dans 20 ans est, à l'heure de la révolution digitale, un exercice périlleux. La transformation du monde, désordonnée, s’opère à vive allure, et le vertige s'affirme jour après jour au gré des annonces toujours plus folles (connaissez-vous les crypto-monnaies ?) de cet univers des "possibles" qui se forge sous nos yeux.
Lire (3 min.)

Trusteam Finance obtient la labellisation ISR de ses fonds mixtes

 

Le label ISR a été délivré par EY (Ernst & Young), l’organisme indépendant de certification homologué par le Comité français d’accréditation (Cofrac), et qui a pour mission de promouvoir des placements responsables et durables.

Avec ces deux nouvelles labellisations, c’est l’ensemble de la gamme des fonds commercialisés par Trusteam Finance qui est désormais labellisé ISR. En 2016, les fonds Trusteam ROC (actions internationales) et Trusteam ROC Europe (actions des pays de l’Union Européenne) avaient déjà reçu ce label. Trusteam Finance s’était par ailleurs affirmée comme la seule société de gestion parisienne à avoir des « parts de partage » sur l’intégralité de sa gamme.

L’attribution du label ISR récompense l’approche de Trusteam Finance qui investit depuis plus de 10 ans dans les entreprises leaders de la satisfaction client. Une démarche qui découle d’une conviction : la satisfaction client est un facteur clé de performance financière qui s’inscrit dans une dynamique de développement durable (attentes environnementales des clients, conditions de travail des salariés, dialogue avec les parties prenantes, transparence, etc.).

Grâce à un procédé de sélection extra-financier rigoureux, Trusteam Finance a construit un processus d’investissement unique en Europe, le Return on Consumer (ROC), en s’appuyant notamment depuis 2011 sur le baromètre européen de la satisfaction client Ipsos-Trusteam**.

* ROC : Return on Consumer (retour sur le consommateur)

** Baromètre européen de la satisfaction client Ipsos-Trusteam : évaluation de plus de 900 marques par un panel de 100 000 clients interrogés, soit 1 000 personnes sollicitées dans 19 secteurs et dans 5 pays.

Lire (2 min.)

RobecoSAM lance le fonds Global Sustainable Impact Equities

Le fonds, domicilié au Luxembourg et autorisé à la distribution sur le marché français, vise à générer un impact direct et des rendements attractifs en investissant dans un portefeuille de sociétés cotées en bourse dont les produits et services, ainsi que les opérations globales, contribuent manifestement à atteindre les ODD. Le fonds est conçu pour les investisseurs particuliers et institutionnels ainsi que les fondations qui souhaitent mettre une partie de leur patrimoine au service des ODD et à créer un impact positif et mesurable, tout en recherchant des rendements compétitifs.

Soutenir et investir en ligne avec les Objectifs de développement durable des Nations Unies (ODD) :

  • Un impact direct et mesurable en investissant dans les entreprises qui contribuent à atteindre les ODD
  • Un engagement des investisseurs à faire avancer les objectifs en matière d’impact social, environnemental et économique allié à la recherche de rendements financiers
  • Intégration de l’analyse financière et de durabilité tout au long du processus d’investissement
  • Mesure et gestion de l’impact positif du portefeuille

Une opportunité gagnant-gagnant-gagnant

Le programme de développement durable des Nations Unies à l’horizon 2030 et son ensemble de 17 ODD représentent un grand pas en avant en délégant la responsabilité du progrès économique et social des agents publics à une base plus large d’intervenants, à savoir les entreprises, les détenteurs d’actifs et les investisseurs privés. Les ODD renforcent sensiblement le rôle des affaires et de la finance dans le développement social, économique et humain. En effet, selon l’UNEPFI, la réalisation des ODD nécessitera un apport annuel de 5 000 à 7 000 milliards USD jusqu’à 2030 dans des solutions adaptées, dont une grande partie devra provenir du financement privé.

Le fait d’orienter l’investissement en faveur des ODD vers l’univers des titres cotés en bourse augmente le capital alloué aux entreprises dotées de l’expertise, de la portée et de la technologie permettant de prendre le virage de l’économie durable. L’investissement en faveur des ODD est un impératif social, une nécessité économique, ainsi qu’une excellente opportunité de plusieurs milliards de dollars pour les investisseurs.

L’univers d’investissement de départ associé à cette stratégie est composé de 5 000 actions internationales. Les entreprises sont ensuite évaluées en détail et notées en fonction de leur soutien aux ODD, en utilisant le pourcentage du chiffre d’affaires pour chaque segment d’activité, la répartition géographique et une évaluation de la mesure dans laquelle leurs produits et services créent un impact. Seules les entreprises ayant un impact mesurable et significatif sur un ou plusieurs ODD seront incluses dans l’« univers des ODD » composé d’environ 1 000 actions. Les analystes Actions, les analystes Investissement durable de RobecoSAM suivent ensuite une approche d’investissement reposant sur la durabilité, la rentabilité, la qualité et la valorisation pour sélectionner les meilleures actions. Des techniques d’optimisation du profil risque/rendement sont appliquées aux actions restantes afin de composer un portefeuille performant d’environ 60 à 80 actions.

En combinant cet univers à impact élevé à la recherche de RobecoSAM sur l’excellence ESG et ses compétences de recherche fondamentales, le fonds RobecoSAM Global Sustainable Impact Equities offre un portefeuille à impact élevé et vise à surperformer les marchés actions de 2 à 4 % (taux annualisé) sur un cycle de marché complet.

Mesure de l’impact et rapport

L’offre d’investissement en faveur des ODD de RobecoSAM inclut un tout nouveau type de rapport sur les impacts. Une équipe composée de plus de 20 analystes financiers et en développement durable a établi une carte des impacts significatifs de chaque entreprise de l’univers des ODD sur des ODD particuliers et a développé

Une approche de l’investissement véritablement intégrée et aux intentions claires

des indicateurs clés des impacts (KII) exclusifs qui reflètent la valeur de la contribution aux ODD. Le rapport qualitatif des impacts sur les ODD comprend une explication des contributions aux ODD et des KII. Les rapports quantitatifs de RobecoSAM montrent combien d’entreprises du portefeuille contribuent à des ODD spécifiques et comparent le portefeuille à un indice de référence actions standard. Ces capacités de reporting sur les impacts sont uniques et les informations sont fiables grâce à la base de données complète de RobecoSAM contenant des données sur le développement durable matérielles sur le plan financier.

 
Lire (4 min.)

Les inégalités se creusent, Davos en prend (enfin) conscience

Si la croissance mondiale a été florissante en 2017, elle n'a pas profité à tout le monde : 1% des plus riches ont raflé 82% de la richesse créée l'année dernière. Alors que, selon le rapport de l'OXFAM, la moitié des habitants de la planète, soit 3,7 milliards de personnes, n'a pas bénéficié de l'embellie mondiale, "l'élite économique" a accru sa richesse de 13%. Alors réunie à Davos, à l'occasion du Forum Economique Mondial, une partie de cette élite a exprimé ses regrets quant à l'intensification des inégalités. Mais ce constat s'accompagne d'une certaine fatalité : dans l'ascension vers la richesse, tous ne disposent pas des mêmes moyens.
Lire (<1 min.)