ISR : l’accès à la santé, une priorité

Coline Pavot
La Financière de l'Echiquier
Déserts médicaux, coût des soins, manque de médecins ou manque de confiance du côté des patients... Il existe de multiples obstacles à l'accès aux soins. Comment investir dans cette thématique ? L'éclairage de Coline Pavot, Responsable de la Recherche Investissement Responsable, La Financière de l’Echiquier (LFDE).
Lire (4 min.)

Greenflation : la transition énergétique à tout prix ?

Les équipes de Mandarine Gestion
Mandarine Gestion
La « Greenflation » désigne l'inflation créée lorsque les prix augmentent en raison d'une demande accrue ou d'une offre réduite des matières premières nécessaires à la transition énergétique et écologique. Cette dernière devient plus coûteuse à mesure qu'elle se généralise. Plusieurs signaux laissent croire que cette tendance va s'inscrire dans la durée, ce qui pose la question de la place de la transition énergétique dans le débat politique international. L'équipe ESG de Mandarine Gestion partage son analyse.
Lire (5 min.)

COP27 : seul on va plus vite, ensemble on va plus loin

Marie Lassegnore
La Française AM
La COP27 est finie et les questions climatiques en suspens et non résolues ont éclipsé des axes de progrès bienvenus. Le point avec Marie Lassegnore, CFA, Head of Sustainable Investments, La Française AM.
Lire (6 min.)

Taxonomie européenne : le défi des conseillers financiers

Stéphane Fantuz
CNCEF Patrimoine
Après la Conférence de Charm el-Cheikh en Egypte qui s'est soldée par un échec, l'exigence climatique continue. Les Conseillers financiers vont être face au défi de la taxonomie européenne dès le 1er janvier prochain, devant collecter obligatoirement les préférences ESG des clients. Introduite par la révision de la MIFID II et issue du Pacte Verte européen, cette nouvelle réglementation met l’accent sur la finance durable. L'éclairage de Stéphane Fantuz, Président de la CNCEF Patrimoine.
Lire (4 min.)

SCPI Aestiam Placement Pierre : Aestiam débute le processus de labellisation ISR

La Rédaction
Le Courrier Financier

Aestiam — spécialiste de l’épargne immobilière — annonce ce jeudi 8 décembre, en partenariat avec le cabinet de conseil Wild Trees, avoir initié le processus de labellisation investissement socialement responsable (ISR) pour sa SCPI Aestiam Placement Pierre.

« La décision de labelliser Aestiam Placement Pierre résulte d’un enjeu stratégique mais également de l’engagement éthique et professionnel qui anime les équipes d’Aestiam », déclare Alexandre Claudet, Président d'Aestiam.

Une démarche ISR volontaire depuis 2 ans

Depuis deux ans, l’équipe d’Aestiam met en place une stratégie extra-financière qui vise à identifier et améliorer ses engagements sociaux et environnementaux — tant internes qu’externes. Cette démarche est menée sous l’impulsion de son président Alexandre Claudet, et dans le cadre d’un pôle Fund Management renforcé avec l’arrivée d’Alexis Bulckaert en tant qu’analyste RSE et Développement Durable.

Objectif, intégrer des critères objectifs dans la constitution et la gestion du portefeuille diversifié de la société de gestion. Ces critères permettent à la fois de diminuer l’impact carbone et de favoriser les trois dimensions ESG — environnementale, sociétale et gouvernance.

Labellisation d’Aestiam Placement Pierre

Le processus de collecte de données et la grille d’analyse ont nécessité un investissement humain important mené en collaboration avec l’expertise du cabinet de conseil Wild Trees. Il permettra à l’organisme certificateur indépendant, l’AFNOR, de se prononcer sur l’attribution du label ISR. Le label ISR est attribué pour une période de trois ans renouvelables, au terme d’un audit réalisé sur la base d’un cahier des charges strict.

Traduite par sa signature « l’épargne immobilière engagée », la stratégie d’Aestiam repose sur la recherche des meilleurs critères d’investissement afin d'offrir une performance long terme et vertueuse à tous ses souscripteurs. Dans un contexte réglementaire en pleine évolution, Aestiam souhaite intégrer l’aspect extra-financier dans le pilotage de son patrimoine et sa relation avec les partenaires et clients. 

Lire (2 min.)

Accord de Paris : DWS lance un nouvel ETF Xtrackers

La Rédaction
Le Courrier Financier

DWS Group (DWS) — gérants d’actifs mondial, avec 833 Mds€ d’actifs sous gestion au 30 septembre 2022 — annonce ce mardi 6 décembre le lancement d'un nouvel ETF Xtrackers basé sur les marchés d'actions émergents. Il met l'accent sur les caractéristiques environnementales, sociales et de gouvernance (ESG), et est aligné sur les objectifs de l'Accord de Paris de 2015.

DWS a déjà lancé six ETF d'actions basés sur la même méthodologie d'indice, offrant une exposition aux marchés d'actions suivants : Global, USA, Europe, Eurozone, Japon et désormais les marchés émergents. DWS a lancé en novembre 2022 quatre ETF Xtrackers qui suivent le marché des obligations d'entreprises en euros et en dollars américains avec différentes échéances et dont les indices suivis sont également alignés sur les objectifs de cet accord.

S'aligner sur l'Accord de Paris

Le Xtrackers Emerging Markets Net Zero Pathway Paris Aligned UCITS ETF est coté sur la Deutsche Boerse et le London Stock Exchange, d'autres bourses sont prévues à l’avenir. L'ETF vise à réduire les émissions conformément aux objectifs de l'accord de Paris sur le climat, l'indice sous-jacent correspondant donc aux règlements de l'UE sur les indices de référence alignés sur Paris.

Plus précisément, l'ETF suit l'indice Solactive ISS ESG Emerging Markets Net Zero Pathway. Ce dernier vise à atteindre une réduction de 50 % de l'intensité carbone par rapport à un indice de marché équivalent non ESG, conformément aux objectifs de Paris, ainsi qu'une réduction continue de 7 % par an de l'intensité carbone. 

« Avec ce nouvel ETF, nous proposons désormais une gamme complète de produits alignés sur l'accord de Paris sur le climat — offrant aux investisseurs des solutions adaptées aux marchés développés et émergents », déclare Simon Klein, responsable mondial des ventes passives chez DWS.

Contre le changement climatique

Tous les ETF actions Xtrackers de la série Net Zero Pathway se caractérisent par le fait qu'ils sont alignés sur l'Accord de Paris sur le climat. Ils tiennent également compte des recommandations de l'Institutional Investors Group on Climate Change (IIGCC), telles que définies dans le « Net Zero Investment Framework Implementation Guide ». Cela signifie que les indices ne pondèrent pas uniquement les membres de l'indice inclus sur la base de leur intensité carbone, conformément aux recommandations de l'IIGCC.

La surpondération des entreprises dans les indices est basée sur leur degré d'adoption d'objectifs scientifiques, tels que définis par l'initiative du même nom. Sont également pris en compte pour la pondération de l'indice les normes relatives au reporting climatique définies par la Task Force on Climate-related Financial Disclosures (TCFD) et les efforts déployés pour lutter contre le changement climatique.

Lire (3 min.)

COP27 : quels engagements financiers pour le climat ?

Mathilde Hodouin
Le Courrier Financier
Les négociations de la COP27 ont pris fin ce dimanche 20 novembre, à Charm-el-Cheikh en Egypte. Qu'en est-il du financement du fonds « pertes et préjudices » ? Quelle feuille de route pour réduire l'utilisation des énergies fossiles ? Plus de détails avec Le Courrier Financier.
Lire (6 min.)

Jean-Michel Huet – BearingPoint : COP27, « l’Afrique contribue très peu au réchauffement climatique, mais c’est le continent qui en souffre le plus »

Mathilde Hodouin
Le Courrier Financier
A l'heure de la COP27, quels sont les atouts de l'Afrique face au changement climatique ? Comment contribuer au développement économique et financier du continent ? Jean-Michel Huet, associé expert de l’Afrique au sein du cabinet de conseil BearingPoint, répond en exclusivité aux questions du Courrier Financier.
Lire (11 min.)

Finance ESG : la question sociale gagne du terrain face à l’environnement

Mathilde Hodouin
Le Courrier Financier
Quelle place pour la question sociale dans la finance durable ? Entre le E (environnement) et le S (social) de ESG, comment les investisseurs orientent-ils leurs portefeuilles ? Le 2 novembre dernier, J.P. Morgan Asset Management (JPMAM) s'est penché sur la question dans son enquête Future Focus. Le point avec Le Courrier Financier.
Lire (4 min.)

Finance durable : Teleperformance et les dangers d’un ESG « normatif »

Laurent Chaudeurge
BDL Capital Management
En termes de notation, un cadre trop rigide et complexe ne rend pas service à la cause ESG. Le cas de l'entreprise française Teleperformance l'illustre parfaitement. Les explications de Laurent Chaudeurge, Responsable de l’ESG chez BDL Capital Management.
Lire (5 min.)

AXA Climate lance une formation sur les enjeux environnementaux pour les responsables des services généraux

La Rédaction
Le Courrier Financier

AXA Climate — entité fondée en 2019 au sein du groupe AXA, dédiée à l’adaptation climatique et environnementale — annonce ce mardi 6 décembre le lancement d'une formation en ligne dédiée aux enjeux environnementaux à destination des responsables des services généraux (facility managers). Comment mesurer et réduire l’impact environnemental de son entreprise ? Quels objectifs chiffrés se fixer ? Comment embarquer les usagers dans cette transformation ?

Pourquoi cette formation ?

Aujourd'hui, les entreprises questionnent leur modèle de développement pour le rendre compatible avec la transition écologique et énergétique. Pour les aider, AXA Climate développe une série de formations pour sensibiliser l’ensemble des métiers d’une entreprise tous secteurs confondus : Digital, Juridique, Achats, Finance, Ressources Humaines, Communication et Marketing, Gestion des risques et Gestion des installations et services généraux.

Les responsables des services généraux jouent un rôle majeur pour maîtriser l'impact environnemental de leur entreprise. Ils gèrent les activités multi-techniques — bâtiments, performance énergétique, consommation d'eau ou encore climatisation. Ils sont souvent en charge également des activités multiservice — cantine, recyclage des déchets, espaces verts, ou encore flottes d’entreprise. Ils pilotent les contrats avec les différents prestataires et fournisseurs, et contribuent ainsi à la transition durable de leur entreprise.

https://axaclimate.wistia.com/medias/fn4zbu7rhf

Déroulement du parcours

Composée de sept vidéos, la formation en ligne leur apprend à réaliser leur diagnostic et leur feuille de route, avec des conseils méthodologiques pour bien prendre en compte tous les impacts et risques environnementaux. Il est notamment préconisé de se rapprocher de la direction RSE, d’utiliser des solutions digitales pour mesurer la performance énergétique des bâtiments, et de fixer une feuille de route opérationnelle avec des objectifs chiffrés.

Par ailleurs, la formation donne des conseils très concrets pour leur permettre de réduire l’impact sur l'environnement : fenêtres équipées de filtres UV, système de climatisation activé avec l'intelligence artificielle, peinture innovante refroidissant les espaces, choix des prestataires les plus vertueux pour gérer la restauration collective — produits locaux, bio, de saison, moins carnée, etc. Elle tord le cou à certaines fausses bonnes idées, comme l'installation de ruches sur les toits. Censée contribuer à maintenir la biodiversité, cette initiative dérègle en réalité certains écosystèmes en créant une compétition entre les différents pollinisateurs.   

Il est proposé aux responsables des services généraux de se projeter en 2030 afin d'anticiper les évolutions de leur métier. Ils échangeront quotidiennement avec d’autres responsables de sites pour partager les bonnes pratiques en matière environnementale — reconditionnement de mobilier de bureau, etc. Avec les responsables RSE, ils organiseront des retours d’expérience sur des initiatives de mobilité bas carbone (vélo de fonction, autopartage, etc.). Et avec les équipes RH, ils se mobiliseront pour protéger la santé des salariés (mise en place de plans canicule avec les bons gestes à adopter, la réorganisation des horaires de travail, etc.).

Accompagner la transition écologique

De façon prospective, la formation évoque l'enjeu de l'adaptation des sites au dérèglement climatique. Certaines parties du monde, comme l'Asie du Sud, pourraient devenir inhabitables dès 2050 à cause du mélange de chaleur extrême et d’humidité. Avec la montée des eaux, des infrastructures vont devoir être relocalisées. Enfin, la formation sensibilise à l’accompagnement du changement et de la communication vis-à-vis des collaborateurs afin que leurs usages soient en cohérence avec les actions menées. Car à quoi sert un bâtiment éco-conçu, équipé de triple vitrage, si les salariés ouvrent les fenêtres et font chuter la performance énergétique ?

« Cette formation est la dernière d’une série de formations que nous avons adressées cette année à l’ensemble des métiers de l’entreprise engagée dans la transition écologique. Le responsable des services généraux est un levier important de cette transition car il peut agir directement sur une partie conséquente de l’impact environnemental de son entreprise », explique Antoine Poincaré, responsable de Climate School d’AXA Climate. Pour ce module, AXA Climate a échangé avec plusieurs professionnels du facility management

  • Noémie Feldbauer, Directrice de la Transition Énergétique chez Heppner ;
  • Christian Whitaker, Global Head of Sustainable Operations chez JLL ;
  • Aurélie Fort, Directeur technique Facilities Management et Immobilier chez EPSA ;
  • Philippe Lacroix, Head of Hard Services and CSR chez Axa France ;
  • Jacques Bouscary, Chief Procurement Officer Real Estate et Corporate Services chez Aon ;
  • Ömer Döne, Facility Manger and Global Sustainability Program leader chez Sanofi ;
  • Foucault de La Rochère, Chief Efficiency Officer chez Accor ;
  • Hélène Billon, Director Facilities & mobility management chez Orange ;
  • Wilfried Eliezer Kouassi, Senior Procurement Category Manager Material Handling Equipment, Facility Management, Energy et Sustainability chez Kuehne ;
  • Emmanuel Régent, Président de Biodiversio ;
  • Eric Hoyez, Facility Manager chez Saint Gobain ;
  • Laurie Pigeot Besse, Directrice des Services sur Sites chez Ubisoft.
Lire (6 min.)

Assurance vie : Generali soutient 4 projets forestiers français avec Reforest’Action

La Rédaction
Le Courrier Financier

Generali —  groupe international d’assurance et de gestion d’actifs — annonce ce mardi 29 novembre commercialiser un produit d'investissement, qui permet de soutenir quatre projets forestiers français, sélectionnés auprès de Reforest’Action. Fondée en 2010, cette entreprise certifiée B Corp vise à préserver, restaurer et créer des forêts en France et dans le monde.

Un arbre planté dès 1 000 euros investis

Objectif, « épargner tout en participant au reboisement de nos forêts ». Ce produit d'investissement a été élaboré par Generali Wealth Solutions (GWS), en collaboration avec BNP Paribas. Chaque investissement de 1 000 euros permettra de planter un arbre dans un projet de reforestation en Alsace, Bretagne, Pays-de-la-Loire ou Nouvelle-Aquitaine.

Generali propose ainsi d'investir dans un titre de créance, disponible en unité de compte (UC) au sein des principaux contrats d’assurance vie de Generali Vie — à savoir Himalia, Himalia Patrimoine, Espace Invest 5, L’Épargne Generali Platinium et GPA Profil Epargne. Ces contrats sont distribués par les conseillers en gestion de patrimoine (CGP), banques privées et régionales, agents généraux, courtiers et conseillers commerciaux du réseau salarié de Generali.

L'investissement se structure sur un sous-jacent qui permet de sélectionner les 50 sociétés européennes et les 50 sociétés américaines qui présentent la meilleure note Environnementale, Sociale et de Gouvernance (ESG), telle que calculée par S&P Dow Jones Indices.

Quatre projets de reboisement en France

Chaque épargnant peut ainsi contribuer à la lutte contre le changement climatique et à l’érosion de la biodiversité, en étant acteur de la reforestation. Une fois l’investissement réalisé et quel que soit son montant (à partir de 1 000 euros), chaque client pourra se connecter sur une page dédiée du site de Reforestation afin de planter un arbre dans l’une des zones suivantes :

  • Alsace – Sélestat (Bas-Rhin) : le projet vise le reboisement de parcelles forestières malades, endommagées par la chalarose ;
  • Bretagne – Grand-Champ (Morbihan) : le projet cible le reboisement d’une forêt dont le peuplement a été victime de l'armillaire ;
  • Pays-de-la-Loire – Trémentines (Maine-et-Loire) : le projet vise la restauration d’un terrain agricole délaissé ;
  • Nouvelle-Aquitaine – Montfaucon (Dordogne) : le projet vise la restauration d'une parcelle forestière victime de la tempête de 1999.

Stratégie d'investissement responsable

« Dans le cadre de notre stratégie en matière de durabilité et d’investissement responsable, nous avons à cœur de proposer aux épargnants des solutions d’investissement diversifiées, innovantes et durables qui font aussi écho à l’urgence climatique », explique Alessandra Gaudio, présidente de Generali Wealth Solutions.

Ce nouveau produit, conçu en collaboration avec BNP Paribas et son partenaire Reforest’Action, s’inscrit dans la continuité du produit structuré que nous avons lancé au printemps 2022 en soutien au fonds de dotation ONF-Agir pour la Forêt. Nous comptons rester sur cette lancée et prévoyons de commercialiser chaque année deux produits structurés de ce type, avec à la clé un impact environnemental concret », ajoute-elle.

« Depuis des années, l’ESG est au cœur de l’offre de BNP Paribas Global Markets. Le lancement de ce projet avec Generali nous permet d’une part de promouvoir ensemble des solutions d’investissement plus durables tout en proposant à nos clients de participer à l’effort de restauration et de reboisement de forêts en France, qui sont essentielles dans la lutte contre le changement climatique et la préservation de la biodiversité », précise Youri Siegel, responsable de la Structuration ESG, BNP Paribas Global Markets.

Lire (4 min.)

Laetitia Bernier – Perial AM : immobilier, « nos investissements s’inscrivent dans une grille ESG »

Mathilde Hodouin
Le Courrier Financier
Pour le T4 2022, Perial Asset Management (Perial AM) fait le bilan de son activité. Comment le gérant poursuit-il sa stratégie de diversification avec la SCPI PFO ? Comment la SCI Perial Euro Carbone poursuit-elle son développement deux ans après son lancement ?
Voir (<6 min.)