Brexit : que veut le nouveau Premier ministre britannique ?

Mark Phelps
L'arrivée de Boris Johnson au poste de Premier ministre au Royaume-Uni a mis en émoi les marchés financiers, qui redoutent les conséquences d'un Brexit dur. Un accord est-il encore possible ? La date du Brexit sera-t-elle repoussée ? Comment saisir les opportunités d'un « hard Brexit » ? Mark Phelps, CIO, Portfolio Manager et Global Concentrated Equity, chez Alliance Bernstein, partage son analyse.
Lire (3 min.)

La croissance française fait du surplace

Philippe Crevel
En 2019, la croissance reste faible en France. Si l'investissement des entreprises est en hausse dans l'Hexagone, le commerce extérieur reste neutre dans un contexte de ralentissement du commerce international. Quelles perspectives se dessinent au second semestre ? Philippe Crevel, Directeur du Cercle de l'Epargne, partage son analyse.
Lire (6 min.)

La BCE déterminée à soutenir la croissance et l’inflation

Alexandre Hezez
Fin juillet 2019, la banque centrale européenne (BCE) a dévoilé ses prochaines mesures en termes de politique monétaire. L'institution entend soutenir la croissance et l'inflation. Quelles perspectives se dessinent pour les investisseurs ? Alexandre Hezez, Directeur de la Gestion Financière de Richelieu Gestion et Stratégiste et Allocataire pour le Groupe Richelieu, partage son analyse.
Lire (7 min.)

Brexit : Boris Johnson rejoint le match

Cette semaine, Boris Johnson a été élu à la tête du parti conservateur britannique. Il remplace désormais Theresa May au poste de Premier Ministre... Et il entend bien renégocier l'accord du Brexit, malgré l'opposition ferme de l'Union Européenne.
Lire (4 min.)

Prise de participation : Bpifrance entre au capital du Groupe Infodis

Le Groupe Infodis — spécialiste des hautes technologies — annonce ce jeudi 1er août l'entrée à son capital de la banque d'investissement Bpifrance. Aux côtés de LBO France — actionnaire de référence du groupe — Bpifrance accompagnera l’accélération de la croissance de Groupe Infodis dans l’ensemble de ses secteurs d’activité.

« Nous développons de nouvelles offres à valeur ajoutée afin d’accélérer notre croissance, notamment dans l’infogérance et les services managés dans le cloud. Nous étudions actuellement plusieurs dossiers prometteurs de croissance externe afin de renforcer nos offres au service de nos clients », indique Vighen Papazian, président de Groupe Infodis.

Focus sur le bilan du Groupe Infodis

Par ailleurs, le Groupe Infodis enregistre un bilan d'activité positif pour le premier semestre 2019. Son chiffre d’affaires s’établit à 21,1 M€ — conforme au budget de l’exercice — et un résultat d’exploitation de 3,4 M€. Ces performances ont permis au Groupe Infodis de dégager une rentabilité de 15 %, ce qui confirme la tendance de l’exercice 2018.

L’ensemble des divisions du Groupe Infodis poursuivent leur développement. C'est le cas des services liés aux infrastructures — réseaux, serveur, gestion des infrastructures clients en cloud — et des services d’assistance à valeur ajoutée, qui permettent aux clients d’optimiser le fonctionnement de leurs infrastructures informatiques et télécoms.

Lire (1 min.)

AMF : consultation sur le Règlement Prospectus

Le règlement européen Prospectus et ses règlements délégués associés sont entrés en application le 21 juillet 2019. Dans ce contexte, l’Autorité des marchés financiers (AMF) annonce ce mercredi 31 juillet le lancement d'une lance une consultation sur le projet de modification de sa doctrine sur le sujet et sur une nouvelle recommandation sur la communication financière des sociétés par voie de presse écrite. Cette opération durera jusqu'au 30 septembre prochain.

Un nouveau guide

Cette doctrine est intégrée dans un nouveau guide intitulé « Guide d’élaboration des prospectus et information à fournir en cas d’offre au public ou d’admission de titres financiers ». Ce guide ne s’applique pas aux émissions de parts sociales de banques mutualistes, de coopératives constituées sous forme de sociétés anonymes, de SCPI, de SEP ou de certificats mutualistes qui relèvent d’un régime d’information national. Il est composé de 3 parties :

  • l’information à fournir dans les prospectus approuvés par l’AMF à compter du 21 juillet 2019 ;
  • les informations à fournir en cas de dispense de prospectus ;
  • les positions et recommandations de l’AMF en matière d’émission et d’admission de titres de capital. 

Ce guide a été élaboré à partir de textes encore en projet — dispositions législatives, règlement général et instructions. Il sera ajusté en fonction des textes définitifs qui devraient être publiés d’ici fin septembre. Les positions et recommandations actualisées de ce guide ne deviendront applicables qu’au moment de la publication de la version définitive de ce guide. Cette consultation porte également sur la mise à jour du guide l’information périodique, dans la mesure où le document de référence devient un document d’enregistrement universel et sur une nouvelle recommandation sur la communication financière des sociétés par voie de presse écrite.

Lire (2 min.)

UE : Ursula Von der Leyen promet la neutralité carbone pour 2050

Cette semaine, la candidate franco-allemande Ursula Von der Leyen a été élue de peu présidente de la Commission européenne. Quelle politique économique va-t-elle mettre en œuvre ? Quel avenir pour la finance verte et l'économie bas-carbone ?
Lire (3 min.)

Libra : les Etats-Unis sont-ils prêts pour la cryptomonnaie de Facebook ?

En juin dernier, l'annonce de la création du Libra a déclenché de vives inquiétudes. La cryptomonnaie de Facebook verra-t-elle le jour en 2020, malgré les réserves des régulateurs et l'opposition des politiques ?
Lire (5 min.)

/ PERSPECTIVES / Emmanuel Gavaudan - Boussard & Gavaudan : identifier la valeur des entreprises

S'appuyer sur une connaissance approfondie du capital des entreprises, c'est la stratégie d'Emmanuel Gavaudan, Directeur général de Boussard & Gavaudan. Le gérant nous dévoile ses perspectives... Entrez dans les coulisses de la gestion de Boussard & Gavaudan.
Voir (<6 min.)

Chine/Etats-Unis : donner du sens à un conflit commercial persistant

Johannes Müller
La Chine et les Etats-Unis ont repris leurs discussions à l'occasion du G20 qui s'est tenu fin juin 2019 au Japon. Avec une guerre commerciale en pause, comment les marchés évaluent-ils le risque politique ? Le taux de change du won coréen par rapport au dollar reste un indicateur à surveiller. Johannes Müller, Responsable de la Recherche Macro chez DWS, partage son analyse.
Lire (3 min.)

SWIFT et le cabinet BCG déclarent le secteur des titres prêt pour les API

SWIFT — spécialiste mondial des services de messagerie financière sécurisée — et le Boston Consulting Group (BCG) publient ce mardi 30 juillet un rapport commun (en anglais) sur la dynamique croissante de la technologie API. D'après ce document, l'intérêt pour les API croît rapidement dans le segment post-marché. En 2018, la prise de conscience des API parmi les gestionnaires d'actifs (72 %) a progressé de +26 %.

Une adoption plus lente

L'intérêt commercial croissant entraîne une multiplication des projets pilotes et des cas d'utilisation, notamment entre gestionnaires d'actifs et dépositaires. Les API peuvent aider le secteur des services de titres, qui fait face à la variété des types d'actifs, à des échanges d'informations complexes et à une pression croissante sur les frais. Le rapport expose quatre aspects sur lesquels le secteur aurait tout à gagner à utiliser les API :

  • Efficacité et réduction des coûts à travers l'échange de données automatisé ;
  • Visibilité des informations en temps réel, comme l'état des règlements et le risque intra-journalier ;
  • Services à valeur ajoutée, tels que données enrichies et analyses ;
  • Benchmarks opérationnels pour aider les prestataires à comparer leurs performances avec celles de leurs homologues.

L'adoption des API a été plus lente dans le secteur des services de titres que dans d'autres secteurs des services financiers. Cela vient en partie d'un manque d'impulsion de la part des autorités de réglementation. De plus, le niveau de préparation à l'adoption des API reste très contrasté. Les gestionnaires d'actifs présentent une grande variété — complexité technique et s'engagement auprès des fournisseurs via des solutions API. D'après l'enquête, 56 % des personnes interrogées perçoivent la maturité des API post-trade comme « expérimentale », tandis qu'ils ne sont que 21 % à la considérer comme « élevée » ou « moyenne ». 

Un levier d'innovation puissant

« Les API ont la capacité de constituer un levier d'innovation puissant dans le segment post-marché, exactement comme cela s'est produit dans les paiements et d'autres domaines bancaires », souligne Juliette Kennel, responsable Titres et Marchés des changes chez SWIFT. « Pour véritablement stimuler et accélérer l'adoption des API à plus grande échelle, nous devons éliminer l'incertitude sur les normes et améliorer la compréhension du degré de maturité atteint par cette technologie » ajoute-elle. Le rapport formule quatre axes d’amélioration pour le secteur :

  • Mutualiser les infrastructures API communes. Les composantes de base des solutions API — telles que la gestion des identifications, l'authentification, la sécurité et la gestion de la connectivité réseau — devraient être harmonisées au niveau global à travers des accords entre les entreprises, plutôt qu'au niveau de chaque entité ;
  • Organiser les normes des API pour permettre l'interopérabilité. La prolifération de nombreux standards menace d'amoindrir les gains d'efficacité que les API permettent. Le secteur a besoin d'une seule et unique norme API compatible avec tous les fournisseurs ;
  • Soutenir la mise en réseau des API plutôt que des solutions point à point. Les entreprises sont prêtes à profiter de la mise en réseau des API. Par exemple, un seul appel de vérification de l'état d'un règlement effectué par un courtier pourra ensuite être acheminé simultanément à plusieurs dépositaires. Une solution en réseau favorisera également la convergence des définitions de données ainsi que d'autres caractéristiques des API ;
  • Respecter des normes de sécurité et de résilience strictes. Pour gagner du terrain, les systèmes d'API devront atteindre des niveaux élevés de protection des données et de résilience.

« La numérisation de la banque s’accélère, une transformation qui doit beaucoup à la technologie des API », analyse Sumitra Karthikeyan, responsable mondiale Services de titres chez BCG. « Les API commencent tout juste à s'introduire dans le secteur des services de titres. Elles émergent peu à peu comme une technologie de pointe vers laquelle les directions se tournent volontiers, au moment où elles cherchent à transformer leurs entreprises afin d’accélérer leur digitalisation. Bien que les difficultés traditionnelles telles que l'interopérabilité et la sécurité freinent l'adoption des API, nous pensons qu'elles pourront être surmontées et nous misons sur une plus grande adoption toujours à l'avenir » conclut-elle.

Lire (5 min.)

Aviva Investors France accueille un gérant quantitatif actions euro

Aviva Investors France accueille un gérant quantitatif actions euro
Eric Chatron

Aviva Investors France — filiale française du gestionnaire d'actifs Aviva Investors — annonce ce vendredi 26 juillet l’arrivée d’Eric Chatron au poste de gérant quantitatif actions, au sein de l’équipe de gestion actions euro. Basé à Paris, Eric Chatron rapportera à Frédéric Tassin, Responsable Gestion Actions Pan-Européennes.

L’équipe de gestion actions pan-européennes d’Aviva Investors compte désormais 10 collaborateurs. Ils gèrent actuellement plus de 13 Mds€ d’encours. D'après les chiffres publiés le 31 mars 2019, la gestion actions d’Aviva Investors représente 41 Mds€ d’encours dans le monde.

Focus sur le parcours d'Eric Chatron

Diplômé d’un Magistère Banque-Finance de l’Université Paris Dauphine, Eric Chatron bénéficie de plus de 20 ans d’expérience dans le secteur financier. En 1997, il commence sa carrière à New York en tant qu’analyste quantitatif chez RG Niederhoffer Capital Management. En 1998, de retour à Paris, il occupe le poste de gérant obligataire et devises chez State Street Global Advisors. A partir de 2004, il gère des portefeuilles actions européennes selon une approche « quantamentale ».

« Son expertise nous permettra d’enrichir nos process de gestion actions, en ouvrant notre gestion fondamentale à une nouvelle dimension : la gestion quantitative. Sa nomination intervient dans le cadre des importantes ambitions d’Aviva Investors pour son expertise en gestion actions au niveau mondial et s’inscrit dans une volonté de moderniser sa gestion fondamentale », précise Denis Lehman, Directeur général, responsable des gestions actifs liquides et de l’ESG chez Aviva Investors France.

Lire (2 min.)

BCE : Christine Lagarde sur le tapis rouge

Cette semaine, l'arrivée de Christine Lagarde à la tête de la BCE rassure les marchés. La Française devrait poursuivre la politique accommodante de Mario Draghi, afin de favoriser la croissance mais aux dépends de l'orthodoxie budgétaire. Avec son profil politique atypique, Christine Lagarde devra relever de nombreux défis.
Lire (4 min.)