Gestion thématique : DNCA lance Global Sport Equity, un dédié à l’économie du sport

Les Banques Populaires et les Caisses d’Epargne ont annoncé le 2 décembre dernier proposer le fonds « DNCA Global Sport Equity », en exclusivité à leurs clients. Il s'agit du premier fonds thématique dédié à l’économie du sport lancé par un groupe bancaire en France. Objectif, fournir une performance sur une durée minimale de placement recommandée de 5 ans.

Ce fonds développé par DNCA Finance — société de gestion affiliée à Natixis Investment Managers — cible des entreprises à travers le monde dont l’activité et la croissance future sont liées à la filière sport. Celles-ci sont sélectionnées notamment sur la base de leur contribution positive aux enjeux du développement durable.

Investir dans l'économie du sport

« DNCA Global Sport Equity » est un fonds investi en actions d’entreprises internationales cotées liées à l’économie du sport évoluant dans différents écosystèmes, tels que les vêtements et les équipements sportifs, le fitness, la nutrition sportive, les complexes et événements sportifs, les équipes de sport et le e-sport.

Les revenus générés par le marché mondial du sport représentent aujourd’hui 1 100 Mds$. Ce marché devrait croître avec le nombre grandissant de pratiquants (perspective 2025 à 3,5 milliards, soit + 30 % par rapport à 2020) et des spectateurs d’événements sportifs (+ 8 % par an entre 2021 et 2025), le développement des nouvelles technologies et la digitalisation (exemple : marché du SportTech estimé en hausse de + 17,5 % par an d’ici à 2026).

Au regard du potentiel de performance de cette filière, les Banques Populaires et les Caisses d’Epargne proposent aujourd’hui en exclusivité à leurs clients ce nouveau fonds thématique DNCA Global Sport Equity. Le Groupe BPCE, partenaire premium de Paris 2024, s’affirme comme le groupe bancaire de référence de l’économie du sport. La commercialisation du nouveau fonds illustre la mobilisation des Banques Populaires et des Caisses d’Epargne au service du développement de cette filière économique.

Performances financières et extra-financières

Ce fonds a été développé par DNCA Finance, affilié de Natixis Investment Managers. Cette société de gestion est reconnue depuis plus de 20 ans pour sa gestion de conviction, sa forte expertise et sa couverture mondiale, ainsi que pour son engagement dans la prise en compte du risque sous ses dimensions financières et extra-financières.

Les entreprises sont sélectionnées d’après leur positionnement stratégique, leur performance financière, leur avance technologique et leurs perspectives de croissance. Ce fonds privilégie celles d’entre elles ayant une contribution positive aux enjeux du développement durable, avec l’intégration de critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) stricts.

Le portefeuille de « DNCA Global Sport Equity » se compose d’entreprises qui rayonnent localement ou à l’international — dont des franchises et marques fortes, telles que Foot Locker ou Puma ainsi que des entreprises comme Catapult, spécialisée dans des technologies portables destinées à améliorer la performance des athlètes, ou encore Electronic Arts, leader mondial des jeux électroniques de sport et acteur majeur du esport.

Quelles perspectives de croissance ?

« Les Banques Populaires et les Caisses d’Epargne, partenaires premium des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, sont pleinement engagées dans le sport depuis une trentaine d’années. Tout comme elles accompagnent dans les territoires les entreprises de l’économie du sport afin de contribuer à l’émergence d’une filière d’excellence, elles souhaitent proposer en exclusivité à leurs clients épargnants d’investir dans ce secteur d’activité en pleine croissance, dans de belles entreprises innovantes, performantes et ayant un impact environnemental et social positif », indique Christine Fabresse, directrice générale Banque de proximité et Assurances du Groupe BPCE.

« L’économie du sport offre des perspectives de croissance supérieures à celles de l’économie mondiale et représente déjà 3 500 Mds $ de capitalisation boursière, soit 7,5 fois plus qu’il y a 10 ans. DNCA Finance, affilié de Natixis Investment Managers, est convaincu du potentiel de cette thématique et lance DNCA Global Sport Equity, le premier fonds dédié à l’économie du sport, réalisé par un groupe bancaire en France et en exclusivité pour les clients et investisseurs des Banques Populaires et des Caisses d’Epargne », conclut Eric Franc, directeur général de DCNA Finance.

Lire (4 min.)

Marchés financiers : inflation transitoire ?

César Pérez Ruiz
La Réserve fédérale américaine (Fed) a cessé de parler d'une inflation « transitoire ». Dans un contexte économique toujours marqué par la crise sanitaire, faut-il s'attendre à un resserrement imminent de la politique monétaire ? Quelles perspectives sur les marchés financiers ? L'analyse de César Perez Ruiz, Responsable des investissements et CIO chez Pictet Wealth Management.
Lire (4 min.)

Marchés financiers : en manque de repères…

Olivier Guillou
A court terme, les marchés financiers sont traversés par de nombreuses inquiétudes. Comment les perspectives 2022 peuvent-elles néanmoins demeurer solides ? Les explications d'Olivier Guillou, Directeur de la gestion chez Ecofi.
Lire (3 min.)

Marchés financiers : la Fed au pied du mur

Olivier de Berranger et Alexis Bienvenu
La Réserve fédérale américaine (Fed) reconnaît désormais que l'inflation sera plus longue que prévu. Quels obstacles la banque centrale devra-t-elle contourner pour adapter sa politique monétaire au contexte macroéconomique actuel ? Le point avec Olivier de Berranger, CIO ; Alexis Bienvenu, Fund Manager chez La Financière de l'Echiquier (LFDE).
Lire (4 min.)

France : quelles réserves de change en novembre 2021 ?

Le Ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance publie ce mardi 7 décembre avec la Banque de France une nouvelle note sur le montant des avoirs de réserve officiels et autres avoirs en devises de l’Etat, soit les réserves nettes de change à fin octobre 2020.

Depuis mai 2000, en conformité avec la Norme Spéciale de Diffusion des Données (NSDD) du FMI — telle qu’appliquée au sein du Système Européen de Banques Centrales — les avoirs mensuels de réserves et les disponibilités en devises sont valorisés en euros sur la base des cours de change de fin de mois.

Augmentation des avoirs de réserve

Les avoirs de réserves officiels et autres avoirs en devises s'élèvent à la fin du mois de novembre 2021 à 221 771 M€ (251 998 M$) contre 216 645 M€ (252 284 M$) à la fin du mois d’octobre 2021, soit une augmentation de 5 126 M€, qui intègre l’incidence des modalités de valorisation aux cours de change de fin de mois. Les réserves de l'Etat se répartissent ainsi :

  • Réserves en or : 123 637  M€ ;
  • Réserves en devises : 55 909  M€ ;
  • Créances sur le FMI : 40 406  M€ ;
  • Autres avoirs de réserve : 1 819  M€.

Dans ce cadre, les réserves en or ont augmenté de 3 459 M€. Les réserves en devises ont augmenté 1 036 M€. Les créances sur le fonds Monétaire International ont augmenté de 304 M€. Les autres avoirs de réserve ont augmenté de 327 M€.

Lire (2 min.)

Generali Patrimoine nomme son Directeur des Partenariats

Generali France — filiale de Generali, groupe international d’assurance et de gestion d’actifs — annonce ce mardi 7 décembre la nomination du Directeur des Partenariats de Generali Patrimoine. Dans ce cadre, Corentin Favennec a pris ses nouvelles fonctions à compter du 1er novembre 2021. Il est chargé des partenaires Grands Comptes dont il assurait la Direction depuis 5 ans et désormais des partenariats avec les Conseillers en Gestion de Patrimoine.

Transformer le modèle Epargne

Dans le cadre de ses nouvelles fonctions, Corentin Favennec a pour mission de coordonner et mettre en œuvre l’ensemble des partenariats que développe Generali Patrimoine avec ses partenaires tiers-distributeurs : les Banques, les Fintechs, les Plateformes ainsi que les Conseillers en Gestion de Patrimoine.

La transformation du nouveau modèle Epargne — dont Corentin Favennec avait la responsabilité depuis début 2020 — a été confiée depuis le 1er novembre dernier à Anne-Emmanuelle Corteel, Directrice des Solutions d’Assurance au sein du marché Epargne et Gestion de Patrimoine de Generali France.

Focus sur le parcours de Corentin Favennec

Generali Patrimoine nomme son Directeur des Partenariats
Corentin Favennec

Corentin Favennec est diplômé de l’École Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne. Après avoir débuté sa carrière au sein d’un cabinet de conseil en management, il rejoint Generali France en 2008 où il occupe différents postes au sein de la Direction innovation et outils, puis de la Direction de l’organisation. En 2015, il rejoint le marché de l’Epargne et de la Gestion de patrimoine pour prendre la Direction des opérations d’assurance. Depuis 2017, Corentin Favennec était Directeur en charge des Partenariats Grands Comptes.

Lire (2 min.)

Zone euro : poursuite de l’accélération de l’inflation

Julien-Pierre Nouen
L'inflation s'accélère fin 2021. Si la Fed a délaissé le terme « transitoire », la BCE le maintient. Quelles perspectives pour 2022. L'analyse de Julien-Pierre Nouen, CFA, Directeur des études économiques et de la gestion diversifiée chez Lazard Frères Gestion.
Lire (2 min.)

Variant Omicron : craintes sur les marchés financiers

Cette semaine, l'inquiétude liée au variant Omicron génère sur les marchés financiers un climat d'aversion généralisée au risque. Entre inflation et crise sanitaire qui se prolongent, quelles perspectives ? Comment les banques centrales réagissent-elles ? Le point avec Le Courrier Financier.
Lire (3 min.)

Laurent Rytlewski – Apicil Asset Management : « Les CGP ont besoin de fonds à faible volatilité »

Pour cette fin d'année 2021, Apicil Asset Management (Apicil AM) revient sur sa gamme de fonds à destination des professionnels du patrimoine. Quelles opportunités le gérant leur propose-t-il dans un contexte de marché très volatil ? Pourquoi s'intéresser aux Small Caps en zone euro ?
Voir (<1 min.)

Marchés financiers : retour général à la moyenne ?

Peter De Coensel
La découverte du variant omicron a semé la crainte chez les investisseurs. Malgré cet épisode de stress boursier, une tendance générale de retour à la normal s'observe sur les marchés. Que se passe-t-il ? L'éclairage de Peter de Coensel, CEO de DPAM.
Lire (8 min.)

SCPI : Norma Capital développe ses Fair Invest et Vendôme Régions

Norma Capital — société de gestion de portefeuilles — annonce ce mardi 7 décembre avoir poursuivi sa politique active d’acquisitions sur l’ensemble du territoire national, notamment au sein des grandes métropoles régionales. Objectif, développer les patrimoines immobiliers de ses deux SCPI labellisées ISR Immobilier : Fair Invest et Vendôme Régions. Norma Capital a ainsi investi en novembre dernier près de 50 M€, au travers de 7 acquisitions, pour un total de plus de 18 000 m², répondant ainsi aux objectifs d’investissement fixés en début d’année.

Fair Invest, investir dans la santé

En conformité avec sa stratégie d’investissement, définie au sein de sa Charte éthique et d’investissement, la SCPI Fair Invest se concentre sur les secteurs de la santé et de l’éducation depuis sa création en 2018. Les acquisitions de Norma Capital pour sa SCPI en novembre portent sur le thème de la santé :

  • 161 m² de locaux dans le 10ème arrondissement de Paris (Ile-de-France) loués par un cabinet dentaire ;
  • 151 m² de commerce à Reims (Marne), loués aux Studios Comme J’aime, spécialiste du bien-être et de la minceur.

La SCPI Fair Invest poursuit ainsi son développement sur des secteurs d‘activité qui font preuve d’une grande résilience, et sont jugés socialement utiles. La SCPI a pu distribuer 4,51 % à ses associés en 2020. Elle devrait proposer un rendement entre 4,60 % et 4,90 % en 2021.

Vendôme Régions, grandes agglomérations régionales

Nouvellement labellisée ISR Immobilier, la SCPI Vendôme Régions détient un patrimoine immobilier diversifié dans les grandes agglomérations françaises : bureaux, locaux d’activité et commerces. Au mois de novembre, la SCPI Vendôme Régions a poursuivi cette stratégie avec l’acquisition de cinq nouveaux actifs très diversifiés en matière de localisation et de secteur d’activité :

  • 4 000² de bureaux à Sainte-Marie à la Réunion, au sein du pôle commercial le plus fréquenté de la Réunion, et occupés par différentes enseignes ;
  • 6 000 m² de bureaux en VEFA, dont la livraison est prévue au 4e trimestre 2023, certifiés BREEAM Very Good & RT 2021 - 30 %, à Cesson-Sévigné (Ille-et-Vilaine), situés au cœur de la ZAC Atalante ViaSilva et desservis par le prolongement du métro B en 2022 ;
  • 251 m² de commerces à Rennes (Ille-et-Vilaine), loués à MAAF Assurance ;
  • 5 000 m² de commerces à Toulouse (Haute-Garonne), au sein du 1er pôle commercial toulousain spécialisé pour les deux roues et loués par plusieurs enseignes de cet univers ;
  • 2 800 m² de locaux d’activités à Marseille (Bouches-du-Rhône), au sein de la zone d’activité de l’Estaque, loué à un locataire dans le domaine de l’imprimerie et de la reproduction.

Ces actifs rentrent pleinement dans la stratégie de la SCPI car diversifiés, et répondant à une réelle demande de par leur localisation stratégique. Avec cette croissance, Vendôme Régions a versé 6,02 % aux porteurs de parts en 2020. Pour l’année 2021, la performance de la SCPI devrait se situer entre de 5,80 % - 6 %.

Norma Capital poursuit encore sa politique d’acquisition pour la fin de l’année et dispose de capacités d’investissement importantes pour le compte de ses deux SCPI Fair Invest et Vendôme Régions. Le dernier mois sera donc synonyme d’acquisitions et de diversification du parc immobilier

Lire (3 min.)

Metlife renforce sa direction des opérations

MetLife France — spécialiste de la prévoyance individuelle — annonce ce lundi 6 décembre renforcer sa Direction des Opérations. Dans ce cadre, MetLife France nomme Pekko Thai à sa tête ; elle annonce aussi l’arrivée d’Olivier Dessus en tant que Responsable de son Service Acceptation. La nouvelle Direction des Opérations assurera les missions suivantes :

  • l’amélioration continue de l’expérience clients, en accompagnant au mieux les assurés dans les moments clés que sont la souscription de leurs produits, la gestion de leurs polices et leur indemnisation en cas de sinistres ;
  • l’optimisation de plateformes digitales intuitives et flexibles pour les clients, proposant des espaces sécurisés et évoluant avec les meilleurs standards du marché — plateformes qui viennent compléter et enrichir l’expertise et les conseils des collaborateurs MetLife et de ses partenaires distributeurs ;
  • la simplification des process de souscription et de sélection médicale, en faisant évoluer régulièrement les grilles de sélection et formalités médicales, et en proposant des services innovants permettant aux futurs assurés de gagner du temps et de la sérénité.

Focus sur le parcours de Pekko Thai

Pekko Thai est diplômé de l’Ecole Supérieure de Management en Alternance (ESM-A) en 2007. Il est également titulaire d’un MBA « Audit & Management des risques », obtenu à l’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA) en 2011. Pekko Thai débute sa carrière en tant que Senior Consultant chez Altran CIS en 2007. Il rejoint les équipes de Société Générale Corporate & Investment Banking en tant que Consultant Qualité puis Chef de projet jusqu’en 2009.

En 2010, il rejoint AXA France en qualité de Project Manager Officer pour gérer la transformation du processus de sous-traitance, puis Crédit Agricole Corporate & Investment Banking en 2012 en tant que Chef de Projet en charge de la transformation du processus Front/Back de la Trésorerie.

Entre 2012 et 2014, Pekko est nommé Senior Risk Manager chez Optimind et poursuit plusieurs missions : le cadrage du Projet solvabilité 2 au sein de la Mutuelle Générale et l’optimisation de la base des actifs chez AG2R la Mondiale et enfin l’évaluation du profil de risques et le renforcement du dispositif de contrôle permanent chez Klésia en 2014.

Entre 2014 et 2017, Pekko Thai rejoint Mazars et accompagne Klesia pour la rationalisation de ses portefeuilles produits, puis le déploiement opérationnel du Risk and Control Self Assessment chez Aviva. En 2017, il devient Responsable du Risque Opérationnel chez Société Générale Assurances avant de rejoindre Vertuo en tant que Senior Manager. Pekko Thai rejoint les équipes de MetLife en novembre 2020.

Focus sur le parcours d'Olivier Dessus

Olivier Dessus est titulaire d’un DEUG en Sciences Economiques obtenu à la Faculté de Paris X Nanterre en 1994. Il est également diplômé de Kedge Business School au sein de laquelle il a suivi un Programme de Management en Assurance de 2019 à 2021. Olivier Dessus débute sa carrière chez Erisa (HSBC Assurances) en 1997 en tant que Souscripteur Vie. Il a ensuite rejoint Zurich Financial Services en 2000, puis ALICO (AIG Vie) de 2001 à 2004 en qualité de Souscripteur Risques aggravés.

De 2004 à 2008, il devient Responsable Souscription Vie de Genworth Financial en France. En 2008, Olivier rejoint Partner Re Life & Health en qualité de Responsable de la souscription des risques au bureau de Paris, en charge de la France, du Sud de l’Europe, du Benelux, de l’Amérique Latine et du Moyen-Orient. Il y restera 11 ans avant de rejoindre les équipes de Swiss Life en juillet 2019 en qualité de Responsable Sélection des risques et sinistres Vie jusqu’en octobre 2021.

Olivier Dessus a rejoint MetLife France le 25 octobre dernier pour épauler Pekko Thai en tant que Responsable Acceptation, après une expérience de plus de 20 ans dans le domaine de la tarification médicale en assurance et réassurance dans différents pays.

Lire (4 min.)

Marchés frontières : le moment est-il venu de s’y intéresser à nouveau ?

Rami Sidani
Les marchés frontières ont évolué, de même que les opportunités d’investissement les concernant. De quelle manière ? Les explications de Rami Sidani, Responsable des investissements marchés frontières chez Schroders.
Lire (11 min.)

Momentum – Europe : la menace du confinement

La menace de nouveaux confinements ne suffit pas à expliquer la fébrilité des marchés financiers. Le discours de la Fed se durcit et le dollar s'apprécie. Il n'en demeure pas moins que la crise sanitaire, si elle freine l'activité économique, alimente les risques inflationnistes. Face à la persistance de l'inflation, les Américains tireront-ils les premiers ? Notre expert Waldemar Brun-Theremin vous livre son analyse dans ce nouveau Momentum, votre incontournable rendez-vous financier !
Voir (<1 min.)