Marchés financiers : en manque de repères…

Olivier Guillou
A court terme, les marchés financiers sont traversés par de nombreuses inquiétudes. Comment les perspectives 2022 peuvent-elles néanmoins demeurer solides ? Les explications d'Olivier Guillou, Directeur de la gestion chez Ecofi.
Lire (3 min.)

Zone euro : poursuite de l’accélération de l’inflation

Julien-Pierre Nouen
L'inflation s'accélère fin 2021. Si la Fed a délaissé le terme « transitoire », la BCE le maintient. Quelles perspectives pour 2022. L'analyse de Julien-Pierre Nouen, CFA, Directeur des études économiques et de la gestion diversifiée chez Lazard Frères Gestion.
Lire (2 min.)

Impact social : Generali lance un programme d’investissement pour les entreprises en Europe

Generali Investments — filiale du Groupe Generali, spécialiste de la gestion d’actifs — annonce ce mercredi 1er janvier le lancement d'un programme international d'investissement à impact social axé sur les entreprises sociales à travers l'Europe. Ces entreprises couvrent un large éventail de thèmes dont la santé, l'éducation, les moyens de subsistance et les énergies renouvelables. 

Investissement à impact

Née de la collaboration entre Generali Investments et The Human Safety Net — l’initiative du Groupe Generali en faveur des communautés au niveau mondial — ce programme pilote  investit dans des entreprises qui placent l'impact au premier plan de leur modèle économique  et sont capables de mesurer celui-ci.

La première phase prévoit un investissement spécifique de 22 M€ dans deux fonds d'impact de premier plan — Impact Growth IV et Raise Impact gérés respectivement par Impact Partners AM et Raise Impact AM. Les deux fonds mettent l'accent sur l'inclusion sociale et de permettre aux populations vulnérables de réaliser tout leur potentiel humain. Generali est l'une des premières entreprises italiennes à s'engager dans l'investissement à impact, donnant ainsi un signal important aux  entrepreneurs sociaux, aux investisseurs et à l'économie sociale dans son ensemble.

En juillet  2021, Generali France avait lancé Generali Investissement à Impact (avec le label « Finansol »), un fonds dédié à l’impact en partenariat avec INCO Ventures, l'un des  principaux gestionnaires de fonds dans ce domaine. Ce fonds de 12 M€ investit  dans des entreprises soutenant l'intégration des réfugiés et, plus largement, améliorant la vie  des familles et des enfants les plus vulnérables, notamment à travers l'accès à l'éducation, à  la santé, à l'alimentation et au logement.

Vers la neutralité carbone

Jusqu'à présent, 34 M€ ont été engagés dans des initiatives d'investissement  à impact. Le programme pilote reflète l'engagement plus large de Generali en matière de  durabilité qui prévoit 8,5 Mds€ à 9,5 Mds€ de nouveaux investissements  verts et durables entre 2021 et 2025. Fin 2020, les investissements globaux du Groupe Generali à travers des mandats et des fonds ESG dédiés étaient de 41,5 Mds€, contre 33,2 Mds€ en 2018. 

En 2021, Generali a également lancé Fenice 190, un plan d'investissement de 3,5 Mds€ sur une durée de cinq ans pour soutenir la relance des économies  européennes impactées par le Covid-19, à commencer par l'Italie, la France et l’Allemagne,  avant de s’étendre ensuite à l'ensemble des pays européens où Generali opère. 

Generali fait aussi partie de coalitions mondiales telles que la Net Zero Asset Owner Alliance, un groupe de 18 fonds de pension et assureurs qui se sont engagés à décarboniser leurs portefeuilles afin qu’ils atteignent, en net, zéro émission de gaz à effet de serre d'ici 2050. Objectif, éviter une augmentation de la température mondiale au-dessus de l'objectif de Paris de  1,5°C. Generali est aussi un membre fondateur de l’alliance « Net Zero Insurance » — elle regroupe des assureurs et réassureurs qui s’engagent à aligner leurs portefeuilles de souscription d’assurance et de réassurance avec l’objectif d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. 

Intégration des critères ESG

Dans le programme d'investissement à impact social de Generali, peuvent être cités, Talis Education Group en France et MiCuento en Espagne par exemple. Talis Education Group est un réseau d'établissements d'enseignement supérieur spécialisés dans la  formation professionnelle de qualité. La société s'associe à des entreprises sociales pour lancer des programmes d'apprentissage qui placent les jeunes défavorisés au travail. 

MiCuento, pour sa part, promeut la lecture pour tous les enfants, y compris ceux qui éprouvent des difficultés à apprendre. L’entreprise produit des livres personnalisés et adaptés pour les enfants ayant des troubles de la lecture et d'autres troubles d'apprentissage. MiCuento prévoit de lancer 140 de ces titres et de vendre 120 000 livres adaptés aux difficultés de lecture d'ici 2024.

« Nous renforçons notre focus sur les investissements qui peuvent combiner la performance financière avec la prise en compte des aspects environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). Nous pensons que notre industrie a la capacité à initier des investissements qui peuvent véritablement transformer nos sociétés en soutenant les populations et la société dans son ensemble à travers des initiatives sur la transition énergétique, la santé, les infrastructures et la digitalisation », déclare Filippo Casagrande, responsable des solutions d'investissement en assurance, Generali Group, Assets & Wealth Management Business Unit.

Répondre aux défis sociaux

« The Human Safety Net a développé un réseau de plus de soixante organisations spécialisées dans l'impact social, exécutant des programmes dans plus de vingt pays où Generali est présent. Sur la base de cette plateforme, nous sommes heureux de nous engager avec Generali Investments en mobilisant des capitaux à la fois philanthropiques et d'investissement pour les mêmes groupes vulnérables et les mêmes défis sociétaux », explique Emma Ursich, directrice exécutive de The Human Safety Net et responsable de l'identité d'entreprise chez Generali.

L'approche de l'investissement à impact s'applique à toutes les classes d'actifs et qui implique l'intention de générer un résultat positif et un changement systémique — en apportant une contribution positive, également appelée additionnalité ou valeur ajoutée d'impact, en rendant compte de l'impact généré.

Il se distingue de l'investissement responsable qui se concentre sur l'investissement dans des entreprises plus vertueuses d'un point de vue ESG. Il intègre des éléments de responsabilité et de « non-malfaisance ». L'investissement à impact vise le remboursement du capital. Il ne s'agit pas d'une forme de philanthropie.

250 milliards d’euros d'actifs

L'univers de l'investissement à impact se développe à l'échelle mondiale avec près de 1 500 fonds institutionnels de qualité et plus de 250 milliards d’euros d’actifs sous gestion. Il s'agit d'un ensemble diversifié d'investissements dans l’ensemble des classes d'actifs avec une part significative d'investissements privés, en particulier de capital investissement et de capital-risque.

Les investissements à impact social, c'est-à-dire dont l'objectif est de profiter à certaines communautés et personnes, sont un sous-ensemble de l'univers de l'investissement à impact. Ils comprennent une variété de thèmes et d'instruments, allant des obligations sociales ou à impact social à la microfinance et au logement à prix abordable. The Human Safety Net cherche à aborder spécifiquement trois thèmes :

  • les enfants et les familles, par le biais du Cadre de soins attentifs pour le développement de la petite enfance des Nations-Unies ;
  • les personnes déplacées, les migrants et les réfugiés ;
  • ainsi que la détresse financière de ces catégories de bénéficiaires.
Lire (6 min.)

Logistique : Ivanhoé Cambridge lance une stratégie du dernier kilomètre en Europe du Nord avec URBZ Capital

Ivanhoé Cambridge — spécialiste mondial de l’immobilier — annonce ce jeudi 2 décembre le lancement d’une nouvelle stratégie logistique du dernier kilomètre en Europe du Nord et l’acquisition (réalisée ou en cours de réalisation) de sept actifs et un solide portefeuille d’opérations aux Pays-Bas, en partenariat avec URBZ Capital (URBZ) — boutique d’investissement et de gestion d’actifs afin de créer la future génération d’entrepôts de logistique urbaine en Europe du Nord, avec de fortes ambitions ESG.

Partenariat logistique

Le partenariat entre Ivanhoé Cambridge et URBZ vise à déployer jusqu’à 400 M€ afin de développer un large portefeuille d’actifs logistiques « Last Mile » aux Pays-Bas et dans le reste de l’Europe du Nord — l’Allemagne, la Belgique et les pays scandinaves. URBZ agira en qualité de gestionnaire d’actifs et d’investissements pour le compte d’Ivanhoé Cambridge.

« Ce programme nous permettra de poursuivre l’exécution de notre stratégie, en créant la prochaine génération d’actifs logistiques du dernier kilomètre en Europe du Nord », commentent Ali Nassiri et Bram Verhoeven, co-fondateurs d’URBZ Capital. Ivanhoé Cambridge et URBZ capital ont été conseillés dans ces opérations par Avison Young, JLL, 1530 Real Estate, Ooms Makelaars, AKD, Stevens van Dijck et ERM.

Sept actifs en portefeuille

Avec cette stratégie, Ivanhoé Cambridge compte accroître son exposition à des actifs « prime » très bien situés, au cœur des villes, en ligne avec la transformation de la chaîne d’approvisionnement et les derniers standards du marché en matière de durabilité et d’innovation. L’acquisition des sept premiers actifs du portefeuille a été sécurisée par le biais d’opération hors marché pour un montant total d’investissement d’environ 70 M€, représentant une surface de plancher de près de 55 000 m².

Localisés à Rotterdam, Utrecht et Eindhoven, ils sont situés dans des zones urbaines clés et sur des axes logistiques stratégiques. Objectif, distribuer les centres-villes en moins de 15 minutes, ou directement à vélo, avec une base locative de qualité. Ces actifs bénéficieront d’un programme de rénovation afin d'améliorer leurs performances techniques, environnementales et énergétiques.

Positionnement stratégique

Au cours des dernières années, Ivanhoé Cambridge a entrepris un virage stratégique vers le secteur de la logistique, parallèlement à l’essor rapide du commerce électronique. Ses investissements dans ce secteur sont ainsi passés de 5 % de son portefeuille mondial en 2015 à 16 % en 2020.

La nouvelle stratégie s’inscrit ainsi dans la continuité des opérations menées par Ivanhoé Cambridge sur les plateformes logistiques en Europe, à l’image du partenariat conclu avec PLP pour le développement d’une plateforme logistique de premier ordre au Royaume-Uni, ou de Hub & Flow en France, un portefeuille de 19 actifs logistiques totalisant 515 000 m².

Tendances de marché

« Notre stratégie « Last Mile » a pour ambition d’anticiper les tendances structurelles de marché et de soutenir les nouveaux besoins des locataires liés à l’explosion du commerce électronique : des entrepôts modernes, à faible émission carbone et localisés au cœur des villes pour accéder plus rapidement aux consommateurs urbains, déclare Michael Neuman, Vice-Président, Investissements, Europe chez Ivanhoé Cambridge. 

« En raison de la granularité des actifs « Last Mile », nous avons estimé nécessaire de nous associer à un partenaire spécialisé pour déployer notre capitalAux côtés d’URBZ Capital, nous sommes impatients de faire croître notre portefeuille dans d’autres grandes villes d’Europe du Nord au cours des prochaines années », précise Michael Neuman.

Lire (4 min.)

France : quelles réserves de change en novembre 2021 ?

Le Ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance publie ce mardi 7 décembre avec la Banque de France une nouvelle note sur le montant des avoirs de réserve officiels et autres avoirs en devises de l’Etat, soit les réserves nettes de change à fin octobre 2020.

Depuis mai 2000, en conformité avec la Norme Spéciale de Diffusion des Données (NSDD) du FMI — telle qu’appliquée au sein du Système Européen de Banques Centrales — les avoirs mensuels de réserves et les disponibilités en devises sont valorisés en euros sur la base des cours de change de fin de mois.

Augmentation des avoirs de réserve

Les avoirs de réserves officiels et autres avoirs en devises s'élèvent à la fin du mois de novembre 2021 à 221 771 M€ (251 998 M$) contre 216 645 M€ (252 284 M$) à la fin du mois d’octobre 2021, soit une augmentation de 5 126 M€, qui intègre l’incidence des modalités de valorisation aux cours de change de fin de mois. Les réserves de l'Etat se répartissent ainsi :

  • Réserves en or : 123 637  M€ ;
  • Réserves en devises : 55 909  M€ ;
  • Créances sur le FMI : 40 406  M€ ;
  • Autres avoirs de réserve : 1 819  M€.

Dans ce cadre, les réserves en or ont augmenté de 3 459 M€. Les réserves en devises ont augmenté 1 036 M€. Les créances sur le fonds Monétaire International ont augmenté de 304 M€. Les autres avoirs de réserve ont augmenté de 327 M€.

Lire (2 min.)

Gestion thématique : DNCA lance Global Sport Equity, un dédié à l’économie du sport

Les Banques Populaires et les Caisses d’Epargne ont annoncé le 2 décembre dernier proposer le fonds « DNCA Global Sport Equity », en exclusivité à leurs clients. Il s'agit du premier fonds thématique dédié à l’économie du sport lancé par un groupe bancaire en France. Objectif, fournir une performance sur une durée minimale de placement recommandée de 5 ans.

Ce fonds développé par DNCA Finance — société de gestion affiliée à Natixis Investment Managers — cible des entreprises à travers le monde dont l’activité et la croissance future sont liées à la filière sport. Celles-ci sont sélectionnées notamment sur la base de leur contribution positive aux enjeux du développement durable.

Investir dans l'économie du sport

« DNCA Global Sport Equity » est un fonds investi en actions d’entreprises internationales cotées liées à l’économie du sport évoluant dans différents écosystèmes, tels que les vêtements et les équipements sportifs, le fitness, la nutrition sportive, les complexes et événements sportifs, les équipes de sport et le e-sport.

Les revenus générés par le marché mondial du sport représentent aujourd’hui 1 100 Mds$. Ce marché devrait croître avec le nombre grandissant de pratiquants (perspective 2025 à 3,5 milliards, soit + 30 % par rapport à 2020) et des spectateurs d’événements sportifs (+ 8 % par an entre 2021 et 2025), le développement des nouvelles technologies et la digitalisation (exemple : marché du SportTech estimé en hausse de + 17,5 % par an d’ici à 2026).

Au regard du potentiel de performance de cette filière, les Banques Populaires et les Caisses d’Epargne proposent aujourd’hui en exclusivité à leurs clients ce nouveau fonds thématique DNCA Global Sport Equity. Le Groupe BPCE, partenaire premium de Paris 2024, s’affirme comme le groupe bancaire de référence de l’économie du sport. La commercialisation du nouveau fonds illustre la mobilisation des Banques Populaires et des Caisses d’Epargne au service du développement de cette filière économique.

Performances financières et extra-financières

Ce fonds a été développé par DNCA Finance, affilié de Natixis Investment Managers. Cette société de gestion est reconnue depuis plus de 20 ans pour sa gestion de conviction, sa forte expertise et sa couverture mondiale, ainsi que pour son engagement dans la prise en compte du risque sous ses dimensions financières et extra-financières.

Les entreprises sont sélectionnées d’après leur positionnement stratégique, leur performance financière, leur avance technologique et leurs perspectives de croissance. Ce fonds privilégie celles d’entre elles ayant une contribution positive aux enjeux du développement durable, avec l’intégration de critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) stricts.

Le portefeuille de « DNCA Global Sport Equity » se compose d’entreprises qui rayonnent localement ou à l’international — dont des franchises et marques fortes, telles que Foot Locker ou Puma ainsi que des entreprises comme Catapult, spécialisée dans des technologies portables destinées à améliorer la performance des athlètes, ou encore Electronic Arts, leader mondial des jeux électroniques de sport et acteur majeur du esport.

Quelles perspectives de croissance ?

« Les Banques Populaires et les Caisses d’Epargne, partenaires premium des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, sont pleinement engagées dans le sport depuis une trentaine d’années. Tout comme elles accompagnent dans les territoires les entreprises de l’économie du sport afin de contribuer à l’émergence d’une filière d’excellence, elles souhaitent proposer en exclusivité à leurs clients épargnants d’investir dans ce secteur d’activité en pleine croissance, dans de belles entreprises innovantes, performantes et ayant un impact environnemental et social positif », indique Christine Fabresse, directrice générale Banque de proximité et Assurances du Groupe BPCE.

« L’économie du sport offre des perspectives de croissance supérieures à celles de l’économie mondiale et représente déjà 3 500 Mds $ de capitalisation boursière, soit 7,5 fois plus qu’il y a 10 ans. DNCA Finance, affilié de Natixis Investment Managers, est convaincu du potentiel de cette thématique et lance DNCA Global Sport Equity, le premier fonds dédié à l’économie du sport, réalisé par un groupe bancaire en France et en exclusivité pour les clients et investisseurs des Banques Populaires et des Caisses d’Epargne », conclut Eric Franc, directeur général de DCNA Finance.

Lire (4 min.)

Momentum – Europe : la menace du confinement

La menace de nouveaux confinements ne suffit pas à expliquer la fébrilité des marchés financiers. Le discours de la Fed se durcit et le dollar s'apprécie. Il n'en demeure pas moins que la crise sanitaire, si elle freine l'activité économique, alimente les risques inflationnistes. Face à la persistance de l'inflation, les Américains tireront-ils les premiers ? Notre expert Waldemar Brun-Theremin vous livre son analyse dans ce nouveau Momentum, votre incontournable rendez-vous financier !
Voir (<1 min.)

Tikehau Capital nomme un responsable Ventes Wholesale pour l’Europe

Tikehau Capital — groupe de gestion d’actifs alternatifs — annonce ce mercredi 1er décembre la nomination d'un responsable Ventes Wholesale pour l’Europe. Basé à Paris, Vincent Archimbaud (46 ans) aura pour rôle de développer la distribution des fonds du Groupe en Europe et de contribuer ainsi à la croissance de ses actifs sous gestion.

Développer Tikehau Capital

Vincent Archimbaud aura la charge d’accélérer le développement et d’accompagner la clientèle du Groupe de multi-family offices, de fonds de fonds, de gestionnaires d’actifs, de conseillers financiers indépendants, de sélectionneurs de fonds dans les banques, d’assureurs et de plateformes de fonds, ainsi que les divisions de banque privée.

Vincent Archimbaud coordonnera la couverture de cette clientèle avec les responsables régionaux en Europe sur l’ensemble des classes d’actifs de Tikehau Capital — dette privée, capital investissement, actifs réels et stratégies de marchés de capitaux. Il sera sous la responsabilité de Frédéric Giovansili, directeur général adjoint et responsable mondial des ventes, du marketing et du développement commercial de Tikehau IM.

Focus sur le parcours de Vincent Archimbaud

Vincent Archimbaud est diplômé de l’ESC Bordeaux Business School (1996). Il dispose de plus de 20 ans d’expérience de l’industrie de la gestion d’actifs. Il occupe notamment durant sa carrière les fonctions de responsable des ventes pour Société Générale AM (2001-2003), pour AXA IM (2003-2006) et pour Lyxor Asset Management (2006-2010).

En 2010, Vincent Archimbaud passe un ans chez Goldman Sachs en tant que responsable des Ventes des fonds UCITS avant de rejoindre Citigroup Global Markets (2011-2014), également en tant que responsable des Ventes des fonds UCITS. En 2014, il devient directeur de la Distribution de Lombard Odier IM (France, Belgique, Luxembourg et Monaco). En 2021, il rejoint Tikehau Capital en tant que responsable Ventes Wholesale pour l’Europe.

Lire (2 min.)

Europe : des fonds verts de plus en plus nombreux mais des objectifs peu clairs

Cesare Vitali
Novethic vient de publier son étude annuelle sur le marché des fonds verts en Europe. Il en ressort que les fonds verts représentent 1,3 % des encours de gestion d'actifs européenne, avec des objectifs parfois encore très flous. Quelles sont les pistes d'amélioration pour un réel impact de ces fonds verts ?
Lire (4 min.)

Crise sanitaire : le risque Omicron

César Pérez Ruiz
La fin de l'année 2021 s'annonce volatile, avec une forte correction des marchés à risque. Quelles perspectives dans les mois à venir ? Le point avec César Perez Ruiz, Responsable des investissements et CIO chez Pictet Wealth Management.
Lire (3 min.)

Generali Patrimoine nomme son Directeur des Partenariats

Generali France — filiale de Generali, groupe international d’assurance et de gestion d’actifs — annonce ce mardi 7 décembre la nomination du Directeur des Partenariats de Generali Patrimoine. Dans ce cadre, Corentin Favennec a pris ses nouvelles fonctions à compter du 1er novembre 2021. Il est chargé des partenaires Grands Comptes dont il assurait la Direction depuis 5 ans et désormais des partenariats avec les Conseillers en Gestion de Patrimoine.

Transformer le modèle Epargne

Dans le cadre de ses nouvelles fonctions, Corentin Favennec a pour mission de coordonner et mettre en œuvre l’ensemble des partenariats que développe Generali Patrimoine avec ses partenaires tiers-distributeurs : les Banques, les Fintechs, les Plateformes ainsi que les Conseillers en Gestion de Patrimoine.

La transformation du nouveau modèle Epargne — dont Corentin Favennec avait la responsabilité depuis début 2020 — a été confiée depuis le 1er novembre dernier à Anne-Emmanuelle Corteel, Directrice des Solutions d’Assurance au sein du marché Epargne et Gestion de Patrimoine de Generali France.

Focus sur le parcours de Corentin Favennec

Generali Patrimoine nomme son Directeur des Partenariats
Corentin Favennec

Corentin Favennec est diplômé de l’École Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne. Après avoir débuté sa carrière au sein d’un cabinet de conseil en management, il rejoint Generali France en 2008 où il occupe différents postes au sein de la Direction innovation et outils, puis de la Direction de l’organisation. En 2015, il rejoint le marché de l’Epargne et de la Gestion de patrimoine pour prendre la Direction des opérations d’assurance. Depuis 2017, Corentin Favennec était Directeur en charge des Partenariats Grands Comptes.

Lire (2 min.)

SCPI : Norma Capital développe ses Fair Invest et Vendôme Régions

Norma Capital — société de gestion de portefeuilles — annonce ce mardi 7 décembre avoir poursuivi sa politique active d’acquisitions sur l’ensemble du territoire national, notamment au sein des grandes métropoles régionales. Objectif, développer les patrimoines immobiliers de ses deux SCPI labellisées ISR Immobilier : Fair Invest et Vendôme Régions. Norma Capital a ainsi investi en novembre dernier près de 50 M€, au travers de 7 acquisitions, pour un total de plus de 18 000 m², répondant ainsi aux objectifs d’investissement fixés en début d’année.

Fair Invest, investir dans la santé

En conformité avec sa stratégie d’investissement, définie au sein de sa Charte éthique et d’investissement, la SCPI Fair Invest se concentre sur les secteurs de la santé et de l’éducation depuis sa création en 2018. Les acquisitions de Norma Capital pour sa SCPI en novembre portent sur le thème de la santé :

  • 161 m² de locaux dans le 10ème arrondissement de Paris (Ile-de-France) loués par un cabinet dentaire ;
  • 151 m² de commerce à Reims (Marne), loués aux Studios Comme J’aime, spécialiste du bien-être et de la minceur.

La SCPI Fair Invest poursuit ainsi son développement sur des secteurs d‘activité qui font preuve d’une grande résilience, et sont jugés socialement utiles. La SCPI a pu distribuer 4,51 % à ses associés en 2020. Elle devrait proposer un rendement entre 4,60 % et 4,90 % en 2021.

Vendôme Régions, grandes agglomérations régionales

Nouvellement labellisée ISR Immobilier, la SCPI Vendôme Régions détient un patrimoine immobilier diversifié dans les grandes agglomérations françaises : bureaux, locaux d’activité et commerces. Au mois de novembre, la SCPI Vendôme Régions a poursuivi cette stratégie avec l’acquisition de cinq nouveaux actifs très diversifiés en matière de localisation et de secteur d’activité :

  • 4 000² de bureaux à Sainte-Marie à la Réunion, au sein du pôle commercial le plus fréquenté de la Réunion, et occupés par différentes enseignes ;
  • 6 000 m² de bureaux en VEFA, dont la livraison est prévue au 4e trimestre 2023, certifiés BREEAM Very Good & RT 2021 - 30 %, à Cesson-Sévigné (Ille-et-Vilaine), situés au cœur de la ZAC Atalante ViaSilva et desservis par le prolongement du métro B en 2022 ;
  • 251 m² de commerces à Rennes (Ille-et-Vilaine), loués à MAAF Assurance ;
  • 5 000 m² de commerces à Toulouse (Haute-Garonne), au sein du 1er pôle commercial toulousain spécialisé pour les deux roues et loués par plusieurs enseignes de cet univers ;
  • 2 800 m² de locaux d’activités à Marseille (Bouches-du-Rhône), au sein de la zone d’activité de l’Estaque, loué à un locataire dans le domaine de l’imprimerie et de la reproduction.

Ces actifs rentrent pleinement dans la stratégie de la SCPI car diversifiés, et répondant à une réelle demande de par leur localisation stratégique. Avec cette croissance, Vendôme Régions a versé 6,02 % aux porteurs de parts en 2020. Pour l’année 2021, la performance de la SCPI devrait se situer entre de 5,80 % - 6 %.

Norma Capital poursuit encore sa politique d’acquisition pour la fin de l’année et dispose de capacités d’investissement importantes pour le compte de ses deux SCPI Fair Invest et Vendôme Régions. Le dernier mois sera donc synonyme d’acquisitions et de diversification du parc immobilier

Lire (3 min.)

ETF obligataires : Tabula passe la barre des 500 millions de dollars d’actifs

Tabula Investment Management (Tabula) — gestionnaire d'actifs basé à Londres spécialisé sur le marché obligataire — annonce ce mardi 30 novembre gérer désormais plus de 500 M$ d’actifs à travers sa gamme d’ETF obligataires, ayant plus que doublé ses encours depuis début 2021.

L'accent sur l'innovation

« Atteindre la barre des 500 millions de dollars sous gestion est une étape importante pour tout gestionnaire d’actifs. En dépit d’un environnement difficile sur le marché du « Fixed Income », l'accent que nous mettons sur l'innovation et sur la prise en compte de nombreux thèmes clés du secteur porte ses fruits et nous avons constaté de forts flux dans plusieurs de nos ETF uniques », déclare Michael John Lytle, CEO de Tabula.

« Alors que Tabula se développe, nous restons déterminés à fournir des solutions uniques et différenciantes qui se situent à l’intersection de deux thèmes clés du secteur. Premièrement, le besoin de produits offrant de meilleurs résultats durables et deuxièmement, la demande croissante pour une exposition aux obligations de meilleure qualité », ajoute-t-il.

Opportunités sur les marchés

Les données d'ETFBook.com montrent que les encours sous gestion des produits européens négociés en bourse (ETP) ont augmenté de 23 % cette année pour dépasser 1,5 milliard de dollars. Mais les ETF obligataires sont restés à la traîne par rapport aux ETF d’actions. Les ETF d'actions cotés en Europe ont augmenté de 33 % en termes d'actifs sous gestion en 2021, tandis que les ETF obligataires n'ont augmenté que de 6 %, ce qui rend la croissance de Tabula de plus de 100 % d’encours encore plus remarquable.

Tabula propose une gamme de sept ETF obligataires, dont son tout dernier Asia ex-Japan High Yield Corporate USD Bond ESG UCITS ETF, développé en partenariat avec le gestionnaire d'actifs chinois Haitong International. Cet ETF a attiré plus de 125 M$ en moins de trois mois et se négocie à la fois sur le London Stock Exchange et sur Xetra. Selon Tabula, de nombreux investisseurs considèrent la récente volatilité des marchés asiatiques des obligations à haut rendement comme une opportunité intéressante pour capturer des rendements supérieurs à 12 %.

Exposition et décarbonation

Parmi les autres ETF obligataires de Tabula, le US Enhanced Inflation UCITS ETF, a également contribué à la croissance des actifs sous gestion cette année. Il est le seul ETF du marché à offrir une exposition à l'inflation américaine réalisée et attendue et ses encours sous gestion dépassent désormais les 100 M$. Le fonds est négocié sur le London Stock Exchange, sur Xetra, sur la Borsa Italiana et sur le SIX Swiss Exchange. 

Tabula a été le premier fournisseur d'ETF à lancer un ETF obligataire EUR IG répondant aux exigences de l’Article 9 du règlement européen SFDR grâce à une approche aligné aux objectifs de l’accord de Paris sur le climat. Le Tabula EUR IG Bond Paris-Aligned Climate UCITS ETF offre une exposition aux obligations Euro Investment Grade et permet actuellement de réduire de 64 % les émissions de gaz à effet de serre par rapport au benchmark, ainsi qu'une décarbonisation annuelle d'au moins 7 %. 

Lire (3 min.)

France : HANetf lance 17 ETF thématiques sur Euronext Paris

HANetf — premier émetteur européen d'ETF UCITS avec un service complet « marque blanche » — annonce ce lundi 29 novembre avoir passeporté sa gamme de fonds négociés en bourse (ETF) thématiques en France. Il cotera les fonds sur Euronext Paris début décembre. Les 17 fonds initiaux comprennent un certain nombre de premières sur le marché européen — premier ETF cloud d'Europe, ETF spatial, ETF sur l'énergie solaire et ETF des compagnies aériennes.

Neutralité carbone

Ils comprennent les premiers ETF européens dotés d'un mécanisme de compensation carbone, HANzero, grâce auquel l'empreinte carbone du fonds est compensée et neutralisée par le biais de projets tels que Topaiyo Conservation en Papouasie-Nouvelle-Guinée et la centrale hydroélectrique de Musi River en Indonésie. Cette fonctionnalité a été marquée HANzero. Tout ETF portant ce nom est un investissement neutre en carbone.

Cette annonce intervient juste après la nomination de Yann Hericotte au poste nouvellement créé de Directeur des ventes ETF pour la France. HANetf répertorie actuellement sa gamme thématique, qui est la plus étendue en nombre en Europe sur le London Stock Exchange, Borsa Italiana, Six et Deutsche Boerse et des passeports vers le Benelux, les pays nordiques, la Pologne et l'Espagne.

Marché européen des ETF

« La France est un marché d'ETF vaste et important et l'enregistrement de notre gamme d'ETF thématiques là-bas et la cotation sur Euronext Paris permettront aux investisseurs français d'avoir accès à un meilleur choix d'ETF thématiques et ESG passionnants. Nous sommes ravis de pouvoir étendre nos capacités de distribution ici », déclare le co-PDG de HANetf, Hector McNeil.

« La France étant un marché très concurrentiel, mené par les banques nationales, nous avons décidé de ne nous lancer qu'une fois notre marque mieux connue. Depuis que nous avons inscrit notre premier ETF, EMQQ, en un peu plus de 3 ans, nous avons atteint plus de 3 Mds$ d'actifs sous gestion, ce qui fait de nous l'un des fournisseurs à la croissance la plus rapide en Europe », ajoute-il.

« Nous avons choisi 17 ETF au départ, mais nous prévoyons d'apporter plus de sujets à la demande au fil du temps. Progressivement, nous voulons être le principal émetteur à « valeur ajoutée » en nous concentrant sur les ETP thématiques, bêta intelligents, actifs et crypto-monnaies. En tant que fournisseur de marque blanche, nous prévoyons également d'ajouter des gestionnaires d'actifs français qui souhaitent utiliser notre plateforme pour entrer sur le marché européen des ETF dans environ 10 semaines », conclut-il.

Cotation sur Euronext Paris

« Nous sommes ravis d'accueillir HANetf et sa gamme d'ETF thématiques sur Euronext Paris. Ces ETF s'ajoutent à la gamme diversifiée de fonds disponibles sur nos marchés et font de Paris une place de cotation et de négociation de premier plan pour les ETF en Europe », déclare Brieuc Louchard, responsable des ETF chez Euronext.

HANetf s'est imposé comme un fournisseur d'ETF unique sur le marché européen. C'est la première société d'ETF en marque blanche à services complets en Europe qui offre aux gestionnaires d'actifs une voie très efficace en termes de coûts et de temps pour entrer sur le marché des ETF. Cette année, HANetf a lancé 18 nouveaux produits et augmenté ses actifs sous gestion de 1,1 Md$ à plus de 3 Mds d’actifs sous gestion, soit une augmentation de plus de 167 % depuis le début de 2021.

Lire (3 min.)