Archegos : Credit Suisse retourne au charbon pour lever 1,7 milliard d’euros

Actualités - Cette semaine, Credit Suisse passe sous les fourches caudines du régulateur suisse. La banque enregistre 4 milliards d'euros de pertes dans l'affaire Archegos. Quels impacts sur les résultats financiers de la deuxième banque de Suisse ? Comment va-t-elle procéder au renforcement de ses fonds propres ?

Archegos : Credit Suisse retourne au charbon avec 4 milliards d'euros de pertes

(Conception : Mathilde Hodouin – Réalisation : Amandine Victor)

La facture Archegos est salée pour Credit Suisse. La deuxième banque de Suisse estime l’impact de l’affaire sur ses comptes à 4,4 milliards de francs suisses — soit 4 milliards d’euros. Face à l’ampleur scandale, le groupe bancaire tente de rassurer les actionnaires. Ce lundi 19 avril, Credit Suisse a annoncé se séparer de John Dabbs et Ryan Nelson, à de la tête de la division « prime brokerage » qui fournit des services aux hedge funds. A peine quelques jours plus tard, ce jeudi 22 avril, Credit Suisse déclare qu’il va lever 1,9 milliard de francs suisses — c’est-à-dire 1,7 milliard d’euros — suite à l’intervention du régulateur.

Quantifier les pertes

Credit Suisse est dans l’œil du cyclone. Ce jeudi, l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) a ouvert une procédure d’enforcement à l’encontre de Credit Suisse. Cette décision intervient « dans le contexte des pertes élevées » de la banque « en raison de sa relation d’affaires avec le hedge fund américain Archegos ». La FINMA va nommer un chargé d’enquête auprès de la banque. Elle entend passer au crible « les indices de manquements dans la gestion des risques ». Les conclusions de ces investigations seront rendues publiques, mais la FINMA « ne s’exprime pas sur le contenu d’une procédure en cours ».

Ce jeudi 22 avril, après l’annonce du régulateur, le cours de l’action Credit Suisse a cédé plus de 6 % à la Bourse de Zurich. La banque suisse s’efforce de rassurer les investisseurs. « A la fin de la journée du 21 avril 2021, nous avons liquidé 97 % des positions concernées », a-t-elle déclaré dans ses résultats financiers du premier trimestre. Credit Suisse n’en finit pas d’écoper. Le groupe s’attend à des pertes supplémentaires de 600 millions de francs suisses — soit 544 millions d’euros — au deuxième trimestre 2021. Après la faillite de la société financière Greensill, Credit Suisse fait face à son deuxième choc d’envergure du mois de mars.

Renforcer ses fonds propres

Le titre Credit Suisse a perdu près de 30 % de sa valeur depuis début mars d’après l’AFP. « La perte que nous enregistrons ce trimestre, en raison de cette affaire, est inacceptable. Avec le Conseil d’administration, nous avons pris des mesures significatives pour faire face à cette situation », réagit Thomas Gottstein, Chief Executive Officer de Credit Suisse Group AG, dans le communiqué des résultats. De son côté, la FINMA a ordonné une série de mesures complémentaires « de nature organisationnelle et de réduction des risques, des suppléments de fonds propres ainsi que des suppressions ou suspensions de composantes variables des rémunérations ».

Penchons-nous sur ces suppléments de fonds propres. Credit Suisse va émettre deux emprunts convertibles, qui porteront respectivement sur 100 millions et 103 millions d’actions. Objectif pour la banque, renforcer ses fonds propres durs — c’est-à-dire sa réserve de liquidités pour assurer sa solvabilité en cas de chocs sur les marchés. « Nous travaillerons pour que le Credit Suisse ressorte plus fort », affirme Thomas Gottstein. Grâce à cette émission, la banque entend remonter son ratio de fonds propres durs de 12,2 % à 13 %. En dehors de l’affaire Archegos, Thomas Gottstein souligne la qualité des résultats (+35 % de revenus, +280 % de bénéfice sous-jacent).

Mathilde Hodouin - Le Courrier Financier

Rédactrice en chef

Voir tous les articles de Mathilde