High Yield : focus sur l’univers obligataire

Antoine Lesné
L'épidémie de coronavirus nourrit l'incertitude sur les marchés. Comment préserver les rendements obligataires dans un monde incertain ? Quels sont les avantages des investissements à haut rendement (High Yield) ? Antoine Lesné, Responsable de la Recherche et de la Stratégie de SPDR, partage son analyse.
Lire (5 min.)

Stéphane Vonthron - J.P. Morgan AM : diversifier ses actifs, un gage de régularité de la performance

Le 4 février 2020, J.P. Morgan Asset Management (AM) organisait sa réunion annuelle au théâtre Marigny à Paris. Quel impact le coronavirus va-t-il avoir sur l'économie mondiale ? Quel scénario faut-il envisager sur les marchés début 2020 ? Comment optimiser son portefeuille ?
Voir (<4 min.)

ESG : Lyxor lance 3 nouveaux ETF d’obligations durables à haut rendement

Lyxor Asset Management Group (Lyxor AM) — détenu à 100 % par Société Générale — annonce ce jeudi 13 février le lancement de trois nouveaux ETF conçus pour offrir une exposition plus durable aux obligations à haut rendement. Les trois ETF — à savoir USD High Yield, EUR High Yield et Global High Yield — utilisent les indices ISR durables Bloomberg Barclays MSCI, lesquels appliquent des filtres de durabilité pour réduire l'exposition aux émetteurs controversés et mal notés en termes d’ESG.

Méthode de notation ESG

Les indices appliquent des normes environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) strictes aux émetteurs d’obligations à haut rendement. Pour pouvoir être intégrés dans l’indice, les émetteurs d’obligations à haut rendement doivent en effet être notés au minimum BBB dans l’outil ESG de MSCI. La méthode de notation ESG de MSCI filtre les émetteurs faiblement notés en termes de critères ESG et/ou impliqués largement dans des secteurs controversés.

S’ils sont classés dans la catégorie des « producteurs » d'un produit ou service controversé ou en tirent un profit, ils sont alors exclus de l'indice. Les ETF USD High Yield et Global High Yield seront cotés en USD à la Bourse de Londres le 13 février 2020. La gamme tout entière sera cotée en euros à la Borsa Italiana le 25 février 2020. Avec un Total des Frais sur Encours (TFE) de 0,25 %, il s'agit des ETF répliquant des indices à haut rendement avec des filtres ESG les moins chers du marché.

Répondre à la demande

Ce lancement fait suite à une décision prise en 2019 par Lyxor de transférer la majeure partie de ses ETF obligataires Investment Grade vers les indices ISR durables Bloomberg Barclays MSCI, en appliquant la même méthode de notation ESG. Les ETF obligataires suivant une stratégie ESG représentent 2,2 % de l’univers des ETF obligataires européens. En 2019, ils ont toutefois recueilli 3,7 Mds€ de nouveaux actifs nets soit 6,9 % de la collecte d’actifs globale des ETF obligataires. Lyxor voit dans les ETF durables à revenu fixe un produit à même de répondre à la demande des investisseurs. Dès 2017, le groupe a lancé le premier ETF d’obligations vertes au monde.

« La notation ESG des produits à haut rendement est l'une des dernières innovations en matière d'indexation dans l'obligataire. Nous ne cessons de chercher des moyens de fournir aux investisseurs des outils encore plus innovants qui leur permettront d’atteindre leurs objectifs de durabilité. Le fait d’appliquer une approche ESG à l'univers des obligations à haut rendement nous permet de nous écarter considérablement des indices parents, en offrant un profil de risque potentiellement plus conservateur », explique Philippe Baché, Head of Fixed Income chez Lyxor ETF.

Lire (3 min.)

ESG : Amundi publie une étude sur l’investissement obligataire

Amundi — premier gestionnaire d'actifs européen et pionnier de l'investissement responsable — publie ce lundi 10 février les conclusions de son étude (en anglais) sur l'impact de la prise en compte de critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans les portefeuilles obligataires.

« Le marché obligataire est un très bon canal pour avoir un impact sur les entreprises. Le moment est venu d’implémenter les critères ESG dans les processus de sélection des obligations et la construction des portefeuilles obligataires. L'intégration des facteurs ESG est désormais une question de responsabilité fiduciaire pour les gestionnaires d'actifs et les investisseurs », déclare Eric Brard, Directeur du métier Fixed Income chez Amundi.

Surperformance sur le marché européen depuis 2014

Depuis 2014, l'intégration de l'ESG a généré une surperformance dans les portefeuilles obligataires libellés en euros. Pour un portefeuille d'obligations Investment Grade (IG), c’est-à-dire ayant une note Crédit supérieure à BBB-, libellées en euros, l’excès de rendement crédit annualisé d’une stratégie à la fois acheteuse sur les obligations les mieux notées en ESG de leur catégorie (20 % les mieux notées selon les scores ESG) et vendeuse sur les obligations les moins bien notées de leur catégorie (20 % les moins bien notées selon les scores ESG) atteint 37 points de base (pbs).

Ceci est valable non seulement si on considère la note globale ESG de l’émetteur mais également si on ne retient que leurs notes individuelles sur chacun des critères « E », « S » ou « G ». De même, si on limite le risque de tracking error par rapport à l'indice de référence, on observe des tendances similaires : avant 2014, les portefeuilles optimisés sur le plan ESG ont enregistré une sous-performance de 36 points de base, alors que depuis 2014, l'intégration ESG a généré une surperformance de 3 points de base en moyenne par an pour une tracking error de 25 points de base.

Zone géographique et monnaie d'émission

Dans le cas des obligations IG libellées en dollars, les résultats sont plus décevants en valeur absolue, mais la corrélation entre ESG et performance tend à devenir positive. L'investissement ESG a été une source de sous-performance de 2010 à 2019 si l'on considère à la fois les stratégies acheteuse/vendeuse, des meilleures de la catégorie par rapport aux pires de la catégorie et les portefeuilles optimisés contrôlés par des indices de référence.

Néanmoins, l'importante sous-performance au cours de la période 2010-2013 a beaucoup diminué au cours de la période plus récente. Le coût annuel des investissements ESG n’est plus que de 9 pbs par an pour la stratégie benchmarkée depuis 2014 contre 24 pbs de 2010 à 2013. La région de l'émetteur est plus importante que la monnaie d'émission. L'investissement ESG a été une source de surperformance pour les obligations IG des émetteurs européens, mais une source de sous-performance pour leurs homologues américains, quelle que soit la devise.

Facteur gagnant pour les émetteurs

L'étude démontre aussi l'impact positif de l'ESG sur le coût du capital des émetteurs. Par exemple, après analyse de la qualité du crédit, on estime que, dans le cas des obligations d'entreprises IG libellées en euro, la différence théorique du surcoût de financement entre une entreprise de la pire catégorie et une entreprise de la meilleure catégorie est de 31 pbs au cours de la période 2014-2019.

Dans le cas des obligations d'entreprise IG libellées en dollar, la différence est certes plus faible mais néanmoins de 15 pbs. Ces résultats mettent en exergue la corrélation entre l'investissement ESG et le coût de financement ESG et soulignent que, pour faire face aux problèmes environnementaux et sociaux, l'ESG est un facteur avantageux pour les émetteurs.

Intégrer davantage l'analyse ESG

Si l'intégration de filtres ESG est une stratégie naturelle pour les investisseurs actions cherchant à réduire les risques extra-financiers, le tableau est plus complexe lorsqu'il s’agit d’investissements obligataires. Par exemple, l'intégration ESG est moins développée parce que ces filtres peuvent conduire à des exclusions importantes ou à une sous-pondération de certaines obligations — notamment sur le segment des obligations souveraines — ce qui peut réduire la liquidité du portefeuille.

Cela peut aussi être parce que la sélection des obligations dépend déjà de trois facteurs importants : la duration, le niveau des spreads et la liquidité. Néanmoins, compte tenu de l'excès de rendement crédit offert par l'intégration des facteurs ESG dans les portefeuilles obligataires, les gérants doivent aller au-delà d'une simple exposition acheteuse sur les obligations vertes ou sociales dans leurs investissements ou de la mise en œuvre d'une politique d'exclusion.

Lire (6 min.)

Développement et Gestion : Keren Finance recrute deux collaborateurs

Keren Finance — société de gestion indépendante — annonce ce jeudi 20 février renforcer ses équipes dans le cadre de son développement. Après le recrutement de Clément Toraille en septembre 2018 dans son département Gestion Privée, Keren Finance accueille Eric Simonnet et Stéphane Pasqualetti, respectivement au sein des pôles Développement et Gestion.

Agréée par l’AMF en janvier 2001, Keren Finance gère actuellement près d'1,5 Md€. Son activité se décline en deux métiers : la gestion privée — mandats de gestion de portefeuille via des comptes titres, PEA, assurances vie (françaises et luxembourgeoises) — et la gestion collective. Celle-ci s’effectue autour de la gestion des petites et moyennes capitalisations, la gestion de l’obligataire et l’immobilier coté.

Focus sur le parcours de Stéphane Pasqualetti

Keren Finance recrute deux collaborateurs pour ses pôles Développement et Gestion
Stéphane Pasqualetti

Diplômé de la SFAF, Stéphane Pasqualetti a fait une grande partie de sa carrière au sein du Groupe UBS. En 2012, il exerce en tant qu'analyste buy-side sur le fonds CCR Microcap. En 2015, il devient gérant du fonds devenu LMDG SMID CAP.

En 2020, Stéphane Pasqualetti rejoint Keren Finance en tant que gérant actions du fonds Keren Essentiels, un véhicule de petites et moyennes capitalisations. Raphaël Veverka l’appuiera en tant qu’analyste sur ce fonds.

Focus sur le profil d'Eric Simonnet

Développement et Gestion : Keren Finance recrute deux collaborateurs
Eric Simonnet

Eric Simonnet a rejoint Keren Finance en octobre 2019. Il vient renforce l’équipe commerciale internationale (Benelux, Suisse et Italie) au poste de Relations Partenaires Internationales.

Après avoir passé 8 ans chez Oddo et 9 années chez Legg Mason sur le développement du Benelux, son arrivée permet à Keren Finance d'accentuer son développement à l’étranger.

Lire (2 min.)

Autorégulation : la proposition de loi devrait être examinée d’ici l’été, d’après la CNCEF Assurance

Stéphane Fantuz — Président de la CNCEF Assurance — annonce ce jeudi 20 février s'être entretenu la veille avec Valérie Faure-Muntian, députée de la Loire (LREM) et rapporteur de la proposition de Loi relative à la réforme du courtage de l’assurance et du courtage en opérations de banque et services de paiement. 

Au cours de cet échange, l’association a rappelé son soutien au texte qui devrait faire l’objet d’une lecture par le Parlement avant cet été. La Députée a rappelé l’importance pour les associations de se mettre en ordre de marche. « A la CNCEF Assurance et à la CNCEF Crédit, nous sommes prêts et accueillons déjà les professionnels concernés », a précisé Stéphane Fantuz.

Accompagner les courtiers

La CNCEF Assurance a bénéficié de l’expérience acquise par la CNCEF Patrimoine, en terme d’accompagnement, dans le domaine de l’autorégulation des conseillers en investissements financiers. La CNCEF Assurance a ainsi réalisé un sondage auprès des professionnels du courtage en assurance qui laisse apparaître un fort besoin d’accompagnement, surtout chez les courtiers de proximité.

L'association effectue par ailleurs  un tour de France jusqu’à la fin 2020, pour présenter les enjeux de la réforme de l’autorégulation aux professionnels. Sa gouvernance, constituée de collèges par métier, permettra aux courtiers d’être représentés par un professionnel expert dans son domaine d’intermédiation en assurance : IARD, CGP, comparateur, consultant, emprunteur, grossiste.

Lire (2 min.)

Aviva Investors lance un fonds européen crédit haut rendement

Aviva Investors — branche internationale de gestion d’actifs d’Aviva — annonce ce mardi 28 janvier le lancement d’un fonds européen crédit haut rendement, dénommé « AI European High Yield Bond ». Le fonds vise à générer une surperformance sur le long terme, en investissant dans des obligations à haut rendement notées B ou BB — notation Standard & Poor’s ou équivalente — ou dans des obligations moins bien notées par le biais d’une allocation tactique.

Les gérants séniors Sunita Kara et Chris Higham assure la gestion du fonds. Ils bénéficient de l’expertise de l'équipe dédiée à la gestion des obligations mondiales à haut rendement, et des équipes en charge de la stratégie d'investissement, de la recherche crédit, actions, et investissement responsable. Leur gestion inclut une analyse des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), ainsi que des filtres d’exclusion pour les producteurs de tabac et d’armes controversées.

Se renforcer en Europe

La part I du fonds est autorisée à la commercialisation en Allemagne, en Autriche, en Finlande, en France, en Italie, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et au Royaume-Uni. Cette part est uniquement accessible aux clients professionnels. L’investissement dans ce fonds présente un risque de perte en capital. Au 31 décembre 2019, les encours gérés par l'équipe d’Aviva Investors en charge des obligations mondiales à haut rendement s'élevaient à 5,5 milliards d’euros.

« Nous renforçons nos efforts en Europe en répondant aux besoins d'investissement de nos clients. Afin de les accompagner dans leur quête de diversification et de performance, et en dépit des faibles rendements dans les autres segments du marché obligataire, nous mettons à la disposition des investisseurs une stratégie axée sur les obligations européennes à haut rendement », explique Alain Biquard, Responsable de la Distribution Externe France/Belux chez Aviva Investors France.

Lire (2 min.)

Marché obligataire : Bpifrance entre sur le marché sterling

Bpifrance — organisme français de financement et de développement des entreprises — annonce avoir réalisé ce jeudi 23 janvier une réalisé le 23 janvier 2020 une émission obligataire de 250 millions de livres sterling de maturité juillet 2022, avec un coupon de 0,75 %. Il s’agit de la première opération de Bpifrance dans cette devise. L'opération répond à une très forte attente des investisseurs, notamment de banques centrales.

La transaction — notée Aa2 par Moody’s et AA par Fitch — a été réalisée par Bpifrance Financement qui bénéficie de la garantie de l’EPIC Bpifrance. NatWest Markets a été mandaté par Bpifrance en tant que chef de file. Cette opération a permis à l'institution d’emprunter sur une maturité courte, une option inaccessible sur le marché euro à cause des taux. Après couverture, l'opération contribue à abaisser le prix moyen du panier de ressources.

Reconnaissance à l'international

La transaction a été très largement sursouscrite. Bpifrance a élargi son panel d’investisseurs internationaux : environ 34 % de la transaction a été placée au Royaume-Uni, 28 % dans les pays nordiques, 24 % au Moyen-Orient et en Afrique et 10 % en Asie. En termes de répartition par type d’investisseur, la signature Bpifrance profite d’une forte base de banques centrales et institutions officielles (42 %) et de gestionnaires d’actifs (31 %).

Ce succès témoigne de la reconnaissance à l’international de la signature Bpifrance. La banque d'investissement publique est parvenue à susciter une demande soutenue sur un marché de niche. Elle a également atteint des niveaux de financement similaires au marché euro. Bpifrance a clôturé son émission à un spread de 39 bps au-dessus du Gilt, ce qui correspond à un spread de 26,5 bps au-dessus du rendement de l’OAT interpolée.

Lire (2 min.)

Lazard Frères Gestion lance le fonds obligataire « Lazard Sustainable Credit 2025 »

Lazard Frères Gestion — société de gestion d’actifs du groupe Lazard en France — annonce ce mercredi 22 janvier le lancement de son nouveau fonds obligataire à maturité, dénommé « Lazard Sustainable Credit 2025 ». Ce véhicule s’adresse principalement aux investisseurs institutionnels, aux multigérants et aux réseaux bancaires et assurantiels en France et à l’international.

Le fonds leur offre un support d’investissement transparent et stable, avec une démarche environnementale, sociale et de gouvernance (ESG). Dans un environnement de taux bas et de marchés sujets à des pics de volatilité, ce fonds vise à capter un rendement attractif sur un horizon de 5 ans au travers d’une exposition à l’ensemble du marché du crédit.

ESG et stratégie d'investissement

« Lazard Sustainable Credit 2025 » se distingue par l’application d’un filtre ESG à son processus d’investissement « Buy & Monitor » en 3 étapes :

  • Définition de l’univers d’investissement en excluant les émetteurs dont la notation ESG absolue est inférieure à 30 % selon notre parteniare Vigeo-Eiris (minimum 20 % d’exclusion dans l’univers) ;
  • Sélection des émetteurs et des émissions offrant le meilleur profil risque/rendement avec une date d’échéance définie ;
  • Suivi et contrôle du portefeuille : si la note d’un émetteur devient inférieure à 30 %, la valeur est retirée dans un délai de 3 mois.

Le portefeuille de Lazard Sustainable Credit 2025 est diversifié à l’ensemble du marché du crédit et recouvre plusieurs grands types d’actifs obligataires, aussi bien en dettes Investment Grade que High Yield, senior ou subordonnées avec un maximum de 35 % d’Additional Tier One.

Il vise à capter un rendement fixe et déterminé à partir de la date d’investissement de 2,2 % nets pour les parts institutionnelles, 1,6 % nets pour les parts retail et 2,4% nets pour les parts early adopters. Commercialisées à partir du 10 décembre 2019, les parts EC H-EUR/ED H-EUR sont ouvertes à souscription jusqu’au 28 février 2020 et les parts PC H-EUR/PD H-EUR et RC H-EUR/RD H-EUR jusqu’au 31 juillet 2020.

Lire (2 min.)

Stratégie d’investissement : le mouton et le chameau

Igor de Maack
L'analyse du comportement des investisseurs sur les marchés financiers ressemble parfois à une fable de La Fontaine. Que retenir des valeurs de croissance ? Quelles perspectives pour la gestion value ? Les explications d'Igor de Maack, Gérant et porte-parole de la gestion chez DNCA Finance.
Lire (3 min.)

Immobilier de bureaux : Norma Capital acquiert un portefeuille de 3 immeubles

Norma Capital — société de gestion de portefeuille — annonce ce jeudi 20 février l’acquisition pour le compte de la SCPI Vendôme Régions, d’un portefeuille de 3 immeubles de bureaux, situés à Montpellier (Hérault), Poitiers (Vienne) et Nantes (Loire-Atlantique). Les 3 actifs immobiliers développent une superficie totale d’environ 12 300 m².

Mutualisation du risque

Les bâtiments se situent au cœur d’agglomérations dynamiques. Ce sont des constructions modernes et qui répondent à une forte demande locale. L’ensemble est entièrement loué à une quinzaine de locataires, ce qui offre une mutualisation du risque importante. L’investissement global s’élève à environ 23,5 M€ acte-en-mains.

La transaction a été réalisée par Arthur Loyd Investissement dans le cadre d’un mandat exclusif.  L’acquéreur a été conseillé par l’étude Notaire du Louvre, Maître Charles Massuelle et le vendeur par l’étude Philippe Groeninck, Maître Sonia Zantour.

Lire (1 min.)

Altixia REIM : quatre dirigeants acquièrent la majorité du capital

Altixia REIM — société de gestion indépendante — a annoncé ce jeudi 13 février l'entrée à son capital de quatre de ses cadres dirigeants, qui deviennent actionnaires majoritaires. Sonia Fendler (Présidente), Frédéric Atthar (Directeur Général), Benoît Girardon (Directeur de la Relation Client) et Luc Bricaud (Directeur du Fund Management) ont mené cette opération en accord avec l’actionnaire historique Heraclès Investissement et son fondateur Xavier Alvarez Roman.

Stratégie ESG

Cette évolution était prévue dès l’arrivée de Sonia Fendler fin 2018. L’entrée au capital des quatre dirigeants d’Altixia REIM concrétise la volonté d’associer plus étroitement au développement de l’entreprise les salariés dirigeants qui ont contribué au lancement de son offre d’épargne immobilière auprès du grand public. Elle répond également au souhait d’initier une démarche environnementale, sociale et de gouvernance (ESG) qu’Altixia souhaite étendre à l’ensemble de son activité.

Altixia REIM est une société de gestion indépendante, présidée par Sonia Fendler, créée en 2015. En termes de stratégies immobilières, elle propose des montages réservés aux professionnels ou à une clientèle avertie (OPPCI, clubs, deals, SAS, etc.) et des montages adaptés aux particuliers (SCPI et OPCI). En 2018, Altixia Reim obtient son agrément Grand Public et lance deux SCPI en mars 2019, Altixia Commerces et Altixia Cadence XII ainsi qu'un OPCI grand public, Altixia Valeur en novembre 2019.

Lire (1 min.)

Marché obligataire européen : déflation des attentes sur l’inflation

Patrick Barbe et Yanick Loirat
La reprise économique et en particulier les obligations indexées à l’inflation font l’objet aujourd’hui de sous-valorisation en Europe. Patrick Barbe, Gérant Senior et Responsable Marché obligataire européen, et Yanick Loirat, Gérant Senior et Responsable Investissements souverains en euro chez Neuberger Berman, partagent leur analyse.
Lire (6 min.)

Marchés financiers : quelles sont les attentes des investisseurs pour 2020 ?

Petter von Bonsdorff
En ce début d’année 2020, Petter von Bonsdorff, Directeur du Développement International chez Evli, propose de revenir sur les attentes des investisseurs pour l'année à venir. Quelles seront les tendances en matière d'allocation et surtout quelles sont les convictions d'Evli pour 2020 ?
Lire (3 min.)