2020 : les investisseurs affichent leur optimisme, d’après une enquête UBS

UBS Global Wealth Management (GWM) — filiale d'UBS, société de services financiers — publie ce vendredi 24 janvier sa nouvelle enquête trimestrielle sur la confiance des investisseurs. Ceux-ci ont une vision plus optimiste en ce début 2020. En effet, le niveau des liquidités décline et les inquiétudes suscitées par la situation politique nationale sont moins prégnantes.

L'enquête a été menée entre le 19 décembre et le 12 janvier derniers, auprès de plus de 4 800 investisseurs dotés d'un patrimoine d’une valeur minimale de 1 million de dollars américains (USD) ou affichant un chiffre d'affaires d'au moins 250 000 USD et employant au moins un salarié autre qu’eux-mêmes sur 19 marchés.

Optimismes régionaux

Selon cette enquête, 67 % des personnes interrogées se disent optimistes quant à l'économie de leur région, contre 61 % lors de celle réalisée trois mois auparavant. 60 % expriment leur optimisme concernant l'économie mondiale, contre 53 % auparavant.

65 % se montrent optimistes à l’égard des marchés boursiers de leur région (contre 56 %). Le niveau des liquidités passe de 27 % des portefeuilles à 25 %. En France, l'allocation en espèces est à un niveau plus bas comparé aux autres régions. Seuls 16 % des portefeuilles français sont en espèces, comparé à 30 % en Asie et 21 % aux États-Unis.

Après les performances de l'an dernier, les investisseurs ont des attentes élevées pour 2020. 94 % prévoient des performances positives et 44 % tablent sur des rendements à deux chiffres. Cette évolution fait suite à une année durant laquelle seules 5 % des personnes interrogées ont enregistré des performances négatives et 53 % des performances à deux chiffres.

Après l'accord commercial

C'est aux États-Unis que la confiance a le plus progressé. 68% des Américains interrogés se déclarent optimistes quant à l'économie de leur propre région, contre 55 % lors de l'enquête précédente. 64% expriment leur optimisme en ce qui concerne les marchés boursiers de leur région, contre 50 % trois mois auparavant.

Les investisseurs asiatiques affichent aussi une plus grande confiance. Ils enregistrent la deuxième meilleure progression.  Ils sont les plus optimistes dans l'ensemble. Plus de 70 % d'entre eux se disent confiants à la fois vis-à-vis de leur propre économie et des marchés boursiers. L'amélioration aux États-Unis et en Asie suit l'apaisement des tensions sino-américaines. Les investisseurs se sont enthousiasmés à l'égard des marchés émergents.

43 % citent la croissance des marchés émergents comme motif d'optimisme pour les marchés actions, ce qui en fait le facteur le plus souvent cité. 42 % citent la politique de leur pays parmi leurs principales préoccupations, contre 47 % lors de l'enquête précédente. Pour autant, 67 % des entrepreneurs anticipent un niveau de tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine au moins identique ces 5 prochaines années.

Quid du portefeuille d'UBS GWM ?

Le moral des investisseurs s'est avéré conforme au positionnement actuel du portefeuille d'UBS GWM. Le Centre des investissements d'UBS GWM opte pour une surpondération des actions en général — et des actions des marchés émergents en particulier — ainsi que pour une surpondération de la Chine parmi les actions des marchés émergents.

« Quasiment tous les investisseurs ont fait état de performances positives de leurs portefeuilles en 2019 et continué d'exprimer de fortes attentes pour 2020. L'optimisme à l'égard de l'économie et du marché boursier continue de grandir, mais les événements géopolitiques pourraient venir le tempérer à tout moment », déclare Paula Polito, vice-président de la division UBS Global Wealth Management.

Ces zones plus optimistes...

Les préoccupations relatives à la politique intérieure restent les plus vives aux États-Unis, où 55 % des personnes interrogées les considèrent comme une question majeure. Néanmoins, l'optimisme des entrepreneurs et des investisseurs s'est nettement amélioré. 75 % des entrepreneurs américains se disent optimistes quant à l'économie de leur région, 37 % d’entre eux ayant l’intention de recruter, contre 31 % il y a trois mois.

En Europe, l'optimisme des investisseurs a également rebondi début 2020. 57 % font preuve d’optimisme vis-à-vis du marché boursier de leur région, contre 50 % lors de l'enquête précédente. La proportion des optimistes sur les perspectives de l'économie régionale passe de 56 % à 58 %, et de 67 % à 72 % pour les entrepreneurs. À l'instar des États-Unis, les Européens placent la politique de leur pays au premier rang de leurs préoccupations (42 %).

Le regain d'optimisme des investisseurs asiatiques se retrouve chez les entrepreneurs. 72 % des entrepreneurs asiatiques se disent optimistes à l'égard de leur région, contre 68 % précédemment. 37 % prévoient d'embaucher, contre 32 % auparavant. Leurs principales préoccupations sont liées à l'inflation : hausse des coûts de la main-d'œuvre et du coût des matériaux. En revanche, pour les investisseurs asiatiques, la principale préoccupation reste le conflit commercial mondial.

...et ces zones plus prudentes

Plus prudente, la majorité des investisseurs suisses (58 %) se montre toutefois optimiste vis-à-vis des marchés locaux (60 % lors de l'enquête précédente). Le pourcentage d'entrepreneurs optimistes sur les perspectives économiques de leur région passe de 54 % à 58 %, même si la part de ceux qui envisagent de recruter est passée de 44 % à 42 %. La principale préoccupation des investisseurs suisses est la hausse des coûts liés à la santé, quand celle des entrepreneurs suisses est la réglementation.

Les investisseurs d'Amérique latine sont plus prudents depuis l'enquête précédente, la situation économique continuant à se dégrader, en particulier en Argentine. 60 % d'entre eux expriment leur optimisme à l'égard des marchés boursiers de leur région, mais ce chiffre est en baisse par rapport aux 64 % enregistrés il y a trois mois. Néanmoins, le pourcentage d'entrepreneurs envisageant de recruter est passé de 31 % à 38 %, ce qui correspond à la moyenne mondiale.

Lire (6 min.)

Céline Mahinc - Eden Finances : financement alternatif, comment investir dans l'immobilier ?

Crowdfunding, blockchain et autres tokens... Que représente l'investissement alternatif dans le secteur de l'immobilier ? Quels sont les nouveaux outils à disposition des conseillers en gestion de patrimoine (CGP) ? Etat des lieux d'un secteur en plein développement. Céline Mahinc, Gérante Fondatrice d'Eden Finances, nous présente la dernière étude FintechImmo « Investir dans l’immobilier, autrement ? Le financement alternatif de l’immobilier ».
Voir (<4 min.)

Billet du Docteur Leber – janvier 2020 : innover et investir, le retard européen

Hendrik Leber
En janvier 2020, la bourse affiche une évolution positive. Quelles sont les dynamiques économiques porteuses à l'international ? Pourquoi l'Europe court-elle le risque de se retrouver distancée ? Voici le billet mensuel du docteur Leber, fondateur d'Acatis, société de gestion indépendante allemande.
Lire (6 min.)

Axialease réorganise son capital et s’associe à Crédit Mutuel Equity

Axialease — spécialiste de la location financière dédiée aux entreprises — annonce ce jeudi 23 janvier la réorganisation de son capital. L'entreprise fondée en 2008 s'associe avec Crédit Mutuel Equity — filiale dédiée au capital-investissement du groupe Crédit Mutuel — pour réaliser son premier rachat avec effet de levier (LBO).

Axialease s’est fortement développé ces dernières années sous l’impulsion de son dirigeant actuel, Sébastien Luyat. L'entreprise a notamment développé son expertise dans les domaines de l'IT, de la santé et du médical, des biens d’équipement et du matériel industrie. Axialease revendique désormais près de 80 M€ de chiffre d’affaires.

Le rôle de Crédit Mutuel Equity

Cette opération a été intermédiée par Edmond de Rothschild, banque privée suisse. Objectif, permettre à Sébastien Luyat de prendre le contrôle du groupe en organisant la sortie de son co-actionnaire historique. Crédit Mutuel Equity accompagne cette réorganisation capitalistique en tant qu’actionnaire minoritaire, avec un ticket d’investissement de 4,7 M€.

Ce premier tour de table embarque également trois managers clés. Il s'agit du Directeur Commercial, de la Directrice Financière, et d'une Directrice d’Agence. Une dette levée auprès de la banque française Société Générale complète les financements mis en place.

100 M€ de chiffre d’affaires

Axialease veut poursuivre sa stratégie de croissance sur un marché bien orienté où les entreprises valorisent de plus en plus la flexibilité et les services proposés par la location financière évolutive. Sébastien Luyat ambitionne de dépasser les 100 M€ de chiffre d’affaires d’ici 2022, en associant croissance organique et consolidation de marché.

« Les feux sont au vert. De nombreux projets sont d’ores et déjà engagés : élargissement de notre offre à de nouveaux secteurs d’activité, ouvertures d’agences (8 en France et 1 implantation en Belgique à date), poursuite de notre développement à l’Europe, nouveaux partenariats avec certains fournisseurs clés, opérations de croissances externes à l’étude », explique Sébastien Luyat, Président d’Axialease.

Lire (2 min.)

Economie bas-carbone : Sanso IS signe un partenariat avec EcoTree

Sanso Investment Solutions (IS) — société de gestion — annonce ce vendredi 24 janvier un partenariat stratégique avec la startup EcoTree, qui est spécialisée dans le renouvellement et la gestion durable des forêts françaises. Objectif de cet accord, proposer aux clients de contribuer à des puits carbone à travers leurs investissements.

Le lancement de cette offre s’inscrit dans la politique ISR globale de Sanso IS. Pour mémoire, cette politique a pour objectif d’accompagner les clients — notamment institutionnels — dans le cadre de leurs obligations qui découlent de la loi sur la transition énergétique (article 173-VI) et sur les engagements pris lors de l’Accord de Paris, afin de contenir le réchauffement climatique « nettement en dessous de 2 °C ».

Une démarche en trois étapes

L’urgence climatique impose d’utiliser l’ensemble des outils disponibles. Dans ce contexte, la démarche de Sanso IS se résume en 3 points :

  • Le calcul des émissions de gaz à effet de serre des portefeuilles gérés ;
  • La recherche de réduction de ces émissions ;
  • Le financement de la transition grâce à l’acquisition de crédits carbone et le développement de projets de contribution à des puits carbone (réduction d’émissions ou séquestration de carbone).

L'empreinte carbone de l'épargne

Sanso IS s’appuiera sur l’expertise forestière d’EcoTree, qui consiste à récompenser la conscience éco-responsable à travers des solutions innovantes d’investissement dans la plantation d’arbres en France. Ces projets forestiers se référeront à une méthodes approuvée par le ministère de la Transition écologique et solidaire afin de bénéficier à terme du Label bas-Carbone.

Ils feront également l’objet d’une vérification par un tiers indépendant (Bureau Veritas). Sanso IS propose par l’intermédiaire d’EcoTree de contribuer à la création de puits carbone équivalents à tout ou partie des émissions de CO2 calculées pour les fonds de sa gamme. Sanso IS offre ainsi à ses clients une solution clé en main et locale pour limiter l’empreinte carbone générée par leur épargne.

Lire (3 min.)

CBRE Design & Project nomme un Directeur Général

CBRE — spécialiste mondial du conseil en immobilier d’entreprise — annonce ce mercredi 22 janvier la nomination d'un Directeur Général de CBRE Design & Project. Thibaud Bourdon (39 ans) occupera ce poste aux côtés de Norbert Pulin, Directeur Général. Ensemble, ils développeront et piloteront l’activité de Design & Project. Avec cette nomination, CBRE renforce son activité de montage, conception et réalisation de projets.

Thibaud Bourdon sera notamment chargé de développer l’activité de Design & Project auprès des investisseurs, sur leurs opérations de développement, redéveloppement, conversion et acquisition. Il aura déploiera également l’activité de Design & Project sur les secteurs de la logistique, du résidentiel et du commerce. Il supervisera les activités de conseil, de project management et du digital de Design & Project.

Focus sur le parcours de Thibaud Bourdon

CBRE Design & Project nomme un Directeur Général
Thibaud Bourdon

Diplômé de l’Ecole Centrale Paris, Thibaud Bourdon est MRICS. En 2003, il débute sa carrière en tant que chef de projets au sein de la Shopping Center Company (SCC). Chez Altarea Cogedim, il dirige pendant 10 ans les projets de création de centres commerciaux et de bureaux, en tant que responsable puis directeur de programmes. En 2011, il devient asset manager.

En 2015, il rejoint CBRE en tant que Directeur du développement de CBRE Project. Il prend ensuite la direction du département Conseil de CBRE Design & Project puis d’en être nommé Directeur général adjoint en 2019. L’équipe Design & Project de CBRE compte aujourd’hui 115 collaborateurs, et intervient chaque année sur plus de 350 projets.

Lire (2 min.)

SCPI : risquent-elles d’être débordées par la collecte en 2020 ?

Jonathan Dhiver
Les épargnants sont de plus en plus nombreux à être séduits par les SCPI de rendement et paraissent l’être encore davantage. Les restrictions d’accès et les performances 2019 en recul des fonds en euros ainsi que l’annonce de la baisse de la rémunération du livret A auront-elles un impact sur la collecte des SCPI en 2020 ?
Lire (4 min.)

Lazard Frères Gestion lance le fonds obligataire « Lazard Sustainable Credit 2025 »

Lazard Frères Gestion — société de gestion d’actifs du groupe Lazard en France — annonce ce mercredi 22 janvier le lancement de son nouveau fonds obligataire à maturité, dénommé « Lazard Sustainable Credit 2025 ». Ce véhicule s’adresse principalement aux investisseurs institutionnels, aux multigérants et aux réseaux bancaires et assurantiels en France et à l’international.

Le fonds leur offre un support d’investissement transparent et stable, avec une démarche environnementale, sociale et de gouvernance (ESG). Dans un environnement de taux bas et de marchés sujets à des pics de volatilité, ce fonds vise à capter un rendement attractif sur un horizon de 5 ans au travers d’une exposition à l’ensemble du marché du crédit.

ESG et stratégie d'investissement

« Lazard Sustainable Credit 2025 » se distingue par l’application d’un filtre ESG à son processus d’investissement « Buy & Monitor » en 3 étapes :

  • Définition de l’univers d’investissement en excluant les émetteurs dont la notation ESG absolue est inférieure à 30 % selon notre parteniare Vigeo-Eiris (minimum 20 % d’exclusion dans l’univers) ;
  • Sélection des émetteurs et des émissions offrant le meilleur profil risque/rendement avec une date d’échéance définie ;
  • Suivi et contrôle du portefeuille : si la note d’un émetteur devient inférieure à 30 %, la valeur est retirée dans un délai de 3 mois.

Le portefeuille de Lazard Sustainable Credit 2025 est diversifié à l’ensemble du marché du crédit et recouvre plusieurs grands types d’actifs obligataires, aussi bien en dettes Investment Grade que High Yield, senior ou subordonnées avec un maximum de 35 % d’Additional Tier One.

Il vise à capter un rendement fixe et déterminé à partir de la date d’investissement de 2,2 % nets pour les parts institutionnelles, 1,6 % nets pour les parts retail et 2,4% nets pour les parts early adopters. Commercialisées à partir du 10 décembre 2019, les parts EC H-EUR/ED H-EUR sont ouvertes à souscription jusqu’au 28 février 2020 et les parts PC H-EUR/PD H-EUR et RC H-EUR/RD H-EUR jusqu’au 31 juillet 2020.

Lire (2 min.)

Epargne retraite : une préoccupation pour 71 % des Français

L’Autorité des marchés financiers (AMF) publie ce mercredi 22 janvier les résultats de son étude annuelle sur les attitudes et opinions des épargnants à l'égard des placements. Cette troisième édition du baromètre de l’épargne et de l’investissement, issue d’une enquête menée en septembre-octobre 2019 par l’institut Audirep auprès d’un échantillon de 1 200 personnes représentatif de la population française.

Il en ressort que l’épargne retraite constitue l’une des priorités des Français qui mettent de l’argent de côté. L’immobilier est privilégié, l’intérêt pour les placements en actions reste limité :

  • 71 % des Français interrogés placent parmi leurs priorités d’épargne l’objectif de « disposer d’un capital en vue de la retraite, pour avoir suffisamment d’argent tout au long de votre retraite » et 38 % la qualifient de « préoccupation forte ». La première préoccupation reste de « faire face à d’éventuelles dépenses imprévues » ;
  • 53 % des actifs déclarent mettre de l’argent de côté en préparation de la retraite, contre 48 % en 2017. Seulement un actif sur cinq (21 %) le fait régulièrement (dont 86 % tous les mois) ;
  • 70 % des Français qui ne mettent jamais ou quasiment jamais d’argent de côté pour la retraite précisent ne pas le faire « par contrainte, faute de moyens suffisants ». Seuls 26 % le font par choix personnel.

Le montant moyen épargné par les Français en préparation de leur retraite s’élève à 2 300 euros par an, soit 100 euros de plus que l’année précédente.

L’immobilier, placement préféré des Français

La moitié des actifs pensent que leur épargne ne sera pas suffisante pour la retraite, tandis que 23 % considèrent qu’elle sera « suffisante », une proportion en hausse (19 % en 2018). Cependant, près d’un actif sur deux (48 %) reconnaît n’avoir « aucune idée du montant d’épargne nécessaire » pour constituer un complément de revenus suffisant pour sa retraite.

Interrogés sur le placement considéré comme « le plus adapté pour placer son épargne sur le long terme, à 15-20 ans, pour la retraite par exemple », les Français répondent en premier lieu l’immobilier, puis l’épargne salariale et l’assurance vie en euros. Les placements investis en Bourse — actions, obligations, fonds, etc. — recueillent une bonne note (entre 7 et 10 sur 10) auprès de 29 % des personnes sondées.

D'une façon générale, la confiance dans les placements en actions a baissé entre 2018 et 2019 (respectivement de 21 % à 27 %), comme le montre la nouvelle édition de la Lettre de l’observatoire de l’épargne publiée le même jour. Seul un Français sur cinq ( c'est-à-dire 19 % en 2019) envisage un investissement en actions dans les 12 prochains mois. 

Lire (3 min.)

Capital-investissement : Vatel Capital primé par Gestion de Fortune

Vatel Capital — société de gestion indépendante — annonce ce mercredi 15 janvier avoir été récompensée lors du 27e Palmarès des Fournisseurs organisé par le magazine Gestion de Fortune. Agréée par l'AMF, Vatel Capital investit dans les PME cotées et non cotées. La société de gestion revendique plus de 450 M€ d’actifs sous encours.

Elle investit dans des entreprises de nombreux secteurs : santé, énergies renouvelables, services aux entreprises et internet notamment. Vatel Capital propose également une offre financière sur les actifs tangibles tels que la forêt, les terres agricoles et les énergies renouvelables.

Focus sur le palmarès de Vatel Capital

Vatel Capital a obtenu la 2e place dans la catégorie Capital-investissement, suite à une enquête quantitative et qualitative menée auprès de 4 500 conseillers en gestion de patrimoine indépendants (CGPI) répartis sur toute la France. Le travail des gérants est régulièrement récompensé :

  • En mars 2017, Vatel Capital a été élu 3e société préférée des CGPI dans la catégorie « Capital-Investissement » du journal Investissements Conseils ;
  • En janvier 2016 et 2017, Vatel Capital a été noté 4 étoiles par Gestion de Fortune pour sa qualité de service ;
  • En 2015 et en 2018 le FCP Vatel Flexible a obtenu le Lipper Fund Award ;
  • En 2011, Vatel Capital a été élue société de gestion de portefeuille la plus dynamique, dans la catégorie « non coté » des Tremplins Morningstar.
Lire (2 min.)

Marché obligataire : Bpifrance entre sur le marché sterling

Bpifrance — organisme français de financement et de développement des entreprises — annonce avoir réalisé ce jeudi 23 janvier une réalisé le 23 janvier 2020 une émission obligataire de 250 millions de livres sterling de maturité juillet 2022, avec un coupon de 0,75 %. Il s’agit de la première opération de Bpifrance dans cette devise. L'opération répond à une très forte attente des investisseurs, notamment de banques centrales.

La transaction — notée Aa2 par Moody’s et AA par Fitch — a été réalisée par Bpifrance Financement qui bénéficie de la garantie de l’EPIC Bpifrance. NatWest Markets a été mandaté par Bpifrance en tant que chef de file. Cette opération a permis à l'institution d’emprunter sur une maturité courte, une option inaccessible sur le marché euro à cause des taux. Après couverture, l'opération contribue à abaisser le prix moyen du panier de ressources.

Reconnaissance à l'international

La transaction a été très largement sursouscrite. Bpifrance a élargi son panel d’investisseurs internationaux : environ 34 % de la transaction a été placée au Royaume-Uni, 28 % dans les pays nordiques, 24 % au Moyen-Orient et en Afrique et 10 % en Asie. En termes de répartition par type d’investisseur, la signature Bpifrance profite d’une forte base de banques centrales et institutions officielles (42 %) et de gestionnaires d’actifs (31 %).

Ce succès témoigne de la reconnaissance à l’international de la signature Bpifrance. La banque d'investissement publique est parvenue à susciter une demande soutenue sur un marché de niche. Elle a également atteint des niveaux de financement similaires au marché euro. Bpifrance a clôturé son émission à un spread de 39 bps au-dessus du Gilt, ce qui correspond à un spread de 26,5 bps au-dessus du rendement de l’OAT interpolée.

Lire (2 min.)

Assurance vie : Boursorama confie 3 mandats de gestion ISR à Sycomore AM

Boursorama — banque en ligne filiale de la Société Générale — annonce ce jeudi 23 janvier le lancement de trois nouveaux mandats de gestion 100 % ISR dans son offre d'assurance vie. La banque signe un partenariat avec la société de gestion Sycomore AM, qui assure le pilotage de ces mandats. Dans ce cadre, Boursorama ouvre aussi l'accès à de nouveaux supports d’investissements en immobilier (OPCI et SCPI) et aux actions du CAC40.

Le contrat Boursorama Vie compte plus de 200 000 adhérents. Ce produit bénéficie de son modèle d’adhésion 100 % en ligne sans frais d'entrée, mais également de la variété des supports proposés : unités de compte (UC), mandats de gestion pilotée et fonds en euros. Face à un environnement de taux bas et une baisse tendancielle des rendements sur les fonds Euros, les épargnants peuvent diversifier leurs investissements.

Trois nouveaux mandats ISR

Sycomore AM est un des pionniers en France de l’Investissement Socialement Responsable (ISR). La société de gestion a signé en 2010 des PRI de l'ONU. Elle est aussi membre du Groupement Climate Change 100+ et de l’Institutional Investors on Climate Change (IIGCC). Depuis des années, Sycomore AM applique des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) pour sélectionner ses investissements.

Dans le cadre de la nouvelle Gestion Pilotée de Boursorama Vie, Sycomore AM s’engage à ce que 100 % des fonds sélectionnés au sein des 3 nouveaux mandats (défensif, équilibré et dynamique) bénéficient du Label ISR (321 fonds éligibles à date). La société entend ainsi poursuivre l’objectif de développer une économie durable et inclusive, tout en générant une création de valeur pérenne pour l’ensemble des parties prenantes.

L'immobilier pour diversifier

Boursorama élargit sa gamme de supports d’investissements, afin d'offrir à ses clients davantage d'opportunités de diversification. Désormais, le contrat Boursorama Vie donne notamment accès à 2 nouveaux OPCI (Sofidy Pierre Europe et Swiss Life Dynapierre), toujours accessibles 100 % en ligne. C'est aussi le cas de la SCPI Multimmo. D'ici quelques semaines, Boursorama Vie ouvrira l'accès aux actions du CAC40 à partir de 500€ d’investissement.

Les clients adhérents au contrat Boursorama Vie disposeront ainsi d’une gamme complète de plus de 400 supports répondants aux grandes thématiques d’investissement disponibles 100 % en ligne. La liste complète contiendra 327 OPC, 37 ETF, actions du CAC40, 3 OPCI et 2 fonds euros.

Lire (2 min.)

Private Equity : Mirabaud AM lance son deuxième fonds Lifestyle Impact & Innovation

Mirabaud Asset Management (AM) — gestionnaire d’actifs suisse — annonce ce mardi 14 janvier élargir sa gamme de produits de capital-investissement. Cette deuxième solution permettra aux investisseurs d’investir dans des entreprises innovantes du secteur luxe et lifestyle, avec un intérêt pour la durabilité et la responsabilité sociale. Ce produit permet à Mirabaud AM — groupe fondé en 1819 — […]

Mirabaud Asset Management (AM) — gestionnaire d'actifs suisse — annonce ce mardi 14 janvier élargir sa gamme de produits de capital-investissement. Cette deuxième solution permettra aux investisseurs d'investir dans des entreprises innovantes du secteur luxe et lifestyle, avec un intérêt pour la durabilité et la responsabilité sociale.

Ce produit permet à Mirabaud AM — groupe fondé en 1819 — d'ancre son positionnement en innovant dans le secteur du Private Equity. Un premier fonds thématique consacré aux « Entreprises du Patrimoine Vivant » appartenant au secteur du luxe et du style de vie avait été clôturé avec succès à 155 M€ d’actifs en décembre 2018.

Développement durable

Cette stratégie conjugue capital-développement et capital-risque. Pour la mettre en œuvre, Mirabaud AM a recruté un nouveau partenaire pour le Private Equity. David Wertheimer est issu de la 5e génération d’une famille de l’industrie de la mode de renommée mondiale. Renaud Dutreil, ex ministre français des PME et ancien président de LVMH Amérique du Nord, et Luc-Alban Chermette joueront un rôle clé dans ce projet.

« L’entrepreneuriat étant l’une des valeurs fondamentales de Mirabaud, nous nous efforçons au quotidien d’aider les entreprises dans leur rayonnement international, de les soutenir dans la création d’emplois et de les sensibiliser davantage au développement durable », conclut Lionel Aeschlimann, Associé gérant du groupe Mirabaud et CEO de Mirabaud AM.

Lire (2 min.)

Bourse : peut-on encore prévoir ?

Jacques de Panisse-Passis
Les principaux indices actions ont enregistré sur 2019 des performances insolentes. Un tel parcours peut-il se poursuivre sur 2020 ou appelle-t-il une consolidation ? Que peut-on prévoir pour l'année qui commence ? Jacques de Panisse-Passis, Président du Directoire, Gérant et Associé d'Optigestion, partage son analyse.
Lire (4 min.)