Or et actions : la fin d’un paradigme ?

Thomas Planell
Face à la crise du coronavirus, les banques centrales ont mis en place des programmes massifs de rachats d'actifs. A la clé, des liquidités abondantes. Ce phénomène inédit soutient donc en même temps les actions et l'or, valeur refuge par excellence. Quelles conséquences pour ce changement de paradigme ? Les explications de Thomas Planell, Gérant-analyste chez DNCA.
Lire (2 min.)

Or et mines : en route vers les sommets ou faux signal ?

Arnaud du Plessis
Depuis juin 2019, les cours de l'or sont repartis à la hausse. Comment expliquer ce mouvement sur les marchés ? Quel est l'impact de l'inflation et de la politique des banques centrales ? Quel rôle jouent les mines et l'industrie aurifère ? Arnaud du Plessis, Gérant actions thématiques spécialisé sur l’or et les ressources naturelles chez CPR AM, partage son analyse.
Lire (6 min.)

Métaux précieux : cours de l’or, la guerre commerciale s’intensifie

Laurent Schwartz
Après un mois de mars et un mois d'avril décevants, le cours de l'or rebondit en mai 2019. Une bonne nouvelle pour les investisseurs qui cherchent à diversifier leur portefeuille. Quels éléments faut-il retenir pour bien analyser cette hausse de performance ? Laurent Schwartz, Directeur du Comptoir National de l'Or, se penche sur le sujet.
Lire (5 min.)

Métaux précieux : l’or des Européens sous la tutelle de la BCE

Laurent Schwartz
Suite aux interrogations de deux eurodéputés italiens, la Banque Centrale Européenne (BCE) a confirmé le 27 mars 2019 sa souveraineté sur la gestion des réserves d’or des pays de la zone euro. Laurent Schwartz, Directeur du Comptoir National de l'Or, explique pourquoi cette information n’est pas une révélation.
Lire (3 min.)

Palmarès de l’immobilier 2020 : MySweet’immo lance le 1er prix Féminin

Dans le cadre du Palmarès de l'Immobilier 2020, MySweetimmo — site d'actualité immobilière — annonce ce jeudi 24 septembre lancer le 1er prix Féminin de l'immobilier. Objectif, récompenser les femmes créatrices ou repreneuses d'entreprises (majoritaires dans l'actionnariat) et mettre en lumière l'entrepreneuriat au féminin dans le monde de l'immobilier.

Vous pouvez déposer votre dossier de candidature jusqu'au 8 octobre 2020. Le concours est ouvert à toute femme ayant créé ou repris une entreprise immobilière dont 50 % des parts ou plus sont détenues par une ou plusieurs femmes, et dont la dirigeante est une femme.

Palmarès de l'immobilier

Le Palmarès de l'Immobilier récompense chaque année les agences immobilières en France. En 2020 pour la 7e édition du Palmarès de l'immobilier, My Sweet'Immo rejoint le rang des organisateurs aux cotés de VITRINEMEDIA, Bientôt-Vendu et Opinion System.

« C'est vraiment l'occasion d'être reconnu localement et de gagner du business, comme en témoignent régulièrement les lauréats des années précédentes », explique Thibault Guillaume, co-organisateur du Palmarès de l'immobilier et co-fondateur de VITRINEMEDIA.

Les agences immobilières seront départagées selon le nombre de ventes réalisées en 2019, le taux de mandats exclusifs, le taux de satisfaction client. Entrent également en compte l'apparence de la vitrine et les outils d'innovation.

Nouveau Prix Féminin

MySweetimmo porte l'initiative d'un Premier prix du Palmarès Immobilier, destiné aux femmes dirigeantes ou créatrices d'agences immobilières. Le Prix Féminin de l'Immobilier mettra en lumière l'entrepreneuriat au féminin sur tout le territoire. Le prix Féminin de l'immobilier sera remis par Christine Fumagalli, présidente d'ORPI.

« Aider les femmes à avancer, à croire en leurs projets, à crever les plafonds de verre, c'est l'ambition de ce Prix féminin de l'immobilier qui récompensera une professionnelle au parcours inspirant pouvant éveiller d'autres vocations. Il nous faut promouvoir une vision humaine, sensible et engagée de l'entrepreneuriat, une vision paritaire et inclusive», déclare Ariane Artinian, fondatrice de MySweetimmo.com.

Lire (2 min.)

Veolia/Suez : l’AMF ne reconnaît pas d’ouverture de préoffre sur les titres de la société Suez

Le collège de l’Autorité des marchés financiers (AMF) s’est réuni ce jeudi 24 septembre 2020, afin d'examiner la demande de la société Suez aux fins de lui faire constater l’ouverture d’une période de préoffre concernant ses titres, en application de l’article 223-34 du règlement général de l’AMF.

Cette demande faisait suite au communiqué diffusé par la société Veolia le 30 août 2020, et à la communication de cette société depuis cette date. Il ressort de cette réunion que le régulateur n’a pas procédé au constat qui lui a été demandé par la société Suez.

Absence d'un projet d'offre

Le régulateur a considéré que les termes employés par la société Veolia dans son communiqué du 30 août — ainsi que la communication de cette société et de ses dirigeants depuis cette date — n’ont pas eu pour effet de porter à la connaissance du public les « caractéristiques d’un projet d’offre » au sens des dispositions précitées.

L'AMF a reconnu l’intention de déposer un projet d’offre publique dans l’hypothèse où la proposition qu’elle a adressée à la société Engie d’acquérir 29,9 % du capital de Suez serait acceptée — étant précisé que les caractéristiques du projet d’offre publique qui suivrait l’acquisition de ces titres dépendraient, notamment, de l’éventuelle acceptation, par la société Engie, de cette proposition, telle que libellée ou modifiée.

Lire (2 min.)

Métaux précieux, la chute libre ?

Benjamin Louvet
Après avoir été l’une des stars du début d’année, avec une appréciation de ses cours de près de 30% en quelques mois, l’or est aujourd’hui à la limite du « bear market », en recul de 18% (au 15/12/2016) par rapport à ses plus hauts de juillet.
Lire (5 min.)