Frédéric Rollin - Pictet AM

Conseiller en stratégie d’investissement

Élections Européennes : rien n’est moins sûr que l’incertain

Frédéric Rollin
Les prochaines élections européennes se dérouleront fin mai 2019. Cet événement signe le retour du risque politique dans l'Union Européenne. Comment les populistes et les eurosceptiques vont-ils peser sur ce scrutin ? Quelles répercutions économiques les investisseurs doivent-ils anticiper ? Frédéric Rollin, conseiller en stratégie d’investissement chez Pictet AM, partage son analyse.
Lire (6 min.)

Investissements sur les marchés financiers : attention à l’exubérance

Frédéric Rollin
Les marchés financiers affichent un optimisme à tout épreuve. Dans ce contexte, les investisseurs cèdent à une certaine exubérance. Faut-il pour autant suivre le mouvement dans le cadre de ses placements ? Frédéric Rollin, conseiller en stratégie d’investissement chez Pictet Asset Management, partage son analyse.
Lire (2 min.)

Brexit : partis pour rester ou restés pour partir ?

Frédéric Rollin
En Europe, l'incertitude perdure sur l'avenir du Brexit. L'impact d'une sortie sans accord se répercuterait fortement sur l'économie britannique, mais à quoi les investisseurs doivent-ils s'attendre exactement ? Frédéric Rollin, conseiller en stratégie d’investissement chez Pictet AM, partage son analyse.
Lire (5 min.)

Marchés émergents : l’écart de croissance les favorise

Frédéric Rollin
L'écart de croissance entre marchés développés et émergents offre des perspectives d'investissement intéressantes. Quels facteurs faut-il retenir en ce qui concerne les actions, les obligations et les devises émergentes ? Frédéric Rollin, conseiller en stratégie d’investissement chez Pictet AM, partage son analyse.
Lire (2 min.)

Immobilier : Advenis REIM étoffe sa gamme de SCPI en Europe

Advenis REIM — société de gestion du groupe Advenis — annonce ce lundi 20 mai le lancement de sa SCPI d’entreprise Elialys. Cette structure s'oriente sur la France et les pays d’Europe de Sud à savoir l'Italie, l'Espagne et le Portugal. Quatre ans après la création de la SCPI Eurovalys — principalement investie en Allemagne — Advenis REIM poursuit sa stratégie de diversification européenne.

Les pays du Sud — comme l’Espagne et le Portugal — voient leur situation économique et démographique s’améliorer nettement. Le taux de chômage a engagé une large décrue depuis 2013 en Espagne passant de 26 % à 14,7 % et au Portugal de 16 % à 6,6 % à fin 2018 d'après les derniers chiffres de l’OCDE. La SCPI Elialys investira dans les métropoles qui bénéficient de ce fort dynamisme économique et démographique — croissance 2018 VS 2017 — comme Madrid +1,3 %, Barcelone +0,7 % ou encore Lisbonne +0,5 %.

Dynamisme de l'immobilier d'entreprise en Europe du Sud

En 2019, la SCPI Elialys privilégiera les investissements en immobilier de bureaux en France, ainsi que dans les capitales et grandes métropoles régionales d’Europe du Sud. Ces dernières bénéficient d’une forte croissance depuis la crise économique de 2008 : baisse du chômage, croissance démographique, hausse du prix de l’immobilier et des loyers de bureaux... La profondeur du marché immobilier tertiaire en Europe du Sud avoisine les 50 milliards de transactions, d'après l'indice MSCI Real Estatea.

Dans le sillage d’Eurovalys, la SCPI Elialys ciblera des actifs avec des locataires de qualité et des baux fermes de longues durées. Cette stratégie lui assurera une régularité de revenus sur le long terme. Jean-François Chaury, Directeur Général d’Advenis REIM, estime qu'il faut saisir l’opportunité de l’augmentation de la demande placée de bureaux dans les villes de Paris, Madrid et Lisbonne. Ces capitales concentrent près d’un tiers de la demande placée en Europe, c'est-à-dire près de 3,3 millions de m2.

Lire (2 min.)

Tikehau Capital Advisors augmente son capital de 300 millions d’euros

Tikehau Capital Advisors — principal actionnaire de Tikehau Capital SCA — annonce ce lundi 20 mai des engagements fermes et irrévocables sur 195 millions d’euros de nouveaux fonds propres. Cette somme provient de partenaires institutionnels, dans le cadre d'une augmentation de capital d’au moins 300 millions d’euros. Cette opération permettra de financer les besoins généraux de l’entreprise, mais également de soutenir la croissance et le développement de Tikehau Capital SCA.

La nouvelle augmentation de capital tient compte d’un réinvestissement par les fondateurs et le management de Tikehau Capital Advisors — lesquels resteront actionnaires de contrôle de l’entreprise avec plus de 60 % du capital social — ainsi que des investissements supplémentaires des partenaires institutionnels que sont Temasek, FFP et MACSF. La société accueille également un véhicule d’investissement de North Haven Tactical Value — géré par une équipe de Morgan Stanley Investment Management — en tant que nouvel actionnaire.

Focus sur le Groupe Tikehau Capital

Tikehau Capital — groupe de gestion d’actifs et d’investissement — gère 22,4 milliards d’euros. D'après les derniers chiffres publiés le 31 mars 2019, le Groupe dispose de 2,3 milliards d’euros de fonds propres. Tikehau Capital investit dans différentes classes d’actifs — dette privée, immobilier, private equity, stratégies liquides — notamment à travers ses filiales de gestion pour le compte d’acteurs institutionnels et privés.

Contrôlé par son management aux côtés de partenaires institutionnels, Tikehau Capital compte 440 collaborateurs — chiffres actualisés le 31 mars 2019 — au sein de ses bureaux actuellement situés à Paris, Londres, Bruxelles, Madrid, Milan, New York, Séoul, Singapour et Tokyo.

Lire (2 min.)

BCE déprimante, marchés déprimés

Frédéric Rollin
La réunion de la Banque centrale européenne (BCE) le 7 mars dernier a soulevé des inquiétudes sur les marchés, au sujet de la croissance européenne. La BCE va maintenir les taux d'intérêt actuels — historiquement bas — au moins « jusqu'à la fin » 2019. Frédéric Rollin, conseiller en stratégie d’investissement chez Pictet Asset Management, analyse les conséquences de cette décision.
Lire (3 min.)

Croissance chinoise : une petite impatience ruine un grand projet

Frédéric Rollin
Le ralentissement de la croissance chinoise préoccupe les marchés. Si le gouvernement de Xi Jinping a mis en place d'énergiques mesures de relance, il n'a pas encore réussi à endiguer la décélération de son économie. Faut-il s'en inquiéter ? Frédéric Rollin, conseiller en stratégie d’investissement chez Pictet Asset Management, partage son analyse.
Lire (4 min.)

Consommation chinoise : un mystère peut en cacher un autre

Frédéric Rollin
Grace à des politiques monétaires et budgétaires très accommodantes, la consommation chinoise et l’économie de l'Empire du Milieu retrouvent des couleurs.
Lire (2 min.)

La Chine a besoin de respirer

Frédéric Rollin
Yoga, méditation, pleine conscience, nous sommes souvent incités à bien respirer. Mais encore faut-il respirer un bon air.
Lire (2 min.)

OFI AM recrute un Directeur de la Finance Responsable

OFI Asset Management (AM) — filiale de gestion des groupes Macif et Matmut — annonce ce lundi 20 mai la nomination d'un Directeur de la Finance Responsable. Alain Pitous (57 ans) sera chargé de déployer la Finance Responsable et d’innover pour diffuser en interne les bonnes pratiques en matière de Finance Responsable. Il agira sur l'ensemble de la chaîne de valeur : analyses, gestions, risques, reporting, bases de données, intégration de la réglementation, etc. Alain Pitous rapportera à Jean-Marie Mercadal, Directeur Général Délégué en charge des Gestions chez OFI AM. 

Le Groupe OFI s'implique depuis 20 ans dans le développement d’une Finance Responsable. Plus des trois quarts des AUM du Groupe — qui gère 71 Mds€ d’actifs — intègrent une approche ISR. En 2017, la société a regroupé sous la marque OFI Responsible Solutions l’ensemble de ses options d’investissements et de services qui intégrent les enjeux du développement durable dans une stratégie de placement. Cette gamme repose sur une méthodologie d’analyse propre au Groupe.

Focus sur le parcours d'Alain Pitous

Alain Pitous bénéficie d’une solide expérience en gestion sur les principales classes d’actifs actions, taux diversifiés, et également en gestion sous mandat. Entre 1988 et 2009, il a successivement les fonctions de Gérant, puis Directeur des gestions chez Société Générale AM. Entre 2009 et 2014, Alain Pitous a été Directeur Adjoint des Gestions d’Amundi, Responsable de la Gestion d'Amundi Patrimoine et membre du Comité exécutif d’Amundi. 

Tout au long de sa carrière, Alain Pitous a démontré une conviction forte pour les gestions responsables, ayant lui-même développé des gestions ISR. Avant de rejoindre OFI AM, Alain Pitous était Directeur Général Associé de Talence Gestion, une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de Fonds Commun de Placement en actions.

Lire (2 min.)

Loi PACTE : le Conseil constitutionnel donne sa validation

Bruno Le Maire — Ministre de l'Économie et des Finances — s'est félicité ce jeudi 16 mai de la décision du Conseil constitutionnel, qui a confirmé la conformité à la Constitution de la loi pour la croissance et la transformation des entreprises. La loi PACTE sera promulguée d’ici au 24 mai 2019. En revanche, le Conseil constitutionnel a censuré certaines dispositions qui n’avaient pas leur place dans la loi PACTE au regard des règles d’amendements de l’article 45 de la Constitution.

Le Conseil constitutionnel a validé le délai de 5 ans accordé aux PME pour se mettre en conformité avec les nouvelles obligations, résultant du franchissement d’un seuil d’effectif. Cette mesure doit faciliter la croissance des PME françaises. Le Conseil constitutionnel a également validé la privatisation de la société Aéroports de Paris et celle de la Française des Jeux. Ces décisions confirment les analyses juridiques du Gouvernement.

Les changements portés par la loi PACTE

Bruno Le Maire déclare : « La loi PACTE est une nouvelle étape dans la transformation économique du pays. Elle met en œuvre les orientations du président de la République en faveur de la croissance, de l’innovation et d’un plus juste partage de la valeur ». La loi PACTE ouvre une nouvelle étape dans la transformation économique du pays :

  • le financement des entreprises et le développement des innovations sont renforcés par le développement d’outils de financement en fonds propres et de long terme, la réforme de l’épargne-retraite, par la création du fonds pour l’innovation et l’industrie et par une réforme d’ampleur du cadre de la propriété intellectuelle ;
  • la place des entreprises dans la société est repensée, par la modification du Code civil, une meilleure association des salariés à la vie et à la réussite de l’entreprise et une refondation du rôle de l’Etat actionnaire.
Lire (2 min.)

États-Unis : Le retour du risque géopolitique ?

Frédéric Rollin
Le risque géopolitique fait de nouveau les gros titres.
Lire (1 min.)