Assurance vie : attentisme de mai 2020, un troisième mois de décollecte modérée

Patrimoine - La crise sanitaire et le confinement ont limité la consommation des ménages français. Cette situation profite cependant peu à l'assurance vie, qui enregistre en France son troisième mois consécutif de décollecte. La réorientation de l'épargne de précaution bénéficiera-t-elle aux unités de compte (UC) ? Philippe Crevel, Directeur du Cercle de l'Epargne, partage son analyse.

Il fallait remonter au mois de juin 2012, en pleine crise des dettes souveraines, pour retrouver un tel résultat. La collecte nette s’établit, de ce fait, à – 4,0 milliards d’euros au cours des cinq premiers mois de l’année (12,7 milliards d’euros sur la même période en 2019).

Décollecte nette et préférence pour la liqudité

Pour le mois de mai, selon la Fédération Française de l’Assurance, la collecte nette de l’assurance vie a été négative de – 2,2 milliards d’euros. L’assurance vie signe ainsi son troisième mois de décollecte consécutif, après – 2 milliards d’euros en mars et en avril.

Avec un tiers du mois confiné, le montant des cotisations s’est effondré à 5,7 milliards d’euros, contre 11,2 milliards d’euros en février avant le confinement. Ce montant est en retrait par rapport à celui du mois d’avril (6,2 milliards d’euros).

Les ménages n’ont pas profité du déconfinement pour placer une partie de leur épargne contrainte des mois de mars à mai. L’attentisme a été de mise avec une préférence absolue pour la liquidité, liquidité qui a profité au Livret A (+3,98 milliards d’euros en mai).

Les unités de compte (UC) font de la résistance

Les unités de compte ont représenté 33 % de la collecte au mois de mai. Depuis le début de l’année, ce taux est de 35 %. Compte tenu du choc subi par les actions au début de la crise financière et de la forte volatilité des places financières, ce résultat marque un changement de comportement de la part des épargnants français.

Lors des précédentes crises, la proportion des unités de compte dans la collecte chutait fortement. Lors de la crie de 2008-2009, la part des unités de compte était tombée à 7 % et lors de la crise des dettes souveraines à 12 %.

Assurance vie : attentisme de mai 2020, un troisième mois de décollecte modérée
Cercle de l’Épargne – données FFA

Attentisme pour les prestations

Les Français ont peu retiré d’argent de leur contrat en mai, 7,9 milliards d’euros contre 8,7 milliards d’euros en avril. Ce montant reste nettement inférieur à ceux d’avant crise (autour de 11 milliards d’euros).

Ce niveau de rachats démontre que les détenteurs de contrats d’assurance vie n’ont eu, en mai, ni de besoins financiers urgents à couvrir, ni une anxiété particulière au regard de leur placement. L’encours des contrats d’assurance vie atteignait 1 754 milliards d’euros à fin mai 2020.

Réorientation de l’épargne de précaution

L’assurance vie, placement d’épargne à moyen et long terme pâtit de la situation atypique dans laquelle évolue la France depuis la mi-mars. Le confinement a réduit les échanges entre les assurés et leur compagnie d’assurance. Par ailleurs, le niveau élevé des incertitudes les incite à geler leur situation financière en privilégiant leur épargne de précaution.

La menace du chômage et de perte de revenus expliquent évidemment ce comportement. La réorientation d’une partie de l’épargne contrainte constituée pendant le confinement vers des placements longs exigera du temps et le retour d’un minimum de confiance.

Philippe Crevel

Directeur du Cercle de l'Épargne

Voir tous les articles de Philippe