Fed : l’horizon des baisses de taux recule encore

Mathilde Hodouin
Le Courrier Financier
Ce mercredi 31 janvier, la Réserve fédérale américaine (Fed) a annoncé à l'issue de sa réunion de politique monétaire que ses taux demeuraient inchangés. L'échéance des baisses de taux — très attendue par les marchés — recule bien au-delà du mois de mars 2024. Quelles perspectives pour les investisseurs ? Le point avec Le Courrier Financier.
Lire (4 min.)

BCE, macroéconomie et résultats d’entreprises : l’Europe est-elle en train de toucher le fond ?

Thomas Planell
DNCA
Début janvier, l'économie de la zone euro est encore à la peine. Que disent les indicateurs sur la santé des entreprises européennes ? Comment adapter sa stratégie de stock picking ? Les explications de Thomas Planell, Gérant – analyste chez DNCA Finance.
Lire (7 min.)

Magnificent Seven : éternels vainqueurs ?

Clément Inbona
LFDE
Aux Etats-Unis, les marchés actions sont portés par les 7 Magnifiques. Qu'est-ce qui caractérise ces valeurs exceptionnelles ? Quel poids exercent-elles à Wall Street ? Les explications de Clément Inbona, Gérant, La Financière de l’Echiquier (LFDE).
Lire (3 min.)

Marchés financiers : une grosse semaine commence

Alexandre Baradez
IG France
La semaine qui s'ouvre sur les marchés financiers devrait donner le la pour les mois à venir. Quel est le sentiment de marché sur les baisses de taux à venir ? Quel environnement macroéconomique se dessine pour 2024 ? L'éclairage d'Alexandre Baradez, responsable de l’analyse marchés chez IG France.
Lire (4 min.)

CRISTAL Rente adopte une nouvelle stratégie en application de l’article 8 du règlement SFDR !

La Rédaction
Le Courrier Financier
Nous sommes ravis de vous annoncer une évolution significative au sein de la SCPI CRISTAL Rente. Dans une volonté de transparence et d’engagement de promotion des caractéristiques environnementales, la SCPI […]

Nous sommes ravis de vous annoncer une évolution significative au sein de la SCPI CRISTAL Rente. Dans une volonté de transparence et d'engagement de promotion des caractéristiques environnementales, la SCPI des Grandes Enseignes a décidé d'adopter une stratégie conforme aux exigences de l'article 8 de la réglementation SFDR.

Que dit la réglementation SFDR et son article 8 ?


La SFDR, ou Règlement sur la transparence en matière de durabilité dans le secteur des services financiers, est une réglementation de l'Union européenne entrée en vigueur en mars 2021. Cette dernière exige la divulgation d'informations transparentes sur les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans le secteur financier. L'article 8 de cette classification met l'accent sur les obligations de transparence de la promotion des caractéristiques ESG.

Notre engagement envers la durabilité


La décision d'adopter une stratégie SFDR témoigne de l'engagement de la SCPI CRISTAL Rente envers la durabilité et notre responsabilité en tant que gestionnaire de fonds. Nous sommes convaincus que cette évolution contribuera positivement à des initiatives socialement responsables et respectueuses de l'environnement.

Si vous souhaitez en savoir plus sur notre engagement, nous vous invitons à consulter les statuts de la SCPI via le lien ci-dessous :

Lire (2 min.)

« Nouveau label ISR : quelles attentes des Français ? »

La Rédaction
Le Courrier Financier

Ce vendredi 1er mars, le nouveau label ISR (Investissement Socialement Responsable) entre en vigueur. Ce label d’Etat permettant aux Français de choisir des supports d’épargne intégrant des principes sociaux et environnementaux est rendu plus exigeant par le Gouvernement. L’objectif est de gagner en crédibilité aux yeux des épargnants en leur assurant une solution d’investissement à impact vraiment durable. Désormais, plus aucune entreprise ne pourra donc bénéficier de ce label si elle utilise ses fonds pour produire des énergies fossiles. Une bonne nouvelle pour lutter contre le greenwashing.   

C’est dans ce cadre que Goodvest, startup pionnière dans la création de produits d’épargne alignés sur l’Accord de Paris en matière de climat, dévoile l’étude « Nouveau label ISR : quelles attentes ? »* réalisée avec l’Institut Poll & Roll. 

Les Français embrassent la cause écologique

Les Français adhèrent largement à la cause écologique avec une sensibilité quasi-unanime à hauteur de 91 %. Les climatosceptiques (9 %) font office de minorité.

Dans le détail, malgré ce consensus fort en faveur de la cause environnementale, chacun réagit à sa manière et à son rythme. En effet, pour une partie des Français, la conscience écologique peine à se traduire dans les faits. Ils sont ainsi 41 % à reconnaître ne pas s’engager par des actes concrets en faveur de la protection de l’environnement. A l’inverse, la moitié des sondés (50 %) affirment être engagés dans des actions écologiques, que ce soit depuis longtemps (30 %) ou plus récemment (20 %).

Refonte du label ISR : une nécessité pour près de 2/3 des Français

Cet engagement par les actes peut, entre autres, passer par l’épargne, et les Français en ont conscience. Ils sont ainsi 58 % à déclarer que la refonte du label ISR vers un modèle plus exigeant, et donc plus vertueux, est une nécessité, contre 32 % pour lesquels la mesure est peu nécessaire et 10 % pas du tout.  

Des résultats encourageants qui font écho à l’importance que les Français accordent à l’impact de leur épargne. En effet, pour 56 % d’entre eux les répercussions sociales et écologiques de leurs économies sont un réel sujet de préoccupations, tandis que seuls 10 % des interrogés n’y attachent aucune importance et 33 % peu d’importance.

67 % des Français prêts à rogner sur leur marge pour protéger la planète

Mais jusqu’où les Français sont-ils prêts à aller ? Pour deux solutions d’investissement à même taux de rendement, près de 70 % d’entre eux opteraient pour une solution responsable. Une manière d’aligner leur épargne avec leurs valeurs. Rien d’étonnant a priori. Et pourtant, la santé de leur épargne n'est plus une cause d'hésitation susceptible d’interférer avec leurs préoccupations écologiques : 60% des Français se disent ainsi prêts à rogner sur leur marge si leur investissement peut protéger la planète. Un signal positif très fort !

Lire (3 min.)

Thomas Romain – Bitpanda : « L’or garde un cap stable sur le long terme même avec les variations de taux »

Mathilde Hodouin
Le Courrier Financier
L'année 2023 a été celle des records pour le métal jaune — qui a vu son cours s'envoler. Quelles sont les dynamiques à l'œuvre ? Quelles perspectives en 2024 ? Thomas Romain, Directeur France de Bitpanda, répond en exclusivité aux questions du Courrier Financier.
Lire (8 min.)

Marchés émergents : vers la fin de la dépendance à la Chine ?

Julien-Pierre Nouen
Lazard Frères Gestion
Depuis plusieurs mois, le marché chinois baisse régulièrement tandis que les autres marchés émergents sont orientés à la hausse. En 2024, nous dirigeons-nous vers la fin de la dépendance des marchés émergents envers la Chine ? Julien Pierre Nouen, Directeur des études économiques et de la gestion diversifiée chez Lazard Frères Gestion, partage son analyse.
Lire (2 min.)

Inflation VS croissance : le dilemme de la Banque d’Angleterre

Les équipes de Muzinich & Co.
Muzinich & Co.
Fin janvier 2024, les investisseurs constatent que les banques centrales n'assouplissent pas encore leur politique à court terme. Au Royaume-Uni, comment la banque centrale va-t-elle trancher entre lutte contre l'inflation et le soutien à la croissance ? Les équipes de Muzinich & Co. présentent leur commentaire de marché hebdomadaire.
Lire (5 min.)

La Chine vole au secours de ses marchés actions… est-ce suffisant ?

Alexandre Baradez
IG France
Ce sera probablement l’information la plus importante de la journée, celle de mesures d’envergure à venir en Chine, probablement dès cette semaine, pour soutenir des marchés actions en chute libre. Le point avec Alexandre Baradez, responsable de l’analyse marchés chez IG France.
Lire (2 min.)

SERRIS REIM acquiert un magasin alimentaire à Villabé (91) d’une superficie de 2 100 m²

La Rédaction
Le Courrier Financier

Le site est intégralement loué à Grand Frais dans le cadre de baux fermes de 10 ans. Le volume
d’investissement est supérieur à 10M€ AEM

Cette nouvelle acquisition vient compléter le patrimoine des fonds Club Deal déjà composé d’un magasin
Grand Frais situé dans la zone commerciale Plan de Campagne à Marseille (13).

Ces investissements démontrent la volonté de SERRIS REIM d’acquérir des actifs idéalement situés dans des
zones commerciales développées et denses avec des locataires exerçant dans un secteur d’activité résilient –
l’alimentaire.

Dans cette acquisition SERRIS REIM a été accompagnée par l’étude DELREZ GRAUX JACQUES KARNIK
représentée par Maître Sandrine KARNIK et les conseils du cabinet CAZALS MANZO PICHOT SAINT
QUENTIN représenté par Maître Maxence MANZO et du cabinet CWS Avocat représenté par Maître William
STEMMER.


Le Cabinet Boucomont représenté par Jérôme BOUCOMONT a agi en qualité d’intermédiaire pour le compte
de l’acquéreur.

Lire (2 min.)

La société de gestion de Banque Richelieu entre au capital d’Hugau Gestion

La Rédaction
Le Courrier Financier

Richelieu Gestion, qui gère aujourd’hui près d’1 milliard d’euros d’encours, poursuit sa phase d’accélération en annonçant sa première prise de participation. Un axe de développement stratégique de Banque Richelieu et une étape majeure pour sa société de gestion, qui était inscrite dans la feuille de route établie par Lorenzo Gazzoletti, son Directeur Général, à son arrivée en juillet 2023.

Cette opération permettra à Richelieu Gestion et Hugau Gestion d’élargir leur offre en proposant à chacune des
clientèles respectives, l’accès à leurs expertises historiques phares : la gestion actions de Richelieu Gestion et la gestion obligataire et monétaire d’Hugau Gestion.


Créée en 2006, Hugau Gestion enregistre aujourd’hui près de 800M d’euros d’encours et compte 11 collaborateurs. Hugau Gestion est une des rares sociétés de gestion indépendantes à développer une véritable ingénierie de la gestion monétaire et obligataire et est reconnue pour la qualité et les performances de sa gamme. Elle gère aujourd’hui 8 OPC monétaires, obligataires, mixtes et dédiés et des mandats de gestion principalement pour des clients institutionnels.

Les équipes de Gestion et de Direction restent en place. Les clients conservent les mêmes interlocuteurs ; Catherine Huguel, co-fondatrice, demeure Responsable de la Gestion et Johan Bigot Directeur de la Gestion Taux.
Le secteur de la gestion d’actifs est en pleine évolution et l’environnement actuel est particulièrement favorable au marché des taux. Ce rapprochement offre un nouvel axe de développement à Hugau Gestion lui permettant d’intégrer un groupe bancaire indépendant, solide et d’élargir ses réseaux de distribution.


Lorenzo Gazzoletti, Directeur Général de Richelieu Gestion, déclare : “Nous nous réjouissons de cette prise de participation majoritaire qui va nous permettre de mutualiser nos compétences en offrant aux clients de Banque Richelieu ainsi qu’à ceux d’Hugau Gestion l’accès à des experts et à des stratégies d'investissements complémentaires pour répondre à leur besoin de diversification et de rendement. Nous allons développer ensemble, pour nos clients, des synergies de compétences, d’expériences et de marchés.”


Eric Le Maire, Directeur Général d’Hugau Gestion, ajoute : “Banque Richelieu dispose d’une prestigieuse renommée et d’un modèle économique solide. Ce sont pour nous des atouts formidables et différenciants renforcés par l’assise de son statut bancaire. Tout en conservant sa singularité, ses équipes et ses fonds qui ont fait sa force, cela permettra à Hugau Gestion de s’institutionnaliser davantage.

Nous partageons avec Richelieu Gestion des valeurs communes et sommes extrêmement complémentaires. Nous avons hâte de mettre en place les synergies entre nos deux Maisons au bénéfice de nos clients.”

Lire (2 min.)

Inflation américaine : la lutte est-elle finie ?

Hervé Thiard
En décembre 2023, l'inflation américaine reste largement au-dessus de l'objectif de 2 % que poursuit la Réserve fédérale (Fed). Comment la banque centrale américaine va-t-elle poursuivre le combat contre l'inflation en 2024 ? L'éclairage d'Hervé Thiard, directeur général de Pictet AM France.
Lire (4 min.)

M&G lance une stratégie actions internationales axée sur l’IA

La Rédaction
Le Courrier Financier

M&G Investments — filiale de M&G, société d'épargne et d'investissement — annonce ce lundi 22 janvier le lancement du fonds M&G (Lux) Global Artificial Intelligence Fund. Cette stratégie actions gérée activement vise à saisir l’opportunité d’investissement structurelle que représente l’Intelligence Artificielle (IA). L’IA est l’un des principaux vecteurs de croissance à long terme des prochaines décennies et un facteur clé de la réussite des entreprises à travers le monde.

50 à 70 lignes en portefeuilles

L’IA a le potentiel de créer entre 2 600 et 4 400 Mds$ chaque année en gains de productivité et d’efficacité pour l’économie mondiale — des chiffres similaires au PIB 2022 de pays tels que le Japon (4 200 Mds$), l’Allemagne (4 000 Mds$) ou le Royaume-Uni (3 000 Mds$). Sa mise en œuvre a le pouvoir de générer des avantages transformatifs pour les organisations dans de nombreux domaines, comme l’amélioration de la prise de décision, l’innovation, la gestion des risques et l’amélioration de l’expérience client.

Le fonds M&G (Lux) Global Artificial Intelligence Fund prendra la forme d’un portefeuille de 50 à 70 sociétés activement sélectionnées, pour lesquelles l’IA apparaît comme une source potentielle de croissance du chiffre d’affaires à long terme ou d’expansion de la marge bénéficiaire. Elles seront issues des trois catégories suivantes :

  • les Facilitateurs d’IA (les entreprises fournissant la technologie nécessaire à la conception de solutions d’IA) ;
  • les Fournisseurs d’IA (les entreprises proposant des solutions d’IA à leurs clients) ;
  • les Bénéficiaires de l’IA (les entreprises qui utiliseront l’IA pour améliorer leurs produits, services et processus).

80 millions de livres sterling

Cogéré par Jeffrey Lin et Thomas Lee de l’équipe Thematic Technology Equity Investment de M&G, le fonds est lancé avec un investissement initial de 80 M£ de M&G. Il vise une performance totale (croissance du capital et revenu) supérieure à celle de l’indice MSCI ACWI sur toute période de cinq ans. Classé SFDR 8, le fonds applique des exclusions liées au charbon thermique et aux armes controversées, ainsi que des limites de chiffre d’affaires sur les investissements liés à des secteurs sociaux et environnementaux spécifiques.

« Nous nous trouvons aux prémices d’un thème de croissance de plusieurs décennies, susceptible d’être à l’origine de changements généralisés à l’ensemble de l’économie et de remodeler le paysage concurrentiel dans tous les secteurs d’activité », déclare Fabiana Fedeli, CIO Equities, Multi-Asset et Sustainability chez M&G Investments.

« Nous identifions de multiples opportunités d’investissement intéressantes liées à l’IA, mais comme pour toutes les forces de rupture, nous nous attendons à observer une période d’euphorie extrême à son égard. Comprendre là où se situent les relais de croissance les plus solides sera la clé pour offrir de meilleurs résultats à nos clients dans le cadre de cette opportunité de marché particulièrement enthousiasmante », ajoute-elle.

Financer l'innovation en entreprise

« Le pouvoir disruptif de l’innovation technologique résulte de sa capacité à créer un produit meilleur ou moins cher, capable d’accroître la part de marché d’une entreprise, voire de créer un tout nouveau marché », indique Jeffrey Lin, cogérant du fonds M&G (Lux) Global Artificial Intelligence Fund.

« En tant qu’investisseurs actifs, nous nous employons à identifier le croisement entre l’innovation technologique et son application concrète dans les processus des entreprises. Notre formation en matière d’ingénierie informatique et l’ancienneté de notre présence dans le secteur de la gestion d’actifs nous confèrent l’expertise et l’expérience nécessaires pour comprendre ce qu’il faut pour qu’une entreprise réussisse dans ce domaine », précise-t-il.

La stratégie est disponible en tant qu’OPCVM de droit britannique (OEIC) pour les investisseurs basés au Royaume-Uni — M&G Global AI Themes Fund — et en tant que SICAV de droit luxembourgeois pour les investisseurs basés en dehors du Royaume-Uni – M&G (Lux) Global Artificial Intelligence Fund. Les deux fonds suivent la même stratégie d’investissement et sont gérés par la même équipe. 

Lire (4 min.)