Stratégies d’investissement : tant que la mélodie des banques centrales continue

L'équipe Lyxor Cross Asset Research
Suite à la crise du coronavirus, les banques centrales ont injecté beaucoup de liquidités sur les marchés. Comment adapter ses stratégies d'investissement ? Les équipes Cross Asset Research de Lyxor Asset Management partagent leur publication trimestrielle, le Lyxor Investment Strategy (T3 2020).
Lire (5 min.)

Banques centrales : où est passé tout l’argent ?

Martin Moryson
Les bilans des banques centrales augmentent à une vitesse sans précédent. L'inflation reste cependant maîtrisée. Comment est-ce possible ? Les explications de Martin Moryson, économiste en chef Europe chez DWS.
Lire (3 min.)

Marchés du crédit : définir une feuille de route

Michael McEachern
Sur les marchés du crédit, les facteurs techniques de soutien et une amélioration marginale des fondamentaux continuent de compenser la persistance de signes inquiétants. Quelles perspectives pour cet environnement de marché dans les mois à venir ? L'analyse de Michael McEachern, Gérant de portefeuille et Responsable des marchés publics chez Muzinich & Co.
Lire (3 min.)

Post Covid-19 : la reprise sera européenne ou ne sera pas

Thomas Planell
La Banque centrale européenne (BCE) confirme le retour de l'Union européenne (UE) à la stabilité financière. La coordination des politiques budgétaires et monétaires permettra-elle enfin d'enclencher la relance post Covid ? Les explications de Thomas Planell, Gérant-analyste chez DNCA.
Lire (3 min.)

Forêt : le GFI France Valley Patrimoine acquiert un nouvel actif en Normandie

France Valley — spécialiste de l'investissement foncier — annonce ce mercredi 5 août une nouvelle acquisition pour le compte de son GFI France Valley Patrimoine. La société de gestion de portefeuille acquiert le Bois du Ballu, situé à 20 kilomètres d'Alençon dans l'Orne (Normandie).

Forêt de capitalisation

Cette forêt couvre une surface de 349 hectares, couverte d'une futaie régulière de feuillus (51 %) et de résineux (49 %), sous un climat océanique à influence continentale. « Le Bois du Ballu est un massif d’exception, situé en Normandie, région où ce type de bien est extrêmement rare », explique Clément Roche, Responsable des acquisitions forestières chez France Valley.

« Les peuplements de feuillus, essentiellement composés de jeunes chênes, sont en phase de capitalisation. Des coupes d’amélioration y ont été et seront menées pour favoriser les plus beaux sujets. Les parcelles sont complétées par des Douglas, Sapins et Epicéas approchant leur optimum économique qu’il conviendra de récolter rapidement », ajoute-il.

Lire (1 min.)

NN Investment Partners recrute un Lead Behavioural Scientist

NN Investment Partners (NN IP) — gestionnaire d'actifs basé aux Pays-Bas — annonce ce jeudi 6 août la nomination de Roeland Dietvorst. Il fera partie de l'équipe d'innovation basée à La Haye et rapportera à Arnoud Diemers, Head of Responsible Investing & Innovation. Roeland Dietvorst a pris ses fonctions le 1er août 2020.

Dans ce cadre, il appliquera ses connaissances en science du comportement et des neurosciences pour mieux comprendre comment le traitement de l'information conduit à la prise de décision, afin de faire avancer le processus de prise de décision d'investissement.

Focus sur le parcours de Roeland Dietvorst

Roeland Dietvorst

En 2005, Roeland Dietvorst obtient une maîtrise en psychologie biologique et cognitive, et depuis 2010, il est titulaire d'un doctorat en neurosciences cognitives de l'Université Erasmus de Rotterdam. Il se spécialise dans la compréhension des biais cognitifs et de la dynamique entre automatique et délibéré processus mentaux.

En 2014, il fonde Alpha.One, une entreprise de stratégie de neurosciences grand public. Dans ce cadre, il réunit une équipe de doctorants en neurosciences et intelligence artificielle pour développer des techniques d'imagerie cérébrale. Objectif, aider à comprendre l'impact des supports marketing, tels que les publicités et les conceptions d'emballage.

Roeland Dietvorst est membre du corps professoral de la Singularity University Benelux. Il donne des conférences sur les neurosciences dans plusieurs écoles de commerce telles que l'INSEAD et l'Universiteit van Amsterdam. Il est régulièrement invité comme conférencier à des événements professionnels.

Lire (2 min.)

Croissance mondiale : divergence de perception entre le FMI et la BCE

Karamo Kaba
La crise économique liée au Covid-19 pèse sur la progression du PIB mondial. Pourtant, les prévisions de la Banque centrale européenne (BCE) s'avèrent plus optimistes que celles du Fonds monétaire international (FMI). Quels sont les facteurs qui expliquent cette différence de perception ? Quelles directions les places financières vont-elles suivre ?
Lire (5 min.)

Europe : la garde haute

Olivier de Berranger
Face à la crise sanitaire, l'Union Européenne (UE) coordonne ses mesures budgétaires de soutien. Dans ce contexte, comment s'annonce la reprise économique européenne ? L'éclairage d'Olivier de Berranger, Directeur de la gestion d'actifs et Directeur Général Délégué chez LFDE.
Lire (2 min.)

Indices boursiers : des vents contraires depuis 15 jours

Alexandre Baradez
Tandis que la crise sanitaire mondiale se prolonge, les marchés financiers traversent une période difficile. Malgré le soutien massif des banques centrales, le scénario d'une reprise économique en V semble s'éloigner. Quels facteurs alimentent la volatilité sur les marchés ? Le point avec Alexandre Baradez, Responsable Analyses Marchés chez IG France.
Lire (5 min.)

Marchés financiers : I have a dream

Igor de Maack
Malgré les conséquences de la crise du Covid-19, les marchés actions demeurent optimistes. Pour l'heure, l'économie des entreprises se maintient grâce aux perfusions monétaires des banques centrales. Cette tendance va-t-elle se maintenir à long terme ? L'éclairage d'Igor de Maack, Gérant et porte parole de la Gestion chez DNCA.
Lire (3 min.)

ESG : les PRI récompensent la stratégie de LFDE

La Financière de l'Echiquier (LFDE) — société de gestion entrepreneuriale, filiale à 100 % de Primonial — annonce ce mardi 4 août avoir été distinguée par les Principes pour l’Investissement Responsable (PRI) des Nations unies. LFDE a reçu la note A+ pour les piliers « Strategy & Governance » et « Listed Equity – Incorporation » de sa stratégie de gestion qui intègre des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG).

Améliorer la démarche ISR

C'est une première pour LFDE, qui obtient ainsi la plus haute récompense possible. Les trois autres piliers de sa stratégie de gestion reçoivent la note A, soit une récompense au-delà du score médian. Ces résultats viennent récompenser une longue démarche d'investisseur responsable. Après avoir signé les PRI en 2008, LFDE a développé cette initiative jusqu'à réunir plus de 3 400 membres — contre seulement 250 en 2008.

De nouveau cette année, l’évaluation des UN PRI servira de base au travail d’amélioration continue pour l’équipe ISR de LFDE. Dans une optique de transparence, et dans le cadre de sa démarche d’investisseur responsable, la société de gestion met à disposition des investisseurs sur son site internet le Rapport de Transparence et le Rapport d’Evaluation des UN PRI.

Lire (1 min.)

Budget de l’Etat : comment la crise sanitaire pèse-t-elle sur les comptes ?

Le ministère chargé des Comptes Publics publie ce mardi 4 août une note sur la situation budgétaire de l'Etat au 30 juin 2020. Le solde général d''exécution à cette date s’établit à -124,9 Md€ contre -77,3 Md€ à fin juin 2019. Cet écart s’explique principalement par les effets de la crise économique, liée à la pandémie du Covid-19.

Source : ministère de l'Economie des Finances et de la Relance
Source : ministère de l'Economie des Finances et de la Relance

Covid-19, dépenses en hausse

Au 30 juin 2020, les dépenses du budget général — hors prélèvements sur recettes — s’établissent à 198,5 Md€ contre 174,2 Md€ à fin juin 2019. Cette augmentation tient principalement aux dépenses engagées par le Gouvernement pour répondre à la crise économique.

Ces dépenses exceptionnelles représentent +13,5 Md€ au titre du dispositif exceptionnel de chômage partiel et +4,9 Md€ pour financer le fonds de solidarité pour les entreprises. La hausse des dépenses s’explique également par des décalages calendaires.

Source : ministère de l'Economie des Finances et de la Relance
Source : ministère de l'Economie des Finances et de la Relance
Source : ministère de l'Economie des Finances et de la Relance

Impact du recul de la TVA

Au 30 juin 2020, les recettes du budget général (nettes des remboursements et dégrèvements) s’établissent à 125,8 Md€ contre 142,7 Md€ à fin juin 2019. Les recettes fiscales nettes à fin juin 2020 diminuent de 14,4 Md€ par rapport à fin juin 2019.

Cette baisse s’explique principalement par celle des recettes nettes de TVA (-15,5 Mds€) du fait des effets conjoints de la contraction de l’activité économique, de l’accélération des remboursements de crédits de TVA aux entreprises, ainsi que de reversements plus précoces et plus importants à l’ACOSS compensant les exonérations de cotisations sociales.

Source : ministère de l'Economie des Finances et de la Relance
Source : ministère de l'Economie des Finances et de la Relance

Recettes fiscales en baisse

Les encaissements de TICPE diminuent de 1,8 Md€ par rapport à fin juin 2019, du fait d’une moindre consommation de carburants. Signe d’une reprise de l’activité, les recettes fiscales nettes du mois de juin 2020 sont néanmoins équivalentes à celles du mois de juin 2019. En revanche, les recettes non fiscales sont en baisse de 2,5 Mds€ par rapport à fin juin 2019.

Cette contraction s’explique principalement par la diminution de 4,2 Md€ des produits des participations, compensée en partie par l’amélioration de 2,1 Md€ des produits notamment du fait de la signature d’une convention judiciaire d’intérêt public (CJIP) avec l’entreprise Airbus le 29 janvier 2020 et de plusieurs sanctions prononcées par l’autorité de la concurrence.

Comptes spéciaux

Par ailleurs, le solde des comptes spéciaux s’établit à -23,6 Md€ au 30 juin 2020 contre -16,7 Md€ à fin juin 2019.

Lire (5 min.)

Europe : valse à trois temps

Olivier de Berranger
Depuis l'annonce des dernières mesures de la Banque centrale européenne (BCE), l'Europe semble avoir retrouvé les faveurs des investisseurs. Quel est l'impact de ce renouveau de crédibilité pour la zone euro ? Le rallye des actions européennes va-t-il se poursuivre ? Les explications d'Olivier de Berranger, Directeur de la gestion d'actifs et Directeur Général Délégué chez LFDE.
Lire (5 min.)

BCE : prête à faire plaisir aux marchés

Ulrike Kastens
Cette semaine, la Banque centrale européenne (BCE) a annoncé le renforcement de ses mesures de relance. Quelles perspectives s'ouvrent pour la politique monétaire de la zone euro ? Ulrike Kastens, économiste pour DWS, réagit à la réunion de la BCE de ce jeudi 4 juin.
Lire (3 min.)