Zone euro : une inflation désormais omniprésente

Julien-Pierre Nouen
Lazard Frères Gestion
L'inflation continue de flamber en zone euro, à plus de 10 % en octobre 2022. Quels sont les facteurs qui contribuent à cette forte poussée ? L'éclairage de Julien-Pierre Nouen, CFA, Directeur des études économiques et de la gestion diversifiée chez Lazare Frères Gestion.
Lire (2 min.)

Géopolitique : le seul « game changer » pour les marchés ?

Alexandre Baradez
IG France
Les marchés financiers sont chahutés depuis le début de l'année. Le contexte géopolitique est-il le seul "game changer" ? L'éclairage d'Alexandre Baradez, Responsable de l’analyse marchés chez IG France.
Lire (6 min.)

Smart parking : Perial AM s’associe à la startup BePark

La Rédaction
Le Courrier Financier

Perial Asset Management (Perial AM) — spécialiste de l'épargne immobilière — annonce ce lundi 6 septembre s’associer avec la startup bruxelloise BePark. Perial AM met à disposition de l’opérateur digital de parking, créé en 2011, la gestion d’une quarantaine de parkings au sein de son parc d’actifs français. Objectif, réduire les problématiques de stationnement dans les grandes métropoles.

Gestion de parking

BePark propose de connecter des propriétaires désireux d’optimiser la gestion de leur parking avec des utilisateurs et entreprises à la recherche d’un emplacement de stationnement. Dans le cadre d’une convention-cadre, Perial AM met à disposition depuis le mois du juillet, des places de stationnement réservées à différentes typologies de véhicules — quatre-roues et deux-roues motorisés, électriques (avec bornes), cyclistes, PMR — au sein d’une quarantaine de ses immeubles sous gestion.

Particuliers et entreprises pourront ainsi réserver des emplacements de parking situés en centre-ville de grandes métropoles françaises selon leur besoin. L’accès sécurisé permet une utilisation diurne comme nocturne des emplacements, sans troubler l’organisation opérationnelle des bâtiments et la tranquillité des entreprises locataires en place.

Besoins sociétaux et business

Le phénomène de métropolisation de nos économies et de nos sociétés impacte la mobilité dans les grandes villes de France et d’Europe. Les transports en communs se développent en même temps que d’autres types de mobilité « douces » et de l’espace dédié aux piétons, ce qui réduit mécaniquement la place laissée à l’automobile dans la ville et rend difficile son stationnement. 

Derrière la logique de coût que permet ce dispositif via l’optimisation du taux d’occupation des parkings souvent limité à la journée et en semaine par les locataires déjà présents, PERIAL Asset Management a donc été séduit par les réponses sociétales et environnementales qui étaient apportées par la solution BePark.

« A l’heure des mobilités douces, du rééquilibrage de l’espace public en faveur des habitants, les places de stationnement sont aujourd’hui un véritable enjeu d’optimisation de gestion. L’intégration des critères ESG qui drive notre stratégie d’acquisition et de gestion de notre parc immobilier, nous a naturellement poussés à réfléchir à la meilleure exploitation possible de nos parkings, majoritairement situés en sous-sol », indique Loïc Hervé, Directeur Général Délégué de Perial AM.

« Nous sommes ravis de ce rapprochement naturel avec BePark qui permettra d’optimiser la gestion et le partage de nos places de parking au plus grand nombre. L’objectif à moyen terme est d’étendre cette collaboration et cette solution à l’ensemble de notre parc immobilier situé dans les grandes métropoles européennes », ajoute-il.

Partenaire de référence en Europe

Perial AM pourra s’appuyer sur l’expertise de BePark, société bruxelloise, créée en 2011 et aujourd’hui présente dans trois pays européens : la France, la Belgique et le Luxembourg. Pionnière en Europe de la mutualisation de parking, BePark s’est depuis positionnée comme une société de gestion de parking globale, proposant une gamme de solutions complètes et innovantes à destination des propriétaires, des entreprises et des utilisateurs qui gère aujourd’hui plus de 450 parkings pour un total de plus de 13.700 emplacements.

« Dans le contexte actuel, la mutualisation de parking offre une solution pour libérer l’espace urbain et pour fluidifier la mobilité tout en optimisant les espaces existants vides. Je me réjouis donc de cette collaboration avec PERIAL Asset Management, acteur majeur du secteur immobilier en France, qui va nous permettre, ensemble, d’ouvrir un nombre considérable de parkings hors voirie partout en France », indique Julien Vandeleene, CEO & fondateur de BePark.

« Le développement de cette collaboration au sein des actifs de PERIAL AM par la digitalisation et l’apport de notre solution permettra d’optimiser et d’ouvrir l’espace de parkings tant à la voiture qu’au vélo, en passant par les véhicules électriques, et apportera non-seulement un service supplémentaire aux locataires, mais aussi aux communautés, navetteurs, habitants et entreprises locales », conclut-il.

Lire (4 min.)

COVID-19 et après : trois prédictions pour les infrastructures de transport

Laurence Monnier
Certains secteurs sont clairement plus durement touchés que d'autres par le COVID-19, mais aucun sans doute autant que celui des transports. Laurence Monnier examine les implications à long terme pour ce secteur et les infrastructures qui le sous-tendent.
Lire (14 min.)

CRISTAL Rente adopte une nouvelle stratégie en application de l’article 8 du règlement SFDR !

La Rédaction
Le Courrier Financier
Nous sommes ravis de vous annoncer une évolution significative au sein de la SCPI CRISTAL Rente. Dans une volonté de transparence et d’engagement de promotion des caractéristiques environnementales, la SCPI […]

Nous sommes ravis de vous annoncer une évolution significative au sein de la SCPI CRISTAL Rente. Dans une volonté de transparence et d'engagement de promotion des caractéristiques environnementales, la SCPI des Grandes Enseignes a décidé d'adopter une stratégie conforme aux exigences de l'article 8 de la réglementation SFDR.

Que dit la réglementation SFDR et son article 8 ?


La SFDR, ou Règlement sur la transparence en matière de durabilité dans le secteur des services financiers, est une réglementation de l'Union européenne entrée en vigueur en mars 2021. Cette dernière exige la divulgation d'informations transparentes sur les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans le secteur financier. L'article 8 de cette classification met l'accent sur les obligations de transparence de la promotion des caractéristiques ESG.

Notre engagement envers la durabilité


La décision d'adopter une stratégie SFDR témoigne de l'engagement de la SCPI CRISTAL Rente envers la durabilité et notre responsabilité en tant que gestionnaire de fonds. Nous sommes convaincus que cette évolution contribuera positivement à des initiatives socialement responsables et respectueuses de l'environnement.

Si vous souhaitez en savoir plus sur notre engagement, nous vous invitons à consulter les statuts de la SCPI via le lien ci-dessous :

Lire (2 min.)

« Nouveau label ISR : quelles attentes des Français ? »

La Rédaction
Le Courrier Financier

Ce vendredi 1er mars, le nouveau label ISR (Investissement Socialement Responsable) entre en vigueur. Ce label d’Etat permettant aux Français de choisir des supports d’épargne intégrant des principes sociaux et environnementaux est rendu plus exigeant par le Gouvernement. L’objectif est de gagner en crédibilité aux yeux des épargnants en leur assurant une solution d’investissement à impact vraiment durable. Désormais, plus aucune entreprise ne pourra donc bénéficier de ce label si elle utilise ses fonds pour produire des énergies fossiles. Une bonne nouvelle pour lutter contre le greenwashing.   

C’est dans ce cadre que Goodvest, startup pionnière dans la création de produits d’épargne alignés sur l’Accord de Paris en matière de climat, dévoile l’étude « Nouveau label ISR : quelles attentes ? »* réalisée avec l’Institut Poll & Roll. 

Les Français embrassent la cause écologique

Les Français adhèrent largement à la cause écologique avec une sensibilité quasi-unanime à hauteur de 91 %. Les climatosceptiques (9 %) font office de minorité.

Dans le détail, malgré ce consensus fort en faveur de la cause environnementale, chacun réagit à sa manière et à son rythme. En effet, pour une partie des Français, la conscience écologique peine à se traduire dans les faits. Ils sont ainsi 41 % à reconnaître ne pas s’engager par des actes concrets en faveur de la protection de l’environnement. A l’inverse, la moitié des sondés (50 %) affirment être engagés dans des actions écologiques, que ce soit depuis longtemps (30 %) ou plus récemment (20 %).

Refonte du label ISR : une nécessité pour près de 2/3 des Français

Cet engagement par les actes peut, entre autres, passer par l’épargne, et les Français en ont conscience. Ils sont ainsi 58 % à déclarer que la refonte du label ISR vers un modèle plus exigeant, et donc plus vertueux, est une nécessité, contre 32 % pour lesquels la mesure est peu nécessaire et 10 % pas du tout.  

Des résultats encourageants qui font écho à l’importance que les Français accordent à l’impact de leur épargne. En effet, pour 56 % d’entre eux les répercussions sociales et écologiques de leurs économies sont un réel sujet de préoccupations, tandis que seuls 10 % des interrogés n’y attachent aucune importance et 33 % peu d’importance.

67 % des Français prêts à rogner sur leur marge pour protéger la planète

Mais jusqu’où les Français sont-ils prêts à aller ? Pour deux solutions d’investissement à même taux de rendement, près de 70 % d’entre eux opteraient pour une solution responsable. Une manière d’aligner leur épargne avec leurs valeurs. Rien d’étonnant a priori. Et pourtant, la santé de leur épargne n'est plus une cause d'hésitation susceptible d’interférer avec leurs préoccupations écologiques : 60% des Français se disent ainsi prêts à rogner sur leur marge si leur investissement peut protéger la planète. Un signal positif très fort !

Lire (3 min.)

La dette d’infrastructures fait l’objet d’un nouveau fonds chez Aviva Investors

La Rédaction
Le Courrier Financier

Florent Del Picchia, à Paris, et Sarah Wall, à Londres, tiendront les renes du fonds dédié à la dette d’infrastructures senior libellée en euro. Le fonds pourra investir dans l'énergie (production et renouvelables), les services aux collectivités, les transports ou encore les infrastructures sociales, avec un objectif de performance brute situé entre 180 à 200 points de base au-dessus du taux Euribor ou du mid-swap.

La dette d'infrastructures : une classe d'actifs attrayante

Le fonds a déjà clôturé sa première levée de fonds, grâce à l'accompagnement de cinq compagnies d’assurance européennes, et confirme ainsi l'intérêt croissant des investisseurs pour cette classe d'actifs. .

« Aviva Investors possède une longue expérience en matière d’origination des actifs et un historique de performance significatif sur le segment de la dette d’infrastructures. Le succès de cette première levée de fonds est révélateur de la forte demande des investisseurs institutionnels pour les actifs capables de générer des revenus stables à long terme assortis d’un faible niveau de volatilité », commente Antoine Maspétiol, Responsable de l’activité Dette Privée chez Aviva Investors France.

La dette d’infrastructures est l’une des composantes essentielles de la plateforme d’Aviva Investors, premier gestionnaire du Royaume-Uni et dixième européen en termes de gestion d'actifs d’infrastructures pan-européennes, en 2017. Désormais pleinement déployé, le premiers fonds de dette d’infrastructure d’Aviva Investors a été clôturé avec 450 millions d’euros d’engagements.

Avec près de 42 milliards d’euros en actifs réels, Darryl Murphy, Responsable de la dette d’infrastructures, dirige, entre Londres, paris et Toronto, une équipe de 26 professionnels, qui gère plus de 6 milliards d’euros d’actifs à l’échelle mondiale.

    Vous aimerez aussi  https://www.lecourrierfinancier.fr/asset-management/breve/aviva-investors-annonce-le-closing-dun-nouveau-fonds-dedie-a-la-dette-immobiliere-19622
Lire (2 min.)

Les nouvelles dimensions du capitalisme

Philippe Crevel
Cercle de l'Epargne
Le 6 février 2018, la société Space X d’Elon Musk, le fondateur de l’entreprise de voitures électriques a réussi à satelliser un de ses cabriolets grâce à son lanceur Falcon Heavy, l’un des plus puissants jamais construits. L’objectif d’Elon Musk est la conquête de la planète Mars d’ici 2030. Issu du nouveau monde des entreprises, de ces start-ups dont les dirigeants deviennent milliardaires en quelques années, Space X réussit, dans le secteur ultrasophistiqué de l’aérospatiale, à voler la vedette aux structures étatiques que sont la NASA ou Arianespace. Le succès de Falcon Heavy traduit-il l’hégémonie croissante des entreprises et des plus technologiques d’entre-elles et le déclin des vieilles structures publiques ? Par ailleurs, n’existe-il pas deux modes de développement, l’un axé sur des entreprises à tendance monopolistique et l’autre avec des entreprises contrôlées plus ou moins fortement par l’État ?
Lire (9 min.)

Alimenter les villes « intelligentes » en énergie propre

Philippe Rohner
Les villes intelligentes réinventent notre manière de produire, de stocker et d’utiliser l’énergie. C’est une occasion unique pour les investisseurs de contribuer à la conception des métropoles de demain.
Lire (4 min.)