Covid : la rémunération des dirigeants a-t-elle (enfin) évolué ?

Cesare Vitali
D'après une récente étude, la rémunération moyenne des dirigeants de l’indice boursier SBF 120 a baissé en 2020. Quel a été l'impact de la crise sanitaire sur les rémunérations des dirigeants de grandes entreprises ? Le point avec Cesare Vitali, Responsable ISR chez Ecofi.
Lire (3 min.)

DNCA – Beyond Day #2 : finance responsable, quelle place pour l’humain ?

« Se reconnecter au vivant pour investir autrement ». Le 15 septembre 2021, DNCA Finance organisait la 2e édition du Beyond Day pour évoquer la place de l'humain dans la finance durable. Quel équilibre trouver entre les critères environnementaux (E), sociaux (S) et de gouvernance (G) ?
Voir (<1 min.)

Europe : projet de taxonomie sociale, c’est parti !

François Lett
Depuis 2020, la taxonomie européenne porte la montée en puissance de la finance durable. Quels sont les enjeux ESG sous-jacents ? Comment cette taxonomie va-t-elle se déployer ?
Lire (4 min.)

Rapport AFG sur le vote : ce qu’il faut retenir

François Lett
Dans son enquête 2020 sur l'exercice du droit de vote par les sociétés de gestion (SDG), l'Association française de gestion (AFG) dresse un bilan de cette pratique. Comment le vote en AG permet-il aux SDG d'exercer leur rôle de contrôle et d'amélioration de la gouvernance des entreprises ? Le point avec François Lett, Directeur du département éthique et solidaire chez Ecofi.
Lire (4 min.)

TwentyFour Asset Management nomme son PDG

TwentyFour Asset Management (TwentyFour AM) — société de gestion spécialisée dans l’obligataire, et boutique du Groupe Vontobel — annonce ce mercredi 8 décembre la nomination de son directeur général. Dans le cadre de ses nouvelles fonctions, Ben Hayward (associé fondateur de TwentyFour) remplacera Mark Holman, qui était le PDG de l’entreprise depuis sa création en 2008 et qui quittera cette fonction en janvier 2022.

Croissance rapide de TwentyFour AM

Au cours de la dernière décennie, TwentyFour a connu une croissance rapide de ses encours sous gestion et du nombre de clients. Durant cette période, Mark Holman combine ses fonctions de PDG avec celles de gérant à plein temps pour le fonds phare de TwentyFour, Strategic Income. La croissance de la société rend difficile le cumul de ces deux fonctions. C’est pourquoi Mark Holman consacrera désormais 100 % de son temps à la gestion en tant que membre de l'équipe Obligations multisectorielles de la société.

Ben Hayward est membre du comité exécutif de TwentyFour depuis six ans, et le restera en tant que PDG. Il abandonnera ses responsabilités de gérant ABS, mais restera membre du comité d'allocation d'actifs de la société. Les trois associés actuels de l'activité ABS, Rob Ford, Douglas Charleston et Aza Teeuwen, ainsi que huit autres professionnels de l'investissement, continueront de gérer cette stratégie.

Maintenir les performances à long terme

TwentyFour va également élargir son comité exécutif avec l'arrivée de deux associés : Eoin Walsh et Sujan Nadarajah, qui font suite à l'arrivée de John Magrath (associé) plus tôt cette année. « Au fur et à mesure de notre croissance, nous avons constamment investi dans nos activités, notre personnel et, bien sûr, dans notre propre équipe de direction », déclare Graeme Anderson, président de TwentyFour Asset Management.

« Ben Hayward a été un membre clé de notre équipe de gestion pendant de nombreuses années et je me réjouis de continuer à travailler avec lui en tant que nouveau PDG. Ces changements représentent une évolution positive naturelle chez TwentyFour AM qui, selon nous, est dans le meilleur intérêt de nos clients, et nous aidera à maintenir notre excellente performance à long terme », conclut Graeme Anderson.

Lire (2 min.)

Changement climatique : RGreen Invest lance son 3e fonds dédié au financement court-terme des acteurs de l’adaptation

RGreen Invest — société de gestion française indépendante créée en 2013, entreprise à mission, spécialiste du financement de la transition énergétique — annonce ce mercredi 8 décembre le lancement de son troisième fonds dédié au financement court-terme des acteurs de l’adaptation au changement climatique. Ce véhicule vise une taille cible de 200 M€.

L’heure est au premier closing du fonds Infrabridge III à 105 M€, soit plus de la moitié de son objectif cible. Anciennement connu sous le nom Nouvelles Energies, ce véhicule se destine au besoin de financement en dette court-terme des impulseurs clés de la transition énergétique et climatique.

Financement flexible pour la transition énergétique

Les établissements financiers classiques se sont récemment adaptés pour répondre plus vite aux besoins en dette senior des développeurs sur des projets prêts à construire, mais ils manquent toutefois de réactivité sur des projets en phase de développement. Partant de ce constat, Infrabridge III a été conçu pour apporter une solution aux développeurs européens qui nécessitent un financement rapide en phase d’amorçage, afin qu’ils puissent bénéficier par la suite d’un financement bancaire compétitif.

« Du fait de la compétitivité des énergies renouvelables par rapport aux énergies fossiles, nous sommes passés d’un monde subventionné à un monde rentable accélérant ainsi le nombre de projets EnR, d’e-mobilité et de stockage en développement. Nous soutenons cette dynamique d’accélération en dotant rapidement les développeurs des outils financiers nécessaires pour les accompagner dans la phase critique de développement », indique Nicolas Rochon, Président fondateur de RGreen Invest.

S'adapter aux évolutions du secteur 

Les solutions Infrabridge se veulent flexibles pour s’adapter au mieux à un marché en forte évolution. Par leurs tailles d’environ 200 M€ et leurs maturités courtes, ces solutions s’investissent très vites et permettent de proposer aux investisseurs une performance attractive.

Ainsi, Infrabridge III investit-il en dette court-terme dans des projets greenfield (en développement ou prêts à construire) ou brownfield, mais également au niveau de la maison mère jusqu’à ce qu’une solution de refinancement long terme prenne la relève ou que le partenaire cède ses actifs, selon sa stratégie. 

Si les projets et sociétés financés par les deux premiers millésimes sont localisés ou opèrent principalement dans l’Espace Economique Européen, Infrabridge III se donne la possibilité d’investir hors Europe dans les pays de l’OCDE afin de favoriser le développement à l’international des partenaires historiques de RGreen Invest.

Lire (3 min.)

Dirigeants : les actionnaires n’hésitent plus à exprimer leur mécontentement sur les rémunérations injustifiées

François Lett
En pleine saison des résultats d'entreprises, les actionnaires manifestent leur mécontentement envers les rémunérations jugées excessives. La crise va-t-elle favoriser une évolution de la gouvernance, vers moins d'écarts salariaux ?
Lire (3 min.)

Capital-investissement : France Invest et Skema créent une formation pour accélérer la parité

France Invest — association qui regroupe les professionnels du capital-investissement — annonce ce lundi 17 mai la création avec SKEMA Business School de formation formations spécifiques pour favoriser la parité et la place des femmes dans le capital-investissement. Objectif, féminiser les effectifs et briser le plafond de verre.

Lutter contre les inégalités

La charte parité publiée par France Invest en 2020 engage ses 274 signataires — soit les trois quarts des adhérents de l'association — à atteindre des objectifs ambitieux, notamment d'ici 2030 :

  • 40 % de femmes dans les équipes d'investissement des sociétés de gestion ;
  • au moins 30 % de femmes aux comex des entreprises de plus de 500 salariés accompagnées par les sociétés de gestion.

Pour permettre à ses membres et leurs participations d'atteindre leurs engagements, France Invest s'est rapproché de SKEMA Business School. La grande école de management s'engage dans le domaine de l'égalité professionnelle, de l'inclusion et de la diversité. Sa Chaire « Femmes et entreprises » lutte contre l'inégalité des sexes par un ensemble d'actions auprès de ses étudiants et de ses partenaires.

Trois parcours possibles

L'école publie également chaque année les résultats de l'Observatoire SKEMA de la féminisation des entreprises. Elle a créé pour France Invest trois parcours de formation et une série de masterclasses et d'ateliers sur les thèmes de la parité et de la performance. Ces parcours débuteront en juin 2021 :

  • Parcours 1 : Femmes dans les conseils. Ce parcours s'adresse aux femmes qui exercent ou souhaitent exercer une fonction au sein d'un organe de gouvernance. Couplé au module « Administrateurs : mettre en place une gouvernance créatrice de valeur » qui vise à développer des savoir-faire, ce parcours cible surtout les savoir-être : dépasser les biais de genre et prendre conscience de sa légitimité, développer sa capacité d'influence, développer son assertivité, intervenir avec impact dans des organes de gouvernance, développer son personal branding... La pédagogie est centrée sur des mises en situation, de l'intelligence collective et sur l'apprentissage par les pairs. Pour faire bouger les lignes et donner confiance aux femmes, ce parcours s'appuie sur une approche expériencielle et est enrichi d'une masterclass qui aborde le thème de la parité sous le prisme de la performance animée par le Professeur Michel Ferrary qui dirige l'Observatoire SKEMA de la féminisation des entreprises.
  • Parcours 2 : Assertivité et leadership au féminin. Ce parcours s'adresse aux femmes souhaitant développer leur assertivité et leur leadership en se concentrant sur les savoir-être : décrypter les biais de genre pour les dépasser, prendre conscience de sa légitimité, adopter une communication assertive et gérer les moments difficiles, développer sa capacité d'influence et adopter une posture de leader. La pédagogie est centrée sur des mises en situation, de l'intelligence collective et sur l'apprentissage par les pairs. Ce parcours s'appuie également sur une approche expériencielle et est enrichi d'une masterclass qui aborde avec le Professeur Ferrary, le thème de la parité au travers de la performance.
  • Parcours 3 : Femmes et hommes engagés pour faire bouger les lignes. Cet atelier de team-building vise à fédérer les femmes et les hommes autour de la parité pour leur faire prendre conscience de la nécessité de bouger les lignes à tous les niveaux (individuel et collectif). Pour cela, il s'appuie sur une masterclass et sur une approche expériencielle faite de mises en situation et de jeux de rôles. L'objectif ? Créer de la cohésion et impulser le changement.

Donner leur place aux femmes

« Pour faire bouger les lignes et donner confiance aux femmes, un travail important doit être fait sur la déconstruction des stéréotypes de genre portés par chaque individu, hommes et femmes, sur la place des femmes dans le monde du capital-investissement. La présence accrue de ces dernières et la progression vers la mixité et la parité peuvent certainement contribuer à faire évoluer positivement les pratiques professionnelles ; et ainsi à ne pas se priver de précieux talents », analyse Stéphanie Chasserio, Professeure de management et co-titulaire de la Chaire Femmes & Entreprises à SKEMA Business School.

« Notre détermination est claire : les femmes ont toute leur place dans les métiers de l'investissement et à la direction des entreprises. Il s'agit à la fois d'une question d'égalité professionnelle et de performance, de nombreuses études démontrant que des équipes mixtes génèrent plus de valeur. Notre volonté est nette : apporter à nos membres les outils pour franchir les étapes vers la parité. Sur ce chemin, notre partenariat avec SKEMA Business School est un palier important pour sensibiliser et former notre communauté », ajoute Dominique Gaillard, Président de France Invest.

Lire (5 min.)

Sociétés de gestion : à peine 3 % de femmes PDG

D'après une récente étude du cabinet de recrutement Heidrick & Struggles, les asset managers ont encore du chemin à faire pour atteindre la parité. Les femmes sont nombreuses dans les conseils d'administration, mais ne représentent que 3 % des PDG. De quoi ajouter un nouvel objectif ESG pour le secteur ? Le point avec Le Courrier Financier.
Lire (4 min.)

Assemblée générale : Neuberger Berman reconduit l’initiative NB Votes

Neuberger Berman — société de gestion indépendante détenue par ses salariés — annonce ce mardi 20 avril la deuxième année consécutive de son initiative NB Votes (auparavant NB25+). Elle vise à divulguer publiquement ses intentions de vote proxy en amont de l'assemblée générale (AG). Objectif, expliquer l’orientation et les raisons du vote de la société.

L'initiative a été rebaptisée dans le cadre du renforcement et du développement de cette initiative à l’international. La société communiquera ainsi ses votes à l'avance sur une série de questions clés en fonction de ses neuf principes de gouvernance et d'engagement.

ESG, améliorer la transparence

Neuberger Berman est la première grande société de gestion d'actifs à détailler à l’avance ses votes proxy. A la suite de la pandémie mondiale de 2020 et des mouvements de justice sociale, NB Votes s’intéressera à plusieurs thèmes clés, notamment la diversité, la gestion du capital humain, l'allocation du capital, l'équité salariale, l'égalité raciale, les contributions politiques et le changement climatique.

Neuberger Berman vise à accroître le rendement pour les actionnaires, à remplir ses responsabilités fiduciaires envers ses clients et à promouvoir la transparence et la responsabilité. L'initiative NB Votes donne l’occasion à la société de communiquer sur ses attentes concernant une variété de sujets et de démontrer le raisonnement complexe nécessaire aux décisions de vote.

NB Votes améliore également la transparence globale de l'approche du proxy voting — qui constitue un point essentiel pour les clients, ainsi que pour les entreprises, les régulateurs et les acteurs du marché en général. Les divulgations préalables des votes font partie intégrante de l'approche de gestion active du portefeuille de la société. Elles sont menées par plus de 600 professionnels en investissement, en dialogue constant avec les entreprises dans lesquelles Neuberger Berman investit.

Dialogue avec les investisseurs

« L'année dernière, nous avons organisé plus de 3 500 réunions d'engagement avec les équipes de direction des entreprises des segments actions et crédit, et nous avons annoncé à l'avance les raisons qui ont motivées nos votes lors de 31 réunions d'actionnaires. En y repensant, les équipes de direction des entreprises ont apprécié la clarté de l'explication de notre logique de vote, car elle a permis un dialogue plus solide avec nos professionnels en investissement », déclare George Walker, CEO de Neuberger Berman.

« Les clients ont également apprécié le fait que les votes n'étaient pas exprimés de façon systématique, mais qu'ils pouvaient voir la nuance des raisons pour lesquelles nous pouvions soutenir une proposition d'actionnaire dans une entreprise et pas dans une autre. Alors que le proxy voting devient de plus en plus complexe, nous pensons que les gérants de fonds peuvent saisir cette opportunité pour expliquer leurs décisions basées sur leurs recherches concernant différentes questions ESG essentielles », ajoute-il.

D'après Neuberger Berman, aucun autre grand gérant de fonds — avec plus de 100 milliards de dollars d'actifs sous gestion — ne communique ses principaux votes bien en amont des AG. « Une année comme celle de 2020 illustre parfaitement pourquoi nos efforts en matière de proxy voting doivent être dynamiquesAvec la pandémie, un projecteur a été braqué sur l'importance et la complexité des questions ESG », déclare Caitlin McSherry, Director of Stewardship chez Neuberger Berman.

Communications de NB Votes

Les détails et l’explication de chaque point spécifique des NB Votes se trouvent sur le nouveau site dédié à cette initiative. De nouveaux votes et de nouvelles explications seront ajoutés tout au long de la saison de proxy voting. Ci-dessous les dernières communications de NB Votes en vue des prochaines AG :

  • lors des votes sur trois sujets : un conseil d'administration indépendant, la divulgation des risques climatiques et le rapport sur la diversité et l'inclusion, nous votons contre la direction de Berkshire Hathaway Inc. Dans le cadre de l'élection des administrateurs, nous votons contre la direction car le conseil d'administration ne dispose pas actuellement d'un administrateur indépendant. En ce qui concerne la proposition d’actionnaires relative à l'établissement de rapports sur les risques et les opportunités liés au climat, nous voterons contre la direction car nous cherchons à obtenir des rapports plus solides. Des préoccupations similaires concernant les rapports sur la diversité et l'inclusion nous amèneront à voter contre la direction pour la proposition d'actionnaires concernant ces rapports ;
  • HCA Healthcare : Nous sommes alignés avec la direction et nous voterons contre une proposition d'actionnaires sur la qualité des évaluations. Nous sommes satisfaits du programme de rémunération de l'entreprise et des mesures liées aux résultats sur les patients qu'il inclut ;
  • Kellogg Company : Nous voterons pour une proposition d'actionnaires sur le droit de convoquer une assemblée générale extraordinaire. Neuberger Berman soutient généralement le droit des actionnaires à convoquer une assemblée générale extraordinaire et pense qu'un seuil de l'ordre de 20 % à 25 % est approprié pour la plupart des sociétés, lorsque d'autres circonstances, telles qu'un actionnaire unique important, n'entraînent pas de risque d'abus ;
  • NB Votes a eu deux exemples récents d'engagement au niveau mondial. Le premier, avec la marque de sport japonaise Asics Corporation, à la fin mars, nous avons voté contre le renouvellement du mandat de la direction en raison de ses mesures anti-OPA. Le second, chez Ferrovial S.A., nous sommes heureux de voter avec le conseil d'administration sur une proposition de la direction demandant aux actionnaires d'approuver son plan de réduction des émissions de gaz à effet de serre et nous soutenons les efforts continus de la société pour faire progresser ses pratiques et ses communications en matière de climat et de les aligner sur les intérêts des actionnaires.
Lire (6 min.)

Turgot Capital passe la barre du milliard d’euros d’encours

Turgot Capital — groupe financier indépendant créé à Paris en 2003 — annonce ce mercredi 8 décembre qu’il vient de dépasser le milliard d’euros d’encours gérés et/ou conseillés. Turgot Capital concentre ses expertises autour de quatre filiales dédiées et verticalement intégrées : la gestion d’actifs financiers & immobiliers avec Turgot Asset Management, le courtage avec Turgot Life et […]

Turgot Capital — groupe financier indépendant créé à Paris en 2003 — annonce ce mercredi 8 décembre qu’il vient de dépasser le milliard d'euros d'encours gérés et/ou conseillés. Turgot Capital concentre ses expertises autour de quatre filiales dédiées et verticalement intégrées : la gestion d'actifs financiers & immobiliers avec Turgot Asset Management, le courtage avec Turgot Life et le conseil avec Turgot Wealth et Turgot Real Estate.

Sa clientèle — historiquement les investisseurs privés — s’est fortement développée ces 12 derniers mois sur le segment des investisseurs institutionnels. Le groupe compte actuellement 22 collaborateurs. Depuis sa création, la société a connu un développement constant. Celui-ci s’est fortement accéléré cette année avec le référencement en unité de compte (UC) de son produit phare, la SCI ViaGénérations chez deux nouveaux assureurs : Swiss Life et Generali.

Succès de la collecte des fonds

La qualité des performances de ses principales stratégies : la Gestion Obligataire Flexible au travers de son fonds Turgot Oblig Plus noté 5 étoiles par l’agence QUANTALYS et de sa gamme de fonds de Multigestion HASTINGS, a également contribuée à porter le fort développement des encours du groupe.

Les stratégies de gestion du groupe trouvent ainsi leur place dans les allocations d’actifs des investisseurs en assurance vie, dont la collecte s’est très fortement développée ces derniers mois. La collecte des fonds Turgot est également portée par le succès des Plans d'Épargne Retraite (PER). En octobre 2021, la Fédération française de l’assurance (FFA) annonçait des chiffres records dans les placements en UC et un développement rapide des PER.

L'essor de la SCI Viagénérations

« La bonne tenue sur trois ans de notre gestion traditionnelle sur les marchés financiers permet d’asseoir notre développement. Depuis plus de quatre ans, nous avons étendu notre savoir-faire à l’immobilier et avons ainsi accéléré notre croissance »déclare Waldemar Brun-Theremin, Directeur Général Associé et Directeur des Gestions.

La SCI ViaGénérations a fêté ses 4 ans en octobre dernier. Son profil de risque a évolué d'un SRI 3 à un SRI 2. Elle affiche une croissance de la performance de son UC de +5,21 % au 1er décembre 2021. Aujourd’hui, la régularité des performances, que la SCI ViaGénérations affiche depuis sa création, la positionne en tête de sa catégorie : +6,81 % en 2020, +6,73 % en 2019, +6,42 % en 2018, et déjà +6,12 % sur un an glissant. Cela représente une performance cumulée de +27,64 % depuis sa création en 2017.

Lire (3 min.)

Santé : REALITES signe un partenariat avec Norma Capital

REALITESgroupe de développement territorial — annonce ce mercredi 7 décembre la signature d’un accord avec Norma Capital qui s’engage à acquérir, via ses fonds labellisés ISR Immobilier, les murs des futurs Pôles Santé MedCorner City, filiale de maîtrise d’usage du Groupe.

MedCorner City, répondre professionnels de santé libéraux

MedCorner City a pour vocation d’être utile aux professionnels de santé, aux territoires et à leurs habitants par l’implantation et l’exploitation de Pôles Santé attractifs, et de répondre ainsi aux principaux enjeux « santé » de proximité.

En ce sens, les Pôles Santé MedCorner City proposent un environnement de travail et des services adaptés aux besoins et aux usages des professionnels de santé libéraux, que ce soit en termes de mutualisation des moyens, de simplification des formalités d’installation et d’exercice, ou encore de développement du parcours de soins des patients en s’appuyant sur les forces d’une équipe pluridisciplinaire.

Outre le regroupement de professionnels de santé locaux désireux de faire évoluer leur mode d’exercice, MedCorner City apporte une solution aux territoires et à leurs habitants en créant, par l’identification de cette destination santé, les conditions pour en attirer de nouveaux. MedCorner City entend ainsi lutter contre la désertification médicale dans les territoires, en particulier dans les villes moyennes.

Fair Invest, la santé et l’éducation

Partageant la même vision d’un immobilier socialement utile, Norma Capital, Société de Gestion de Portefeuille dans l’immobilier gérant 750 M€ d’actifs, s’engage à se porter acquéreur des murs des futurs Pôles Santé exploités par MedCorner City. L’acquisition des futurs Pôles MedCorner City par Norma Capital s’effectuera notamment pour le compte de sa SCPI Fair Invest labellisée ISR immobilier.

Créé en juillet 2018, ce fonds à capital variable investit en immobilier tertiaire en prenant systématiquement en compte des critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG). Dans ce cadre, le fonds investit dans des activités socialement utiles, dont principalement la santé et l’éducation, tout en excluant certains secteurs d’activité de son parc immobilier — exploitation de matières fossiles, armement, etc. À travers sa stratégie d’investissement, Fair Invest permet d’investir dans une épargne utile et responsable.

4 à 5 Pôles Santé MedCorner City par an

Ciblant en France les quartiers des grandes villes offrant des opportunités (déficit d’offre ou volonté de regroupement des professionnels de santé), mais aussi les agglomérations de 20 000 à 100 000 habitants, soit 26 % de la population, MedCorner City prévoit de développer en moyenne quatre à cinq Pôles Santé par an. Dimensionné en fonction d’une étude d’opportunité, chaque nouveau Pôle représente en moyenne une surface de 800 m².

À ce jour, cinq Pôles Santé sont en cours de construction, tandis que six autres Pôles sont en phase de montage. L’objectif est d’ouvrir 20 établissements à horizon 3/5 ans. Dans le premier portefeuille validé par Norma Capital, les trois Pôles, tous en travaux, totalisent plus de 2 800 m² pour un investissement global de l’ordre de 10 M€ :

  • Pôle Santé Gavarnie à Villenave d’Ornon (Gironde) : 536 m² mis en service au 3e trimestre 2022 ;
  • Pôle Santé de la Paix à Cherbourg - Equeurdreville (Manche) : 533 m² mis en service au 1er trimestre 2023 ;
  • Pôle Santé Les Villes Dorées à Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) : 1 630 m² mis en service au 2e trimestre 2023.

Un partenariat tripartite et complémentaire

Ce partenariat s’appuie désormais sur des expertises complémentaires :

  • REALITES, développeur territorial, pour le développement et le montage des Pôles Santé, à travers REALITES LIFE+, sa filiale dédiée aux ouvrages dans les domaines de la santé, du médico-social, de l’immobilier géré et de l'habitat spécifique, ou ses Directions de la Maîtrise d’Ouvrage en Régions ;
  • Norma Capital, gérant d’épargne immobilière pour le grand public et investisseur précurseur dans l’investissement socialement responsable, pour le portage des murs ;
  • MedCorner City pour le conseil aux collectivités, la conception, l’aménagement, et l’exploitation des Pôles Santé.

Développer l'offre de santé de proximité

« Notre partenariat avec Norma Capital consacre la pertinence de notre positionnement d’acteur d’un développement territorial soucieux des enjeux sociaux, sociétaux et environnementaux. Il marque la concrétisation des perspectives de développement de notre activité d’usage santé avec MedCorner City, qui ambitionne de repenser les services en soins médicaux et paramédicaux de proximité sur un marché où l’offre est structurellement déficitaire », déclare Yoann Choin-Joubert, PDG du groupe REALITES.

« Nous sommes enthousiastes face aux perspectives de développement d’une offre de santé de proximité sur l’ensemble du territoire, actuellement déficitaire. Ce partenariat permet à Norma Capital de poursuivre sa stratégie d’investissement à impact social et sociétal. MedCorner City porte un projet valeureux pour l’ensemble de nos associés en recherche de sens et d’utilité pour leur épargne », déclare Faïz Hebbadj, Président de Norma Capital.

« Nous sommes fiers de la confiance que nous accorde Norma Capital qui, grâce à son soutien, sécurise le développement du réseau MedCorner City. Forts de ce partenariat, nous avons pour objectif de créer entre 15 et 20 Pôles Santé d’ici 2024 et faire de notre activité une marque de référence dans la qualité des soins médicaux et paramédicaux de proximité », déclare Julien Omnes, Cofondateur et Directeur Général de MedCorner City.

Lire (6 min.)

Finance verte : LFDE adopte une stratégie climat et renforce sa politique charbon

La Financière de l’Echiquier (LFDE) — société de gestion entrepreneuriale— annonce ce mardi 30 mars adopter une stratégie climat et ajuster sa gouvernance climatique. Le périmètre de la stratégie climat est identique à celui de sa démarche d’intégration Environnementale, Sociale et de Gouvernance (ESG). Cette stratégie climat compte neuf engagements afin de mobiliser clients et entreprises, au-delà des recommandations de la Task Force on Climate-related Financial Disclosures (TCFD).

LFDE déploie une stratégie climat pragmatique et transparente, associée à un processus annuel d’évaluation et de révision. Conçue en partenariat avec I Care & Consult, cette stratégie ambitieuse comprend la formation aux sujets finance-climat du conseil d’administration et du comité exécutif de LFDE, ainsi que de l’ensemble des équipes, afin d’intégrer les enjeux climatiques au sein de tous les métiers et dans toutes les prises de décision.

Mesure l'empreinte carbone

Pour mieux maîtriser son exposition aux risques climatiques, LFDE entreprend de mesurer les risques physiques et de transition des fonds ISR d’ici fin 2021, et de tous les autres fonds fin 2022. Le déploiement de la mesure de l’empreinte carbone sur l’ensemble des portefeuilles sera étendu au scope 3, et celui de la mesure de la part verte, aligné avec la taxonomie européenne. Ils seront effectifs fin 2021.

La stratégie Climat de LFDE se fonde sur le score Maturité Climat, déterminé grâce à une méthodologie propriétaire, portant sur la gouvernance et les engagements climatiques ainsi que sur la transition juste. Une démarche permettant de cerner la qualité climat des émetteurs et de sélectionner ceux dont la transition est en bonne voie et auprès desquels LFDE pourrait s’engager.

Mobiliser les entreprises

Pour mobiliser les entreprises, LFDE consolide sa démarche d’engagement en renforçant les priorités climat de sa politique de vote, en intégrant systématiquement les sujets climatiques dans le dialogue avec les entreprises et en intensifiant ses exigences envers les secteurs les plus émissifs, dans le cadre d’une politique charbon stricte.

Afin de mobiliser ses clients dans la transition de la gestion de leur épargne, LFDE déploie des initiatives pédagogiques, dont un accompagnement spécifique de la prise en compte des sujets climatiques. L’engagement auprès des entreprises et des clients s’enrichira d’un séminaire Climat annuel, une initiative unique sur la Place de Paris réunissant des experts climatiques, et destinée à stimuler l’échange de bonnes pratiques.

Politique charbon de LFDE

Dans le cadre de sa stratégie climat, LFDE s’engage également à exclure totalement le charbon thermique de ses investissements d’ici 2030, en appliquant des restrictions strictes et progressives, en lien avec les évolutions de la Global Coal Exit List de l’ONG allemande Urgewald.

La politique charbon de LFDE se traduit — à compter du 1er janvier 2021 — par le déploiement d’une politique d’exclusion renforcée, qui jusqu’ici concernait l’exclusion des entreprises impliquées dans l’extraction de charbon thermique avec un seuil de 5 % du chiffre d’affaires. Ainsi, LFDE n’investit-elle plus dans les entreprises :

  • qui développent de nouveaux projets impliquant l’utilisation de charbon thermique ;
  • qui réalisent plus de 5 % de leur chiffre d’affaires dans l’extraction de charbon thermique (exclusion en vigueur depuis 2018) ou plus de 20 % de leur chiffre d’affaires dans les activités liées au charbon thermique ;
  • dont la production d’électricité à base de charbon thermique excède 20 % de leur mix énergétique, dépasse 10 millions de tonnes/an ou dont la puissance des centrales dépasse 5 GW.

Cette politique charbon s’accompagne d’une démarche d’engagement actionnarial renforcée. « Notre ambition est à présent de devenir un acteur de référence sur les sujets finance-climat. La gestion d’actifs a un rôle majeur à jouer pour lutter contre le réchauffement climatique et orienter les capitaux vers les entreprises les plus engagées. LFDE entend être moteur et force d’innovation pour contribuer à relever le défi climatique » déclare Bettina Ducat, Directrice Générale de LFDE.

« A l’heure où l’urgence climatique exige des entreprise l’adaptation de leur business modèle, nous renforçons notre attention sur la gouvernance climatique de nos participations, mais aussi notre engagement auprès des entreprises. Notre exigence est le reflet de celle que notre société de gestion s’applique à elle-même », déclare Olivier de Berranger, Directeur Général Délégué en charge de la Gestion d’Actifs.

Lire (4 min.)

Finance durable : petit précis de Gouvernance

Coline Pavot
L'essor de la finance durable passe par la l’amélioration de la gouvernance des entreprises. Comment s’assurer de la sincérité de la démarche RSE d’une entreprise ? L'éclairage de Coline Pavot, Responsable de la Recherche Investissement Responsable, La Financière de l’Echiquier (LFDE).
Lire (4 min.)