En devise locale ou forte, les obligations émergentes recèlent encore de la valeur

David Bessey
L’environnement macroéconomique demeure robuste à l’échelle globale. La reprise de la croissance est synchronisée aux Etats-Unis, en Europe et au sein des pays émergents, l’évolution des indices PMI reflètent un momentum de croissance économique favorable, tant dans les économies développées que dans les pays émergents. Ces derniers profitent d’un rebond de l’activité économique assez significatif depuis l’été 2016.
Lire (2 min.)

Les pays de la zone euro ont rétabli leurs balances courantes

Stefan Kreuzkamp
La stabilité de la zone euro n’est plus un sujet d’inquiétude pour les marchés. À juste titre ?
Lire (2 min.)

Chine : ralentissement de l’activité en octobre

Matthieu Grouès
Après un léger ralentissement de la croissance chinoise au troisième trimestre (+6,8% sur un an contre +6,9% au deuxième trimestre), les statistiques sur l’activité dans le pays en octobre sont ressorties en dessous des attentes des analystes, en particulier la production industrielle (+6,2% sur un an contre +6,6% en septembre) et les ventes au détail (+10,0% sur un an contre +10,3% en septembre).
Lire (2 min.)

La dette d’Altice pèse sur les ambitions de Drahi

Alors que la croissance du niveau de dette des entreprises mondiales commence à inquiéter les marchés, l'avenir d'un des fleurons français des télécommunications et de la presse est en ballotage dangereux. Poussé par un appétit féroce, le milliardaire Patrick Drahi a multiplié les acquisitions au cours des dernières années (SFR, Libération, BFM...) et misé sur l'achat de contenus. Aujourd'hui endetté à hauteur de 51 milliards d'euros et violemment chahuté par les marchés, le groupe Altice peine à rassurer les investisseurs. Depuis juin dernier, l'action a perdu plus de 58% de sa valeur, pour tomber à 8,48 €. Les failles sont nombreuses : entre management fébrile de SFR et course effrénée aux contenus, Patrick Drahi s'avance sur un chemin semé d'embûches. Une ascension fulgurante mais fragile, qui n'est pas sans rappeler l'histoire d'une autre dégringolade... celle de Vivendi Universal, à l'époque pilotée par Jean-Marie Messier.
Lire (<1 min.)

Matignon Finances recrute son directeur de la gestion collective

En 2006, il rejoint Lyxor (groupe Société Générale) comme responsable de la gestion quantitative puis Absolute Return. Il reçoit avec son équipe plusieurs prix récompensant l’innovation et la performance de ses fonds. En 2011, il rejoint UBS/CCR AM comme Gérant Absolute return, en charge de la recherche.

Diplômé de l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées et de Sciences-Po Paris, Olivier Cornuot démarre sa carrière dans l’audit, et rejoint l’Inspection Générale de Paribas, où il couvre des missions à l’international sur les activités de marché et de gestion d’actifs. Il démarre sa carrière de gérant en 2000 chez BNP Paribas Asset Management, comme gérant de fonds diversifiés.

En 2016, il obtient un DU de Gestion de Patrimoine (Aurep Clermont-Ferrand).

Lire (1 min.)

Swiss Life AM lance un nouveau fonds obligataire marchés émergents

SLF (Lux) Bond Emerging Markets Corporates Short Term a été conçu pour répondre efficacement au défi d’une possible hausse des taux, dans le sillage notamment du relèvement des taux directeurs de la Fed. Pour les investisseurs en dette émergente, l’exposition aux obligations de maturité longue constitue aujourd’hui un facteur d’incertitude. Swiss Life AM souhaitait donc proposer une solution d’investissement conservatrice, permettant aux investisseurs de continuer à bénéficier des écarts de rendement supérieurs que recèlent les marchés obligataires émergents, tout en protégeant en partie leur portefeuille contre le risque de taux, via la sélection d’émissions de maturité courte (inférieures en moyenne à 2 ans).

SLF (Lux) Bond Emerging Markets Corporates Short Term est géré selon une approche d’investissement active et sélective : l’équipe privilégie les titres de notation Investment Grade  (qui représentent au minimum 90% de l’allocation, les titres High Yield pouvant compter pour 10% maximum) et libellés en devises fortes. Une couverture en euros y est associée dans le but de protéger le portefeuille face au risque de change.

Le portefeuille est diversifié grâce à la détention de près de 150 émissions réalisées par plus de 100 entreprises, issues de plus de 20 pays émergents. Enfin, le fonds affiche une volatilité réduite, dans la mesure où le rendement réside davantage dans le détachement des coupons que dans la variation des cours.

Déjà 100 millions d’euros d’actifs sous gestion

Le fonds ouvert le 29 septembre 2017 compte déjà 100 millions d’euros d’actifs sous gestion (au 31 octobre 2017).

« Des investisseurs externes ont très tôt manifesté leur intérêt pour cette nouvelle solution. Nous nous appuyons sur l’expertise de l’équipe de gestion, qui a déjà la responsabilité du fonds SLF (Lux) Bond Emerging Markets Corporates, lancé en 2014. Swiss Life Asset Managers renforce avec SLF (Lux) Bond Emerging Markets Corporates Short Term son expertise en dette émergente avec un second fonds « flagship ». Il vient étoffer notre gamme globale de solutions d’investissement centrée sur le pilotage du risque, qui remporte un franc succès auprès de nos clients investisseurs » précise Jean-Michel Nakache, Directeur Commercial et Marketing chez Swiss Life Asset Managers.

Lire (2 min.)

Brexit : vers un exode des professionnels de la finance ?

Alors que les discussions autour des modalités du Brexit battent leur plein dans les hautes sphères européennes, le sujet anime aussi les esprits des professionnels de la place londonienne. Combien d'entre eux envisagent un départ ? Estiment-ils que la compétitivité de la City s'est dégradée ? Le Courrier Financier vous propose une nouvelle infographie informative sur le sentiment des forces vives de la capitale britannique.
Voir

Des marchés généreusement valorisés : que reste-t-il à anticiper ?

Hervé Goulletquer
Environnement de marché : entre normalisation observée et espérée Une économie mondiale caractérisée par un indice de surprise en territoire nettement positif et des prévisions de croissance revues à la hausse : la normalisation est engagée sur le front de la croissance ! Dans ce contexte, les Etats-Unis et la Zone Euro continueraient de se « tirer la bourre », […]
Lire (2 min.)

Inde : les progrès de M. Modi

Stéphane Monier
Le premier ministre indien, Narendra Modi, dont l’élection il y a trois ans et demi avait suscité d’immenses espoirs, est désormais confronté à un ralentissement de la croissance et ses réformes font l’objet de critiques toujours plus nombreuses. Nous faisons ici le point sur ses réalisations jusqu’à aujourd’hui, sur les tâches qu’il devra accomplir à l’avenir et sur les opportunités d’investissement que présente, selon nous, la sixième économie du monde.
Lire (8 min.)

Momentum - Regain de tension sur les marchés financiers

Les actifs risqués n’ont pas connu de séquence baissière significative depuis le mois d’août dernier. Les conditions sont-elles en place pour que cette correction s’amplifie ? Notre expert Waldemar Brun-Theremin vous livre son analyse dans ce nouveau Momentum, votre incontournable rendez-vous financier !
Voir (<1 min.)

Eric Pinon rejoint La Financière de l’Echiquier

« Eric Pinon est un grand professionnel unanimement reconnu par ses pairs. Sa grande expérience des acteurs de l’épargne et de l’investissement sera un atout formidable pour notre marque, dans la perspective de son développement. Je suis ravi qu’il nous rejoigne afin de nous aider à promouvoir nos savoir-faire dans un environnement en profonde mutation, positionnant ainsi La Financière de l’Echiquier comme un acteur de la consolidation », a déclaré Didier Le Menestrel.

« Je suis enchanté de m’associer aux équipes de La Financière de l’Echiquier, une société entrepreneuriale qui a su construire au fil des ans, en toute indépendance, une plateforme complète de solutions et services performants. Cette plateforme – en particulier l’offre Echiquier Club développée depuis plusieurs années – constituera un socle idéal dans la perspective de l’inévitable fédération des acteurs de la gestion en France, un projet qui me tient à cœur », a ajouté Eric Pinon.

En parallèle de cette nouvelle fonction au sein de LFDE, Eric Pinon conserve les responsabilités de Président de l’AFG, un poste qu’il occupe depuis le 30 mai dernier.

Après avoir étudié la gestion à Paris I Sorbonne, Eric Pinon démarre sa carrière en 1978 chez l’agent de change Michel Puget où il devient fondé de pouvoir en 1985. Il crée Europe Egide Finance en 1989, une des premières sociétés de gestion que KBL France acquiert en 2003. En 2006, il rejoint Acer Finance en tant que Directeur général délégué en charge des clients, de la conformité et du contrôle interne. Président de l’AFG depuis mai 2017, Eric siège également à la commission consultative « Gestion et investisseurs institutionnels » de l’AMF.

Lire (2 min.)

Amundi PEF et Supernova Invest lancent le FCPI « Amundi Avenir Innovation »

Ce Fonds, dont les investissements en sociétés innovantes non cotées sont délégués par Amundi PEF, sa société de gestion à Supernova Invest, est destiné à financer des projets dans l’innovation technologique sur le territoire français et au sein de l’Union Européenne.

Lire (<1 min.)

Croissance économique : une question d’éducation ?

Bryony Deuchars
La corrélation positive entre éducation et croissance économique est un fait établi.
Lire (4 min.)