UE : Ursula Von der Leyen promet la neutralité carbone pour 2050

Cette semaine, la candidate franco-allemande Ursula Von der Leyen a été élue de peu présidente de la Commission européenne. Quelle politique économique va-t-elle mettre en œuvre ? Quel avenir pour la finance verte et l'économie bas-carbone ?
Lire (3 min.)

Obligations : Muzinich & Co. lance le fonds Global Short Duration Investment Grade

Muzinich & Co. — société de gestion indépendante, spécialisée dans la dette publique et privée d’entreprises — lance ce mardi 16 juillet le fonds Global Short Duration Investment Grade. Son encours s'élève à 352 millions d’euros en date du 9 juillet 2019, d'après les chiffres publiés par Muzinich. Ce véhicule d'investissement vise à générer une performance tout en limitant les risques de crédit et de taux d’intérêt.

Répondre à la demande des clients

Proposé au sein d'une structure UCITS, le fonds fournit une liquidité quotidienne. Il sera géré avec une duration maximale de 1,5 an et une notation moyenne minimum BBB. Le fonds considère les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) comme une partie intégrante du processus de recherche et respecte la liste d’exclusion de la Norges Bank Investment Management.

« La création de stratégies de crédit sur mesure en ligne avec les besoins de nos clients est la pierre angulaire de notre activité. Nous avons constaté une forte demande pour ce type de fonds de la part de nombreux clients dans différents pays », a déclaré Tom Douie, Global Head of Distribution. « Cela reflète les exigences actuelles des investisseurs européens qui cherchent à contrecarrer le pool croissant d'actifs à rendement négatif d’une grande partie du marché investment grade », ajoute-il.

Objectif de duration courte

Tatjana Greil-Castro dirige l'équipe de gestion, qui gère 13 Mds$ américains — données publiées le 30 juin 2019 — au sein des stratégies investment grade et crossover. Anthony DeMeo et Ian Horn seront co-gérants du fonds. « Nous pensons que le marché mondial des obligations investment grade offre de nombreuses opportunités pour les investisseurs qui adoptent une approche bottom-up sur le crédit, capables d’identifier des obligations d’entreprises de courte maturité dotées de fondamentaux solides », explique Tatjana Greil-Castro.

La gérante principale du fonds s'appuie sur sa longue expérience en investissement sur le marché des obligations d’entreprise. « Nous avons une longue expérience dans la gestion de portefeuilles de courte duration depuis le lancement de notre stratégie phare crossover en 2003. L’un de nos principaux points différenciants est que nous cherchons à atteindre l’objectif d’investissement du Fonds de duration courte en achetant uniquement des obligations. Nous n'utilisons pas d'instruments dérivés ou synthétiques pour réduire la duration dans nos portefeuilles », précise-t-elle.

Lire (3 min.)

Obligations vertes : DWS élargit sa gamme de fonds corporates durables

DWS Group — acteur mondial de la gestion d'actifs pour les institutionnels et clients privés — annonce ce lundi 15 juillet le lancement du véhicule DWS Invest ESG Euro Corporate Bonds. Ce fonds commun de placement durable investit en zone euro sur les obligations corporate investment grade. La gamme contient deux fonds gérés par Karsten Rosenkilde.

L'application des normes minimales de DWS limite le pool de titres disponibles de près de 20 % par rapport à la variante traditionnelle. Aujourd'hui, DWS Group gère un total de neuf fonds obligataires ESG pour un encours de plus de 2 milliards d'euros d'actifs sous gestion.

Stratégie d'investissement ESG

Le fonds DWS Invest ESG Euro Corporate Bonds exclut les secteurs controversés, ainsi que les entreprises qui violent le Pacte mondial des Nations Unies. En outre, la stratégie d'investissement s'appuie sur une approche « best-in-class », axée sur une variété d'indicateurs ESG individuels. Elle se concentre sur la réduction des émissions de CO2.

Joern Wasmund, responsable Fixed Income, DWS, explique l'intégration des critères ESG : « DWS est déterminé à prendre en compte les aspects de durabilité dans la gestion des fonds obligataires. Les critères ESG fournissent un cadre standardisé pour l'identification précoce des risques. Cela permet d'éviter d'importantes pertes de cours et d'offrir aux investisseurs un meilleur rendement ajusté en fonction du risque ».

Lire (2 min.)

ISR : Meeschaert AM lance 2 nouveaux fonds d’investissement

Meeschaert AM — société de gestion indépendante — a annoncé le 10 juillet dernier le lancement d’une nouvelle gamme de fonds, afin d'accompagner la transformation vers une économie durable. Cette gamme doit permettre aux investisseurs de bénéficier de l’expertise ESG du groupe. Les deux fonds MAM Transition Durable Actions et MAM Transition Durable Obligations viennent compléter la gamme ISR de Meeschaert AM.

Trois indicateurs phares

Leur méthodologie d’investissement repose sur un univers de valeurs éligibles qui prennent en compte les enjeux de la transition énergétique. Le processus de sélection se base sur trois catégories d’indicateurs :

  • « Best performance » : Sociétés les mieux positionnées par rapport à leurs pairs pour le scénario 2°C ;
  • « Best effort » : Entreprises des secteurs carbo-intensifs en transformation vers une économie bas carbone ;
  • « Solutions » : Fournisseurs de produits et services porteurs de solutions pour l’économie bas carbone.

Moins de 40 % des entreprises analysées sont finalement éligibles et intégrées au périmètre d’investissement de ces fonds. Dans un deuxième temps, l’univers est réduit par la prise en compte de critères ESG. Enfin, une analyse financière aboutit à la construction et la gestion du portefeuille.

Partenariat avec GoodPlanet

De plus, MAM Transition Durable Actions et MAM Transition Durable Obligations sont créés en association avec un comité d’experts externes, constitué d’acteurs reconnus membres de la Fondation GoodPlanet, de l’Institute for Climate Change (I4CE) et du Fonds de Dotation pour la Biodiversité (FDB), qui interviendront tout au long de la vie des fonds.

Meeschaert AM s’engage à verser annuellement à la Fondation GoodPlanet et au Fonds de Dotation pour la Biodiversité jusqu’à 35 % — en fonction du montant moyen de l’actif net — des frais de gestion fixes qu’elle perçoit, déduction faite des rétrocessions versées ou à verser aux distributeurs du fonds et des frais administratifs externes de la société de gestion.

Lire (3 min.)

SCPI Immorente : Sofidy se renforce à Amsterdam

Sofidy — spécialiste de l'investissement et de l'épargne immobilière — annonce ce lundi 22 juillet l’acquisition d’un immeuble de bureaux de 2 400 m² pour le compte des épargnants de la SCPI Immorente. La nouvelle acquisition renforce la présence de Sofidy aux Pays-Bas. Depuis 2014, Sofidy totalise 163 actifs immobiliers néerlandais, principalement investis en commerces et en bureaux au travers de différents véhicules.

Face au renchérissement de l'immobilier aux Pays-Bas, Sofidy a décidé de limiter ses investissements sur ce marché. « Néanmoins, nous restons à l’écoute des opportunités d’investissement sur le marché des bureaux, où il existe encore des opportunités intéressantes compte tenu des fondamentaux du pays », déclare Olivier Loussouarn, Directeur des investissements de Sofidy. Le rendement net de l’acquisition est de 6 %. Pour cette transaction, Sofidy a été conseillé par ARC Real Estate et Weebers.

Renforcer la SCPI Immorente

Cette opération renforce le patrimoine de la SCPI Immorente, qui compte plus de 2 600 actifs immobiliers pour 3,2 milliards d’euros de capitalisation. Desservi par une ligne de bus, l'actif se situe dans le quartier de Cruquiuseiland, à l’est du centre-ville d’Amsterdam. Les anciens Docks y ont été transformés en zone urbaine mixte, avec commerces et immobilier résidentiel. L'immeuble est à moins de 15 minutes en vélo de la gare.

L’actif est entièrement loué à deux locataires. Le plus important, TheAmbassadors, occupe les trois quarts du bâtiment. C'est une société spécialisée dans la création d’effets spéciaux pour la publicité, le cinéma et l’art à l’échelle internationale. Le reste de l’immeuble est loué par Smallsteps, une structure d’accueil pour enfants qui fait partie d’un des plus importants réseaux de crèches aux Pays-Bas.  

Lire (2 min.)

SCPI Fair Invest : Norma Capital annonce deux premières acquisitions

La SCPI Fair Invest — gérée par Norma Capital, société de gestion agréée par l'AMF — annonce ce lundi 22 juillet la réalisation de ses deux premières acquisitions. Il s'agit d'un centre de dialyse et de néphrologie à Suresnes (Hauts-de-Seine) d’une surface d’environ 380 m2, ainsi que d'un ensemble de bureaux sur l’île de Nantes (Loire-Atlantique), d’une surface d’environ 350 m2 et entièrement loué à une association de professionnels de la périnatalité.

Ces deux acquisitions permettent à la SCPI de s'exposer au marché français, dans le cadre de sa stratégie d’investissement d’actifs immobiliers socialement utiles. Pour rappel, Fair Invest est une SCPI diversifiée Bureaux et Commerces dédiés aux activités locataires socialement utiles, avec un objectif de distribution à 4,5 % à 5 % net. Le prix de la part est fixé à 200 euros pour un délai de jouissance de 120 jours.

Vers l'obtention d'un label ISR

En termes de perspectives de développement, la SCPI Fair Invest visera l’obtention du futur label ISR dédié à l’immobilier. Elle a déjà obtenu le prix de la Pyramide de l’innovation 2018 du magazine Investissement Conseils. La SCPI Fair Invest se fixe trois objectifs généraux :

  • Favoriser des activités socialement utiles ;
  • Non recours à la dette ;
  • Réduction des consommations de fluides par l’amélioration des immeubles et la modification des comportements des locataires.

Dans ce cadre, Fair Invest favorise les locataires avec des activités spécifiques :

  • Activités en lien avec le réseau associatif à but de promotion de la cohésion sociale ;
  • Activités en lien avec l’insertion à l’emploi ;
  • Activités en lien avec la promotion d’énergies renouvelables ;
  • Activités d’entraide sociale ;
  • Activités liées à la santé, au bienêtre et à la petite enfance ;
  • Activités liées à l’éducation.
Lire (2 min.)

ESG : les acteurs financiers plébiscitent l’économie bas-carbone

Le ministère de la Transition écologique et solidaire, le ministère de l’Économie et des Finances, l’Autorité des marchés financiers (AMF) et l’Autorité de contrôle prudentiel et de régulation (ACPR) publient ce mardi 2 juillet 2019 un bilan sur le « reporting extra-financier » des investisseurs. Ce rapport montre que de plus en plus d’acteurs financiers prennent en compte les impacts sociaux et environnementaux dans leurs politiques d’investissement. Ces professionnels orientent notamment leurs stratégies d’investissement vers une économie bas-carbone.

En 2015, la France s'est dotée d’un dispositif de reporting extra-financier novateur pour le secteur financier dans le cadre de la préparation de la COP21 — qui allait conduire à l’adoption de l’Accord de Paris sur le climat. La loi de transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) impose plus de transparence aux acteurs financiers dans la prise en compte des critères environnementaux, sociaux, et de qualité de gouvernance (ESG). Elle impose également une prise en compte spécifique des risques climatiques dans ces obligations dans leurs stratégies d’investissement.

Trois grands enseignements à retenir

Le rapport dresse le bilan des 2 premières années d’exercice depuis l’entrée en vigueur du décret sur le reporting extra-financier des investisseurs. Il dresse trois grands enseignements suite à cet état des lieux :

  • De plus en plus d’acteurs financiers se saisissent des enjeux climatiques : si certains acteurs étaient déjà engagés sur la prise en compte des critères ESG, l’obligation de reporting climatique a conduit de nouveaux acteurs à s’engager dans cette démarche.
  • Ces enjeux peuvent devenir source d’opportunités stratégiques : les entreprises financières et les investisseurs sont toujours plus nombreux à considérer que les critères ESG peuvent être utilisés pour compléter les méthodes traditionnelles de gestion des risques financiers.
  • Des progrès sont encore possibles : le bilan constate les progrès possibles pour améliorer la cohérence et l’harmonisation des indicateurs et des méthodologies utilisées, en particulier sur la prise en compte des risques climatiques et la contribution aux objectifs de la transition énergétique et écologique.

Le bilan recense également une liste des bonnes pratiques observées parmi ces différents acteurs, ainsi qu’une nomenclature qui devrait permettre une harmonisation des pratiques de reporting.

Lire (4 min.)

Swiss Life Asset Managers nomme une Head ESG

Swiss Life Asset Managers annonce ce mercredi 3 juillet la nomination de Nelufer Ansari (31 ans) au poste de « Head of Strategic & Special Tasks ». Elle sera notamment chargée de développer une stratégie ESG commune à tous les produits et pays. Basée à Zurich, Nelufer Ansari sera directement rattachée à Stefan Mächler, CIO du groupe Swiss Life.

Focus sur le parcours de Nelufer Ansari

Nelufer Ansari a fait des études d'économie à l'Université de Mannheim. Elle a également obtenu un Master en immobilier (MScRE) à l'Université de Ratisbonne — et a effectué des séjours à l'étranger, notamment en Corée à la Business School et à l'Université de Hong Kong.

Nelufer Ansari débute sa carrière chez BEOS AG, qui fait partie de Swiss Life Asset Managers depuis 2018. Elle est Head of Strategic & Special Tasks chez Swiss Life Asset Managers depuis le 1er mars 2019. Elle s'occupera désormais de la stratégie ESG globale de Swiss Life Asset Managers.

Développer une stratégie ESG mondiale

Depuis le second semestre 2018, Swiss Life Asset Managers a systématisé l’intégration des critères environnemental, sociaux et de gouvernance (ESG) à la gestion des risques et la stratégie d'investissement. La nouvelle approche d'investissement responsable s’applique désormais à toutes les classes d'actifs et à tous les pays où Swiss Life Asset Managers opère.

« En regroupant nos activités sous une direction ESG unique, notre volonté est de mieux concilier nos objectifs d’investissement avec le souhait croissant de nos clients d’intégrer des critères de durabilité à leurs portefeuilles, en complément des aspects financiers », déclare Stefan Mächler.

Lire (2 min.)

Finance responsable : Ardian reçoit l’ESG Best Practices Honours 2019

Ardian — société d'investissement privé indépendante — a reçu ce jeudi 27 juin le prix « 2019 ESG Best Practices Honours » dans la catégorie « Multi strategies Investment Platform ». La société de gestion SWEN Capital Partners — spécialiste des investissements responsables sur les marchés privés — a réuni 420 personnes à Paris pour l'occasion. Cette 5e édition était consacrée au thème « Accélération », appliqué à l’industrie du non coté face aux enjeux du changement climatique et du développement durable.

Six sociétés de gestion européennes ont été distinguées parmi plus de 200 sociétés de gestion de Private Equity et Infrastructure. Ces entreprises ont été sélectionnées par un jury indépendant pour leurs pratiques ESG dans le cadre de leurs décisions d'investissement et de leur gestion. Le jury comptait parmi ses membres externes des représentants de l’OCDE, des PRI, du FIR, du FRR et d'ETHIFINANCE.

10 ans d'investissement responsable

D'après Ardian, cette récompense valide sa stratégie d’investissement responsable développée au cours des 10 dernières années. La société de gestion entend respecter des engagements ambitieux en matière de RSE, par exemple le partage de la valeur dès 2008. Ardian considère également ce prix comme la reconnaissance de son code de conduite, conçu pour assurer une économie florissante et un succès durable.

Philippe Poletti, Responsable d’Ardian Buyout et membre du Comité Exécutif, Président du Comité de développement durable, déclare : « Ardian est un pionnier de l’investissement responsable dans le Private Equity et les actifs réels (...) Nous sommes fermement convaincus que nos sociétés doivent aller au-delà des retours purement financiers. C’est pourquoi nous avons décidé de mesurer et d’améliorer l’impact de notre portefeuille sans accepter de compromis en termes de performance. »

Lire (2 min.)

ESG : Invesco lance 3 nouveaux ETFs

Invesco — société de gestion d'actifs située à Atlanta — a annoncé ce vendredi 28 juin le lancement de trois nouveaux fonds indiciels, cotés en bourse (ETF) et qui intègrent les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). Cette opération permet à Invesco d'étendre son offre en matière d’investissement durable et responsable.

Indices de référence et exclusion de certains secteurs

Les trois fonds s’appuieront sur la méthodologie développée par MSCI ESG Universal. Elle vise à obtenir une exposition à des entreprises qui présentent un profil ESG en amélioration. Ces ETFs visent à répliquer — à la hausse comme à la baisse — respectivement l’indice MSCI ESG1 pour le Monde, les Etats-Unis et l’Europe :

  • Invesco MSCI World ESG Universal Screened UCITS ETF ;
  • Invesco MSCI USA ESG Universal Screened UCITS ETF ;
  • Invesco MSCI Europe ESG Universal Screened UCITS ETF ;

A cette méthodologie s’ajoutent des exclusions supplémentaires, qui concernent les secteurs de l’armement et du tabac ainsi que les entreprises actives sur les segments des sables bitumeux et du charbon thermique. Ces nouveaux fonds s’adressent aux clients qui souhaitent bénéficier d’une approche ESG tout conservant une exposition aux principaux indices de référence (« indices parents »).

Forte demande pour l'investissement responsable

Thibaud de Cherisey, Directeur du développement des ETF en Europe chez Invesco, présente ces trois nouveaux ETFs comme un « prélude à une gamme de véhicules d’investissement ESG toujours plus importante. La demande pour les produits d’investissement responsable ne cesse d’augmenter et il nous tenait à cœur de mettre à disposition des investisseurs de nouvelles solutions, avec un accès facilité grâce au format ETF et sans avoir à payer de prime pour l’intégration des critères ESG. »

Ces produits exposent l’investisseur à un risque lié aux marchés actions. La valeur des investissements et les revenus qui en découlent peuvent diminuer comme augmenter. Ces produits comportent un risque en capital. Chacun des fonds va investir dans des titres d’émetteurs qui gèrent mieux leur exposition aux risques ESG que leurs pairs. Cette stratégie peut avoir une incidence sur l’exposition à certains émetteurs et impliquer de renoncer à certaines opportunités d’investissement. Le fonds peut avoir un rendement différent de celui d’autres fonds, y compris inférieur à celui d’autres fonds qui n'investissent pas en fonction de la notation ESG.

Lire (3 min.)

Dette privée : Eiffel Investment Group nomme l’équipe de gestion de son fonds à impact

Eiffel Investment Group — spécialiste du financement des entreprises — annonce ce vendredi 19 juillet la nomination de l'équipe de gestion de son nouveau fonds, Eiffel Impact Debt. Ce véhicule s'adresse aux investisseurs institutionnels. Il s'agit du premier fonds de dette privée qui place le « risque d'impact » au même niveau que le risque financier.

Depuis le 1er juillet, la gestion est pilotée par Antoine Maspétiol. L'équipe est complété par Marie Bursaux et André Gonçalves. Le track-record et l'expertise de l'équipe sont de précieux atouts pour permettre le succès du fonds. Eiffel Investment Group souhaite ainsi créer de nouveaux vecteurs de financement, qui combinent rendement attractif, maîtrise du risque financier et impact réel mesurable

Focus sur le parcours d'Antoine Maspétiol

Antoine Maspétiol est titulaire du diplôme de Sciences Po Paris et du DESS de droit des affaires de l'Université Paris Dauphine. En début de carrière, il travaille 9 ans chez RBS à Londres et Paris, principalement dans la structuration de financements pour des entreprises, ainsi que sur des opérations de LBO. En 2011, il rejoint la Banque Postale où il devient directeur adjoint des activités de dette privée et des opérations de financement sécurisées.

En 2014, Antoine Maspétiol crée et développe la plateforme dette privée euro d'Aviva Investors, en tant que responsable global de l'activité private corporate debt. Il y coordonne les activités de dette privée corporate, dette infrastructure et dette immobilière en euro, représentant cinq milliards d'euros d'encours. Le 1er juillet 2019, il rejoint Eiffel Investment Group au poste de Managing Director, Gérant senior du fonds Eiffel Impact Debt.

Focus sur le parcours de Marie Bursaux

Marie Bursaux est titulaire du diplôme Grande Ecole d'HEC Paris ainsi que d'un Master en Management International CEMS obtenu à l'Université Bocconi de Milan. En début de carrière, elle travaille en financement d'actifs chez Sumitomo Mitsui Banking Corporation, à Singapour puis à Paris. En 2017, elle rejoint Aviva Investors afin de gérer les encours des portefeuilles de la plateforme dette privée à travers trois classes d'actifs.

Dans ce cadre, Marie Bursaux contribue également au lancement des nouveaux fonds, aux levées de fonds et à la structuration des produits de la plateforme. Elle rejoint Eiffel Investment Group le 1er juillet 2019 au poste de Gérante du fonds Eiffel Impact Debt, après 7 années d'expérience en financement d'entreprises, d'actifs et d'infrastructures.

Focus sur le parcours d'André Gonçalves

André Gonçalves est diplômé du Master Finance d'Entreprise et Ingénierie Financière de l'Université Paris Dauphine. En début de carrière, il travaille chez Crédit Agricole CIB en tant qu'analyste crédit, à Sao Paulo puis Paris. Il exerce également chez Bryan Garnier & Co, où il réalise des opérations de fusion-acquisition et levées de fonds / IPO dans le secteur des technologies, médias et télécommunications.

André Gonçalves a travaillé pendant 2 ans chez Aviva Investors, en tant que gérant au sein de l'équipe dette privée, en charge de l'origination et exécution de transactions ainsi que du suivi de plus d'un milliard d'euros d'encours pour le compte d'investisseurs institutionnels. André Gonçalves rejoint Eiffel Investment Group le 1er juillet 2019, après 7 années d'expérience en structuration, analyse et exécution de transactions en financement d'entreprises.

Lire (4 min.)

Fidroit nomme une nouvelle associée

Fidroit accueille une nouvelle associée
Carine Changeat-Dessite

Fidroit — société de conseil en organisation patrimoniale — annonce ce vendredi 19 juillet l'arrivée d'une nouvelle associée. Carine Changeat-Dessite (33 ans) a pris ses nouvelles fonctions le 1er juillet dernier.

Elle rejoint au capital de Fidroit Olivier Rozenfeld, Président du Groupe, Richard Chalier, Directeur technique, et Jérôme Avril, Directeur du développement et commercial, afin d’accompagner le fort développement de la société. Carine Changeat-Dessite devient ainsi la première femme à rejoindre cette équipe d'associés jusque-là exclusivement masculine.

Focus sur le parcours de Carine Changeat-Dessite

Titulaire d’un master en gestion de patrimoine, Carine Changeat-Dessite rejoint Fidroit en 2009 en tant que consultante et salariée Fidroit. Elle prend d'abord en charge le développement de prestations destinées aux professionnels du patrimoine, afin d’améliorer leur suivi client. Aujourd'hui, Carine Changeat-Dessite s'occupe du développement du secteur B to C de Fidroit.

Début juin, la société a mis en ligne une plateforme dédiée au grand public. Cet outil vise la démocratisation du conseil en organisation patrimoniale et la mise en relation des particuliers avec des professionnels membres de la communauté de conseils en organisation patrimoniale, via des prestations de premier niveau.

Lire (2 min.)

Données ESG : l’intelligence artificielle à la rescousse

Tegwen Le Berthe
L'analyse ESG devient incontournable dans la gestion de portefeuille. L'abondance de données extra-financières les pousse à se tourner vers l'IA pour maîtriser la surcharge. Comment garantir la cohérence des données ESG ? Quelles mesures appliquer pour éviter la manipulation des données ? Quels big data employer dans une stratégie d'atténuation des risques d'un portefeuille ? Tegwen Le Berthe, Responsable du développement de l'investissement responsable chez CPR AM, partage son analyse.
Lire (6 min.)

Finance durable : vers une régulation européenne de l’information extra-financière des entreprises ?

Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, a reçu ce vendredi 21 juin le rapport établi par Patrick de Cambourg, président de l’Autorité des normes comptables, à l’issue de sa mission sur le développement de l’information extra-financière des entreprises. Le texte s'intitule Garantir la pertinence et la qualité de l’information extra-financière des entreprises : une ambition et un atout pour une Europe durable.

Le document analyse le développement de l’information extra-financière des entreprises — en complément de l’information comptable et financière — pour éclairer les parties prenantes sur leur performance sociale, environnementale et sociétale. Le rapport propose de structurer ce reporting extra-financier au niveau européen, afin de mieux garantir sa fiabilité et sa pertinence, et favoriser les comparaisons.

Développer la finance responsable

Bruno Le Maire déclare : « le développement d’un référentiel de reporting extra financier de haute qualité, fondée sur les meilleures pratiques, est désormais indispensable pour stimuler la performance sociale et environnementale des entreprises et engager notre économie dans un chemin de croissance durable. C’est également la clé du développement d’une finance responsable, pleinement mobilisée en faveur de la transition énergétique. Pour être fructueux, ce chantier doit être engagé au niveau européen. En s’appuyant sur les travaux de Patrick de Cambourg, la France portera des propositions fortes en ce sens en vue la prochaine mandature européenne ».

Lire (2 min.)