Crowdfunding : Vatel Direct obtient l’agrément PSFP

La Rédaction
Le Courrier Financier

Vatel Directplateforme de financement participatif (crowdfunding) obligataire de Vatel Capital, qui finance les PME françaises en croissance — annonce ce mercredi 29 novembre l’obtention du nouvel agrément européen délivré par l’Autorité des marchés financiers (AMF). La plateforme devient ainsi Prestataire de Services de Financement Participatif (PSFP).

Vatel Direct finance des PME sous forme d'obligations simples, remboursables mensuellement, capital et intérêts inclus, pour des montants compris entre 500 000 euros et 5 M€ et sur des durées qui vont de deux à cinq ans. Depuis sa création en 2016, Vatel Direct a réalisé 55 opérations de financement pour plus de 70 M€. La plateforme a déjà remboursé, capital et intérêts compris, plus de 58 M€ à ses souscripteurs.

Qu'est-ce qui change avec l'agrément PSFP ?

Cet agrément PSFP remplace l’agrément de Conseiller en Investissement Participatif (CIP) depuis le 10 novembre 2023. Grâce à son obtention, Vatel Direct va pouvoir continuer son activité et proposer de nouvelles opportunités d’investissement dans des PME françaises matures cotées et non cotées. Ce nouvel agrément implique certains changements :

  • le montant maximum de collecte par porteur de projet est de 5 M€ sur 12 mois glissants ;
  • la mise en place d’une fiche d’informations clés sur l’investissement (FICI) pour chaque offre présentée sur la plateforme. CeYe dernière remplace l’ancien document règlementaire et permet à l’investisseur de prendre connaissance de toutes les informations pertinentes sur l’offre. C’est ce document qui fait foi et dont le porteur de projet est responsable auprès des investisseurs ;
  • la mise en place d’un nouveau questionnaire de connaissance et d’un simulateur pour déterminer le patrimoine net de l’investisseur afin d’estimer sa capacité d’investissement ;
  • une nouvelle protection pour les investisseurs en les séparant en deux catégories, d’une part les investisseurs avertis et d’autre part les investisseurs non avertis. Cette distinction se fait selon les connaissances en matière d’investissement et selon les capacités financières de l’investisseur. Un investisseur non avert dispose d’un délai de réflexion de quatre jours après sa souscription.
Lire (2 min.)

Crowdfunding immobilier : My Capital Immo obtient le statut PSFP

La Rédaction
Le Courrier Financier

My Capital Immo — plateforme de financement participatif (crowdfunding) dédiée au secteur immobilier — annonce ce mercredi 15 novembre avoir obtenu l'agrément prestataire de services de financement participatif (PSFP), délivré par l'Autorité des marchés financiers (AMF). Ce statut est obligatoire pour tous les acteurs du crowdfunding en France depuis le 10 novembre 2023. Il renforce la protection des investisseurs et confirme la solidité de My Capital Immo.

Ce qui change avec l'agrément PSFP

Cette évolution significative intervient dans le cadre du règlement européen (UE) 2020/1503, qui met un terme aux anciens régimes de Conseillers en Investissements Participatifs (CIP) et d’Intermédiaires en Financement Participatif (IFP). Seuls les prestataires disposant de l’agrément PSFP sont désormais autorisés à offrir des services de financement participatif dans l'Union européenne (UE). L'agrément PSFP implique notamment les changements suivants :

  • des audits renforcés des porteurs de projets : My Capital Immo va renforcer ses audits des porteurs de projets afin d'évaluer leur capacité à rembourser leurs emprunts ou à rémunérer leurs investisseurs ;
  • une FICI obligatoire : My Capital Immo va remplacer le document d'informations que vous connaissez par la fiche d'information clé d'investissement (FICI). La FICI est un document standardisé qui doit fournir aux investisseurs une information claire et concise sur le projet d'investissement ;
  • un contrôle interne renforcé : My Capital Immo va instaurer un contrôle interne à deux niveaux, complété par un prestataire qui gérera le contrôle externe. Ce dispositif vise à garantir la conformité de la plateforme aux règles applicables ;
  • une garantie prudentielle : My Capital Immo va satisfaire aux exigences de garantie prudentielle imposées par la réglementation européenne. Cette garantie vise à protéger les investisseurs en cas de défaillance de la plateforme ;
  • un commissaire aux comptes : My Capital Immo a nommé un commissaire aux comptes indépendant qui vérifiera la régularité et la sincérité de ses comptes ;
  • un contrat avec une société spécialisée en gestion extinctive : My Capital Immo a conclu un contrat avec une société spécialisée en gestion extinctive qui interviendrait en cas de défaillance de la plateforme.

Des investisseurs mieux protégés

L'agrément PSFP est également une bonne nouvelle pour les investisseurs. Il leur offre une protection accrue en tant qu'investisseurs non avertis. La réglementation européenne impose aux plateformes PSFP de mettre en place des mesures spécifiques pour protéger les investisseurs non avertis, notamment :

  • des questionnaires imposés par la réglementation européenne : My Capital Immo va mettre en place de nouveaux questionnaires destinés à évaluer l'expérience des investisseurs, leurs objectifs d'investissement, leur situation financière et leur perception des risques ;
  • un délai de réflexion de quatre jours : Les investisseurs bénéficieront désormais d'un délai de réflexion de quatre jours pour renoncer à investir si ils le souhaitent.

« Nous sommes très fiers d'obtenir l'agrément PSFP. Cet agrément est une reconnaissance de notre engagement en faveur de la protection des investisseurs. Nous sommes convaincus que ces améliorations consolideront notre relation de confiance mutuelle et enrichiront l'expérience d'investissement avec My Capital Immo », déclare Philippe Gaborieau, dirigeant de My Capital Immo.

Lire (3 min.)

Crowdfunding immobilier : Baltis obtient l’agrément PSFP auprès de l’AMF

La Rédaction
Le Courrier Financier

Baltis — plateforme de crowdfunding immobilier, et entité du Groupe Magellim — annonce ce lundi 13 novembre avoir obtenu le nouvel agrément européen de Prestataire de Services de Financement Participatif (PSFP) auprès de l’AMF. Ce sésame vise à uniformiser les règles entre toutes les plateformes de l’Union européenne (UE), à offrir aux investisseurs une plus grande transparence et à simplifier la mise en place d’opérations de financement en Europe.

Avec cet agrément, obligatoire depuis le 10 novembre pour toutes les plateformes de financement participatif et qui remplace l’agrément CIP, Baltis pourra dorénavant proposer ses services dans l’ensemble des pays de l’UE. L’obtention de cet agrément constitue une étape importante dans le développement de Baltis, 7 ans après sa création.

Etendre ses activités en Europe

Ce passeport européen s’inscrit également dans la stratégie du Groupe Magellim de diversifier ses investissements vers les pays de l’UE. La plateforme indique viser prioritairement la Belgique, le Luxembourg et l’Italie dans le cadre de son développement à l’international, tout en souhaitant maintenir à 10 % maximum le pourcentage de ses projets hors de France. Baltis veut rester une plateforme engagée, qui finance les territoires et les entreprises en France.

« Ce passeport européen vise à protéger davantage les investisseurs, fixe des règles communes et permet de développer le financement participatif en France et à l’échelle européenne. Ce statut PSFP nous ouvre de nouveaux horizons, notamment en Belgique, où des opportunités d’investissement seront proposées très prochainement sur notre plateforme ! », déclare Alexandre Toussaint, Président et fondateur de Baltis.

Quelles évolutions pour Baltis ?

Dans le cadre de ce nouvel agrément, Baltis a lancé au cours du mois septembre une nouvelle plateforme technologique — qui intègre notamment la classification des investisseurs, l’ajout d’un délai de rétractation de 4 jours et la mise à jour de la documentation réglementaire et des procédures internes et externes.

Baltis a également mis en place une politique de gestion extinctive afin de garantir la continuité des opérations financières en cas de cessation de son activité. Enfin, la plateforme a nommé le cabinet Deloitte en tant que Commissaire aux Comptes, afin de vérifier la sincérité et la conformité de ses données financières avec les normes en vigueur. Depuis le 1er janvier 2023, Baltis a financé 41 opérations dont les rendements cibles s’élèvent à 10,4 % en moyenne.

Lire (2 min.)

Le Groupe Inter Invest franchit une nouvelle étape grâce à l’obtention d’agréments lui permettant de se positionner sur les métiers Titres et la gestion de portefeuille pour compte de tiers

La Rédaction
Le Courrier Financier

Ces agréments, délivrés lors de la séance du 13 juillet du Collège de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) permettront à Inter Invest de développer une nouvelle plateforme Titres à destination de ses partenaires distributeurs (Banques Privées, Conseillers en Investissements Financiers) et d’offrir également des solutions de gestion d’actifs.

Une première offre, intitulée “Mon PER”, portera sur un Plan d’Epargne Retraite compte-titres entièrement sur-mesure, où l’investisseur disposera d’un large choix de supports.

Depuis plus de 30 ans, le Groupe Inter Invest met au cœur de sa stratégie, la maîtrise de l’ensemble de la chaîne de valeur sur ses différents secteurs d’activité (Défiscalisation Outre-mer, Capital Investissement et Immobilier Patrimonial) afin de proposer à ses clients particuliers ou partenaires des offres attractives, innovantes et différenciantes dans un cadre parfaitement maîtrisé. Le Groupe a ainsi souhaité obtenir ces nouveaux agréments pour créer un nouveau leader sur le métier Titres où très peu d’acteurs sont présents et proposer des solutions de gestion d’actifs innovantes, notamment sur le Plan d’Epargne Retraite qui rencontre un vif succès auprès des investisseurs.

Inter Invest pourra notamment proposer des offres en marque blanche à ses partenaires distributeurs, Banques Privées, Conseillers en Investissements Financiers, Société de gestion et Prestataires de Services d’Investissements (PSI) pour leur permettre de construire leur propre produit à leur propre couleur. Inter Invest offrira ainsi trois niveaux de services personnalisables pour ses partenaires, la Tenue de Compte Conservation, la gestion du Plan Epargne Retraite et enfin la gestion de portefeuille.

« Nous sommes ravis de l’obtention de ces agréments qui propulse le Groupe Inter Invest dans une nouvelle ère. Je me réjouis de l’intensification de notre stratégie de diversification et des perspectives de développement sur les marchés Titres et la gestion d’actifs. Nos trente années d’expertise dans la création de solutions d’investissement innovantes nous permettront de gérer, préserver et faire fructifier le patrimoine de nos investisseurs sur le long-terme, grâce à la capacité de nos équipes à leur proposer une gamme financière complète et à les accompagner sur toutes les étapes de leur parcours de vie » souligne Benoît Petit, Directeur Général du Groupe Inter Invest. 

Lire (2 min.)

CRISTAL Rente adopte une nouvelle stratégie en application de l’article 8 du règlement SFDR !

La Rédaction
Le Courrier Financier
Nous sommes ravis de vous annoncer une évolution significative au sein de la SCPI CRISTAL Rente. Dans une volonté de transparence et d’engagement de promotion des caractéristiques environnementales, la SCPI […]

Nous sommes ravis de vous annoncer une évolution significative au sein de la SCPI CRISTAL Rente. Dans une volonté de transparence et d'engagement de promotion des caractéristiques environnementales, la SCPI des Grandes Enseignes a décidé d'adopter une stratégie conforme aux exigences de l'article 8 de la réglementation SFDR.

Que dit la réglementation SFDR et son article 8 ?


La SFDR, ou Règlement sur la transparence en matière de durabilité dans le secteur des services financiers, est une réglementation de l'Union européenne entrée en vigueur en mars 2021. Cette dernière exige la divulgation d'informations transparentes sur les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans le secteur financier. L'article 8 de cette classification met l'accent sur les obligations de transparence de la promotion des caractéristiques ESG.

Notre engagement envers la durabilité


La décision d'adopter une stratégie SFDR témoigne de l'engagement de la SCPI CRISTAL Rente envers la durabilité et notre responsabilité en tant que gestionnaire de fonds. Nous sommes convaincus que cette évolution contribuera positivement à des initiatives socialement responsables et respectueuses de l'environnement.

Si vous souhaitez en savoir plus sur notre engagement, nous vous invitons à consulter les statuts de la SCPI via le lien ci-dessous :

Lire (2 min.)

« Nouveau label ISR : quelles attentes des Français ? »

La Rédaction
Le Courrier Financier

Ce vendredi 1er mars, le nouveau label ISR (Investissement Socialement Responsable) entre en vigueur. Ce label d’Etat permettant aux Français de choisir des supports d’épargne intégrant des principes sociaux et environnementaux est rendu plus exigeant par le Gouvernement. L’objectif est de gagner en crédibilité aux yeux des épargnants en leur assurant une solution d’investissement à impact vraiment durable. Désormais, plus aucune entreprise ne pourra donc bénéficier de ce label si elle utilise ses fonds pour produire des énergies fossiles. Une bonne nouvelle pour lutter contre le greenwashing.   

C’est dans ce cadre que Goodvest, startup pionnière dans la création de produits d’épargne alignés sur l’Accord de Paris en matière de climat, dévoile l’étude « Nouveau label ISR : quelles attentes ? »* réalisée avec l’Institut Poll & Roll. 

Les Français embrassent la cause écologique

Les Français adhèrent largement à la cause écologique avec une sensibilité quasi-unanime à hauteur de 91 %. Les climatosceptiques (9 %) font office de minorité.

Dans le détail, malgré ce consensus fort en faveur de la cause environnementale, chacun réagit à sa manière et à son rythme. En effet, pour une partie des Français, la conscience écologique peine à se traduire dans les faits. Ils sont ainsi 41 % à reconnaître ne pas s’engager par des actes concrets en faveur de la protection de l’environnement. A l’inverse, la moitié des sondés (50 %) affirment être engagés dans des actions écologiques, que ce soit depuis longtemps (30 %) ou plus récemment (20 %).

Refonte du label ISR : une nécessité pour près de 2/3 des Français

Cet engagement par les actes peut, entre autres, passer par l’épargne, et les Français en ont conscience. Ils sont ainsi 58 % à déclarer que la refonte du label ISR vers un modèle plus exigeant, et donc plus vertueux, est une nécessité, contre 32 % pour lesquels la mesure est peu nécessaire et 10 % pas du tout.  

Des résultats encourageants qui font écho à l’importance que les Français accordent à l’impact de leur épargne. En effet, pour 56 % d’entre eux les répercussions sociales et écologiques de leurs économies sont un réel sujet de préoccupations, tandis que seuls 10 % des interrogés n’y attachent aucune importance et 33 % peu d’importance.

67 % des Français prêts à rogner sur leur marge pour protéger la planète

Mais jusqu’où les Français sont-ils prêts à aller ? Pour deux solutions d’investissement à même taux de rendement, près de 70 % d’entre eux opteraient pour une solution responsable. Une manière d’aligner leur épargne avec leurs valeurs. Rien d’étonnant a priori. Et pourtant, la santé de leur épargne n'est plus une cause d'hésitation susceptible d’interférer avec leurs préoccupations écologiques : 60% des Français se disent ainsi prêts à rogner sur leur marge si leur investissement peut protéger la planète. Un signal positif très fort !

Lire (3 min.)

Capital-risque : le groupe Angelor devient une société de gestion

La Rédaction
Le Courrier Financier

Angelor — acteur lyonnais indépendant du capital risque créé en 2008 — annonce ce mardi 24 mai avoir déposé un dossier de demande d'agrément auprès de l'Autorité des marchés financiers (AMF) afin de devenir société de gestion. Objectif, avoir plus de moyens à apporter aux startups financées. L’agrément société de gestion est soumis à des conditions suspensives

20 millions d'euros investis en 10 ans

Angelor a investi ces dernières années des montants d'amorçage compris entre 200 000 euros et 1 M€ par startup. Mais avec le bon développement des startups ainsi financées, Angelor s’est vue confrontée au manque de moyens pour suivre les tours de financement suivants. Cela entraîne des problèmes de dilution, de gouvernance et de droits financiers qui empêchaient les actionnaires d'Angelor de profiter de la création de valeur initiée.

Après avoir investi plus de 20 M€ en 10 ans, Angelor vise ainsi à investir 50 M€ dans les trois ans à venir, dans environ 25 startups, essentiellement de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Ces investissements se feront dans trois secteurs à enjeux sociétaux : la santé, l'alimentation et l'environnement. Après cette nouvelle étape, Angelor peut désormais viser les 500 M€ sous gestion dans les 10 ans qui viennent et ainsi conforter sa place d'acteur de référence dans le capital-innovation.

Développement du groupe Angelor

« C'était le bon moment pour déposer ce dossier d'agrément à l’AMF et devenir société de gestion. Nous avons la chance d'avoir déjà la confiance de plusieurs acteurs institutionnels qui peuvent ainsi s'allier à notre actionnariat historique de dirigeants expérimentés d'entreprises établies. Les success stories vécues ces 12 derniers mois sont de bonnes preuves de notre qualité de sélection et d'accompagnement. L'équipe Angelor s'est aussi renforcée ces quatre dernières années et elle est aujourd'hui reconnue pour son professionnalisme », poursuit Sébastien Bonte, Président-Fondateur d’Angelor.  

Le statut société de gestion permettra d'accélérer le développement d'Angelor, avec l'alliance du capital expériences de ses Partners au capital financier des institutionnels. Le groupe pourra monter des fonds type FPCI, multithématiques, sectoriels ou dédiés — par exemple pour un Family Office qui voudrait avoir sa partie « Capital Innovation » ou un industriel qui voudrait soutenir l'innovation dans son secteur à travers la création de valeur. Angelor pourra ainsi investir des montants d’environ 500 000 euros en amorçage (startups), et poursuivre le financement jusqu’à 2,5 M€ dans les Série A des meilleures start-ups en phase dite de « scale-ups ».

Lire (2 min.)

Crypto-actifs : Arquant Capital obtient l’agrément AMF pour ses fonds

La Rédaction
Le Courrier Financier

Arquant Capital — gérant d’actifs spécialisé dans les actifs numériques — annonce ce mardi 24 mai avoir obtenu l’agrément de société de gestion de portefeuille de fonds d’investissement alternatif (AIFM) auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) le 9 mai dernier. Arquant Capital devient ainsi la première fintech du secteur des actifs numériques à obtenir, en France, un agrément de société de gestion qui permet de proposer des fonds professionnels spécialisés gérés activement et investis directement en actifs numériques. La société prépare le lancement imminent de ses fonds dédiés aux investisseurs professionnels et institutionnels.

Actifs numériques en gestion collective

Innovation de rupture dans le secteur financier, les actifs numériques constituent une nouvelle alternative aux actifs financiers traditionnels. Mais en dépit de leur potentiel, ils restent encore très complexes, et nécessitent un accompagnement adapté à un risque élevé de pertes en capital.

Partant de ce constat, Eron Angjele, gérant senior — disposant de 20 ans d’expérience en finance de marché et en gestion de portefeuilles alternatifs à la Caisse des Dépôts et Consignations et à la Banque Postale Asset Management — s’associeravec Gautier Chauvin, Antoine Paris et Florent Vanaerde, trois autres professionnels de la finance et de l’innovation technologique pour lancer le projet Arquant en 2019. Leurs objectifs :

  • faciliter l’accès des investisseurs professionnels (institutionnels, banques privées, Family Offices et corporates) aux actifs numériques en gestion collective et en gestion individuelle ;
  • offrir une gestion active adaptée à la forte volatilité de cette classe d’actifs.

En obtenant son agrément auprès de l’AMF, Arquant Capital franchit un cap décisif.

« Cet agrément marque une étape clé dans le développement d’Arquant Capital et illustre pleinement notre volonté de proposer à nos clients des solutions d’investissement innovantes tout en leur assurant les meilleurs standards en matière de gestion et de conformité. Nous sommes désormais en ordre de marche pour lancer nos premiers fonds professionnels spécialisés, en nous positionnant aux avant-postes d’un marché en pleine expansion », déclare Eron Angjele, Président d’Arquant Capital.

Structuration dédiée aux professionnels

Labellisée par le pôle de compétitivité Finance Innovation de la place financière de Paris, Arquant Capital prépare activement le lancement de fonds inédits en France. Arquant Capital lancera notamment le premier fonds professionnel entièrement dédié à Ethereum, deuxième cryptomonnaie en termes de capitalisation et principal challenger de Bitcoin.

« Face à la concurrence accrue d’autres places européennes, en particulier les places luxembourgeoise et irlandaise, qui déploient actuellement plusieurs typologies de véhicules d’investissement collectif en actifs numériques, il est essentiel que la France puisse compter sur des acteurs tel qu’Arquant Capital. C’est pourquoi nous sommes heureux d’avoir pu accompagner la société dans son processus d’agrément », déclare Karima Lachgar, avocate associée au sein du cabinet Osborne Clarke.

Gestion active en « Machine Teaching »

Arquant Capital a développé depuis trois ans un process de gestion qui combine gestion algorithmique et suivi discrétionnaire. Les stratégies d’investissement déployées s’appuient sur l’expertise de l’équipe de gestion et sur une technologie d’intelligence artificielle (IA) propriétaire, qui permet une gestion des risques avec l'optimisationde l’approche « token picking », le market timing et le money management. Plutôt que le « deep learning », Arquant privilégie ainsi une approche de « machine teaching ». Cette synergie entre l’humain et la technologie offre notamment une transparence de bout en bout sur les décisions d’investissement.

« Grâce à cette approche, Arquant est en mesure de proposer à ses clients de diversifier leurs investissements vers une nouvelle classe d’actifs tout en offrant les meilleures pratiques de la finance traditionnelle. C’est une proposition de valeur qui s’adapte pleinement à une clientèle professionnelle et institutionnelle souhaitant investir dans les actifs numériques via des véhicules d’investissement adaptés à leur haut niveau d’exigence », conclut Gautier Chauvin, Directeur du Développement d’Arquant Capital.

Lire (4 min.)

Réforme du courtage : la CNCGP agréée par l’ACPR

La Rédaction
Le Courrier Financier

Dans le cadre de la réforme du courtage, l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) a agréé la Chambre Nationale des Conseils en Gestion de Patrimoine (CNCGP) ce mardi 22 mars. Pour rappel, la réforme du courtage entrera en vigueur le 1er avril prochain. La Chambre est en marche pour accueillir les courtiers dès le mois d’avril, que ce soit en termes de process ou de capacité, avec une équipe d’experts déjà parfaitement habitués à accompagner les Conseillers en Gestion de Patrimoine (CGP).

Accompagner les courtiers

« Nous remercions l’ACPR pour la confiance qu’elle nous porte en reconnaissant la Chambre comme association représentative de courtiers en assurance et en IOBSP (Intermédiaire en Opérations de Banque et Services de Paiement). Les courtiers vont rejoindre une association qui les accompagnera sur la réglementation, la formation, etc. Ils sortiront ainsi renforcés par cette collaboration, ce qui sécurisera la relation client », explique Julien Séraqui, Président de la CNCGP (Chambre Nationale des Conseils en Gestion de Patrimoine.) 

Créée en 1978, la CNCGP — association représentative de la profession — réunit 3 000 adhérents. Elle est le porte-parole des professionnels auprès des pouvoirs publics, des partenaires et du grand public. Première association de CIF agréée par l’AMF lors de la création du statut CIF en 2006, elle est membre du BIPAR, fédération européenne des intermédiaires d’assurance. Avec plus de 980 000 clients, les adhérents de la CNCGP conseillent plus de 75 milliards d'euros.

Lire (1 min.)

Crypto-actifs : la néo-bourse Kriptown obtient l’agrément PSAN auprès de l’AMF

La Rédaction
Le Courrier Financier

La néo-bourse Kriptown — qui permet aux PME de renforcer leurs fonds propres et d’investir en euros dans des actifs numériques — annonce ce mercredi 19 janvier son enregistrement en tant que Prestataire de services sur actifs numériques (PSAN) auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF). Kriptown assure des services de négociation d’actifs numériques, achat / vente d’actifs numériques contre monnaie ayant cours légal et de conservation d’actifs numériques.

« Nous sommes ravis de devenir le premier acteur PSAN et agent émetteur de monnaie électronique. La combinaison de ces deux statuts permettant d'offrir la meilleure expérience clients grâce à un règlement livraison instantanée en actifs numériques et en euro. Cela ouvre la voie à beaucoup de futures innovations dans le fonctionnement des exchange et même des bourses « traditionnelles », déclare Mark Kepeneghian, CEO de Kriptown.

Négociation d'actifs numérique

La fintech, qui est la quatrième société seulement à être enregistrée pour les services de Plateforme de négociation d’actifs numériques, est le seul PSAN à être également agent d'Établissements de Monnaie Électronique. C’est ce qui permet à Kriptown de créer des comptes avec un Iban dédié à chacun de ses utilisateurs et de faire circuler l’euro de manière instantanée dans son infrastructure.

Ce statut unique lui permet d’opérer un règlement-livraison instantané sans risque de contrepartie et en euro. Cette fonctionnalité technique représente une innovation majeure, permettant à Kriptown d’être en avance de plusieurs années sur le fonctionnement traditionnel des bourses. Kriptown a déjà mis à disposition cette technologie au profit de la Banque de France dans le cadre de leur expérimentation sur l'euro digital en juillet 2021.

Au service du financement des PME

Le statut PSAN et la réglementation sur les actifs numériques ont été créés par le gouvernement dans le cadre de la loi Pacte, qui énonçait : « Les entreprises manquent aujourd'hui de fonds propres indispensables à leur développement. Le PACTE facilitera l'accès à des financements diversifiés. Il orientera l'épargne des français vers les fonds propres des entreprises pour financer l'innovation et la croissance de demain ».

Obtenir cet enregistrement auprès des autorités compétentes permet à Kriptown d'être le premier PSAN à mettre ses équipes et sa technologie au profit du financement en fonds propres des PME françaises et à ainsi participer activement au développement de l’économie française. La néo-bourse s'aligne ainsi avec la philosophie de la Loi Pacte et du régime PSAN.

Lire (2 min.)

SERRIS REIM acquiert un magasin alimentaire à Villabé (91) d’une superficie de 2 100 m²

La Rédaction
Le Courrier Financier

Le site est intégralement loué à Grand Frais dans le cadre de baux fermes de 10 ans. Le volume
d’investissement est supérieur à 10M€ AEM

Cette nouvelle acquisition vient compléter le patrimoine des fonds Club Deal déjà composé d’un magasin
Grand Frais situé dans la zone commerciale Plan de Campagne à Marseille (13).

Ces investissements démontrent la volonté de SERRIS REIM d’acquérir des actifs idéalement situés dans des
zones commerciales développées et denses avec des locataires exerçant dans un secteur d’activité résilient –
l’alimentaire.

Dans cette acquisition SERRIS REIM a été accompagnée par l’étude DELREZ GRAUX JACQUES KARNIK
représentée par Maître Sandrine KARNIK et les conseils du cabinet CAZALS MANZO PICHOT SAINT
QUENTIN représenté par Maître Maxence MANZO et du cabinet CWS Avocat représenté par Maître William
STEMMER.


Le Cabinet Boucomont représenté par Jérôme BOUCOMONT a agi en qualité d’intermédiaire pour le compte
de l’acquéreur.

Lire (2 min.)

La société de gestion de Banque Richelieu entre au capital d’Hugau Gestion

La Rédaction
Le Courrier Financier

Richelieu Gestion, qui gère aujourd’hui près d’1 milliard d’euros d’encours, poursuit sa phase d’accélération en annonçant sa première prise de participation. Un axe de développement stratégique de Banque Richelieu et une étape majeure pour sa société de gestion, qui était inscrite dans la feuille de route établie par Lorenzo Gazzoletti, son Directeur Général, à son arrivée en juillet 2023.

Cette opération permettra à Richelieu Gestion et Hugau Gestion d’élargir leur offre en proposant à chacune des
clientèles respectives, l’accès à leurs expertises historiques phares : la gestion actions de Richelieu Gestion et la gestion obligataire et monétaire d’Hugau Gestion.


Créée en 2006, Hugau Gestion enregistre aujourd’hui près de 800M d’euros d’encours et compte 11 collaborateurs. Hugau Gestion est une des rares sociétés de gestion indépendantes à développer une véritable ingénierie de la gestion monétaire et obligataire et est reconnue pour la qualité et les performances de sa gamme. Elle gère aujourd’hui 8 OPC monétaires, obligataires, mixtes et dédiés et des mandats de gestion principalement pour des clients institutionnels.

Les équipes de Gestion et de Direction restent en place. Les clients conservent les mêmes interlocuteurs ; Catherine Huguel, co-fondatrice, demeure Responsable de la Gestion et Johan Bigot Directeur de la Gestion Taux.
Le secteur de la gestion d’actifs est en pleine évolution et l’environnement actuel est particulièrement favorable au marché des taux. Ce rapprochement offre un nouvel axe de développement à Hugau Gestion lui permettant d’intégrer un groupe bancaire indépendant, solide et d’élargir ses réseaux de distribution.


Lorenzo Gazzoletti, Directeur Général de Richelieu Gestion, déclare : “Nous nous réjouissons de cette prise de participation majoritaire qui va nous permettre de mutualiser nos compétences en offrant aux clients de Banque Richelieu ainsi qu’à ceux d’Hugau Gestion l’accès à des experts et à des stratégies d'investissements complémentaires pour répondre à leur besoin de diversification et de rendement. Nous allons développer ensemble, pour nos clients, des synergies de compétences, d’expériences et de marchés.”


Eric Le Maire, Directeur Général d’Hugau Gestion, ajoute : “Banque Richelieu dispose d’une prestigieuse renommée et d’un modèle économique solide. Ce sont pour nous des atouts formidables et différenciants renforcés par l’assise de son statut bancaire. Tout en conservant sa singularité, ses équipes et ses fonds qui ont fait sa force, cela permettra à Hugau Gestion de s’institutionnaliser davantage.

Nous partageons avec Richelieu Gestion des valeurs communes et sommes extrêmement complémentaires. Nous avons hâte de mettre en place les synergies entre nos deux Maisons au bénéfice de nos clients.”

Lire (2 min.)

Marc Emirian – Theoreim : multigestion immobilière, « réallouer son portefeuille selon les cycles »

Mathilde Hodouin
Le Courrier Financier
En septembre 2020, Theoreim a obtenu son agrément AMF. La société vise 200 millions d'euros d’actifs sous gestion d’ici 2021.Quels sont les avantages de son modèle de multigestion immobilière, en pleine période de crise sanitaire ? Quelles stratégies Theoreim va-t-elle lancer en 2021 ?
Voir (<3 min.)

Société de gestion : Theoreim obtient son agrément AMF

La Rédaction
Le Courrier Financier

Theoreim — société de gestion d’actifs en immobilier, créée par 4 experts du secteur — annonce ce vendredi 18 septembre qu'elle vient de recevoir son agrément délivré par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). La société propose une stratégie de multigestion immobilière à une clientèle grand public et institutionnelle, dans le cadre de véhicules diversifiés.

« Dans le contexte économique et financier actuel, nous sommes convaincus que l’immobilier restera pour longtemps un vecteur d’investissement particulièrement attractif pour les particuliers et les institutionnels. Theoreim proposera des solutions performantes, innovantes et flexibles, afin d’accompagner les investisseurs sur le long terme », explique Romain Welsch, président de Theoreim.

Focus sur Theoreim

Theoreim propose des véhicules d’investissement immobilier construits sur le principe de l’architecture ouverte, en s’appuyant sur des équipes de gestion sélectionnées pour leur capacité à créer de la valeur. Ces fonds d’investissement seront accessibles via les CGP, les Family Offices, les banques privées ou l’assurance vie.

Créée en mars 2020 par Romain Welsch, Gaëlla Hellegouarch, Marc Emirian et Matthieu Urruty, Theoreim est une société de gestion d’actifs spécialisée en investissement immobilier. Les stratégies d’investissement proposées par Theoreim s’appuient sur la sélection de fonds, de club-deals ou d’immeubles dont la gestion est réalisée par des équipes indépendantes, sélectionnées par Theoreim pour leur expertise spécifique.

200 M€ d’actifs pour 2021

Les quatre associés-fondateurs disposent d’une forte expérience dans le secteur de l’immobilier ainsi que dans la gestion et la distribution de véhicules d’investissement immobilier. Ils sont notamment issus, pour 3 d’entre eux, de la société de gestion BNP Paribas REIM. Romain Welsch, président de la société, Gaëlla Hellegouarch, directrice commerciale, Marc Emirian, directeur institutionnel et Matthieu Urruty, directeur immobilier, ont pour objectif d’atteindre 200 M€ d’actifs sous gestion d’ici 2021.

Theoreim lancera ses deux premiers fonds d’ici la fin de l’année pour ses partenaires, CGPFamily Offices, banques privées et institutionnels. Le premier sera accessible uniquement en unités de compte (UC) au travers de contrats d’assurance vie et le second sera proposé à une clientèle privée. Theoreim proposera d’autres stratégies d’investissement au cours des mois à venir. La société développera à terme une gamme suffisamment large pour s’adapter aux besoins patrimoniaux des investisseurs.

Lire (2 min.)