Olivier Chatelin-Malherbe – Vinci Immobilier : « Nous voulons devenir le promoteur référent »

Immobilier - En 2019, Vinci Immobilier développe son activité dans l'immobilier résidentiel. La marque privilégie l'immobilier locatif, en tant que promoteur exploitant. Quels sont ses leviers de croissance, internes et externes ? Quels secteurs va-t-elle privilégier d'ici 2022 ?

L’année 2019 s’annonce comme un très bon cru pour le secteur de l’immobilier résidentiel. « Au premier semestre, nous bénéficions de taux de crédit extrêmement bas », se réjouit Olivier Chatelin-Malherbe, Directeur commercial national de l’immobilier résidentiel chez Vinci Immobilier. « Ce contexte permet à tout à chacun d’investir dans l’immobilier locatif, mais aussi d’accéder à la propriété — ou d’en changer — pour les résidences principales », précise Olivier Chatelin-Malherbe. Rien qu’au 1er trimestre 2019, Vinci Immobilier enregistre un chiffre d’affaires consolidé en hausse de +7 % par rapport à l’an dernier sur la même période.

Démarche qualité et croissance externe

Dans le détail, le volume d’affaires de logements réservés a continué de progresser en valeur (+25 %) au 1er trimestre 2019 grâce à un effet prix favorable. Une bonne nouvelle pour le promoteur, qui a lancé son dispositif VINCI Immobilier 4YOU le 18 septembre 2018. Ce dispositif garantit aux clients acquéreurs une compensation financière jusqu’à 5 % du prix de vente TTC en cas de retard de livraison — après la date mentionnée dans l’acte de vente — y compris pour des causes dites légitimes, par exemple en cas d’intempéries ou de défaillance d’entreprise. La même sanction s’applique si les réserves du logement ne sont pas levées au-delà de 60 jours après la remise des clés. « C’est l’aboutissement de 10 ans de démarche qualité », résume Olivier Chatelin-Malherbe.

D’ici 2022, Vinci Immobilier souhaite développer son activité résidentielle par croissance externe. En janvier dernier, le groupe a enclenché le rachat d’Urbat Promotion avec l’autorisation de l’Autorité de la concurrence. Vinci Immobilier a déjà finalisé l’acquisition de 49,9 % du capital de la société. Le solde (50,1 %) sera racheté au cours du 2e trimestre 2020, dans le cadre d’une opération indissociable de cette entrée au capital d’Urbat Promotion. Cette opération permet à Vinci Immobilier de se positionner en France sur le segment des logements à prix accessible. « Nous allons développer ce promoteur sur tout l’Hexagone », précise Olivier Chatelin-Malherbe.

Développer les résidences gérées

Vinci Immobilier développe toute une gamme de résidences avec services, adapté à l’âge et aux besoins des occupants. Face au vieillissement de la population, le promoteur a créé la marque Ovelia pour les résidences seniors. Jusqu’au 31 décembre 2021, la loi Censi-Bouvard accorde une réduction d’impôts. Comptez 11 % du montant de l’investissement, dans la limite d’un plafond de 33 000 euros. L’investisseur bénéficie également du remboursement de la TVA à 20 % du prix du logement neuf. Vinci Immobilier organise le portage de cette taxe. En échange, il s’engage à louer son bien pour une durée minimale de 9 ans. Par ailleurs, le statut de loueur en meublé non professionnel (LMNP) permet aussi de défiscaliser en partie ses revenus. L’acheteur amortit environ 90 % (immobilier, hors foncier) de la valeur du logement sur 20 ans avec le report autorisé des déficits.

Les anciens ne sont pas les seuls qui cherchent à se loger dans un cadre confortable. Pour les étudiants, Vinci Immobilier a lancé en 2016 la marque Student Factory. Dans ces résidences, le promoteur propose des appartements meublés — du studio au T3 en colocation — aux étudiants et voyageurs de passage. Ce système hybride inclut des espaces de co-working et une large variété de services : livraison de colis, local à vélo, laverie, reprographie, cafétéria, etc. D’ici la rentrée universitaire 2019, Vinci Immobilier aura déployé ce type de résidences à Aix-en-Provence, Strasbourg et Bagnolet « Nous allons associer une troisième marque, Bikube qui est liée au co-living et sur laquelle nous avons beaucoup d’ambition », ajoute Olivier Chatelin-Malherbe. Une manière de s’imposer sur l’ensemble du marché de la résidence immobilière avec services.

Mathilde Hodouin - Le Courrier Financier

Rédactrice en chef

Voir tous les articles de Mathilde