Changement climatique : RGreen Invest lance son 3e fonds dédié au financement court-terme des acteurs de l’adaptation

RGreen Invest — société de gestion française indépendante créée en 2013, entreprise à mission, spécialiste du financement de la transition énergétique — annonce ce mercredi 8 décembre le lancement de son troisième fonds dédié au financement court-terme des acteurs de l’adaptation au changement climatique. Ce véhicule vise une taille cible de 200 M€.

L’heure est au premier closing du fonds Infrabridge III à 105 M€, soit plus de la moitié de son objectif cible. Anciennement connu sous le nom Nouvelles Energies, ce véhicule se destine au besoin de financement en dette court-terme des impulseurs clés de la transition énergétique et climatique.

Financement flexible pour la transition énergétique

Les établissements financiers classiques se sont récemment adaptés pour répondre plus vite aux besoins en dette senior des développeurs sur des projets prêts à construire, mais ils manquent toutefois de réactivité sur des projets en phase de développement. Partant de ce constat, Infrabridge III a été conçu pour apporter une solution aux développeurs européens qui nécessitent un financement rapide en phase d’amorçage, afin qu’ils puissent bénéficier par la suite d’un financement bancaire compétitif.

« Du fait de la compétitivité des énergies renouvelables par rapport aux énergies fossiles, nous sommes passés d’un monde subventionné à un monde rentable accélérant ainsi le nombre de projets EnR, d’e-mobilité et de stockage en développement. Nous soutenons cette dynamique d’accélération en dotant rapidement les développeurs des outils financiers nécessaires pour les accompagner dans la phase critique de développement », indique Nicolas Rochon, Président fondateur de RGreen Invest.

S'adapter aux évolutions du secteur 

Les solutions Infrabridge se veulent flexibles pour s’adapter au mieux à un marché en forte évolution. Par leurs tailles d’environ 200 M€ et leurs maturités courtes, ces solutions s’investissent très vites et permettent de proposer aux investisseurs une performance attractive.

Ainsi, Infrabridge III investit-il en dette court-terme dans des projets greenfield (en développement ou prêts à construire) ou brownfield, mais également au niveau de la maison mère jusqu’à ce qu’une solution de refinancement long terme prenne la relève ou que le partenaire cède ses actifs, selon sa stratégie. 

Si les projets et sociétés financés par les deux premiers millésimes sont localisés ou opèrent principalement dans l’Espace Economique Européen, Infrabridge III se donne la possibilité d’investir hors Europe dans les pays de l’OCDE afin de favoriser le développement à l’international des partenaires historiques de RGreen Invest.

Lire (3 min.)

EXCLUSIF / Energies renouvelables : un climat d’investissement changeant

Nick Parsons
Alors que la plupart des pays du monde se remettent de la pandémie de Covid, les pressions sur les prix s'intensifient. Dans ce contexte, ce sont aussi les prix de l’énergie qui font les gros titres. Pendant que la France se tourne davantage vers le nucléaire et l'Allemagne vers le gaz naturel, la transition énergétique l’échelle locale en Asie représente une opportunité évidente. L'éclairage de Nick Parsons, responsable de la recherche et de la politique ESG de ThomasLloyd Group.
Lire (5 min.)

SCPI de rendement : un an après, l’émergence de l’ISR

Quelle dynamique pour les SCPI de rendement ISR ? Le 23 novembre dernier, MeilleureSCPI.com publiait sa dernière étude sur ce segment du marché immobilier français. Le point avec Le Courrier Financier.
Lire (6 min.)

ISR Academy : Perial Asset Management lance sa formation pour les CGP

Perial Asset Management (Perial AM) — spécialiste de l'épargne immobilière — lance le programme ISR Academy by Perial AM à destination de ses partenaires conseillers en Gestion de Patrimoine : une formation sur l’ISR appliquée à l’immobilier et illustrée par des exemples concrets. L’objectif est de positionner les CGP partenaires de Perial AM comme les référents sur les sujets ISR auprès de leurs clients.

Décliner l'ISR dans l'immobilier

L'ISR devient incontournable dans le monde de l’épargne immobilière. Toute le monde en parle mais peu de professionnels en cernent les réels contours. Un an après l’ouverture du label ISR aux fonds immobiliers, 28 véhicules ont été labellisés soit 11 % de la collecte au troisième trimestre 2021 (source ASPIM au 30 septembre 2021). La demande est forte du côté des investisseurs institutionnels et des épargnants particuliers.

Fort de ce constat, Perial AM — spécialiste des enjeux ESG depuis de nombreuses années — a décidé de lancer l’ISR Academy by Perial AM : un programme court à destination des conseillers en gestion de patrimoine, pour leur permettre de mieux comprendre l'Investissement Socialement Responsable (ISR) et ses déclinaisons dans l'immobilier. 

Quatre sessions à venir en 2022

La première session de l’ISR Academy s’est déroulée en novembre 2021. Animée par Claire Chaves d’Oliveira, spécialiste de la Finance Durable, cette session s'appuyait sur des études de cas concrètes. L'ISR Academy by Perial AM permet aux CGP de comprendre les leviers de l’ISR pour transformer les pratiques d’investissement en immobilier, et de prendre en compte les critères d’analyses extra-financières dans leurs choix d’investissements.

L'ISR Academy est « une excellente formation », se félicite Claude Parolin, CGP Olifan Groupe qui a participé à la première session de formation. « Un cycle clair et performant qui permet de progresser et de mieux appréhender cette masse d’information », résume Fabrice Gil, CGP chez Gil Conseil. Perial AM organisera quatre sessions de l’ISR Academy au cours de l’année 2022.

Lire (2 min.)

TwentyFour Asset Management nomme son PDG

TwentyFour Asset Management (TwentyFour AM) — société de gestion spécialisée dans l’obligataire, et boutique du Groupe Vontobel — annonce ce mercredi 8 décembre la nomination de son directeur général. Dans le cadre de ses nouvelles fonctions, Ben Hayward (associé fondateur de TwentyFour) remplacera Mark Holman, qui était le PDG de l’entreprise depuis sa création en 2008 et qui quittera cette fonction en janvier 2022.

Croissance rapide de TwentyFour AM

Au cours de la dernière décennie, TwentyFour a connu une croissance rapide de ses encours sous gestion et du nombre de clients. Durant cette période, Mark Holman combine ses fonctions de PDG avec celles de gérant à plein temps pour le fonds phare de TwentyFour, Strategic Income. La croissance de la société rend difficile le cumul de ces deux fonctions. C’est pourquoi Mark Holman consacrera désormais 100 % de son temps à la gestion en tant que membre de l'équipe Obligations multisectorielles de la société.

Ben Hayward est membre du comité exécutif de TwentyFour depuis six ans, et le restera en tant que PDG. Il abandonnera ses responsabilités de gérant ABS, mais restera membre du comité d'allocation d'actifs de la société. Les trois associés actuels de l'activité ABS, Rob Ford, Douglas Charleston et Aza Teeuwen, ainsi que huit autres professionnels de l'investissement, continueront de gérer cette stratégie.

Maintenir les performances à long terme

TwentyFour va également élargir son comité exécutif avec l'arrivée de deux associés : Eoin Walsh et Sujan Nadarajah, qui font suite à l'arrivée de John Magrath (associé) plus tôt cette année. « Au fur et à mesure de notre croissance, nous avons constamment investi dans nos activités, notre personnel et, bien sûr, dans notre propre équipe de direction », déclare Graeme Anderson, président de TwentyFour Asset Management.

« Ben Hayward a été un membre clé de notre équipe de gestion pendant de nombreuses années et je me réjouis de continuer à travailler avec lui en tant que nouveau PDG. Ces changements représentent une évolution positive naturelle chez TwentyFour AM qui, selon nous, est dans le meilleur intérêt de nos clients, et nous aidera à maintenir notre excellente performance à long terme », conclut Graeme Anderson.

Lire (2 min.)

Turgot Capital passe la barre du milliard d’euros d’encours

Turgot Capital — groupe financier indépendant créé à Paris en 2003 — annonce ce mercredi 8 décembre qu’il vient de dépasser le milliard d’euros d’encours gérés et/ou conseillés. Turgot Capital concentre ses expertises autour de quatre filiales dédiées et verticalement intégrées : la gestion d’actifs financiers & immobiliers avec Turgot Asset Management, le courtage avec Turgot Life et […]

Turgot Capital — groupe financier indépendant créé à Paris en 2003 — annonce ce mercredi 8 décembre qu’il vient de dépasser le milliard d'euros d'encours gérés et/ou conseillés. Turgot Capital concentre ses expertises autour de quatre filiales dédiées et verticalement intégrées : la gestion d'actifs financiers & immobiliers avec Turgot Asset Management, le courtage avec Turgot Life et le conseil avec Turgot Wealth et Turgot Real Estate.

Sa clientèle — historiquement les investisseurs privés — s’est fortement développée ces 12 derniers mois sur le segment des investisseurs institutionnels. Le groupe compte actuellement 22 collaborateurs. Depuis sa création, la société a connu un développement constant. Celui-ci s’est fortement accéléré cette année avec le référencement en unité de compte (UC) de son produit phare, la SCI ViaGénérations chez deux nouveaux assureurs : Swiss Life et Generali.

Succès de la collecte des fonds

La qualité des performances de ses principales stratégies : la Gestion Obligataire Flexible au travers de son fonds Turgot Oblig Plus noté 5 étoiles par l’agence QUANTALYS et de sa gamme de fonds de Multigestion HASTINGS, a également contribuée à porter le fort développement des encours du groupe.

Les stratégies de gestion du groupe trouvent ainsi leur place dans les allocations d’actifs des investisseurs en assurance vie, dont la collecte s’est très fortement développée ces derniers mois. La collecte des fonds Turgot est également portée par le succès des Plans d'Épargne Retraite (PER). En octobre 2021, la Fédération française de l’assurance (FFA) annonçait des chiffres records dans les placements en UC et un développement rapide des PER.

L'essor de la SCI Viagénérations

« La bonne tenue sur trois ans de notre gestion traditionnelle sur les marchés financiers permet d’asseoir notre développement. Depuis plus de quatre ans, nous avons étendu notre savoir-faire à l’immobilier et avons ainsi accéléré notre croissance »déclare Waldemar Brun-Theremin, Directeur Général Associé et Directeur des Gestions.

La SCI ViaGénérations a fêté ses 4 ans en octobre dernier. Son profil de risque a évolué d'un SRI 3 à un SRI 2. Elle affiche une croissance de la performance de son UC de +5,21 % au 1er décembre 2021. Aujourd’hui, la régularité des performances, que la SCI ViaGénérations affiche depuis sa création, la positionne en tête de sa catégorie : +6,81 % en 2020, +6,73 % en 2019, +6,42 % en 2018, et déjà +6,12 % sur un an glissant. Cela représente une performance cumulée de +27,64 % depuis sa création en 2017.

Lire (3 min.)

Europe : des fonds verts de plus en plus nombreux mais des objectifs peu clairs

Cesare Vitali
Novethic vient de publier son étude annuelle sur le marché des fonds verts en Europe. Il en ressort que les fonds verts représentent 1,3 % des encours de gestion d'actifs européenne, avec des objectifs parfois encore très flous. Quelles sont les pistes d'amélioration pour un réel impact de ces fonds verts ?
Lire (4 min.)

Crise sanitaire : le risque Omicron

César Pérez Ruiz
La fin de l'année 2021 s'annonce volatile, avec une forte correction des marchés à risque. Quelles perspectives dans les mois à venir ? Le point avec César Perez Ruiz, Responsable des investissements et CIO chez Pictet Wealth Management.
Lire (3 min.)

Investissement durable : six fonds MainFirst reçoivent le label FNG

MainFirst Asset Management (Mainfirst) — boutique multi-investissements indépendante basée à Francfort (Allemagne — annonce ce vendredi 26 novembre que six de ses fonds ont reçu le label FNG en 2021. Après avoir attribué le label à quatre fonds pour la première fois l'année dernière, MainFirst a considérablement augmenté le nombre de ses fonds certifiés.

Développement durable

Pour la seconde fois, le Forum Nachhaltige Geldanlagen (FNG), un forum d'investissement durable œuvrant dans les pays germanophones, a distingué plusieurs fonds communs de placement de MainFirst. Ainsi, la société de gestion a une nouvelle fois progressé de manière significative par rapport à l'année précédente, grâce au développement continu de l'approche durable dans ses différents portefeuilles.

Les fonds d'investissement suivants ont reçu deux étoiles pour leur stratégie de développement durable : les fonds « MainFirst Global Equities Fund » et « MainFirst Global Equities Unconstrained Fund », « MainFirst Absolute Return Multi Asset » et « MainFirst Germany Fund ». Le produit phare, à savoir le fonds « MainFirst Top European Ideas », qui participait pour la première fois, a également reçu deux étoiles, tandis que le fonds « MainFirst Megatrends Asia », tout récemment lancé, a décroché une étoile.

Tous les fonds primés ont obtenu des points supplémentaires dans les domaines de la crédibilité institutionnelle, des normes de produit et de la stratégie de sélection et de dialogue. Le « très convoité » label FNG prend en compte les normes de durabilité internationalement reconnues lors de l'évaluation des fonds et constitue désormais un gage de qualité reconnu dans le monde germanophone.

Intégrer les critères ESG

« Depuis l'année dernière, nous avons déployé beaucoup d'efforts pour accroître notre transparence. Il est important à nos yeux que chaque équipe mette en œuvre une approche ESG authentique dans sa philosophie d'investissement. Le fait que ce travail ait été reconnu par une instance extérieure nous rend fiers. Nos produits affichent de bonnes performances à tous les niveaux », déclare Patrick Vogel, Directeur Général chez Mainfirst.

Il félicite les équipes qui travaillent aux côtés des gérants de fonds Frank Schwarz, Adrian Daniel et Olgerd Eichler. Chez MainFirst, la poursuite du développement des approches en matière de durabilité relève de la responsabilité de chaque équipe de gestion de portefeuille. La direction soutient activement cette démarche.

Par conséquent, pour le gérant Frank Schwarz, en charge des fonds d'actions mondiales et multi-actifs ainsi que de mandats institutionnels avec son équipe, la prise en compte des critères ESG dans leurs décisions d'investissement est fondamentale. « Nous considérons que l'une de nos principales responsabilités est d'apporter une contribution précieuse à une utilisation plus durable du capital grâce à une sélection de titres rigoureuse et à des critères d'exclusion clairement définis », explique Frank Schwarz.

Interagir avec les entreprises

L'équipe menée par Olgerd Eichler, responsable des fonds MainFirst Top European Ideas Fund et MainFirst Germany Fund, privilégie un dialogue actif avec les entreprises dans lesquelles ils sont investis. « Notre objectif est de susciter une action durable grâce à nos interactions avec les décideurs dans les entreprises. Ce faisant, nous recourons aussi de manière intensive à la possibilité d'exercer activement les droits de vote », explique Alexander Lippert, gérant au sein de l'équipe des actions allemandes et européennes.

« Nous sommes heureux que nos efforts de longue date aient été reconnus via l'attribution de deux étoiles pour chacun des deux fonds. Même un produit lancé en tant que fonds conventionnel peut obtenir un bon classement en termes de durabilité malgré l'absence du terme durable dans son nom. Nous préférons créer un pont entre durabilité et rendement grâce à un dialogue actif et à notre engagement », poursuit Alexandre Lippert.

La pertinence des labels de durabilité transparents et compréhensibles ne cesse de croître, car il n'existe pas de définition claire et générale des investissements durables. Le Forum Nachhaltige Geldanlagen satisfait à cette exigence et MainFirst se félicite donc de l'attribution du label FNG, gage de qualité pour les fonds d'investissement durables en Allemagne, en Autriche et en Suisse.

Que retenir du label FNG ?

Le label FNG est la norme de qualité pour les investissements durables sur les marchés financiers germanophones. Il a été lancé en 2015 après une phase de développement de trois ans impliquant les principales parties prenantes. La certification de durabilité correspondante doit être renouvelée chaque année. La méthodologie holistique du label FNG est basée sur un ensemble de normes minimales.

Celles-ci comprennent des critères de transparence et la prise en compte du droit au travail, des droits de l'homme, de la protection de l'environnement et de la lutte anticorruption, tels que repris dans le Pacte mondial des Nations Unies. Toutes les entreprises intégrées dans le fonds concerné doivent également être analysées de manière exhaustive au regard des critères de durabilité et le produit doit disposer d'une stratégie de durabilité explicite.

Tout investissement dans l'énergie nucléaire, les mines de charbon, la production d'énergie à base de charbon, la fracturation, les sables bitumineux, la production de tabac et les armes et armements est interdit. Les fonds certifiés suivent donc une approche transparente de la durabilité dont l'application crédible a été vérifiée aux termes d'un audit indépendant (Université de Hambourg) et contrôlée par un comité externe doté d'une expertise interdisciplinaire.

Lire (5 min.)

Label ISR : les fonds ODDO BHF Green Planet et ODDO BHF Sustainable Credit Opportunities l’obtiennent

ODDO BHF Asset Management (ODDO BHF AM) — filiale du groupe financier franco-allemand ODDO BHF — annonce ce lundi 29 novembre poursuivre sa stratégie de finance responsable labellisée sur un large spectre de classes d'actifs. Le gérant obtient ainsi le Label ISR et le Label FNG pour deux fonds supplémentaires :

  • ODDO BHF Green Planet : fonds thématique d’actions mondiales ;
  • ODDO BHF Sustainable Credit Opportunities : fonds obligataire flexible ;

Plus de 7 milliards d'euros

ODDO BHF Asset Management compte désormais 9 fonds labellisés ISR ainsi que 4 fonds labellisés FNG. Ces fonds d'investissement représentent actuellement plus de 7 Mds€ d’encours. Il s'agit de :

  • ODDO BHF Avenir Europe ;
  • ODDO BHF Avenir Euro ;
  • ODDO BHF Avenir ;
  • ODDO BHF Green Planet ;
  • ODDO BHF Génération ;
  • ODDO BHF Algo Sustainable Leaders ;
  • ODDO BHF Sustainable Euro Corporate Bond ;
  • ODDO BHF Sustainable Credit Opportunities ;
  • ODDO BHF Sustainable European Convertibles.

Engagement à long terme

« Gage de transparence, l’obtention des Labels ISR et FNG pour deux nouveaux fonds témoigne de notre volonté d’accompagner nos clients en quête de sens pour leurs investissements », déclare Martina Macpherson, responsable de la stratégie ESG pour ODDO BHF AM.

« L’obtention des Labels ISR et FNG vient conforter notre engagement continu en faveur de l’investissement responsable et de nos efforts constants en termes de durabilité pour nos clients en Europe. Nous sommes convaincus que l’investissement durable est un moteur de performance à long terme », ajoute Nicolas Chaput, Directeur Général de ODDO BHF AM.

Lire (2 min.)

Santé : REALITES signe un partenariat avec Norma Capital

REALITESgroupe de développement territorial — annonce ce mercredi 7 décembre la signature d’un accord avec Norma Capital qui s’engage à acquérir, via ses fonds labellisés ISR Immobilier, les murs des futurs Pôles Santé MedCorner City, filiale de maîtrise d’usage du Groupe.

MedCorner City, répondre professionnels de santé libéraux

MedCorner City a pour vocation d’être utile aux professionnels de santé, aux territoires et à leurs habitants par l’implantation et l’exploitation de Pôles Santé attractifs, et de répondre ainsi aux principaux enjeux « santé » de proximité.

En ce sens, les Pôles Santé MedCorner City proposent un environnement de travail et des services adaptés aux besoins et aux usages des professionnels de santé libéraux, que ce soit en termes de mutualisation des moyens, de simplification des formalités d’installation et d’exercice, ou encore de développement du parcours de soins des patients en s’appuyant sur les forces d’une équipe pluridisciplinaire.

Outre le regroupement de professionnels de santé locaux désireux de faire évoluer leur mode d’exercice, MedCorner City apporte une solution aux territoires et à leurs habitants en créant, par l’identification de cette destination santé, les conditions pour en attirer de nouveaux. MedCorner City entend ainsi lutter contre la désertification médicale dans les territoires, en particulier dans les villes moyennes.

Fair Invest, la santé et l’éducation

Partageant la même vision d’un immobilier socialement utile, Norma Capital, Société de Gestion de Portefeuille dans l’immobilier gérant 750 M€ d’actifs, s’engage à se porter acquéreur des murs des futurs Pôles Santé exploités par MedCorner City. L’acquisition des futurs Pôles MedCorner City par Norma Capital s’effectuera notamment pour le compte de sa SCPI Fair Invest labellisée ISR immobilier.

Créé en juillet 2018, ce fonds à capital variable investit en immobilier tertiaire en prenant systématiquement en compte des critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG). Dans ce cadre, le fonds investit dans des activités socialement utiles, dont principalement la santé et l’éducation, tout en excluant certains secteurs d’activité de son parc immobilier — exploitation de matières fossiles, armement, etc. À travers sa stratégie d’investissement, Fair Invest permet d’investir dans une épargne utile et responsable.

4 à 5 Pôles Santé MedCorner City par an

Ciblant en France les quartiers des grandes villes offrant des opportunités (déficit d’offre ou volonté de regroupement des professionnels de santé), mais aussi les agglomérations de 20 000 à 100 000 habitants, soit 26 % de la population, MedCorner City prévoit de développer en moyenne quatre à cinq Pôles Santé par an. Dimensionné en fonction d’une étude d’opportunité, chaque nouveau Pôle représente en moyenne une surface de 800 m².

À ce jour, cinq Pôles Santé sont en cours de construction, tandis que six autres Pôles sont en phase de montage. L’objectif est d’ouvrir 20 établissements à horizon 3/5 ans. Dans le premier portefeuille validé par Norma Capital, les trois Pôles, tous en travaux, totalisent plus de 2 800 m² pour un investissement global de l’ordre de 10 M€ :

  • Pôle Santé Gavarnie à Villenave d’Ornon (Gironde) : 536 m² mis en service au 3e trimestre 2022 ;
  • Pôle Santé de la Paix à Cherbourg - Equeurdreville (Manche) : 533 m² mis en service au 1er trimestre 2023 ;
  • Pôle Santé Les Villes Dorées à Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) : 1 630 m² mis en service au 2e trimestre 2023.

Un partenariat tripartite et complémentaire

Ce partenariat s’appuie désormais sur des expertises complémentaires :

  • REALITES, développeur territorial, pour le développement et le montage des Pôles Santé, à travers REALITES LIFE+, sa filiale dédiée aux ouvrages dans les domaines de la santé, du médico-social, de l’immobilier géré et de l'habitat spécifique, ou ses Directions de la Maîtrise d’Ouvrage en Régions ;
  • Norma Capital, gérant d’épargne immobilière pour le grand public et investisseur précurseur dans l’investissement socialement responsable, pour le portage des murs ;
  • MedCorner City pour le conseil aux collectivités, la conception, l’aménagement, et l’exploitation des Pôles Santé.

Développer l'offre de santé de proximité

« Notre partenariat avec Norma Capital consacre la pertinence de notre positionnement d’acteur d’un développement territorial soucieux des enjeux sociaux, sociétaux et environnementaux. Il marque la concrétisation des perspectives de développement de notre activité d’usage santé avec MedCorner City, qui ambitionne de repenser les services en soins médicaux et paramédicaux de proximité sur un marché où l’offre est structurellement déficitaire », déclare Yoann Choin-Joubert, PDG du groupe REALITES.

« Nous sommes enthousiastes face aux perspectives de développement d’une offre de santé de proximité sur l’ensemble du territoire, actuellement déficitaire. Ce partenariat permet à Norma Capital de poursuivre sa stratégie d’investissement à impact social et sociétal. MedCorner City porte un projet valeureux pour l’ensemble de nos associés en recherche de sens et d’utilité pour leur épargne », déclare Faïz Hebbadj, Président de Norma Capital.

« Nous sommes fiers de la confiance que nous accorde Norma Capital qui, grâce à son soutien, sécurise le développement du réseau MedCorner City. Forts de ce partenariat, nous avons pour objectif de créer entre 15 et 20 Pôles Santé d’ici 2024 et faire de notre activité une marque de référence dans la qualité des soins médicaux et paramédicaux de proximité », déclare Julien Omnes, Cofondateur et Directeur Général de MedCorner City.

Lire (6 min.)

Fonds patrimonial : Auris Gestion présente « Auris Diversified Beta », un fonds qui s’adapte aux cycles

Auris Gestion — société de gestion entrepreneuriale créée en 2004 — présente ce mardi 7 décembre son fonds patrimonial mixte « Auris Diversified Beta », qui s’adapte aux cycles. « Auris Diversified Beta » a pour objectif de réaliser une performance comprise entre 4 % et 5 % par an tout en respectant une volatilité d’environ 5 %.

Avec une exposition actions limitée à 35 %, le fonds présente une complémentarité aux fonds en euros grâce à sa gestion active et flexible et à une allocation diversifiée pour faire face à des marchés contrastés. Il peut être investi dans toutes les classes d’actifs — actions, taux, crédit, devises, thématiques, couvertures. Sa durée d’investissement recommandée est de 3 ans.

« Auris Diversified Beta » s’adapte à tout moment aux conditions fluctuantes du marché. Ce fonds s’adresse aux investisseurs qui souhaitent participer à la progression des marchés tout en conservant une volatilité maîtrisée.

Un fonds patrimonial audacieux

Le fonds n’hésite pas à utiliser toutes les bornes d’investissement. Sur la poche actions, il peut être investi entre 10 % et 35 % de l’exposition globale, et peut faire varier le curseur de façon réactive. « Auris Diversified Beta » était ainsi exposé à 13 % au plus bas l’année dernière, et était autour des 34 % en début d’année 2021, soit quasiment la borne haute que se fixe le fonds pour cette classe d’actifs.

Cette flexibilité se retrouve aussi dans la sensibilité de la poche obligataire qui peut varier entre 0 et 5. Enfin, « Auris Diversified Beta » va chercher de la performance au-delà des actions, en utilisant tous les compartiments du marché obligataire grâce à une expertise pointue — dettes souveraines, indexées sur l’inflation, haut rendement, hybrides d’entreprises ou dettes subordonnées financières, y compris les « CoCo bonds » ou « contingent convertible bonds ».

La réactivité dans ces deux dimensions apporte de la singularité à ce fonds, et lui permet d’avoir une performance cumulée sur 3 ans jugée attractive par rapport au niveau de risque.

Pourquoi le terme BETA ?

Le « Beta » définit la sensibilité du fonds à la volatilité du marché. L’objectif premier de ce fonds est de piloter ce Beta en faisant entre 20 % et 50 % des variations du marché EuroStoxx 50 —une des composantes de son indice de référence.

« Le but n’est pas de minimiser ce Beta, mais plutôt de le piloter pour participer dans une certaine mesure à la hausse en marché haussier, et limiter les pertes en marché baissier. Nous associons au mot Beta le mot diversifié car nous construisons notre performance à travers toutes les classes d’actifs », explique Joffrey Ouafqa, directeur des gestions chez Auris Gestion et gérant du fonds

Quel processus de gestion ?

Il combine l’analyse macroéconomique (approche Top-Down), l’allocation tactique, le stock picking et bond picking adaptés au contexte économique ainsi que le pilotage du risque totalement intégré à la gestion.

L’analyse macroéconomique, réalisée par l’équipe de gestion, repose sur cinq piliers : la croissance économique, l’inflation, les politiques monétaires des banques centrales, les agents économiques et les flux. Cette analyse rigoureuse permet de définir une allocation entre les classes d’actifs et les zones géographiques.

Lire (3 min.)

Accord de Paris : Bruno Le Maire confie à Yves Perrier la mission de coordonner les acteurs financiers en France

Le Ministère de l'Economie, des Finances et de la Relance (Bercy) annonce ce jeudi 25 novembre que Bruno Le Maire a décidé de confier à Yves Perrier, président d’AMUNDI et vice-président de PARIS EUROPLACE, une mission de coordination des acteurs de la place de Paris dans leur alignement avec l’Accord de Paris. Un premier rapport définissant cette trajectoire est attendu pour fin février 2022.

Transition énergétique

« Les capacités financières de la Place de Paris constituent un levier considérable pour accélérer la transition énergétique. Si de premiers engagements ont déjà été pris, la Place financière de Paris doit aller plus loin. J’ai donc demandé à Yves Perrier de travailler avec l’ensemble des acteurs de la Place financière de Paris pour établir une première trajectoire d’alignement des financements avec l’Accord de Paris, d’ici fin février prochain », indique Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance.

« Réussir la transformation des économies pour maîtriser l’évolution climatique nécessite une mobilisation collective accrue de l’ensemble des acteurs : Etats, entreprises et secteur financier. La Place financière de Paris a été, depuis les accords de Paris en 2015, pionnière dans ce domaine. Elle entend amplifier son action pour réaliser la transition énergétique tout en contribuant à renforcer l’industrie du pays », ajoute Yves Perrier, président d’AMUNDI et vice-président de PARIS EUROPLACE.

Décarboner l'économie

La COP 26 a réaffirmé l’objectif de l’Accord de Paris de contenir le réchauffement climatique à +1,5°C et l’importance d’agir d’ici 2030 pour effectivement réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) et s’adapter aux conséquences du changement climatique. L’un des leviers d’action de la décarbonation de nos économies, présent dans l’Accord de Paris, est l’orientation les flux financiers, publics comme privés.

Depuis trois ans explique Bercy, sous l’impulsion de Bruno Le Maire, un travail conséquent a été réalisé par la Place de Paris. Ainsi, en 2019, un premier engagement de l’ensemble des acteurs financiers de la Place de Paris (assureurs, banques et gérants de fonds) a-t-il été pris en faveur de la sortie du financement du charbon thermique.

Depuis, les acteurs de la Place ont élaboré et publié des stratégies de désinvestissement dans le domaine du charbon thermique. Lors du Climate Finance Day de 2020, le Ministre a appelé les acteurs financiers de la place à préciser leurs engagements relatifs au charbon et à l’étendre aux hydrocarbures non conventionnels. La Fédération française de l’assurance (FFA), l’association française de la gestion financière (AFG) et les six plus grandes banques françaises ont dévoilé, en octobre dernier, des premiers éléments de doctrine s’agissant du gaz et du pétrole non-conventionnels.

Sortir du charbon thermique

En parallèle, des dispositifs ont été mis en place, avec le soutien du Gouvernement, pour assurer la transparence et le suivi des engagements pris par les acteurs financiers et formuler des recommandations pour renforcer leur ambition. Un Observatoire de la finance durable a été lancé en 2020 et a installé, en son sein, un comité scientifique et d’expertise pour privilégier une approche scientifique et mobilisant les leviers les plus efficaces de décarbonation des financements de la Place.

Ce comité a émis, en février 2021, des recommandations pour un désengagement du charbon et, en septembre 2021, des recommandations additionnelles pour les hydrocarbures non-conventionnels. En parallèle, l’AMF et l’ACPR publient dorénavant un rapport annuel commun évaluant l’impact des politiques climatiques des acteurs financiers. Les derniers éléments publiés, en octobre dernier, soulignent le chemin qu’il reste à parcourir pour être à la hauteur des enjeux.

Bruno Le Maire a donc invité, lors du Climate Finance Day du 26 octobre 2021, tous les acteurs financiers de la Place à s’engager résolument dans une trajectoire de sortie du financement du charbon et des hydrocarbures non conventionnels, en lien avec l’Accord de Paris, et au-delà, dans une trajectoire de réduction de l’intensité carbone des projets et des entreprises financés. Cette trajectoire doit être objectivable et mesurable, efficace et transparente avec un échéancier graduel contraignant.

Lire (4 min.)

La Banque Postale Asset Management étoffe son équipe investissement responsable

La Banque Postale Asset Management (LBP AM) — filiale de gestion d’actifs de La Banque Postale — annonce ce mercredi 24 novembre plusieurs nominations au sein de son pôle « Solutions ISR ». Ce pôle transversal permet à LBP AM d’accompagner au plus près l’ambition croissante de ses clients en matière de finance durable.

100 % de fonds ouverts ISR

LBP AM revendique être la seule société de gestion de taille significative en France à proposer 100 % de ses fonds ouverts ISR labellisés. Avec sa filiale Tocqueville Finance, LBP AM a également développé une gamme de fonds thématiques reconnue pour ses performances financières et extra-financières et s’apprête à lancer une stratégie de gestion de dette infrastructure à impact climatique en Europe.

LBP AM annonce donc un renforcement important de son pôle « Solutions ISR ». Ce pôle a vocation à piloter la stratégie finance durable de LBP AM et sa filiale Tocqueville Finance, autour de thèmes-clés incluant la définition d’une ambition climat, le déploiement de la stratégie de financement à impact, et la R&D en matière de produits et data.

Une équipe de 8 personnes

Composée de 8 personnes, l’équipe est placée sous la responsabilité d’Héléna Charrier, Responsable Solutions ISR, qui reporte elle-même à Guillaume Lasserre, Directeur adjoint des gestions. Elle s’appuie sur une équipe d’experts renforcée par l’arrivée d’Ekaterina Pomonareva, nommée au poste de Responsable Climat en charge de déployer les engagements climatiques de la société de gestion dans ses stratégies d’investissement.

Elle s'appuie également sur Léonard Pirollet en charge des Affaires Publiques, et de Diane Moulonguet en charge du développement et de l’exécution de l’activité de vote pour irriguer les pratiques de gestion. Ces quatre nominations complètent l’équipe actuelle, composée d’analystes quantitatifs et de spécialistes des sujets environnementaux et sociaux.

Quelles stratégies à impact ?

« L’expérience unique d’Héléna va nous permettre d’accélérer le développement de nos stratégies à impact et ainsi démontrer notre capacité à générer, via nos investissements, une contribution positive supplémentaire sur nos 4 enjeux prioritaires : le climat, la biodiversité, le développement des territoires et les droits humains & égalité », explique Guillaume Lasserre, Directeur adjoint des gestions de La Banque Postale Asset Management.

« L’arrivée d’Ekaterina, avec sa maîtrise fine des sujets liées à l’urgence climatique, constitue un atout précieux pour notre démarche. Celle de Léonard est essentielle pour nous aider à relever les défis de la règlementation et accompagner la réflexion des clients et des régulateurs. De même celle de Diane va nous permettre de renforcer notre expertise sur le volet gouvernance et sur l’engagement actionnarial, axe important de notre politique ISR », ajoute-il.

Lire (3 min.)