La SCPI Immo Placement lance une augmentation de capital de 15 millions d’euros

Voisin — filiale de Foncière Atland — annonce ce vendredi 21 juin le lancement d'une augmentation de capital de 15 M€ pour la SCPI Immo Placement. Cette SCPI hyper-mutualisée compte plus de 200 actifs et plus de 400 locataires, pour une capitalisation de 250 M€.

Sa stratégie d'investissement s'oriente vers les bureaux dans les métropoles régionales. Elle repose sur deux volets, des acquisitions ciblées dans les métropoles régionales d'un côté, et une gestion active de son patrimoine de l'autre.

Investir dans un fonds hyper-mutualisé

Cette augmentation de capital vise à développer les performances du fonds. Le prix de la part de cette augmentation de capital est fixé à 870 euros, pour une valeur de reconstitution de 916,12 euros (en hausse de 1,98 % en 2018). Les épargnants peuvent devenir associés à partir de 3 480 euros.

Avec un taux de distribution 2018 supérieur à 5 %, Immo Placement permet aux épargnants et aux professionnels du patrimoine d'investir dans un fonds hyper-mutualisé. La SCPI leur apporte une distribution supérieure à la moyenne du marché et un potentiel de valorisation.

Plus de 92 % de taux d'occupation financier

La précédente augmentation de capital  — menée en 2016-2017 pour un montant similaire  — avait été souscrite en seulement six mois. Cette opération avait permis d'acquérir plusieurs actifs de qualité dans les métropoles comme Nantes, Toulouse, ou Lille/Roubaix.

Ces acquisitions et la valorisation du patrimoine permettent d'afficher un taux d'occupation financier supérieur à 92 % à fin 2018. Forte de réserves importantes  — avec un report à nouveau équivalent à 125 jours de distribution  — et d'un patrimoine porteur de potentielles plus-values, le dividende 2019 sera supérieur ou égal à celui de l'an dernier.

En termes de valorisation les valeurs d'expertise s'inscrivent à la hausse depuis plusieurs années. Ces bons fondamentaux se sont retranscrits au niveau du prix moyen de la part, qui a augmenté de 1,30 %.

Lire (2 min.)

AngelSquare signe un partenariat avec le Family Office Fair/e

Angelsquare — communauté d'investisseurs experts de l'amorçage — annonce ce mercredi 12 juin le lancement d'un partenariat avec le Family Office français Fair/e. Objectif, soutenir la diversification des investissements des Family Offices. Fair/e accompagne déjà 28 familles, soit l'équivalent de 200 millions d'euros d'actifs sous conseil. Cette nouvelle collaboration lui permet de mieux répondre aux désirs d'investissements de ses clients en Private Equity, qui représente 30 % de ses opérations.

Cette nouvelle collaboration fait d'AngelSquare le premier partenaire en Private Equity du Family Office. De cette façon, Fair/e accède à deux services principaux : l'accompagnement de ses équipes et de sa communauté composée d'investisseurs expérimentés ; et au flux d'opportunités d'investissement dans des projets entrepreneuriaux sélectionnés par Angelsquare.

Renforcer l'expertise d'Angelsquare auprès des multi Family Offices

Depuis sa création en 2016, AngelSquare travaille avec des Business Angels et des Single Family offices. La communauté d'investisseurs souhaite désormais se développer auprès des multi Family Offices dont les clients souhaitent investir en capital venture. En pratique, les clients de Fair/e pourront :

  •   investir en direct dans les deals sélectionnés par Angelsquare ;

AngelSquare vise également les banquiers privés qui souhaitent diversifier le portefeuille d'investissements de leurs clients.

Lire (3 min.)

AngelSquare : 3 années de capital d’amorçage pour les startups françaises

La semaine dernière, AngelSquare fêtait à Paris ses 3 ans d'existence. Cette communauté d'investisseurs — Business Angels, Family Offices et autres fonds d'amorçage — finance des startups françaises en seed et en série A. Cette année, les Fintechs et les startups à impact étaient à l'honneur. Le Courrier Financier s'est glissé parmi les invités...
Lire (5 min.)

Blockchain : IZNES annonce la recomposition de son capital

IZNES — plateforme paneuropéenne de tenue de registre en blockchain — annonce ce jeudi 23 mai avoir finalisé la recomposition de son actionnariat, qui se traduit par la montée en puissance à son capital des 6 sociétés de gestion actionnaires fondatrices.

OFI AM, Arkéa IS, Groupama AM, La Banque Postale AM, La Financière de l’Echiquier et Lyxor Asset Management détiennent désormais l’intégralité du capital de la plateforme. L’opération a aussi vu la sortie du tour de table de SETL, la société créatrice de la technologie blockchain d’IZNES.

Vers un développement à l'international

Cette opération renforce IZNES dans l'optique d'un développement international. IZNES rachète notamment la propriété intellectuelle de sa plateforme, recrute l’équipe de SETL qui a conçu le produit et internalise ses développements informatiques. IZNES continue de bénéficier d’une licence d’utilisation de la technologie Blockchain de SETL.

Lancée en mars 2019, IZNES organise l'achat et la vente d’OPC en blockchain pour le compte de clients institutionnels et particuliers, compatibles avec les différents canaux de commercialisation. L'entreprise affiche plus d’1 milliard d’euros d’encours sous registre en Mai 2019. IZNES poursuit son développement en France et au Luxembourg.

Lire (2 min.)

Finance durable : vers une régulation européenne de l’information extra-financière des entreprises ?

Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, a reçu ce vendredi 21 juin le rapport établi par Patrick de Cambourg, président de l’Autorité des normes comptables, à l’issue de sa mission sur le développement de l’information extra-financière des entreprises. Le texte s'intitule Garantir la pertinence et la qualité de l’information extra-financière des entreprises : une ambition et un atout pour une Europe durable.

Le document analyse le développement de l’information extra-financière des entreprises — en complément de l’information comptable et financière — pour éclairer les parties prenantes sur leur performance sociale, environnementale et sociétale. Le rapport propose de structurer ce reporting extra-financier au niveau européen, afin de mieux garantir sa fiabilité et sa pertinence, et favoriser les comparaisons.

Développer la finance responsable

Bruno Le Maire déclare : « le développement d’un référentiel de reporting extra financier de haute qualité, fondée sur les meilleures pratiques, est désormais indispensable pour stimuler la performance sociale et environnementale des entreprises et engager notre économie dans un chemin de croissance durable. C’est également la clé du développement d’une finance responsable, pleinement mobilisée en faveur de la transition énergétique. Pour être fructueux, ce chantier doit être engagé au niveau européen. En s’appuyant sur les travaux de Patrick de Cambourg, la France portera des propositions fortes en ce sens en vue la prochaine mandature européenne ».

Lire (2 min.)

L’EFAMA élit son nouveau Président et deux Vice-Présidents

L’EFAMA — the Europan Fund and Asset Management Association — a tenu ce vendredi 21 juin à Paris son assemblée générale annuelle (AGM), à l’invitation de l’Association Française de la Gestion financière (AFG). Dans ce cadre, l’EFAMA a élu Nicolas Calcoen — Directeur Général adjoint d’Amundi — à la Présidence pour un mandat de 2 […]

L’EFAMA — the Europan Fund and Asset Management Association — a tenu ce vendredi 21 juin à Paris son assemblée générale annuelle (AGM), à l'invitation de l'Association Française de la Gestion financière (AFG). Dans ce cadre, l’EFAMA a élu Nicolas Calcoen — Directeur Général adjoint d’Amundi — à la Présidence pour un mandat de 2 ans, qui se poursuivra jusqu’en juin 2021. L’AGM a également élu Myriam Vanneste — Directrice Exécutive de Candriam Investor Group — et Jarkko Syyrilä — Responsable des Affaires Publiques de Nordea Asset and Wealth Management (AWM) — vice-présidents de l’EFAMA pour le même mandat de 2 ans.

Focus sur Nicolas Calcoen, Myriam Vanneste et Jarkko Syyrilä

Nicolas Calcoen, qui vient d’achever son mandat de deux ans à la vice-Présidence de l’EFAMA, succède à William Nott à la Présidence. Son élection intervient quelques mois après sa nomination au poste de Directeur Général adjoint d’Amundi. Auparavant, Nicolas Calcoen était Directeur Financier et Responsable Finance & Stratégie chez Amundi depuis octobre 2012. Il est membre du conseil d'administration de l’EFAMA depuis 2012.

Myriam Vanneste a occupé divers postes stratégiques au sein de Candriam au cours de ces 21 dernières années, notamment en tant que Responsable Monde des relations Groupe, Responsable Monde de la distribution et Responsable Monde de la gestion et de la coordination des produits. Elle est actuellement membre du Conseil d’Administration de Candriam Belgium et siège au Conseil d’Administration de BeAMA, the Belgian Asset Management Association.

Jarkko Syyrilä est Conseiller Exécutif et Responsable des Affaires Publiques chez Nordea Asset and Wealth Management depuis mars 2016. Il est à ce titre responsable de la coordination des relations extérieures de la société de gestion. Jarkko Syyrilä a acquis une vaste expérience en matière de relations publiques d’organisations professionnelles, ayant été Directeur des Relations Internationales de l’IA, the Investment Association, et Directeur Général adjoint de l’EFAMA, avant de rejoindre Nordea en tant que Responsable de la Conformité en 2014.

Un pont entre l'épargne et l'économie réelle

En tant qu'association représentative du secteur européen de la gestion d'actifs, l’EFAMA continuera à se concentrer sur les objectifs suivants :

  • Placer les investisseurs finaux — les épargnants et les retraités européens — aux commandes de leur avenir financier, en leur donnant les informations, le choix et les conseils appropriés en matière d'épargne et de placement ;
  • Continuer à financer l'économie européenne de la manière la plus efficace possible, en établissant un cadre réglementaire solide qui optimise le rôle de gérants d’actifs ;
  • Aider l'économie européenne à rester compétitive au niveau mondial grâce à un environnement réglementaire équilibré, dynamique et cohérent avec les autres marchés.

« Nous devrons faire face à différents défis, notamment les modifications de la réglementation, les nouvelles institutions européennes et le nouveau paysage européen. Notre industrie devra se positionner comme un pont entre l’épargne et l’économie réelle ; la finance durable devrait donc être un formidable levier. Les projets européens sont également une excellente opportunité », déclare Eric Pinon, Président de l'AFG. « Le secteur européen de la gestion d'actifs a un rôle important à jouer pour aider à diminuer les écarts de ressources issues de la retraite et assurer la transition vers un modèle de développement plus durable », ajoute Tanguy van de Werve, Directeur Général de l’EFAMA.

Lire (4 min.)

Corporate Venture Capital : Orange Digital Ventures et Deloitte publient leur baromètre 2019

Orange Digital Ventures — pôle d'investissement spécialisé dans l'amorçage des startups du numérique — publie ce mardi 21 mai 2019 avec le cabinet Deloitte son troisième baromètre annuel des Corporate Venture Capitalists (CVC) en France. Ce document dresse un état des lieux du marché du « capital-investissement d'entreprise » (en français) et dégage les grandes tendances qui impactent le secteur.

Pour rappel, le Corporate Venture ou « capital-investissement d'entreprise » (en français) désigne aussi bien l'investissement direct d'une entreprise dans une autre — prise de participation — que l'investissement indirect en fonds propres au capital des PME — en minoritaire — dans le cadre d’une stratégie de développement et d’innovation d’un grand groupe.

Le rôle central des CVC français

Ce marché a fortement évolué en France depuis 10 ans. Dans un environnement de plus en plus compétitif, les grands groupes se sont dotés de ce type de fonds d’investissement afin d’optimiser leurs relations avec les startups dans une logique « open innovation ». L'engagement dans le capital risque progresse de façon significative en 2018, pour répondre à un double objectif stratégique et financier.

Au niveau mondial, le marché des CVC s’impose comme un segment majeur du capital risque. En termes de participation à des levées de fonds, le secteur a représenté 53 milliards de dollars en 2018, soit 47 % de plus qu’en 2017. Cette croissance est portée par l’Asie, qui enregistre une hausse du nombre de deals de +62,4 % par rapport à 2017. La zone Europe profite largement de cette dynamique avec une progression de plus de +18,6 % comparé à 2017. Le marché Nord-Américain reste plutôt stable et mature avec une augmentation de deals de +13,1 % par rapport à l’an dernier.

Cette tendance devrait se poursuivre en 2019. D'après le baromètre, 75 % des CVC sondés prévoient d’ores et déjà d’augmenter leurs investissements en valeur cette année. L’importance constante de ces nouveaux acteurs sur le marché se confirme au sein de leur organisation structurelle. Presque la moitié (45 %) des répondants possèdent aujourd’hui un bureau à l’étranger et 75 % d’entre eux ont eu recours à de nouveaux recrutements en 2018 pour accompagner leur croissance.

Un intérêt certain pour les CleanTech

En ce qui concerne les stades d’investissement privilégiés, 67 % des CVC français se focalisent sur de nouveaux investissements plutôt que dans les start-up déjà en portefeuille. En revanche, seuls 38 % prennent le lead sur l’investissement. Cette tendance est partagée par la majorité des CVC dans le monde. Seul 19 % font un choix d’orientation de lead sur plus de la moitié de leurs opérations. Cette stratégie de « follower » fait du CVC un partenaire de croissance idéal pour une startup.

Les CVC français investissent surtout en Séries A, c'est-à-dire en phase de commercialisation. Ces fonds accélèrent le développement et la structuration de l’entreprise, y compris à l’international. L’étude également pointe une augmentation significative (x2,1) en Séries B dans des startups plus matures. En revanche, les apports en Pre-seed affichent un net recul (68 %) par rapport à 2017. Les CVC français privilégient les marchés plus matures (France 41 % + Europe 32 % + Amérique du Nord 12 %). Le secteur des CleanTech et de l'Energie profite largement de ces stratégies avec 53 % d’investissements supplémentaires en 2018.

Un objectif d’Open Innovation « gagnant-gagnant »

79 % des investissements réalisés par les CVC en 2018 ont répondu à un objectif « open innovation » dans une logique de synergie entre les grands groupes et les startups. Afin de leur fournir un accompagnement adapté, plus de la moitié des CVC français se sont dotés d’une équipe dédiée, dont 80 % contribue au Business Development. Par ailleurs, 70 % des répondants déclarent avoir réalisé des tests qui ont permis de déployer des partenariats commerciaux (56 %) et d’accompagner les startups dans leur développement (44 %).

Les CVC inscrivent le partenariat entre grands groupes et startups dans collaboration « organique », tout en favorisant le développement externe. La vaste majorité des CVC sondés ont conduit une ou plusieurs startups de leur portefeuille vers un rachat au cours des 5 dernières années, et dans 22 % des cas vers une introduction en bourse sur cette même période. L’avenir est prometteur avec 5 levées de fonds majeures en 2018 auxquelles des CVC français ont contribué : GO JEK, WeRide, Monzo, Ledger et Ionic Materials.

Lire (5 min.)

Tikehau Capital Advisors augmente son capital de 300 millions d’euros

Tikehau Capital Advisors — principal actionnaire de Tikehau Capital SCA — annonce ce lundi 20 mai des engagements fermes et irrévocables sur 195 millions d’euros de nouveaux fonds propres. Cette somme provient de partenaires institutionnels, dans le cadre d'une augmentation de capital d’au moins 300 millions d’euros. Cette opération permettra de financer les besoins généraux de l’entreprise, mais également de soutenir la croissance et le développement de Tikehau Capital SCA.

La nouvelle augmentation de capital tient compte d’un réinvestissement par les fondateurs et le management de Tikehau Capital Advisors — lesquels resteront actionnaires de contrôle de l’entreprise avec plus de 60 % du capital social — ainsi que des investissements supplémentaires des partenaires institutionnels que sont Temasek, FFP et MACSF. La société accueille également un véhicule d’investissement de North Haven Tactical Value — géré par une équipe de Morgan Stanley Investment Management — en tant que nouvel actionnaire.

Focus sur le Groupe Tikehau Capital

Tikehau Capital — groupe de gestion d’actifs et d’investissement — gère 22,4 milliards d’euros. D'après les derniers chiffres publiés le 31 mars 2019, le Groupe dispose de 2,3 milliards d’euros de fonds propres. Tikehau Capital investit dans différentes classes d’actifs — dette privée, immobilier, private equity, stratégies liquides — notamment à travers ses filiales de gestion pour le compte d’acteurs institutionnels et privés.

Contrôlé par son management aux côtés de partenaires institutionnels, Tikehau Capital compte 440 collaborateurs — chiffres actualisés le 31 mars 2019 — au sein de ses bureaux actuellement situés à Paris, Londres, Bruxelles, Madrid, Milan, New York, Séoul, Singapour et Tokyo.

Lire (2 min.)

Prise de participation : Bpifrance acquiert 5 % du capital de Valeo

Valeo — équipementier automobile français — annonce ce lundi 29 avril le franchissement par Bpifrance — banque publique d'investissement — du seuil de 5 % de son capital à la suite de l'acquisition d'actions sur le marché. Cette opération permet à Bpifrance de revenir en tant qu'actionnaire de long terme, afin d'accompagner la mise en œuvre de la stratégie du groupe.

Bpifrance siègera au Conseil de Valeo

L'investissement de Bpifrance témoigne de sa confiance dans le potentiel de croissance de Valeo. Cette prise de participation contribuera à renforcer la position de l'équipementier sur les trois révolutions technologiques du secteur automobile : électrification, voiture autonome et mobilité digitale.

« Ce retour de Bpifrance au capital de Valeo est un signe fort de la solidité de notre stratégie axée sur des produits innovants dans un marché automobile en pleine mutation », déclare Jacques Aschenbroich, PDG de Valeo. Le Conseil d'administration de Valeo soutiendra la nomination dans les prochaines semaines d'une personnalité — choisie en commun avec Valeo — pour représenter Bpifrance qui siègera au Conseil.

Lire (1 min.)

Capital-investissement : le Groupe Turenne Capital entre au capital de Cousin Medical Group

Le Groupe Turenne Capital — spécialiste du capital-investissement — annonce ce mercredi 24 avril une prise de participation majoritaire au capital du français Cousin Medical Group à hauteur de 10,8 millions d’euros, accompagné par Altur Investissement — acteur du capital-investissement — pour 1,2 millions d’euros. Cette opération a été menée par l’équipe Turenne Santé à travers son fonds Capital Santé 2 et avec l’équipe lilloise Nord Capital Investissement.

Fondé en 1995, Cousin Medical Group commercialise des implants médicaux à base de textiles techniques, utilisés en chirurgie. Chaque année, l'entreprise réalise un chiffre d’affaires de l’ordre de 22 millions d’euros. Cette prise de participation permet d'accompagner le développement et de réorganiser le capital, avec la sortie des actionnaires historiques fondateurs. L’équipe de management inchangée réinvestit aux côtés des investisseurs financiers et Dalle & Associés.

Vers une commercialisation aux Etats-Unis

Le Groupe Turenne Capital entend dynamiser le développement de Cousin Medical Group sur ses axes forts, à savoir la conception et commercialisation des dispositifs médicaux les plus prometteurs — notamment le rachis et le viscéral — mais aussi l'activité de sous-traitance et le développement de produits sur-mesure pour tiers (OEM). L’effort de R&D sera maintenu afin d’alimenter la gamme de produits, dans le respect des standards réglementaires internationaux les plus élevés : certification MDSAP visée, études cliniques internationales randomisées, etc.

Les dirigeants François Tortel et François Henin restent aux commandes du groupe. Ils ont d’importantes ambitions pour leurs 110 collaborateurs. Les équipes commerciales et marketing vont être renforcées en France et à l’étranger. Le groupe souhaite notamment s'implanter sur le marché américain via des partenariats. Les dispositifs médicaux Cousin sont aujourd'hui vendus dans une soixantaine de pays. Le groupe va privilégier sa croissance organique et étudier les possibilités de croissance externe.

Prendre son indépendance et consolider son activité

Cette opération de capital-investissement permet à Cousin Medical Group de prendre son indépendance, mais également d'assurer la pérennité d'une activité innovante et à forte valeur ajoutée. La holding familiale Dalle & Associés — qui avait repris le groupe en 2014 — réinvestit en minoritaire et confirme ainsi sa confiance dans la réussite du groupe.

Pour accompagner Cousin Medical Group, le FPCI Capital Santé 2 réalise son deuxième investissement. Ce fonds en cours de levée a annoncé son premier closing à 100 millions d’euros fin mars 2019. Sa stratégie consiste à soutenir la croissance des PME et ETI de la santé, parmi lesquelles les fabricants et opérateurs du marché des dispositifs médicaux en France représentent un fort potentiel de consolidation.

Lire (3 min.)

Amundi nomme un Responsable des Gestions Obligataires Euro Alpha

Amundi nomme un Responsable des Gestions Obligataires Euro Alpha
Gilles Dauphiné

Dans le cadre de son développement, Amundi — société française de gestion d’actifs — annonce ce jeudi 20 juin la nomination d'un nouveau Responsable des Gestions Obligataires Euro Alpha. D'après les chiffres publiés le 31 mars 2019, le groupe dispose actuellement de 1 476 Mds€ d'encours sous gestion. Ayant son siège social à Paris, Amundi est cotée en Bourse depuis novembre 2015. L'entreprise compte aujourd'hui près de 4 500 collaborateurs et experts des marchés, basés dans 37 pays différents.

Focus sur le parcours de Gilles Dauphiné

Gilles Dauphiné est diplômé d'un master en ingénierie de l'ENSEIRB, et d'un master de l'ESCP. Il commence sa carrière en 2001 chez AXA IM, en tant que Gérant de produits structurés. Après différents postes au sein du département Structuration & Développement, Gilles Dauphiné devient Responsable des stratégies d'Assurance et des solutions Retraite.

En 2014, Gilles devient Responsable de la Gestion Obligataire des portefeuilles du groupe AXA, puis Responsable mondial Buy & Maintain pour les clients hors groupe. En 2019, il rejoint le groupe Amundi en tant que Responsable des Gestions Obligataires Euro Alpha.

Lire (1 min.)

Les A-Notations, par Anacofi Services : Tocqueville Finance

Source : Anacofi Services

TOCQUEVILLE FINANCE est une société de gestion de portefeuille agréée par l’AMF en 1991. Elle exerce son activité dans la cadre de la directive OPCVM, de la directive AIFM (FIA) et la gestion de mandats. En liaison avec son développement, la société a réalisé une importante réorganisation avec La Banque Postale AM.

Développement de la clientèle en Europe

L’accent est mis sur le renforcement de la gestion sous mandat intégrée en ingénierie patrimoniale et en assurance-vie. La clientèle se développe fortement en Europe, nouvel axe de développement. Cette offre a souvent fait l’objet de récompenses. Les fonds propres de TOCQUEVILLE FINANCE ont été renforcés sur les derniers exercices.

Chiffre d’affaires et résultats ont également marqué une nette progression. Implantée à Paris et à New York, la société dispose d’un organigramme. Si les fonctions référentes ont été créées en interne, TOCQUEVILLE bénéficie également du renfort des structures de son actionnaire. Une équipe commerciale d’expérience œuvre au développement. Les fonctions RCCI, juridiques sont exercées en interne.

Lire (1 min.)

Prise de participation : 21 Invest France devient majoritaire au capital de FMA Assurances

21 Invest France — filiale du groupe 21 Invest — annonce ce mardi 23 avril une prise de participation majoritaire chez FMA Assurances. Depuis sa création il y a 23 ans, FMA est un courtier spécialisé dans la conception, distribution multicanale et gestion pour les particuliers.

L'opération de MBO primaire a été signée le 18 avril 2019 avec un réinvestissement significatif du président-fondateur de FMA Assurances. Avec cette prise de participation, 21 Invest France agrandit son portefeuille de « business services », l’un des trois secteurs privilégiés pour son Fonds V avec la santé et la technologie.

Focus sur l'activité de FMA Assurances

Initialement positionné sur le segment des deux-roues, cet acteur se diversifie depuis plus de 10 ans dans l'IARD — quatre-roues, voitures sans permis, multirisque habitation, animaux, vélos, vélos électriques — et l'assurance aux personnes dans les secteurs de la santé et de la prévoyance.

FMA Assurances déploie son offre auprès de plus de 100 000 clients. Le courtier opère en BtoB via les professionnels de l’assurance, mais aussi en BtoBtoC grâce à ses 1 900 distributeurs parmi lesquels Honda, Harley Davidson ou encore BMW. FMA Assurances s’appuie sur des partenariat avec des assureurs tels que Swiss Life, Allianz, Generali ou La Parisienne.

Perspectives de développement pour FMA Assurances

FMA Assurance bénéficie de la croissance constante du marché de l’assurance. Le Groupe affiche un chiffre d’affaires de 24 millions d’euros en 2018, soit + 18 % CAGR sur les trois dernières années. Dans ce contexte, il affiche une forte résilience ainsi qu'une solide rentabilité.

Grâce au soutien financier de 21 Invest France, FMA Assurances entend renforcer sa position sur ses segments actuels. Le courtier en assurances compte également développer son activité sur de nouvelles niches, à la fois par croissance organique et croissance externe.

Lire (2 min.)

Investissement solidaire : le fonds NovESS entre au capital de l’entreprise Saprena

Le fonds NovESS — dédié au financement de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS) — annonce ce mercredi 17 avril la finalisation d'un investissement de 500 000 euros en titres participatifs émis par la société Saprena. Le fonds est porté par la Banque des Territoires en partenariat avec un club de grands investisseurs institutionnels.

Ce financement s’inscrit dans un tour de table global de 2 millions d’euros, qui vise à financer l’accélération de la croissance de la société et son changement d’échelle. « Cet investissement signe une première incursion de NovESS dans le Grand Ouest, en lien avec son objectif de développement des territoires », déclare Christophe Deconinck, responsable de la gestion du fonds NovESS.

Investir dans une « entreprise adaptée » en croissance

Saprena est une « entreprise adaptée », qui emploie plus de 80 % de collaborateurs en situation de handicap sur un total de 361 salariés à fin 2018. Spécialisée dans les espaces verts, la propreté, le conditionnement et la logistique, Saprena met l’humain au cœur de son projet. L'entreprise conjugue ses responsabilités sociales et sociétales, sa mission économique et sa contribution à la préservation de l'environnement.

Créée en 1987, Saprena affiche une rentabilité durable dans le temps. Son chiffre d’affaires a dépassé les 12 millions d’euros en 2017. Dirigée depuis 2017 par Alexandra Miailhe, la société a également changé de statut de SARL à SCIC (Société Coopérative d’Intérêt Collectif) fin 2018 afin d’intéresser ses salariés au capital de l’entreprise et les associer aux prises de décisions stratégiques.

Une opération de changement d'échelle pour Saprena

Située à Bouaye près de Nantes (Loire-Atlantique), la société s’est développée dans le Grand Ouest. Saprena réfléchit à un déploiement de ses services en Ile-de-France et en Occitanie auprès de clients comme Disneyland Paris et Airbus. Son ambition consiste à étendre le rayonnement de ses activités plus largement sur l’ensemble du territoire national d’ici 3 ans, avec de nouveaux recrutements pour dépasser les 500 salariés.

Lire (2 min.)