Thomas Ducerf — Urban Premium : « La performance énergétique est indissociable de l’immobilier »

En cette rentrée 2022, quelles sont les actualités de la gamme résidentielle d'Urban Premium ? Comment Urban Premium concilie performances énergétiques et rentabilité ? Comment se comporte la SCPI de rendement Urban Cœur Commerce ?
Voir (<4 min.)

Développement durable : Perial AM publie le bilan annuel de la SCPI PFO2

Perial Asset Management (AM) — spécialiste de l’épargne immobilière — a publié ce vendredi 18 octobre le deuxième bilan annuel de sa SCPI PFO2. Dans ce document intitulé « Promesses Tenues », le gérant détaille les performances énergétiques de l’ensemble des immeubles qui composent le patrimoine de la SCPI PFO2. Cet exercice de transparence prend cette année un sens particulier, alors que PFO2 fête ses 10 ans.

Ce bilan livre l’état d’avancement de chaque immeuble par rapport à l’objectif qui lui a été attribué. Pour les immeubles acquis à l’ouverture de la SCPI en 2009, il s’agit d’un bilan final. Ces actifs ont bénéficié d'une année de cartographie et de mise en place des indicateurs d'analyses, puis des 8 ans d'exploitations au cours desquels Perial AM s'est engagée à atteindre les objectifs de diminution des consommations d'énergie primaire et d’eau.

Diminuer la consommation énergétique

« Notre volonté d’intégrer le Développement Durable au cœur de la stratégie de gestion d’une SCPI n’a de sens que si elle est concrètement traduite au niveau opérationnel, et qu’elle s’accompagne d’une transparence totale », précise Eric Cosserat, Président de Perial AM.

Spécialiste du Développement Durable dans la stratégie de gestion des SCPI, Perial AM montre avec ce bilan sur 10 ans qu’il est possible de diminuer significativement les consommations d’énergies des immeubles, tout en affichant une performance supérieure à 5 % sur la période (TRI).

Lire (2 min.)

Fusion-acquisition : la clé pour doper ses performances environnementales ?

D'après une récente étude, publiée en juin 2019 par le Centre de recherche pour les fusions-acquisitions de la Cass Business School à Londres, les performances environnementales d’une entreprise s’améliorent après une opération de fusion-acquisition réussie. Elle s'intitule Green Business : The Environmental Impact of M&A (en anglais) — soit en français « Economie verte : l’impact environnemental des fusions-acquisitions ». L'étude a été menée par le Professeur Scott Moeller et le Docteur Zhenyi Huang.

L'étude évalue l’évolution des performances environnementales suite à une opération de fusion-acquisition, et les effets positifs de cette évolution sur le standard environnemental de l’entreprise. Les chercheurs ont travaillé à partir d'un échantillon d'opérations d'acquisition de sociétés américaines cotées en Bourse, issu de la Securities Data Company (SDC) de Thomson Reuters. Ces opérations — toutes réalisées entre 1996 et 2013 — impliquaient une valeur transactionnelle supérieure à 1 M$ avec changement de direction.

Les effets de la fusion-acquisition

De cette étude, il ressort quatre conclusions importantes :

  • Avant l’annonce de la transaction, l’acquérant possède en moyenne un standard environnemental plus élevé que celui de la cible de l’acquisition ;
  • D’une manière générale, une fois l’opération réalisée, les performances de l’acquérant s'améliore par rapport au standard relevé avant l’opération ;
  • Les meilleures performances financières réalisées par l’acquérant après une opération contribuent à une évolution positive des scores environnementaux. Cela démontre l’importance de posséder des ressources économiques pour pouvoir prendre des engagements relatifs à l’environnement ;

Comment générer de la valeur

Selon Zhenyi Huang — chercheuse et auteur principal de l'étude — le rapport est publié dans le contexte d’une prise de conscience grandissante du gouvernement et de la société concernant l’importance des problèmes environnementaux, tels que le changement et le réchauffement climatique ou la pollution. C’est pourquoi l’étude a une signification importante pour les entreprises impliquées dans des opérations de fusions-acquisitions.

Les obstacles à l'intégration peuvent empêcher de retirer les bénéfices escomptés de l'opération. « Si on réussit à surmonter ces défis et à générer de la valeur, les ressources économiques ainsi créées peuvent être utilisées pour améliorer le standard environnemental de l’entreprise, et engendrer des retombées positives », déclare Zhenyi Huang. Les entreprises et les directeurs qui prévoient des opérations de fusions-acquisitions devraient prendre en considération, dès le début de l’opération, les pratiques et les standards environnementaux de l’acquérant et de la cible de l’acquisition.

L’acquisition de Wyeth par Pfizer

L’une des entreprises utilisées comme étude de cas dans le rapport reprend l’acquisition de Wyeth par Pfizer Inc pour 68 milliards de dollars. Sur la base des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), publiés par la base de données MSCI ESG KLD STATS, Pfizer avait avant l’acquisition un score environnemental et un score ESG global de deux.

Dans le cadre de ses pratiques environnementales, Pfizer avait obtenu un score de un pour ses politiques relatives au changement climatique, et un score de deux pour son système global de gestion environnementale. Ces scores positifs indiquent que les forces l’emportent sur les faiblesses dans ces domaines.  Le score de Pfizer relatif à sa réglementation environnementale a été de moins un, ce qui indique une faiblesse de l’entreprise dans ce domaine.

Trois ans après la réalisation de l’opération, et avec une meilleure performance financière, Pfizer a amélioré son standard environnemental, obtenant un score de 4, et un score ESG global de 8. Cette amélioration des scores ESG globaux et environnementaux de Pfizer reste dans la lignée de ses politiques internes relatives à la responsabilité sociale de l’entreprise, qui considèrent la gestion des critères ESG comme l’un des principaux objectifs de l’entreprise, conformément à ce qui a été évoqué dans leur rapport annuel.

Lire (5 min.)

La conscience environnementale gagne l’immobilier

Novethic a publié une enquête sur l’investissement responsable des FIA (SCPI, OPCI et autres Fonds d’Investissement Alternatifs) dans le marché immobilier français non coté, avec le soutien de l’ASPIM (Association Française des Sociétés de Placement Immobilier).
Lire (2 min.)

Serris REIM acquiert 7 locaux d’activités en région d’une superficie de 7 247 mètres carrés

Serris REIM — société de gestion d’actifs patrimoniaux, spécialisée dans l’investissement immobilier paneuropéen — annonce ce mardi 4 octobre l’acquisition d’un portefeuille de sept locaux d’activités. Les actifs immobiliers concernés se répartissent entre les régions Aquitaine, Bretagne, Centre Val de Loire et Grand Est. 

L'ensemble des actifs développent une surface totale de 7 247 m². Ils sont occupés par des locataires de premier rang : Larivière, Seigneurie Gauthier, Point P et Frans Bonhomme. Cette opération représente un volume de 6,5 millions d'euros et offre une rentabilité acte en mains autour des 6,75 %.

Serris REIM acquiert 7 locaux d’activités en région d’une superficie de 7 247 mètres carrés
Serris REIM acquiert 7 locaux d’activités en région
Source : Serris REIM

ADN historique de Serris REIM

« Une acquisition de plus pour Serris REIM alliant dilution du risque, contreparties locatives solides et taux compétitif », déclare Anne-Catherine Hellmann, gérante de Serris REIM. Bien que de plus en plus présent en Ile-de-France et à l’étranger, Serris REIM renoue par cette acquisition avec son ADN historique d’investisseur majeur en Régions. 

Serris REIM était accompagnée par l’étude AFFIDAVIT NOTAIRES représentée par Me Alexandre Leroy-Pélissier et Me Claire Bojko. Le dossier a été apporté par les équipes de Phillipe Chabasse pour Tourny Meyer Rennes. Serris REIM rappelle que les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Lire (2 min.)

Trophées de la Finance Responsable 2022 : DNCA Finance reçoit le prix du « Meilleur Espoir Action Zone Euro »

DNCA Finance — société de gestion affiliée de Natixis Investment Managers — a annoncé ce mercredi 28 septembre avoir reçu le prix du « Meilleur Espoir Action Zone Euro » pour son fonds DNCA Invest Beyond Climate, lors de la troisième édition des Trophées de la Finance Responsable 2022. L'événement était organisé par Investissement Conseils. La cérémonie de remise des prix a eu lieu le lundi 26 septembre 2022, aux Salons Hoche à Paris.

DNCA Invest Beyond Climate est un fonds actions européennes labellisé ISR (Investissement socialement responsable) et conforme aux normes de l'article 9 de la règlementation SFDR. Il est accessible en assurance vie et PEA. Ce véhicule permet d'investir dans la transition bas carbone pour répondre aux objectifs climats des Accords de Paris. La gestion du fonds est confiée à Léa Dunand Chatellet, Romain Avice et Matthieu Belondrade, CFA.

Trophées de la Finance Responsable 2022 : DNCA Finance reçoit le prix du « Meilleur Espoir Action Zone Euro »
Romain Avice, Gérant, Responsable adjoint du Pôle « Investissement Responsable » reçoit le prix.
Source : DNCA Finance

Trophées de la Finance Responsable

Les Trophées de la Finance Responsable visent à mettre en valeur les sociétés de gestion qui mettent au cœur de leur approche les considérations ESG-ISR. Objectif, être un point de repère pour les investisseurs et leurs conseillers. Cette année, la participation s'est également ouverte aux fonds SCPI, OPCI et FIA immobilier. Le jury — composé de professionnels reconnus — est présidé par Benoît Descamps, rédacteur en chef du magazine Investissement Conseils.

Les Trophées de la Finance Responsable ont pour objectif de :

  • réunir les société de gestion de portefeuille incontournables en matière d’ESG-ISR ;
  • promouvoir les véhicules d'investissement durable ;
  • récompenser les produits pour leur démarche ISR et leurs performances ;
  • accompagner les conseillers en gestion de patrimoine dans leurs préconisations ;
  • aider les investisseurs particuliers à sélectionner les fonds appropriés.
Lire (3 min.)