CHAHINE CAPITAL

Créée en 1998, Chahine Capital est un des pionniers européens de la gestion quantitative « Momentum » appliquée à des stratégies actions européennes et américaines long only.
S’appuyant sur un savoir-faire unique alliant recherche 
continue et innovation, Chahine Capital gère la Sicav « Digital Funds » qui offre l’un des meilleurs historiques de performance ajustée du risque de l’industrie, depuis plus de 20 ansSon équipe de recherche développe des modèles algorithmiques pointus afin d’identifier les titres dont la dynamique (ou momentum) est la plus positive et qui ont la capacité de surprendre positivement et de manière répétée le marché.

Les dernières infos de CHAHINE CAPITAL

LA LETTRE DE GESTION

CHAHINE CAPITAL

Cher(e) Actionnaire,

Alors que l’inflation atteint des niveaux records, que les taux d’intérêts se tendent, que la guerre s’installe en Europe et que 180 millions de chinois, se retrouvent confinés, l’indice MSCI Europe NR n’abandonne que -5.9% durant ces quatre premiers mois, dont -0.6% en avril, et fait montre d’une résilience bien supérieure à celle des indices obligataires. Les vents contraires sont nombreux et pèsent logiquement sur la psychologie des investisseurs. La tentation de se laisser gagner par la perplexité est grande dans un tel contexte, c’est pourquoi il nous semble important de partager les principaux éléments et signaux que l’on peut extraire de notre analyse « Top-Down ». Notre indicateur de Momentum économique est passé en 3 mois de 61 (sur 100) à 42. Le consensus des économistes table désormais sur une croissance du PIB en zone euro de +2.9% en 2022, contre +4.4% il y a 6 mois.

La croissance au T1 a été de…

LIRE LA SUITE

 


LA LETTRE DE L'EXPERT

Chahine Capital

Mai 2022
En route vers la récession, les États-Unis réussiront-ils une ultime parade ?

Au mois de mars, l’inflation américaine des prix à la consommation a augmenté de +8,6 % sur un an (+6,5 % sans l’énergie et l’alimentation). Dans une perspective historique, il faut remonter aux chocs pétroliers (1973 pour le premier, 1979 pour le deuxième) pour constater une telle évolution. Même en 2008, lors de la crise des subprimes et dans le courant de ce que certains commentateurs ont appelé le « troisième choc pétrolier » (le pétrole avait alors frôlé les 150 $/bbl, contre environ 105 $/bbl actuellement pour le WTI), l’inflation américaine n’avait jamais atteint que +5,5 % mi-2008 avant de se résorber de manière extrêmement rapide. Pire, l’inflation sous-jacente n’avait pas dépassé les +3,0 % à l’époque… soit deux fois moins qu’aujourd’hui ! À l’heure actuelle, l’ampleur du phénomène est tout autre et implique un changement de paradigme pour la Fed qui brandit désormais l’arme des taux.

Avec la crise de la Covid, il y a eu à la fois…

Michaël Sellam

LIRE LA SUITE