Michael Aflalo

Croissance et prudence : les maîtres-mots en ce début d’année

Michael Aflalo
La croissance européenne a finalement été supérieure à celle des Etats-Unis en 2016. De part et d’autre de l’Atlantique, la croissance restera bien orientée à court terme, malgré les incertitudes politiques qui peinent à se dissiper.
Lire (1 min.)

La prime politique peut-elle être source d’opportunités ?

Michael Aflalo
Mario Draghi a de nouveau défendu l’action des banques centrales en insistant sur les effets bénéfiques suscités par la mise en place de politiques monétaires non-conventionnelles : une hausse de 3% du PIB par tête au cours des deux dernières années, une baisse du chômage qui s’établit à son plus bas niveau depuis mai 2009 et une stabilisation voire une baisse de l’endettement des États.
Lire (3 min.)

Les publications des résultats redonnent du souffle aux marchés actions

Michael Aflalo
Les valorisations restent cependant élevées, en particulier aux États-Unis. Nous recherchons du rendement, notamment sur les actions émergentes, tandis que sur les marchés obligataires nous privilégions le crédit européen.
Lire (3 min.)

La recherche de rendement : une stratégie qui fait ses preuves et qui résiste aux chocs sur les marchés

Michael Aflalo
Avec des taux d’intérêt historiquement bas, les investisseurs intensifient leur quête de rendement. L’investissement pour le rendement consiste à sélectionner des classes d’actifs à même de produire un flux de revenu régulier pendant une certaine période de temps. Ce but peut être atteint de différentes manières, en investissant dans la dette privée ou souveraine ou dans des actions à fort dividende. Plutôt que de privilégier l’investissement dans une classe d’actifs en vue de l’appréciation de son capital, l’investisseur se focalisera davantage sur les revenus ou le rendement qui sera produit.
Lire (3 min.)

Phillippe Arraou prend la présidence de BDO France

BDO France, qui fête ses 10 ans en fin d’année, a réussi son ancrage dans l’hexagone. La filiale compte aujourd’hui 1200 collaborateurs, dont 60% de femmes, répartis dans 45 bureaux à Paris et en régions. La structure, qui a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires proche de 120 millions d'euros, accompagne ses clients dans la gestion courante, les projets de développement et transformation ou de résolution de situations de crise et se distingue par sa proximité relationnelle et la seniorité qu’elle propose à tous (1 associé pour 10 collaborateurs).

L’arrivée de Philippe Arraou, ancien Président de l’Ordre des Experts-Comptables, est un signal fort, annonciateur d’une nouvelle étape du développement de BDO France. Diplômé à la fin des années 1980, cet entrepreneur dans l’âme crée immédiatement un cabinet à Pau et un second à Barcelone, devenant ainsi l’un des rares spécialistes franco-espagnols de la profession.

Son engagement à l’international le conduit à lancer en 1989 un groupement européen de cabinets d’experts-comptables et d’avocats, Auditeurs Consultants et Experts Européens (ACEE). En 1996, il est l’un des fondateurs de la Fédération européenne des experts-comptables et commissaires aux comptes de PME, qu’il présidera pendant quatre années.

Entré au Conseil supérieur de l’Ordre des Experts-comptables en 2009, il préside la commission des Relations internationales jusqu’en 2012 et représente la profession française dans plusieurs organisations professionnelles internationales. En mars 2015, il sera élu Président pour deux ans.

Passionné de vins, Philippe Arraou crée en 2000 une propriété viticole de Jurançon, le Château Lafitte, dirigée aujourd’hui par son fils Antoine. Egalement actif politiquement, il est conseiller municipal de Lons (département des Pyrénées-Atlantiques - 64).

Fait Chevalier de la Légion d’Honneur en 2016 par Emmanuel Macron, alors Ministre de l’Economie, puis décoré de la Médaille d’Or de l’Ordre des Experts-comptables en 2017, Philippe Arraou aborde son arrivée chez BDO France comme un nouveau challenge dans son parcours.  
Lire (2 min.)

La SCPI PF1 de PERIAL AM va rouvrir son capital

Le projet du Grand Paris est, en effet, la promesse d’une vraie dynamique immobilière, portée par un programme de développement soutenu par l’Etat et les collectivités locales. En stimulant les transports et le développement économique, le projet du Grand Paris impacte directement la dynamique des marchés de bureaux.

PERIAL Asset Management y voit l’opportunité stratégique de faire de PF1 une des SCPI incontournables investissant dans des actifs en Ile-de-France. Son patrimoine en majorité francilien constitué depuis plus de 50 ans, lui assure un patrimoine de qualité de plus de 556 M€*.

« Nous avons la conviction que le projet du Grand Paris est porteur de plus-value immobilière et nous  souhaitons en faire profiter nos épargnants », souligne Eric Cosserat, Président du Groupe PERIAL.

Le prix de souscription d’une part à la réouverture est fixé à 469 euros.

 

De nouveaux profils immobiliers

Face à l’essor de nouveaux modes de travail (nomadisme, co-working, flex-office, desk-sharing), l’immobilier de bureaux est appelé à évoluer en faisant place à des aménagements plus ouverts et en proposant à ses utilisateurs toujours plus de services.

PERIAL Asset Management entend sélectionner des actifs en ligne avec ces nouveaux usages et s'appuyer sur une démarche ESG pour accompagner les attentes sur le bien-être des utilisateurs.

 
Lire (1 min.)