Mission Tibi : LFDE va contribuer au financement d’entreprises technologiques

La Financière de l’Echiquier (LFDE) — société de gestion entrepreneuriale, filiale à 100 % du groupe Primonial — annonce ce vendredi 31 juillet avoir été sélectionnée par le comité d’investisseurs institutionnels partenaires du Ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance, afin de participer à la Mission Tibi. Il s'agit de favoriser l’investissement dans les technologies de rupture et le développement de fonds global tech en France.

Focus sur la mission Tibi

Actuellement, 22 investisseurs institutionnels et plus de 6 milliards d’euros sont engagés sur deux classes d’actifs, cotés et non cotés. Le comité des investisseurs institutionnels partenaires, présidé par Philippe Tibi, s'est réuni le 6 juillet 2020. Ses membres ont retenu 7 fonds cotés, dont « Echiquier Artificial Intelligence » géré par LFDE.

Parmi les critères d’éligibilité figuraient l’expertise de la société de gestion, la compétence des équipes de gestion, la diversification des investissements en termes de capitalisation boursière, la liquidité du portefeuille, une forte connaissance des entreprises et la prise en compte des enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG).

Echiquier Artificial Intelligence

LFDE avait été la première société de gestion française à proposer une solution de stock-picking dédiée à l’intelligence artificielle, en juin 2018. « Echiquier Artificial Intelligence » est un fonds Global Tech à la dynamique prometteuse : le fonds a dépassé les 440 millions d’euros d’encours, avec une performance depuis le début de l’année de 45,0 % — contre - 5,3 % pour son indice de référence, le MSCI World NR EUR — et une performance cumulée depuis sa création de 74,8 % contre 11,9 % pour son indice.

« Le développement de fonds global tech domiciliés en France est un enjeu de Place auquel LFDE entend contribuer activement. Nous sommes très heureux de la reconnaissance de l’expertise de LFDE que constitue cette sélection ainsi que de la confiance que les investisseurs institutionnels nous renouvellent », déclare Olivier de Berranger, Directeur Général Délégué en charge de la Gestion d’Actifs de LFDE.

Lire (2 min.)

Technologie : comment les institutionnels français vont-ils financer les entreprises ?

Le 17 juillet 2019, Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, et Cédric O, secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques, ont reçu le rapport « Financer la IVe révolution industrielle - Lever le verrou du financement  des  entreprises technologiques ».

Ce document a été rédigé par Philippe Tibi, président de Pergamon campus et professeur d’économie à l’Ecole polytechnique. Il dresse le constat d’une insuffisante capacité de financement des entreprises technologiques en France au moment de leur accélération industrielle et commerciale.

6 milliards d'euros

Afin de combler cette faille de marché, les investisseurs institutionnels français se sont engagés le 17 septembre 2019, sous l’égide du président de  la  République, à consacrer plus de 5 milliards d’euros au financement des entreprises technologiques d’ici le 31 décembre 2022. En janvier dernier, les investisseurs ont annoncé mobiliser 1 milliard d’euros supplémentaire.

Cette décision porte le total de leurs engagements pour cette initiative à plus de 6 milliards d’euros. « La crise sanitaire et économique que nous  traversons (...) démontre l’importance des nouvelles technologies dans la  lutte contre l’épidémie. Elle accélère considérablement la transition numérique d’un grand nombre d’entreprises, contraintes d’adapter leur mode d’organisation et leur façon de travailler », réagit Bruno Le Maire.

« Face au risque de ralentissement des levées de fonds dans les mois qui viennent, notamment auprès de fonds étrangers, il était crucial de poursuivre l’initiative engagée il y a déjà plusieurs mois par le Gouvernement et les investisseurs  institutionnels », déclare Cédric O.

24 fonds sélectionnés

Le comité des investisseurs a examiné le 6 juillet dernier les dossiers des fonds présentés aux mois de mai et juin 2020, annonce le ministère de l'Economie, des Finances et de la Relance dans un communiqué publié ce mercredi 29 juillet. Les sociétés de gestion devaient démontrer la pertinence de leur offre au regard du cahier des charges.

Dans ce cadre, 24 fonds ont été sélectionnés par les investisseurs et sont donc qualifiés pour l’initiative. Sur le volet « non coté » de l’initiative, les 17 fonds suivants ont répondu aux critères d’éligibilité :

  • « Andera BioDiscovery 6 » ;
  • « Ardian Growth II » ;
  • « BLISCE II » ;
  • « Earlybird Health 2 » ;
  • « Eiffel Essentiel » ;
  • « Five Arrows Growth Capital » ;
  • « Gaïa Growth I » ;
  • « Jolt Capital IV » ;
  • « Lauxera Growth I » ;
  • « LBO France Digital Health I » ;
  • « Quadrille Technologies IV » ;
  • « Seventure Health for Life Capital II » ;
  • « Supernova Ambition Industrie » ;
  • « Techlife Capital I » ;
  • « Tikehau T2 Energy Transition Fund » ;
  • « Tilt Capital Fund I » ;
  • « Truffle Medeor ».

Sur le volet « coté » de l’initiative, les sept fonds suivants ont répondu aux critères d’éligibilité :

  • « BNP Paribas AM Next Tech » ;
  • « Echiquier Artificial Intelligence » ;
  • « Edmond de Rothschild Big Data » ;
  • « Financière Arbevel Pluvalca Disruptive Opportunities » ;
  • « Groupama AM World (R)evolutions » ;
  • « Oddo BHF Artificial Intelligence » ;
  • « Ostrum Global New World ».

Ces fonds viennent s’ajouter aux 9 fonds déjà qualifiés en janvier et en mars derniers. Sous la présidence de Philippe Tibi, le comité des investisseurs  partenaires continuera de se réunir à  intervalles réguliers à compter de septembre prochain, afin d’examiner l’éligibilité des projets d’investissement portés à l’attention de la gouvernance.

Lire (5 min.)

Huawei : la Grande-Bretagne écarte le groupe chinois de son réseau 5G

Cette semaine, le Royaume-Uni a écarté Huawei du déploiement de la 5G sur son territoire. Cette décision révèle l'influence grandissante des Etats-Unis, mais peut-être aussi la réaction de Londres face à la nouvelle loi sécuritaire à Hong Kong. Quelles seront les conséquences de cette mesure ? Le point avec Le Courrier Financier.
Lire (4 min.)

Assurance vie : Nalo remporte deux prix

Nalo — spécialiste de l'assurance vie pilotée — a annoncé le 9 juillet dernier avoir reçu deux récompenses, pour la qualité de son service client et sa contribution à l’éducation financière des épargnants. La fintech française dématérialise une partie du processus d’investissement, tout en renforçant la qualité de la relation entre l’épargnant et son conseiller.

Nalo Patrimoine remporte le TOP d'Or 2020 de l’Assurance-vie en ligne catégorie « Meilleur service client », décerné par ToutSurMesFinances.com Nalo reçoit également la Coupole de l'Audace 2020 décernée par L’Agefi dans la catégorie « Education financière ». Ces deux prix récompensent l'accompagnement des conseillers privés de Nalo, qui repose sur trois piliers fondamentaux : la réactivité, l’expertise et la pédagogie.

Digitalisation du processus

« La digitalisation nous permet de remettre l’humain là où il est le plus utile : au service du client et non pas du produit », explique Albert d’Anthoüard, directeur de la clientèle privée chez Nalo. « Un bon service client ne cherche pas à vendre mais à informer et éduquer dans son domaine », assure-t-il. Sur Nalo, la souscription s’effectue à 100 % en ligne et que l’allocation sur-mesure des portefeuilles est automatisée.

En revanche, une équipe de conseillers privés reste disponible sur horaires étendus par téléphone, mail ou tchat afin de répondre aux besoins de conseil des clients. Chaque conseiller dispose de plus de 10 ans d’expérience en gestion privée, et d’un réseau de qualité afin d’orienter ses clients vers des experts spécialisés en cas de problématiques patrimoniales complexes.

Les clients ont également accès à un large panel d’outils parmi lesquels : un programme de bienvenue qui présente les bonnes pratiques en matière d’investissement, un « Guide de l’investisseur intelligent » téléchargeable gratuitement, ou encore une chaîne Youtube qui propose des vidéos pédagogiques sur l’investissement mais aussi sur le fonctionnement de Nalo. Un blog vient compléter ce dispositif.

Pédagogie financière

« Nous sommes particulièrement fiers que toutes ces initiatives soient aujourd’hui récompensées par deux distinctions prestigieuses » déclare Guillaume Piard, président cofondateur de Nalo. « Cela vient couronner le travail de toute l’équipe pour promouvoir une nouvelle approche de l’investissement, centrée sur la pédagogie et l’autonomie de l’épargnant ».

Un engagement fort qui se traduit en chiffres : plus de 87 % des clients de Nalo recommandent le service, qui affiche sur Google une note de 5 étoiles basée sur plus de 240 avis. Et lorsque le Covid-19 a bousculé les marchés, 98 % des souscripteurs ont choisi de n’apporter aucune modification au placement de leur épargne.

« Cela prouve que la quasi-totalité de ceux qui nous font confiance a appliqué l’un des principes fondamentaux que nous avons à cœur de transmettre : une stratégie d’investissement s’envisage sur le long terme et ne doit surtout pas être modifiée en cours de route pour des raisons conjoncturelles. Le fait que nos clients acquièrent, grâce à notre accompagnement, ce type de bonnes pratiques financières est pour nous la plus grande des satisfactions », conclut Guillaume Piard.

Lire (3 min.)

ESG : les PRI récompensent la stratégie de LFDE

La Financière de l'Echiquier (LFDE) — société de gestion entrepreneuriale, filiale à 100 % de Primonial — annonce ce mardi 4 août avoir été distinguée par les Principes pour l’Investissement Responsable (PRI) des Nations unies. LFDE a reçu la note A+ pour les piliers « Strategy & Governance » et « Listed Equity – Incorporation » de sa stratégie de gestion qui intègre des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG).

Améliorer la démarche ISR

C'est une première pour LFDE, qui obtient ainsi la plus haute récompense possible. Les trois autres piliers de sa stratégie de gestion reçoivent la note A, soit une récompense au-delà du score médian. Ces résultats viennent récompenser une longue démarche d'investisseur responsable. Après avoir signé les PRI en 2008, LFDE a développé cette initiative jusqu'à réunir plus de 3 400 membres — contre seulement 250 en 2008.

De nouveau cette année, l’évaluation des UN PRI servira de base au travail d’amélioration continue pour l’équipe ISR de LFDE. Dans une optique de transparence, et dans le cadre de sa démarche d’investisseur responsable, la société de gestion met à disposition des investisseurs sur son site internet le Rapport de Transparence et le Rapport d’Evaluation des UN PRI.

Lire (1 min.)

Budget de l’Etat : comment la crise sanitaire pèse-t-elle sur les comptes ?

Le ministère chargé des Comptes Publics publie ce mardi 4 août une note sur la situation budgétaire de l'Etat au 30 juin 2020. Le solde général d''exécution à cette date s’établit à -124,9 Md€ contre -77,3 Md€ à fin juin 2019. Cet écart s’explique principalement par les effets de la crise économique, liée à la pandémie du Covid-19.

Source : ministère de l'Economie des Finances et de la Relance
Source : ministère de l'Economie des Finances et de la Relance

Covid-19, dépenses en hausse

Au 30 juin 2020, les dépenses du budget général — hors prélèvements sur recettes — s’établissent à 198,5 Md€ contre 174,2 Md€ à fin juin 2019. Cette augmentation tient principalement aux dépenses engagées par le Gouvernement pour répondre à la crise économique.

Ces dépenses exceptionnelles représentent +13,5 Md€ au titre du dispositif exceptionnel de chômage partiel et +4,9 Md€ pour financer le fonds de solidarité pour les entreprises. La hausse des dépenses s’explique également par des décalages calendaires.

Source : ministère de l'Economie des Finances et de la Relance
Source : ministère de l'Economie des Finances et de la Relance
Source : ministère de l'Economie des Finances et de la Relance

Impact du recul de la TVA

Au 30 juin 2020, les recettes du budget général (nettes des remboursements et dégrèvements) s’établissent à 125,8 Md€ contre 142,7 Md€ à fin juin 2019. Les recettes fiscales nettes à fin juin 2020 diminuent de 14,4 Md€ par rapport à fin juin 2019.

Cette baisse s’explique principalement par celle des recettes nettes de TVA (-15,5 Mds€) du fait des effets conjoints de la contraction de l’activité économique, de l’accélération des remboursements de crédits de TVA aux entreprises, ainsi que de reversements plus précoces et plus importants à l’ACOSS compensant les exonérations de cotisations sociales.

Source : ministère de l'Economie des Finances et de la Relance
Source : ministère de l'Economie des Finances et de la Relance

Recettes fiscales en baisse

Les encaissements de TICPE diminuent de 1,8 Md€ par rapport à fin juin 2019, du fait d’une moindre consommation de carburants. Signe d’une reprise de l’activité, les recettes fiscales nettes du mois de juin 2020 sont néanmoins équivalentes à celles du mois de juin 2019. En revanche, les recettes non fiscales sont en baisse de 2,5 Mds€ par rapport à fin juin 2019.

Cette contraction s’explique principalement par la diminution de 4,2 Md€ des produits des participations, compensée en partie par l’amélioration de 2,1 Md€ des produits notamment du fait de la signature d’une convention judiciaire d’intérêt public (CJIP) avec l’entreprise Airbus le 29 janvier 2020 et de plusieurs sanctions prononcées par l’autorité de la concurrence.

Comptes spéciaux

Par ailleurs, le solde des comptes spéciaux s’établit à -23,6 Md€ au 30 juin 2020 contre -16,7 Md€ à fin juin 2019.

Lire (5 min.)

Marchés financiers : les électrons montent au ciel

Olivier de Berranger
Malgré l'impact économique de la crise financière, les valeurs technologiques s'envolent en bourse. Faut-il craindre la naissance d'une nouvelle bulle spéculative ? Quelles sont les perspectives de valorisation sur le long terme ? L'éclairage d'Olivier de Berranger, Directeur de la gestion d'actifs et Directeur Général Délégué chez LFDE.
Lire (3 min.)

Crypto-actifs : L’AMF et l’ACPR mettent en garde contre de nouvelles plateformes

Avec l’objectif de protéger les épargnants, l’Autorité des marchés financiers (AMF) et l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) mettent à jour ce lundi 29 juin leurs listes noires. Les deux institutions mettent en garde contre plusieurs sites, qui proposent des investissements sur le marché des changes non régulé (Forex) et sur des produits dérivés dont le sous-jacent est constitué de crypto-actifs, sans y être autorisés. Voici la liste des sites d’acteurs Forex non autorisés récemment identifiés : 

  • www.bitworldfx.com ;
  • www.brightfinance.co ;
  • www.daxbase.com/fr ;
  • www.daxioma.com/fr ;
  • www.fortiscapitalmanagers.com ;
  • https://fr.uptos.com ;
  • www.investisafe.com ;
  • www.lvmexchange.com/fr/ ;
  • www.wavetomarkets.com.

Voici la liste des sites d’acteurs non autorisés récemment identifiés :

  • bitcoin-storm.com/fr ;
  • cryptolegacypro.com/fr.

Produits dérivés sur crypto-actifs :

Les listes de l’ensemble des sites non autorisés à proposer des investissements sur le Forex ou sur les produits dérivés sur crypto-actifs sont disponibles sur le site de l’AMF, sur l’application AMF Protect Epargne, ainsi que sur le site Assurance Banque Épargne Info Service – ABE IS. Ces listes sont mises à jour régulièrement, mais restent non exhaustives. De nouveaux acteurs non autorisés apparaissent régulièrement.

Pour vous assurer que l'intermédiaire qui vous propose des produits ou services financiers est autorisé à opérer en France, vous pouvez consulter la liste des prestataires de services d'investissement habilités, ou la liste des intermédiaires autorisés dans la catégorie conseiller en investissement financier (CIF) ou conseiller en investissements participatifs (CIP).

Si la personne ne figure sur aucune de ces deux dernières listes, l'AMF et l'ACPR incitent fortement les épargnants à ne pas répondre à ses sollicitations. Celle-ci est en effet en infraction avec la législation applicable et n’est pas tenue de respecter les règles élémentaires de protection des investisseurs, de bonne information ou de traitement des réclamations.

Lire (3 min.)

Commerce : accélération de la bascule du physique vers le digital

Julien-Pierre Nouen
La crise du Covid-19 a accéléré la tendance de la digitalisation du commerce. Comment le développement du e-commerce va-t-il affecter le commerce de détail ? Quels seront les impacts macroéconomiques à long terme ? Les explications de Julien-Pierre Nouen, Directeur des études économiques et de la gestion diversifiée chez Lazare Frères Gestion.
Lire (1 min.)

Digitalisation : Foncia lance l’application MyFoncia à destination des syndics

Ces dernières années, les initiatives de digitalisation partielle du métier de syndic se multiplient. Foncia — entreprise française d’administration de biens et de transaction immobilière — revendique ce jeudi 18 juin le statut de premier acteur du secteur à proposer une digitalisation complète des métiers de l’administration de biens (syndic et gestion locative).

Depuis près de deux ans, Foncia a investi 40 millions d’euros et mis en place une équipe dédiée de 70 experts (développeurs, codeurs, UX/UI designers, business intelligence analysts, etc.) et 20 professionnels métiers, informatique, comptabilité et marketing, pour créer un nouvel ERP (Enterprise Resource Planning – Progiciel de gestion intégrée).

Digitalisation complète

Cet outil — « unique dans l'immobilier » assure Foncia — permet une digitalisation complète des métiers de l’administration de biens. Ce projet débouche ce jeudi 18 juin sur le lancement de l'application mobile MyFoncia (disponible sous IOS et Android), qui couvre l’ensemble des interactions utiles aux copropriétaires, propriétaires bailleurs et locataires.

L’ambition de Philippe Salle, président du groupe Foncia, est de « transformer une société à l’histoire et aux fondamentaux solides, en une entreprise technologique centrée sur ses clients copropriétaires, propriétaires bailleurs et locataires. C’est ce que Foncia concrétise aujourd’hui ».

Simplification pour les syndics

L'application MyFoncia permet notamment de consulter des comptes en temps réel, mais aussi des documents comptables. Elle permet d'interagir avec son gestionnaire, de suivre ses paiements, le versement des loyers, les sinistres, et envoie des notifications instantanées.

Cet outil numérique propose une expérience client complète pour les membres des conseils syndicaux, les copropriétaires d’immeubles, propriétaires bailleurs et locataires. L'application répond notamment aux besoins de simplification de l’accès à l’information — en temps réel — des copropriétaires d’un immeuble.

Déploiement à l'automne 2020

Côté propriétaires bailleurs, l'application remplit les besoins de simplification de l’accès aux informations. Elle permet de suivre la régularité du paiement de leurs loyers et d'attester de la rigueur comptable dans la gestion de leurs biens. MyFoncia participe ainsi à la sécurisation de leurs revenus fonciers.

L’intégralité des services de la nouvelle application MyFoncia est accessible sur le web, afin de retrouver tout son syndic en un clic. Ce nouvel environnement digital a été testé avec succès pendant quatre mois dans un des plus gros cabinets Foncia en Île-de-France. Le déploiement progressif débutera à l’automne 2020.

Lire (3 min.)

PRI : NN Investment Partners obtient de nouveau la note maximale A+

NN Investment Partners (NN IP) — gestionnaire d'actifs de NN Group N.V., société cotée en bourse sur Euronext Amsterdam — annonce ce mardi 4 août ses résultats à l'évaluation 2019 des Principes pour l'investissement responsable des Nations unies (PRI NU). NN IP obtient la note maximale (A+) pour sa stratégie et sa gouvernance en termes d'investissement responsable et d'intégration environnementale, sociale et de gouvernance (ESG).

L’initiative PRI — affiliée aux Nations Unies, totalement indépendante — est le principal promoteur de l'investissement responsable à travers le monde. Les PRI étudient les implications de l’intégration des critères ESG et soutiennent le réseau international d'investisseurs signataires dans l’intégration de ces critères au sein de leurs pratiques d'investissement et d’actionnariat actif. Les PRI agissent dans l'intérêt long terme des signataires, des marchés financiers et des économies.

Amélioration du score de NN IP

Ces notes reflètent l’efficacité de l'approche de NN IP en matière d'investissement responsable. NN IP obtient également la note maximale A+ et des points sur toutes les catégories liées aux actions et pour la sélection et le suivi externe de NN IP (Altis). NN IP a amélioré ses scores dans les catégories fixed income, atteignant la note A sur les trois sous catégories.

NN IP est un signataire des PRI des Nations Unies depuis 2008 et actif dans le domaine de l'IR depuis la fin des années 1990. La participation active de NN IP à cette initiative montre l'intérêt de la société de gestion pour l'investissement responsable, l'intégration des critères ESG et la bonne gouvernance d'entreprise dans les décisions d'investissement.

Engagement auprès des entreprises

« Ces scores élevés et les améliorations dans certains domaines sont le résultat d'une attention accrue et des efforts combinés de nos collaborateurs pour faire avancer les choses. En plus de l’élargissement de l'intégration des facteurs ESG à davantage de classes d'actifs, nous cherchons à diffuser l'investissement responsable à l’ensemble du secteur de l'investissement », réagit Valentijn van Nieuwenhuijzen, Chief Investment Officer chez NN IP.

« C’est le résultat de nos efforts pour susciter le changement par l’engagement auprès de nos participations. Et plus particulièrement de notre volonté constante de renforcer la manière dont nous engageons les entreprises des secteurs liés à l'énergie et notre mobilisation dans le cadre d'initiatives de collaboration telles que la Climate Action 100+ », ajoute Jeroen Bos, responsable Specialised Equity & Responsible Investing chez NN IP.

Lire (3 min.)

France métropolitaine : état des lieux de l’accès du public aux espèces

La filière fiduciaire française publie ce jeudi 30 juillet — sous l’égide du ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance et de la Banque de France — une note concernant l’accès du public aux espèces sur le territoire français métropolitain. Il s'agit d'une mise à jour d'un précédent état des lieux, publié en juillet 2019. Le groupe de travail à l'origine de ces documents existe depuis 2018.

Maillage du territoire français

Cette actualisation confirme que l’accessibilité aux billets sur le territoire hexagonal se maintient à un très bon niveau. À fin 2019, la France métropolitaine compte ainsi 50 316 distributeurs automatiques de billets (DAB), complétés par plus de 25 500 points de distribution d’espèces situés dans des commerces.

Le nombre de distributeurs a légèrement reculé en 2019 (- 4,1 %) mais celui des points privatifs a quant à lui progressé de 10,1 %. Cette diminution se concentre sur les villes les plus peuplées, et reflète une optimisation des installations existantes dans les zones les mieux équipées. Au total, le maillage du territoire reste donc globalement inchangé d’une année sur l’autre, avec un niveau de service stable à un haut niveau malgré le nombre élevé des dégradations de distributeurs enregistrées en 2019.

Accès du public aux espèces

L’état des lieux à fin 2019 conforte ainsi le diagnostic de l’an passé, selon lequel près de 99 % de la population métropolitaine âgée de 15 ans et plus réside dans une commune équipée d’au moins un automate — ou dans une commune qui se trouve à moins de quinze minutes en voiture de la commune équipée d'un DAB la plus proche.

Par ailleurs, la robustesse des circuits d’alimentation du territoire en billets a été démontrée tout au long de la crise sanitaire. Grâce à l’action concertée de l’ensemble des acteurs de la filière fiduciaire, le bon approvisionnement des distributeurs de billets a été assuré. Ceci permet à chacun de conserver la liberté de régler ses achats en espèces s’il le souhaite, particulièrement les populations les plus fragiles ou habitant en milieu rural.

Lire (2 min.)

Digitalisation : vers la dé-connexion 5G ?

Yan Taw Boon
Les tensions géopolitiques et commerciales risquent de fragiliser les chaînes de production autour de la 5G. Si cela peut rendre plus complexe l'orientation au sein de ce thème d'investissement, il reste néanmoins peu probable que ces tensions diminuent l'importance à venir de la 5G. Les explications de Yan Taw, Gérant Senior, Directeur de la recherche (Asie) et Co-gérant du fonds Neuberger Berman 5G Connectivity.
Lire (5 min.)

Gestion thématique : le défi de l’intelligence artificielle

Olivier de Berranger et Rolando Grandi
L'avenir passe par les nouvelles technologies. Quels défis présente l'intelligence artificielle (IA) ? Comment investir dans ce segment d'avenir ? Olivier de Berranger, Directeur Général en charge de la Gestion d’actifs et Rolando Grandi, Gérant actions internationales chez La Financière de l'Echiquier (LFDE) partagent leur analyse.
Lire (4 min.)