Crowdfunding : disrupter le financement de l’économie

Julien Hostache et Vincent Clerc
Un outil de financement participatif indépendant des circuits traditionnels, c’est le principe du crowdfunding. En quelques années, le trublion de l’investissement est en passe d’acquérir un rôle majeur dans le financement de l’économie aux côtés des banques et des fonds d’investissement. Les explications de Julien Hostache, DG et Co-fondateur d’Enerfip, et Vincent Clerc, Directeur Distribution & Partenariats d’Enerfip.
Lire (4 min.)

Transformation numérique : l’ACPR publie son étude sur la banque et l’assurance en France

L’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) publie ce vendredi 14 janvier les résultats de son étude sur la transformation numérique dans les secteurs français de la banque et de l’assurance. L’ACPR a interrogé 12 groupes ou organismes d’assurance et 8 groupes bancaires pour mesurer les transformations engagées. Objectif, adapter en conséquence ses propres missions et sa participation aux instances européennes et internationales.

Les deux enquêtes se sont appuyées sur les réponses fournies par les organismes sollicités à un questionnaire, d’une cinquantaine de questions ouvertes, complétées par des entretiens. Ces documents permettent de caractériser les stratégies des acteurs, leur perception du contexte concurrentiel et le rythme effectif de leur transformation. De quoi élargir la seule perspective de l’écosystème innovant (« fintech ») ou des acteurs numériques dominants (« bigtechs »).

[caption id="attachment_82617" align="aligncenter" width="365"]Transformation numérique : l’ACPR publie son étude sur la banque et l’assurance en France Source : ACPR[/caption]

L’IA, moteur de la transformation numérique

Dans le secteur de l’assurance, plus de 83 % des acteurs interrogés considèrent que l’Intelligence artificielle (IA) va profondément transformer leurs processus internes. Les assureurs ont concentré leurs efforts sur la numérisation de la relation client.

Ils intègrent progressivement les nouvelles technologies à l’ensemble la chaîne de valeur de l’assurance. Ils tirent par exemple profit des outils d’IA pour améliorer la modélisation des risques ou les processus d’indemnisation des sinistres.

Dans le secteur bancaire, tous les acteurs ayant répondu à l’enquête ont développé puis déployé des outils d’IA opérationnels qui contribuent à améliorer la relation client, la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme ou à mieux identifier les risques.

D'autres technologies moins plébiscitées

Dans le secteur de l’assurance, les assureurs interrogés estiment l’impact des objets connectés sur leur activité à 1 ou 2 à court terme (sur une échelle de 1 à 5) mais à 4 à moyen-long terme : ils y voient un moyen d’améliorer la prévention et de réduire les risques. Dans le secteur de la banque, la technologie de registre distribué (blockchain) fait l’objet d’appréciations contrastées.

Tandis que 25 % des banques interrogées estiment cette technologie trop peu mature et les cas d’usage pertinents peu nombreux, près de 40 %, jugent, à l’inverse, que l’impact de la blockchain sur l’activité bancaire sera important, voire « disruptif ».

Ces banques anticipent un fort développement des usages et sont actives dans le domaine de l’exploration. Certaines ont ainsi participé aux expérimentations de la Banque de France sur la monnaie numérique de Banque centrale.

Développement avec l’écosystème innovant

Face à une recomposition du paysage concurrentiel, les acteurs historiques du secteur bancaire sont incités à renforcer l’usage des nouvelles technologies et à adopter de nouveaux modèles d’affaire intégrant les acteurs innovants, à travers des partenariats ou des acquisitions, dans l’optique de conserver la relation avec le client. Dans le secteur de l’assurance, les « assurtechs » sont davantage perçus comme des partenaires ou des concurrents de niche.

Double défi de la sécurité et de la modularité

La transformation numérique augmente l’exposition des deux secteurs à de nouveaux risques opérationnels, dont les risques cyber et de fraudes. Dans ce contexte, une des priorités des acteurs interrogés est de renforcer la résilience de leurs systèmes d’information, tout en améliorant leur modularité ainsi que leur interopérabilité, nécessaires au développement de nouvelles technologies.

Ces études, qui permettent de disposer d’une vision à jour des problématiques de la place française, dans un contexte européen marqué par la mise en œuvre de la feuille de route pour la finance numérique, sont publiées sur le site de l'ACPR sous le format « Analyses et Synthèses ».

Lire (4 min.)

Cryptomonnaies : la chute du bitcoin, une « bonne nouvelle » ?

En 2022, le bitcoin débute l'année avec une chute de valorisation. La reine des cryptomonnaies a-t-elle amorcé son déclin ? Faut-il au contraire y voir une opportunité pour les investisseurs ?
Lire (5 min.)

Thierry Renard – ritchee : bitcoin, « l’offre reste confidentielle en matière d’assurance vie »

Depuis la loi PACTE, l'assurance vie peut intégrer une exposition aux bitcoins et autres cryptos. Sous quelles conditions ? Le bitcoin va-t-il devenir incontournable pour les épargnants ? Thierry Renard, co-fondateur de la plateforme ritchee, répond en exclusivité aux questions du Courrier Financier.
Lire (6 min.)

Grande distribution : le fonds M&G European Property Fund acquiert deux hypermarchés en France

M&G Real Estate — branche immobilière de la division Actifs Privés et Alternatifs de M&G plc — annonce ce mercredi 19 janvier renforcer son exposition au secteur défensif de l'alimentaire, avec l’acquisition pour 60 M€ de deux hypermarchés à Albertville (Savoie) et Montpellier (Hérault). Ces deux actifs sont 100 % loués au groupe Casino, acteur majeur du secteur français de la distribution alimentaire.

Peu après l’acquisition de l'hypermarché Géant Casino de La Valentine à Marseille (Bouches-du-Rhône) en septembre 2021, cette transaction illustre la stratégie de M&G Real Estate d’exposition à des actifs core bien établis, non duplicables et situés dans des lieux stratégiques. L'opération a été réalisée pour le compte du fonds core, M&G European Property Fund. M&G Real a été conseillé par JLL (Jessica Jaoui), Hogan Lovells (Michael Levy) et Acte 2 Notaires (Marie-Laure Baffoy).

Zone commerciale attractive

Implanté dans une zone commerciale attractive, aux côtés d'enseignes de premier plan, le Géant Casino d'Albertville se situe le long de la route nationale N90 qui donne accès aux « 3 Vallées », le plus grand domaine skiable au monde. Il comptabilise environ 14 000 m², dont environ 7 300 m² de surface de vente.

Avec environ 14 100 m², dont 5 728 m² de surface de vente, le second Géant Casino se situe au cœur d’une zone densément peuplée de Montpellier, la septième plus grande ville de France, connue pour le dynamisme de ses universités, ses centres de R&D, ainsi que ses lieux de loisirs, tous sources d’une croissance démographique soutenue.

Ces deux actifs bénéficient d'une zone urbaine de chalandise très dense, ainsi que d'une offre foncière insuffisante et de l'absence de concurrents directs. Par ailleurs, ces deux actifs constituent des lieux majeurs pour le commerce alimentaire dans leur zone respective.

Transformation de la consommation

« Malgré les mutations structurelles en cours, les points de vente bien situés à dominante alimentaire restent une composante irremplaçable du processus de distribution alimentaire et un élément central de la vie quotidienne des consommateurs », déclare Antonin Prade, Directeur des investissements pour la France chez M&G Real Estate.

« Les locataires de qualité comme le groupe Casino, qui ont su répondre à la transformation des modes de consommation en se recentrant sur l'alimentation, en optimisant leurs espaces de stockage et en accélérant leur digitalisation ont très bien résisté à la pandémie, avec de bons niveaux de performance. Nous sommes impatients de travailler à nouveau avec eux pour continuer à exploiter le succès de leur projet qui répond aux besoins des communautés locales, tout en améliorant le profil ESG des biens que nous achetons », ajoute-il.

Dynamique du marché européen

« Cette opération vient renforcer notre relation avec le groupe Casino après l’acquisition récente du Géant Casino La Valentine à Marseille. Nous pensons que ce sous-secteur du commerce est injustement délaissé par les investisseurs ce qui aboutit à des écarts de rendement pouvant aller jusqu'à 200 points de base par rapport à d’autres secteurs comme la logistique », déclare Dimitri Doublet, Directeur au sein de l’équipe de gestion du fonds du M&G European Property Fund.

« Selon nous, la dynamique du marché européen de l'investissement immobilier dédié au commerce alimentaire va s’accélérer. Les rendements vont encore se comprimer car les magasins physiques continueront à jouer un rôle majeur dans le processus de distribution alimentaire, ce qui soutiendra les ventes physiques et en ligne. Cette opération offre ainsi une valeur relative intéressante et témoigne des avantages d'une stratégie paneuropéenne diversifiée pour nos investisseurs », conclut-il.

Lire (4 min.)

Italie : Lombard Odier recrute une Head of Product Offering et Senior Portfolio Manager

Le Groupe Lombard Odier — gestionnaire de fortune et d'actifs mondial — annonce ce jeudi 20 janvier la nomination d'un responsable de l'offre produits de Lombard Odier (Europe) SA (LOESA) et gestionnaire de portefeuille senior pour l'Italie. Basée dans les bureaux de LOESA à Milan, Manuela Maccia a pris ses fonctions le 10 janvier 2022.

La nomination de Manuela Maccia confirme la volonté du Groupe de renforcer sa position et son offre clients en Italie, marché prioritaire pour Lombard Odier. En tant que son adjointe, Manuela Maccia collaborera étroitement avec Alberica Brivio Sforza qui a rejoint Lombard Odier en 2021 en qualité de Managing Director de la branche italienne de LOESA. 

Focus sur le profil de Manuela Maccia

Italie : Lombard Odier recrute une Head of Product Offering et Senior Portfolio Manager
Manuela Maccia

Manuela Maccia est titulaire d'une maîtrise en économie de l'université Bocconi, d'un diplôme en économie et finance d'HEC Paris, et est également Chartered Financial Analyst (CFA). Elle effectue la plus grande partie de sa carrière au sein du Groupe BNP Paribas. Au cours des 23 dernières années, elle y occupe des postes internationaux — à Londres, Paris, Rome et Milan.

Récemment, Manuela Maccia était directrice des produits et services financiers pour la gestion de patrimoine de BNP Paribas en France. En 2020, elle revient en Italie et est nommée CIO pour la banque BNL BNP Paribas. Chez Lombard Odier, Manuela Maccia contribuera à développer l'offre de produits du groupe en Europe au sein de la division Private Clients. Basée à Milan, elle renforcera la branche italienne locale et offrira une expertise précieuse aux clients italiens, en gérant à la fois des comptes discrétionnaires et des comptes de conseil. 

Renforcer Lombard Odier en Italie

« Nous sommes impatients de travailler avec Manuela pour développer l'offre de la Banque en Italie. Ses connaissances approfondies et son expérience, notamment en matière de développement d'une division de banque privée, nous permettront de renforcer la présence de Lombard Odier sur le marché italien », explique Stephen Kamp, responsable de l'Europe du Sud et de l'Amérique latine pour les clients privés.

« Avec son expertise internationale et sa présence établie dans la sphère financière italienne, nous sommes ravis que Manuela rejoigne notre équipe. Elle sera parfaitement placée pour conseiller nos clients en Italie et développer notre offre en Europe », ajoute Stéphane Monier, Chief Investment Officer de la Banque privée Lombard Odier.
 

Lire (3 min.)

Experts-comptables : l’offre du Groupe Harvest Fidroit Quantalys accessible aux clients de Cegid

Le Groupe Harvest — spécialiste des solutions logicielles et digitales dans les métiers du patrimoine et de la finance — annonce que son offre dédiée aux experts-comptables clients de Cegid est disponible dès janvier 2022, afin de les accompagner dans l’optimisation de leur patrimoine. L’offre comprend plusieurs types de prestations (calculs, contenus, formations) comme les bilans retraite, l’aide à la réduction d’impôt, l’optimisation de la répartition entre les dividendes et la rémunération, les conseils prévoyance ou encore la transmission d’entreprise.

Deux niveaux de leviers de croissance

Ce partenariat répond à l’ambition affichée du groupe, dans le cadre de sa « Stratégie 2025, l'esprit de conquête », de s’adresser à tous les métiers du patrimoine et de la finance et de développer l’interprofessionnalité. Grâce à cette offre, les experts-comptables disposent désormais de nouveaux leviers de croissance avec deux niveaux d’accompagnement.

Le premier niveau les aide à démarrer les missions de conseil autour de la gestion de patrimoine. Le second niveau leur permet ensuite d'optimiser leur réalisation. Ils bénéficient ainsi de solutions digitales expertes, d’un accompagnement métier et opérationnel ainsi que d’un soutien marketing et commercial.

Accompagner les chefs d'entreprises

« Nous avons souhaité offrir une solution de grande qualité aux experts-comptables afin de leur permettre d’accompagner leurs clients chefs d’entreprise dans l’optimisation de leur patrimoine. Ainsi, des formations, des calculatrices, des contenus sont-ils proposés dans deux offres : une pour le démarrage et une pour l’approfondissement. Les produits Harvest Fidroit sont toujours à jour des réformes et faciles d’utilisation pour l’expert-comptable », explique Virginie Fauvel, CEO Groupe Harvest.

« L’expert-comptable est souvent un conseil de proximité de confiance pour le dirigeant d’entreprise. L’offre d’Harvest Fidroit est idéalement positionnée pour permettre à l’expert-comptable de diversifier son activité, apporter une valeur supplémentaire et renforcer la relation avec chaque client. Ce partenariat illustre notre stratégie d'écosystème, qui a vocation à répondre aux besoins de nos clients, et leur apporter des offres et des services innovants et utiles », conclut François Méro, Directeur du marché Experts-Comptables de Cegid.

Lire (2 min.)

Cryptomonnaies : début d’année difficile

Lukas Enzersdorfer-Konrad
Le bitcoin et la plupart des principales altcoins ont commencé 2022 avec une forte tendance à la baisse. Le tapering de la FED et la lutte contre l'inflation sont des facteurs macroéconomiques qui contribuent à cette tendance.
Lire (5 min.)

Startups : l’ACPR publie sa « charte Fintech » pour faciliter l’agrément

L'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) publie ce lundi 10 janvier sa Charte pour l’instruction des dossiers d’autorisation « Fintech » (charte Fintech). Ce document a été adopté fin 2021, afin de répondre aux demandes des Fintech. Il a été élaboré par un groupe de travail composé de représentants des Fintech et des agents de l’ACPR, sous l’égide du Forum Fintech. Cette charte facilite le parcours des candidats à une autorisation délivrée par l’ACPR.

Pour aider les entrepreneurs à s’y retrouver dans la réglementation, un ensemble de guides et de questions-réponses, mis au point en lien avec des représentants de l’écosystème, vient compléter la charte et est disponible en ligne sur le site de l’ACPR.

https://www.youtube.com/watch?v=QC3t6rfNwEk

Que contient cette charte Fintech ?

La charte Fintech aborde de façon pédagogique le parcours d’une startup, depuis son premier contact avec l’ACPR jusqu’à l’obtention de l’agrément ou de l’enregistrement demandé. Elle contient des engagements précis de la part de l’ACPR :

  • en termes de lisibilité du processus : désignation d’un analyste dédié, indication des compléments à fournir, attestation d’agrément pour faciliter les démarches auprès des investisseurs ;
  • en termes de délais avec, à différentes étapes du processus, une réponse sur le fond, en moins de deux semaines.

Faciliter le parcours des startups

« Nous suivrons l’application de cette charte afin de garantir l’atteinte des objectifs et des délais. Il s’agit d’une démarche essentielle : innovation et réglementation doivent converger à long terme pour créer la confiance, indispensable au développement et au dynamisme du secteur financier », commente François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et président de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution. 

« La charte précise aussi les attentes de l’ACPR vis-à-vis des candidats à l’agrément afin que les dossiers soient préparés dans les meilleures conditions. Cette démarche de transparence devrait permettre aux porteurs de projets de mieux s’approprier la réglementation et facilitera ainsi concrètement leur parcours », indique Olivier Fliche, Directeur du Pôle Fintech Innovation de l’ACPR.

Lire (3 min.)

Nasdaq : chute des valeurs tech à la Bourse de New York

Cette semaine, la publication des minutes de la Fed du mois de décembre 2021 provoque une réaction en chaîne à la Bourse de New York. Pourquoi les valeurs tech ont-elles plongé ? Comment analyser les soubresauts du marché ?
Lire (4 min.)

Varsovie : MNK Partners acquiert un premier actif pour son fonds Polska by MNK

MNK Partners — spécialiste des investissements immobiliers paneuropéens — poursuit ses investissements en Europe. Moins de 3 mois après le lancement de son fonds professionnel spécialisé, Polska by MNK, dédié à l’investissement […]

MNK Partners — spécialiste des investissements immobiliers paneuropéens — poursuit ses investissements en Europe. Moins de 3 mois après le lancement de son fonds professionnel spécialisé, Polska by MNK, dédié à l’investissement en Pologne, MNK Partners annocne l’acquisition de l’immeuble à usage mixte « Point 44 » livré en mars 2020, à Varsovie (Pologne).

MNK Partners a été conseillée par Gide, Deloitte, CBRE et Savills sur les aspects juridiques, financiers, fiscaux et techniques de l’acquisition.

Attractivité de la Pologne

« Cet actif répond entièrement à la stratégie Core + du Fonds Polska by MNK et nous sommes très heureux qu’il fasse partie du portefeuille de MNK Partners. Nous apprécions le bâtiment avant tout pour sa qualité, sa fonctionnalité, son excellent emplacement et la qualité de ses locataires », explique Mansour Khalifé, Président de MNK Partners.

« La Pologne est selon nous, l'un des pays les plus attrayants d'Europe, avec des perspectives de croissance qui nous semblent durables et prometteuses. En sus de notre déploiement en Europe, nous allons continuer à nous développer en Pologne dans les prochains mois avec une quarantaine de millions d’euros d’investissement en cours », ajoute-il.

Un actif de grande qualité

Cette première acquisition porte sur un actif mixte récent de « classe A » composé de bureaux et de commerces pour un volume d’environ 12 M€. Cet actif de grande qualité a été nominé à la onzième cérémonie des «CEE Eurobuild Awards» dans la catégorie « small retail asset », soit l’un des prix les plus prestigieux du secteur en Pologne.

L’actif de quatre étages offre plus de 5 700 m2 de surface locative ainsi qu’un parking de 220 m2 composé de 137 places dont 82 places en sous-sol réservé aux locataires. L’actif est loué pour une durée ferme restante de 7 ans. Le bâtiment se situe sur l’une des routes les plus fréquentées de la ville. Il est très facilement accessible, que ce soit en transport en commun ou en voiture. Il se trouve également à proximité immédiate de l’aéroport.

Varsovie : MNK Partners acquiert un premier actif pour son fonds Polska by MNK
L’immeuble à usage mixte « Point 44 » à Varsovie (Pologne)
Source : MNK Partners

Opportunités de marché

Point 44 se démarque des autres retail park en Pologne grâce à une offre dédiée aux sportifs. L’actif est loué à quatre locataires dont Liberty Moto, un des spécialistes de la vente de moto en Pologne, LTEC, une entreprise polonaise dédiée aux technologies innovantes et spécialiste sur le marché en Pologne, et Air Bike, une chaîne de magasins de vélos proposant des équipements professionnels et des services de réparation.

« L’implantation locale de MNK Partners en Pologne avec une équipe dédiée sur le terrain nous permet d’accéder aux meilleures opportunités du marché et dans de très bonnes conditions d’acquisition, MNK Partners est aujourd’hui identifié sur le marché Polonais comme un acteur dynamique et nous comptons renforcer cette position sur l’ensemble de la région », développe Miranda Khabiri, Directrice chez MNK Partners.

Lire (3 min.)

ESG : Feefty et Quantalys lancent le DSP Label pour les produits structurés

Feefty — plateforme multiservices dédiée aux produits structurés — et Quantalys annoncent ce jeudi 20 janvier le lancement du Durable Structured Product Label (DSP), un label environnemental, social et de gouvernance (ESG) sur les produits structurés.

A quoi sert ce label ?

Le Label DSP permettra d'apporter une plus grande lisibilité aux conseillers financiers, gérants privés, assureurs, banques et plateformes de distribution — soucieux d’offrir à la fois de la performance et également du sens et de la transparence à leurs investissements.

Ce label global s’applique sur toute la chaîne de valeurs : depuis l’émetteur du produit jusqu’au reporting, en passant par le structureur, les sous-jacents du produit (fonds, indices ou titres), la valorisation, etc. Il permet d’évaluer le niveau de durabilité des produits structurés et de répondre au souci d’harmonisation des différentes initiatives individuelles en gestion structurée afin de bénéficier d’un standard de Place.

Intégration de critères ESG

« La demande de produits ESG est de plus en plus forte et pouvoir aller plus loin dans l’analyse des produits afin d’offrir une grille de lecture plus simple était important. L’association entre Quantalys, fournisseur de données indépendant, qui a une totale granularité sur les sous-jacents et sur la partie ESG et Feefty, qui gère la partie technique et analyse du produit structuré était une évidence », confie Guillaume Dumans, co-fondateur de Feefty.

« Pour notre industrie en 2021, l’ESG a capté deux euros sur trois de la collecte nette. Cela représente déjà 30 % des actifs sous gestion en Europe. Quantalys a très tôt entrepris une classification et collecte de nombreux indicateurs ESG afin d’aider les investisseurs à sélectionner les produits adaptés dans ce domaine », déclare Jean François Bay, Directeur général de Quantalys.

« Nous avions pu constater un paradoxe : à la fois une forte demande d’informations de la part des investisseurs et distributeurs et également un déficit d’indicateurs ESG simples et clairs sur les produits structurés. Nous sommes donc fiers de contribuer au développement de ce standard au côté de Feefty. Nous sommes persuadés que ce label sera amené à se développer en Europe », ajoute-il.

Complémentarité de Quantalys et Feefty

Quantalys analyse tous les fonds, indices et valeurs proposés comme sous-jacents dans les produits structurés avec une analyse objective et indépendante. Feefty analyse de son côté en toute transparence la composition, la complexité, les frais de ces produits mais aussi la transparence qu’adopte l’émetteur et l’accessibilité à toutes les informations liées à ces produits (post-vente et accès à l’information).

« Nous avons décidé d’aller au-delà de l’évaluation des sous-jacents au regard de leur approche ESG et d’intégrer aussi les éléments de structuration et de la valorisation du produit. Nous accordons une grande importance aux éléments de frais, de reporting et d’accès aux informations concernant tous les produits, pour plus de transparence », expliquent les deux acteurs Feefty et Quantalys.

ESG : Feefty et Quantalys lancent le DSP Label pour les produits structurés
ESG : Feefty et Quantalys lancent le DSP Label pour les produits structurés
Source : Feefty et Quantalys

Notation normalisée et indépendante

La méthodologie choisie consiste en une surpondération des phases de conception du produit avec un minimum d'admissibilité pour les notations DSP les plus élevées. Chaque pilier est noté de 1 à 3 :

  • Emetteur : Notation financière et extra-financière (Moodys, Fitch, S&P) de la société émettrice ;
  • Structuration : Frais, mécanismes, note ESG du structureur ;
  • Sous-jacent : Méthodologie propriétaire Quantalys sur les fonds, ETF, indices, titres et paniers ;
  • Valorisation : Valorisation auprès de la contrepartie et contreparties indépendantes ;
  • Reporting et outils digitaux : Disponibilité des VLs, documentation financière et extra-financière sur le produit et les sous-jacents.

Chacune de ces catégories est pondérée selon son impact sur la transparence, la bonne compréhension et le suivi du produit.

Lire (5 min.)

Assurance vie : Zalpha lance avec Generali Vie le contrat « Zalpha Zen »

La fintech Zalpha — société de services financiers en ligne — annonce ce jeudi 6 janvier le lancement de son contrat d'assurance vie individuel « Zalpha Zen », avec Generali Vie. Il s'agit d'un produit libellé en euros et/ou en unités de compte (UC). « Zalpha Zen » est ouvert à toutes les générations, 100 % digital avec plus de 2 000 supports d’investissement. Ce contrat d'assurance vie sera disponible dès le 10 janvier 2022.

Partenariat avec Generali

« Nous sommes très heureux de ce partenariat avec Generali. Il nous permet d’offrir un accès aux marchés financiers aux amateurs souhaitant être accompagnés, ainsi qu’aux investisseurs experts qui trouveront des outils d’aide à la décision rarement mis à leur disposition », déclare Pierre Hervé, Directeur général de Zalpha.

« Generali ayant pour ambition d’être le Life-Time Partner de ses distributeurs et de ses assurés, c’est assez naturellement que le partenariat avec Zalpha s’est construit. Nous sommes très heureux de cette collaboration et du lancement grand public de cette nouvelle Fintech au positionnement et à la technologie uniques », Corentin Favennec, Directeur des Partenariats de Generali Patrimoine

Technologie PROPILOT

Objectif, permettre à l’ensemble des générations de donner un sens à leur épargne. Cette offre exclusive conçue en partenariat avec les équipes de Generali France s’adresse à l’ensemble des épargnants en France. Zalpha est la première Application d’Accompagnement à l’Investissement bénéficiant de la technologie PROPILOT. Cette nouvelle technologie permet à l’ensemble des utilisateurs de pouvoir investir de manière simple et ludique.

La technologie unique PROPILO permet de simplifier au maximum le processus de décision pour les utilisateurs. Ils ont besoin de quelques minutes par mois pour piloter leurs investissements. Cette technologie repose sur l’intelligence artificielle développée depuis 2014 par la société et l’analyse quotidienne de plus de 26 000 données.

Contrat trans-générationnel

« Le développement du digital et des réseaux sociaux a modifié considérablement les rapports entre les générations. Zalpha a été conçu comme une application mobile s’adaptant aux exigences de chaque génération, des baby-boomers à la génération Alpha », explique Jérôme Glodas, son Président. Zalpha vient de génération Z et génération Alpha.

La Fintech souhaite créer un lien entre les jeunes générations et les plus anciennes autour de l’investissement financier. Aujourd’hui, si des grands-parents souhaitent épargner de l’argent pour leurs petits-enfants, il n’existe que des supports passifs et sans intérêt générationnel. Avec Zalpha, toutes les générations peuvent décider ensemble du sens à donner à leur épargne mais également agir grâce à leur choix sur l’environnement, l’économie Française, la recherche, etc.

Pour permettre à toutes les générations d’utiliser quotidiennement Zalpha, il a été décidé de commencer par une Application pour smartphone disponible sur tous les stores (Apple/Android) qui s’appuie sur un contrat d’assurance vie novateur développé avec Generali Vie.

Lire (3 min.)

Cryptomonnaies : Bitcoin échoue son test majeur, encore une fois

Vincent Boy
Face à l'inflation durable qui pèse sur la croissance mondiale, le bitcoin peut-il être un actif refuge à l'écart des marchés spéculatifs ? Les cryptomonnaies sont-elles réellement décorrélées des indices boursiers mondiaux ? Les explications de Vincent Boy, Analyste marchés chez IG France.
Lire (2 min.)