L’épargne salariale distribue près de 18 milliards d’euros en 2016

Philippe Crevel
Les résultats de l'épargne salariale en 2016 ont été dévoilés par le Ministère du Travail. L'étude révèle que 8,9 millions de salariés, soit 56% des salariés du secteur marchand non agricole, ont accès à un dispositif de participation, d’intéressement ou d’épargne salariale.
Lire (2 min.)

Loi pacte : la CNCEF a remis ses contributions

La Chambre Nationale des Conseils Experts Financiers (CNCEF), rassemblant une communauté d'experts dédiés à l'Entreprise (Conseils experts financiers, conseils haut de bilan et conseils aux institutionnels) a apporté sa contribution au plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises (PACTE).
Lire (3 min.)

Trois millions de salariés dans les TPE

Philippe Crevel
Fin 2016, les entreprises de 1 à 9 salariés représentaient 20 % de l’emploi salarié concurrentiel (hors agriculture), soit 3 millions de salariés. Elles employaient, en moyenne, 3 salariés, mais plus d’un tiers d’entre elles ne compte qu’un seul salarié.
Lire (4 min.)

Ce que changera le prélèvement à la source de l’impôt

Jérôme TARTING
Mis en oeuvre dans la plupart des grands pays développés, le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu entrera en vigueur le 1er janvier 2019 en France. Il supprimera le décalage existant entre la perception des revenus et leur imposition. Un nouveau dispositif qui changera la vie des entreprises et contribuables. Explications.
Lire (4 min.)

L’ACPR/AMF lancent une consultation sur les investisseurs vulnérables

Dans un contexte de vieillissement démographique et de mutation digitale du secteur financier, le Pôle commun présente un état des lieux général des pratiques de commercialisation des produits financiers aux personnes âgées : besoins et difficultés éventuelles, mécanismes de protection et usages du marché. Le rapport vise à constituer une première base de réflexion et à ouvrir le débat, par le biais d’un appel à contributions, sur une série de questions-clés.

L’objectif est de trouver, en collaboration avec les consommateurs, les professionnels et les acteurs du vieillissement, les moyens d’identifier les bonnes pratiques de commercialisation à l’égard des personnes vieillissantes et vulnérables, au regard notamment de difficultés cognitives. L’ambition de ces travaux est double : s’assurer qu’un conseil adapté est délivré par les professionnels et qu’un consentement éclairé est donné par cette clientèle lors de la souscription de produits financiers.

L’ACPR et l’AMF invitent toutes les personnes intéressées à envoyer leurs contributions, qui nourriront les réflexions du Pôle commun pour la suite des travaux en 2019.

 
Lire (1 min.)

Janus Henderson lance un fonds sur la thématique des biotechs

Cette SICAV de droit luxembourgeois investira dans des sociétés innovantes du secteur de la biotechnologie, ou des sociétés liées à ce secteur, en ciblant plus particulièrement celles qui apportent une réponse aux importants besoins médicaux non satisfaits à travers le monde. Ce fonds ciblera les sociétés visant un développement de long-terme au sein d’un secteur très innovant et en rapide croissance.

Le nouveau fonds biotech de Janus Henderson sera co-géré par Andy Acker et Dan Lyons qui disposent, à eux deux, de plus de 40 ans d’expérience en matière d’investissement sur le secteur de la biotechnologie. Le fonds sera géré par une équipe d’experts issus du milieu scientifique et bénéficiera du soutien du reste de l’équipe d’investissement spécialisée dans le domaine de la santé de Janus Henderson.

Andy Acker constate : « Le rythme des progrès s’accélère dans l’industrie de la biotechnologie, ce qui signifie que les avancées médicales surviennent beaucoup plus rapidement. La FDA a, depuis le début de l’année, approuvé 55 nouvelles thérapies, établissant ainsi un record historique. Notre processus met l’accent sur les moteurs opérationnels et scientifiques essentiels à l’atténuation des risques et à l’identification des opportunités dont regorge ce secteur dynamique. »

Lire (1 min.)

Semaine de l’épargne salariale, du 27 au 31 mars

L’AMF, l’AFG, le Trésor et la Direction Générale du Travail lancent la semaine de l’épargne salariale : une initiative de place à destination des salariés et des entreprises
Lire (2 min.)

Semaine de l’Epargne Salariale : les tables rondes ESR d’Amundi

Le 28 mars, à l'occasion de la Semaine de l’Epargne Salariale, Amundi organise 2 tables rondes pédagogiques autour de l’épargne salariale : " Du partage à l’adhésion, comment transformer votre culture d’entreprise ? ", et " Comment faire de vos salariés de véritables épargnants ?". le mardi 28 mars à 17h
Lire (<1 min.)

Deux salariés français sur trois sont favorables au télétravail

Le télétravail a la cote auprès des salariés français. Près des deux tiers (64 %) d’entre eux sont favorables à cette organisation du travail qui permet d’exercer une activité professionnelle en dehors des locaux de son employeur, selon l’étude Randstad Award.
Lire (3 min.)

Épargne salariale des Conseils Experts Financiers : qu’est-ce qui change ?

Pour les PME de moins de 50 salariés, la mesure la plus significative est la modulation du forfait social pour celles qui concluent un premier accord d'intéressement. Pour ces entreprises, le forfait social est ramené à 8% et s'applique pendant six ans à compter de la date d'effet de l'accord mis en place. Ce taux s'applique également pour une entreprise qui n'a pas conclu d'accord au cours d'une période de cinq ans avant la date du nouvel accord.

La modification des seuils d'assujettissement à la participation 

L'entreprise qui emploie habituellement au moins 50 salariés pendant douze mois, consécutifs ou non, au cours des trois derniers exercices, est assujettie à la participation. Auparavant cette condition d'effectif devait être atteinte pendant six mois, consécutifs ou non, au cours de l'exercice.

La dispense de conclusion d'un accord de participation 

L'entreprise qui a un accord d'intéressement et qui franchit le seuil de 50 salariés n'est  tenue de mettre en place un accord de participation qu'au troisième exercice clos après le franchissement du seuil de 50 salariés et à la condition que l'accord d'intéressement soit en vigueur, sans discontinuité pendant cette période.

Au-delà de ces aspects, il convient de rappeler que les outils de l'épargne salariale deviennent incontournables, surtout lorsqu'une entreprise met en œuvre une stratégie de rémunération variable, qui intègre son projet de développement. À la faveur de la flexibilisation d'une partie de la rémunération, notamment avec l'intéressement, l'entreprise peut maitriser l'évolution de sa masse salariale et reconstituer ses marges, avec des mécanismes qui s'autofinancent.

En période difficile, une bonne stratégie de rémunération en adéquation avec le projet de développement de l'entreprise favorise une dynamique d'équipe et constitue un avantage concurrentiel inestimable.

À cette occasion, il n'est pas inutile de rappeler que dans les entreprises de un à deux cent cinquante salariés, l'intéressement est ouvert au chef d'entreprise et s'il s'agit d'une personne morale, aux présidents, directeurs généraux, gérants, membres du directoire ainsi qu'au conjoint du chef d'entreprise s'il a le statut de conjoint collaborateur ou de conjoint associé. De même, sous réserve que l'entreprise emploie au moins un salarié (même à temps partiel) en plus du dirigeant, le chef d'entreprise peut bénéficier du PEE et du PERCO dans les mêmes conditions que les salariés.

Lire (2 min.)

Tikehau IM réalise le premier closing du fonds T2 Energy Transition Fund

Aujourd’hui, pour répondre aux défis du dérèglement climatique, les besoins d’investissement sont estimés par l’Agence Internationale de l’Énergie à 60 000 milliards d’euros pour les deux prochaines décennies. Dans ce contexte, T2 Energy Transition Fund a vocation à soutenir les acteurs européens de la transition énergétique de taille intermédiaire dans leur développement, leur transformation et leur expansion, notamment internationale.

Les investissements du fonds se concentreront sur les entreprises évoluant dans trois secteurs déterminants pour la transition énergétique :

  • La production d’énergies propres : mise en œuvre de solutions pour la diversification du mix énergétique, projets de production d’énergie à partir de ressources non carbonées.
  • La mobilité bas-carbone : développement d’infrastructures visant à accueillir les véhicules électriques, essor d’équipements et de services liés à la mobilité bas carbone et évolutions liées à l’utilisation du gaz naturel dans les transports en remplacement du diesel et du fuel marine.
  • L’amélioration de l’efficacité énergétique, du stockage et de la digitalisation : recherche et mise en œuvre de solutions pour le déploiement et l’optimisation du stockage d’énergie, optimisation de la consommation énergétique des bâtiments et des entreprises.

Un modèle opérationnel différenciant 

Née de la coopération entre Tikehau Investment Management et Total, le fonds T2 Energy Transition Fund a un modèle opérationnel différenciant qui s’appuie sur l’expertise de l’équipe d’investissement de Tikehau Investment Management tout en bénéficiant de l’expertise sectorielle et du réseau international de Total.

Le fonds dispose ainsi de 350M€ à l’issue de ce premier closing. Convaincus par le positionnement du fonds, Bpifrance et Groupama, investisseurs de références, ont souhaité rejoindre dès le premier closing les sponsors : Tikehau Capital et Total.

Lire (2 min.)

Euskal Herria, le premier FCPR de Newfund dédié aux start-up de la région Aquitaine

Newfund NAEH investira entre 150.000 euros et 500.000 euros dans des entreprises en phase de lancement qui réalisent un début de chiffre d’affaires, avec l’objectif d’en faire de futurs champions. Les start-up bénéficieront d’un accompagnement local grâce au soutien du réseau de souscripteurs bien implantés dans le tissu économique de la région. Agathe Descamps, docteur en droit des sociétés, sera la correspondante de Newfund en région.

Ces entreprises seront soutenues par l’équipe Newfund qui, depuis 10 ans, a investi dans plus de 80 start-up. Newfund connaît bien la région pour y avoir investi à plusieurs reprises et pour compter le Conseil Régional parmi ses souscripteurs depuis 2008.

Newfund est également présent aux Etats-Unis dans la Silicon Valley. Il mettra à disposition son savoir-faire en matière de déploiement aux Etats-Unis lorsque c’est pertinent pour les sociétés les plus ambitieuses du portefeuille Newfund NAEH.

De l’investissement subi à l’investissement choisi

Pour les investisseurs, Newfund NAEH est un produit d’un genre nouveau. En effet, la fin de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), et de la niche fiscale qui lui était liée, a libéré un espace d’investissement. Au lieu d’investir dans les anciens « fonds ISF » pour bénéficier de l’avantage fiscal, le souscripteur investit dans Newfund NAEH pour la performance d’un fonds géré de façon professionnelle sans « carotte fiscale » à l’investissement.

Lire (1 min.)

URSSAF vs UBER : chronique d’un naufrage annoncé

Julien Perona
Mais qui va sombrer ? UBER ou l'URSAFF ? Y aura t-il un perdant ?
Lire (2 min.)

Comment fidéliser ses salariés ?

Fidéliser les collaborateurs est une tâche ardue pour les entreprises. Il devient rare qu’un salarié envisage de passer toute sa vie professionnelle dans une seule et même société. Mais quels sont les facteurs qui poussent les salariés à quitter leur emploi ?
Lire (4 min.)