Les titres obligataires liés : une alternative aux obligations

Abdelkarim Hamidouche
Le titre obligataire lié séduit à nouveau les investisseurs. Quid de cette famille de produits structurés qui avait quasiment disparu... Les éclairages de Abdelkarim Hamidouche, spécialiste produits structurés chez Mirabaud.
Lire (3 min.)

Carmignac lance son deuxième fonds à échéance « Carmignac Crédit 2027 »

Carmignac — société de gestion d’actifs financiers indépendante fondée en 1989 — annonce ce mardi 10 mai le lancement de « Carmignac Crédit 2027 ». Il s'agit d'un fonds à échéance d’une durée de 5 ans, investi sur les différents segments de l’univers du crédit. Le fonds « Carmignac Crédit 2027 » met en œuvre une stratégie de détention de long-terme, dite de portage, d’émetteurs privés ou publics.

La sélection de titres s’appuie sur le processus d’investissement mis en œuvre au quotidien par l’équipe Crédit afin d’identifier les émetteurs à inclure dans le portefeuille au sein des différents segments de l’univers du crédit et ainsi de construire un portefeuille diversifié. « Carmignac Crédit 2027 » vise une appréciation du capital investi sur un horizon de 5 ans tout en permettant aux investisseurs de profiter d’une échéance anticipée selon l’objectif de gestion du fonds.

Philosophie d'investissement

Le fonds « Carmignac Crédit 2027 » est enregistré en France, en Allemagne, en Espagne, et en Italie. Co-géré par Pierre Verlé, responsable de l’équipe Crédit, Alexandre Deneuville et Florian Viros, gérants obligataires, « Carmignac Crédit 2027 » bénéficie de l’expertise du marché du crédit mise en œuvre dans les fonds Carmignac Portfolio Crédit et Carmignac Crédit 2025.

« Le lancement de Carmignac Crédit 2025 nous a permis de valider tant la pertinence des fonds à échéance sur l’univers du crédit que celle de notre processus d’investissement sur un horizon de temps de 5 ans, et ce dans différentes configurations de marché », déclare Pierre Verlé, responsable de l’équipe Crédit chez Carmignac.

« La gestion des risques et la gestion de convictions sont au cœur de la philosophie d’investissement de Carmignac et l’équipe Crédit s’inscrit dans cette tradition. Nous avons pensé ce nouveau fonds pour qu’il soit en mesure de s’adapter à l’environnement inflationniste et puisse offrir aux investisseurs de la visibilité sur les marchés du crédit à l’échelle mondiale », ajoute-il.

Lire (2 min.)

Changement climatique : Pictet Asset Management lance un fonds en obligations mondiales

Pictet Asset Management (Pictet AM) — filiale de gestion d'actifs du groupe bancaire suisse Pictet — annonce ce mercredi 11 mai le lancement du fonds « Pictet-Global Climate Government Bond ». Celui-ci est conçu pour proposer aux investisseurs en dette obligataire souveraine un moyen d’intégrer dans leurs portefeuilles le problème du changement climatique — critère ESG (environnemental, social et de gouvernance) qui oriente les politiques publiques actuelles.

Ce nouveau fonds — conforme à la directive UCITS et domicilié au Luxembourg — investit dans les obligations d’Etat des marchés développés et émergents en fonction des mesures mises en place par les différents pays pour gérer leurs émissions de carbone. Il est soumis aux dispositions de l’article 9 du règlement européen SFDR et s’appuie sur un conseil consultatif composé d’experts des questions climatiques.

Un fonds enregistré dans 14 pays

Le conseil consultatif du fonds se compose d’éminents universitaires spécialistes du changement climatique :

  • Michaël Köhl, professeur responsable du département d’économie forestière internationale à l’Institut des sciences du bois de l’Université de Hambourg ;
  • Joeri Rogelj, directeur de recherche au Grantham Institute et chargé de cours en sciences et politiques climatiques au Centre de politique environnementale de l’Imperial College de Londres ;
  • et Vaclav Smil, professeur émérite au sein du département des sciences de l’environnement et de géographie de l’Université de Manitoba (Winnipeg), membre de la Société royale du Canada (Académie des sciences) et membre de l’Ordre du Canada.

Compartiment de la SICAV de droit luxembourgeois Pictet, le fonds est enregistré en Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, Finlande, France, Grèce, Italie, Liechtenstein, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni, Singapour et en Suède.

Réduire les émissions de carbone

Le fonds « Pictet-Global Climate Government Bond » s’adresse à des investisseurs institutionnels et professionnels qui recherchent le profil risque/rendement des obligations souveraines mondiales, mais avec une empreinte carbone limitée. Le capital est affecté aux pays dont les émissions de carbone affichent la baisse la plus marquée à la fois en chiffres absolus et proportionnellement à la taille de leur économie. Cette approche peut écarter des pays qui sont des piliers des indices obligataires traditionnels, ce qui offre une diversification supplémentaire.

Afin d’obtenir des résultats optimaux, le processus analyse les émissions de CO2 des pays signataires de l’Accord de Paris pour former l’univers d’investissement — le carbone étant considéré comme le principal gaz à effet de serre responsable du réchauffement climatique. De plus, les experts du conseil consultatif sur lesquels s’appuie l’équipe de gestion du fonds fournissent un éclairage sur les politiques et les tendances en matière de lutte contre le changement climatique des pays retenus.

S’ils comptent parmi les plus importants pollueurs en chiffres relatifs, certains Etats émergents ont aussi la capacité d’apporter des réponses efficaces à la crise climatique. Ce sont souvent les pays en développement qui subissent le plus durement les effets des événements climatiques extrêmes. La stratégie d’investissement récompense les pays — aussi bien émergents que développés — engagés dans la bonne voie pour réduire leurs émissions de carbone.

88 000 milliards de dollars détenus

« Les investisseurs obligataires ont un rôle essentiel à jouer en finançant les efforts pour limiter le changement climatique. Seuls, ils ont une influence insignifiante sur les politiques des Etats, mais ensemble, ils peuvent réellement faire bouger les choses », souligne Ella Hoxha, gérante de portefeuille senior au sein de l’équipe de gestion. A l’échelle mondiale, les investisseurs détiennent actuellement pour 88 000 Mds$ d’obligations émises par des Etats et des organismes publics.

« Notre stratégie récompense les émetteurs qui se préoccupent des problèmes liés au climat et pénalise ceux qui se montrent peu concernés. C’est pourquoi notre portefeuille applique une allocation différente de celle des indices obligataires mondiaux traditionnels et offre une diversification accrue, tout en présentant une empreinte carbone réduite. Il y a peu de fonds comparables à l’heure actuelle », ajoute Ella Hoxha.

Lire (4 min.)

Dette privée : le fonds d’AllianzGI pour l’Asie-Pacifique réalise un closing à 450 millions d’euros

Allianz Global Investors (AllianzGI) — gestionnaire d'actifs mondial — annonce ce lundi 9 mai le premier closing d’Allianz Asia Pacific Secured Lending Fund (AAPSL) à 450 M€. AAPSL est le premier fonds de crédit privé d'AllianzGI en Asie-Pacifique qui permet aux investisseurs institutionnels d'investir aux côtés d'Allianz.

L'investissement se concentre sur les entreprises en croissance ayant une position solide sur le marché et cherchant à capitaliser sur la demande fondamentale croissante en Asie. Le closing final du fonds est prévu pour la fin de cette année, avec une taille cible de 650 M€.

Potentiel de croissance

« Allianz est l'un des plus grands investisseurs en dette privée au monde. La popularité de la dette privée s'est considérablement accrue au cours de la dernière décennie et elle a jusqu'à présent bien fait face aux récents épisodes de volatilité de marché », déclare Emmanuel Deblanc, Responsable mondial des marchés privés chez AllianzGI.

« La dette privée continuera à jouer un rôle crucial dans les portefeuilles des investisseurs institutionnels et constitue un pilier important de l'offre de marchés privés d'AllianzGI. En particulier, nous voyons un énorme potentiel de croissance pour les marchés de crédit privé asiatiques, ce qui présente des opportunités intéressantes pour nos clients institutionnels », ajoute-il.

Diversification en Asie-Pacifique

AAPSL investit dans des dettes senior secured, senior unsecured, second lien et subordonnées à des entreprises bien diversifiées dans un large éventail de secteurs en Asie-Pacifique (sauf Chine), l'Asie du Sud-Est, l'Asie du Sud et l'Océanie constituant les trois piliers géographiques de la stratégie.

AAPSL cible principalement les investissements dans des entreprises qui ont fait preuve de résilience (tours de télécommunication, produits pharmaceutiques, centres de données, etc.) à travers les cycles économiques ou qui devraient connaître une forte reprise (soins de santé, éducation, logiciels d'entreprise, etc.) après des périodes de stress de marché.

Marché du crédit privé

« Nous avons mis en place une importante activité de crédit privé dans toute la région Asie-Pacifique et notre capacité à prêter à travers la structure du capital nous permet d'agir comme un guichet unique pour les emprunteurs à la recherche de solutions de financement personnalisées », déclare Sumit Bhandari, Lead Portfolio Manager, Asia Private Credit, Alternative Investments chez AllianzGI.

« Malgré l'environnement géopolitique actuel, nous considérons que le marché du crédit privé en Asie est très attractif du point de vue du risque et du rendement. Nous sommes ravis de constater l’intérêt de nos clients institutionnels », ajoute-il. AAPSL est géré par l'équipe Crédit privé Asie d'AllianzGI. Dirigée par Sumit Bhandari, l'équipe a été créée en 2018.

Objectif, répondre aux opportunités de l'espace de prêt du marché intermédiaire en Asie-Pacifique et se concentrer sur les prêts aux entreprises performantes du marché intermédiaire à travers la structure du capital et le spectre du risque de crédit. À ce jour, l'équipe a déployé plus de 470 M€ de solutions de financement de prêts sécurisés à travers l'Asie-Pacifique. AllianzGI gère environ 93 Mds€ d'actifs sur le marché privé.

Lire (3 min.)

Alpheys lance sa nouvelle offre Alpheys Private Assets et annonce un partenariat avec CVP NoLimit Holdings dans l’écosystème Web3

Capitalisant sur son savoir-faire en matière de technologies, Alpheys a choisi pour première thématique d’investissement le domaine à très forte croissance de la blockchain et de ses applications dans le Web3.

Souhaitant pour cela s’allier avec un acteur de taille mondiale, à l’avant-garde des transformations majeures liées au Web3, Alpheys a conclu un partenariat avec Clearvue Partners (CVP) avec le fonds CVP NoLimit Holdings (CVP NLH).

Gin Chao, fondateur de CVP NLH, est administrateur indépendant de Binance US et ancien Chief Strategy Officer de Binance Monde. Son track-record à la tête de Binance Labs, la division venture capital de Binance, fait de Gin Chao une référence internationale incontestée en matière de capital investissement dans la blockchain. CVP NLH, en partenariat avec le fonds de Private Equity CVP, dirigé par Harry Hui, et spécialisé dans les stratégies de consommation et de technologie à forte croissance, ont annoncé le lancement d’un fonds de 100 millions USD dédié aux investissements stratégiques du Web3 : le CVP NoLimit Fund I.

Alpheys sera le distributeur en France de la version européenne du fonds. Ce fonds sera co-géré par Mandalore Partners, spécialiste du venture capital en technologie. Mandalore Partners conseille de nombreux investisseurs institutionnels en France, notamment dans le monde de l’assurance et de l’épargne.

« A l’heure où toutes les plus grandes entreprises du monde, tous secteurs d’activité confondus, investissent massivement pour se préparer aux transformations profondes de notre société par les applications de la blockchain et du Web3, il nous paraissait primordial de pouvoir accompagner les partenaires d’Alpheys dans ce mouvement historique. Avoir l’opportunité de le faire en partenariat avec des acteurs d’envergure et de notoriété mondiale est un grand honneur, que nous sommes très heureux de partager avec nos clients professionnels du patrimoine », indique Sisouphan Tran, Président du groupe Alpheys.

Lire (2 min.)

L’AMF informe de la suspension partielle par l’autorité chypriote de l’autorisation de VPR Safe Financial Group Limited concernant l’exercice de ses activités en France

La décision de suspension partielle d’autorisation de VPR Safe Financial Group Limited implique l’interdiction de fournir ses services d’investissement et d’exercer ses activités sur le territoire français, en ce compris via son agent lié France Safe Media, et plus précisément :

  • l’interdiction pour l’entreprise d’investissement d’accepter de nouveaux clients depuis le territoire français et d’entrer en relation d’affaires avec eux ;
  • l’interdiction de faire de la publicité en tant que prestataire de services d’investissement sur le territoire français. A cet effet, l’entreprise d’investissement a l’interdiction de commercialiser et de faire la promotion de ses services auprès de ses clients actuels ou de clients potentiels sur le territoire français ainsi que de communiquer avec eux à cette fin, que ce soit directement ou via des tiers avec lesquels elle coopère, dont son agent lié France Safe Media ;
  • l’interdiction de recevoir de nouveaux dépôts de la part de clients existants depuis le territoire français, à moins que cela ne concerne la couverture de la marge initiale nécessaire d’une position ouverte existante, à la suite d’une demande expresse formulée par le client.

L’autorité chypriote précise que cette décision a été adoptée sur la base de constatations faites par l’Autorité des marchés financiers. L’entreprise d’investissement doit, dans un délai de deux mois, prendre les mesures nécessaires pour se conformer à la réglementation. 

Pendant la durée de suspension de l’autorisation, la CySEC indique que l’entreprise d’investissement peut réaliser les transactions soumises préalablement à la décision de suspension, sous réserve que ce soit conforme aux souhaits des clients actuels. L’entreprise d’investissement peut également retourner les fonds et les instruments financiers qui leur sont attribuables.

Lire (2 min.)

La Mondiale transfère la cotation de titres subordonnés d’Euronext Paris vers Euronext Growth Paris

AG2R La Mondiale (La Mondiale) — spécialiste de la protection sociale et patrimoniale en France — annonce ce lundi 25 avril que son Conseil d’administration a décidé le transfert de la cotation des titres subordonnés actuellement admis aux négociations sur le marché réglementé d’Euronext Paris vers le marché non réglementé d’Euronext Growth Paris.

Transfert prévu au 6 mai 2022

Ce projet a reçu l’accord d’Euronext Paris. L'opération consiste à radier les titres concernés de l’admission aux négociations sur Euronext Paris et à les admettre dans le même temps sur Euronext Growth Paris. Le transfert effectif de place de cotation de ces titres interviendra le 6 mai 2022. À la suite de ce transfert :

  • la fréquence semestrielle de publication des résultats et la qualité de l’information financière seront maintenues ;
  • La Mondiale restera soumise aux dispositions du Règlement (UE) n°596-2014 du 16 avril 2014 sur les abus de marchés qui s’applique également aux sociétés ayant des titres cotés sur Euronext Growth Paris, et continuera notamment de délivrer une information exacte, précise et sincère, en rendant publique toute information privilégiée la concernant.

2,2 milliards d'euros d'encours

L’encours concerné représente environ l’équivalent de 2,2 Mds€, qui viendront s’ajouter aux 1,5 Mds€ déjà émis avec succès sur Euronext Growth Paris à l’occasion des trois dernières émissions. La liste des titres concernés par le transfert est la suivante : 

  • Obligations subordonnées d’un montant nominal total de 331 700 000 euros (dont 191 236 000 euros sont en circulation) émises le 25 avril 2013 et arrivant à échéance le 25 avril 2044 ;
  • Obligations subordonnées perpétuelles d’un montant nominal total de 768 405 000 euros émises le 17 décembre 2014 ;
  • Obligations subordonnées d’un montant nominal total de 530 000 000 dollars américains émises le 26 janvier 2017 et arrivant à échéance le 26 janvier 2047 ;
  • Obligations subordonnées d’un montant nominal total de 400 000 000 dollars américains émises le 21 décembre 2017 et arrivant à échéance le 21 décembre 2047 ;
  • Obligations subordonnées d’un montant nominal total de 310 000 000 dollars américains émises le 18 janvier 2018 et arrivant à échéance le 18 janvier 2048.

L’ensemble des titres subordonnés de La Mondiale serait ainsi regroupé à terme sur ce même marché, ce qui lui laisse la flexibilité d’établir ses comptes combinés uniquement en normes françaises d’ici l’entrée en vigueur des nouvelles normes IFRS prévue le 1er janvier 2023.  

Lire (3 min.)

High Yield : des titres européens peu impactés par la crise en Ukraine

Julien-Pierre Nouen
Depuis le 24 février 2022, la guerre en Ukraine affecte les marchés financiers européens. Quel impact sur les titres High Yield libellés en euro ? Julien Pierre Nouen, Directeur des études économiques et de la gestion diversifiée chez Lazard Frères Gestion, partage son analyse.
Lire (2 min.)

Amiral Gestion fête les 5 ans du fonds Sextant Bond Picking

Amiral Gestion — société de gestion indépendante — célébrait ce jeudi 31 mars les cinq ans d'existence de son fonds « Sextant Bond Picking ». Lancé en mars 2017, le fonds vise à offrir aux investisseurs un accès à la gestion obligataire d’Amiral Gestion développée historiquement au sein du fonds « Sextant Grand Large » ou dans le cadre de sa gestion privée. Le contexte de marché impliquait des marges de crédit comprimées et des taux sans risques négatifs. L’approche de « Sextant Bond Picking » pouvait démontrer des avantages non négligeables.

La stratégie bénéficie d’une grande souplesse, aussi bien dans l’horizon d’investissement qu’au niveau de l’allocation sur l’ensemble des segments obligataires à travers le monde. Cette amplitude de mouvement dans la gestion permet ainsi de sélectionner les profils porteurs de valeur. Le potentiel du portefeuille doit s’exprimer tout en apportant une protection aux investisseurs. Amiral Gestion a donc mis en place plusieurs outils : la sélection de titres fondamentale discriminante, le risque de taux maîtrisé et la flexibilité de l’allocation.

Les débuts de « Sextant Bond Picking »

Grace à un portefeuille plus court et moins investi en 2018, « Sextant Bond Picking » a réalisé une performance légèrement positive, quand les marchés de crédit à haut rendement étaient nettement négatifs. A l’inverse, lors de l’emballement des valorisations sur les marchés de crédit en 2019, ne pouvant justifier de tels niveaux d’agressivité, le fonds a diminué son investissement et maintenu une sélection rigoureuse de crédits plus courts que la moyenne des indices.

En 2019, le choix de gestion a été sanctionné par une performance en retard sur ces mêmes indices de crédit. Cela a donné, en revanche, les moyens au fonds de redéployer les liquidités du portefeuille au cours de la crise de liquidité de 2020. Il a ainsi réalisé, sur la période complète, une performance conforme aux attentes, dans un budget de risque maîtrisé. Il apparaît aussi que le contrôle du risque a été plus efficacement réalisé par la sélection et le positionnement du portefeuille que par une approche guidée principalement par les notations de crédit.  

Contexte après 5 années d’existence

Le contexte n’est aujourd’hui pas plus simple que lors du lancement du fonds. Les niveaux d’inflation élevés constatés post Covid sont désormais aggravés et pérennisés par la situation internationale, notamment au travers des cours des matières premières. La remontée des taux et la diminution du bilan des banques centrales, rendus plus pressants par les niveaux de prix, présentent désormais le risque d’obérer la croissance économique. Les valeurs d’actifs financiers sont largement affectées par ces évolutions, comme le sont les conditions de financement des entreprises, fondement même des marchés de crédit.

Les obligations à haut rendement retrouvent ainsi des niveaux de rémunération plus proches des moyennes historiques, la poche de trésorerie du fonds ainsi que les maturités échues sont utilement réemployées dans ces conditions plus attractives. La faculté de « Sextant Bond Picking » à investir dans les différents sous marchés obligataires l’a conduit à constituer une poche sur les obligations indexées à l’inflation. En parallèle d’un portefeuille plus court et mieux margé que les indices, cette position, parmi d’autres, offre au fonds un moyen de résister dans la volatilité actuelle et de maintenir un potentiel de performance important. 

Enfin, les obligations convertibles permettent de participer au dynamisme des marchés actions tout en conservant une composante obligataire défensive. Les classiques convertibles en dehors de la monnaie fournissent souvent un rendement plus attrayant que l’équivalent obligataire simple. A cet investissement, constant dans le fonds, s’ajoutent des profils mixtes : leurs rendements sont supérieurs à ce que le bilan de l’émetteur rendrait possible et l’indexation avec l’action sous-jacente présente une opportunité attractive. L’investisseur bénéficie alors de la protection d’une obligation classique ainsi que d’une partie du potentiel de l’action.  

Bilan et perspectives en 2022

Le fonds a traversé, durant ces 5 années, des conditions de marchés obligataires diverses, certains événements majeurs sont venus ponctuer la période comme : la guerre commerciale US-Chine de fin 2018, la crise sanitaire du printemps 2020, ou plus récemment la guerre en Ukraine. Pour autant, la stratégie du fonds a amorti les chocs et généré une performance conforme aux attentes initiales.

Sextant Bond Picking réalise sur la période une performance cumulée de 14,4 % (2,7 % annualisée), avec des performances positives chaque année calendaire, surperformant ainsi de 6,4 % en cumulé la moyenne de la catégorie Obligations à haut rendement internationales (source Quantalys, au 31 mars 2022), tout en maintenant une volatilité maîtrisée de 4,9 % (VS 6,4 % pour la catégorie). L’encours du fonds se situe aujourd’hui à 240 M€.

« Il nous apparaît en conséquence que l’approche réactive et opportuniste de Sextant Bond Picking continue d’éprouver sa pertinence dans un environnement qui présente des enjeux très différents des périodes passées du fonds », conclut l'équipe d'Amiral Gestion dans un communiqué.

Lire (5 min.)

Obligations vertes : comment les distinguer des produits de greenwashing ?

Rhys Petheram
Les raisons pour lesquelles les investisseurs en obligations vertes pourraient profiter d'une période propice, alors que l'offre et la demande semblent en déséquilibre croissant. Les explications de Rhys Petheram, Responsable des Solutions Environnementales chez Jupiter Asset Management.
Lire (4 min.)

AESTIAM acquiert un immeuble indépendant à Nantes pour le compte de la SCPI Aestiam Placement Pierre.

L’actif est situé au Sud de La Chantrerie, à proximité de l’Erdre, un parc tertiaire facilement accessible en transports et par l’autoroute A11, avec un accès direct à l’aéroport de Nantes et la gare TGV.

Constitué de programmes mixtes (activités économiques et habitation), le parc de la Chantrerie bénéficie d'une concentration exceptionnelle d'entreprises et d'écoles supérieures telles que l'Ecole des Mines de Nantes ou encore Polytech'Nantes. Construit en 2004 et ayant bénéficié de travaux en 2014 puis en 2015, l'immeuble relève de la réglementation ERP 3ème catégorie.

Le bâtiment est aménagé pour accueillir un campus, grâce à des espaces dédiés mais est également adaptable et peut être destiné à un usage de bureaux. L’actif est entièrement loué pour un bail de 6 an fermes au CESI, l’une des 204 écoles d’ingénieurs françaises accréditées à délivrer un diplôme d’ingénieur. Elle compte plus de 26 000 étudiants au travers de 25 campus en France mais aussi en Espagne et en Algérie.

« Cette acquisition s’inscrit parfaitement dans la stratégie d’Aestiam Placement Pierre qui a fait de l’enseignement un axe de diversification avec déjà plusieurs acquisitions de ce type à son actif, telles que l’école AMOS à Lille ou encore l’immeuble Euclide à Marseille. » déclare Frédérique FAUCONNIER, Directrice des investissements chez AESTIAM.

Lire (2 min.)

Baltis Capital évolue et réaffirme son identité

6 années pendant lesquelles nous avons travaillé pour vous offrir les meilleures opportunités d’investissement et la meilleure expérience possible pour souscrire.

Depuis notre 1ère opération près de Lille (la fameuse poissonnerie…) nous avons financé plus de 85 projets, du futur siège régional de GRDF à Rouen à la restructuration d’un immeuble de bureaux rue de Rivoli à Paris en passant par la réhabilitation d’un ancien centre médical pour enfants à Boulogne-Billancourt.

Nous avons également acquis un Franprix à Nanterre, La Poste de Perros-Guirec, un restaurant Berliner dans le cœur du 9ème arrondissement à Paris ou encore un ensemble immobilier durable et responsable près de Lille.

L’obtention de notre agrément AMF en 2019 nous a permis d’assoir notre légitimité et notre ambition de démocratiser le secteur de l’investissement immobilier.

Notre volonté est de systématiquement vous proposer des projets avec une histoire, combinant sens et performance financière et souvent proches de chez vous. Nous sommes convaincus que l’immobilier doit être plus circulaire, et que nos investissements doivent être le reflet de nos convictions et de nos choix au quotidien.

Nous souhaitons devenir un véritable acteur digital et engagé du financement pour redessiner ensemble l'immobilier de nos villes et de nos territoires.

Avec de nombreux projets en perspective et forte d’une croissance continue, Baltis Capital arrive à un moment clé de son développement. C’est donc l’occasion de réaffirmer notre raison d’être et notre mission à travers un nouveau logo et un nom revisité.

Baltis, un nom porteur de sens aux multiples origines

Le nom « Baltis » vient de « baaltis » une divinité protectrice de la ville. La racine « baal » signifie en hébreu « posséder et être propriétaire ».

L’alliance de ces deux racines forment Baltis, une société à la personnalité forte, résiliente et audacieuse ayant pour mission de protéger nos territoires.

L’ambition de Baltis est simple : vous permettre de protéger nos villes en investissant dans des projets immobiliers porteurs de sens.

Le Groupe Magellim, un acteur de référence, engagé et ambitieux

En 2021, Baltis s’est rapprochée du Groupe Magellim, un acteur global et intégré de l’investissement, qui apporte à ses clients des projets d’investissements durables, responsables et porteurs de sens pour les territoires et rejoignant ainsi pleinement l’ADN de Baltis. 

Après plusieurs prises de participation, le Groupe Magellim connait un fort développement et regroupe aujourd’hui plusieurs sociétés de gestion dont Foncière MagellanA Plus Finance et Turgot Capital.

Le Groupe Magellim gère plus de 3,3 milliards d’actifs sous gestion et rassemble plus de 120 collaborateurs mus par une même volonté d’innover et d’agir sur l’investissement de demain.

C’est donc tout naturellement que notre nouveau logo s’intègre dans l’univers du groupe en reprenant ses codes graphiques.

Fort de cette nouvelle identité, nous continuons notre dynamique avec la volonté d’accélérer notre développement.

Les prochains mois devraient ainsi être riches avec :

  • De nombreux recrutements
  • Le lancement de nouveaux produits d’investissement
  • Une ouverture à l’internationale début 2023 
  • Une croissance externe avec le rachat d’une plateforme de crowdfunding avec un fort ancrage territorial #staytuned 😊

Plus que jamais nous souhaitons nous affirmer comme un acteur engagé et incontournable du crowdfunding au service de nos villes et de nos territoires

Merci à nos partenaires et à nos proches qui nous accompagnent depuis le 1er jour, à tous les talents qui ont croisés notre chemin et enfin à vous tous pour votre engagement à nos côtés ! 

Lire (6 min.)

Label Greenfin : Meeschaert Amilton AM l’obtient pour son fonds MAM Impact Green Bonds

Meeschaert Amilton Asset Management (Meeschaert Amilton AM) — société de gestion indépendante, issue du rapprochement des deux sociétés de gestion du Groupe LFPI — annonce ce lundi 28 mars avoir reçu le label Greenfin pour son fonds « MAM Impact Green Bonds », anciennement « MAM Transition Durable Obligations ». Meeschaert Amilton AM revendique 3,4 Mds€ d’actifs sous gestion et une cinquantaine de collaborateurs

« Nous sommes ravis d’obtenir ce label Greenfin pour le fonds MAM Impact Green Bonds qui vient récompenser le travail des gérants sur le thème de la transition durable. Nos équipes obligataires sont pleinement engagées sur les questions de durabilité et de protection de la biodiversité grâce à un processus de sélection exigeant visant à sélectionner les entreprises qui feront la transition énergétique et sociale de demain », indique Fabien Bismuth, Président de Meeschaert Amilton AM.

Titre

« MAM Impact Green Bonds » est un fonds obligataire qui investit au minimum 75 % de son portefeuille en Green Bonds, dans des titres liés aux enjeux de la biodiversité et de la transition énergétique et sociale. La sélection des titres repose essentiellement sur des entreprises apportant des solutions innovantes permettant de répondre aux besoins de la transition durable, mais aussi, sur des entreprises en phase de transition vers une économie plus verte.

Un reporting extra-financier, produit par l’équipe d’analyse ISR, permet de mesurer l’impact du portefeuille au niveau environnemental, social et de gouvernance, par rapport à son indice. Le fonds MAM Impact Green Bonds dispose d’un mécanisme de partage prévoyant le reversement d’une partie des frais de gestion sous forme de don à la Fondation GoodPlanet ou au Fonds de Dotation pour la Biodiversité (selon la part sélectionnée).

Lire (2 min.)

Etats-Unis : obligataire sans risque, des pertes déjà historiques

Julien-Pierre Nouen
Aux Etats-Unis, la politique monétaire de hausse des taux pèse sur le rendement des obligations déjà émises. Quelles conséquences sur le patrimoine des ménages ? Julien Pierre Nouen, Directeur des études économiques et de la gestion diversifiée chez Lazard Frères Gestion, partage son analyse.
Lire (2 min.)