Ralentissement économique, rationnement du gaz, inflation japonaise… on fait le point

Philippe de Gouville
Ralentissement économique global, rationnement du gaz en Allemagne, inflation au Japon, prix de l'immobilier en France... Philippe de Gouville, CEO et cofondateur d’ISMO, analyse l'actualité macroéconomique de la semaine.
Lire (3 min.)

Les marchés reprennent espoir

Vincent Boy
Spectre de la récession, ralentissement du resserrement monétaire, rebond du Bitcoin... Vincent Boy, Analyste marchés chez IG France, analyse l'environnement macroéconomique pour la semaine à venir.
Lire (3 min.)

Guerre des taux contre l’inflation : où s’abriter des tirs croisés ?

Thomas Planell
Le prix du baril s'élève actuellement à 115$. Un niveau qui étonne positivement. Seulement, des parallélismes situationnels avec le second choc pétrolier de 1979 apparaissent. Thomas Planell, Gérant et analyste de DNCA Investments, livre son analyse.
Lire (5 min.)

L’inflation, créatrice d’incertitudes

Jacques de Panisse
Face à l'inflation, quel est le positionnement des Etats-Unis ? Quel est l'impact sur la bourse américaine ? L'éclairage de Jacques de Panisse, Président du Directoire, Gérant et Associé chez Optigestion.
Lire (4 min.)

INEA acquiert un ensemble de bureaux à Montpellier

INEA — leader du green building et spécialiste des bureaux neufs dans les principales métropoles régionales — annonce l’acquisition, auprès d’Icade, d’un ensemble de bureaux situé sur la ZAC Cambacérès à Montpellier, en face de la nouvelle gare Montpellier Sud de France.

Il s’agit d’une VEFA composée de deux immeubles en R+6 offrant une surface locative de 4 122 m2 pour l’un et 4 421 m2 pour l’autre, ainsi que 236 places de parking en sous-sol. Le premier bâtiment conçu pour pouvoir accueillir une école (catégorie ERP 3, type R) sera livré en septembre 2024 ; le second en novembre 2024. L’ensemble répondra à la norme RT 2012 - 20 % et sera labélisé BREEAM niveau Very Good.

Source : INEA

Un hôtel-restaurant et une école

Arline Gaujal-Kempler, Directrice générale déléguée d’INEA, indique : "Cette opération s’inscrit dans un projet, Nexus, qui inclut aussi un hôtel-restaurant exploité par Moxy, une enseigne de Marriott et un campus d’enseignement supérieur Ynov."

Elle poursuit : "L’atout majeur de Nexus est son implantation dans un quartier tertiaire, la ZAC Cambacérès — qui est le Montpellier du futur — un nouveau pôle urbain dédié aux entreprises innovantes avec, outre des bureaux, des campus étudiants et un parc urbain, la Halle de l’innovation qui accueillera des start-up. Cette zone, à mi-chemin entre le centre-ville et l’aéroport, est très bien desservie par la route et les transports en commun."

Lire (2 min.)

Amundi Technology annonce l’acquisition du robo-advisor Savity

Amundi — le leader européen de la gestion d’actifs — annonce l’acquisition par Amundi Autriche d’une participation de 100% dans la fintech Finventum GmbH auprès de BAWAG P.S.K. et des fondateurs de la société. Finventum a créé Savity Vermögensverwaltung GmbH (Savity), une plateforme autrichienne de conseil en investissement financier (robo-advisor), établie, autorisée et réglementée, offrant des services digitaux de gestion d’actifs.

Des portefeuilles diversifiés et efficaces

En tant que robo-advisor digital, Savity permet aux clients retail d’accéder à des services de gestion d’actifs professionnels. Savity utilise une technologie de pointe pour construire des portefeuilles distincts pour les clients, avec différents profils de risque, en tenant compte de leurs objectifs d’investissement et de leurs préférences en matière de durabilité. Savity propose actuellement quatre options d’investissement. Après l’acquisition, les clients de Savity bénéficieront de l’expertise étendue et globale d’Amundi en matière d’investissement pour gérer des portefeuilles diversifiés et efficaces.

Avec le robo-advisor Savity, Amundi a l’ambition de répondre au besoin croissant de services financiers digitalisés en Autriche, notamment en matière de gestion digitale de portefeuille. Savity s’inscrit parfaitement dans l’offre innovante d’Amundi Technology, la branche technologique d’Amundi, qui complète et accélère le développement de ses solutions de gestion digitale de portefeuilles distincts.

"Accroître le développement de Savity"

Guillaume Lesage, Directeur Opérations, Services et Technologie d’Amundi :« Chez Amundi, notre objectif est de servir nos partenaires distributeurs au-delà de l’offre de produits pour répondre aux besoins croissants de leurs clients en matière de conseil en investissement et de solutions technologiques innovantes, adaptées et efficaces en termes de coûts. Savity s’inscrit parfaitement dans cette approche et nous permettra de renforcer la position d’Amundi Technology dans le segment B-to-B. Cette technologie puissante, combinée à notre expertise en matière de robo-advisory et aux capacités étendues de gestion de portefeuille d’Amundi, permettra d’accroître encore le développement de Savity. »

Lire (2 min.)

Taux d’inflation annuel : encore une nette augmentation en zone euro

Cette semaine, Eurostat a publié ses estimations du taux d'inflation annuel en zone euro. Verdict : le chiffre atteint un niveau de 8,1%.
Lire (2 min.)

Une croissance ralentie mais résiliente

Emmanuel Auboyneau
Consommation, marché de l'emploi, épargne, matières premières... Emmanuel Auboyneau, Gérant associé chez Amplegest, partage son analyse sur l'environnement économique, notamment concernant la croissance.
Lire (4 min.)

Assurance crédit : les tendances du premier trimestre 2022

Le Groupe DIOT-SIACI — un groupe de conseil et de courtage d'assurances en France et à l'international — dévoile pour la première fois les résultats de son baromètre sur le marché de l’assurance-crédit. 

Dans le contexte de la crise sanitaire, le groupe a déployé une plateforme d’analyse unique en France pour suivre les tendances du marché sur un échantillon de près de 85 milliards d’euros de garanties. Ce baromètre exclusif constitue donc une véritable boussole de l’évolution des garanties du crédit inter-entreprise.  

Inflation et déstabilisation

Après un désengagement massif au début de la crise Covid-19, les assureurs-crédit ont fait preuve d’un appétit aux risques croissant depuis l’été 2020. Sur le premier trimestre 2022, cette tendance s’est essoufflée avec notamment un niveau élevé de désengagement en mars 2022, qui est supérieur à 45% de la moyenne mensuelle observée en 2021. 

L’évolution de la conjoncture économique en début d’année 2022 s’assombrit. Le risque lié au retour de l’inflation et d’une normalisation des défaillances d’entreprises a été aggravé par le conflit en Ukraine. La guerre n’est pas pour autant le seul facteur de déstabilisation alors que la reprise du Covid-19 en Chine perturbe fortement les échanges commerciaux.  

Le contexte de la guerre en Ukraine a directement impacté la politique d’engagement des assureurs-crédit. Le conflit est source de tensions et même de pénurie sur les marchés mondiaux des matières premières. 

Au premier trimestre, l’étude relève également une accélération de l’engagement des assureurs dans les secteurs du bâtiment, du papier, du textile et de l’énergie en réaction à la flambée inflationniste des prix des matières premières et de l’énergie. Enfin, malgré la hausse des prix de l’alimentaire ces derniers mois, le secteur agroalimentaire reste très bien accompagné par les assureurs-crédit. 

Pénuries de matières premières

A travers un tassement, sur les dernières semaines, de l’évolution des demandes de garanties (en montant), auprès des assureurs-crédit, on peut interpréter que les pénuries de matières premières freinent l’évolution du chiffre d’affaires des entreprises.

La guerre en Ukraine a également engendré un effet d’aversion aux risques important pour les assureurs-crédit dans la région du conflit. Les assureurs vont poursuivre leur désengagement sur les transactions avec des contreparties présentes en Russie.  

« Avec la persistance de la pandémie et le retour de la guerre en Europe, le début de l’année 2022 poursuit le cycle d’instabilité que nous traversons depuis deux ans et qui marque durablement le contexte économique dans lequel évoluent nos entreprises. Notre vision du marché et notre capacité d’analyse constituent notre atout pour accompagner les entreprises dans la couverture de leurs risques face à ces incertitudes », analyse Philippe Puigventos, directeur général de DIOT-SIACI Crédit.

Lire (3 min.)

Guerre en Ukraine : accélérateur de la démondialisation ?

Enguerrand Artaz
Le conflit russo-ukrainien redessine les équilibres géopolitiques. Comment anticiper les conséquences à long terme ? Faut-il y voir la première étape de la démondialisation ? Les explications d'Enguerrand Artaz, Fund Manager chez La Financière de l'Echiquier (LFDE).
Lire (4 min.)

Transition énergétique : 123 Investment Managers accélère son engagement

Après avoir annoncé en fin d‘année dernière une prise de participation majoritaire au capital de Lendosphere — un leader du financement participatif des énergies renouvelables —, 123 Investment Managers (123 IM) accélère dans le financement de la transition énergétique en proposant à ses clients une offre d’investissement unique avec son fonds 123 Transition Energétique.

Eolien, solaire et méthanisation

L’initiative d’123 Investment Managers a pour objectif de répondre à l’ensemble des besoins des acteurs de la Transition Energétique en proposant des financements, à court ou long terme (2 à 7 ans), adaptés aux différents stades de leurs projets. 123 IM accompagne ainsi la croissance de ce secteur en fort développement qui nécessite des besoins de financement importants.

Pour cela 123 IM donne ainsi aux investisseurs français l’opportunité de financer des actifs tangibles de production d’énergies renouvelables reposant sur des ressources naturelles infinies et non polluantes que sont l’éolien, le solaire, la méthanisation.

"Relever les défis actuels et de demain"

« Avec 123 Transition Energétique, un Fonds dédié au financement de projets portés par les acteurs des énergies renouvelables en France, 123 IM propose une solution d’investissement 100% transition énergétique. L’objectif est d’offrir aux différentes filières de la Transition Energétique de nouveaux outils de financement afin de relever les défis actuels et de demain. Le Fonds répond également aux attentes de nos clients, en leur apportant une réponse naturelle à une stratégie d’allocation d’actifs vers une économie bas carbone. », précise Xavier Anthonioz, Président d’123 IM.

Lire (2 min.)

Investissement dans le vin : l’AMF inscrit trois nouveaux sites sur sa liste noire

L'Autorité des marchés financiers publie la liste des nouveaux sites internet identifiés proposant en France d’investir dans des biens divers sans disposer des autorisations nécessaires. Les dernières sociétés identifiées sont :

  • www.clconseil-cave.com/fr
  • www.groupe-lrconseil.com/fr
  • www.gst-investissements.com/fr

Depuis le début de l’année 2022, l’AMF a inscrit huit nouveaux sites sur cette liste noire, dont sept dans la catégorie « vins ».

Un enregistrement obligatoire

Toute offre d’investissement dans des biens divers doit être enregistrée à l’AMF pour être commercialisée. La liste blanche des offres enregistrées en biens divers est consultable sur le site internet de l’AMF.

La liste de l’ensemble des sites non autorisés à proposer des investissements dans des biens divers est disponible sur le site internet de l’AMF et sur le site internet Assurance Banque Épargne Info Service – ABE IS.

N.B. : Attention, cette liste est mise à jour régulièrement mais n’a pas vocation à être complète car de nouveaux acteurs non autorisés apparaissent régulièrement. Par ailleurs, les décisions d’enregistrement délivrées par l’AMF sont consultables sur le site internet de l’AMF.

Lire (1 min.)

Gaz : la Russie ne livre plus ni la Pologne ni la Bulgarie

Cette semaine, la Russie a coupé le robinet du gaz naturel pour la Pologne et la Bulgarie. En cause, le refus de ces pays européens de se plier aux exigences du Kremlin et de régler la facture en roubles. Comment l'UE réagit-elle à cette escalade des tensions, sur fond de guerre en Ukraine ? Le point avec Le Courrier Financier.
Lire (4 min.)

Marchés actions : pas de recul, pour l’instant

Thomas Bucher
Jusqu'à présent, les estimations des bénéfices des entreprises mondiales se révèlent être remarquablement résistantes, défiant non seulement la guerre de Poutine mais aussi les tendances saisonnières. Les explications de Thomas Bucher, stratège en actions mondiales chez DWS.
Lire (3 min.)