ESG : les entreprises françaises se distinguent

Face à l'intérêt croissant des marchés pour le risque climatique, l'édition 2019 de la Journée Mondiale de l’Environnement s'est tenue ce mercredi 5 juin sur le thème #BeatAirPollution. A cette occasion, Refinitiv — fournisseur de données et d’infrastructures sur les marchés financiers — a publié une étude (en anglais) à l'aide de ses données Environnementales, Sociales et Gouvernementales (ESG).

Objectif, comprendre ce que font les entreprises pour réduire leur impact sur l’environnement. Tandis que la réglementation se renforce autour de la finance responsable, les investisseurs montrent un intérêt croissant pour les critères ESG. Dans ce contexte, les gestionnaires de fonds intègre de plus en plus la durabilité dans leur stratégie d’investissement.

Des données pour construire un portefeuille durable

L'étude de Refinitiv permet aux investisseurs de trancher entre industries et pays dans la construction de leur portefeuille durable. Elle se concentre d'abord sur les émissions de CO2, afin d’identifier quelles entreprises, quelles industries et quels pays sont les mieux positionnés pour une économie à faible émission de carbone.

L’étude couvre également le traitement des déchets, de l’eau et l’impact sur la biodiversité. Objectif, identifier les nations qui ouvrent la voie vers le recyclage et la protection de la faune. La dernière partie du document présente des données sur la consommation d’énergie et l’impact de la chaine d’approvisionnement.

Réduire son impact sur l'environnement

D'après l'étude, 63 % des entreprises dans le monde ont une politique en matière de réduction des émissions de CO2 (hausse de 56 % en 5 ans). Seules 35 % des entreprises ont des objectifs précis de réduction de leurs émissions. Dans le même temps, 78 % des entreprises mondiales ont des politiques de réduction de leurs ressources, mais seulement 30 % se fixent de réels objectifs quand 26 % font les deux.

Depuis 5 ans, le nombre d’entreprises dans le monde qui mènent une politique d’économie en eau a augmenté de 25 %. Le nombre d’entreprise qui se fixent des objectifs a augmenté de 34 %. Les 5 industries mondiales qui comptent le plus d’entreprises engagées dans la réduction des émissions sont le secteur de l'automobile et des pièces détachées, la distribution alimentaire et la santé, les services télécoms, la chimie et les transports.

La France s'impose dans l'économie durable

Dans ce contexte, la France se distingue nettement. 97 % des entreprises françaises ont une politique de réduction des émissions de CO2, ce qui leur attribue le meilleur score. La France est la mieux placée en volume de CO2 produit par million de dollars de chiffre d’affaires, avec une moyenne de 148 tonnes.

Par ailleurs, 69 % des entreprises françaises publient des informations concernant leur impact sur la biodiversité, quand 34 % d’entre elles ont des objectifs d’économie en eau. La France se classe au 3e rang dans le recyclage des déchets, avec un taux moyen de 62 %.

Lire (4 min.)