EXCLUSIF / Energies renouvelables : un climat d’investissement changeant

Nick Parsons
Alors que la plupart des pays du monde se remettent de la pandémie de Covid, les pressions sur les prix s'intensifient. Dans ce contexte, ce sont aussi les prix de l’énergie qui font les gros titres. Pendant que la France se tourne davantage vers le nucléaire et l'Allemagne vers le gaz naturel, la transition énergétique l’échelle locale en Asie représente une opportunité évidente. L'éclairage de Nick Parsons, responsable de la recherche et de la politique ESG de ThomasLloyd Group.
Lire (5 min.)

SCPI de rendement : un an après, l’émergence de l’ISR

Quelle dynamique pour les SCPI de rendement ISR ? Le 23 novembre dernier, MeilleureSCPI.com publiait sa dernière étude sur ce segment du marché immobilier français. Le point avec Le Courrier Financier.
Lire (6 min.)

Impact social : Generali lance un programme d’investissement pour les entreprises en Europe

Generali Investments — filiale du Groupe Generali, spécialiste de la gestion d’actifs — annonce ce mercredi 1er janvier le lancement d'un programme international d'investissement à impact social axé sur les entreprises sociales à travers l'Europe. Ces entreprises couvrent un large éventail de thèmes dont la santé, l'éducation, les moyens de subsistance et les énergies renouvelables. 

Investissement à impact

Née de la collaboration entre Generali Investments et The Human Safety Net — l’initiative du Groupe Generali en faveur des communautés au niveau mondial — ce programme pilote  investit dans des entreprises qui placent l'impact au premier plan de leur modèle économique  et sont capables de mesurer celui-ci.

La première phase prévoit un investissement spécifique de 22 M€ dans deux fonds d'impact de premier plan — Impact Growth IV et Raise Impact gérés respectivement par Impact Partners AM et Raise Impact AM. Les deux fonds mettent l'accent sur l'inclusion sociale et de permettre aux populations vulnérables de réaliser tout leur potentiel humain. Generali est l'une des premières entreprises italiennes à s'engager dans l'investissement à impact, donnant ainsi un signal important aux  entrepreneurs sociaux, aux investisseurs et à l'économie sociale dans son ensemble.

En juillet  2021, Generali France avait lancé Generali Investissement à Impact (avec le label « Finansol »), un fonds dédié à l’impact en partenariat avec INCO Ventures, l'un des  principaux gestionnaires de fonds dans ce domaine. Ce fonds de 12 M€ investit  dans des entreprises soutenant l'intégration des réfugiés et, plus largement, améliorant la vie  des familles et des enfants les plus vulnérables, notamment à travers l'accès à l'éducation, à  la santé, à l'alimentation et au logement.

Vers la neutralité carbone

Jusqu'à présent, 34 M€ ont été engagés dans des initiatives d'investissement  à impact. Le programme pilote reflète l'engagement plus large de Generali en matière de  durabilité qui prévoit 8,5 Mds€ à 9,5 Mds€ de nouveaux investissements  verts et durables entre 2021 et 2025. Fin 2020, les investissements globaux du Groupe Generali à travers des mandats et des fonds ESG dédiés étaient de 41,5 Mds€, contre 33,2 Mds€ en 2018. 

En 2021, Generali a également lancé Fenice 190, un plan d'investissement de 3,5 Mds€ sur une durée de cinq ans pour soutenir la relance des économies  européennes impactées par le Covid-19, à commencer par l'Italie, la France et l’Allemagne,  avant de s’étendre ensuite à l'ensemble des pays européens où Generali opère. 

Generali fait aussi partie de coalitions mondiales telles que la Net Zero Asset Owner Alliance, un groupe de 18 fonds de pension et assureurs qui se sont engagés à décarboniser leurs portefeuilles afin qu’ils atteignent, en net, zéro émission de gaz à effet de serre d'ici 2050. Objectif, éviter une augmentation de la température mondiale au-dessus de l'objectif de Paris de  1,5°C. Generali est aussi un membre fondateur de l’alliance « Net Zero Insurance » — elle regroupe des assureurs et réassureurs qui s’engagent à aligner leurs portefeuilles de souscription d’assurance et de réassurance avec l’objectif d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. 

Intégration des critères ESG

Dans le programme d'investissement à impact social de Generali, peuvent être cités, Talis Education Group en France et MiCuento en Espagne par exemple. Talis Education Group est un réseau d'établissements d'enseignement supérieur spécialisés dans la  formation professionnelle de qualité. La société s'associe à des entreprises sociales pour lancer des programmes d'apprentissage qui placent les jeunes défavorisés au travail. 

MiCuento, pour sa part, promeut la lecture pour tous les enfants, y compris ceux qui éprouvent des difficultés à apprendre. L’entreprise produit des livres personnalisés et adaptés pour les enfants ayant des troubles de la lecture et d'autres troubles d'apprentissage. MiCuento prévoit de lancer 140 de ces titres et de vendre 120 000 livres adaptés aux difficultés de lecture d'ici 2024.

« Nous renforçons notre focus sur les investissements qui peuvent combiner la performance financière avec la prise en compte des aspects environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). Nous pensons que notre industrie a la capacité à initier des investissements qui peuvent véritablement transformer nos sociétés en soutenant les populations et la société dans son ensemble à travers des initiatives sur la transition énergétique, la santé, les infrastructures et la digitalisation », déclare Filippo Casagrande, responsable des solutions d'investissement en assurance, Generali Group, Assets & Wealth Management Business Unit.

Répondre aux défis sociaux

« The Human Safety Net a développé un réseau de plus de soixante organisations spécialisées dans l'impact social, exécutant des programmes dans plus de vingt pays où Generali est présent. Sur la base de cette plateforme, nous sommes heureux de nous engager avec Generali Investments en mobilisant des capitaux à la fois philanthropiques et d'investissement pour les mêmes groupes vulnérables et les mêmes défis sociétaux », explique Emma Ursich, directrice exécutive de The Human Safety Net et responsable de l'identité d'entreprise chez Generali.

L'approche de l'investissement à impact s'applique à toutes les classes d'actifs et qui implique l'intention de générer un résultat positif et un changement systémique — en apportant une contribution positive, également appelée additionnalité ou valeur ajoutée d'impact, en rendant compte de l'impact généré.

Il se distingue de l'investissement responsable qui se concentre sur l'investissement dans des entreprises plus vertueuses d'un point de vue ESG. Il intègre des éléments de responsabilité et de « non-malfaisance ». L'investissement à impact vise le remboursement du capital. Il ne s'agit pas d'une forme de philanthropie.

250 milliards d’euros d'actifs

L'univers de l'investissement à impact se développe à l'échelle mondiale avec près de 1 500 fonds institutionnels de qualité et plus de 250 milliards d’euros d’actifs sous gestion. Il s'agit d'un ensemble diversifié d'investissements dans l’ensemble des classes d'actifs avec une part significative d'investissements privés, en particulier de capital investissement et de capital-risque.

Les investissements à impact social, c'est-à-dire dont l'objectif est de profiter à certaines communautés et personnes, sont un sous-ensemble de l'univers de l'investissement à impact. Ils comprennent une variété de thèmes et d'instruments, allant des obligations sociales ou à impact social à la microfinance et au logement à prix abordable. The Human Safety Net cherche à aborder spécifiquement trois thèmes :

  • les enfants et les familles, par le biais du Cadre de soins attentifs pour le développement de la petite enfance des Nations-Unies ;
  • les personnes déplacées, les migrants et les réfugiés ;
  • ainsi que la détresse financière de ces catégories de bénéficiaires.
Lire (6 min.)

ISR Academy : Perial Asset Management lance sa formation pour les CGP

Perial Asset Management (Perial AM) — spécialiste de l'épargne immobilière — lance le programme ISR Academy by Perial AM à destination de ses partenaires conseillers en Gestion de Patrimoine : une formation sur l’ISR appliquée à l’immobilier et illustrée par des exemples concrets. L’objectif est de positionner les CGP partenaires de Perial AM comme les référents sur les sujets ISR auprès de leurs clients.

Décliner l'ISR dans l'immobilier

L'ISR devient incontournable dans le monde de l’épargne immobilière. Toute le monde en parle mais peu de professionnels en cernent les réels contours. Un an après l’ouverture du label ISR aux fonds immobiliers, 28 véhicules ont été labellisés soit 11 % de la collecte au troisième trimestre 2021 (source ASPIM au 30 septembre 2021). La demande est forte du côté des investisseurs institutionnels et des épargnants particuliers.

Fort de ce constat, Perial AM — spécialiste des enjeux ESG depuis de nombreuses années — a décidé de lancer l’ISR Academy by Perial AM : un programme court à destination des conseillers en gestion de patrimoine, pour leur permettre de mieux comprendre l'Investissement Socialement Responsable (ISR) et ses déclinaisons dans l'immobilier. 

Quatre sessions à venir en 2022

La première session de l’ISR Academy s’est déroulée en novembre 2021. Animée par Claire Chaves d’Oliveira, spécialiste de la Finance Durable, cette session s'appuyait sur des études de cas concrètes. L'ISR Academy by Perial AM permet aux CGP de comprendre les leviers de l’ISR pour transformer les pratiques d’investissement en immobilier, et de prendre en compte les critères d’analyses extra-financières dans leurs choix d’investissements.

L'ISR Academy est « une excellente formation », se félicite Claude Parolin, CGP Olifan Groupe qui a participé à la première session de formation. « Un cycle clair et performant qui permet de progresser et de mieux appréhender cette masse d’information », résume Fabrice Gil, CGP chez Gil Conseil. Perial AM organisera quatre sessions de l’ISR Academy au cours de l’année 2022.

Lire (2 min.)

France : quelles réserves de change en novembre 2021 ?

Le Ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance publie ce mardi 7 décembre avec la Banque de France une nouvelle note sur le montant des avoirs de réserve officiels et autres avoirs en devises de l’Etat, soit les réserves nettes de change à fin octobre 2020.

Depuis mai 2000, en conformité avec la Norme Spéciale de Diffusion des Données (NSDD) du FMI — telle qu’appliquée au sein du Système Européen de Banques Centrales — les avoirs mensuels de réserves et les disponibilités en devises sont valorisés en euros sur la base des cours de change de fin de mois.

Augmentation des avoirs de réserve

Les avoirs de réserves officiels et autres avoirs en devises s'élèvent à la fin du mois de novembre 2021 à 221 771 M€ (251 998 M$) contre 216 645 M€ (252 284 M$) à la fin du mois d’octobre 2021, soit une augmentation de 5 126 M€, qui intègre l’incidence des modalités de valorisation aux cours de change de fin de mois. Les réserves de l'Etat se répartissent ainsi :

  • Réserves en or : 123 637  M€ ;
  • Réserves en devises : 55 909  M€ ;
  • Créances sur le FMI : 40 406  M€ ;
  • Autres avoirs de réserve : 1 819  M€.

Dans ce cadre, les réserves en or ont augmenté de 3 459 M€. Les réserves en devises ont augmenté 1 036 M€. Les créances sur le fonds Monétaire International ont augmenté de 304 M€. Les autres avoirs de réserve ont augmenté de 327 M€.

Lire (2 min.)

Gestion thématique : DNCA lance Global Sport Equity, un dédié à l’économie du sport

Les Banques Populaires et les Caisses d’Epargne ont annoncé le 2 décembre dernier proposer le fonds « DNCA Global Sport Equity », en exclusivité à leurs clients. Il s'agit du premier fonds thématique dédié à l’économie du sport lancé par un groupe bancaire en France. Objectif, fournir une performance sur une durée minimale de placement recommandée de 5 ans.

Ce fonds développé par DNCA Finance — société de gestion affiliée à Natixis Investment Managers — cible des entreprises à travers le monde dont l’activité et la croissance future sont liées à la filière sport. Celles-ci sont sélectionnées notamment sur la base de leur contribution positive aux enjeux du développement durable.

Investir dans l'économie du sport

« DNCA Global Sport Equity » est un fonds investi en actions d’entreprises internationales cotées liées à l’économie du sport évoluant dans différents écosystèmes, tels que les vêtements et les équipements sportifs, le fitness, la nutrition sportive, les complexes et événements sportifs, les équipes de sport et le e-sport.

Les revenus générés par le marché mondial du sport représentent aujourd’hui 1 100 Mds$. Ce marché devrait croître avec le nombre grandissant de pratiquants (perspective 2025 à 3,5 milliards, soit + 30 % par rapport à 2020) et des spectateurs d’événements sportifs (+ 8 % par an entre 2021 et 2025), le développement des nouvelles technologies et la digitalisation (exemple : marché du SportTech estimé en hausse de + 17,5 % par an d’ici à 2026).

Au regard du potentiel de performance de cette filière, les Banques Populaires et les Caisses d’Epargne proposent aujourd’hui en exclusivité à leurs clients ce nouveau fonds thématique DNCA Global Sport Equity. Le Groupe BPCE, partenaire premium de Paris 2024, s’affirme comme le groupe bancaire de référence de l’économie du sport. La commercialisation du nouveau fonds illustre la mobilisation des Banques Populaires et des Caisses d’Epargne au service du développement de cette filière économique.

Performances financières et extra-financières

Ce fonds a été développé par DNCA Finance, affilié de Natixis Investment Managers. Cette société de gestion est reconnue depuis plus de 20 ans pour sa gestion de conviction, sa forte expertise et sa couverture mondiale, ainsi que pour son engagement dans la prise en compte du risque sous ses dimensions financières et extra-financières.

Les entreprises sont sélectionnées d’après leur positionnement stratégique, leur performance financière, leur avance technologique et leurs perspectives de croissance. Ce fonds privilégie celles d’entre elles ayant une contribution positive aux enjeux du développement durable, avec l’intégration de critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) stricts.

Le portefeuille de « DNCA Global Sport Equity » se compose d’entreprises qui rayonnent localement ou à l’international — dont des franchises et marques fortes, telles que Foot Locker ou Puma ainsi que des entreprises comme Catapult, spécialisée dans des technologies portables destinées à améliorer la performance des athlètes, ou encore Electronic Arts, leader mondial des jeux électroniques de sport et acteur majeur du esport.

Quelles perspectives de croissance ?

« Les Banques Populaires et les Caisses d’Epargne, partenaires premium des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, sont pleinement engagées dans le sport depuis une trentaine d’années. Tout comme elles accompagnent dans les territoires les entreprises de l’économie du sport afin de contribuer à l’émergence d’une filière d’excellence, elles souhaitent proposer en exclusivité à leurs clients épargnants d’investir dans ce secteur d’activité en pleine croissance, dans de belles entreprises innovantes, performantes et ayant un impact environnemental et social positif », indique Christine Fabresse, directrice générale Banque de proximité et Assurances du Groupe BPCE.

« L’économie du sport offre des perspectives de croissance supérieures à celles de l’économie mondiale et représente déjà 3 500 Mds $ de capitalisation boursière, soit 7,5 fois plus qu’il y a 10 ans. DNCA Finance, affilié de Natixis Investment Managers, est convaincu du potentiel de cette thématique et lance DNCA Global Sport Equity, le premier fonds dédié à l’économie du sport, réalisé par un groupe bancaire en France et en exclusivité pour les clients et investisseurs des Banques Populaires et des Caisses d’Epargne », conclut Eric Franc, directeur général de DCNA Finance.

Lire (4 min.)

Europe : des fonds verts de plus en plus nombreux mais des objectifs peu clairs

Cesare Vitali
Novethic vient de publier son étude annuelle sur le marché des fonds verts en Europe. Il en ressort que les fonds verts représentent 1,3 % des encours de gestion d'actifs européenne, avec des objectifs parfois encore très flous. Quelles sont les pistes d'amélioration pour un réel impact de ces fonds verts ?
Lire (4 min.)

Crise sanitaire : le risque Omicron

César Pérez Ruiz
La fin de l'année 2021 s'annonce volatile, avec une forte correction des marchés à risque. Quelles perspectives dans les mois à venir ? Le point avec César Perez Ruiz, Responsable des investissements et CIO chez Pictet Wealth Management.
Lire (3 min.)

Investissement durable : six fonds MainFirst reçoivent le label FNG

MainFirst Asset Management (Mainfirst) — boutique multi-investissements indépendante basée à Francfort (Allemagne — annonce ce vendredi 26 novembre que six de ses fonds ont reçu le label FNG en 2021. Après avoir attribué le label à quatre fonds pour la première fois l'année dernière, MainFirst a considérablement augmenté le nombre de ses fonds certifiés.

Développement durable

Pour la seconde fois, le Forum Nachhaltige Geldanlagen (FNG), un forum d'investissement durable œuvrant dans les pays germanophones, a distingué plusieurs fonds communs de placement de MainFirst. Ainsi, la société de gestion a une nouvelle fois progressé de manière significative par rapport à l'année précédente, grâce au développement continu de l'approche durable dans ses différents portefeuilles.

Les fonds d'investissement suivants ont reçu deux étoiles pour leur stratégie de développement durable : les fonds « MainFirst Global Equities Fund » et « MainFirst Global Equities Unconstrained Fund », « MainFirst Absolute Return Multi Asset » et « MainFirst Germany Fund ». Le produit phare, à savoir le fonds « MainFirst Top European Ideas », qui participait pour la première fois, a également reçu deux étoiles, tandis que le fonds « MainFirst Megatrends Asia », tout récemment lancé, a décroché une étoile.

Tous les fonds primés ont obtenu des points supplémentaires dans les domaines de la crédibilité institutionnelle, des normes de produit et de la stratégie de sélection et de dialogue. Le « très convoité » label FNG prend en compte les normes de durabilité internationalement reconnues lors de l'évaluation des fonds et constitue désormais un gage de qualité reconnu dans le monde germanophone.

Intégrer les critères ESG

« Depuis l'année dernière, nous avons déployé beaucoup d'efforts pour accroître notre transparence. Il est important à nos yeux que chaque équipe mette en œuvre une approche ESG authentique dans sa philosophie d'investissement. Le fait que ce travail ait été reconnu par une instance extérieure nous rend fiers. Nos produits affichent de bonnes performances à tous les niveaux », déclare Patrick Vogel, Directeur Général chez Mainfirst.

Il félicite les équipes qui travaillent aux côtés des gérants de fonds Frank Schwarz, Adrian Daniel et Olgerd Eichler. Chez MainFirst, la poursuite du développement des approches en matière de durabilité relève de la responsabilité de chaque équipe de gestion de portefeuille. La direction soutient activement cette démarche.

Par conséquent, pour le gérant Frank Schwarz, en charge des fonds d'actions mondiales et multi-actifs ainsi que de mandats institutionnels avec son équipe, la prise en compte des critères ESG dans leurs décisions d'investissement est fondamentale. « Nous considérons que l'une de nos principales responsabilités est d'apporter une contribution précieuse à une utilisation plus durable du capital grâce à une sélection de titres rigoureuse et à des critères d'exclusion clairement définis », explique Frank Schwarz.

Interagir avec les entreprises

L'équipe menée par Olgerd Eichler, responsable des fonds MainFirst Top European Ideas Fund et MainFirst Germany Fund, privilégie un dialogue actif avec les entreprises dans lesquelles ils sont investis. « Notre objectif est de susciter une action durable grâce à nos interactions avec les décideurs dans les entreprises. Ce faisant, nous recourons aussi de manière intensive à la possibilité d'exercer activement les droits de vote », explique Alexander Lippert, gérant au sein de l'équipe des actions allemandes et européennes.

« Nous sommes heureux que nos efforts de longue date aient été reconnus via l'attribution de deux étoiles pour chacun des deux fonds. Même un produit lancé en tant que fonds conventionnel peut obtenir un bon classement en termes de durabilité malgré l'absence du terme durable dans son nom. Nous préférons créer un pont entre durabilité et rendement grâce à un dialogue actif et à notre engagement », poursuit Alexandre Lippert.

La pertinence des labels de durabilité transparents et compréhensibles ne cesse de croître, car il n'existe pas de définition claire et générale des investissements durables. Le Forum Nachhaltige Geldanlagen satisfait à cette exigence et MainFirst se félicite donc de l'attribution du label FNG, gage de qualité pour les fonds d'investissement durables en Allemagne, en Autriche et en Suisse.

Que retenir du label FNG ?

Le label FNG est la norme de qualité pour les investissements durables sur les marchés financiers germanophones. Il a été lancé en 2015 après une phase de développement de trois ans impliquant les principales parties prenantes. La certification de durabilité correspondante doit être renouvelée chaque année. La méthodologie holistique du label FNG est basée sur un ensemble de normes minimales.

Celles-ci comprennent des critères de transparence et la prise en compte du droit au travail, des droits de l'homme, de la protection de l'environnement et de la lutte anticorruption, tels que repris dans le Pacte mondial des Nations Unies. Toutes les entreprises intégrées dans le fonds concerné doivent également être analysées de manière exhaustive au regard des critères de durabilité et le produit doit disposer d'une stratégie de durabilité explicite.

Tout investissement dans l'énergie nucléaire, les mines de charbon, la production d'énergie à base de charbon, la fracturation, les sables bitumineux, la production de tabac et les armes et armements est interdit. Les fonds certifiés suivent donc une approche transparente de la durabilité dont l'application crédible a été vérifiée aux termes d'un audit indépendant (Université de Hambourg) et contrôlée par un comité externe doté d'une expertise interdisciplinaire.

Lire (5 min.)

Label ISR : les fonds ODDO BHF Green Planet et ODDO BHF Sustainable Credit Opportunities l’obtiennent

ODDO BHF Asset Management (ODDO BHF AM) — filiale du groupe financier franco-allemand ODDO BHF — annonce ce lundi 29 novembre poursuivre sa stratégie de finance responsable labellisée sur un large spectre de classes d'actifs. Le gérant obtient ainsi le Label ISR et le Label FNG pour deux fonds supplémentaires :

  • ODDO BHF Green Planet : fonds thématique d’actions mondiales ;
  • ODDO BHF Sustainable Credit Opportunities : fonds obligataire flexible ;

Plus de 7 milliards d'euros

ODDO BHF Asset Management compte désormais 9 fonds labellisés ISR ainsi que 4 fonds labellisés FNG. Ces fonds d'investissement représentent actuellement plus de 7 Mds€ d’encours. Il s'agit de :

  • ODDO BHF Avenir Europe ;
  • ODDO BHF Avenir Euro ;
  • ODDO BHF Avenir ;
  • ODDO BHF Green Planet ;
  • ODDO BHF Génération ;
  • ODDO BHF Algo Sustainable Leaders ;
  • ODDO BHF Sustainable Euro Corporate Bond ;
  • ODDO BHF Sustainable Credit Opportunities ;
  • ODDO BHF Sustainable European Convertibles.

Engagement à long terme

« Gage de transparence, l’obtention des Labels ISR et FNG pour deux nouveaux fonds témoigne de notre volonté d’accompagner nos clients en quête de sens pour leurs investissements », déclare Martina Macpherson, responsable de la stratégie ESG pour ODDO BHF AM.

« L’obtention des Labels ISR et FNG vient conforter notre engagement continu en faveur de l’investissement responsable et de nos efforts constants en termes de durabilité pour nos clients en Europe. Nous sommes convaincus que l’investissement durable est un moteur de performance à long terme », ajoute Nicolas Chaput, Directeur Général de ODDO BHF AM.

Lire (2 min.)

Generali Patrimoine nomme son Directeur des Partenariats

Generali France — filiale de Generali, groupe international d’assurance et de gestion d’actifs — annonce ce mardi 7 décembre la nomination du Directeur des Partenariats de Generali Patrimoine. Dans ce cadre, Corentin Favennec a pris ses nouvelles fonctions à compter du 1er novembre 2021. Il est chargé des partenaires Grands Comptes dont il assurait la Direction depuis 5 ans et désormais des partenariats avec les Conseillers en Gestion de Patrimoine.

Transformer le modèle Epargne

Dans le cadre de ses nouvelles fonctions, Corentin Favennec a pour mission de coordonner et mettre en œuvre l’ensemble des partenariats que développe Generali Patrimoine avec ses partenaires tiers-distributeurs : les Banques, les Fintechs, les Plateformes ainsi que les Conseillers en Gestion de Patrimoine.

La transformation du nouveau modèle Epargne — dont Corentin Favennec avait la responsabilité depuis début 2020 — a été confiée depuis le 1er novembre dernier à Anne-Emmanuelle Corteel, Directrice des Solutions d’Assurance au sein du marché Epargne et Gestion de Patrimoine de Generali France.

Focus sur le parcours de Corentin Favennec

Generali Patrimoine nomme son Directeur des Partenariats
Corentin Favennec

Corentin Favennec est diplômé de l’École Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne. Après avoir débuté sa carrière au sein d’un cabinet de conseil en management, il rejoint Generali France en 2008 où il occupe différents postes au sein de la Direction innovation et outils, puis de la Direction de l’organisation. En 2015, il rejoint le marché de l’Epargne et de la Gestion de patrimoine pour prendre la Direction des opérations d’assurance. Depuis 2017, Corentin Favennec était Directeur en charge des Partenariats Grands Comptes.

Lire (2 min.)

SCPI : Norma Capital développe ses Fair Invest et Vendôme Régions

Norma Capital — société de gestion de portefeuilles — annonce ce mardi 7 décembre avoir poursuivi sa politique active d’acquisitions sur l’ensemble du territoire national, notamment au sein des grandes métropoles régionales. Objectif, développer les patrimoines immobiliers de ses deux SCPI labellisées ISR Immobilier : Fair Invest et Vendôme Régions. Norma Capital a ainsi investi en novembre dernier près de 50 M€, au travers de 7 acquisitions, pour un total de plus de 18 000 m², répondant ainsi aux objectifs d’investissement fixés en début d’année.

Fair Invest, investir dans la santé

En conformité avec sa stratégie d’investissement, définie au sein de sa Charte éthique et d’investissement, la SCPI Fair Invest se concentre sur les secteurs de la santé et de l’éducation depuis sa création en 2018. Les acquisitions de Norma Capital pour sa SCPI en novembre portent sur le thème de la santé :

  • 161 m² de locaux dans le 10ème arrondissement de Paris (Ile-de-France) loués par un cabinet dentaire ;
  • 151 m² de commerce à Reims (Marne), loués aux Studios Comme J’aime, spécialiste du bien-être et de la minceur.

La SCPI Fair Invest poursuit ainsi son développement sur des secteurs d‘activité qui font preuve d’une grande résilience, et sont jugés socialement utiles. La SCPI a pu distribuer 4,51 % à ses associés en 2020. Elle devrait proposer un rendement entre 4,60 % et 4,90 % en 2021.

Vendôme Régions, grandes agglomérations régionales

Nouvellement labellisée ISR Immobilier, la SCPI Vendôme Régions détient un patrimoine immobilier diversifié dans les grandes agglomérations françaises : bureaux, locaux d’activité et commerces. Au mois de novembre, la SCPI Vendôme Régions a poursuivi cette stratégie avec l’acquisition de cinq nouveaux actifs très diversifiés en matière de localisation et de secteur d’activité :

  • 4 000² de bureaux à Sainte-Marie à la Réunion, au sein du pôle commercial le plus fréquenté de la Réunion, et occupés par différentes enseignes ;
  • 6 000 m² de bureaux en VEFA, dont la livraison est prévue au 4e trimestre 2023, certifiés BREEAM Very Good & RT 2021 - 30 %, à Cesson-Sévigné (Ille-et-Vilaine), situés au cœur de la ZAC Atalante ViaSilva et desservis par le prolongement du métro B en 2022 ;
  • 251 m² de commerces à Rennes (Ille-et-Vilaine), loués à MAAF Assurance ;
  • 5 000 m² de commerces à Toulouse (Haute-Garonne), au sein du 1er pôle commercial toulousain spécialisé pour les deux roues et loués par plusieurs enseignes de cet univers ;
  • 2 800 m² de locaux d’activités à Marseille (Bouches-du-Rhône), au sein de la zone d’activité de l’Estaque, loué à un locataire dans le domaine de l’imprimerie et de la reproduction.

Ces actifs rentrent pleinement dans la stratégie de la SCPI car diversifiés, et répondant à une réelle demande de par leur localisation stratégique. Avec cette croissance, Vendôme Régions a versé 6,02 % aux porteurs de parts en 2020. Pour l’année 2021, la performance de la SCPI devrait se situer entre de 5,80 % - 6 %.

Norma Capital poursuit encore sa politique d’acquisition pour la fin de l’année et dispose de capacités d’investissement importantes pour le compte de ses deux SCPI Fair Invest et Vendôme Régions. Le dernier mois sera donc synonyme d’acquisitions et de diversification du parc immobilier

Lire (3 min.)

Accord de Paris : Bruno Le Maire confie à Yves Perrier la mission de coordonner les acteurs financiers en France

Le Ministère de l'Economie, des Finances et de la Relance (Bercy) annonce ce jeudi 25 novembre que Bruno Le Maire a décidé de confier à Yves Perrier, président d’AMUNDI et vice-président de PARIS EUROPLACE, une mission de coordination des acteurs de la place de Paris dans leur alignement avec l’Accord de Paris. Un premier rapport définissant cette trajectoire est attendu pour fin février 2022.

Transition énergétique

« Les capacités financières de la Place de Paris constituent un levier considérable pour accélérer la transition énergétique. Si de premiers engagements ont déjà été pris, la Place financière de Paris doit aller plus loin. J’ai donc demandé à Yves Perrier de travailler avec l’ensemble des acteurs de la Place financière de Paris pour établir une première trajectoire d’alignement des financements avec l’Accord de Paris, d’ici fin février prochain », indique Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance.

« Réussir la transformation des économies pour maîtriser l’évolution climatique nécessite une mobilisation collective accrue de l’ensemble des acteurs : Etats, entreprises et secteur financier. La Place financière de Paris a été, depuis les accords de Paris en 2015, pionnière dans ce domaine. Elle entend amplifier son action pour réaliser la transition énergétique tout en contribuant à renforcer l’industrie du pays », ajoute Yves Perrier, président d’AMUNDI et vice-président de PARIS EUROPLACE.

Décarboner l'économie

La COP 26 a réaffirmé l’objectif de l’Accord de Paris de contenir le réchauffement climatique à +1,5°C et l’importance d’agir d’ici 2030 pour effectivement réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) et s’adapter aux conséquences du changement climatique. L’un des leviers d’action de la décarbonation de nos économies, présent dans l’Accord de Paris, est l’orientation les flux financiers, publics comme privés.

Depuis trois ans explique Bercy, sous l’impulsion de Bruno Le Maire, un travail conséquent a été réalisé par la Place de Paris. Ainsi, en 2019, un premier engagement de l’ensemble des acteurs financiers de la Place de Paris (assureurs, banques et gérants de fonds) a-t-il été pris en faveur de la sortie du financement du charbon thermique.

Depuis, les acteurs de la Place ont élaboré et publié des stratégies de désinvestissement dans le domaine du charbon thermique. Lors du Climate Finance Day de 2020, le Ministre a appelé les acteurs financiers de la place à préciser leurs engagements relatifs au charbon et à l’étendre aux hydrocarbures non conventionnels. La Fédération française de l’assurance (FFA), l’association française de la gestion financière (AFG) et les six plus grandes banques françaises ont dévoilé, en octobre dernier, des premiers éléments de doctrine s’agissant du gaz et du pétrole non-conventionnels.

Sortir du charbon thermique

En parallèle, des dispositifs ont été mis en place, avec le soutien du Gouvernement, pour assurer la transparence et le suivi des engagements pris par les acteurs financiers et formuler des recommandations pour renforcer leur ambition. Un Observatoire de la finance durable a été lancé en 2020 et a installé, en son sein, un comité scientifique et d’expertise pour privilégier une approche scientifique et mobilisant les leviers les plus efficaces de décarbonation des financements de la Place.

Ce comité a émis, en février 2021, des recommandations pour un désengagement du charbon et, en septembre 2021, des recommandations additionnelles pour les hydrocarbures non-conventionnels. En parallèle, l’AMF et l’ACPR publient dorénavant un rapport annuel commun évaluant l’impact des politiques climatiques des acteurs financiers. Les derniers éléments publiés, en octobre dernier, soulignent le chemin qu’il reste à parcourir pour être à la hauteur des enjeux.

Bruno Le Maire a donc invité, lors du Climate Finance Day du 26 octobre 2021, tous les acteurs financiers de la Place à s’engager résolument dans une trajectoire de sortie du financement du charbon et des hydrocarbures non conventionnels, en lien avec l’Accord de Paris, et au-delà, dans une trajectoire de réduction de l’intensité carbone des projets et des entreprises financés. Cette trajectoire doit être objectivable et mesurable, efficace et transparente avec un échéancier graduel contraignant.

Lire (4 min.)

La Banque Postale Asset Management étoffe son équipe investissement responsable

La Banque Postale Asset Management (LBP AM) — filiale de gestion d’actifs de La Banque Postale — annonce ce mercredi 24 novembre plusieurs nominations au sein de son pôle « Solutions ISR ». Ce pôle transversal permet à LBP AM d’accompagner au plus près l’ambition croissante de ses clients en matière de finance durable.

100 % de fonds ouverts ISR

LBP AM revendique être la seule société de gestion de taille significative en France à proposer 100 % de ses fonds ouverts ISR labellisés. Avec sa filiale Tocqueville Finance, LBP AM a également développé une gamme de fonds thématiques reconnue pour ses performances financières et extra-financières et s’apprête à lancer une stratégie de gestion de dette infrastructure à impact climatique en Europe.

LBP AM annonce donc un renforcement important de son pôle « Solutions ISR ». Ce pôle a vocation à piloter la stratégie finance durable de LBP AM et sa filiale Tocqueville Finance, autour de thèmes-clés incluant la définition d’une ambition climat, le déploiement de la stratégie de financement à impact, et la R&D en matière de produits et data.

Une équipe de 8 personnes

Composée de 8 personnes, l’équipe est placée sous la responsabilité d’Héléna Charrier, Responsable Solutions ISR, qui reporte elle-même à Guillaume Lasserre, Directeur adjoint des gestions. Elle s’appuie sur une équipe d’experts renforcée par l’arrivée d’Ekaterina Pomonareva, nommée au poste de Responsable Climat en charge de déployer les engagements climatiques de la société de gestion dans ses stratégies d’investissement.

Elle s'appuie également sur Léonard Pirollet en charge des Affaires Publiques, et de Diane Moulonguet en charge du développement et de l’exécution de l’activité de vote pour irriguer les pratiques de gestion. Ces quatre nominations complètent l’équipe actuelle, composée d’analystes quantitatifs et de spécialistes des sujets environnementaux et sociaux.

Quelles stratégies à impact ?

« L’expérience unique d’Héléna va nous permettre d’accélérer le développement de nos stratégies à impact et ainsi démontrer notre capacité à générer, via nos investissements, une contribution positive supplémentaire sur nos 4 enjeux prioritaires : le climat, la biodiversité, le développement des territoires et les droits humains & égalité », explique Guillaume Lasserre, Directeur adjoint des gestions de La Banque Postale Asset Management.

« L’arrivée d’Ekaterina, avec sa maîtrise fine des sujets liées à l’urgence climatique, constitue un atout précieux pour notre démarche. Celle de Léonard est essentielle pour nous aider à relever les défis de la règlementation et accompagner la réflexion des clients et des régulateurs. De même celle de Diane va nous permettre de renforcer notre expertise sur le volet gouvernance et sur l’engagement actionnarial, axe important de notre politique ISR », ajoute-il.

Lire (3 min.)