Risque climat : Descartes Underwriting lance en France sa filiale Descartes Insurance

La Rédaction
Le Courrier Financier

Descartes Underwriting — agence de souscription spécialisée dans les produits d’assurance climatique — annonce ce mardi 13 décembre le lancement de sa filiale Descartes Insurance. Elle devient un assureur grâce à l’octroi de son agrément par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR). Soutenue par des porteurs de risques de premier plan, Descartes Insurance a l’ambition d’accompagner le haut de segment des PME et les ETI françaises.

Se protéger du changement climatique

La filiale prévoit de s’étendre dans plusieurs pays de l’Espace Economique Européen en 2023. En parallèle, Descartes Underwriting continuera dans le monde entier ses activités d’agence de souscription auprès de son portefeuille de clients Grandes Entreprises, grâce à ses partenaires historiques. Descartes propose des couvertures d’assurance dans un monde bouleversé par le changement climatique et l’émergence de nouveaux risques.

Après un été marqué par les nombreuses sécheresses, inondations et tempêtes de grêle en Europe, cette entité développera de nouveaux produits pour servir davantage de clients. L’utilisation de nouvelles technologies sera toujours au cœur du processus d’innovation de Descartes, dans un enrichissement permanent des solutions proposées. Pour Descartes Underwriting comme pour Descartes Insurance, cette étape clé permet de renforcer les partenariats existants et le service auprès des partenaires courtiers et des assurés.

« Cette nouvelle étape illustre l’évolution du secteur de l’assurance et la façon dont nous devons protéger les assurés. Nous voulons incarner une nouvelle génération d’assureurs soutenue par les leaders de l’industrie de l’assurance et de la réassurance. En combinant des structures d’assurance innovantes, des technologies performantes, et notre propre capacité, nous protégeons les assurés contre l’ensemble des risques climatiques et émergents », déclare Tanguy Touffut, Président de Descartes Underwriting et Président non-exécutif de Descartes Insurance.

Nouveaux horizons pour l'assurance

Sébastien Piguet devient Directeur Général de Descartes Insurance, tout en continuant d’assumer ses fonctions Directeur de la Souscription de Descartes Underwriting. En parallèle, Kevin Dedieu, Directeur Recherche & Développement de Descartes, prend le rôle de Directeur général adjoint. « Descartes Insurance a toutes les ressources pour exceller dans ces temps difficiles liés au durcissement du marché, à l’impact du changement climatique et à la transition vers une économie décarbonée », déclare Sébastien Piguet.

Philippe Rocard rejoint Descartes Insurance comme membre indépendant du Conseil d’administration. « L’approche paramétrique a ouvert de nouveaux horizons pour l’assurance. Descartes Underwriting est un pionnier de ce nouveau monde, en développant un savoir physique et mathématique et en le mettant au service de la protection d’entreprises contre de nombreux risques, y compris le changement climatique », déclare-t-il.

« Depuis notre création, notre positionnement à la pointe de l’innovation a été rendu possible par notre capacité à traiter de nouvelles sources de données et à en extraire de la valeur pour nos courtiers et nos clients. Nous voyons ce jalon comme une opportunité unique d’intégrer notre vision scientifique, centrée sur le service du client, au cœur de nos opérations d’assurance », déclare Violaine Raybaud, Directrice des Opérations.

Lire (3 min.)

Marchés actions : la résilience des dividendes

Les équipes de Mandarine Gestion
Mandarine Gestion
Comment se présente l'année 2023 sur les marchés actions en Europe ?Quelles perspectives pour les dividendes versés par les entreprises européennes ? L'équipe actions rendement de Mandarine Gestion partage son analyse.
Lire (3 min.)

Jean-Michel Huet – BearingPoint : COP27, « l’Afrique contribue très peu au réchauffement climatique, mais c’est le continent qui en souffre le plus »

Mathilde Hodouin
Le Courrier Financier
A l'heure de la COP27, quels sont les atouts de l'Afrique face au changement climatique ? Comment contribuer au développement économique et financier du continent ? Jean-Michel Huet, associé expert de l’Afrique au sein du cabinet de conseil BearingPoint, répond en exclusivité aux questions du Courrier Financier.
Lire (11 min.)

AllianzGI lance son deuxième fonds de Trade Finance

La Rédaction
Le Courrier Financier

Allianz Global Investors (AllianzGI) — gestionnaire d'actifs actif, qui gère 578 Mds€ d'encours — annonce ce mardi 15 novembre le lancement de son deuxième fonds de Trade Finance, « Allianz Working Capital Investment Grade Fund » (ALWOCA IG). Ce fonds s'appuie sur le succès de son prédécesseur, « Allianz Working Capital Fund » (ALWOCA) lancé il y a trois ans. L'équipe Trade Finance d'AllianzGI gère 500 M€ pour des investisseurs institutionnels à travers l'Europe.

Stratégie de crédit à duration ultra courte

Le fonds ALWOCA IG propose une stratégie de crédit à duration ultra courte qui finance le fonds de roulement et les échanges commerciaux des petites et moyennes entreprises (PME) jusqu’aux grandes sociétés. Il offre une exposition aux créances de Trade Finance à duration très courte, avec un risque de crédit Investment Grade. Le fonds sera accessible à un large éventail d'investisseurs, restreints sur les investissements High Yield mais qui souhaitent profiter de la nature défensive des investissements diversifiés à court terme du Trade Finance.

ALWOCA IG a pour objectif d’offrir un rendement attractif, avec des souscriptions et rachats hebdomadaires et des avantages en termes de diversification. Sa courte durée en termes de taux d'intérêt permet des réajustements en cas de hausse des taux, tandis que sa courte durée en termes de spreads et son absence de dépendance vis-à-vis des marchés de capitaux visent à réduire la volatilité en cas de détérioration du cycle de crédit. 

Un fonds pour stabiliser les portefeuilles

Le fonds s'appuie sur l'équipe Trade Finance d'AllianzGI déjà en place et sur son processus d'investissement rigoureux. Les transactions seront réalisées par le biais du réseau existant de partenaires de sourcing dont la plateforme établie d’AllianzGI constitue une base solide. 

« Nous pensons que les caractéristiques du fonds ALWOCA IG sont particulièrement pertinentes pour les investisseurs d’aujourd'hui, dans un contexte de tensions géopolitiques accrues, de volatilité des rendements obligataires et de hausse de l'inflation. C’est dans ce type de contexte que le Trade Finance peut offrir la flexibilité et les rendements potentiels nécessaires pouvant aider les investisseurs à naviguer dans des perspectives incertaines », déclare David Newman, Responsable de la division Global High Yield chez AllianzGI.

« Le lancement de ce fonds renforce l’offre de Trade Finance disponible pour nos clients. Selon nous, ALWOCA IG est une alternative cash plus qui vise à stabiliser les portefeuilles, dans un monde actuel où les corrélations entre classes d'actifs sont élevées », ajoute Martin Opfermann, Gérant principal du fonds. AllianzGI offre une large gamme de solutions d'investissement et gère environ 90 Mds€ d'actifs sur les marchés privés.

Qu'est-ce que le Trade Finance ?

Dans toutes les chaînes de production et de distribution, il existe un écart financier entre la livraison du produit et le paiement. Le Trade Finance comble cet écart, ce qui permet aux fournisseurs de réduire le délai de recouvrement des créances (DSO) et aux acheteurs d’augmenter le délai de paiement (DPO). Les quatre principales catégories du Trade Finance sont les suivantes :

  • financement des paiements : agir aux côtés d'un acheteur en effectuant des paiements à ses fournisseurs lorsque les factures sont établies. Les fournisseurs reçoivent des montants de facture escomptés, et le financier est remboursé sur la facture ;
  • financement des créances : fournir de l'argent à un seul fournisseur avant qu'il ne reçoive les paiements des factures de plusieurs clients. Ces acheteurs paient les factures directement au financier ;
  • facilités de fonds de roulement : l’octroi de prêts à un fournisseur remboursés par les créances de plusieurs clients ;
  • crédits documentaires : instruments courants utilisés par les entreprises pour financer des flux commerciaux spécifiques et des paiements dans le cadre de contrats commerciaux. Ils comprennent les lettres de crédit, les lettres de change et les prêts commerciaux.
Lire (4 min.)

La Fondation Groupe Primonial lance un appel à projets dans l’Ouest de la France

La Rédaction
Le Courrier Financier

La Fondation Groupe Primonial — créée en 2020, issue de la Fondation Financière de l’Échiquier, cet organisme agit en France pour l'égalité des chances et une société plus inclusive — annonce ce mercredi 8 février poursuivre sa démarche territoriale, après ses précédents appels à projets en régions PACA en 2021, et Hauts-de-France et Normandie en 2022. La Fondation lance un nouvel appel à projets dans les régions Centre Val-de-Loire, Pays-de-la-Loire et Bretagne. 

Ouverture du 1er au 31 mars 2023

L'appel à projets sera ouvert du 1er au 31 mars 2023 dans les axes de l’éducation, de l’insertion socio-professionnelle et de la santé mentale. Les associations pourront retrouver, dès l’ouverture de l’appel à projets, le lien vers la plateforme de dépôt de dossier sur le site de la Fondation. Les demandes sélectionnées seront examinées par les trois Comités d’Engagement qui valident l’octroi des financements. L’annonce des projets soutenus se fera en juin. 

L’appel à projets permettra la sélection d’initiatives concrètes et innovantes répondant aux besoins des jeunes dans leur bassin de vie. Cette opération contribue à renforcer la présence territoriale de la Fondation et du Groupe, en lien avec les deux agences Primonial implantées sur ces trois régions, à Nantes (Loire-Atlantique) et Rennes (Ille-et-Vilaine). 

Engagement local pour les territoires

En 2021, 17 projets associatifs avaient reçu le soutien de la Fondation Groupe Primonial en région PACA. En 2022, 13 projets ont été financés dans les Hauts-de-France et en Normandie. Ce nouvel appel à projets s’inscrit dans une dynamique d’accompagnement de structures locales dont le travail est essentiel pour répondre au mieux aux problématiques territoriales.

« Nous poursuivons ce tour de France et arrivons dans des régions qui, tout en présentant des problématiques similaires au reste du pays, ont des contextes spécifiques, à savoir, des zones rurales étendues et des contraintes supplémentaires liées à l’éloignement des pôles d’emploi et de services, qui affectent tout particulièrement les jeunes. Les échanges que nous avons avec des acteurs locaux nous permettent déjà de toucher du doigt la richesse des initiatives en cours et à venir pour répondre à ces enjeux », déclare Cécile Jouenne-Lanne, Déléguée Générale de la Fondation Groupe Primonial.

Lire (2 min.)

Crédit immobilier : la CNCEF Crédit salue les avancées récentes de l’accès à l’emprunt

La Rédaction
Le Courrier Financier

CNCEF Crédit — association professionnelle agréée de courtiers et mandataires en banque et services de paiement — se félicite ce mercredi 8 février dans un communiqué des dernières mesures destinées à faciliter l'accès au crédit immobilier. Ces avancées sont le fruit d'actions et de concertations menées par différents acteurs de la Place, que CNCEF Crédit salue.

« Depuis plusieurs années, le métier de courtier en crédit a été chahuté et l'accès au crédit immobilier n'a cessé de se restreindre, jusqu'à atteindre une situation de quasi-blocage. Pour les Français qui souhaitent mettre un toit sur leur tête, l'étau devait se desserrer. Et pour les courtiers qui les accompagnent dans leur projet, il était nécessaire de voir leur métier se valoriser », déclare la CNCEF Crédit.

Décongestionner l'écosystème immobilier

L'association salue les avancées récentes menées de front par les différents acteurs qui représentent les courtiers — notamment les différentes associations représentantes, à savoir l'Anacofi IOBSP, l'APIC, La COMPAGNIE IOBSP, l'AFIB, la CNCGP IOB, le groupe CNCEF et le syndicat professionnel UIC. Elle remercie également les institutions et autorités qui ont œuvré pour qu'elles se concrétisent. Parmi elles, la Direction Générale du Trésor, la Banque de France et l'ACPR, qui ont prêté une oreille attentive aux difficultés des Français et de leurs conseils.

« La mensualisation temporaire du taux d'usure et la réaffirmation par Bruno Le Maire des pleins effets du mandat de recherche de capitaux sont de très belles perspectives. Ces mesures de bons sens doivent être évaluées dans la durée et étendues. C'est à ce prix que l'on décongestionnera vraiment l'écosystème immobilier. Nous souhaitons continuer à être, aux côtés des courtiers, en lien avec les autorités compétentes pour rassembler et valoriser ce formidable métier tout en favorisant les projets immobilier des Français » conclut Christelle Molin-Mabille, Présidente de CNCEF Crédit.

Lire (2 min.)

Private Equity : Boursorama lance une offre en compte-titres, PEA-PME et assurance vie dès 25 euros

La Rédaction
Le Courrier Financier

Boursorama — banque en ligne, filiale de Société Générale — annonce ce jeudi 3 novembre le lancement d'une offre 100 % mobile d'investissement sur des titres de sociétés non cotées à travers des fonds FCPR Private Equity. Cette classe d’actifs est accessible sur la plateforme Boursomarkets dans la rubrique Bourse/OPCVM/Private Equity de Boursorama. La rubrique devrait s’étoffer dans les prochains mois.

BoursoMarkets — l’offre de trading sans frais d’entrée sur plus de 40 000 produits — s’enrichit ainsi d’une nouvelle classe d’actifs. Ce sont désormais six classes d’actifs qui sont proposées sans frais d’entrée pour répondre à tous les attentes des détenteurs de comptes Bourse. Objectif, permettre aux clients de diversifier leur épargne grâce au non-coté.

Accessible à partir de 25 euros

Le Private Equity a longtemps été réservé à des investisseurs institutionnels ou avertis, rappelle un récent baromètre BPI France. Le non-coté présente pourtant « une performance historique remarquable ». Boursorama permet désormais à plus de 4 millions de clients d’investir dans cette classe d’actifs. « Boursorama permet d’investir de façon simple, facile et pas chère sur le private equity, une classe d’actifs jusque-là réservée à des institutionnels et à une clientèle patrimoniale », déclare Benoit Grisoni, directeur général de Boursorama.

Le véhicule de placement — le FCPR — permet d’investir indirectement sur de nombreuses sociétés non cotées au travers d’un seul support et de bénéficier dans certains cas d’avantages fiscaux comme l’exonération d’impôts sur des plus-values. L'offre est accessible à partir de 25 euros en assurance vie et de 100 euros en comptes-titres et PEA PME. C'est en-deçà du reste du marché, où le ticket d’entrée s’élève généralement à 100 000 euros.

Compte-titres, PEA-PME et assurance vie

En s’engageant sur une période longue (de huit à dix ans) et en investissant dans des fonds FCPR gérés par des partenaires tels que Amundi Private Equity Funds, ODDO BHF PE et Eurazeo, les investisseurs particuliers clients de Boursorama Banque peuvent profiter du potentiel de performance d’entreprises de taille intermédiaire (ETI) non cotées. 

L’expertise reconnue de ces trois gérants permettra ainsi aux épargnants de s’exposer dans les meilleures conditions à des sociétés offrant un potentiel de développement attrayant. Ces fonds sont accessibles dans trois enveloppes : compte-titres, PEA-PME et assurance vie en UC. Boursorama Banque n'applique aucun droit d’entrée, quelle que soit l’enveloppe choisie.

Lire (3 min.)

Europe : est-il temps de revenir sur les petites et moyennes entreprises ?

Les équipes de Mandarine Gestion
Mandarine Gestion
L'Europe entre en période de récession économique. Est-ce le bon moment pour s'intéresser aux small & midcaps européennes ? Quels sont leurs atouts dans le contexte macroéconomique actuel ? Les équipes de Mandarine Gestion présentent leurs convictions.
Lire (5 min.)

Sienna Private Credit conclut une opération de financement de 22,5 millions d’euros pour HBG

La Rédaction
Le Courrier Financier

Sienna Private Credit — anciennement Acofi Gestion — annonce ce lundi 16 mai avoir conclu une opération de financement sous forme obligataire pour le groupe HBG, opérateur aérien d’hélicoptères composé de plusieurs filiales en France et en Suisse (Mont Blanc Hélicoptères, Hélicoptères de France, Swift Copters, Eagle Valais). Cette transaction de 22,5 M€ à 6 ans est destinée à financer une flotte d’hélicoptères opérée par différentes filiales opérationnelles permettant ainsi une optimisation des financements du Groupe.

Ce financement est le fruit de l’expertise de l’équipe Sienna Private Credit en matière de dette collatéralisée, instrument particulièrement adapté aux besoins des PME et ETI européennes dans des secteurs fortement capitalistiques. Il s’agit de l’un des derniers investissements du fonds Predirec ABL-2 qui finalise ainsi son déploiement dans la continuité de sa stratégie de financement des PME/ETI européennes adossé aux actifs des entreprises (machines, stocks, immobilier, etc.).

Financements et démarche à impact

Pour sa nouvelle génération de fonds, Predirec ABL-3, qui est actuellement en cours de levée, Sienna Private Credit reprend cette stratégie d’investissement. Il offre des financements d'un montant significatif, allant jusqu’à 7 ans en raison des sûretés de premier rang dont il bénéficie et en y intègre une démarche « impact » durable quantifiée et contrôlée grâce à la mise en place de clauses incitatives.

« HBG est ravi de cette transaction avec Sienna Private Credit permise par sa capacité de structuration, sa réactivité et son expertise dans le domaine du financement d’actifs », déclare Renaud Blanc, Chairman & CEO du groupe HBG. « Cette nouvelle transaction a permis au Groupe HBG de réorganiser ses financements à moyen / long terme en se dotant d’une AssetCo, offrant une base solide pour accompagner son développement. Nous sommes par ailleurs fiers d’accompagner un opérateur dont les activités sont très orientées vers les services d’utilité publique », ajoute Laurence Choisy Lemesle, gérante du fonds Predirec ABL-2.

Lire (2 min.)

Crowdfunding : Fastea Capital lance la plateforme Feed Ouest

La Rédaction
Le Courrier Financier

Fastea Capital — société de gestion indépendante, basée à Nantes depuis 2011 — a annoncé le 27 avril dernier le recrutement de deux responsables de pôles. Carine Beucher et Victor Pagès rejoignent Fastea Capital, respectivement en tant que Directrice du développement externe et Directeur Financement. En parallèle de ses activités de gestion collective et gestion sous mandat, Fastea Capital ouvre une plateforme de financement participatif (crowdfunding). 

Profils de Carine Beucher et Victor Pagès

Carine Beucher aura la responsabilité de la promotion externe des offres & services proposés par Fastea Capital. Après des études en communication financière et gestion de patrimoine, Carine Beucher a exercé ses talents auprès d'établissements financiers prestigieux — Rothschild & Cie, Allianz, VEGA IM, etc.

En poste chez Portzamparc Gestion depuis 2016, Carine Beucher a accéléré leur développement commercial notamment auprès des Conseillers en Gestion de Patrimoine (CGP). En nous rejoignant, Carine Beucher apportera expérience et expertise sur  la stratégie de notre marque et les projets transverses. 

Victor Pagès aura la responsabilité du pôle financement et des activités de conseil en  acquisition, cessions et levées de fonds. Diplômé de Sciences Po Paris, Victor Pagès a débuté sa carrière au sein de BNP Paribas Banque Privée puis à l’Inspection Générale du groupe. Il a ensuite créé et dirigé un cabinet de conseil en investissement pendant plus de dix ans, ce qui lui permet de comprendre les enjeux des chefs d’entreprise. 

Opérations d’envergure au T1 2022 

Au côté de Crédit Mutuel Equity, Fastea Capital a bouclé le MBO de Préservation du Patrimoine (aujourd’hui  Athome), le spécialiste de la rénovation énergétique de l’habitat. Basée à Sainte-Luce-sur-Loire (Loire-Atlantique), l’entreprise a ouvert son capital à Crédit Mutuel Equity et Fastea Capital pour 8 M€. 

Fastea Capital accompagne le développement du groupe Vertical, spécialiste de la  communication online et offline. Le groupe, fort de 250 collaborateurs et présent dans l’ouest avec des  agences à Nantes et Vannes notamment, vise 30 M€ de chiffre d’affaires en 2022.

Fastea Capital a déjà financé le groupe Vertical à hauteur de 1,5 M€ via une émission  d’obligations convertibles. Deux autres tranches sont d’ores et déjà programmées en 2022. De nombreuses opérations sont en cours de préparation et Fastea Capital ambitionne de réaliser entre 15  et 20 millions d’euros d’opérations de financement et/ou de haut de bilan en 2022. 

Crowdfunding, la plateforme Feed Ouest

Dans le cadre de son activité de financement, Fastea Capital a lancé le 7 mars dernier la  plateforme de financement participatif Feed Ouest, dédiée au Grand Ouest. L’objectif de cette  plateforme est double : répondre à une demande croissante d’entreprises à la recherche de solutions de financement tout en ouvrant la commercialisation de ces produits de dette privée ou de capital-investissement à des investisseurs qui n’y ont que peu accès traditionnellement. 

Le premier projet présenté sur la plateforme Feed Ouest représente à ce titre le territoire nantais. Il s’agit d’une campagne portée par le Collectif Nantais, qui vise à lever des fonds en vue d’un  éventuel rachat ou prise de participation au sein du FC Nantes. 

« Notre ambition première : accompagner les entreprises et entrepreneurs du Grand Ouest dans leur croissance. Notre territoire a la chance d’être incroyablement riche de belles entreprises et d’entrepreneurs ambitieux. Parce que nous sommes nous-mêmes entrepreneurs, comme beaucoup de nos clients privés, nous comprenons et savons appréhender les problématiques de financement de nos interlocuteurs », déclare Thibault François, Fondateur et Président de Fastea Capital.

Lire (4 min.)

La Française : Deepshikha Singh nommée au groupe consultatif de la Workforce Disclosure Initiative

La Rédaction
Le Courrier Financier

Le Groupe La Française — société de gestion, filiale de la Caisse Régionale du Crédit Mutuel Nord Europe (CMNE) — a annoncé le 3 février dernier que Deepshikha Singh, Deputy Head de La Française Sustainable Investment Research et Head of Stewardship pour La Française AM était nommée au sein du groupe consultatif de la Workforce Disclosure Initiative (WDI). 

La WDI vise à mobiliser les investisseurs pour veiller à ce que les entreprises communiquent des données comparables et complètes sur leurs pratiques en matière de gestion du personnel et contribuent à accroître la création d'emplois de qualité dans le monde. Portée par ShareAction, la coalition d'investisseurs de la WDI est composée de 63 institutions, qui représentent 10 000 milliards de dollars d'actifs sous gestion.

Plus de transparence des entreprises

La Française : Deepshikha Singh nommée au groupe consultatif de la Workforce Disclosure Initiative
Deepshikha Singh

« En tant que signataire et fervent supporter de la Workforce Disclosure Initiative, La Française AM cherche à engager les entreprises sur les enjeux clés qui impactent leur secteur et leurs effectifs, promouvant ainsi la transparence et améliorant la qualité des emplois. Les données recueillies par l'enquête annuelle de la WDI visent à combler les lacunes et le manque de données comparables des déclarations relatives au personnel ; elles permettent aux investisseurs d'aborder les problèmes collectivement et de manière systématique », explique Deepshikha Singh.

« Ces données sont également essentielles pour préparer les entreprises et les institutions financières à des réglementations de plus en plus strictes, telles que la taxonomie sociale dans l'UE. La WDI fournit aux entreprises des informations clés sur leurs propres pratiques et leur donne l'occasion unique de se comparer à leurs homologues. Elle leur permet ainsi d'identifier les lacunes en matière de données qu'elles n'avaient pas prises en compte auparavant. Cette analyse des lacunes et ce processus itératif utile constituent une préparation essentielle à toute forme de législation sur le personnel », ajoute-elle.

Lire (2 min.)

Tikehau Capital acquiert un nouvel hôtel parisien et lance sa stratégie value-add à impact

La Rédaction
Le Courrier Financier

Tikehau Capital — groupe mondial de gestion d’actifs — annonce ce lundi 6 février l’acquisition de l’hôtel quatre étoiles California dans le huitième arrondissement de Paris. L'opération a été réalisé à travers sa nouvelle stratégie immobilière pan-européenne à impact et à valeur ajoutée (value-add).

Stratégie immobilière value-add

L’hôtel quatre étoiles California était fermé depuis plus de deux ans et n’avait pas bénéficié de rénovations majeures récentes. Situé à proximité de l’avenue des Champs-Élysées à Paris, il fera l’objet d’un programme de travaux ambitieux et d’un repositionnement commercial au bénéfice d’une clientèle d’affaires et loisirs. Cet actif devrait profiter du marché dynamique de l’hôtellerie parisien et ce à l’aube des Jeux Olympiques 2024.

L’acquisition de cet hôtel de 172 clés s’inscrit dans un schéma de réhabilitation et de repositionnement d’actifs sous-exploités, en ligne avec la nouvelle stratégie immobilière value-add de Tikehau Capital qui vise à contribuer aux trois thèmes suivants : le climat, la biodiversité et l’inclusion au travers des différents usages des bâtiments.

Tikehau Capital acquiert un nouvel hôtel parisien et lance sa nouvelle stratégie value-add à impact
Source : Tikehau Capital
Tikehau Capital acquiert un nouvel hôtel parisien et lance sa nouvelle stratégie value-add à impact
Source : Tikehau Capital
Tikehau Capital acquiert un nouvel hôtel parisien et lance sa nouvelle stratégie value-add à impact
Source : Tikehau Capital

Repositionner un actif emblématique

« Cette première acquisition par notre stratégie immobilière pan-européennevient confirmer selon nous la pertinence de notre approche de repositionnement d’actifs. Nous pensons que l’hôtel California est un hôtel emblématique, disposant d’une taille critique avec des volumes et parties communes d’exception », déclare Frédéric Jariel, co-responsable de l’activité Immobilier de Tikehau Capital.

« Comme dans toutes les transformations que nous opérons (ou opérerons plutôt ?), nous aurons une attention particulière aux matériaux utilisés pendant la phase de travaux, à l’efficience énergétique du futur bâtiment ainsi qu’aux différentes certifications environnementales applicables », ajoute-il.

Lire (3 min.)

Transition énergétique : TiLT Capital Partners annonce le closing de son fonds à 145 millions d’euros

La Rédaction
Le Courrier Financier

TiLT Capital Partners — spécialiste de la transition énergétique du Groupe Siparex — annonce ce jeudi 14 avril le premier closing de son fonds de capital croissance « TiLT Capital Fund 1 » (TCF 1) à 145 M€. Ce fonds d'investissement est dédié au financement des entreprises dans le secteur de la transition énergétique en Europe.

Investir sur le segment des PME-ETI

Le fonds TCF 1 est soutenu par des investisseurs de référence tels que la Banque Européenne d’Investissement, le Fonds Européen d’Investissement et Bpifrance, des investisseurs institutionnels de premier plan (banques, assureurs), ainsi que des investisseurs privés et Family Offices. Bpifrance investit en fonds propres et via le Fonds de Fonds Growth pour le compte d’assureurs privés et de la Caisse des Dépôts.

L'initiative entrepreneuriale est portée par ses trois fondateurs Nathanaël Krivine, Nicolas Lepareur et Nicolas Piau. TiLT Capital a rejoint Siparex en septembre 2021 pour devenir la plateforme Transition Énergétique du groupe. Les 50 ans d’expérience sectorielle et industrielle cumulée de l’équipe de management, couplés à l’expertise reconnue de Siparex dans le capital investissement sur le segment PME-ETI en font une proposition de valeur unique dans le paysage du Private Equity français pour les entrepreneurs comme pour les investisseurs.

Réduire les émissions de CO2

Avec l’appui de Siparex et grâce à son réseau de premier plan constitué de startups, PME et ETI, TiLT Capital vise à accélérer le déploiement de sa stratégie d’investissement et l’atteinte de sa cible de 250 M€. TiLT Capital bénéficiera de l’équipe d’Operating Partners du Groupe, qui viendra soutenir les stratégies de croissance des entreprises au sein desquelles elle investira.

A l’issue de ce premier closing, plusieurs opportunités d’investissement sont déjà à l’étude. La stratégie s’articule autour de deux grands axes : l’efficacité énergétique de notre économie et la flexibilité du système énergétique, tant au niveau de la production, des réseaux que de la consommation. Le deal flow de TCF 1 se concentre sur des PME françaises et européennes, en particulier dans les secteurs de la chaleur renouvelable, de l’énergie renouvelable décentralisée, de l’électronique de puissance et de l’optimisation de la consommation. 

Le fonds est catégorisé « article 9.3 » au titre du règlement européen Sustainable Finance Disclosure Regulation (SFDR) — objectif de réduction des émissions de CO2. Au départ de cette aventure entrepreneuriale du capital-investissement, les fondateurs ont souhaité intégrer les enjeux de durabilité au cœur de la thèse d’investissement de TiLT en indexant une part de leur rémunération à la réalisation d’objectifs ESG par les entreprises du portefeuille.

Une initiative entrepreneuriale

« A la création de TiLT, avec Nicolas Lepareur et Nathanël Krivine, nous avions identifié que le capital croissance était un segment de marché mal servi en Europe, notamment dans la transition énergétique, l’Europe étant en effet très en retard par rapport aux États-Unis ou à l’Asie. Nous sommes également convaincus que l’investissement responsable pose les nouvelles bases de l’investissement pour le futur. C’est ce qui nous a amenés à nous engager dans cette aventure entrepreneuriale et à créer TiLT », déclare Nicolas Piau, co-fondateur et Président de TiLT Capital Partners

« Je suis très heureux de la dynamique insufflée par ce premier closing dans la transition énergétique, secteur qui offre de nombreuses opportunités en Europe et représente un enjeu essentiel pour l’économie ainsi que pour beaucoup d’entreprises du portefeuille de Siparex. Avec cette levée de fonds qui s’ajoute à celles réalisées en 2021, Siparex dispose de plus d’un milliard d’euros à investir, pour financer et accompagner les entreprises dans leur transformation », ajoute Bertrand Rambaud, Président du groupe Siparex.

Lire (4 min.)

ISR : BTP Trésorerie change de nom et devient Ecofi Trésorerie

La Rédaction
Le Courrier Financier

Ecofi — société de gestion du Groupe Crédit Coopératif, membre de BPCE — annonce ce mardi 5 avril que « BTP Trésorerie », sa Sicav monétaire historique d’Ecofi labellisée ISR, change de nom et devient « Ecofi Trésorerie ». Ecofi Trésorerie est une Sicav monétaire standard à valeur liquidative variable, libellée en euros. Ce fonds veille à optimiser la trésorerie sur un horizon de très court terme — entre 7 jours et un mois.

Optimiser sa trésorerie

Depuis plus de 30 ans, cette Sicav répond tout particulièrement aux besoins des investisseurs institutionnels et des entreprises. Elle possède un encours de près de 3,4 milliards d’euros en date du 31 janvier 2022. « Ecofi Trésorerie » a obtenu la version deux du label ISR d’Etat. Suite à cet changement de nom, le processus de gestion et de suivi des risques est inchangé. « La Sicav permet d’optimiser sa trésorerie avec discernement », commente Maxime Deherly, Directeur de la gestion monétaire chez Ecofi et gérant du fonds depuis 2013.

Fondée en 1972, Ecofi est la première société de gestion française à avoir adopté le statut d'Entreprise à mission en 2020. Sa gamme de fonds ouverts est actuellement 100 % labellisée Investissement Socialement Responsable (ISR). Créé en 2016 par le ministère de l'Économie et des Finances, le label d'Etat ISR vise d'offrir une meilleure visibilité aux fonds d'investissement qui respectent les principes de l'investissement socialement responsable, et sont autorisés à la commercialisation dans l'Hexagone.

 

Lire (1 min.)