Covid : la rémunération des dirigeants a-t-elle (enfin) évolué ?

Cesare Vitali
D'après une récente étude, la rémunération moyenne des dirigeants de l’indice boursier SBF 120 a baissé en 2020. Quel a été l'impact de la crise sanitaire sur les rémunérations des dirigeants de grandes entreprises ? Le point avec Cesare Vitali, Responsable ISR chez Ecofi.
Lire (3 min.)

Gestion de Patrimoine : quel avenir pour la finance durable ?

Stéphane Fantuz
Les conseillers en gestion de patrimoine (CGP) doivent composer avec l'émergence de la finance verte. La gestion de patrimoine peut-elle devenir à 100 % durable ?
Lire (6 min.)

Risque carbone : les fonds Actions Europe et zone euro sont-ils vraiment verts ?

Ce jeudi 18 novembre, Axylia publie une enquête exclusive sur le risque carbone des 50 plus gros fonds actions Europe. D'après cette étude, 72% d’entre eux ne survivraient pas à un prix du carbone. Le point avec Le Courrier Financier.
Lire (6 min.)

LCL Impact Social 2021 : LCL et Amundi lancent le 1er fonds à formule responsable social avec part de partage

LCL — banque et assurance française — annonce ce jeudi 18 novembre 2021 enrichir sa gamme de placements « LCL Impact Sociétal et Solidaire » à destination de la clientèle Banque Privée, avec le lancement de « LCL Impact Social 2021 ». Il s'agit du premier fonds à formule géré selon une approche responsable, engageante et significative selon les critères définis par la doctrine AMF.

Jusqu'au 17 décembre 2021

Ce fonds à formule responsable à thématique sociale offre également une part de partage qui permet au porteur de reverser équitablement 25 % du gain potentiel à deux associations sélectionnées par LCL et qui agissent pour l’inclusion dans des domaines complémentaires : par le sport pour l'Association Pour l’Education par Le Sport (APELS) et par le logement pour la Fédération Habitat et Humanisme.

En complément, LCL qui est le distributeur, Predica, l’assureur, et Amundi en tant que société de gestion s’engagent aussi : tous trois reversent équitablement 25 % des frais de gestion et de distribution (hors frais administratif et de garantie) à ces deux associations. LCL souhaite ainsi être le trait d’union entre ceux qui veulent agir pour la Société et les entreprises qui ont besoin de financements.

Cette nouvelle offre, limitée dans le temps, est commercialisée du 18 novembre au 17 décembre 2021. D’une durée maximale de 8 ans, ce fonds à formule est éligible au compte-titres, au PEA et à l’assurance-vie pour LCL Impact Social 2021 et au compte-titres et à l’assurance-vie pour la part de partage LCL Impact Social 2021 - Partage.

Critères d’engagement sociaux

Avec LCL Impact Social 2021, les investisseurs donnent une dimension sociale à leur placement. Ce fonds permet de participer au développement de l’économie française en investissant dans les entreprises qui bénéficient des meilleures notations sociales dans quatre domaines : le respect des droits humains, la gestion des ressources humaines, la conduite des affaires de l’entreprise et l’engagement sociétal, selon l’agence de notation V.E. (filiale de Moody’s ESG Solutions).

Les entreprises sont sélectionnées à partir d’un univers d’investissement constitué des valeurs du SBF120. Après application d’un premier filtre d’exclusion négative (charbon, tabac, controverse), la sélection des entreprises composants l’indice Euronext® France Social Decrement 3,75 % est notamment basée sur les notations S de la société V.E. Ces notations S mesurent le degré de prise en compte et le comportement des entreprises face à la gestion des risques et opportunités liés aux facteurs sociaux.

V.E analyse, note et prend en compte jusqu’à 19 critères distincts spécifiques à l’industrie dans le but de définir un score social pour chaque entreprise. Ces critères s'appuient sur des normes universellement reconnues, qui émanent d'organisations telles que les Nations Unies (ONU), l'Organisation internationale du travail (OIT) et l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE). Ce filtre permet de sélectionner les 80 meilleures entreprises en termes de notation S.

Pour composer l’indice Euronext® France Social Decrement 3,75 %, Euronext conserve les 50 capitalisations boursières les plus élevées qui sont alors pondérées proportionnellement à leur capitalisation boursière avec un maximum de 5 % par valeur. « LCL Impact Social 2021 » permet ainsi d’investir dans une sélection de 50 entreprises françaises de l’indice SBF120, choisies parmi les entreprises ayant les meilleures pratiques sociales selon l’organisme indépendant V.E.

Part de partage et engagement

LCL Impact Social 2021 propose une part de partage en complément de la part classique : « LCL Impact Social 2021 - Partage ». Cette part reverse 25 % du gain fixe potentiel, à parts égales, à l'APELS et à la Fédération Habitat & Humanisme. En complément, le distributeur (LCL) l’assureur (Predica), et la société de gestion (Amundi) s’engagent à reverser 25% des frais de gestion et de distribution (hors frais administratif et de garantie) équitablement au profit de ces 2 associations. La performance est déterminée :

  • au lancement : quand la Valeur Initiale de l’indice est déterminée ;
  • aux dates de constation de l'indice à 2, 4 ou 6 ans : la performance de l’indice par rapport à sa Valeur Initiale est calculée. Un remboursement automatique anticipé peut se réaliser en fonction de l’évolution de l’indice : si l'indice est stable ou en hausse par rapport à sa Valeur Initiale, le client reçoit l'intégralité du Capital augmenté d'un gain fixe potentiel de 5,50% multiplié par le nombre d'années écoulées (soit un TRAB compris entre 4,87 % et 5,36 %), pour la part classique LCL Impact Social 2021 ; ou de 4,125 % multiplié par le nombre d'années écoulées (soit un TRAB compris entre 3,75% et 4,04 %), pour la part de partage LCL Impact Social 2021 – Partage ; assorti d’un gain de 1,375 % par année écoulée reversé équitablement aux deux associations choisies par LCL (gain correspondant à 25% du coupon total).Dès que la condition de réalisation est remplie, le placement s'arrête automatiquement ; si l’indice est en baissepar rapport à sa Valeur Initiale, le placement se poursuit pour 2 années supplémentaires.
  • sinon à 8 ans : dans le cas où le placement n'a pas été remboursé par anticipation, la valeur de l'Indice est constatée et 3 situations sont possibles : si l'indice est en baisse de plus de 35% par rapport à sa Valeur Initiale, le client subit une perte en capital équivalente à l’intégralité de la baisse de l'indice. Dans le cas le plus défavorable, la perte peut être totale ; si l’indice connaît une baisse comprise entre 0 % exclu et 35 % inclus par rapport à sa Valeur Initiale, le client reçoit l’intégralité du Capital ; si l’indice est en hausse ou stable par rapport à sa Valeur Initiale, le client reçoit l’intégralité du Capital augmenté d'un gain fixe plafonné de : 5,50 % multiplié par le nombre d'années écoulées, soit 44 % (soit un TRAB de 4,66 %), pour la part classique LCL Impact Social 2021 ; 4,125 % multiplié par le nombre d'années écoulées soit 33 % (soit un TRAB de 3,63 %), pour la part de partage LCL Impact Social 2021 – Partage ; assorti d’un gain de 1,375 % par année écoulée reversé équitablement aux deux associations choisies par LCL (25 % du coupon total).

Quelle Performance ?

LCL Impact Social 2021 est un fonds à formule. Sa performance dépend de l’évolution de l'Indice Euronext® France Social Decrement 3,75 %, un indice de marché actions créé, calculé et publié par Euronext. L’indice est calculé en réinvestissant les dividendes bruts détachés par les actions qui le composent et en retranchant un prélèvement forfaitaire de 3,75 % par an.

LCL Impact Social 2021 permet au client d’appréhender ses gains potentiels dès la souscription. Sa performance peut être positive ou négative selon l’évolution de l’indice Euronext® France Social Decrement 3,75 %. Le placement d’une durée maximale de 8 ans présente :

  • la possibilité d'un remboursement automatique anticipé, tous les deux ans à la date anniversaire, en fonction de l'évolution de l’indice ;
  • un risque de perte en capital égale à l'intégralité de la baisse de l'Indice si celui-ci est en baisse de plus de 35 % à l'échéance des 8 ans.
Lire (7 min.)

France : quelles réserves de change en novembre 2021 ?

Le Ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance publie ce mardi 7 décembre avec la Banque de France une nouvelle note sur le montant des avoirs de réserve officiels et autres avoirs en devises de l’Etat, soit les réserves nettes de change à fin octobre 2020.

Depuis mai 2000, en conformité avec la Norme Spéciale de Diffusion des Données (NSDD) du FMI — telle qu’appliquée au sein du Système Européen de Banques Centrales — les avoirs mensuels de réserves et les disponibilités en devises sont valorisés en euros sur la base des cours de change de fin de mois.

Augmentation des avoirs de réserve

Les avoirs de réserves officiels et autres avoirs en devises s'élèvent à la fin du mois de novembre 2021 à 221 771 M€ (251 998 M$) contre 216 645 M€ (252 284 M$) à la fin du mois d’octobre 2021, soit une augmentation de 5 126 M€, qui intègre l’incidence des modalités de valorisation aux cours de change de fin de mois. Les réserves de l'Etat se répartissent ainsi :

  • Réserves en or : 123 637  M€ ;
  • Réserves en devises : 55 909  M€ ;
  • Créances sur le FMI : 40 406  M€ ;
  • Autres avoirs de réserve : 1 819  M€.

Dans ce cadre, les réserves en or ont augmenté de 3 459 M€. Les réserves en devises ont augmenté 1 036 M€. Les créances sur le fonds Monétaire International ont augmenté de 304 M€. Les autres avoirs de réserve ont augmenté de 327 M€.

Lire (2 min.)

Gestion thématique : DNCA lance Global Sport Equity, un dédié à l’économie du sport

Les Banques Populaires et les Caisses d’Epargne ont annoncé le 2 décembre dernier proposer le fonds « DNCA Global Sport Equity », en exclusivité à leurs clients. Il s'agit du premier fonds thématique dédié à l’économie du sport lancé par un groupe bancaire en France. Objectif, fournir une performance sur une durée minimale de placement recommandée de 5 ans.

Ce fonds développé par DNCA Finance — société de gestion affiliée à Natixis Investment Managers — cible des entreprises à travers le monde dont l’activité et la croissance future sont liées à la filière sport. Celles-ci sont sélectionnées notamment sur la base de leur contribution positive aux enjeux du développement durable.

Investir dans l'économie du sport

« DNCA Global Sport Equity » est un fonds investi en actions d’entreprises internationales cotées liées à l’économie du sport évoluant dans différents écosystèmes, tels que les vêtements et les équipements sportifs, le fitness, la nutrition sportive, les complexes et événements sportifs, les équipes de sport et le e-sport.

Les revenus générés par le marché mondial du sport représentent aujourd’hui 1 100 Mds$. Ce marché devrait croître avec le nombre grandissant de pratiquants (perspective 2025 à 3,5 milliards, soit + 30 % par rapport à 2020) et des spectateurs d’événements sportifs (+ 8 % par an entre 2021 et 2025), le développement des nouvelles technologies et la digitalisation (exemple : marché du SportTech estimé en hausse de + 17,5 % par an d’ici à 2026).

Au regard du potentiel de performance de cette filière, les Banques Populaires et les Caisses d’Epargne proposent aujourd’hui en exclusivité à leurs clients ce nouveau fonds thématique DNCA Global Sport Equity. Le Groupe BPCE, partenaire premium de Paris 2024, s’affirme comme le groupe bancaire de référence de l’économie du sport. La commercialisation du nouveau fonds illustre la mobilisation des Banques Populaires et des Caisses d’Epargne au service du développement de cette filière économique.

Performances financières et extra-financières

Ce fonds a été développé par DNCA Finance, affilié de Natixis Investment Managers. Cette société de gestion est reconnue depuis plus de 20 ans pour sa gestion de conviction, sa forte expertise et sa couverture mondiale, ainsi que pour son engagement dans la prise en compte du risque sous ses dimensions financières et extra-financières.

Les entreprises sont sélectionnées d’après leur positionnement stratégique, leur performance financière, leur avance technologique et leurs perspectives de croissance. Ce fonds privilégie celles d’entre elles ayant une contribution positive aux enjeux du développement durable, avec l’intégration de critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) stricts.

Le portefeuille de « DNCA Global Sport Equity » se compose d’entreprises qui rayonnent localement ou à l’international — dont des franchises et marques fortes, telles que Foot Locker ou Puma ainsi que des entreprises comme Catapult, spécialisée dans des technologies portables destinées à améliorer la performance des athlètes, ou encore Electronic Arts, leader mondial des jeux électroniques de sport et acteur majeur du esport.

Quelles perspectives de croissance ?

« Les Banques Populaires et les Caisses d’Epargne, partenaires premium des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, sont pleinement engagées dans le sport depuis une trentaine d’années. Tout comme elles accompagnent dans les territoires les entreprises de l’économie du sport afin de contribuer à l’émergence d’une filière d’excellence, elles souhaitent proposer en exclusivité à leurs clients épargnants d’investir dans ce secteur d’activité en pleine croissance, dans de belles entreprises innovantes, performantes et ayant un impact environnemental et social positif », indique Christine Fabresse, directrice générale Banque de proximité et Assurances du Groupe BPCE.

« L’économie du sport offre des perspectives de croissance supérieures à celles de l’économie mondiale et représente déjà 3 500 Mds $ de capitalisation boursière, soit 7,5 fois plus qu’il y a 10 ans. DNCA Finance, affilié de Natixis Investment Managers, est convaincu du potentiel de cette thématique et lance DNCA Global Sport Equity, le premier fonds dédié à l’économie du sport, réalisé par un groupe bancaire en France et en exclusivité pour les clients et investisseurs des Banques Populaires et des Caisses d’Epargne », conclut Eric Franc, directeur général de DCNA Finance.

Lire (4 min.)

Finance durable : quel bilan de la COP26 ?

François Lett
La COP26 qui se tenait à Glasgow s'est achevée le 12 novembre dernier. Entre négociations et concessions, l'objectif de limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C conformément aux Accords de Paris est-il encore tenable ? Les explications de François Lett, Directeur du département éthique et solidaire chez Ecofi.
Lire (4 min.)

Lynceus Partners lance l’indice Solactive ISS Eurozone Objectifs de Développement Durable

Lynceus Partners — entreprise indépendante, spécialiste des investissements alternatifs — lance ce mardi 9 novembre l'indice Solactive ISS Eurozone Objectifs de Développement Durable (ODD). Objectif, répondre à la demande croissante des investisseurs et des conseillers en  gestion de patrimoine (CGP), pour des produits responsables et durables.

Lynceus Partners a co-construit cet indice avec Solactive. Les 17 ODD ont été définis par l’Organisation des Nations Unies (ONU). Ils sont un appel universel à l’action pour éliminer la pauvreté, protéger la planète et améliorer le quotidien de toutes les personnes, partout dans le monde. 

30 entreprises de la zone euro

Cet indice est composé des 30 entreprises de la zone euro qui ont l’impact positif global le plus important sur les objectifs de développement durable. En outre, les entreprises qui le composent doivent opérer conformément aux normes de marché en matière de conduite responsable des affaires. Ces normes sont basées sur des standards établis tels que le Pacte Mondial des Nations Unies de 2000 (Global Compact).

Par ailleurs, l’indice exclut les entreprises impliquées dans la production ou le commerce d’armes controversées. Cet indice équipondéré, réinvestit tous les dividendes bruts versés par les entreprises qui le composent et prélève un dividende fixe et constant de 5 % par an. Ce montant forfaitaire sert à éliminer les incertitudes liées au montant du dividende futur ainsi qu’à améliorer le pricing des solutions d’investissement. 

Impact positif des entreprises

« Nous souhaitions proposer à nos clients une solution d'investissement conciliant impact et performance. Nous avons élaboré avec Solactive une série de critères qui nous permettent de nous concentrer sur la mesurabilité de la contribution positive des entreprises de l'indice selon les 17 ODD de l'ONU », déclare Patrick Chotard, Fondateur et Président de Lynceus Partners.

« L'indice est composé des trente entreprises européennes les mieux notées selon ces  critères définis en collaboration avec Solactive. Les investisseurs pourront donc combiner de façon concrète performance financière et impact social », conclut-il au sujet de ce lancement.

Lire (2 min.)

Climat et biodiversité, le temps d’agir

Olivier de Berranger et Paul Merle
Lutter contre le changement climatique et préserver la biodiversité sont les deux facettes d'une même pièce. Quel rôle la finance peut-elle jouer dans cet engagement ? Le point avec Olivier de Berranger, CIO, Directeur de la Gestion d’Actifs et Paul Merle, Gérant d’Echiquier Climate Impact Europe chez La Financière de l'Echiquier (LFDE).
Lire (5 min.)

Neuberger Berman rejoint l’initiative Net Zero Asset Managers et met en place un Conseil consultatif ESG

Neuberger Berman — société de gestion indépendante détenue par ses salariés — annonce ce mardi 2 novembre rejoindre l'initiative Net Zero Asset Managers, dont l'objectif est d'atteindre des émissions nettes nulles conformément à l'Accord de Paris. En date de ce lundi 1er novembre, l'initiative comptait 220 signataires représentant 57 000 milliards de dollars d'actifs sous gestion. La société s'associera tout d'abord aux clients qui partagent l'ambition d'atteindre la neutralité carbone d'ici 2050 ou plus tôt.

Dans ce cadre, les gérants sur les stratégies d'investissement durable des fonds actions et obligations, ont l'intention d'investir dans le but d'atteindre un alignement net zéro — conformément à leurs objectifs et stratégies déclarés et à leurs propres cibles. En parallèle, Neuberger Berman crée un conseil consultatif ESG afin de fournir des conseils d'experts externes sur les principaux sujets liés à la durabilité, dont la neutralité carbone.

Intégrer le risque climatique

« Neuberger Berman gère déjà des mandats « net zéro » pour des clients soucieux du climat, notamment un mandat multi-actifs crédit de 1,3 milliard de livres sterling pour le Brunel Pension Partnership, une institution dédiée à l'investissement responsable. Nous sommes impatients de concevoir des solutions d'investissement de pointe liées au climat en partenariat avec nos clients à l'échelle mondiale », déclare George Walker, Chairman et CEO de Neuberger Berman.

« L'intégration de la matérialité des risques et des opportunités climatiques dans notre processus d'investissement est conforme à notre responsabilité fiduciaire et à notre philosophie d'investissement à long terme, qui consiste à maximiser les rendements ajustés au risque pour nos clients », ajoute Jonathan Bailey, Head of ESG Investig chez Neuberger Berman.

« En outre, nous pensons qu'il est clairement de notre responsabilité de nous engager activement auprès des entreprises qui n'ont pas encore aligné leur modèle économique sur la transition vers la neutralité carbone afin d'atténuer le risque que les émetteurs soient pénalisés par des actifs en souffrance », conclut-il.

Conseil consultatif ESG

Le conseil consultatif ESG de Neuberger Berman se compose de :

  • George Serafeim : Titulaire de la Chaire Business Administration Charles M. Williams et Président de l’Impact-Weighted Accounts Project à la Harvard Business School ;
  • Ben Caldecott : Directeur du programme Sustainable Finance d'Oxford et Founding Director du UK Center for Greening Finance & Investment ;
  • Mindy Lubber : President et CEO de Ceres, une organisation à but non lucratif dédiée au développement durable, basée à Boston ;
  • Vijay Advani : Ancien Executive Chairman de Nuveen, la branche de gestion des investissements de TIAA, et actuel Président du U.S.-India Business Council Global Board of Directors.

L'objectif initial du conseil consultatif ESG sera d'examiner et de fournir des commentaires sur l'approche de Neuberger Berman visant à aligner son portefeuille sur un objectif de zéro émission nette. En outre, le conseil consultatif ESG se concentrera sur l'amélioration des méthodologies utilisées pour mesurer les résultats durables.

Afin de mener le secteur de la gestion d'actifs mondial, Neuberger Berman s'est engagé à rester à l'avant-garde de l'investissement ESG pour un avenir plus inclusif et durable. Dans sa dernière évaluation, les Principes pour l'Investissement Responsable, soutenus par l'ONU, ont désigné Neuberger Berman comme « Leader PRI » — une distinction obtenue par seulement 20 des plus de 2 100 signataires des PRI. 

Lire (3 min.)

Generali Patrimoine nomme son Directeur des Partenariats

Generali France — filiale de Generali, groupe international d’assurance et de gestion d’actifs — annonce ce mardi 7 décembre la nomination du Directeur des Partenariats de Generali Patrimoine. Dans ce cadre, Corentin Favennec a pris ses nouvelles fonctions à compter du 1er novembre 2021. Il est chargé des partenaires Grands Comptes dont il assurait la Direction depuis 5 ans et désormais des partenariats avec les Conseillers en Gestion de Patrimoine.

Transformer le modèle Epargne

Dans le cadre de ses nouvelles fonctions, Corentin Favennec a pour mission de coordonner et mettre en œuvre l’ensemble des partenariats que développe Generali Patrimoine avec ses partenaires tiers-distributeurs : les Banques, les Fintechs, les Plateformes ainsi que les Conseillers en Gestion de Patrimoine.

La transformation du nouveau modèle Epargne — dont Corentin Favennec avait la responsabilité depuis début 2020 — a été confiée depuis le 1er novembre dernier à Anne-Emmanuelle Corteel, Directrice des Solutions d’Assurance au sein du marché Epargne et Gestion de Patrimoine de Generali France.

Focus sur le parcours de Corentin Favennec

Generali Patrimoine nomme son Directeur des Partenariats
Corentin Favennec

Corentin Favennec est diplômé de l’École Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne. Après avoir débuté sa carrière au sein d’un cabinet de conseil en management, il rejoint Generali France en 2008 où il occupe différents postes au sein de la Direction innovation et outils, puis de la Direction de l’organisation. En 2015, il rejoint le marché de l’Epargne et de la Gestion de patrimoine pour prendre la Direction des opérations d’assurance. Depuis 2017, Corentin Favennec était Directeur en charge des Partenariats Grands Comptes.

Lire (2 min.)

SCPI : Norma Capital développe ses Fair Invest et Vendôme Régions

Norma Capital — société de gestion de portefeuilles — annonce ce mardi 7 décembre avoir poursuivi sa politique active d’acquisitions sur l’ensemble du territoire national, notamment au sein des grandes métropoles régionales. Objectif, développer les patrimoines immobiliers de ses deux SCPI labellisées ISR Immobilier : Fair Invest et Vendôme Régions. Norma Capital a ainsi investi en novembre dernier près de 50 M€, au travers de 7 acquisitions, pour un total de plus de 18 000 m², répondant ainsi aux objectifs d’investissement fixés en début d’année.

Fair Invest, investir dans la santé

En conformité avec sa stratégie d’investissement, définie au sein de sa Charte éthique et d’investissement, la SCPI Fair Invest se concentre sur les secteurs de la santé et de l’éducation depuis sa création en 2018. Les acquisitions de Norma Capital pour sa SCPI en novembre portent sur le thème de la santé :

  • 161 m² de locaux dans le 10ème arrondissement de Paris (Ile-de-France) loués par un cabinet dentaire ;
  • 151 m² de commerce à Reims (Marne), loués aux Studios Comme J’aime, spécialiste du bien-être et de la minceur.

La SCPI Fair Invest poursuit ainsi son développement sur des secteurs d‘activité qui font preuve d’une grande résilience, et sont jugés socialement utiles. La SCPI a pu distribuer 4,51 % à ses associés en 2020. Elle devrait proposer un rendement entre 4,60 % et 4,90 % en 2021.

Vendôme Régions, grandes agglomérations régionales

Nouvellement labellisée ISR Immobilier, la SCPI Vendôme Régions détient un patrimoine immobilier diversifié dans les grandes agglomérations françaises : bureaux, locaux d’activité et commerces. Au mois de novembre, la SCPI Vendôme Régions a poursuivi cette stratégie avec l’acquisition de cinq nouveaux actifs très diversifiés en matière de localisation et de secteur d’activité :

  • 4 000² de bureaux à Sainte-Marie à la Réunion, au sein du pôle commercial le plus fréquenté de la Réunion, et occupés par différentes enseignes ;
  • 6 000 m² de bureaux en VEFA, dont la livraison est prévue au 4e trimestre 2023, certifiés BREEAM Very Good & RT 2021 - 30 %, à Cesson-Sévigné (Ille-et-Vilaine), situés au cœur de la ZAC Atalante ViaSilva et desservis par le prolongement du métro B en 2022 ;
  • 251 m² de commerces à Rennes (Ille-et-Vilaine), loués à MAAF Assurance ;
  • 5 000 m² de commerces à Toulouse (Haute-Garonne), au sein du 1er pôle commercial toulousain spécialisé pour les deux roues et loués par plusieurs enseignes de cet univers ;
  • 2 800 m² de locaux d’activités à Marseille (Bouches-du-Rhône), au sein de la zone d’activité de l’Estaque, loué à un locataire dans le domaine de l’imprimerie et de la reproduction.

Ces actifs rentrent pleinement dans la stratégie de la SCPI car diversifiés, et répondant à une réelle demande de par leur localisation stratégique. Avec cette croissance, Vendôme Régions a versé 6,02 % aux porteurs de parts en 2020. Pour l’année 2021, la performance de la SCPI devrait se situer entre de 5,80 % - 6 %.

Norma Capital poursuit encore sa politique d’acquisition pour la fin de l’année et dispose de capacités d’investissement importantes pour le compte de ses deux SCPI Fair Invest et Vendôme Régions. Le dernier mois sera donc synonyme d’acquisitions et de diversification du parc immobilier

Lire (3 min.)

COP26 : le mot d’ordre est clair, accélérer

Ophélie Mortier
La Conférence de Glasgow de 2021 sur les changements climatiques (COP26) s'ouvrira le 31 octobre prochain. Quels sont les enjeux de la conférence ? Le point avec Ophélie Mortier, stratégiste investissement responsable chez DPAM.
Lire (5 min.)

Léa Dunand-Chatellet – DNCA Finance : finance durable, « l’enjeu aujourd’hui c’est la crédibilité »

Fin 2021, les impératifs du développement durable s'imposent de plus en plus aux sociétés de gestion. Quels seront les prochains enjeux pour l'investissement socialement responsable (ISR) ? Dans ce contexte, comment DNCA Finance adapte-t-elle ses stratégies durables ?
Voir (<1 min.)