Financement participatif : ClubFunding lance un « Graduate Program » pour recruter des jeunes talents

La plateforme ClubFunding — spécialiste des prêts crowdfunding par obligations — annonce ce lundi 29 avril le lancement de son « Graduate Program ». Très répandu dans le monde anglo-saxon, ce type de programme permet d'identifier, recruter et former de jeunes diplômés afin de leur confier des postes à hautes responsabilités. Du point de vue des jeunes talents, le « Graduate Program » joue le rôle d'un accélérateur de carrière.

En France, ce type de programme reste encore l'apanage des grands groupes. En tant que startup tricolore, ClubFunding a décidé de bousculer les habitudes. Avec la première édition de son « Graduate Program », la plateforme ouvre ce parcours de recrutement inhabituel et novateur aux jeunes diplômés désireux de faire carrière dans le crowdfunding.

18 mois de formation dans le secteur du crowdfunding

ClubFunding espère ainsi embaucher trois à quatre jeunes diplômés en CDI. La campagne de pré-recrutement durera jusqu’à fin juin 2019. Les candidats sélectionnés débuteront ensuite le programme de formation en septembre 2019, pour une durée de 18 mois. Cette période sera divisée en plusieurs sessions lors desquelles les candidats découvriront les différents départements et équipes de ClubFunding : Analyse, Relations Investisseurs, Corporate et Marketing/Communication.

Chaque candidat sera suivi par un mentor tout au long de son parcours. Au terme des 18 mois, chacun pourra choisir le poste qui lui convient le mieux en adéquation avec ses appétences et les connaissances qu’il aura acquises au sein de chaque département. « L’objectif est de leur donner une vision globale du fonctionnement de notre entreprise, avec toute la diversité d’expertises qu’elle comporte, pour ensuite leur proposer un poste en parfaite adéquation entre leurs intérêts et les enjeux de notre industrie », expliquent David El Nouchi et David Peronnin, dirigeants de ClubFunding.

Lire (2 min.)

Crowdfunding immobilier : Outremer Funding lance ses premiers projets en ligne à Saint-Martin

Outremer Funding a souhaité avancer le lancement de ses premières opérations de construction d’appartements familiaux à Saint-Martin, prévu fin décembre, dans l'optique d'accélérer la reconstruction de l’ile de Saint-Martin.
Lire (2 min.)

NTD lance Outremer Funding

Avec un taux de rendement de 5 % par an sur six ans payable trimestriellement, un investissement utile avec comme objectif de contribuer à l’aide à l’accession à la propriété dans les DOM-COM (Martinique, Guadeloupe, Saint-Martin et Nouvelle-Calédonie) et de participer à la reconstruction de l’Ile de Saint-Martin lié à l’ouragan Irma, ils proposeront à leurs clients, un produit de premier choix avec la garantie d’un placement rentable et sécurisé. Outremer Funding est en effet la première plateforme de crowdfunding, spécialisée en outre mer, lancée officiellement à destination des conseillers financiers et des CGP. Ces derniers disposeront d’une équipe de professionnels à leur écoute, ainsi que d’un espace sécurisé pour sélectionner les projets et faire souscrire les clients. Cet outil dédié est adapté à une gestion rapide et efficace de leurs portefeuilles clients. « La recherche de rendement est une motivation importante pour faire son choix en matière de solutions d’épargne. Nous proposons donc de rentabiliser son épargne, d’être utile à la société et de financer l’économie réelle. Au travers de cette solution de « socio-financement», nous souhaitons faire travailler l’épargne de nos investisseurs crowdfunders tout en contribuant à l’accession à la propriété en outre-mer », explique Thierry Noreskal, président du groupe NTD et de la plateforme Outremer Funding. L’offre consiste à financer, uniquement par des prêts rémunérés, des opérations de construction de logements aidés en outre-mer (maisons de type F4). Plusieurs projets à hauteur de 160 000 € chacun, sans hypothèque bancaire, sont d’ores et déjà programmés avec un  ticket d’entrée minimum de 500 euros. « Le plan de financement que nous proposerons sera exempt de participation bancaire et ne concernera que des biens non gagés”, précise Thierry Noreskal. La plateforme présente de nombreux atouts : spécialisée dans la construction de logements, elle vise à travailler avec les locaux selon une implantation départementale. L’implantation du groupe aussi bien en métropole qu’en Martinique et en Guadeloupe est un privilège indéniable, lui permettant de conserver une connaissance optimale du terrain.
 
Lire (2 min.)

Observatoire des plateformes de crowdfunding immobilier

Galivel & Associés dévoile les résultats de son observatoire du crowdfunding immobilier, élaboré grâce aux données de Hellocrowdfunding ainsi que celles des différentes plateformes de crowdfunding immobilier françaises, de la création de chaque plateforme et jusqu'au 31 janvier 2018.
Lire (5 min.)

Loi PACTE : le Conseil constitutionnel donne sa validation

Bruno Le Maire — Ministre de l'Économie et des Finances — s'est félicité ce jeudi 16 mai de la décision du Conseil constitutionnel, qui a confirmé la conformité à la Constitution de la loi pour la croissance et la transformation des entreprises. La loi PACTE sera promulguée d’ici au 24 mai 2019. En revanche, le Conseil constitutionnel a censuré certaines dispositions qui n’avaient pas leur place dans la loi PACTE au regard des règles d’amendements de l’article 45 de la Constitution.

Le Conseil constitutionnel a validé le délai de 5 ans accordé aux PME pour se mettre en conformité avec les nouvelles obligations, résultant du franchissement d’un seuil d’effectif. Cette mesure doit faciliter la croissance des PME françaises. Le Conseil constitutionnel a également validé la privatisation de la société Aéroports de Paris et celle de la Française des Jeux. Ces décisions confirment les analyses juridiques du Gouvernement.

Les changements portés par la loi PACTE

Bruno Le Maire déclare : « La loi PACTE est une nouvelle étape dans la transformation économique du pays. Elle met en œuvre les orientations du président de la République en faveur de la croissance, de l’innovation et d’un plus juste partage de la valeur ». La loi PACTE ouvre une nouvelle étape dans la transformation économique du pays :

  • le financement des entreprises et le développement des innovations sont renforcés par le développement d’outils de financement en fonds propres et de long terme, la réforme de l’épargne-retraite, par la création du fonds pour l’innovation et l’industrie et par une réforme d’ampleur du cadre de la propriété intellectuelle ;
  • la place des entreprises dans la société est repensée, par la modification du Code civil, une meilleure association des salariés à la vie et à la réussite de l’entreprise et une refondation du rôle de l’Etat actionnaire.
Lire (2 min.)

Les A-Notations, par Anacofi Services : Urban Premium

Les A-Notations, par Anacofi Services : Urban Premium
Source : Anacofi Services

URBAN PREMIUM est une société de gestion agréée par l’AMF en 2010. Elle est spécialisée dans « l’immobilier ancien, résidentiel et commercial de centre-ville ». La société a été agréée pour la gestion de FIA (soumis partiellement à la directive AIFM).

Elle est également habilitée pour la gestion de mandats ainsi que pour le conseil en investissement immobilier (grille d’agrément AMF). Elle a créé un agent lié — URBAN Investissement — pour la commercialisation de son offre.

Cette offre est constituée de SCPI de défiscalisation : Pinel, déficit foncier, Malraux. En 2017, la société d’investissement Bridgepoint a pris une part majoritaire au capital de cette SAS.

Les principales données bilancielles (source Infogreffe) attestent d’une progression de la société sur la période 2015-2017. L’équipe commerciale, composée de 3 collaborateurs est en charge du développement et de la relation partenaires.

Lire (1 min.)

Crowdfunding immobilier : 2017, l’année de tous les records

Quentin Romet
2017 aura été une année record pour le marché du crowdfunding immobilier et laisse présager de belles perspectives de croissance en 2018.
Lire (4 min.)

Nouveau succès pour Fundimmo et le promoteur Redeim

Première collecte de la plateforme à 7 chiffres

Cette collecte record permettra au promoteur de l’opération, la société Redeim, de refinancer une partie des fonds propres déjà investis dans l’opération ainsi qu’une partie des travaux nécessaires à la réalisation d’un parc d’activités commerciales, le Parc de Lescure d’Albigeois. L’opération a pour objet l’acquisition de trois fonciers bâtis de 26 791 m², en vue de leur démolition et de la construction de deux bâtiments à destination commerciale, d’une surface de plancher de 8 961 m². Le rendement prévisionnel pour les 152 investisseurs est estimé à 9%, pour une durée de collecte de 18 mois. « Fundimmo veut cette année proposer des opérations encore plus diversifiées avec des objectifs de collecte de plus en plus importants. Avec cette collecte à 7 chiffres, la plateforme confirme sa capacité à financer des opérations d’envergure, indique Stéphane Bombon, Président et co-fondateur de Fundimmo. Le 31 janvier, la plateforme a par ailleurs finalisé son 12ème remboursement depuis sa création en décembre 2015 », poursuit-il.

3ème collaboration entre Fundimmo et le promoteur Redeim

Avant le financement de ce projet, Redeim avait déjà fait appel deux fois au financement participatif à hauteur de 902 600 € via la plateforme Fundimmo, pour financer :

  • D’une part la réalisation du parc commercial POP’A Guéret en janvier 2017 (projet remboursé à la date initialement prévue, levée de 400 000€ pour 9% de rendement annuel sur une durée de placement de 12 mois).
  • Et d’autre part, le financement du parc d’activités commerciales de Lisieux en août 2017 (projet en cours, levée de 500 000€, pour 9% de rendement annuel sur une durée de placement de 12 mois).
 
Lire (2 min.)

Financement participatif : L’ACPR et l’AMF précisent leurs attentes

Dans le cadre de leur Pôle commun, l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) et l’Autorité des marchés financiers (AMF) ont mené une action conjointe afin d’améliorer la protection des clients et investisseurs en financement participatif. Elles publient aujourd’hui à l’intention des différents professionnels – intermédiaires en financement participatif, conseillers en investissements participatifs et prestataires de services d’investissement – une position relative aux modalités de calcul des taux de défaillance, une recommandation sur la gestion extinctive et une position sur la commercialisation des offres de financement participatif.
Lire (3 min.)

2017 : l’année record du crowdfunding immobilier

Fundimmo, plateforme française de crowdfunding 100% immobilier, dévoile les résultats de son baromètre 2017, réalisé auprès de 23 plateformes de crowdfunding en collaboration avec Hellocrowdfunding.
Lire (3 min.)

Business Angels : Audencia et Sowefund lancent une académie de formation

Bien investir n’est pas inné, et dans ce domaine, apprendre de ses erreurs peut coûter cher. Audencia Business School et la plateforme d’investissement Sowefund — spécialiste des startups françaises — annoncent ce jeudi 16 mai la création de l’Académie des Business Angels. La première formation professionnelle dédiée à cette thématique aura lieu les 28 et 29 juin 2019. Le programme « Business Angels : Les fondamentaux ? » vise à transformer ses élèves en Business Angels avertis.

Le programme sera piloté par Benjamin Le Pendeven, co-directeur de la Chaire et professeur en financement de l’innovation et entrepreneuriat, avec l’intervention de Benjamin Wattinne, co-fondateur et Directeur Général de Sowefund. Des témoignages d’avocats et de différents professionnels du secteur agrémenteront également la formation, qui sera déclinée en plusieurs modules.

Apprendre à investir en capital dans des startups

Un Business Angel est un particulier qui soutient financièrement les jeunes entreprises, souvent par passion, mais aussi dans l’espoir de réaliser des plus-values conséquentes en repérant les futures pépites dès leur naissance. La formation « Business Angels : Les fondamentaux ? » permet de comprendre l’écosystème du financement de l’innovation et de développer les compétences nécessaire pour investir en capital dans les startups.

Au sein de la chaire « Finance pour l’innovation » créée en avril 2018 par Audencia — dont Sowefund est partenaire — cette formation permettra d’aborder les éléments fondamentaux de l’activité de Business Angel, de l’analyse à l’aspect juridique jusqu’au suivi de l’investissement, avec un contenu au plus près des acteurs du terrain, en capitalisant sur le savoir-faire et l’expérience académique et pratique des différents intervenants.

Lire (2 min.)

Blockchain : la finance confirme son intérêt pour les « security tokens »

L’Association Française de la Gestion Financière (AFG), l’Association française des marchés financiers (AMAFI), l’Association française des sociétés de placement immobilier (ASPIM) et la French Digital Asset Association (FD2A), publient ce jeudi 16 mai un rapport sur les « security tokens » (en anglais) c'est-à-dire en français les « jetons financiers assimilables à des instruments financiers ». Ce rapport synthétise les retours à un questionnaire diffusé en février 2019 en partenariat avec Gide 255, PwC, ConsenSys et Woorton.

Objectif, mesurer l’appétence du marché pour ce type d’actifs numériques et évaluer les attentes des professionnels. Plus de dix ans après la création de la première blockchain (Bitcoin), le recours à ce type de protocole informatique continue de faire naître de nouvelles applications. Le domaine bancaire et financier n’y fait pas exception. Parmi les cas d’usage, le recours à des « security tokens » est de plus en plus évoqué.

Un besoin de clarifier la réglementation applicable

Le rapport publié s'appuie sur un volume significatif de réponses obtenues au questionnaire diffusé (148 réponses reçues). Elles proviennent d'acteurs spécialisés dans la blockchain, ou bien issus de secteurs multiples, dont le domaine bancaire et financier traditionnel. Elles confirment l'intérêt des professionnels de la finance pour développer des activités variées autour des jetons financiers, dont l'émission de titres et la fourniture de services.

Dans le détail, 96 répondants affirment leur intérêt pour les « security tokens ». Le recours aux « security tokens » fait encore face à différents enjeux. En particulier, des clarifications sur les exigences réglementaires et juridiques applicables et leurs mises en œuvre sont jugées nécessaires pour 82 % des répondants à cette question. Les répondants confirment ainsi l'intuition à l'origine de cette initiative, et le besoin de poursuivre les travaux initiés récemment en la matière au niveau européen.

Régulateurs et marchés se penchent sur la question

Les régulateurs prudentiels et des marchés financiers s’intéressent d'ailleurs de près à cette question. L'Union européenne et certains de ses États membres semblent même vouloir se positionner sur ce terrain porteur et construire les bases juridiques nécessaires à son développement. Il était donc essentiel d’interroger les parties prenantes du marché sur les « security tokens », les opportunités qu’ils offrent, ainsi que les limites à leur développement.

Lire (4 min.)

Adeline Lessentier - Severini Pierres & Loisirs : Nous attendons plus des pouvoirs publics

En prolongeant le dispositif Pinel et le PTZ pour 4 ans, le gouvernement a offert une bouffée d'air aux acteurs de l'immobilier. Mais les promoteurs attendent davantage des pouvoirs publics : une loi punitive des recours abusifs et une fluidification des obtentions de permis de construire. Adeline Lessentier, Directrice du développement de Severini Pierres & Loisirs, dévoile ses doléances quant aux démarches administratives, et revient pour nous sur les grands chantiers de l'année pour le constructeur bordelais : mettre l'accent sur le crowdfunding et le développement du groupe en Ile-de-France. 
Voir (<4 min.)

David Charlet - Anacofi : Pour développer le financement alternatif, il faut s'appuyer sur les CGP

Incontournable levier de financement des dernières années, le crowdfunding gagne du terrain, et vient désormais flirter avec le monde de la gestion de patrimoine et du conseil en finance d'entreprises. La problématique ? L'interdiction pour les CIF IOB de collaborer avec les plateformes de financement participatif.
Voir (<7 min.)