ANACOFI : l’Union des Intermédiaires de Crédit (UIC) annonce son adhésion

La Rédaction
Le Courrier Financier

L’Association Nationale des Conseils Financiers (ANACOFI) — association de représentation des conseils en gestion de patrimoine — annonce ce mardi 22 novembre la signature d'un accord de collaboration avec l’Union des Intermédiaires de Crédits (UIC), syndicat national des courtiers en financement. Dans ce cadre, l’UIC adhère à l’ANACOFI.

Conséquences pour l'UIC

L’adhésion de l'UIC à l’ANACOFI permet à ses membres qui le souhaitent d'être rattachés à cette deuxième association professionnelle sans y adhérer eux-mêmes. Ils pourront ainsi accéder à ses entités métiers dédiées et notamment à l’ANACOFI-Courtage, association agréée par l’ACPR, dans le cadre de la réforme du courtage.

Suite à cet accord, Bérengère Dubus, Présidente de l’UIC rejoint les Conseils d’Administration de l’ANACOFI, de l’ANACOFI Courtage et de l’ANACOFI Syndicat. Déjà fortes de plus de 5 000 entreprises membres à ce jour, les deux organisations vont œuvrer ensemble à accueillir de nouveaux membres, et à défendre leurs intérêts.

Créé en 2019, l’UIC est le premier syndicat national des courtiers en financement avec trois missions : défendre, représenter, promouvoir. Objectif, permettre à chaque IOBSP d’exercer librement conformément à la législation. L'association milite activement pour la reconnaissance du mandat. Taux d’usure, déconventionnement brutal de la part des banques, entraves à la liberté d’exercice, non-respect du droit de la concurrence, etc. sont autant de sujets que l’UIC porte devant les pouvoirs publics et institutions dans l’intérêt collectif de la profession.

Focus sur l’ANACOFI

L’ANACOFI est la première instance française de représentation des conseils en gestion de patrimoine, conseils en finance d’entreprise, courtiers/conseil en banque, finance, assurance vie et immobilier patrimonial et d’entreprise. Ses élus occupent des postes d’administrateurs tenus par des Français dans des instances internationales qui représentent les métiers de ses membres, et de sièges dans des commissions, comités ou conseils nationaux. 

L’ANACOFI contrôle la principale association de conseils en investissements financiers (45 % des effectifs nationaux), la première association de courtiers en assurance ou en opérations de banques et services de paiement (OBSP) par le nombre d’entreprises et une des plus importantes associations d’agents immobiliers (patrimoniaux). Avec sa confédération, elle représente plus de 5 000 entreprises, pèse environ 26 000 emplois. Le chiffre d’affaires généré par ses membres dépasse 3 Mds€ et génère plus de 7 Mds€ de PIB. Elle figure au registre des intérêts de l’Assemblée nationale, du Sénat et de transparence de l’Union européenne (UE).

Lire (3 min.)

Taxonomie européenne : le défi des conseillers financiers

Stéphane Fantuz
CNCEF Patrimoine
Après la Conférence de Charm el-Cheikh en Egypte qui s'est soldée par un échec, l'exigence climatique continue. Les Conseillers financiers vont être face au défi de la taxonomie européenne dès le 1er janvier prochain, devant collecter obligatoirement les préférences ESG des clients. Introduite par la révision de la MIFID II et issue du Pacte Verte européen, cette nouvelle réglementation met l’accent sur la finance durable. L'éclairage de Stéphane Fantuz, Président de la CNCEF Patrimoine.
Lire (4 min.)

David Charlet – ANACOFI : CGP-CIF et courtiers, rendez-vous à la Convention annuelle du 7 avril 2022

Mathilde Hodouin
Le Courrier Financier
L'Association NAtionale des COnseils FInanciers (ANACOFI) donne rendez-vous à ses membres le 7 avril prochain pour sa Convention annuelle, qui se tiendra au Carrousel du Louvre à Paris. Quelles seront les thématiques importantes cette année ? Quels sont les projets de l'association ?
Voir (<5 min.)

L’ANACOFI renforce sa section Conseil en Finance d’Entreprise

La Rédaction
Le Courrier Financier

Créée en 2004, l’ANACOFI est la plus importante association professionnelle des entreprises de courtage et conseil en banque, finance et assurance. Depuis 2 ans, l’ANACOFI a relancé sa section Finance d’Entreprise. Objectif, compléter son offre aux entreprises qui conseillent les entreprises et leurs dirigeants.

Accompagner la vie de l'entreprise

Cette section Finance d’Entreprise réunit les métiers du haut de bilan, les leveurs de fonds, les ingénieurs sociaux, les spécialistes des financements spécifiques et les conseils en croissance et développement d’entreprise. Les membres de cette section conseillent le dirigeant dans toutes les phases de la vie de son entreprise, de la naissance à sa transmission — en passant par les besoins en phase de croissance ou de baisse d’activité.

L’ANACOFI Finance d'Entreprise s'est doté le 21 décembre 2021 d’une Commission Finance d’Entreprise, « qui va être en charge de la réflexion et du devenir de nos métiers, d’apporter sa vision sur les bonnes pratiques, de nourrir les débats avec notre écosystème et enfin d’apporter à nos adhérents l’information la plus pertinente pour se développer dans les règles imposées dans nos métiers » déclare l'ANACOFI dans un communiqué.

Une commission de 6 membres

La réunion de mise en place a eu lieu le 14 décembre dernier. Cette commission compte 6 membres spécialisés, sous l’autorité de David Charlet, Président de l’ANACOFI et le contrôle de Jean Louis Picollo, Président de la section. Début 2022, cette commission est au travail et partage ses travaux avec le Conseil d’Administration et les adhérents.

D’autres membres de la section pourront venir s’intégrer à la Commission et des personnalités extérieures seront invitées pour enrichir les débats. Les membres de la commission Finance d'Entreprise sont actuellement :

  • Guy Cohen, spécialiste en ingénierie sociale et en finance philanthropique ;
Lire (2 min.)

Les A-Notations, par Anacofi Services : Eleva Capital

Anacofi Services

Créée à Londres en 2014, ELEVA CAPITAL a délocalisé son activité en France en 2017 (Brexit). Fin septembre 2022, les encours représentaient plus de 9,2 Mds€ (gestion collective et mandats), après une collecte nette positive pour les derniers exercices (mars 2019-mars 2022).

Les A-Notations, par Anacofi Services : Eleva Capital
Source : Anacofi Services

7 OPCVM pour une clientèle diversifiée

La société a été agréée par l’AMF en 2017 (Directive OPCVM) ainsi que par la FCA et le CSSF (Luxembourg). Elle commercialise une offre composée de 7 OPCVM destinés à une clientèle diversifiée (privée, CGP, institutionnelle).

Elle dispose en interne d’un service de compliance ainsi que de suivi des risques. Constituée de 44 collaborateurs, ELEVA CAPITAL a mis en place une équipe de 10 commerciaux dont 3 personnes dédiées à la clientèle Conseillers financiers et réseaux.

Lire (1 min.)

Foncier : Immo Blockchain acquiert un premier immeuble à Lille avec sa plateforme Investoken

La Rédaction
Le Courrier Financier

Immo Blockchain (ALIMB) — groupe associant gestion dynamique d’actifs fonciers propriétaires et Hospitality (évènementiel, hôtels, coliving, flex- office, etc.) — annonce ce mardi 6 décembre avoir réalisé sa première acquisition d’actif immobilier sur la Blockchain à travers sa filiale Investoken, plateforme d’investissements fonciers en utility tokens.

Investoken est un « Club d’investissement » fondé sur la technologie Blockchain. La plateforme réunit un groupe d’investisseurs qualifiés qui bénéficieront d’un utility token. Ce dernier leur permet le versement mensuel d’un revenu ainsi qu’un accès aux services privilèges du club — avantages premiums, partenariats avec des lieux prestigieux, opportunités de co-investissement en avant-première, etc.

Miser sur le marché du coliving

Investoken a signé un compromis portant sur un actif immobilier situé à Lille (Nord) pour un montant de 680 K€. Il s’agit d’un immeuble rénové et occupé, dont la gestion sera confiée à One Nest. Cette filiale du groupe Immo Blockchain est dédiée au marché en pleine expansion du coliving. L’acquisition définitive du bien se fera d’ici la fin du mois de février.

Avec l’ambition de créer la première plateforme française d’investissements fonciers en tokens, Immo Blockchain a déjà sélectionné de nombreux autres actifs, notamment sur le marché en croissance du coliving (formule de colocation « tout inclus »). Selon une récente étude Xerfi, le marché du coliving devrait quasiment tripler d'ici 2025 à 24 000 unités, versus 8 300 places dans l’hexagone fin 2021.

L'immobilier VS la volatilité des cryptos

« Les tokens adossés sur des biens et des services immobiliers sont très utiles dans un environnement crypto trop volatile. La valeur intrinsèque de notre token s’appuie sur des biens tangibles et de qualité. Ils représentent une valeur stable, qui s’apprécie dans le temps tout en proposant du rendement. Cela permet également aux investisseurs immobiliers d’envisager un marché secondaire plus fluide et de rendre la pierre plus liquide », déclare Antoine Tartiere, Co-fondateur et Directeur général de la société Investoken.

« La crise actuelle que rencontre les cryptomonnaies conforte bien notre stratégie selon laquelle sécuriser et diversifier une partie de son portefeuille crypto dans de l’immobilier devient quasiment une évidence ! », assure Edouard Masseau, Président directeur général du groupe Immo Blockchain.

Lire (2 min.)

Sommet BFM Patrimoine 2021 : rendez-vous ce jeudi 25 novembre à Paris !

Mathilde Hodouin
Le Courrier Financier
Ce jeudi 25 novembre, la 3e édition du « Sommet BFM Patrimoine » se tiendra au Carrousel du Louvre à Paris. Ce salon s'adresse à tous les professionnels du patrimoine. Le Courrier Financier sera présent pour couvrir l'événement. Venez vous inscrire !
Lire (2 min.)

AFFO – AUREP : Family Officer, une nouvelle formation au métier à partir de janvier 2022

Mathilde Hodouin
Le Courrier Financier
L'Association Française du Family (AFFO) et et l’organisme de formation AUREP lancent la 3e édition de leur formation certifiante « Métiers du Family Office » à Paris en janvier 2022. Comment la profession se développe-t-elle en France ? Quels sont les avantages de cette formation ?
Voir (<4 min.)

Digitalisation : Crystal rachète la technologie de Finansemble

La Rédaction
Le Courrier Financier

Afin d'accélérer sa transformation digitale engagée depuis le début de l'année, le groupe Crystal — acteur français du conseil indépendant en investissement et en gestion de patrimoine — annonce ce mardi 12 octobre racheter la technologie de Finansemble. Cet éditeur de logiciels patrimoniaux en ligne a notamment développé Grisbee, outil complet de gestion de patrimoine et une solution CRM dédiée aux conseillers.

L'accent sur le digital

Crystal entend ainsi continuer d'apporter un accompagnement patrimonial haut de gamme à ses clients, « leur consacrer encore plus de temps et leur délivrer du conseil sur mesure, en adéquation avec sa démarche commerciale et sa vision à 360 degrés » indique le groupe dans un communiqué. « La digitalisation est un des éléments déterminants pour l'avenir de notre profession et pour offrir le meilleur de la gestion de patrimoine », déclare précise Bruno Narchal, Président du groupe Crystal.

« Le choix d'Apax Partners, comme partenaire de notre développement, repose notamment sur leur capacité d'accompagnement dans notre nécessaire transformation digitale. Cet outil de gestion de patrimoine digital dédié à notre Groupe (...) nous permettra également de répondre aux besoins de nos conseillers Crystal et du Pôle Victoire et d'attirer de nouveaux cabinets de gestion de patrimoine », ajoute-il.

Gestion de patrimoine

Une opportunité pour développer la marque Grisbee ? « Cela conforte la pertinence de notre modèle et participe au mouvement de digitalisation indispensable du secteur de la gestion de patrimoine. Dans la mesure où nous conservons notre cabinet Grisbee Gestion Privée et la propriété de la marque Grisbee, cela ne change rien dans notre relation avec nos utilisateurs et clients », précise Maxime Camus, Directeur Général de Finansemble.

« Cette opération nous permet de confier les développements techniques de notre plateforme au groupe Crystal, qui dispose de toutes les ressources nécessaires pour continuer à améliorer la solution que nous avons développée, pour le plus grand bénéfice des épargnants. Elle nous dote par ailleurs de moyens supplémentaires pour accélérer le développement de l'activité de conseil en gestion de patrimoine portée par Grisbee Gestion Privée », conclut-il.

Lire (2 min.)

David Charlet – ANACOFI : crise sanitaire, l’Université d’été 2020 sera « un point d’étape »

Mathilde Hodouin
Le Courrier Financier
Malgré la crise sanitaire liée à la pandémie de coronavirus, l'Association Nationale des Conseils Financiers (ANACOFI) organise son Université d'été au Pavillon d’Armenonville à Paris, du 31 août au 4 septembre 2020. Quelles seront les thématiques abordées ? Comment les professionnels du patrimoine préparent-ils la reprise ?
Voir (<5 min.)

Accord de Paris : DWS lance un nouvel ETF Xtrackers

La Rédaction
Le Courrier Financier

DWS Group (DWS) — gérants d’actifs mondial, avec 833 Mds€ d’actifs sous gestion au 30 septembre 2022 — annonce ce mardi 6 décembre le lancement d'un nouvel ETF Xtrackers basé sur les marchés d'actions émergents. Il met l'accent sur les caractéristiques environnementales, sociales et de gouvernance (ESG), et est aligné sur les objectifs de l'Accord de Paris de 2015.

DWS a déjà lancé six ETF d'actions basés sur la même méthodologie d'indice, offrant une exposition aux marchés d'actions suivants : Global, USA, Europe, Eurozone, Japon et désormais les marchés émergents. DWS a lancé en novembre 2022 quatre ETF Xtrackers qui suivent le marché des obligations d'entreprises en euros et en dollars américains avec différentes échéances et dont les indices suivis sont également alignés sur les objectifs de cet accord.

S'aligner sur l'Accord de Paris

Le Xtrackers Emerging Markets Net Zero Pathway Paris Aligned UCITS ETF est coté sur la Deutsche Boerse et le London Stock Exchange, d'autres bourses sont prévues à l’avenir. L'ETF vise à réduire les émissions conformément aux objectifs de l'accord de Paris sur le climat, l'indice sous-jacent correspondant donc aux règlements de l'UE sur les indices de référence alignés sur Paris.

Plus précisément, l'ETF suit l'indice Solactive ISS ESG Emerging Markets Net Zero Pathway. Ce dernier vise à atteindre une réduction de 50 % de l'intensité carbone par rapport à un indice de marché équivalent non ESG, conformément aux objectifs de Paris, ainsi qu'une réduction continue de 7 % par an de l'intensité carbone. 

« Avec ce nouvel ETF, nous proposons désormais une gamme complète de produits alignés sur l'accord de Paris sur le climat — offrant aux investisseurs des solutions adaptées aux marchés développés et émergents », déclare Simon Klein, responsable mondial des ventes passives chez DWS.

Contre le changement climatique

Tous les ETF actions Xtrackers de la série Net Zero Pathway se caractérisent par le fait qu'ils sont alignés sur l'Accord de Paris sur le climat. Ils tiennent également compte des recommandations de l'Institutional Investors Group on Climate Change (IIGCC), telles que définies dans le « Net Zero Investment Framework Implementation Guide ». Cela signifie que les indices ne pondèrent pas uniquement les membres de l'indice inclus sur la base de leur intensité carbone, conformément aux recommandations de l'IIGCC.

La surpondération des entreprises dans les indices est basée sur leur degré d'adoption d'objectifs scientifiques, tels que définis par l'initiative du même nom. Sont également pris en compte pour la pondération de l'indice les normes relatives au reporting climatique définies par la Task Force on Climate-related Financial Disclosures (TCFD) et les efforts déployés pour lutter contre le changement climatique.

Lire (3 min.)

Epargne : Iroko lance son deuxième produit, la SCI Iroko Next

La Rédaction
Le Courrier Financier

La fintech Iroko — société de gestion, spécialiste des investissements immobiliers — annonce ce mardi 6 décembre compléter son offre avec le lancement de la SCI Iroko Next. Créé en juin 2022, ce produit d’épargne permet aux conseillers en gestion de patrimoine (CGP) de proposer l’expertise immobilière d’Iroko en assurance vie. Iroko suit le succès de la SCPI Iroko Zen, lancée il y a deux ans. Ce fonds compte désormais plus de 4 000 épargnants et 180 M€ sous gestion.

Vers un label Finansol pour la SCI

Comme la SCPI Iroko Zen, la SCI Iroko Next ne présente pas de frais d’entrée. Elle vise à investir dans des actifs qui accompagnent les transitions générationnelles, digitales et démographiques. La SCI Iroko Next se positionne directement et indirectement sur des actifs comme :

  • des bureaux adaptés avec des lieux de réception et de convivialité ;
  • des actifs logistiques qui répondent à la demande croissante du e-commerce ;
  • ou encore des maisons en coliving poussées par les besoins du vivre ensemble.

La SCI Iroko Next est membre de l’association FAIR, et vise le label Finansol pour début 2023. Cet objectif estg motivé par son engagement dans des fonds à impact. 5 % de la capitalisation de la SCI sera alloué au financement d’activités génératrices d’utilité sociale et/ou environnementale — à travers des investissements dans des fonds à impact. 

Performance annuelle cible de 5 %

La SCI Iroko Next aura la particularité de présenter deux moteurs de performance et d’investir dans les deux états naturels de l’immobilier :

  • l’immobilier qui est bien positionné dans son marché, qui sert un loyer et qui offre donc du rendement (jusqu’à 50 % du fonds) ;
  • et l’immobilier qui nécessite une restructuration, une réorganisation ou un développement et qui offrira de la création de valeur potentielle (jusqu’à 40 % du fonds).

Au travers de ces deux moteurs, la SCI vise une performance annuelle non garantie de 5 %. Elle investit sans limitation thématique et auprès des meilleurs gérants tiers du marché. 5 % de la SCI sont alloués à une poche de liquidité.

Optimiser le couple rendement-risque

La SCI Iroko Next est déjà investie pour le moteur rendement dans la SCPI Iroko Zen qui a su démontrer sa solidité via ses performances en 2021 — meilleur taux de distribution des SCPI avec un taux de 7,1 %, selon l’IEIF. Au gré de la collecte, cette poche ira chercher des véhicules d’asset managers tiers sur des thématiques peu adressées par la SCPI Iroko Zen comme par exemple la santé ou encore l’éducation.

Le moteur création de valeur (value added) a quant à lui pris une participation dans un fonds spécialisé en logistique géré par la société Braxton Asset Management. Cette participation a une maturité de cinq ans et vise un TRI non garanti de 15 %. Plusieurs thématiques sont à l’étude pour la compléter : logistique, résidentiel ou encore bureaux nouvelle génération. A titre d’information, les dirigeants de Braxton Asset Management ont un lien capitalistique avec Iroko.

Ce double moteur de performance et son allocation diversifiée permettront d’optimiser le couple rendement-risque de la SCI. La SCI est en cours de référencement chez plusieurs assureurs et est déjà disponible chez PREPAR-VIE Assurances.

Lire (3 min.)

Conseil Financier Indépendant : les CGP très réactifs pendant la crise, selon Nortia

La Rédaction
Le Courrier Financier

Nortia — spécialiste en assurance vie, compte-titres et prévoyance, filiale du groupe DLPK — publie ce jeudi 6 mai son Observatoire du Conseil Financier Indépendant. D'après cette étude, la crise mondiale du Covid-19 a fortement impacté les choix des CGP partenaires de Nortia et de leurs clients.

Vision à long terme

L'Observatoire s'appuie sur les mouvements d’arbitrages, les versements initiaux et complémentaires — par classe d’actifs — de près de 1 000 CGP actifs sur la plateforme Nortia. Dédiée aux CGP avec 12 milliards d’euros d’encours, Nortia mesure les grandes tendances en termes d’allocation.

Sécurisation et diversification des portefeuilles, les CGP sont restés très réactifs. « La crise sanitaire n’a pas suscité de mouvement de panique chez les investisseurs, une vision de long terme qui a permis à nos partenaires de continuer à placer des capitaux dans les fonds actions européennes et internationales, notamment », analyse Philippe Parguey, directeur général.

Collecte et encours

En termes de collecte brute sur le trimestre, la part des OPCVM est passée de 35 % au 4e trimestre 2019 à 26 % au 1er trimestre 2020. Le grand gagnant sur la période reste l’immobilier, qui passe de 10 % au 4eT 2019 à 23 % au 1er T 2020. Tous les types de supports sont concernés (SCPI, OPCI, etc.), ce qui confirme leur place majeure de la gestion de patrimoine. La part dédiée aux fonds en euros reste stable.

En termes d’encours, la part consacrée aux fonds en euros continue à témoigner de la volonté des CGP de sécuriser les portefeuilles de leurs clients, passant de 40,7 % fin 2019 à 46,1 % fin mars. Les SCPI progressent légèrement de 3,8 % à 4,3 %.

Concernant l’encours sur les compte-titres, la part des espèces a progressé modérément, passant de 15 % à 18 % en 3 mois, au détriment des OPC (64,4 % fin 2019 contre 61,1 % fin mars), alors que la part consacrée aux produits structurés est restée stable (15,3 %). 

Volatilité et arbitrages

En termes d’arbitrages entre les classes d’actifs, il est intéressant de faire un zoom sur les réactions pendant la crise : deux périodes se sont succédées. Entre le 2 et le 15 mars derniers, des mouvements forts sont intervenus en faveur des fonds en euros, pour répondre aux besoins de sécurisation des CGP et de leurs clients, dans une période de très grande incertitude. Ceci s’est accompagné de désinvestissements massifs sur les fonds diversifiés : la décollecte s’est accélérée jusqu’à mi-mars avant de ralentir peu à peu.

A partir du 16 mars, Nortia constate des réinvestissements progressifs vers les fonds actions, délaissés la 1ère semaine de mars. Toutefois très vite, la dynamique a repris lors de la 2e semaine, et n’a globalement pas faibli, même lors de l’entrée en vigueur du confinement en Europe et aux États-Unis. La très grande majorité des flux bénéficie aux fonds actions européennes et internationales.

Face au regain de volatilité, et dès la mi-mars, les produits structurés ont bénéficié de flux d’investissement solides. De leur côté, les fonds obligataires n’ont pas connu de rebond marqué. Leur décolle reste significative depuis début mars 2020, avec une semaine particulièrement « noire » pour les fonds investis en obligations internationales entre le 9 et le 13 mars. La tendance à la décollecte ralentit, voire s’inverse. Quand la collecte est positive, elle reste très contenue.

Lire (4 min.)

Entreprises : Covid-19, préparer la sortie de crise avec un conseil financier

Mathilde Hodouin
Le Courrier Financier
Cette semaine, le confinement a été rallongé jusqu'au 11 mai prochain. La Chambre Nationale des Conseils Experts Financiers (CNCEF) revient sur les dispositifs d'aide de l'Etat pour les entreprises frappées par la crise sanitaire. Le point avec Le Courrier Financier.
Lire (6 min.)