Joseph Choueifaty – Goodvest : finance durable, l’assurance vie « compatible avec l’Accord de Paris »

Fondée fin 2020, la fintech Goodvest promeut « une épargne durable et éthique ». La plateforme propose des portefeuilles sur-mesure bas carbone, compatibles avec l'Accord de Paris. A quels enjeux de finance responsable leur contrat d'assurance vie répond-t-il ? Comment fonctionne-t-il ?
Voir (<4 min.)

Changement climatique : quelles perspectives pour la finance ?

Vincent Auriac
Comment lutter contre le changement climatique en 2022 ?Quels enjeux pour l'écosystème financier ? L'éclairage de Vincent Auriac, PDG de Axylia, cabinet spécialisé en finance responsable.
Lire (4 min.)

Finance durable : Axylia, lauréat des Ekopo Awards pour la création de son Score Carbone

Début décembre 2021, la société de gestion Axylia a remporté un Lauréat d'Or lors des Ekopo Awards 2021 pour la création de son outil Score Carbone. Comment fonctionne cet outil, conçu pour les société de gestion de patrimoine (SGP) ? Pourquoi s'intéresser en priorité aux émissions de carbone des entreprises avant d'investir ? Le point avec Le Courrier Financier.
Lire (5 min.)

ISR : une stratégie optimale doit être fondée sur le pragmatisme

Delphine Di Pizio-Tiger
Soutenir les entreprises sincèrement engagées dans une démarche d’amélioration de leurs pratiques plutôt que les disqualifier par principe, tel est le sens d’une stratégie ISR misant sur l’identification des impacts et sur une politique d’exclusion évolutive.
Lire (4 min.)

Label ISR : Generali Investments Partners l’obtient pour 7 fonds

Generali Investments Partners S.p.A. Società di gestione del risparmio (Generali Investments Partners) — spécialiste de l'assurance et de la gestion d’actifs — annonce ce mardi 18 janvier l'obtention du Label ISR pour 7 fonds actions, obligataires et monétaire, qui représentent un encours de plus de 2,2 Mds€. Cette démarche de labellisation répond aux exigences croissantes des investisseurs français et européens en matière d’investissement responsable.

Elle reste cohérente avec la stratégie du Groupe Generali : développer et promouvoir une offre diversifiée de  solutions d’investissement responsables, sur des actifs cotés et non cotés. Elle s’inscrit  également dans l’approche du groupe Generali, en matière d’investissement esponsable et  de développement durable. 

7 fonds labellisés ISR

Les 7 fonds qui ont obtenu le Label ISR — soutenu par le Ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance — en décembre 2021 sont : 

  • 4 compartiments de la SICAV luxembourgeoise Generali Investments SICAV (“GIS”) dont la société de gestion est Generali Investments Luxembourg S.A. et qui a délégué la gestion à Generali Investments Partners : Generali Investments SICAV (GIS) SRI World Equity ; Generali Investments SICAV (GIS) SRI Euro Premium High Yield ; Generali Investments SICAV (GIS) SRI Euro Green & Sustainable Bond ; et Generali Investments SICAV (GIS) SRI Euro Corporate Short Term Bond.
  • 3 OPCVM de droit français dont la société de gestion est Generali Investments Partners : GF Europe Megatrends ISR ; Generali Euro Convertibles ISR ; Generali Trésorerie ISR.  

Ce que signifie ce label

Les compartiments et les fonds « Label ISR » mentionnés ci-dessus sont également classés  Article 8 au sens de la réglementation européenne SFDR. Le Label ISR de l’Etat français est attribué pour une durée de 3 ans renouvelable, au terme d’un processus strict d’audit et de labellisation mené par un organisme de certification agréé  et indépendant. Le Label ISR constitue un standard de place français pour les investisseurs. 

L’obtention du Label ISR témoigne ainsi de la rigueur des approches de Generali Investments Partners et du groupe Generali, tant en matière d’ESG (Environnement, Social, Gouvernance) qu’en matière d’engagement avec les émetteurs, dans le but d’assurer des bénéfices environnementaux et sociaux de ses investissements.

Quelle approche ESG ?

« Cette démarche de faire auditer et certifier les fonds gérés par Generali Investments  Partners sur la base de notre approche ESG est une étape naturelle de notre stratégie de  développement axée sur l'élargissement de l’offre de solutions avec une solide empreinte de  durabilité », déclare Tim Rainsford, CEO de Generali Investments Partners.

« Les 7 fonds et compartiments gérés par GIP, aujourd'hui labellisés ISR, s’ajoutent  aux 16 solutions ISR déjà proposées par notre écosystème des sociétés de gestion d'actifs telles que celles de Sycomore AM et Generali Real Estate S.p.A. Società di gestione del risaprmio. Nos clients et partenaires européens ne peuvent que bénéficier de notre large éventail de stratégies d'investissement actives, distinctes, durables et susceptibles de générer de la valeur à long terme », ajoute-il.

Lire (3 min.)

BFT Investment Managers nomme une Responsable de la stratégie ESG

BFT Investment Managers — société de gestion de portefeuille — annonce ce mardi 18 janvier renforcer ses équipes avec l’arrivée d'une Responsable de la stratégie ESG. Julie Fardoux prend ses fonctions dans le cadre d'un poste nouvellement créé, afin d'accompagner la croissance de l'activité de BFT Investment Managers.

Focus sur le parcours de Julie Fardoux

Julie Fardoux est diplômée d’HEC (1997). Elle débute sa carrière au sein des groupes L’Oréal puis Procter & Gamble dans des fonctions marketing (1998-2001). Elle occupe ensuite des fonctions de Responsable de la communication chez Crédit Agricole CIB puis CA Cheuvreux (courtier actions). Elle rejoint le groupe Amundi en 2011, en tant que Responsable du Marketing Corporate d’Amundi ETF & Indiciel.

En 2015, elle intègre le département Investissement Responsable d’Amundi comme Responsable du pôle relations extérieures (Head of Advocacy). Elle y développe les relations avec les organismes de place, les initiatives de finance durable et les coalitions d’investisseurs ainsi que les ONG. Elle contribue aux relations avec les autorités de tutelle sur les sujets d’investissement responsable, et promeut l’investissement responsable auprès des investisseurs, et plus largement des publics externes comme internes d’Amundi.

Lire (1 min.)

Impact climatique : le fonds DNB Renewable Energy prend en compte les émissions évitées

DNB Asset Management — détenue à 100 % par DNB ASA, première institution financière norvégienne — publie ce mardi 14 décembre son deuxième rapport sur l’impact généré par les investissements réalisés par le fonds DNB Renewable Energy en termes d’émission de CO2. L’approche retenue, en partenariat avec le spécialiste ISS-ESG, est celle des émissions évitées.

Elle établit les émissions qui auraient été libérées si une action ou une intervention particulière n'avait pas eu lieu, et qui peuvent apparaître tout au long de la chaîne de valeur. Par exemple, pour une entreprise qui construit une ferme solaire, les émissions évitées représentent la différence d’empreinte carbone, pour une production électrique équivalente, entre le mix électrique mondial et celui de la ferme solaire.

Composition du portefeuille

Les résultats du rapport montrent des émissions potentielles évitées de 1 480 tonnes de CO2 par million d’euros investi (PAE/Eurm) contre une empreinte carbone de 246 tonnes de CO2 par million d’euros. Cela signifie que le portefeuille DNB Renewable Energy évite environ 6 tonnes de CO2 pour chaque tonne qu’il émet. Comparé au premier rapport publié en 2020, il est important de souligner que le PAE/Eurm investi a diminué entre 2020 et 2021.

Deux raisons à cela. La première est la revalorisation des actions environnementales et du fonds au cours des douze derniers mois. La seconde est la modification de la composition du portefeuille de DNB Renewable Energy, à la suite des changements dans l’évaluation du couple risque/rendement. Il est alors encourageant de constater que les modifications apportées au portefeuille ont conduit à une réduction considérable des émissions directes générées par les entreprises (dites « Scope 1 »), des émissions indirectes liées notamment à la production des énergies (dites « Scope 2 ») et celles provenant de toute la chaîne de valeur (dites « Scope 3 ») du fonds, occasionnant une augmentation du PAE net de 4 fois l'an dernier à 5 fois cette année. 

Prendre en compte le Scope 3

En termes de secteurs, les dix plus importants contributeurs aux émissions évitées représentent 81 % du total des émissions évitées du portefeuille. Dans le détail, les secteurs du solaire et de l’éolien ressortent en tête. Le secteur des matériaux se classe troisième. Cela s’explique en partie parce que les matériaux produits par certaines entreprises sont nécessaires à la transition énergétique. À l’inverse, la production d’électricité affiche un PAE faible. Plusieurs entreprises de ce secteur sont en phase de transition vers une économie à faibles émissions de carbone. 

« L’empreinte carbone, qui consiste à mesurer les émissions de gaz à effet de serre d’une entreprise, ne suffit pas à donner une vision complète des efforts consentis par celle-ci pour réduire son impact sur le climat. En outre, les émissions Scope 3 sont complexes à mesurer correctement et pas toujours prises en compte dans leur intégralité, pouvant conduire à sous-estimer les risques de transition auxquels est confrontée l'entreprise sous-jacente et soulever des questions sur la validité de son profil d'entreprise verte. Notre objectif est de faire de l’engagement sur 80 % du portefeuille, en utilisant les science based targets », explique Christian Rom, Gérant du fonds DNB Renewable Energy. 

Vers le développement durable ?

L’approche de l’équipe de DNB Renewable Energy se veut la plus exhaustive possible. Pour éviter des dommages irréversibles à la planète, le GIEC estime urgent de réduire de moitié les émissions mondiales d'ici 2030 et d’atteindre la neutralité carbone d'ici 2050. Avant de procéder à toute analyse et évaluation financière fondamentale des actions, l’équipe de gestion du fonds, en collaboration étroite avec celle dédiée à l’analyse ESG, étudie l'angle environnemental de l'entreprise et cherche à comprendre si son activité est significativement motivée par la mise en place d'un meilleur cadre environnemental ou non. Le résultat aboutit à un très large univers d'entreprises exposées à la thématique environnementale.

« Ce deuxième rapport d’impact souligne l’engagement fort de DNB de poursuivre sa stratégie en investissements durables et met en lumière le focus de DNB Renewable Energy sur l’identification des opportunités climatiques. Nous espérons qu’il permettra également à nos investisseurs d’avoir une bonne lisibilité de la contribution du fonds aux Objectifs de Développement Durables de l’ONU pour répondre au mieux à leurs attentes. Notre compréhension du thème environnemental n'est pas statique et continuera d'évoluer au fil du temps à mesure que les attentes, et la réglementation se développent », ajoute Marta Oudot, Directrice de la distribution en France chez DNB AM.

Lire (4 min.)

SCPI de rendement : un an après, l’émergence de l’ISR

Quelle dynamique pour les SCPI de rendement ISR ? Le 23 novembre dernier, MeilleureSCPI.com publiait sa dernière étude sur ce segment du marché immobilier français. Le point avec Le Courrier Financier.
Lire (6 min.)

France : HANetf lance 17 ETF thématiques sur Euronext Paris

HANetf — premier émetteur européen d'ETF UCITS avec un service complet « marque blanche » — annonce ce lundi 29 novembre avoir passeporté sa gamme de fonds négociés en bourse (ETF) thématiques en France. Il cotera les fonds sur Euronext Paris début décembre. Les 17 fonds initiaux comprennent un certain nombre de premières sur le marché européen — premier ETF cloud d'Europe, ETF spatial, ETF sur l'énergie solaire et ETF des compagnies aériennes.

Neutralité carbone

Ils comprennent les premiers ETF européens dotés d'un mécanisme de compensation carbone, HANzero, grâce auquel l'empreinte carbone du fonds est compensée et neutralisée par le biais de projets tels que Topaiyo Conservation en Papouasie-Nouvelle-Guinée et la centrale hydroélectrique de Musi River en Indonésie. Cette fonctionnalité a été marquée HANzero. Tout ETF portant ce nom est un investissement neutre en carbone.

Cette annonce intervient juste après la nomination de Yann Hericotte au poste nouvellement créé de Directeur des ventes ETF pour la France. HANetf répertorie actuellement sa gamme thématique, qui est la plus étendue en nombre en Europe sur le London Stock Exchange, Borsa Italiana, Six et Deutsche Boerse et des passeports vers le Benelux, les pays nordiques, la Pologne et l'Espagne.

Marché européen des ETF

« La France est un marché d'ETF vaste et important et l'enregistrement de notre gamme d'ETF thématiques là-bas et la cotation sur Euronext Paris permettront aux investisseurs français d'avoir accès à un meilleur choix d'ETF thématiques et ESG passionnants. Nous sommes ravis de pouvoir étendre nos capacités de distribution ici », déclare le co-PDG de HANetf, Hector McNeil.

« La France étant un marché très concurrentiel, mené par les banques nationales, nous avons décidé de ne nous lancer qu'une fois notre marque mieux connue. Depuis que nous avons inscrit notre premier ETF, EMQQ, en un peu plus de 3 ans, nous avons atteint plus de 3 Mds$ d'actifs sous gestion, ce qui fait de nous l'un des fournisseurs à la croissance la plus rapide en Europe », ajoute-il.

« Nous avons choisi 17 ETF au départ, mais nous prévoyons d'apporter plus de sujets à la demande au fil du temps. Progressivement, nous voulons être le principal émetteur à « valeur ajoutée » en nous concentrant sur les ETP thématiques, bêta intelligents, actifs et crypto-monnaies. En tant que fournisseur de marque blanche, nous prévoyons également d'ajouter des gestionnaires d'actifs français qui souhaitent utiliser notre plateforme pour entrer sur le marché européen des ETF dans environ 10 semaines », conclut-il.

Cotation sur Euronext Paris

« Nous sommes ravis d'accueillir HANetf et sa gamme d'ETF thématiques sur Euronext Paris. Ces ETF s'ajoutent à la gamme diversifiée de fonds disponibles sur nos marchés et font de Paris une place de cotation et de négociation de premier plan pour les ETF en Europe », déclare Brieuc Louchard, responsable des ETF chez Euronext.

HANetf s'est imposé comme un fournisseur d'ETF unique sur le marché européen. C'est la première société d'ETF en marque blanche à services complets en Europe qui offre aux gestionnaires d'actifs une voie très efficace en termes de coûts et de temps pour entrer sur le marché des ETF. Cette année, HANetf a lancé 18 nouveaux produits et augmenté ses actifs sous gestion de 1,1 Md$ à plus de 3 Mds d’actifs sous gestion, soit une augmentation de plus de 167 % depuis le début de 2021.

Lire (3 min.)

Risque carbone : les fonds Actions Europe et zone euro sont-ils vraiment verts ?

Ce jeudi 18 novembre, Axylia publie une enquête exclusive sur le risque carbone des 50 plus gros fonds actions Europe. D'après cette étude, 72% d’entre eux ne survivraient pas à un prix du carbone. Le point avec Le Courrier Financier.
Lire (6 min.)

Barcelone : PATRIZIA acquiert un portefeuille de près de 600 millions d’euros pour le fonds Living Cities

PATRIZIA AG (PATRIZIA) — spécialiste de la gestion d’actifs réels à l’échelle internationale — annonce ce mardi 18 janvier l'acquisition pour environ 600 M€ d'un portefeuille résidentiel de haute qualité, situé à Barcelone en Catalogne (Espagne). Cet investissement sera effectué pour le compte de son fonds phare, paneuropéen et ouvert : Living Cities.

La transaction augmentera significativement le montant des actifs résidentiels sous gestion de PATRIZIA, le portant à 16 Mds€. Le portefeuille de Barcelone comprend 10 actifs résidentiels. Il se compose d'immeubles récemment achevés, et d'immeubles qui seront construits cette année — comprenant des services tels que des salles de sport, des espaces de coworking, une conciergerie, des espaces de détente et des piscines.

Investir grâce à un outil IA

« Toutes les décisions d'investissement que nous prenons pour notre fonds Living Cities sont étayées d’analyses de data intelligence qui évaluent l'attractivité et le potentiel futur des actifs que nous ciblons. Cette technologie — conjuguée à notre solide connaissance locale qui s’appuie sur plus de 200 professionnels de l’immobilier résidentiel et sur notre équipe d’experts en investissements alternatifs — nous a permis de réaliser cet investissement complexe et structuré », déclare Sebastian Dietert, gérant du fonds Living Cities chez PATRIZIA.

« Nous avons constaté, grâce à notre technologie d’intelligence artificielle (IA), que les actifs que nous avons acquis à Barcelone bénéficient d’une excellente localisation, aux échelles macro et micro. Ils sont proches de toutes commodités et présentent d’intéressantes perspectives de croissance. Barcelone, à l’instar de toutes les villes où nous investissons, offre un revenu stable et de bonnes perspectives de croissance du capital à long terme », ajoute-il.  

« Ne serait-ce qu’en ce qui concerne la connectivité et l'innovation, Barcelone se classe régulièrement en haut de notre PATRIZIA European Living Cities Report, qui scrute plus de 100 villes sur la base de critères incluant l’accessibilité et la liquidité du marché dans le but d’aider nos clients à constituer un portefeuille résidentiel européen véritablement diversifié. Malgré ce classement, Barcelone reste sous-approvisionnée et sous-développée en programmes build-to-rent attractifs. », conclut Sebastian Dietert.

Croissance et performance

Grâce à ce dernier investissement stratégique, le fonds Living Cities dispose désormais d'environ 1,5 Md€ de capitaux et vise à atteindre un total d'au moins 2 Mds€ en 2022. Living Cities a également généré de solides rendements cette année pour ses clients, parmi lesquels figurent des fonds de pension et des compagnies d'assurances venant d’Europe, du Moyen-Orient et d’Asie.

Parmi les autres acquisitions récentes de Living Cities figurent un large portefeuille de logements étudiants au Danemark et un programme résidentiel en Irlande, totalisant environ 1 500 unités, un projet de build-to-rent à Reading au Royaume-Uni, de 281 appartements, une tour résidentielle de 24 étages à Helsinki en Finlande, ainsi qu'un projet résidentiel et des résidences collectives en Suède.

Rentabilité globale de 10,7 %

« Le secteur résidentiel, et en particulier les résidences collectives, continue de faire preuve d'une grande résilience face aux fluctuations économiques causées par la pandémie de la Covid-19, et je suis ravie que Living Cities affiche une performance solide. Nous avons levé plus de 950 millions d'euros de nouveaux capitaux pour le fonds en 12 mois seulement, au plus fort de la pandémie de la Covid-19 », indique Nathalie Winkelmann, Directrice du fonds Living Cities et Directrice de la gestion de fonds résidentiels chez PATRIZIA.

« À la fin du premier trimestre 2021, nous avons enregistré pour nos clients une rentabilité globale de 10,7 % par rapport à l'année précédente et sommes donc en phase de dépasser l’objectif annuel de rendement de 6 % à 7 % que nous nous étions fixés pour ce fonds. Fort de ce nouvel actif à Barcelone, et d’autres investissements attractifs à venir pour Living Cities dans d’autres villes dynamiques d’Europe, PATRIZIA continue d’affirmer sa position de leader sur le marché du résidentiel », ajoute Nathalie Winkelmann.

Living Cities est l'un des fonds ESG de PATRIZIA qui est conforme à l'article 8 du SFDR de l'UE. En tant que fonds ESG, Living Cities promeut des objectifs ESG clairs, par exemple en fournissant 100 % d'énergie renouvelable pour tous les espaces communs des bâtiments et en utilisant des matériaux de construction économes en énergie. Living Cities contribue à la construction de communautés durables et dynamiques, à proximité de commodités telles que des jardins d'enfants, des écoles, des espaces verts et des supermarchés. Le fonds est étroitement aligné avec les cinq objectifs de développement durable des Nations unies.

Lire (5 min.)

Robeco recrute une gérante de portefeuille senior pour la stratégie RobecoSAM Circular Economy Equities

Robeco — spécialiste international de la gestion d'actifs — annonce ce mardi 18 janvier la nomination d'une gérante de portefeuille senior de la stratégie RobecoSAM Circular Economy Equities. Natalie Falkman sera basée à Zurich. Elle rejoint Robeco après avoir travaillé pour Swedbank Robur, où elle était gérante de portefeuille senior pour la stratégie actions Kapitalinvest, un fonds mondial avec des critères de durabilité élevés et un classement Morningstar cinq étoiles.

RobecoSAM Circular Economy Equities est une stratégie gérée de manière active qui investit dans des sociétés de premier plan qui tirent parti des opportunités créées par le changement de paradigme des modes de production et de consommation traditionnels vers une économie circulaire. Cette stratégie s'appuie sur l'investissement dans des solutions innovantes dans le domaine de la reconception des intrants, de l'utilisation circulaire, des technologies habilitantes et des ressources en boucle. Cette stratégie diversifiée est optimisée par une analyse de risques ESG propriétaire et est intéressante pour les investisseurs avec un horizon de trois à cinq ans.

Focus sur le profil de Natalie Falkman

Natalie Falkman est diplômée de la Stockholm School of Economics, où elle a obtenu un MSc en économie et affaires. Avant de rejoindre Robeco, elle occupe plusieurs postes chez Carnegie Investment Bank à Stockholm — notamment ceux d'analyste actions spécialisée dans les biens d'équipement nordiques, d'analyste des ventes et des ventes d'actions institutionnelles pour la région nordique, et de responsable de la recherche en actions des marchés émergents axée sur la Russie, la CEI et l'Afrique.

« Natalie Falkman a une connaissance approfondie du concept d'économie circulaire, de solides compétences analytiques dans tous les secteurs pertinents pour la stratégie et une vaste expérience de la gestion d'une stratégie active. Elle assistera sans aucun doute parfaitement nos clients dans leur recherche pour atteindre leurs objectifs financiers et de durabilité », déclare Mark van der Kroft, CIO Actions fondamentales et quantitatives chez Robeco.

« Investir sur le long terme en se concentrant sur des modèles commerciaux durables et de solides moteurs de croissance structurelle a toujours été au cœur de ma stratégie d'investissement (...) Je suis fermement convaincue qu'investir sur le long terme dans des entreprises durables qui favorisent la création d'une économie circulaire permettra de générer des rendements intéressants pour les investisseurs », réagit Natalie Falkman.

Lire (2 min.)

Finance durable : quel bilan de la COP26 ?

François Lett
La COP26 qui se tenait à Glasgow s'est achevée le 12 novembre dernier. Entre négociations et concessions, l'objectif de limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C conformément aux Accords de Paris est-il encore tenable ? Les explications de François Lett, Directeur du département éthique et solidaire chez Ecofi.
Lire (4 min.)

Nutrition : Credit Suisse lance un fonds en partenariat avec J.P. Morgan AM

Credit Suisse — prestataire international de services financiers — annonce ce jeudi 17 novembre le lancement du « Credit Suisse J.P. Morgan Sustainable Nutrition Fund » en partenariat avec J.P. Morgan Asset Management. Ce fonds investit dans des entreprises qui s'intéressent aux liens entre la nutrition, la santé, la biodiversité et le climat. Lancé avec des actifs sous gestion de plus de 250 M$, le fonds se concentrera sur les entreprises qui rendent les systèmes alimentaires moins intensifs en carbone.

Objectifs du fonds de nutrition

Le fonds de nutrition vise les objectifs de développement durable 2 (Faim zéro) et 13 (Lutte contre le changements climatiques) des Nations Unies. Il repose sur un portefeuille d'actions mondiales OPCVM à forte conviction composé de 40 à 60 titres et mis à la disposition des investisseurs sur une base quotidienne, sans investissement minimum.

Le fonds aborde le thème de la nutrition en se focalisant sur les innovateurs de petite et moyenne capitalisation tout au long de la chaîne de valeur — de la culture à la consommation des aliments, et à leur transformation. L'agriculture verticale, les protéines végétales et les tests alimentaires sont quelques-unes des nombreuses activités dans lesquelles le fonds investira à travers trois sous-thèmes : l'agriculture durable, les processus alimentaires efficaces ainsi que les régimes alimentaires sains et durables.

Chaîne de valeur alimentaire

« Credit Suisse et J.P. Morgan Asset Management s'engagent à obtenir des résultats tant financiers qu'axés sur des objectifs, tout en créant une valeur de portefeuille durable. C'est ce qui rend ce fonds si intéressant, car il combine efficacement la nécessité de relever les défis climatiques liés à l'industrie de la nutrition et la recherche de retours sur investissement attractifs », déclare Lydie Hudson, CEO de Sustainability Research and Investment Products, au Credit Suisse.

« Alors que nous nous dirigeons vers une économie mondiale plus durable, la nutrition durable doit être au cœur de cette transition. Cette nouvelle stratégie vise à apporter une contribution positive à un avenir plus sain, car elle investit dans des entreprises qui cherchent à remédier aux inefficacités actuelles de la chaîne de valeur alimentaire en rendant les systèmes alimentaires moins intensifs en carbone et, en fin de compte, en permettant des régimes alimentaires plus sains », réagit Jennifer Wu, Global Head of Sustainable Investing à J.P. Morgan Asset Management.

Durabilité de l'investissement

« Nous sommes ravis de nous associer à Credit Suisse. Les deux entreprises réunissent leurs meilleures connaissances et compétences en matière de durabilité et d'investissement pour cette stratégie de placement unique qui sera exclusivement disponible pour les clients de Credit Suisse », déclare Claude Kurzo, CEO Switzerland J.P. Morgan Asset Management.

En début d’année, le Credit Suisse et J.P. Morgan Asset Management ont convenu de s'associer dans le domaine de la nutrition durable. Ce partenariat réunit deux institutions financières qui engagent des recherches et des ressources pour s'attaquer à l'un des plus grands problèmes sanitaires et environnementaux du monde.

Lire (3 min.)