Michel Dinet - Edmond de Rothschild AM : Investir sur le Big Data pour trouver de la performance

Où aller chercher de la performance en 2019 ? Si la transformation initiée par le Big Data n'en est qu'à ses prémices, l'exploitation des données se révèle déjà source de valeur dans de nombreux secteurs, comme la santé à distance, la maintenance prédictive ou encore la voiture autonome.
Voir (<3 min.)

Interview de Sébastien RIBEIRO - Keren Finance : Investir dans l'innovation à fort potentiel

Dans le contexte actuel de reprise économique, Keren Finance adopte une stratégie à fort potentiel de valorisation. La société investit dans de nombreux projets innovants (IA, big data, cybersécurité ...), mais aussi dans des industries plus classiques, comme le recyclage de métaux ou le camping car. Sébastien Ribeiro, gérant actions de Keren Finance, nous explique le point commun entre ces entreprises : toutes bénéficient d'un cycle de croissance important, laissant espérer de gros rendements.
Voir (<3 min.)

 L’Argentine : de l’ombre à la lumière

Tim Love
Alors que le contexte politique en Argentine reste favorable (notamment depuis l'importante victoire électorale de mi-mandat, suggérant que le président Macri est plus que favori pour remporter un prochain mandat de 4 ans à partir de 2019), nous pensons que les marchés financiers continueront à ignorer le profond cycle pro-orthodoxie des réformes pour la période à venir. Des aspects moins populaires (tels que les réformes du travail ou des retraites) continueront à être pris de front, ce qui signifie que la dynamique de changement structurel sera maintenue.
Lire (6 min.)

Interview : Matthieu Rolin – Aviva Grandes Marques

La fidélité des clients est absolument essentielle pour les sociétés qui souhaitent asseoir leurs marques durablement. Les acheteurs fidèles consomment plus que les autres, sont moins volatiles et se transforment volontiers en ambassadeurs des produits, offrant ainsi un avantage concurrentiel majeur, surtout dans un environnement économique morose.

Aviva Grandes Marques l’a bien compris. Porté par Matthieu Rolin, Jean-François Chambon et Xavier Laurent, le fonds s’attache à investir dans les marques les plus fortes sur leurs marchés respectifs : résilientes, reconnues et qui revendiquent un attachement fort du client. Entretien.
Lire (11 min.)

LBO : Andera Partners cède sa participation dans le Groupe Scalian, et réinvestit aux côtés de Cobepa

Le FPCI Winch Capital 3 — géré par l’équipe Mid Cap d’Andera Partners — annonce ce jeudi 21 mars céder sa participation dans le Groupe Scalian, société de conseil spécialisée dans les systèmes numériques et le management de la performance. Winch Capital 4 réinvestit dans le cadre de cette opération. Cette cession prend place dans le cadre d’une opération de LBO organisée par Cobepa et l’équipe de management conduite par Yvan Chabanne. Il s’agit de la 5e cession de Winch Capital 3. C'est aussi la 2e en 2019, sur un portefeuille constitué de 18 participations.

Un changement d'échelle réussi en 4 ans

En 2015, le fonds Winch Capital 3 a racheté le Groupe Scalian auprès de son fondateur, dans le cadre d’une opération de MBI conduite par Yvan Chabanne et plusieurs dirigeants du groupe. Cet investissement illustre parfaitement la stratégie d’investissement des fonds Winch Capital : opération primaire, sourcing propriétaire et transformation de l’entreprise. Le Groupe Scalian a ainsi changé d’échelle en 4 ans, une transformation qui s'est réalisée en plusieurs étapes-clés :

  • Une nouvelle gouvernance mise en place dans le cadre d’une transition managériale réussie. Cette opération de MBI a été organisée avec et autour d’Yvan Chabanne — ancien DGA d’Altran — pour qui Scalian était la première expérience entrepreneuriale directe, et de 4 dirigeants qui devenaient actionnaires du groupe. Il s'agissait de Jean-Charles De Borda, Stéphane Garo, Christophe Reybert et Jean-Manuel Silva. Progressivement, cette équipe de management a augmenté sa participation au capital et ce sont plus de 30 autres cadres-clés du groupe qui les ont rejoints dans l’actionnariat de Scalian, diffusant ainsi une nouvelle culture entrepreneuriale .
  • Une forte dynamisation de la croissance organique du groupe, conduite grâce à une nouvelle stratégie commerciale et RH : recrutement d’une DRH Groupe — Caroline Nancy — et création d’un siège parisien pour attirer les talents et prendre des parts de marché en Ile-de-France — qui s’est traduite par une croissance de plus de 20 % par an entre 2015 et 2018 à périmètre constant ;
  • Deux opérations de croissance externe réussies — rachat d’Alyotech en 2016 et CMT+ en 2017 — qui ont permis au pôle Digital Systems d’atteindre une taille critique et à la division Operations Performance d’acquérir une nouvelle brique de compétences ;
  • Une structuration financière du groupe pour accompagner sa croissance, avec le recrutement d’un CFO — David Capdaspe-Lagangue — et un partenariat noué en 2017 avec LGT — associé à Idinvest — pour financer le développement rapide du groupe ;

Un nouveau cap pour le Groupe

Ce changement d’échelle s’est ainsi traduit par une croissance du chiffre d’affaires de 69 M€ à 220 M€ depuis 2015, par une internationalisation réussie et par des effectifs qui sont passés de 950 à 2600 personnes en 4 ans. En 2018, le management a fixé un nouveau cap pour la période 2019-2024, avec un objectif de 500 M€ de chiffre d’affaires.

Dans ce contexte, Andera et le management ont confié un mandat à Natixis Partners pour identifier un nouveau partenaire financier, capable d’accompagner ce nouveau cycle de développement. Cobepa prend ainsi une participation majoritaire dans le Groupe pour l’accompagner dans sa croissance externe et l’accélération de son internationalisation.

Lire (4 min.)

L’ANACOFI, la CNCIF et La Compagnie des CGPI lancent une campagne de promotion du métier de CGP

L'Association Nationale des Conseils Financier (ANACOFI), la Chambre Nationale des Conseillers en Investissements Financiers (CNCIF), et La Compagnie des CGPI annoncent ce vendredi 22 mars le lancement d'un plan de communication commun — en complément de leurs actions propres — pour mieux faire connaître le métier de Conseiller en Gestion de Patrimoine (CGP). Si elles le souhaitent, d'autres organisations pourront se joindre ultérieurement à l'opération.

La campagne cross-canal poursuit 3 objectifs

La campagne cross-canal ciblera les épargnants particuliers — qui sont amenés à consulter le CGP pour leur patrimoine individuel familial — mais aussi aux chefs d'entreprises qui souhaitent valoriser leur patrimoine professionnel. Cette action fait suite à une demande largement relayée par les CGP au cours de la dernière Convention Patrimonia, qui s'est tenue à Lyon en septembre dernier. L'objectif poursuivi est triple :

  • faire connaître davantage le métier ;
  • faire apprécier sa dimension forte en matière de conseil ;
  • démontrer qu'un accompagnement dans la gestion et l'optimisation du patrimoine s'adresse au plus grand nombre ;
Lire (2 min.)

L’AMF modernise son outil de surveillance des marchés

Au lendemain de la crise financière de 2008, les législateurs européens ont réformé le cadre des marchés financiers. La directive révisée MiFID 2 et le règlement MiFIR, après le règlement EMIR sur les dérivés négociés de gré à gré, renforceront début 2018 la capacité des régulateurs nationaux à exercer leurs missions grâce à un périmètre de données à leur disposition plus large. Parallèlement, l’essor du trading algorithmique et à haute fréquence dans des marchés fragmentés a contribué à augmenter la volumétrie des ordres et transactions. La masse des données qui sera collectée demain par l’AMF est évaluée à 50 millions de messages par jour.

Pour s’assurer du bon fonctionnement des marchés, l’AMF dispose d’ores et déjà de moyens humains et techniques performants, dans lesquels elle a investi au fil des années. La plateforme de surveillance analyse quelque 1,6 milliard de comptes rendus de transactions et génère, en moyenne, 36 000 alertes par an. Après recoupement avec l’information disponible en lien avec les instruments financiers échangés, plus de 500 évènements de marché sont analysés en profondeur chaque année par les équipes de l’AMF, donnant lieu à une trentaine d’ouvertures d’enquêtes.

Une plateforme reposant sur des technologies « Big Data »

ICY (prononcez « I see why… »), le nouvel outil de surveillance que l’AMF commence à développer en interne avec l’appui de la société Neurones, reposera sur des technologies de type « Big Data », qui permettent d’exploiter rapidement des données représentant des volumes importants et de natures diverses. A compter du second semestre 2017, ICY sera déployé progressivement afin d’être opérationnel pour recevoir les données MiFID 2 à compter du 3 janvier 2018. A terme, l’AMF bénéficiera ainsi d’une capacité démultipliée de stockage et d’analyse croisée des données tout en profitant de fonctionnalités innovantes. L’AMF souhaite ainsi renforcer sa faculté d’examen en temps réel pour une plus grande réactivité, mais aussi améliorer la détection des abus de marché grâce à des outils d’intelligence artificielle comme l’apprentissage automatique (machine learning). Certains modèles de détection, pour les manipulations de cours par exemple, pourront être ajustés automatiquement avec ce type de technologie.

« Dans un contexte de marchés financiers de plus en plus automatisés et fragmentés, la détection des manquements d’initié ou des manipulations de marché nécessite des outils sophistiqués et innovants qui sont en mesure de décrypter une information complexe et non structurée, précise Alexandra Givry, directrice de la Division surveillance des marchés. ICY permettra à l’AMF d’exploiter les masses de données disponibles et ainsi de mieux exercer ses activités de surveillance des marchés et d’investigation, ainsi que de renforcer ses capacités d’analyse des tendances à l’œuvre sur les marchés et de l’impact de la réglementation ».

 
Lire (3 min.)