Cyril Charlot - Sycomore AM : l'engagement des collaborateurs, un vecteur de création de valeur

Responsabilité sociale - Quels critères extra financiers prendre en compte dans une démarche ISR ? Au-delà d'une vision ESG classique, Sycomore AM applique son approche propriétaire SPICE. D'après Cyril Charlot, Président Fondateur de Sycomore Asset Management (AM), la valeur durable doit profiter de manière équilibrée à toutes les parties prenantes de l'entreprise.

Dans un contexte d’inquiétude face au réchauffement climatique, le développement durable a investi le monde de la finance. Que penser de cette déferlante verte ? L’ISR est-il un effet de mode, ou l’avenir de la gestion ? La question fait sourire Cyril Charlot, Président Fondateur de Sycomore Asset Management (AM). « La démarche que nous avons entreprise répond à une conviction que nous avons chez Sycomore. Une entreprise ne va produire de la valeur durable que si elle en crée pour l’ensemble de ses parties prenantes, de manière équilibrée », explique-t-il au Courrier Financier.

L’ISR, un levier de performances pérennes

Afin d’associer sens et performance, Sycomore AM a développé sa propre démarche d’analyse. Le modèle SPICE prend en compte plus de 80 critères — qualitatifs ou quantitatifs — organisés autour de 5 parties prenantes. Cet acronyme signifie « Supliers & Society » pour l’équité et la transparence, « People » pour le cadre de travail et les salaires, « Investors » pour le modèle économique et la gouvernance, « Clients » pour des produits et des services différenciés, et enfin «Environnement » pour la protection des écosystème et le développement des écosystèmes naturels.

Sycomore AM voit dans les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) une garantie de performances pérennes. Le gérant tient à sensibiliser les entreprises dont il devient actionnaire au sujet des bonnes pratiques. « La réglementation et le comportement des consommateurs qui sont de plus en plus sensibles à ces problématiques environnementales et sociales amène les entreprises à avoir une démarche de plus en plus poussée en termes de RSE », souligne Cyril Charlot. De grandes société de gestion — comme BlackRock aux Etats-Unis — se sont déjà emparées du sujet.

Le capital humain au cœur d’une stratégie d’investissement

Il ne s’agit pas de prendre le train en marche. Sycomore AM s’est tourné vers l’ISR dès 2011, avec le lancement en 2015 de son fonds Sycomore Happy@Work. Cette SICAV investit en actions dans des sociétés européennes qui valorisent le bien-être au travail. « Quand nous créons un nouveau produit, notre démarche consiste à identifier un critère qui permet aux entreprises de générer de la valeur de manière durable », indique Cyril Charlot. Happy@Work choisit des structures avec une culture d’entreprise forte, « où les collaborateurs sont prêts à pousser les murs pour créer de la valeur », précise Cyril Charlot.

Comment valoriser le capital humain ? Après 20 ans de visites de sites, Sycomore AM sélectionne aujourd’hui des valeurs européennes en s’appuyant sur une analyse fondamentale rigoureuse. Vient ensuite une analyse ESG où la dimension Sociale est prépondérante. Le gérant croise l’avis d’experts, mais aussi de salariés et de professionnels chargés de visiter les entreprises. Objectif, garantir aux investisseurs une performance à 5 ans supérieure à celle de l’indice Euro Stoxx TR. De quoi associer sereinement pragmatisme de la gestion et bonnes résolutions dans sa stratégie d’investissement.

Mathilde Hodouin - Le Courrier Financier

Rédactrice en chef

Voir tous les articles de Mathilde