Risque climatique : Aviva Investors accompagne la transition des entreprises européennes

Responsabilité sociale - Comment bénéficier des tendances macroéconomiques à long terme, à travers une gestion active du risque climatique ? Aviva Investors cible les secteurs d’avenir à l’heure de la trajectoire carbone et de la taxonomie européenne. Le Courrier Financier fait le point sur le fonds « Aviva Investors Climate Transition European Equity ».

Le confinement n’arrête pas le réchauffement climatique. 2020 est en passe de devenir l’une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées, selon une récente étude publiée par l’Organisation météorologique mondiale (OMM). De quoi ouvrir un boulevard à la finance responsable ? « L’inaction face au risque climatique serait un manquement vis-à-vis des investisseurs », assure Euan Munro, PDG d’Aviva Investors. Le 22 juillet 2019, l’assureur britannique lance la SICAV « Aviva Investors Climate Transition European Equity Fund ». Objectif : surperformer le marché des actions européennes sur le long terme en investissant dans des entreprises qui facilitent la transition vers un modèle économique à faible émission carbone.

Gérer un risque systémique…

De janvier à octobre 2020 d’après l’OMM, la température moyenne mondiale a été supérieure d’environ 1,2 °C à celle de la période 1850-1900. « Le risque climatique est devenu un risque systémique : toutes les entreprises y font face », nous explique Thomas Page Lecuyer, Senior Investment Specialist chez Aviva Investors France. « Nous le définissons d’abord comme un risque physique, qui impacte directement les infrastructures avec la multiplication des phénomènes météorologiques extrêmes — sécheresses, inondations, cyclones ou typhons, par exemple. En tant qu’assureur, nous sommes traditionnellement sensibles à cette problématique ».

En termes macroéconomiques, le risque humain et financier devient « un risque de transition ». « Aviva Investors Climate Transition European Equity Fund » — déjà labellisé ESG Luxflag* — entend contribuer à l’émergence d’une économie bas-carbone. « Au regard de nos modes actuels de consommation, cela va demander beaucoup d’efforts. Ce n’est pas un hasard si les finances publiques s’y intéressent de près : sur 100 milliards d’euros du plan France Relance, l’Etat français en consacre 30 à l’investissement durable. Nous voulons accompagner les entreprises dans ce changement de paradigme », précise Thomas Page Lecuyer.

…à travers le développement durable

Comment répondre aux enjeux de la transition climatique, tout en cherchant à préserver la croissance d’un capital à long terme ? « Notre groupe a été l’un des premiers signataires des Principes pour l’Investissement Responsable (PRI) des Nations Unies [dès le 27 juillet 2006, NDLR]. Avec le fonds « Aviva Investors Climate Transition European Equity », nous cherchons aujourd’hui à identifier des fournisseurs de solutions — par exemple, une entreprise qui construit des digues face au risque physique de la montée du niveau de la mer ; ou encore un fabricant de LED, une technologie dont nous savons qu’elle contribue à réduire les émissions de CO2 ».

Hors de question d’appliquer « un filtre d’exclusion simple et quantitatif ». « Nous sommes dans une logique d’inclusion et d’accompagnement des sociétés dont le modèle économique est encore en transition », indique Thomas Page Lecuyer. Chez Aviva Investors, une équipe de 25 analystes utilise un système de notation propriétaire, afin d’attribuer un score environnemental, social et de gouvernance (ESG) aux entreprises. Le gérant a défini un univers d’investissement de 700 entreprises cotées en Europe, dans lequel il sélectionne 50 à 70 valeurs en portefeuille. « Nous pensons que ces entreprises vont croître à long terme, en cohérence avec notre durée d’investissement recommandée de 5 ans ».

Créer de la performance verte

« Seule la plupart des énergies fossiles sont exclues dès le départ », prévient
Thomas Page Lecuyer. L’OPCVM n’inclut aucun revenu provenant du charbon, des combustibles fossiles non conventionnels (pétrole et gaz de schiste), de la production de gaz et de pétrole dans l’Arctique ou encore de la production d’électricité dans les centrales thermiques à charbon. Le fonds peut investir dans des entreprises qui tirent jusqu’à 10 % de leurs revenus de la production de gaz et de pétrole, et de la production d’énergie à partir de combustibles liquides ; et dans des entreprises qui tirent jusqu’à 15 % de leurs revenus de la production d’électricité à partir de gaz naturel. L’idée, accompagner ces entreprises qui entreprennent de modifier leur modèle économique vers un monde bas carbone.

« C’est le bon alignement des lettres E, S, et G qui crée de la valeur ajoutée. A fin novembre 2020, le fonds affiche une performance nette depuis le début de l’année de + 10,71 % (part A) contre – 5,56 % pour l’indice MSCI Europe Net TR qui est son indice de référence. Depuis sa création en juillet 2019, le fonds a généré +15,7 % de performance nette par rapport à 1,2 % pour le MSCI Europe », se félicite Thomas Page Lecuyer. La crise du Covid-19 pourrait faire office d’accélérateur. « Nous observons une véritable lame de fond depuis deux ans. En 2020, nous enregistrons une hausse de +150 % de la collecte. A fin novembre 2020, nous totalisons 223 millions d’euros d’encours sur le fonds ouvert, plus un mandat institutionnel dédié de 700 millions d’euros. Le réchauffement climatique, tout le monde voit ce que cela coûte ! ».

2021, vers l’infini et au-delà ?

En 2021, l’arrivée de la taxonomie européenne accélère la prise en compte des critères extra-financiers. En France, il y avait déjà l’article 173 de loi sur la transition énergétique du 17 août 2015 — qui définit les obligations d’information des investisseurs institutionnels concernant leur prise en compte des paramètres environnementaux et sociaux. Aviva Investors France publie ainsi un rapport annuel des performances climatiques du fonds « Aviva Investors Climate Transition European Equity ». Malgré le contexte économique et l’activité ralentie par la pandémie, les investisseurs privés et publics sont au rendez-vous. « Le risque climatique étant systémique, nous n’avons d’autre choix que d’investir pour nous adapter ou pour atténuer les effets de cette mégatendance », conclut Thomas Page Lecuyer.

*pour plus d’informations, www.luxflag.org

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Le fonds est exposé au risque de perte en capital.

Avertissement important :

Aviva Investors Climate Transition European Equity est un compartiment de la SICAV de droit luxembourgeois de Aviva Investors. Aviva Investors France est gestionnaire par délégation. Les fonds présentés dans ce document peuvent ne pas être enregistrés dans toutes les juridictions. Les fonds peuvent faire l’objet de restrictions à l’égard de certaines personnes ou dans certains pays en vertu des réglementations nationales applicables à ces personnes ou dans ces pays. Avant tout investissement dans les fonds présentés dans le document, il est fortement conseillé à tout investisseur, de procéder, sans se fonder exclusivement sur les informations fournies dans ce document, à l’analyse de sa situation personnelle ainsi qu’à l’analyse des avantages et des risques afin de déterminer le montant qu’il est raisonnable d’investir.

Ce document contient des éléments d’information et des données chiffrées qu’Aviva Investors France considère comme fondés ou exacts au jour de leur établissement. Pour ceux de ces éléments qui proviennent de sources d’information publiques, leur exactitude ne saurait être garantie. La valeur d’un investissement et des éventuels revenus attachés peut fluctuer à la hausse comme à la baisse et l’investisseur pourrait ne pas récupérer l’intégralité du capital investi. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Le Document d’Information Clé pour l’Investisseur (DICI) et le prospectus sont à la disposition du public sur simple demande, auprès d’Aviva Investors France. Aviva Investors France, société de gestion de portefeuille de droit français agréée par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) sous le n° GP 97-114, Société Anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 18 608 050 euros, dont le siège social est situé au 14, rue Roquépine, 75008 Paris, immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de Paris sous le numéro 335 133 229. FA20/0135/21062021

Mathilde Hodouin - Le Courrier Financier

Rédactrice en chef

Voir tous les articles de Mathilde