Septembre 2021 : assurance vie, une rentrée en douceur

Patrimoine - En septembre 2021, l'assurance vie retrouve son niveau d'avant-crise et confirme son statut de premier placement financier des ménages français. Quelles perspectives d'ici la fin de l'année ?

L’assurance vie a enregistré, au mois de septembre 2021, sa 12e collecte nette positive avec un gain, selon la Fédération Française de l’Assurance, de 1,8 milliard d’euros, en retraite de 0,3 milliard d’euros par rapport au mois d’août. Au mois de septembre 2020, la décollecte avait atteint 0,2 milliard d’euros. En 2019, avant l’épidémie, la collecte nette en septembre s’était élevée à 2,8 milliards d’euros.

Le mois de septembre est, en règle générale, assez moyen pour l’assurance vie, les ménages devant faire face aux dépenses de rentrées. Quatre décollectes ont été enregistrées ces dix dernières années pour le mois de septembre. Sur les neuf premiers mois de l’année 2021, la collecte nette s’élève à +15,8 milliards d’euros, contre -4,0 milliards d’euros par rapport à la même période de 2020 marquée par les effets de la crise sanitaire.

Cotisations et collecte brute

Les cotisations brutes de l’assurance vie ont presque retrouvé leur niveau d’avant crise. En septembre, elles se sont élevées à 11,5 milliards d’euros, en hausse de +2,1 milliards d’euros par rapport au même mois de 2020 (9,4 milliards d’euros) et en léger retrait par rapport au résultat de septembre 2019 (12 milliards d’euros). Depuis le début de l’année, elles s’établissent à 111,4 milliards d’euros.

Le montant des prestations versées sur le mois de septembre 2021 a atteint 9,7 milliards d’euros contre 8,1 milliards d’euros au mois d’août. Ce résultat est proche de celui du mois de septembre 2020 (9,6 milliards d’euros) et de celui de septembre 2019 (9,3 milliards d’euros).

La part des unités de compte (UC) dans la collecte brute se maintient à un haut niveau, 37 % en septembre et 38 % sur les neuf premiers mois de l’année. Ce résultat s’explique par la bonne tenue des marchés financiers et par les consignes données aux réseaux commerciaux pour encourager ce type de supports.

Vers un retour à la normale ?

Les résultats de l’assurance vie de ces derniers mois confirment le retour à la normale. Elle conforte ainsi sa place de premier placement financier des ménages. L’enquête du Cercle de l’Épargne/Amphitéa du mois de septembre 2021 indiquait, à ce propos, que l’assurance vie, après l’immobilier, est le placement le plus attractif pour les Français (48 %).

Elle devance de loin tous les autres produits d’épargne. La crise sanitaire n’a pas affecté la hiérarchie des placements même si le Livret A est en légère hausse jouant son rôle de valeur refuge. L’enquête du Cercle de l’Epargne/Amphitéa souligne également que 47 % des sondés souhaitent conserver l’argent mis de côté, en raison de la crise sanitaire, 157 milliards d’euros, sous forme liquide et mobilisable à tout moment.

33 % souhaitent même augmenter leur effort d’épargne. Seulement 26 % seraient prêts à utiliser tout ou partie de leur cagnotte pour réaliser des achats et 12 % sont disposés à réallouer cette épargne liquide vers des placements à long terme (assurance vie, actions, Plan d’Épargne Retraite, etc.). Cet attentisme explique l’absence de rebond post-covid pour l’assurance vie.

Perspectives pour l’automne 2021

Dans les prochains mois, l’assurance vie devrait continuer à enregistrer des collectes nettes positives — d’autant plus qu’après l’euphorie immobilière post-covid, une accalmie semble se dessiner à l’automne.

Philippe Crevel

Directeur du Cercle de l'Épargne

Voir tous les articles de Philippe