[REPORTAGE] Groupe Covéa – Femmes du Patrimoine : les affaires reprennent

Patrimoine - Ce mardi 23 novembre, la Direction MMA Expertise Patrimoine (Groupe Covéa) a réuni le groupe des Femmes du Patrimoine dans le VIIIe arrondissement de Paris. Après les restrictions sanitaires, comment le réseau de femmes courtiers/CGP envisage-t-il l'avenir ? Le Récit de la matinée, avec Le Courrier Financier.

Ce mardi 23 novembre, ambiance chaleureuse au premier étage du restaurant Le Patio. Nous sommes à deux pas de l’Opéra Garnier (Paris IXe). Le Groupe Covéa reprend les réunions des Femmes du Patrimoine. Pour la dernière session 2021, il y a plus de 50 participantes. De quoi entraîner des modifications de dernière minute. « La réunion devait se tenir le 25 novembre, journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes 2021. J’ai pris mes précautions avec le salon BFM Patrimoine », nous explique Sylvia Sawina, inspecteur Commercial chez MMA Insurance et organisatrice de l’événement.

[REPORTAGE] Groupe Covéa – Club des Femmes du Patrimoine : les affaires reprennent
Source : Groupe Covéa
[REPORTAGE] Groupe Covéa – Club des Femmes du Patrimoine : les affaires reprennent
Source : Groupe Covéa

Détente et contraintes sanitaires

09h30. Le buffet du petit-déjeuner fait recette. Les invitées se pressent déjà pour enlever leur manteau. Moyenne d’âge, 40 ans. Elles sont courtières, conseillères en gestion de patrimoine (CGP) ou inspectrices assurances au sein du réseau MMA Expertise Patrimoine (Groupe Covéa). « C’est agréable, ces réunions de femmes. J’aime bien la dynamique que Sylvia Sawina a insufflé. Je trouve qu’ici, il n’y a pas de faux-semblants. Je n’ai pas beaucoup de temps disponible, alors je sélectionne soigneusement les événements auxquels je participe », nous confie Bérengère Sainte-Croix, dirigeante de BSC Patrimoine, une tasse de café chaude entre les mains.

10h00. Si l’atmosphère se détend, les organisateurs restent vigilants. Le pass sanitaire est obligatoire pour entrer. « Nous n’allons pas créer de cluster ici ! Nous avons eu une dizaine d’annulations au dernier moment, pour cause de Covid-19 », reconnaît Sylvia Sawina. Les invitées s’installent sur des rangées de chaises pliantes. Sur leur portable, elles répondent à un quizz récréatif sur les femmes et le patrimoine. La méthode remporte un certain succès… et la gagnante, une bouteille de champagne. « C’est une très bonne idée, ce quizz sur le portable. D’habitude, je finis par le sortir pour me distraire. J’étais très concentrée, je voulais gagner ! », s’amuse Diane Brunet Courtois, Gérante associée chez BCBG Patrimoine.

[REPORTAGE] Groupe Covéa – Femmes du Patrimoine : les affaires reprennent
Réunion des Femmes du Patrimoine, le mardi 23 novembre 2021
Prise de vue : Mathilde Hodouin

Femmes de l’ombre dans la lumière

11h00. Après cette entrée en matière, la première table-ronde est dédiée aux « Femmes de l’ombre du Patrimoine ». Objectif, mettre en valeur les femmes du réseau MMA Patrimoine qui interviennent à l’ouverture d’une nouveau dossier. Jusqu’à 5 services différents peuvent entrer en jeu. Pour illustrer cette dynamique, quoi de mieux qu’un cas pratique ? « Imaginons un client, qui souhaite placer 1 million d’euros pour ses trois enfants. Il a reçu 500 000 euros dans le cadre des IFC et 500 000 euros dans le cadre d’une prime exceptionnelle. Par contre, l’un de ses enfants n’est pas légitime… Et il ne veut pas que sa femme l’apprenne ! » La salle éclate de rire.

Candylene Laumaillé, Responsable du Pôle ingénierie patrimoniale, étudie le dossier en premier. « Commençons par vérifier le régime matrimonial de notre honorable client », sourit-elle. Alexia Blanchard, Responsable du Pôle C1, doit ensuite instruire et valider la demande. Mais au regard de l’importance de la somme à placer dans notre exemple, c’est Véronique Choplin, Gestionnaire du Pôle Premium, qui prend le relais. « Il faut 13 jours au réseau pour traiter une demande. Assurez-vous de disposer de tous les documents qui justifient de l’origine des fonds, afin de gagner du temps. Un dossier rapidemment traité, c’est un client content ! », dit-elle.

Sandrine Bodin, Chargée de Relations Partenaires, fluidifie les actes de gestion. « N’oubliez pas que la cellule téléphonique de gestion est à votre disposition et peut également prioriser vos actes de gestion urgents », rappelle-elle. L’auditoire écoute, prend des notes. Quelques mains se lèvent pour poser des questions. Enfin, Amélie Delle Monache, Dispositif LCB-FT et GDA [Lutte contre le blanchiment des capitaux et le Financement du Terrorisme – Gel des Avoirs, NDLR] insiste sur l’importance du KYC pour « établir une relation client saine et conforme à la règlementation anti-blanchiment. D’une façon générale, communiquez toute information qui peut servir à une meilleure compréhension du client ».

Quelle stratégie d’investissement ?

12h00. La deuxième table-ronde se consacre aux « Femmes du Patrimoine et de la Finance », partenaires du réseau MMA Expertise Patrimoine. Chacune d’entre elle propose une solution d’investissement complémentaire. Suzanne Dos Santos, Responsable du Pôle Commercialisation chez Covéa Finance, propose « une exposition aux actions européennes qui donne du sens aux investissements ». Audrey Pauly, Responsable Commerciale Distribution chez J.P. Morgan Asset Management France, plaide pour une varier les investissement en termes de zone géographique — c’est-à-dire d’étendre l’univers d’investissement aux Etats-Unis.

Aurélia `Lovadina, Directrice Distribution France chez Natixis IM, plaide pour « une diversification des actifs à travers une approche plurielle ». Pour suivre cette stratégie, elle recommande notamment de mettre en place des versements programmés. Enfin, Marine Abiad, Responsable de l’activité Produits Structurés France chez Goldman Sachs, suggère de développer les sous-jacents ESG (critères environnementaux, sociaux et de gouvernance) en misant sur « la transition énergétique et la croissance inclusive ». Pour cela, elle suggère de s’appuyer sur l’indice transatlantique ESG Momentum et de privilégier les fonds qui intègrent des objectifs philanthropiques.

[REPORTAGE] Groupe Covéa – Club des Femmes du Patrimoine : les affaires reprennent
Suzanne Dos Santos présente les fonds Covéa Finance
Prise de vue : Mathilde Hodouin

La femme et l’avenir du patrimoine

13h00. Au terme de la présentation, l’assistance se lève dans l’effervescence et la bonne humeur pour profiter du buffet-déjeuner. « Nos réunion ont de plus en plus de succès. Pour l’instant, nous nous sommes concentrées sur la région parisienne, mais nous allons bientôt organiser des événements en région pour que toutes les femmes CGP du réseau puissent en profiter », explique Suzanne Dos Santos. Aujourd’hui en France, 16 % des dirigeants de cabinets de CGP sont des femmes… alors que les femmes représentent déjà 27,4 % des dirigeants d’entreprise.

Le marché de la gestion de patrimoine au féminin devrait se développer dans les années à venir. Et le Groupe Covéa entend bien être au rendez-vous. « En France, 18 % des fonds d’investissement sont gérés par des femmes. Pourtant, elles réalisent en moyenne de meilleures performances que les hommes ! », souligne Geoffroy Brossier, Directeur Général MAAF Vie & Directeur Commercial Marketing Offres Covea Vie chez Groupe Covéa. Une bonne raison pour encourager le développement des talents féminins.

Mathilde Hodouin - Le Courrier Financier

Rédactrice en chef

Voir tous les articles de Mathilde