Baromètre – Délais de paiement : crédit inter-entreprises, les TPE-PME au pied du mur ?

Patrimoine - Les conséquences du deuxième confinement d'octobre 2020 se répercutent sur la trésorerie des TPE-PME. D'après le baromètre publié cette semaine par le Comité de crise sur les délais de paiement, ces entreprises ont été responsables d'un nombre croissant de retards de paiement en novembre dernier... Mais aussi d'une hausse des « pratiques non coopératives ». Une menace à l'heure de la reprise économique ?

L’argent reste le nerf de la guerre pour les entreprises françaises. Comment mesurer les conséquences de la crise sanitaire sur la trésorerie des entreprises ? Ce jeudi 18 février, le comité de crise sur les délais de paiement publie la première édition de son baromètre trimestriel sur le ressenti des entreprises en matière de crédit inter-entreprises. Objectif, compléter les statistiques de la Banque de France et les observations du Médiateur des entreprises. L’enquête a été menée début décembre dernier par téléphone par l’institut BVA auprès d’un échantillon représentatif de 600 entreprises, sur les délais de paiement en novembre 2020.

TPE-PME en fragilité

Après deux confinement et en pleine crise sanitaire, l’allongement du délai de recouvrement en novembre 2020 concerne en moyenne une créance sur cinq (21 %). Sans surprise, les TPE-PME sont en première ligne. En date du 22 mai 2020, les statistiques de la Banque de France indiquent que la France compte près de 4 millions de TPE-PME. Ces structures représentent 99 % des entreprises françaises. En novembre, 54 % des retards de paiement constatés venaient des structures de moins de 10 salariés (Très Petites Entreprises, TPE). Par ailleurs, 27 % concernerait les structures de 10 à 249 employés (Petites et Moyennes Entreprises, PME).

Baromètre - Délais de paiement des entreprises : les PME au pied du mur ?
Source : Baromètre Comité de crise sur les délais de paiement – BVA
Baromètre - Délais de paiement des entreprises : les PME au pied du mur ?
Source : Baromètre Comité de crise sur les délais de paiement – BVA

« Le respect des délais de paiement est un enjeu essentiel pour les petites et moyennes entreprises. Cela est vrai en temps normal où elles sont déjà affectées par des retards de paiement importants et cela est bien évidemment exacerbé du fait du contexte économique actuel », constate Alain Griset, ministre délégué auprès du ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance chargé des Petites et Moyennes Entreprises (PME). Les auteurs du baromètre se veulent rassurants, évoquant une « sortie de la zone d’alerte » après le chaos du printemps dernier. « La forte tension de ces derniers mis s’est légèrement réduite », notent-ils. Ainsi, pour près de huit entreprises sur dix, les délais de paiement sont-ils revenus au niveau d’il y a un an.

Contrat de défiance ?

Pour rappel, une entreprise privée dispose d’un délai légal de 60 jours à compter de la date d’émission de la facture pour s’en acquitter. L’existence de mauvais payeurs n’est pas une nouveauté. En revanche, la crise économique exacerbe manifestement les « pratiques non coopératives ». Près d’une entreprise sur dix indique avoir rencontré une difficulté de ce type. D’après le baromètre, 9 % des sondés évoquent l’émission de bons de commande après la réalisation de la prestation ; 8 % mentionnent un délai excessif dans la validation du travail réalisé ; et 8 % se plaignent de la modification unilatérale de fait d’un des éléments du contrat.

Baromètre - Délais de paiement : crédit inter-entreprises, les PME au pied du mur ?
Source : Baromètre Comité de crise sur les délais de paiement – BVA
Baromètre - Délais de paiement : crédit inter-entreprises, les PME au pied du mur ?
Source : Baromètre Comité de crise sur les délais de paiement – BVA

Ces résultats « mettent en évidence une absence de crise de grande ampleur durant l’automne » tempèrent les auteurs du Baromètre. Nous pouvons toutefois constater un effet direct du deuxième confinement en octobre. Le délai excessif dans la validation du travail réalisé (+ 42 % entre octobre et novembre 2020) ou le postdatage des bons de commande (+ 31 % entre octobre et novembre 2020) montre que certaines entreprises retiennent les paiement afin de conserver leur trésorerie face à la baisse de l’activité. Dans son point de conjoncture du 17 novembre dernier, l’Insee évaluait ce recul à – 13 % sur le mois par rapport à novembre 2019.

Vigilance à l’heure de la reprise

Ces pratiques trahissent « une situation problématique persistante pour certaines entreprises ». Au point de menacer la reprise ? « Même si la situation sur le front des délais de paiement parait stabilisée, chaque modification du contexte (confinement) peut donner lieu à une résurgence de ces pratiques » déclare le Comité de crise. En conséquence, il entend maintenir sa vigilance dans les mois à venir.

Mathilde Hodouin - Le Courrier Financier

Rédactrice en chef

Voir tous les articles de Mathilde