Les confinements en Chine ont un impact neutre sur la croissance française

Asset Management - Depuis le début de l'année, les confinements s'enchaînent à Shanghai. Quels sont les impacts de ces événements sur la croissance française ? Le décryptage de Sylvain Bersinger, économiste chez Asterès.

D’après les estimations d’Asterès, les confinements en Chine présentent des effets ambivalents sur l’économie française qui se compenseraient globalement. Le confinement de Shanghai — et de quelques autres villes — au printemps 2022 a conduit à une perte d’exportations qui, si cette situation avait duré une année, aurait amputé le PIB français de 0,3 %. 

Dans le même temps, ce confinement pèse sur le prix du pétrole, donc sur l’inflation, permettant un gain de PIB d’environ 0,3 % du fait de l’effet positif sur le pouvoir d’achat et la consommation des Français.

La baisse des exportations ampute le PIB d’environ 0,3 %

Les confinements chinois du printemps 2022 amputeraient les exportations française d’environ 7,8 milliards d’euros s’ils duraient une année entière. Entre février et mai, les exportations françaises vers la Chine se sont contractées de 25 % du fait des confinements.

 Si ce type de confinement se prolongeait pendant une année, il en résulterait une perte d’exportations françaises d’environ 7,8 milliards d’euros, soit une amputation du PIB d’environ 0,3 %. 

L’impact sur le prix du pétrole accroît le PIB d’environ 0,3 %

Les confinements en Chine stimulent le pouvoir d’achat en réduisant la demande de pétrole, donc l’inflation. Au printemps 2022, les confinements chinois ont diminué la consommation de pétrole d’environ 1,2 million de barils par jour (seul le pétrole est pris en compte, les effets sont certainement plus élevés en considérant également d’autres matières premières). 

Une variation de l’équilibre entre offre et demande d’un million de barils par jour conduit à une variation du prix de 20 dollars, les confinements chinois ont donc pesé sur le prix du pétrole à hauteur d’environ 24 dollars. Comme une variation de dix dollars du pétrole implique une variation de l’inflation de 0,4 point, Asterès estime que les confinements chinois de l’ampleur de ceux du printemps 2022 réduisent l’inflation française d’environ 1 point. 

Les variations de l’inflation, donc du pouvoir d’achat, se traduisent pour moitié en variation de consommation au bout d’un an. Si les confinements du printemps duraient une année entière, la gain de consommation du fait d’une inflation réduite seraient d’environ 0,5 %, soit une hausse de la consommation des ménages d’environ 6,3 milliards d’euros. Le PIB serait ainsi accru d’environ 0,3 %.

Sylvain Bersinger

Consultant économiste chez Asterès

Voir tous les articles de Sylvain