Inflation : la Réserve fédérale américaine augmente ses taux de 0,75 point

Asset Management - Le 15 juin dernier, la Fed a annoncé augmenter ses taux de 0,75 point. Cette augmentation significative est conséquente à une inflation croissante aux Etats-Unis.

« A la Fed, nous comprenons les difficultés que cause une forte inflation. Nous sommes fermement décidés à faire baisser l’inflation et nous agissons rapidement pour y parvenir. Nous avons à la fois les outils et la détermination pour rétablir la stabilité des prix au nom des familles et des entreprises américaines », a déclaré mercredi soir Jerome Powell, Président de la Réserve fédérale des Etats-Unis.

Le 15 juin 2022, après deux jours de débats, le comité de politique monétaire de la banque centrale américaine a annoncé une hausse des taux de 0,75 point… une première depuis 1994. Désormais, les taux gravitent entre 1,5 et 1,7%. L’objectif de cette troisième hausse est de « ramener l’inflation à son objectif de 2% ».

Une croissance annuelle de 1,7%

Cette décision est conséquente à un marché du travail « extrêmement tendu » et une inflation « beaucoup trop élevée ». Dans les faits, sur l’année 2022, les prix à la consommation devraient atteindre les +8,6%. Aussi, le moral des ménages américains — un des indices majeurs — a violemment chuté à 59,1%. En cause, selon la Fed, le conflit ukrainien et « les confinements liés au Covid en Chine » qui exacerbent « les tensions sur les chaînes d’approvisionnement. »

(Conception : Mathilde Ledroit — Réalisation : Amandine Victor)

Par ailleurs, les chiffres du chômage ont été revus à la hausse, 3,7% d’ici à la fin 2022 et 3,9% l’année suivante. Dans un entretien accordé à Reuters, Brian Jacobsen — stratège senior d’Allspring Global Investments — a analysé : « La Fed est disposée à laisser le taux de chômage augmenter et à prendre le risque d’une récession au titre des dommages collatéraux pour faire baisser l’inflation. »

En outre, la « federal reserve » a corrigé ses estimations de croissance. Dorénavant, il faudra tabler sur une croissance de 1,7% sur l’année 2022.

Un impact négatif sur les marchés

Le spectre d’une récession a fait plonger les bourses américaines jeudi soir. Le Dow Jones Industrial Average a perdu 741, 46 points, le S&P500 123,22 points et le Nasdaq 453,06 points.

In fine, cette hausse des taux ne devrait pas être la dernière. Jerome Powell a affirmé : « dans la perspective d’aujourd’hui, une augmentation de 50 points de base ou de 75 points de base semble très probable lors de notre prochaine réunion » en juillet.

Mathilde Ledroit - Le Courrier Financier

Journaliste

Voir tous les articles de Mathilde