Etats-Unis : les marchés financiers face aux risques de coronavirus

Actualités - Cette semaine, la peur du coronavirus semble avoir enfin rattrapé les marchés financiers occidentaux. Pendant que les indices boursiers piquent du nez, Donald Trump affirme que le risque reste très faible aux Etats-Unis. Le point avec Le Courrier Financier.

Etats-Unis : les marchés face aux risques de coronavirus

(Conception : Mathilde Hodouin – Création : Amandine Victor – Crédits carte : Statista.com)

Un vent de panique souffle cette semaine sur les marchés. Ce lundi 24 février, les bourses européennes ont vécu leur pire séance depuis mi-2016, rapporte l’agence Reuters. Côté américain, le Dow Jones a perdu plus de 1 000 points en une séance. La propagation hors de Chine de l’épidémie de coronavirus a coupé l’appétit des investisseurs pour les actifs risqués, après plusieurs semaines de faible réaction face au phénomène. Ce mercredi 26 février, les principales bourses européennes se rapprochaient de la zone de correction, soit un repli de plus de 10 % par rapport à leurs récents plus hauts — souvent des records absolus.

Dur atterrissage pour les marchés

Le coronavirus marque-t-il la fin de la mondialisation heureuse ? Cette épidémie de pneumonie virale a déjà contaminé environ 80 000 personnes et entraîné plus de 2 700 décès — dont l’immense majorité en Chine — depuis son apparition en décembre dans la province chinoise du Hubei. « Les victimes du coronavirus continuent de grimper dans le monde entier et les acteurs du marchés ont encore du mal évaluer l’impact commercial et les perspectives de la situation (…) ce qui entraîne une perte de confiance dans la capacité des gouvernements à contenir et contrôler l’épidémie », résume Marc Veyret, analyste chez ActivTrades.

L’épidémie est venue troubler la sérénité de marchés qui se reposaient jusqu’ici sur l’intervention des banques centrales, explique Nick Clay, gérant actions mondiales chez Newton Investment Management (BNY Mellon IM). Les investisseurs ont également pris conscience de l’impact global des fermetures d’usines en Chine. Leurs attentes étant fortes en raison des niveaux de valorisation, la capacité du marché à encaisser de mauvaises nouvelles du côté des résultats et des prévisions est assez limitée. D’après Nick Clay, les marchés devront désormais s’habituer à une hausse de la fiscalité sur les entreprises et du coût de leur dette.

Il était une fois en Amérique…

Outre-Atlantique, le Centre américain de contrôle et de prévention des maladies (CDC) a recommandé ce mercredi aux Américains de se préparer à une propagation du coronavirus. Le président Donald Trump a réagi en organisant une conférence de presse à la Maison Blanche. « Le risque pour la population américaine demeure très faible » a-t-il affirmé, assurant que les autorités compétentes étaient « prêtes, déterminées et capables ». Le président américain ambitionne d’être réélu en novembre 2020. Le recul des marchés — qu’il considère comme le baromètre de la santé économique du pays — l’inquiète au plus haut point pour sa campagne.

Donald Trump a rejeté la faute sur les démocrates, qu’il accuse d’effrayer les investisseurs. En cause, les débats des candidats à l’investiture, très marqués à gauche cette année. « Je pense que les marchés financiers sont très inquiets quand ils regardent les candidats démocrates se ridiculiser sur scène », a déclaré Donald Trump. Plus tôt dans la journée, le président américain avait accusé deux chaînes de télévision câblées — CNN et MSNBC — de présenter le danger du coronavirus sous le plus mauvais jour possible et d’inquiéter les marchés financiers. « Peu importe ce qui se produit, nous sommes totalement préparés », a martelé Donald Trump. Wait and see.

Mathilde Hodouin - Le Courrier Financier

Rédactrice en chef

Voir tous les articles de Mathilde