Cryptomonnaies : le stablecoin TerraUSD n’était-il qu’une bulle ?

Actualités - Cette semaine, le marché des cryptomonnaies a assisté à la chute spectaculaire du stablecoin Terra — jugé jusqu'ici très prometteur. Que s'est-il passé sur les marchés ? Quelles conséquences pour les investisseurs qui misent sur les cryptos ? Le point avec Le Courrier Financier.

Cryptomonnaies : le stablecoin TerraUSD n'était-il qu'une bulle ?

(Conception : Mathilde Hodouin – Réalisation : Amandine Victor)

Les cryptomonnaies, nouveaux colosses aux pieds d’argile ? Ce mercredi 11 mai, le stablecoin TerraUSD (ou UST) s’est effondré comme un château de cartes. Sa cryptomonnaie Terra (aussi connue sous le nom de Luna) a suivi le même chemin. Les investisseurs particuliers qui avaient misé sur l’UST — alors la quatrième plus grosse stablecoin du marché — ont tout perdu. D’après Les Echos, le forum Reddit a pris les devants cette semaine en épinglant des numéros de prévention du suicide dans ses discussions consacrées à Terra. Ce vendredi 13 mai, la blockchain Terra a été mise à l’arrêt. Il n’y aura donc plus de création de nouveaux jetons.

Le grain de sable dans la machine

Un stablecoin est une crytomonnaie qui réplique une monnaie fiduciaire classique, telle que l’euro, le dollar ou encore le yen. Objectif, les protéger de la volatilité qui caractérise les autres cryptomonnaies. D’après le site Cryptoslate, les stablecoins représentaient une capitalisation boursière de 170 milliards de dollars à fin janvier 2022. « Il existe deux types de règles de fonctionnement pour les stablecoins : les stablecoins « collatéralisés » en ratio 1 pour 1 et les stablecoins algorithmés, plus risqués car reposant sur des échanges entre protocoles décentralisés », explique Karl Toussaint du Wast, fondateur de formacrypto.fr, contacté par Le Courrier Financier. TerraUSD appartenait à la deuxième catégorie.

Que s’est-il passé exactement ? Les cryptomonnaies sont de moins en moins décorrélées des marchés financiers — notamment des valeurs tech cotées au Nasdaq. Ce segment de la cote souffre des conséquences de l’inflation américaine, qui atteint 8,3 % sur un an en avril 2022. Dans ce contexte, la banque centrale américaine (Fed) relève ses taux. Cette politique de resserrement monétaire pénalise les actifs risqués, dont les valeurs tech. Le recul du Nasdaq (-13 % en avril) entraîne celui du marché des cryptos. Dans ce contexte, l’écart s’est creusé entre le dollar et l’UST qui avait perdu la moitié de sa valeur ce jeudi 12 mai. Les investisseurs se sont affolés et la luna a perdu plus de 99 % de sa valeur. Fin de partie.

Quel impact pour l’univers des cryptos ?

Dans la catégorie mesure désespérée spectaculaire, la mobilisation de l’équivalent de 1,5 milliard de dollars en bitcoins n’a pas permis de ramener l’UST à l’équilibre. L’écroulement a été trop brutal pour ne pas enflammer les réseaux sociaux. Certaines rumeurs ont attribué une part de responsabilité à Blackrock (gérant d’actifs), Citadel Securities (gérant de fonds spéculatifs) et à Gemini (bourse de cryptomonnaies). Les deux premiers auraient emprunté 100 000 bitcoins à la troisième, avant d’en échanger 25 % contre des UST. Les deux gérants se seraient ensuite débarrassé des bitcoins et des UST, ce qui aurait provoqué la chute des deux cryptos. Les trois acteurs ont fermement démenti ces accusations.

Mathilde Hodouin - Le Courrier Financier

Rédactrice en chef

Voir tous les articles de Mathilde